La situation actuelle de l'Eglise orthodoxe

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Répondre
P.Maxime Doyon
Messages : 19
Inscription : mar. 23 nov. 2004 22:03

La situation actuelle de l'Eglise orthodoxe

Message par P.Maxime Doyon » jeu. 02 déc. 2004 22:47

La situation actuelle de l'Eglise devrait être la préoccupation principale des orhtodoxes sincères. Concrètement où en est-on aujourd'hui. D'un côté il y a les patriarchats qui ne se préocupent plus de la Foi orthodoxe mais seulement d'être bien assis sur leurs trônes. En particulier il y a le Phanar avec son néo-papisme et tous sont atteint d'oecuménisme aigu. D'autre part il y a ceux que l'on appelle les "anciens calendaristes" qui sont divisés en d'innombrables groupuscules. Entre deux il y a des groupuscules qui n'ont d'orthodoxe que le nom tels l'ECOF, les celtes orthodoxes ou le faut patriarchat d'Ukraine (qui fait parler de lui ces temps-ci). Il est très difficile pour les nouveaux orthodoxes de s'y retrouver et je comprends l'inquiétude de certains membres de ce forum. Pourtant malgré ce tableau pessimiste de la situation il faut se souvenir qu'il n'y qu'un seul Christ Sauveur, qu'"Il est le même hier, aujourd'hui et pour les siècles des siècles". L'Apôtre Paul nous met aussi en garde contre les faux prophètes, contre ceux qui "déplacent les bornes de la Foi". Nos saints Pères dans la Foi nous commandent de séaprer nos responsabilités de ceux qui trahissent notre sainte Foi. Aussi je crois que c'est quand même parmis ceux qui justement ont séparer leurs responsabilités des apostats que l'on doit chercher ceux qui se nomment, à juste titre, les VCO et qui malgré des divisions dues à des problèmes uniquement structurels ont tous la même foi. Un concile serait bien nécessaire pour notre temps mais pas un brigandage comme celui qui se prépare depuis des décennies et qui ose se nommer d'avance "grand et saint concile". Peut être sommes nous proches de la fin des temps là où le mensonge est appelé vérité et où l'apostasie s'est généralisée. Cela demande de notre part plus de fidélité aux commandements divins car le Christ est vainqueur et si nous nous tenons à ses commandements nous ne devons pas craindre l'ennemi du genre humain. Les vies des saints sont plus que jamais actuelles car elles nous enseignent une fidélité indéfectible à la Foi et en même temps nous guide vers une humilité insondable à l'image de Celui qui s'est laissé crucifier pour nos péchés. Cette humilité qui nous met face à nous même en comblant cet abîme de mensonges dans lequel nous nous délectons et que nous projettons sur les autres.

Claude le Liseur
Messages : 4138
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » ven. 03 déc. 2004 1:29

L'état présent de l'Eglise est triste, mais moins triste qu'il y a quinze ans. La chute du communisme (qui avait fortement encouragé l'adhésion au Conseil oecuménique des Eglises) a donné aux Eglises du monde slave et de Roumanie la possibilité de se libérer des ingérences étatiques et de la censure. Il est désormais possible de lutter pour la Tradition. Car les problèmes de l'Eglise sont bien antérieurs à l'oecuménisme et au communisme: ils ont pour nom infiltrations scolastiques, phylétisme et modernisme.

Au sein des Eglises de langue grecque se sont levés des hiérarques qui n'ont pas eu peur de parler le langage de la vérité et d'agir pour le bien de leur troupeau comme l'archevêque Christodule d'Athènes ou feu le patriarche Pierre VII d'Alexandrie.

La situation est donc très loin d'être désespérée.

Je crois fermement qu'il faut rester dans l'Eglise, s'élever contre toutes les compromissions et les trahisons et ramener à la raison ceux qui s'égarent. Nous savons que les portes de l'Enfer ne prévaudront pas contre l'Eglise - ce qui n'est pas non plus une excuse pour rester les bras croisés à ne rien faire.

Mais on ne peut pas se permettre de se séparer de l'Eglise, et surtout pas à la légère, pour ensuite glisser de schismes en schismes.

Yiannis
Messages : 70
Inscription : mar. 25 mai 2004 12:03
Localisation : Athènes, Grèce

Message par Yiannis » ven. 03 déc. 2004 1:47

A propos des Vieux Calendaristes je voudrais vous renvoyer à l'expérience des saints, qui doit être le critère absolu, surtout durant ces jours de confusion, pour laquelle certains patriarches, y compris celui de Constantinople, ont des responsabilités sérieuses.
Je renvoie notamment au livre sur le bienheureux père Ephraim de Katounakia, traduit en français. Tant le bienheureux père Ephraim que son maître, le grand ascète père Joseph l'Hésychaste, ont suivi les moines zélotes en réfusant de commémorer le patriarche de Constantinople durant un certain temps. Ils ont réjoint le patriarcat après qu'il leur a été révélé durant leur prière, séparément à chacun, que "l'Eglise se trouve à Constantinople" (je reprends la phrase telle que je l'ai lue dans le livre du père Joseph de Vatopedi sur le père Ephraim de Katounakia; le même incident est rapporté dans le livre mentionné ci-dessus). Le bienheureux père Ephraim disait qu'après avoir réjoint le patriarcat - malgré son opposition constante à l'écumenisme -, il voyait de nouveau clairement la Grâce s'étendre sur les Dons durant la liturgie.
Personellement, j'ai plus confiance aux bienheureux pères Ephraim de Katounakia, Joseph l'Hésychaste, Sophrony, Paisios et Porphyrios, aussi bien qu'au père Ephraim d'Arizona, disciple de Joseph l'Hésychaste qui est encore en vie, qu'aux inombrables évêques vieux-calendaristes de la Grèce, tous excommuniés, les uns par les autres. Je note que père Ephraim d'Arizona est issu d'une famille vieux-calendariste. Pourtant, tous les monastères qu'il a fondés en Grèce, aux Etats-Unis et au Canada suivent le nouveau calendrier. Les monastères de l'Amérique du Nord sont sous la jurisdiction du patriarcat écuménique (si celui-ci et certains de ses évêques ne semblent pas les aimer trop, tant pis!).

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » ven. 03 déc. 2004 10:08

Père Maxime Doyon a écrit :Il est très difficile pour les nouveaux orthodoxes de s'y retrouver et je comprends l'inquiétude de certains membres de ce forum. Pourtant malgré ce tableau pessimiste de la situation il faut se souvenir qu'il n'y qu'un seul Christ Sauveur, qu'"Il est le même hier, aujourd'hui et pour les siècles des siècles"
Je n’ai pas lu sur le forum un seul message exprimant un doute ou une inquiétude sur le fait que le Christ était « le même hier, aujourd'hui et pour les siècles des siècles" »

D'autre part il y a ceux que l'on appelle les "anciens calendaristes" qui sont divisés en d'innombrables groupuscules.[…]
Nos saints Pères dans la Foi nous commandent de séaprer nos responsabilités de ceux qui trahissent notre sainte Foi. Aussi je crois que c'est quand même parmis ceux qui justement ont séparer leurs responsabilités des apostats que l'on doit chercher ceux qui se nomment, à juste titre, les VCO et qui malgré des divisions dues à des problèmes uniquement structurels ont tous la même foi.
Il y a aujourd’hui 17 juridictions anciennes calendaristes qui se bouffent le nez au nom du Christ. Pour en choisir une il faut tirer aux dés. Le baptème du hasard est une nouveauté dans l’Eglise et le Christ qui est « le même hier, aujourd'hui et pour les siècles des siècles" » n’ est pas sujet au hasard.
Vous réduisez les divisions VCO à des problèmes structurels. Admettons. Comme ils se sont lancé des anathèmes les uns aux autres et qu’ un anathème n’est pas justifié par une simple raison structurelle, cela serait donc une raison suffisante de ne pas les rejoindre .
Les vies des saints sont plus que jamais actuelles car elles nous enseignent une fidélité indéfectible à la Foi
Oui les exemples que nous a cités Yiannis sont éloquents. En tant que prêtre vous devriez les suivre.

Cette humilité qui nous met face à nous même en comblant cet abîme de mensonges dans lequel nous nous délectons et que nous projettons sur les autres.
Si je vous comprends bien l’Eglise souffre du fait que nous ayons projeté nos propres mensonges sur les patriarcats historiques et il faut donc que nous y menions la vie en Christ en toute humilité pour combler cet abîme de mensonges que nous avons nous-mêmes creusé. Je ne pensais pas que la lecture du forum vous amènerait aussi vite à cette prise de conscience et que vous intégreriez donc aussi vite une juridiction patriarcale. Mais nous nous réjouissons de votre retour dans l’Eglise.
Dernière modification par Antoine le sam. 04 déc. 2004 1:01, modifié 1 fois.

Jean-Louis Palierne
Messages : 1044
Inscription : ven. 20 juin 2003 11:02

Message par Jean-Louis Palierne » ven. 03 déc. 2004 12:26

Jadis les vrais défenseurs des icônes, qui étaient aussi les vrais défenseurs du monachisme et les vrais défenseurs de l’Orthodoxie d’une manière générale, ont su subir le martyre pour sauvegarder la vraie Tradition de nos Pères, la Tradition orthodoxe. Les iconoclastes étaient cependant soutenus par de puissants ennemis de l’Orthodoxie, qui occupaient dans le monde des positions très puissantes. Mais les défenseurs des icônes n’ont jamais prétendu créer une Église séparée de “Vrais chrétiens orthodoxes” : ils sont restés dans l’unique Église du Christ, qui finalement leur a donné raison.

Saint Maxime le Confesseur fut pour un temps seul à affirmer que l’Orthodoxie reconnaît deux volontés distinctes dans l’hypostase unique du Christ, et que sa volonté humaine soumet librement sa propre énergie à la volonté divine. Il fut condamné par la totalité des dirigeants de l’Église, cruellement supplicié et envoyé mourir en exil. Cependant il ne revendiqua jamais pour lui-même le droit de se proclamer l’unique “vrai chrétien orthodoxe”. Il resta membre souffrant de l’unique Église du Christ. Devons-nous dire qu'il n'a eu aucune efficacité sur les structures de l'Église. C'est cependant en lui que l'Église a reconnu l'un des plus grands de ses Pères.

Notre situation n’est pas aussi désespérée. Lorsque nous affirmons hautement que la Tradition unique de l’Église orthodoxe ne connaît pas l’existence d’autocéphalies “nationales et indépendantes”, mais seulement des Églises locales, que chacune d’entre elles est la plénitude de l’Église, en laquelle il n’est ni Juif ni Grec, quelle que soit la tradition ethnique de ses fidèles, nous ne courons aucun risque personnel : nous ne subirons pas le martyre. Nous n’aurions donc aucune excuse pour nous séparer de l’Église et nous présenter comme de “vrais chrétiens orthodoxes".

Comment un disciple du Christ pourrait-il oser prétendre qu’il va reconstruire l’Église à partir de zéro et sans utiliser son unique pierre angulaire qui est le Christ ? Allons-nous prétendre que nous sommes assez malins pour réussir là où nous croyons que l’Esprit a échoué ?

Il ne nous revient qu’une seule tâche, la seule dont nous soyons chacun de nous personnellement responsable, c’est de retrouver la Tradition des Pères, qui est constitutive de l’Église, de l’étudier et de l’inscrire dans notre propre vie. Une seule voie nous est tracée, c’est celle qui conduit vers le retour aux sources de l'enseignement patristique. C’est le Seigneur Lui-même qui se chargera d’illuminer l’esprit de ceux qu’il a institués comme pasteurs de son Église pour qu’ils prennent conscience de la nécessité de retourner à la vraie Tradition de l’Église. Et la question du calendrier ne fait qu'égarer les esprits.

Croire qu’un complot habile, une refabrication de structures nouvelles pourrait être plus efficace que le don de l’Esprit transmis à l’Église et à ses pasteurs, serait justement reprendre le même type d’erreur que celle des dirigeants d’Église qui avaient tenté d’adopter un programme de réformes rénovateur. Ils pensaient alors qu’en agissant sur les structures formelles de l’Église on peut modifier son Église. Ils ont voulu doter chaque Église nationale d'institutions efficaces, de statuts et de règlements plus intelligents que les saints canons de la Tradition. Ils n’ont abouti qu’à fabriquer des monstres ingouvernables.

Eh bien les zélotes ont fait de même. et nous ferions de même si nous tentions de créer des sectes de “vrais chrétiens orthodoxes”, comme le prouve la burlesque multiplication de leurs divisions. Vraiment l'Esprit n'est pas parmi eux.

Les complots des modernistes ont provoqué une grave crise dans la vie de l'Église au XXème siècle. Les tentatives dérisoires des "vrais chrétiens orthodoxes" sont tout aussi nuisibles.
Jean-Louis Palierne
paliernejl@wanadoo.fr

Glicherie
Messages : 365
Inscription : ven. 18 juin 2004 14:41

Message par Glicherie » ven. 03 déc. 2004 12:44

Cher Père Maxime,

Permettez moi de vous poser une question : vous étiez prêtre sous l'omophore de Monseigneur Photios, boulevard Sébastopol, et avez quitté je crois sa juridiction après la chirotonie de l'évêque Filaret et son auto proclamation comme "Metropolite de France".

Etes-vous toujours "VCO" dans l'un des Synodes vétéro-calendaristes, ou avez-vous rejoint le Patriarcat de Roumanie dans sa Métropole de France et d'Europe Occidentale, où il me semble vous aviez fait acte de canditature ? (l'expression n'est pas fameuse, veuillez m'en excuser).

Jean-Serge
Messages : 340
Inscription : mer. 14 juil. 2004 12:19
Localisation : Ile de France

Division vieille calendériste

Message par Jean-Serge » ven. 03 déc. 2004 20:04

Je crois que ce syndrome de divisionnite aigue est propre aux vieux calendéristes grecs : les vieux calendéristes bulgares et roumains (qui seraient 500.000?) sont restés unis? Si mes sources sont assez récentes bien sûr...

Pour ce qui est du message divin dans la prière qui dit que l'Eglise se trouve à Constantinople, je veux bien, mais ce genre de témoignages est un peu dérangeant : du style "les voix de Jeanne d'Arc"... Le surnaturel n'exclut pas l'illusion spirituelle...
Priidite, poklonimsja i pripadem ko Hristu.

Claude le Liseur
Messages : 4138
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » ven. 03 déc. 2004 20:26

Les vieux-calendaristes roumains sont à peu près 100'000 et, s'ils ont un seul synode, il s'en est détaché deux fractions qui se sont placées sous des synodes vieux-calendaristes grecs. Mais l'écrasante majorité d'entre eux reste avec le synode du métropolite Blaise de Slatioara.

On pourrait penser que les vieux-calendaristes bulgares (peu nombreux, eux), n'auraient guère de peine à échapper à la division, puisqu'ils ont un seul évêque, Mgr Photios. Et bien, si: un certain nombre d'entre eux se sont placés sous des évêques vieux-calendaristes grecs (c'est ainsi que les matthéistes ont une paroisse à Plovdiv).

Il se trouve que le synode du métropolite Blaise de Slatioara et l'évêque bulgare Photios sont en communion avec le synode grec vieux-calendariste de Mgr Cyprien de Phyli et d'Oropos (et, pour le moment, avec l'Eglise russe hors frontières) et reconnaissent la grâce mystérique dans les Eglises qui ont adopté le calendrier révisé. Cette attitude n'a pas l'heur de plaire aux autres synodes vieux-calendaristes grecs qui ne semblent intervenir en Bulgarie et en Roumanie que pour affaiblir la position de Mgr Cyprien (qui a des relations très étroites avec le monastère de Slatioara).

Une question à Yannis: est-il vrai que le père Jérôme d'Egine était revenu dans le sein de l'Eglise de Grèce deux ans avant sa mort à la suite d'une apparition de la Théotokos?

P.Maxime Doyon
Messages : 19
Inscription : mar. 23 nov. 2004 22:03

La situation actuelle de l'Eglise orthodoxe

Message par P.Maxime Doyon » sam. 04 déc. 2004 13:52

Je voudrais ici répondre à ceux qui ont eu la gentillesse de répondre à mon message.
Je dois préciser que "séparer ses responsabilité" n'implique pas la création d'une nouvelle église. L'Eglise orthodoxe est là ou est confessée la vraie Foi. Les raisons administratives ou structurelles ne peuvent en aucun cas être mises au-dessus de la Foi une et indivisible. Si nous voulons résister à l'oecuménisme ambiant et refuser toute hérésie il faut agir concrètement et ne pas se contenter de bonnes intentions.
Quant à ce qui concerne les Péres du mont Athos, ceux qui refusent de commémorer le Patriarche hérétique du Phanar, ils ont tous et toujours été persécutés cruellement. Je ne crois pas que les pères cités dans l'un des messages soient revenus sur leur décision en ce qui concerne la commémoration du patriarche de Constantinople. Je crois plutôt qu'il y a derrière tout cela la propagande phanariote. Ja'i éprouvé moi-même la haine du patriarche de Constantinople et de ses sbires envers les vieux calenmdariste. lisez le petit livre édité par la fraternité S. Grégoire Palamas sur les persécutions des moines de l'Athos. Vous vous rendrez compte de l'horreur de ces persécutions envers des moines pieux et fidèles et défenseurs de notre sainte Foi.
Les divisions parmis les vieux calendaristes grecs ne changen rien au fait que du point de vue de la Foi ils ont raison. Ces divisions sont fait d'hommes avec leurs faiblesses mais surtout aux tentations démoniaques.

Yiannis
Messages : 70
Inscription : mar. 25 mai 2004 12:03
Localisation : Athènes, Grèce

Re: Division vieille calendériste

Message par Yiannis » sam. 04 déc. 2004 17:20

Jean-Serge a écrit :Pour ce qui est du message divin dans la prière qui dit que l'Eglise se trouve à Constantinople, je veux bien, mais ce genre de témoignages est un peu dérangeant : du style "les voix de Jeanne d'Arc"... Le surnaturel n'exclut pas l'illusion spirituelle...
Je pense que soutenir que le père Ephraim de Katounakia ou le père Joseph l'Hésychaste, deux des plus grandes figures spirituelles du Mont Athos au XXe s., ne savaient pas "discerner les esprits" et qu'ils étaien tombés dans l'illusion spirituelle, est un effet d'ignorance de leur vie et de leur personnalité. Et puis, les comparer à Jeanne d'Arc.... Je le laisse sans commentaire; en tout cas, il y a maintenant des livres en français tant sur le père Ephraim que sur l'ancien Joseph.
Pour ce qui est des Vieux Calendaristes grecques, il y a une absence totale de discernement chez le clergé, une ignorance et une fierté spirituelle immense chez les laïcs, un manque total de vrais pères spirituels et une surabondance d'archimandrites (de très jeune âge, même de 20 ans) et de "métropolites" ignorants et fanatiques. Il vous semble sans doute que je suis dur, mais je parle ici de mon expérience.

Jean-Louis Palierne
Messages : 1044
Inscription : ven. 20 juin 2003 11:02

Message par Jean-Louis Palierne » sam. 04 déc. 2004 17:46

Il est vrai que ces deux authentiques spirituels, et d’autres encore ont refusé de tomber dans les illusions zélotes. Ici je rejoins tout à fait les appréciations de Yannis.

Par ailleurs je suis étonné de la désinvolture avec laquelle Jean-Serge traite Jeanne d’Aec. Je n’ai pas la prétention de l’inscrire au Synaxaire de l’Église orthodoxe. Cela ne dépend pas de moi. Je rappelle seulement que lorsque des juges iniques (et hérétiques) lui posaient perfidement la question : « Jeanne, êtes-vous dans l’Église ? » Elle a su leur clouer le bec : « Si j’y suis, que Dieu m’y garde. Si je n’y suis, que Dieu m’y place !» On peut trouver bien d’autres perles dans les interrogatoires de celle qui périt sur le bûcher en récitant la prière de Jésus.
Jean-Louis Palierne
paliernejl@wanadoo.fr

Jean-Serge
Messages : 340
Inscription : mer. 14 juil. 2004 12:19
Localisation : Ile de France

Petite précision...

Message par Jean-Serge » dim. 05 déc. 2004 21:31

Ce que je mettais en cause, c'est simplement l'usage un peu abusif qu'on fait de nos jours des voix, apparitions, visions et autres phénomènes surnaturels pour justifier une position ecclésiologique ou théologique. Je ne dis pas que ça n'existe pas ou qu'il s'agit en permanence d'illusions diaboliques mais personnellement, ça m'énerve quelque peu comme si on n'attendait toujours une manifestation directe et forcément surnaturelle alors que pour interpréter bien des choses on a la tradition, les Saintes Ecritures et les Pères... accessibles à tous alors qu'une révélation privée n'est accessible qu'à un seul individu qui aurait du mal à convaincre en disant, j'ai eu une révélation... Pour ma part, ces révélations ne me parlent que très modérément car on connaît aussi de fausses révélations considérées comme vraies par certains...

Pour Jeanne d'Arc je suis au courant de certaines de ces réponses, mais c'est une autre histoire (personnelle) trop longue à raconter...Ne soyez pas vexé, je n'ai pas d'opinion particulière sur Jeanne en matière de foi(sauf qu'à mon avis elle était hétérodoxe tout comme ses juges)

Merci au lecteur Claude pour cette généalogie des anciens calendéristes roumains, bulgares et grecs... Ca fait vraiment désordre : toutefois, j'ai toujours apprécié chez ces mouvements la production d'ouvrage bien orthodoxes (bien qu'il soit hors de l'Eglise ) alors que des membres de l'Eglise (canonique) font des choses surprenantes. C'est pour cela que j'ai une grande sympathie pour eux (je pense entre autre au Center for Orthodox traditionnalist studies à Etna en Californie) même si je me vois mal les rejoindre...
Priidite, poklonimsja i pripadem ko Hristu.

Yiannis
Messages : 70
Inscription : mar. 25 mai 2004 12:03
Localisation : Athènes, Grèce

Message par Yiannis » dim. 05 déc. 2004 22:09

lecteur Claude a écrit : Une question à Yannis: est-il vrai que le père Jérôme d'Egine était revenu dans le sein de l'Eglise de Grèce deux ans avant sa mort à la suite d'une apparition de la Théotokos?
Je ne l'ai jamais lu, mais je peux le vérifier car je connais une dame qui est une fille spirituelle du père Jérôme. Il faut préciser que l'ancien Jérôme d'Egine, qui était un homme saint, n'a jamais vraiment été séparée de l'Eglise. Il n'a jamais été excommunié par son évêque et il n'a jamais rénoncé à l'Eglise canonique. Il avait demandé même que sa dépouille soit préparée pour les funérailles par deux prêtres qu'il respectait beaucoup. L'un en était vieux-calendariste, le deuxième de l'Eglise canonique. Il admettait des prêtres de l'Eglise canonique et leur fournissait des conseils sans jamais toucher au sujet du calendrier.
A propos du "métropolite" Cyprien de Phyli, qui est le chef des vieux-calendaristes modérés, je voudrais vous informer qu'il s'est bien mêlé dans la nouvelle Eglise Orthodoxe d'Afrique, en admettant comme membre de son synode des membres du clergé africain de qualité fort douteuse. Cette action opportuniste de division dans une région si sensible n'est pas en son honneur, à plus forte raison qu'il a permis à ses fidèles de l'Afrique de suivre le nouveau calendrier! Ses fidèles en Grèce sont une communauté insignifiante.
En revanche, la quasi-totalité des vieux-calendaristes suivent les divers synodes composés de "métropolites", qui pouvaient tous gagner dans une compétition de fanatisme (ils l'appellent "piété") et d'ignorance théologique. IUl y a même des vieux-calendaristes sans synode (par exemple, le grand couvent Sainte-Irène Chrysobalantou, près d'Athènes).

En l'occurence, l'oeuvre théologique des vieux-calendaristes grecs est vraiment inexistante. Ceci ne pourrait pas être autrement, car, comme me l'a dit un jeune homme très sympas, ordonné malheureusement évêque par leur plus grand synode, les pères de l'Eglise ont tout dit et il est inutile aujourd'hui d'écrire d'oeuvres théologiques. C'est pourquoi, je suppose, les vieux-calendaristes sont des experts dans la production de libelles (plus souvent contre les synodes rivaux que contre les nouveaux-calendaristes-traîtres-de l'Orthodoxie). On ne saurait pas vraiment décrire assez bien le niveau lamentable actuel des vieux-calendaristes de Grèce.

Claude le Liseur
Messages : 4138
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Petite précision...

Message par Claude le Liseur » lun. 06 déc. 2004 16:15

Jean-Serge a écrit :
Merci au lecteur Claude pour cette généalogie des anciens calendéristes roumains, bulgares et grecs... Ca fait vraiment désordre : toutefois, j'ai toujours apprécié chez ces mouvements la production d'ouvrage bien orthodoxes (bien qu'il soit hors de l'Eglise ) alors que des membres de l'Eglise (canonique) font des choses surprenantes. C'est pour cela que j'ai une grande sympathie pour eux (je pense entre autre au Center for Orthodox traditionnalist studies à Etna en Californie) même si je me vois mal les rejoindre...
Je partage votre point de vue. Moi aussi, je suis reconnaissant pour le travail d'édition qui a été fait par des vieux-calendaristes: en français par la fraternité Saint-Grégoire-Palamas, par le hiéromoine Cassien (Braun) et par le monastère de Lavardac à l'époque où ils ont réédité les oeuvres du père Guettée; en anglais par le CTOS d'Etna (juridiction de Mgr Cyprien de Phyli) et par le monastère de la Transfiguration de Boston (juridiction de l'HOCNA) à l'époque où l'Eglise canonique a surtout brillé par son absence de publications.
Mais je ne me vois pas du tout les rejoindre, pour les raisons que j'ai évoquées à plusieurs reprises sur ce forum.
Alors j'ai juste de la sympathie et de la reconnaissance pour le travail de publication qu'ont fait certains d'entre eux.

Claude le Liseur
Messages : 4138
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » lun. 06 déc. 2004 16:27

Yiannis a écrit : Je ne l'ai jamais lu, mais je peux le vérifier car je connais une dame qui est une fille spirituelle du père Jérôme. Il faut préciser que l'ancien Jérôme d'Egine, qui était un homme saint, n'a jamais vraiment été séparée de l'Eglise. Il n'a jamais été excommunié par son évêque et il n'a jamais rénoncé à l'Eglise canonique. Il avait demandé même que sa dépouille soit préparée pour les funérailles par deux prêtres qu'il respectait beaucoup. L'un en était vieux-calendariste, le deuxième de l'Eglise canonique. Il admettait des prêtres de l'Eglise canonique et leur fournissait des conseils sans jamais toucher au sujet du calendrier.
A propos du "métropolite" Cyprien de Phyli, qui est le chef des vieux-calendaristes modérés, je voudrais vous informer qu'il s'est bien mêlé dans la nouvelle Eglise Orthodoxe d'Afrique, en admettant comme membre de son synode des membres du clergé africain de qualité fort douteuse. Cette action opportuniste de division dans une région si sensible n'est pas en son honneur, à plus forte raison qu'il a permis à ses fidèles de l'Afrique de suivre le nouveau calendrier! Ses fidèles en Grèce sont une communauté insignifiante.
On vient de publier à Lausanne une biographie du père Jérôme d'Egine où est passé sous silence le fait qu'il n'avait jamais complètement rompu avec l'Eglise de Grèce...

En ce qui concerne Mgr Cyprien de Phyli, je sais que sa juridiction est sans doute parmi les plus petites du mouvement paléohimérologite en Grèce et qu'elle est surtout importante par ses liens avec l'extérieur. Je sais aussi que l'on pourrait lui faire bien des reproches, comme d'avoir ordonné un nombre stupéfiant de gens qui n'avaient aucune préparation, du genre novice d'un monastère de l'Eglise de Grèce qui se retrouve diacre de Phyli deux semaines après avoir quitté son monastère.
En revanche, cela me surprend plus d'apprendre que Mgr Cyprien a autorisé le calendrier révisé en Afrique.

Cependant, je dois quand même dire à sa décharge que je trouve qu'il a su parrainer une école d'iconographie dont je trouve les productions remarquables, et que je respecte aussi en lui sa décision de faire de son synode la seule juridiction paléostylite qui a essayé d'établir des passerelles avec l'Eglise canonique. De ce fait, malgré le petit nombre de ses fidèles, je le trouve plus crédible que ses concurrents.

Je précise toutefois que je n'ai jamais fait partie de sa juridiction, que je n'ai jamais visité le monastère des saints Cyprien et Justine et que je ne connais sa juridiction qu'à travers ses publications, le site Internet de son diocèse nord-américain et quelques visites à sa librairie à Athènes. Je parle donc de l'extérieur et suis tout à fait susceptible d'avoir été induit en erreur par mes impressions subjectives.

Répondre