Les anges?

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

mihaelaiacovache
Messages : 77
Inscription : lun. 15 sept. 2003 7:12
Localisation : Roumanie
Contact :

Les anges?

Message par mihaelaiacovache » mer. 02 févr. 2005 0:55

Il y a quelqeus jours j’ai commence a lire un livre qui a le sujet les anges(« Despre Ingeri » par Andrei Plesu). A fur et a mesure que j’avançai a parcourir les pages ,je me suis senti coupable de mon ignorance et plutot de l’indifférence avec laquelle j’ai traite les anges.Parmi les prieres du soir ,je n’ai accorde un plus d’importance a la prière vers l’ange gardien et aussi quand on les nommes pendant la liturgie . Le seul jour ou le sermon a le sujet les anges ,c ‘est le 8 Novembre. Et le seul livre que j’ai lu ,il y a 12 années avec le meme sujet ,mais d’une autre facture ,c ;est le livre ecrit par mere Alexandra ,la princesse Ileana de Roumanie.

L’ auteur du livre dit, a un moment ,qu’il veut,avec son livre ,susciter des questions a ses lecteurs.Et il a réussi. Meme aujourd’huit,une connaissance( que je la rencontre les dimanches a l’eglise), a vue le livre sur mon bureau .Je l’ai dit quelque chose a propos des anges ,et ella dit : « Comment ? nous avons des anges meme si nous ne sommes pas encore des enfants ? » . Dans la priere vers l’ange gardien on dit : « toi ,qui tu est donne a la bapteme ».Donc deux questions ; combien du temps reste avec nous l’ange gardien ? et l’ange gardien est seulement pour les homme baptises ?

Dans Le Petit Larousse (1993) , on dit : « l’ange gardien, attache a la personne de chaque chretien pour le proteger ,dans le catholicisme ». Encore une discrimination ?

Est ce que nous ne parlons plus des anges parce que nous avons des saints ?

Claude le Liseur
Messages : 4014
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » mer. 02 févr. 2005 18:57

Voici ce qu'écrit saint Justin Popovitch (traduction du serbe par Jean-Louis Palierne) dans sa Philosophie orthodoxe de la Vérité, tome I, L'Âge d'Homme, Lausanne 1992, p. 258:

"C'est cet enseignement divinement révélé que l'Eglise a toujours soigneusement conservé. Elle a confessé depuis l'antiquité dans ses symboles sa foi en Dieu comme créateur du monde spirituel, invisible. C'est ainsi que dans l'antique symbole de Jérusalem (de même que dans les symboles d'Antioche, de Césarée et de Chypre), l'Eglise dit: "Je crois en un seul Dieu (...), créateur du ciel et de la terre, de tout ce qui est visible et invisible." Cette foi commune a trouvé son expression dans le premier article du symbole universel de la foi de Nicée-Constantinople. Elle a été ainsi sanctionnée pour toujours par l'Eglise une, sainte, catholique et apostolique. Par la décision du VIIe Concile oecuménique, disant que les icônes des saints Anges doivent être vénérées pieusement à l'égal des icônes du Sauveur et des Saints, l'Eglise a encore une fois confessé et confirmé de manière conciliaire sa foi universelle en l'existence des Anges incorporels comme être réels, personnels, autonomes et saints." (Je mets en gras ce dernier passage parce qu'il fait écho aux réflexions de Mihaela sur le fait que nous avons tendance à oublier les anges, et, en particulier, notre ange gardien.)

(...) Page 263:

"Nos saints Pères montrent que l'armée bienheureuse des saints Anges est inombrable et que la multitude des Puissances incorporelles est infinie, parce que les nombres que nous utilisons sont trop petits pour mesurer leur multitude. "Les rangs des êtres célestes ne peuvent être dénombrées. Nombreuses sont les armées bienheureuses des esprits au-dessus du monde. Ils excèdent la faiblesse et l'étroitesse des mesures de nos nombres matériels." (Saint Denys l'Aéropagite, Hiérarchie céleste 14). "Les Anges sont si nombreux qu'ils dépassent tout nombre." (Saint Jean Chrysostome, In Genes. Hom. 3,6.)"

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » dim. 20 févr. 2005 16:24

ACATHISTE
AU SAINT ANGE GARDIEN


KONDAKION 1

Ô Saint Ange choisi du Seigneur Dieu pour la garde de mon âme et de mon corps, moi ton indigne serviteur, j'ose par des louanges te chanter; Mais toi qui as de l'audace auprès du Roi céleste, protège-moi de tout malheur et de toute affliction des ennemis visibles et invisibles, moi qui te crie : Réjouis-toi, Ange du Seigneur, mon gardien vigilant!

IKOS 1

Ange Saint, envoyé des cieux pour me garder et me guider durant ma vie entière, me prosternant je te prie : Toi-même instruis-moi et raisonne-moi, moi qui me mets à proclamer d'un cœur sincère et fervent tes louanges par ces chants :
Réjouis-toi, Ange divin, mon représentant auprès de la Sainte Trinité!
Réjouis-toi, soldat incorporel du Roi des régnants !
Réjouis-toi, céleste servant du Seigneur des souverains !
Réjouis-toi, compagnon de Ses serviteurs rationnels et immatériels !
Réjouis-toi, qui fais toujours la volonté de ton Maître !
Réjouis-toi, qui as reçu de Dieu l'ordre et le pouvoir de garder mon âme !
Réjouis-toi, qui ne t'éloignes jamais de moi pécheur !
Réjouis-toi, qui te trouves toujours avec moi l'indigne !
Réjouis-toi, qui me surveilles dans toutes mes voies !
Réjouis-toi, qui me protèges de tout mal !
Réjouis-toi, donné par Dieu comme guide dans les chemins existentiels !
Réjouis-toi, mon bon précepteur !
Réjouis-toi, Ange du Seigneur, mon gardien vigilant !


KONDAKION 2

Le Seigneur ami de l'homme, voyant qu'après la transgression de notre ancêtre Adam tous les hommes étaient aisément enclins au péché, dans Son indicible pitié, envoya par toute la terre les saints Anges et assigna à chacun des hommes un gardien. Accomplissant donc l'ordre de leur Maître, les Saints Anges sont toujours prêts à nous aider, nous qui chantons à la convenance de Dieu : alléluia !

IKOS 2

Sollicite pour ma raison l'illumination d'En Haut, saint Ange, pour que je puisse connaître ce qu'est la Volonté divine, bonne, convenable, parfaite, et dirige mon cœur pour qu'il l'accomplisse avec zèle. Et toi, mon gardien, que je ne cesse de te louer avec ces exclamations :
Réjouis-toi, qui enflammes mon cœur d'amour pour Dieu, mon Créateur !
Réjouis-toi, qui m'incites chaque jour et chaque heure à Lui offrir des prières de supplication et d'action de grâce !
Réjouis-toi, qui tel une fidèle sentinelle, protèges la demeure de mon âme par la crainte du Seigneur !
Réjouis-toi, qui diriges toutes mes pensées vers le Sauveur crucifié pour les péchés du monde!
Réjouis-toi, qui fixes Sa passion et Sa mort sur la croix dans ma mémoire !
Réjouis-toi, qui par le mémorial des souffrances du Seigneur, m'apprends à me garder du péché !
Réjouis-toi, qui m'instruis à solliciter d'En Haut la grâce protectrice de l'Esprit Saint !
Réjouis-toi, qui me convaincs que Lui, le Consolateur, ne jette Son regard compatissant que sur les doux et humbles de cœur !
Réjouis-toi, qui m'entoures de la pensée de Dieu partout présent !
Réjouis-toi, qui représentes aux yeux de mon âme Son omniprésence!
Réjouis-toi, qui consoles mon cœur de Sa miséricorde pour les pécheurs pénitents !
Réjouis-toi, qui effraies mon âme par Sa justice à l'égard des endurcis et impénitents !
Réjouis-toi, Ange du Seigneur, mon gardien vigilant !



KONDAKION 3

Obtiens pour moi, ô mon Ange gardien, la force de la grâce divine, afin que sans relâche et sans heurt je chemine dans la voie salvatrice des commandements du Christ et que du cœur et des lèvres je glorifie sans cesse le Nom Très Saint de notre Dieu et Lui chante : alléluia !

IKOS 3

Je t'ai, ô mon protecteur choisi par Dieu, comme un rayon lumineux éclairant l'obscurité de mon âme et dissipant les ténèbres de mon ignorance de cœur. C'est pourquoi, m'inclinant avec humilité, je te prie de purifier tous mes sens assombris par les passions, afin que je ne m'égare pas dans l'obscurité du péché. Et je chante ainsi ta très merveilleuse clarté :
Réjouis-toi, étoile de la lumière sans crépuscule, resplendissant de la divinité au triple éclat et m'éclairant toujours!
Réjouis-toi, rayon très lumineux, qui éclaire les yeux de mon cœur obscurci par les péchés !
Réjouis-toi, car tu t'évertues à me diriger sur la vraie voie, moi qui erre dans la ténèbre de l'impiété !
Réjouis-toi, car tu me proposes les commandements du Seigneur comme un miroir pour toute ma vie !
Réjouis-toi, car tu me procures la loi divine comme un flambeau à mes pieds et une lumière pour mes pas !
Réjouis-toi, car tu m'enseignes à obéir à la douceur des paroles dans l'Evangile du Christ !
Réjouis-toi , car tu m'incites à croire sans douter l'enseignement de mon divin Maître et Seigneur !
Réjouis-toi, car tu m'affermis dans la soumission aux canons de la Sainte Eglise !
Réjouis-toi, car tu m'enseignes à suivres les règles et traditions des Saints Apôtres et des Pères!
Réjouis-toi, car tu me soutiens dans la confession de la sainte foi orthodoxe!
Réjouis-toi, car tu m'exhortes pour cette confession à être même prêt à mourir !
Réjouis-toi, car tu me défends de communier avec les hérétiques et les renégats de la vraie Eglise !
Réjouis-toi, Ange du Seigneur, mon gardien vigilant !

KONDAKION 4

La tempête de l'océan existentiel dévaste mon vaisseau spirituel par le déferlement des soucis mondains, la paix de mon âme misérable se trouble, où trouverai-je le hâvre tranquille de salut? C'est seulement en toi qu'après Dieu je place mon espérance, mon Ange gardien, car
je t'ai acquis comme le très sage pilote dans les tempêtes intérieures qui m'effraient. C'est pourquoi je chante à mon Dieu avec gratitude : alléluia !

IKOS 4

T'entendant et te voyant, Ange divin, mon ferme défenseur, les mauvais esprits sous-ciel n'osent approcher ta splendeur très pure et accomplir contre moi leurs vilénies destructrices de l'âme. C'est pourquoi je te prie humblement, ne t'écarte pas de moi à cause de mon intempérance, mais préserve-moi toujours de ces lacets et machinations du malin, moi qui clame avec componction :
Réjouis-toi, qui m'ombrages et me couvres de la puissante protection de tes ailes !
Réjouis-toi, qui campes toujours autour de moi avec ton épée de feu !
Réjouis-toi, qui m'assistes dans la guerre contre le prince des ténèbres !
Réjouis-toi, qui m'aides à vaincre ses serviteurs mauvais !
Réjouis-toi, qui chasses loin de moi les démons destructeurs de l'âme, semblables aux oiseaux rapaces !
Réjouis-toi, qui m'instruis à reconnaître les embuches démoniaques, comme celles de malins goupils !
Réjouis-toi, qui me défends de leurs assauts de bêtes sauvages contre mon esprit et mon cœur!
Réjouis-toi, qui arraches de mon cœur leur engeance : l'orgueil et la haine !
Réjouis-toi, qui chasses l'envie et la rancune de mes pensées !
Réjouis-toi, qui me pousses à me garder du signe de la croix pour parer les mauvaises pensées!
Réjouis-toi, qui m'affermis pour fouler sans crainte l'aspic et le basilic!
Réjouis-toi, doté d'une arme invincible contre tous mes ennemis !
Réjouis-toi, Ange du Seigneur, mon gardien vigilant !

KONDAKION 5

J'ose te comparer, ô mon bon gardien, à cette étoile étincelante à la trajectoire divine qui guida jadis les Mages pour qu'ils adorent le Sauveur du monde né à Bethléem, car par ta présence ininterrompue et illuminatrice, tu m'indiques le droit chemin conduisant à la
Bethléem d'en Haut, au Royaume céleste, afin que là je sois rendu digne de chanter avec le chœur des Archanges et des Anges au pré-éternel Roi de Gloire : alléluia !

IKOS 5

Me voyant la nuit saisi par les ténèbres et couvert de la sombre nuée des passions, ô saint protecteur de mon âme, ne t'irrite pas, ne m'abandonne pas, mais imitant la longanimité de mon Sauveur, attends encore, me poussant à la repentance jusqu'à ce que mes yeux versent des torrents de larmes pour laver les impuretés de mon âme. C'est pourquoi je te prie humblement et te crie :
Réjouis-toi, qui toujours présentes à Dieu tes prières pour moi pécheur, comme un encens d'agréable odeur devant Lui !
Réjouis-toi, car tu intercèdes sans cesse auprès de mon Créateur pour me sauver !
Réjouis-toi, car Sa juste colère dirigée sur moi, tu la détournes par ton patronage !
Réjouis-toi, car tu demandes au Seigneur tout miséricordieux de m'accorder le pardon de mes mauvaises actions !
Réjouis-toi, car tu rends propice Sa bonté afin qu'Il ne me fasses périr avec mes iniquités !
Réjouis-toi, car tu pries incessamment mon Rédempteur qu'Il me donne le temps de me corriger !
Réjouis-toi car tu me pousses à passer dans la repentance tous les jours de ma vie !
Réjouis-toi, car tu m'inspires le désir de toujours faire pénitence de tous mes péchés devant le Seigneur !
Réjouis-toi, car tu m'instruis en tout temps à m'éprouver spirituellemnent et à confesser mes péchés !
Réjouis-toi, car tu fais jaillir de mon cœur la contrition et le chagrin lorsque j'ai irrité mon Dieu très bon !
Réjouis-toi, car tu m'incites à déplorer mon existence misérable et souillée !
Réjouis-toi, lumineux et inlassable intercesseur de mon salut !
Réjouis-toi, Ange du Seigneur, mon gardien vigilant !

KONDAKION 6

Je proclame à haute voix ton incessante sollicitude, pour le pécheur que je suis, ô mon Ange gardien. Car dans les chagrins et les adversités qui, en ce monde si tumultueux, troublent la paix de mon âme, tu te manifestes à moi comme prompt consolateur, m'instruisant que tout cela est envoyé par le Créateur très sage comme médicament contre les infirmités de mon âme et m'enseignant à chanter au bienfaisant Médecin céleste : alléluia !

IKOS 6

En mon âme assombri par le chagrin et la mélancolie resplendit la lumière de la consolation gracieuse, et mon cœur s'emplit d'allegresse et de joie lorsque, poussé par tes injonctions incessantes, j'ose comme le publicain, chanter au Dieu généreux afin qu'il soit miséricordieux et me pardonne mes péchés. Ne te tais donc pas, mon précepteur, m'instruisant et me fortifiant, moi qui te crie :
Réjouis-toi, qui m'aides à porter avec amour le bon joug de la patience salvatrice !
Réjouis-toi, qui m'affermis dans les malheurs et les tribulations par l'espoir dans le Seigneur Dieu !
Réjouis-toi, qui m'enseignes à surmonter avec courage chagrins et malheurs !
Réjouis-toi, qui chasses tout chagrin et abattement de mon cœur !
Réjouis-toi, qui me pousses à me battre contre l'ennemi cherchant à me prendre dans le filet du désespoir !
Réjouis-toi, qui me convaincs de croire aux paroles de l'Apôtre, disant que tous ceux qui veulent vivre pieusement seront persécutés!
Réjouis-toi, qui m'inspires à recevoir comme modèles de patience et d'endurance les Prophètes et les Apôtres !
Réjouis-toi, qui me montres en guise de consolation le chœur des Martyrs et Confesseurs, empressés de verser jusqu'à leur propre sang pour le Christ !
Réjouis-toi, qui présentes sans cesse à mon regard intérieur les souffrances du Seigneur et Sauveur Lui-même!
Réjouis-toi, qui adoucis mon cœur par l'espoir de la rétribution future !
Réjouis-toi, qui vivifies mon âme par l'attente toute joyeuse des biens éternels !
Réjouis-toi, mon bon et permanent consolateur !
Réjouis-toi, Ange du Seigneur, mon gardien vigilant !

KONDAKION 7

Voulant que tout homme soit sauvé, mon très miséricordieux Créateur t'a envoyé toi, Son Ange, comme mon garde fidèle et bon pédagogue durant la vie entière, afin que partout tu m'aides de tes saintes inspirations, me protèges contre les machinations du diable et me prépares par de bonnes actions à entrer avec les vierges sages dans le palais céleste, avec ce chant divinement beau : alléluia !

IKOS 7

Tu manifestes une nouvelle bonté, Mon Seigneur et Maître, à mon égard, moi l'inutile, et pécheur plus que tout serviteur. Car comptant pour rien ce que j'ai commis de féroce et de grave, Il ne m'a pas fait périr dans mes transgressions à ce jour et à cette heure, mais longanime à mon égard, Il attend miséricordieusement mon retour et mon sincère repentir. Je crois, mon bon gardien, que je suis gardé jusqu'à maintenant par ton incessante intercession pour moi auprès de Dieu. C'est pourquoi, mû par mon amour pour toi, je clame :
Réjouis-toi, car tu me préserves, moi qui suis ballotté dans la mer de l'existence, du naufrage final !
Réjouis-toi, car par ta main secourable, tu m'arraches au bourbier de mes transgressions !
Réjouis-toi, car tu secoues le songe pécheur de ma paresse funeste à l'âme !
Réjouis-toi, car tu ilumines par ta brillante présence mon esprit enténébré par la négligence !
Réjouis-toi, car tu m'aides à embraser par la prière mon cœur froid et presqu'éteint !
Réjouis-toi, car tu me relèves toujours par la glorification de Dieu !
Réjouis-toi, car tu disposes ma voix au chant, par lequel il est digne et juste de louer le Créateur de toutes choses !
Réjouis-toi, car tu m'apprends à glorifier mon Seigneur non seulement des lèvres, mais aussi du cœur !
Réjouis-toi, car tu m'incites à accomplir Sa très sainte volonté !
Réjouis-toi, car tu t'efforces de m'éduquer par l'abnégation et le retranchement de ma mauvaise volonté propre !
Réjouis-toi, car tu désires très sincèrement que j'acquière la simplicité de la colombe et la douceur de l'agneau !
Réjouis-toi, car tu intercèdes pour que me soient donnés la bénignité enfantine et le bon sens de la vieillesse !
Réjouis-toi, Ange du Seigneur, mon gardien vigilant !

KONDAKION 8

Je suis un voyageur et un étranger sur terre : ma vie est vaine et courte. Mais moi, le misérable, je ne fais pas apparaître à mon esprit l'obscurité de la mort et je ne pense pas au terrible jugement dans lequel je vais faire face au Juste Juge et rendre compte de chacune de mes actions et paroles. C'est pourquoi je te prie, gardien de mon âme, réveille-moi vite du sommeil pécheur, afin que l'heure de la mort ne m'atteigne pas avant mon amendement et que je parvienne à obtenir de Dieu très miséricordieux le pardon pour mes péchés, Lui chantant d'une voix allègre : alléluia !

IKOS 8

Lorsque le Seigneur de tous et mon Créateur me fera signe de me présenter hors de cette vie, toi, mon bon gardien, prévoyant les supplices menaçants qui m'attendent, préparés pour les maux spirituels et les pécheurs impénitents, couvre-moi des ailes de ta miséricorde, comme l'aigle ses oisillons, et lorsque mon souffle me quittera, que je te voie te tenant près de moi et chassant mes féroces ennemis. Pour cela, je te prie avec componction, proclamant :
Réjouis-toi, qui présentes à mon regard intérieur l'heure amère et terrible de la mort !
Réjouis-toi, qui me rappelles sans cesse cette heure toute à la fois inévitable et obscure !
Réjouis-toi, qui m'enseignes à regarder chaque jour comme le dernier de mon existence !
Réjouis-toi, qui me prépares en tout temps au départ vers l'autre monde !
Réjouis-toi, qui engendres en moi la componction de 1"âme et la contrition du cœur !
Réjouis-toi, qui désires toujours que je me repente au moins avant la fin de mes jours!
Réjouis-toi, qui me défends d'aimer le monde et ce qui est dans le monde !
Réjouis-toi, qui m'aides à déraciner de mon cœur la passion pour les richesses corruptibles !
Réjouis-toi, qui me montres que tous les biens terrestres sont temporaires et vite épuisés !
Réjouis-toi, qui me fais comprendre que toutes les beautés de ce monde sont semblables à la fleur des champs !
Réjouis-toi, qui m'interdis de rechercher la gloire humaine, pareille à une ombre mouvante !
Réjouis-toi, Ange du Seigneur, mon gardien vigilant !

KONDAKION 9

J'ai commis tous les péchés en cette vie, et ma vie s'est écoulée dans une grande vanité, je touche à ma fin : mes ennemis se précipitent sur moi, avides de me dévorer et de me précipiter au fond de l'enfer. C'est pourquoi je te prie, mon bon gardien, de m'être un protecteur, lorsque je m'apprêterai à traverser les terribles péages, et conduis-moi sain et sauf jusqu'aux portes du Royaume Céleste, où les chœurs angéliques accueillent ceux qui clament : alléluia !

IKOS 9

La langue prolixe ne pourrait énumérer ce que tu as accompli pour moi, mon saint protecteur, durant toute ma vie : car, accueillant mon âme dès les saints fonts baptismaux, tu m'as protégé durant mon âge tendre, tu m'as enseigné et éduqué durant mon enfance, tu m'as sauvegardé de mon inclination au péché au cours de mon adolescence, tu m'as dirigé dans les étapes de ma maturité, tu m'as protégé dans toutes mes voies jusqu'à la vieillesse, me réprimandant et me consolant, partout m'aidant et me guidant sur le chemin du salut. C'est pourquoi je te crie avec gratitude :
Réjouis-toi, car jamais tu ne m'as privé de ton aide et intercession !
Réjouis-toi, car , me relevant du sommeil, tu m'as dressé pour rendre grâce au Seigneur, qui affermit nos forces !
Réjouis-toi, car tu m'as appris à sanctifier le prémice de toute journée par la prière !
Réjouis-toi, car tu m'as interdit, sans prière au très bon Providentiel, de commencer quoi que ce soit par confiance en soi-même !
Réjouis-toi, car tu t'efforces d'extirper de mon cœur la présomption !
Réjouis-toi, car tu me pousses à avoir sur les lèvres et à garder dans le cœur le Nom très doux du Seigneur Jésus Christ !
Réjouis-toi, qui en tout temps me suggères de n'utiliser ma langue que pour proférer des paroles nécessaires et utiles !
Réjouis-toi, car tu me préviens contre le bavardage, le verbiage et plus encore le blasphème !
Réjouis-toi, car tu es toujours présent quand je mange, je bois ou fais quoi que ce soit d'autre !
Réjouis-toi, car tu t'efforces toujours de m'enseigner la tempérance quant à la nourriture et la boisson !
Réjouis-toi, car tu me gardes dans mon sommeil et chasses les ennemis qui veulent me tenter par des songes trompeurs !
Réjouis-toi, car tu fais obstacle à ma tendance voluptueuse et suggères à mon regard une chaste pudeur !
Réjouis-toi, Ange du Seigneur, gardien vigilant !

KONDAKION 10

Ô mon Jésus très bon, venu sauver tous les hommes, avec componction je Te prie, dans Ta miséricorde pardonne la multitude et la démesure de mes mauvaises actions, fléchi en cela par les saintes prières de ton serviteur immatériel que Tu m'as assigné dès l'enfance, toi qui es Ami de l'homme, afin que je devienne digne d'entrer dans la chambre nuptiale de ta gloire et de te chanter avec les esprits des justes : alléluia !

IKOS 10

Tu te manifestes à moi comme un rempart, Ange saint, contre les entreprises haineuses de mes ennemis qui cherchent ma perte éternelle et affaiblissent mon âme par la paresse et l'insouciance. Je te prie donc, ô mon Gardien, de me faire obtenir par ton intercession, lorsque mon âme quittera mon corps, de participer au Corps très pur et au Sang très saint de mon Sauveur, afin que fortifié par cette nourriture incorruptible et cette boisson vivifiante, j'arrive sans crainte dans l'autre monde, te chantant à toi, mon bienfaiteur :
Réjouis-toi, car te as reçu le pouvoir et la puissance de repousser l'attaque contre moi du démon !
Réjouis-toi, car tu as reçu de Dieu la force pour défaire mes ennemis invisibles !
Réjouis-toi, car tu peux me délivrer de tous les forfaits et les embûches diaboliques !
Réjouis-toi, car tu rejettes loin de moi l'assaut du chef des amers péages, du terrible prince de ce monde !
Réjouis-toi, car protégé par ta présence, j'ai l'espoir d'arriver indemne aux péages aériens !
Réjouis-toi, car, affermi par ton aide, je m'attends à n'être pas retenu à l'extérieur des portes du paradis désiré !
Réjouis-toi, car puissante auprès de Dieu est ton intercession pour moi afin que je ne sois pas jeté dans les ténèbres extérieures !
Réjouis-toi, car tu me suggères sans cesse de fléchir le Seigneur par les larmes de la repentance, afin que je sois délivré de la géhenne infernale !
Réjouis-toi, car tu m'incites à prier jour et nuit afin que je ne sois pas envoyé au tourment avec les démons !
Réjouis-toi, mon guide et mon pédagogue inlassable !
Réjouis-toi, mon puissant intercesseur et prompt secours !
Réjouis-toi, Ange du Seigneur, mon gardien vigilant !

KONDAKION 11

Ce chant, même s'il t'est dédié avec zèle, mon saint gardien, je sais qu'il ne suffit pas à exprimer mon intime reconnaissance pour tous les bienfaits que tu m'as accordés et que tu ne cesses d'accomplir même jusqu'à ce jour et cette heure. Mais je te prie aussi pour qu'avec ton intercession, je me rende propice le Créateur, qu'à Son terrible Jugement Il m'épargne d'être placé à Sa gauche et m'accorde de Lui chanter avec tous les saints : alléluia !

IKOS 11

Ma lampe s'éteint et je n'ai pas l'huile des bonnes oeuvres pour la rallumer. Et où me tournerai-je, moi le misérable appesanti par le sommeil du péché, quand soudain m'atteindra au milieu de la nuit l'heure de ma fin ? Mais pour que je n'entende pas moi aussi, comme les vierges folles, la voix redoutable de l'Epoux : « Je ne te connais pas ! », aide-moi, mon gardien vigilant, à remplir les vases de mon âme de l'huile des bonnes oeuvres et surtout de la miséricorde et de l'humilité. Et maintenant, reçois de moi ce chant :
Réjouis-toi, qui m'inspires toujours d'avoir à l'esprit le Seigneur seul !
Réjouis-toi, qui renouvelles en mon cœur le commandement de l'amour pour le Très Bon !
Réjouis-toi, qui me pousses à aimer le Créateur de tout mon esprit et de toute ma pensée !
Réjouis-toi, qui me rappelles d'avoir pour mon prochain un amour sincère plaisant à Dieu !
Réjouis-toi, qui m'instruis à les aimer non par la parole ou la langue, mais en acte et en vérité!
Réjouis-toi, qui me suscites le désir de les aider en toute nécessité !
Réjouis-toi, qui me prescris de consoler les affligés et de défendre les offensés !
Réjouis-toi, qui m'inclines à distribuer de mes biens aux pauvres et indigents !
Réjouis-toi, qui stimules mon âme, selon le précepte du Sauveur, à être prêt à donner ma vie pour mes amis !
Réjouis-toi, qui me fermes les yeux, pour qu'ils ne voient pas les transgressions de mon frère !
Réjouis-toi, qui ne me permets pas de juger mon prochain tombé dans le péché!
Réjouis-toi, qui me défends de prêter foi aux dénonciateurs de mon compagnon !
Réjouis-toi, Ange du Seigneur, mon gardien vigilant !

KONDAKION 12

La grâce te fut donnée par le Seigneur tout-puissant, ô mon saint protecteur, pour me garder dans toutes mes voies, afin que mon pied ne heurte contre la pierre de quelque tentation, jusqu'à ce que tu me présentes, sauvé, au Christ Dieu, à qui toutes les puissances célestes incessamment clament : alléluia !

IKOS 12

Je chante ta miséricorde digne d'émerveillement et ton abondante indulgence, ô esprit prompt à te mouvoir, serviteur incorporel du Seigneur : car tu ne dédaignes pas la pesanteur de mon péché et ne cesses pas d'offrir pour l'infâme que je suis tes saintes prières auprès du Trône très saint de Dieu tri-hypostasié, afin qu'Il ne me fasse pas périr pour les siècles, mais me fasse hériter du Royaume Céleste. Veuille donc accepter de la chambre secrète de mon âme cet hymne qui t'est dédié :
Réjouis-toi, car tu m'écartes des péchés par le rappel du terrible Jugement de Dieu à venir !
Réjouis-toi, car tu m'incites à préparer mon âme, comme une fiancée, à rencontrer l'Epoux très beau, le Christ !
Réjouis-toi, car toujours tu désires que j'accomplisse des actes dignes de Son palais nuptial !
Réjouis-toi, car sans cesse tu m'enseignes à allumer la lampe de mon âme, afin qu'avec les vierges sages, les âmes justes, j'y entre !
Réjouis-toi, car tu me pousses à me dépouiller de mon vêtement du péché !
Réjouis-toi, car tu m'aides à revêtir la tunique d'innocence et de pureté !
Réjouis-toi, car tu intercèdes pour qu'au jour du terrible Jugement du Christ, il me soit accordé de me tenir Sa droite !
Réjouis-toi, car tu supplies la bénévolence divine de me joindre au chœur des élus !
Réjouis-toi, car tu suscites aussi la prière au Seigneur de tes co-habitants célestes, afin qu'Il me loge avec eux en Son Royaume !
Réjouis-toi, mon bon et audacieux surveillant !
Réjouis-toi, ardente prière et bonne autorité pour le pécheur que je suis !
Réjouis-toi, ma ferme espérance après le Seigneur Dieu et Sa Très Sainte Mère !
Réjouis-toi, Ange du Seigneur, mon gardien vigilant !

KONDAKION 13

Ô lumière pleine de gloire et de raison, Ange de Dieu ! Reçois cet hymne de gratitude et de prière, et lorsque je me relèverai de terre pour le Jugement, montre alors ta miséricorde pour le pécheur que je suis. Tiens-toi près de moi, tranquille et joyeux, remplaçant ma crainte par l'espoir du salut, afin que dans les demeures célestes je sois jugé digne de chanter de concert avec toi pour les siècles des siècles au Roi de Gloire sur-éternel : alléluia!

(Ce kondakion est lu trois fois, puis, à nouveau, l 'ikos 1 et le kondakion 1)

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » mar. 31 mai 2005 10:08

-----Reclassement de la rubrique: Les anges dans l'Eglise orthodoxe -----


aline Posté le: Dim 29 Mai 2005 23:27

bonjour, je souhaite avoir l'avis de l'église orthodoxe concernant les prières aux anges ( gardiens et autres). Est -il conçu l'existence de plus de 4 anges selon la foi orthodoxe ?

------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Antoine Posté le: Lun 30 Mai 2005 2:21

XB!

Les anges sont des myriades et répartis en 9 hiérarchies célestes. Avant de vous répondre plus exhaustivement pourriez-vous nous dire d'où vous tirez ce chiffre de 4? Quel est le sens de votre question?

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
aline Posté le: Lun 30 Mai 2005 14:47

Merci antoine de m'avoir répondu

J'ai cru comprendre à travers plusieurs lectures qu'effectivement les anges sont réparties en 9 hierachies celestes . cependant, j'ai été baptisé dans l'eglise romaine où on ne dit on ne reconnaitre que l'existence de 3 anges qui y sont nommés Saints Raphael, Gabriel, et Michel, cependant, j'ai aussi lu que dans la bible apparait l'Ange uriel dans le livre d' Enoch.

J'avoue que je frequente l'Eglise orthodoxe qui correspond mieux à ma spiritualité depuis quelques temps La Divinne liturgie, les icones ... , cependant, je me pose des questions au sujet des anges.
Quand je peux et ce depuis bientôt un an je vais participer à la liturgie 2 fois par semaine , à defaut une fois, le dimanche.

J'ai tendance à beaucoup me rapprocher des anges dans ma conception de la spiritualité, et j'aimerai bien savoir quel est la position de l'Eglise orthodoxe à propos des 9 hierarchies des anges et à propos des gens qui adressent leurs prières aux anges .
pour moi Dieu peut se manifester à travers les anges et adresser une prière à un ange des 9 hierachies celestes et pas à un autre c'est l'adresser à Dieu Le père celeste Lui même.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Jean-Serge Posté le: Lun 30 Mai 2005 16:07

Bonjour Aline

Juste une précision, le livre d'Enoch est un apocryphe qui donc ne figure pas dans la Bible. Le 4e ange manquant est Raphael dont il est question dans le livre de Tobie...

Il me semble que l'Eglise s'est toujours montrée très pondérée en matière d'anges de telle sorte que cela ne dégénère pas. Hélas il suffit de regarder les rayons de certaines librairies pour voir que ces excès se produisent à la faveur du New Age et de la vague ésotériste : "Dialogue avec l'Ange", "Prière aux Anges", "Parlez avec votre ange gardien" et j'en passe... Ces excès sont réellement dangereux car ces livres défendent une vision totalement anti-chrétienne où l'homme est le maître de l'ange qu'il lie par telle ou telle invocation par tel ou tel rite... Dieu est lui-même occulté. Il faut dire que ces livres empruntent généreusement à l'ésotérisme juif qui se base sur une interprétation douteuse de la Bible et sur le Talmud. Il semblerait même qu'il y ait des emprunts aux croyances babyloniennes, ce qui incite, je crois à la plus grande prudence... quant à ces livres donnant le nom de votre Ange gardien , l'heure à laquelle l'invoquer pour telle ou telle chose...

Je pense que cette sobriété en matière d'ange se retrouve dans la Bible : on ne connaît que le nom des 4 anges... et le sujet n'est pas développé excessivement.

Pour ce qui est de la prière aux anges, il existe des prières adressées à l'Ange Gardien... Je ne pense pas toutefois que la fonction première de l'Ange soit de transmettre les messages de l'Homme vers Dieu mais plutôt dans le sens inverse (l'ange étant un messager). En terme de prière d'intercession, il faut je pense préférer celles des Saints car ils ont en commun une nature humaine déifiée et nous aussi tentons comme eux de progresser sur ce chemin. ll faut aussi je pense se souvenir qu'on peut aussi s'adresser aussi à la Sainte Trinité directement...

Je voudrais vous préciser une dernière chose. Vous dites "Dieu peut se manifester à travers les anges". Il faut savoir que bien souvent dans l'Ancien Testament, l'Ange du Seigneur n'est autre que le Verbe lui-même avant l'Incarnation, qui visite les hommes sous cette forme. Mais bien sûr l'incarnation ayant eu lieu cela ne se produit plus...
_________________
Priidite, poklonimsja i pripadem ko Hristu.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Georges Papathanassios Posté le: Lun 30 Mai 2005 16:43

Aline, pourriez-vous nous indiquer quelle tradition liturgique orthodoxe vous intégrez ? Grecque, slave, autre?

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Anne Geneviève Posté le: Lun 30 Mai 2005 19:51

Une petite remarque. Jean Serge parle de la mode ésotérique des anges en citant les Dialogues avec l'Ange de Gitta Mallasz. Il me semble que, même si les protagonistes de cette aventure n'étaient pas formellement orthodoxes puisqu'il y avait 3 juifs et une catho romaine, Gitta elle-même, le contexte (guerre, nazisme, 3 d'entre eux morts en camp) et le fait que les jeunes gens n'aient pas été les instigateurs du contact invite à lire ce texte avec un autre regard. Il ne s'agit pas alors d'ésotérisme mais d'une expérience spirituelle authentique mais "hors cadre". N'oublions pas que l'Esprit souffle où Il veut, dans l'Eglise et hors de ses limites visibles et souvenons nous du conseil de l'Apôtre, n'éteignez pas l'Esprit. Prudence et discernement sont nécessaires mais la condamnation systématique des expériences des autres est elle aussi douteuse.
_________________
spécialiste d'histoire des Eglises

------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Stephanopoulos Posté le: Lun 30 Mai 2005 20:19

Bonjour Jean-Serge,

Il me semble que le Livre de Tobie fait plutôt mention de l'archange Raphaël!

Pour ce qui est des expériences "hors cadre", je crois que cela rejoint ce que disait l'higoumène Wade à propos de Bernadette Soubirou: " Je crois que les expériences mystiques s'expriment dans les critères culturels et religieux de ceux qui les ont, ce ne sont pas des "preuves" ou des "révélations".
Pour ma part, je crois que l'enseignement et la spiritualité orthodoxe est assez vaste! Pourquoi chercher ailleurs?

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jean-Louis Palierne Posté le: Lun 30 Mai 2005 22:11

Sur les hiérarchies angéliques il faut lire l'œuvre de saint Denys l'Aréopagite sur ce sujet. C'est un des ouvrages fondamentaux de la littérature patristique (peu importe que le nom de Denys l'Aéropagite soit probablement le pseudonyme d'un auteur postérieur : l'Église y a reconnu l'un de ses plus grands maîtres). C'est lui qui a donné le premier enseignement orthodoxe sur les hiérarchies angéliques.

Les œuvres de saint Dents ont été traduites en français par Maurice de Gandillac dans les années 50, et plusieurs fois rééditées.
_________________
Jean-Louis Palierne
palierne@noos.fr

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

aline Posté le: Mar 31 Mai 2005 1:28

j'integre la tradition liturgique roumaine.

Personnellement, le monde ésoterique ne m'a souvent pas attiré, cependant, j'ai eu une experience bouleversante qui m'a emmené à me poser des question .
En fait j'ai connu une periode de grande détresse dans ma vie en 2003. J'ai perdu mon père qui nous aimait beaucoup et pour qui j'ai beaucoup d'amour; de plus, j'étais à 16h de vols de lui et n'ai pu assister à son enterrement car , à ce même moment je risquais de perdre ma fille qi est née en 2001 et que j'ai accepter d'élever toute seule malgré les propositions et ménaces du père qui biologique qui n'en voulait pas , aprés sa naissance s'est rapproché du tribunal et m'a fais un procès.
Au moment où j'ai appris ce décès, je me sentais à bout de force et ne tennais plus que pour ma fille qui n'avait pas demandé à naître.
J' avais donc décidé de tout vendre afin de me rapprocher géographiquement de ma famille, car à cette distance j'étais vraiment seule humainement et, j'avais pu traverser et surmonter toutes les difficultées que j'ai eu par le presence de Dieu à travers les prières à l'esprit saint , ...qui m'aident beaucoup .
ma première experience se situe donc à cette periode où, pour moi j'avais tout perdu et désesperais, un soir pendant mon sommeil, j'ai été conseillé de lire un psaume dans la bible , numeros et page précise. Je me suis donc réveillée , je savais que j'avais pas rêvé car je vis seule depuis bien lontemps; ce psaume a repondu à toutes mes questions et en résumé il m'a dis que le seigneur est toujours present quoi qu'il arrive je ne serrais jamais seul. J'ai repris confiance en moi et j'ai continuer mes prières quand je pouvais, puis le lendemain, on m'a montré un livre à acheter d'abord sur l'ange gardien puis, sur les Neufs hiérarchies celeste et pour corroner tout celà , on m'a demandé à faire la neuvaine au neufs choeur des anges avec des sièges à allumer,( A cette époque là je connaissait un peu l'église orthodoxe mais ne le frequentait pas encore).
ce qui m'avait encore plus perturbé en cette période est que ,j'avais des précisions sur les librairies où ils étais vendus car ils n'étais pas tous dans les mêmes librairies , et j'ai poussé la curiosité à d'abord commencer à chercher ailleurs mais non, je ne pouvais les trouver qu' à ces endroits précis;ma vie avais de nouveau rebasculée.
Ayant vécu avec les religieuses et étant parti du monastère 6 ans après car j'ai cru comprendre et avec les autres que ce n'étais pas ma vocation,j'étais vraiment perdu car, j'étais sans cesse à la recherche de quelque chose que je ne retrouvais pas dans les messes ordinaires et avais arreté d'y aller.
J'ai donc dû traverser ces bouleversement seule et évitais d'en parler , j'évitais de me faire juger ou traiter de quelqu'un qui perd la tête, car tout celà je l'ai vraiment vécu, mais j'avais et j'ai grande confiance en Dieu. C'est donc ainsi que je me suis retrouvé à chercher , à accepter et à faire le tri des propositions qui m'étais données. Et un soir j'ai reçu une adresse où il fallait m'y rendre afin de rencontrer quelqu'un car je me demander où recommencer à aller le dimanche et me sentir bien.

Dans la nouvelle ville où je m'étais installer, je n'osait plus aller à la messe car j'avais été faire la confession une fois et un des prêtres m'a fais savoir en face qu'il fallait que je reparte ailleurs car dans cette ville les gens y sont très raciste, ( j'ai su plutard à travers un autre de la même paroisse et c'est lui qui l'étais) j'avais eu beaucoup de chagrin ce jour , j'ai beaucoup pleuré et j'ai demandé à Dieu de m'aider à enfin me retrouver car de nouveau j'étais perdu car tout allait bien mais pour moi je n'avais pas l'éssentiel .
Il m'a donc été demandé d'aller dans telle rue à telle heure et à telle adresse sonner, demander à rencontrer un prêtre. c'étais la maison d'habitation d'un diacre Orthodoxe car il me l'a dis plutard au fil des conversations , nous avons discuter pas de ma vie spirituelle mais d'autre chose et il m'a donné l'adresse de la paroisse . je n'y suis pas aller de suite mais le jour où j'y ai été j'ai compris que je m'étais enfin trouvé, et depuis ce jour j'y suis resté et je suis spirituellement épanouie car c'est ce qui me manquait.
Je n'avais pas un besoin financier mais le prêtre a commencer par là, ça m'a choqué au départ mais, je l'ai pris differement et l'ai accepter, c'étais peut être sa façon de m'accueillir car malgré sa pauvreté financière il l'a fait avec le peu qu'il avait et non celui de la paroisse pour éviter certains commentaires vis à vis de moi. Je lui ai fait savoir que je n'étais pas dans le besoin et il a insisté pendant près de trois moi, mais je ne lui ai jamais dis comment je suis arrivé à cette paroisse car il m'a posé la question je lui ai tout simplement dis que je ne sais pas.

C'est une experience personnelle que je partage pour la première fois, je ne souhaite pas me retrouver dans un ésoterisme quelconque et surtout ne souhaite pas être traité de celle qui allucine , c'est pourquoi ,je me suis souvent abstenue d'en parler.
ce que je veux c'est faire la volonté de Dieu et je ne peux étouffer ce qui est en moi et ces méssages que je reçois, je ne vois pas d'image et je ne peux vous dire si cette voix est aïgue ou grave , et dans ma vie actuelle quand je me pose des question j'ai les reponse que ce soit dans mon sommeil ou pas : quel chemin prendre , quel acte poser sans offenser Dieu , et si je me permet de ne pas écouter les conséquences ne m'échappent pas , et dès lors je demande à être sur le droit chemin et je reçois toujours un message.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Jean-Serge Posté le: Mar 31 Mai 2005 9:20

Stephanopoulos a écrit:
Bonjour Jean-Serge,

Il me semble que le Livre de Tobie fait plutôt mention de l'archange Raphaël!


Oui bien sûr...Veuillez excuser mon erreur grossière...
_________________
Priidite, poklonimsja i pripadem ko Hristu.

aline
Messages : 9
Inscription : dim. 29 mai 2005 23:18

Message par aline » mar. 31 mai 2005 11:03

Je te remercie Antoine, comme tu peux le constater j'ai trouvé la rubrique les anges et j'y ai trouvé l'Acathiste au Saint Ange gardien.
c'est genial ; il est magnifique et je n'an avais jamais entendu parlé.
merci encore.

Aline

Jean-Louis Palierne
Messages : 1044
Inscription : ven. 20 juin 2003 11:02

Message par Jean-Louis Palierne » mar. 31 mai 2005 11:29

Aline,

Dieu nous garde tous et il est plus près de nous que tout ce que nous pourrions imaginer. Sa Résurrection, c'est-à-dire la victoire définitive qu'Il a remportée sur la mort, sur le péché et le Diable, nous accorde toute la Grâce qui nous est nécessaire en tout instant de notre vie. Nous avons la présence parmi nous de sa Très sainte Mère, qui nous recouvre de sa protection. Parmi nous également sont tous les saints, celui qui nous a donné notre nom, ceux du lieu où nous sommes et tant d'autres encore, même ceux dont nous ignorons les noms. Le Seigneur nous envoie aussi à chacun en particulier un ange gardien, et il les envoie partout où il sait qu'il y en a besoin.

Dans l'Église orthodoxe, nous trouvons tout ce qui nous est nécessaire en abondance. Nous n'avons rien à craindre, et le besoin qui nous chatouille parfois d'aller chercher ailleurs quelque chose d'autre est une illusion malsaine.

Je vous souhaite de poursuivre votre chemin.
Jean-Louis Palierne
paliernejl@wanadoo.fr

eliazar
Messages : 806
Inscription : jeu. 19 juin 2003 11:02
Localisation : NICE

Les Anges

Message par eliazar » mar. 31 mai 2005 16:36

Je voudrais seulement apporter une toute petite retouche au message d'hier, envoyé par Anne Geneviève et relatif aux "Dialogues avec l'Ange" de Gitta Mallasz.

Anne Geneviève a en effet écrit :

"Il me semble que, même si les protagonistes de cette aventure n'étaient pas formellement orthodoxes puisqu'il y avait 3 juifs et une catho romaine, Gitta elle-même, le contexte (guerre, nazisme, 3 d'entre eux morts en camp) et le fait que les jeunes gens n'aient pas été les instigateurs du contact invite à lire ce texte avec un autre regard. Il ne s'agit pas alors d'ésotérisme mais d'une expérience spirituelle authentique mais "hors cadre". N'oublions pas que l'Esprit souffle où Il veut, dans l'Eglise et hors de ses limites visibles et souvenons nous du conseil de l'Apôtre, n'éteignez pas l'Esprit. Prudence et discernement sont nécessaires mais la condamnation systématique des expériences des autres est elle aussi douteuse."

Il n'y a aucune nécessité à "condamner systématiquement" les "Dialogues avec l'Ange" de Gitta Mallasz. Pas plus qu'il n'est utile de leur imposer d'abord le filtre d'une nécessaire critique, du style : " l'auteur et unique survivante n'en a-t-elle pas rajouté ? un livre publié à une époque où aucun des autres témoins ne vit encore, et donc ne peut encore contester ce que l'auteur raconte, est-il encore crédible ?" etc. etc.

Il devrait amplement suffire, pour jeter cet intéressant et séducteur gros livre au feu, de lire vers la fin les quelques pages où ce curieux "Ange" (à moins que ce ne soit Mme Gitta Mallasz elle-même) parle de la Mère de Dieu en termes carrément gnostiques (qui l'apparentent de toute évidence à la "Mère Divine" des ésotéristes, plutôt qu'à l'humble vierge d'Israël à qui Gabriel fut envoyé afin qu'elle devienne Mère de Dieu fait homme) pour comprendre que si Ange il y a vraiment eu (ce dont je suis loin d'être certain pour ma part, après avoir lu et relu tout ce fatras "à la mode") - il ne pouvait s'agir que d'un ange rebelle, cherchant à tromper ses "auditeurs" de manière subtile - et non d'un Ange de Dieu.

Quel étonnement, alors, de lire sous la plume d'Anne-Geneviève que dans ces sulfureux Dialogues avec l'Ange ... " Il ne s'agit pas d'ésotérisme mais d'une expérience spirituelle authentique mais "hors cadre" !

On croirait lire Victor Hugo se délectant de découvrir qu'il peut faire tourner les tables...

-------------------------------

Je mesure l'audace de ma petite réflexion, l'adressant avec mes gros sabots (et sur un sujet aussi "attirant") à une " spécialiste d'histoire des Eglises" - mais après tout Anne Geneviève elle-même n'a-t-elle pas lu quelques rubriques de ce Forum avant de poster ce message ?

Dans ce cas elle est loin d'ignorer qu'en tant qu'orthodoxes nous ne croyons pas qu'il y ait "plusieurs" Églises. Sauf à nommer "églises" (par antiphrase) ...les églises de Satan.

Aussi son message me fait-il penser, en fait d'anges, à ce Gabriel que selon Mahomet nous devrions prendre pour l'auteur "mystique" d'un autre livre à succès (le Coran), mais qui aurait enseigné au "prophète" le CONTRAIRE de ce que l'Évangile enseigne - et le contraire, en fait, de ce à quoi l'archange Gabriel - le vrai - a lui-même participé le jour de l'Annonciation.

Il y a encore un autre "Ange" qui mériterait d'être plus célèbre (tout au moins plus connu des orthodoxes : ce qui leur éviterait de se faire piper à tous les coins de rues par des éditeurs malins), c'est celui qui apporta à un certain "prophète" américain une paire de lunettes roses qui lui permirent de lire enfin les phrases secrètes de la Bible - cachées depuis des siècles et des siècles à tous les yeux, entre les lignes des éditions imprimées par "les églises" (pouah!).

Ne s'appelait-il pas l'Ange Mormon, celui-là ?

Oui, "souvenons nous du conseil de l'Apôtre, n'éteignez pas l'Esprit. Prudence et discernement sont nécessaires ", en effet. Et plus que jamais!
Dernière modification par eliazar le mar. 31 mai 2005 17:01, modifié 1 fois.
< Demeurons dans la Joie. Prions sans cesse. Rendons grâce en tout... N'éteignons pas l'Esprit ! >

Jean-Serge
Messages : 340
Inscription : mer. 14 juil. 2004 12:19
Localisation : Ile de France

Message par Jean-Serge » mar. 31 mai 2005 16:54

Et pour conclure sur les anges, rappelons-nous Saint Paul dans son épître aux Galates :
"Mais si nous-mêmes, ou si un ange du ciel vous annonçait un évangile différent de celui que nous vous avons annoncé, qu'il soit anathème. Nous l'avons dit précédemment, et je le répète maintenant : si quelqu'un vous annonce un évangile différent de celui que vous avez reçu, qu'il soit anathème" (Galates 1:8-9).
Priidite, poklonimsja i pripadem ko Hristu.

Stephanopoulos
Messages : 269
Inscription : ven. 05 mars 2004 13:14
Localisation : Vaud, Suisse

Message par Stephanopoulos » mar. 31 mai 2005 18:50

Jean-Serge, il est tout-à-fait normal que nous nous éclairions mutuellement, c'est cela le forum, et c'est cela aussi l'orthodoxie!

Bien à toi!
Stephanopoulos

eliazar
Messages : 806
Inscription : jeu. 19 juin 2003 11:02
Localisation : NICE

Les Anges

Message par eliazar » mer. 01 juin 2005 0:22

Le Synaxaire de l'Église Orthodoxe contient quelques textes et commentaires qui me semblent très éclairants, à propos des Anges.

SYNAXAIRE DE L’ÉGLISE ORTHODOXE
Édition To Perivoli tis Panaghias (Thessalonique)
Tome I, mois de Novembre (notice du 8), pages 451 et seq.


 Le 8 de ce mois, Synaxe des Archistratèges de la milice céleste, MICHEL et GABRIEL et des autres Puissances célestes et incorporelIes.

De toute éternité Dieu est Lumière: la seule véritable Lumière éternelle, immatérielle, infinie et absolument incompréhensible. Il repose dans le secret inaccessible de sa Nature unique et jouit de la communion inexprimable d’amour entre ses trois Hypostases: le Père, le Fils et le Saint Esprit. Il est bon et principe de toute Bonté et de tout Amour; c’est pourquoi Il ne s’est pas contenté de sa propre contemplation, mais dans la surabondance de sa bonté Il a voulu qu’un autre participât à Sa Lumière - et Il a tiré le monde du non-être à l’existence.
Avant de créer le monde visible, Il a amené à l’existence par son Verbe et perfectionné en sainteté par son Saint Esprit la nature angélique, faisant des Puissances célestes et incorporelles ses serviteurs zélés, et ardents comme un feu immatériel. Ils sont des lumières secondes, qui reçoivent par la Grâce du Saint-Esprit les illuminations de la Lumière première et sans principe (incréée), et la participation à son immortalité. Fidèles images de l’essence divine, les saints Anges sont de nature spirituelle, dépourvus de la lourdeur du corps, toujours en mouvement, libres et raisonnables. Ils voient Dieu dans la mesure où ils peuvent l’atteindre et trouvent dans Sa contemplation leur nourriture, leur stabilité et la raison même de leur existence.
Bien qu’ils soient libres de toutes affections du corps, ils ne sont pourtant pas impassibles comme Dieu, car ils ont été créés par un changement (le passage du non-être à l’être). Ainsi sont-ils difficilement portés au mal, mais non à l’abri de son atteinte. C’est pourquoi ils doivent faire usage de la souveraine liberté que Dieu leur a accordée pour persévérer dans le bien et progresser dans la contemplation des mystères divins, sous peine d’être entraînés irrémédiablement vers le mal et ]’éloignement de Dieu, et sans pouvoir alors compter, comme l’être humain, sur le repentir, car ils sont dépourvus de corps.
Sans corps, ils ne sont pourtant pas totalement immatériels: seul le divin est véritablement sans matière et incorporel (car impassible et au-delà de tout mouvement). Ils sont circonscrits dans le temps et l’espace. Lorsqu’ils sont dans le ciel, ils ne sont pas sur la terre; et envoyés par Dieu sur la terre, ils ne demeurent plus au ciel. Leur nature subtile les fait échapper aux limitations que sont pour nous les murs, les portes et les sceaux, lorsqu’ils sont envoyés par Dieu en mission auprès des hommes et que pour cela, ils empruntent une forme corporelle nous permettant de les voir. De même, leur légèreté et leur extrême rapidité de mouvement leur permettent de traverser l’espace presque instantanément ou de deviner les pensées des hommes, ce qui nous fait croire qu’ils sont dotés de l’omniscience divine. Mais, comme êtres créés, ils ne sont toutefois ni doués d’omniscience, ni susceptibles de se trouver en deux endroits simultanément. S’ils prophétisent, c’est par grâce et par ordre divin, non par leur propre vertu.

Dieu les a faits ses serviteurs et les envoie («ange» signifie «envoyé») veiller sur la terre. Ils président aux peuples, aux nations et aux Églises (selon l’Apocalypse, chaque Eglise locale possède un ange protecteur), et ils assurent la marche des desseins de la Providence à notre égard: aussi bien en général que pour chacun en particulier. Dieu a placé invisiblement auprès de chacun d’entre nous personnellement un Ange Gardien, qui veille constamment sur nous, sans cesser d’être auprès de Dieu. I1 nous suggère le bien par la voix de notre conscience, nous aide à éviter les pièges du Diable et attise en nous le feu salutaire du repentir lorsque nous avons péché.

Seul le Créateur connaît le genre et les limites de la nature angélique. Elle est une par rapport à Dieu, mais innombrable par rapport à nous. «Un fleuve de feu coulait devant Lui... Mille milliers Le servaient, et des myriades de myriades se tenaient devant Lui» dit le prophète Daniel (Dan. 7, 10). Nous ne pouvons pas les dénombrer, c’est pourquoi la sainte Tradition a coutume de les ranger en neuf ordres divisés en trois triades.
La première disposition hiérarchique est celle qui est toujours auprès de Dieu et qui est immédiatement unie à Lui, avant les autres et sans intermédiaire. Elle comporte les Séraphins, dont le nom en hébreu signifie: «brûlants». En effet, leur mouvement éternel et stable autour des réalités divines leur donne le pouvoir d’élever leurs subordonnés vers Dieu en animant en eux la chaleur purificatrice et lumineuse de la vertu.
Les seconds, de même rang mais de fonction distincte, sont les Chérubins, dont le nom évoque la plénitude de leur connaissance de Dieu. On les représente couverts d’yeux de toutes parts, en signe de leur aptitude à contempler la lumière divine.
Les troisièmes sont les Trônes, sur lesquels Dieu trouve repos impassible.

La seconde triade, intermédiaire, transmet avec bonté et ordre les décrets de la Providence et élève les esprits de rang inférieur vers l’imitation de Dieu. Elle se compose des Dominations, des Vertus et des Puissances.

La troisième triade achève la hiérarchie céleste. Elle comporte les Principautés, les Archanges et les Anges. C’est par ces derniers que Dieu nous communique les décrets de Sa Providence et, comme ils sont les plus proches de nous, c’est eux qu’Il envoie sous une forme corporelle lorsqu’Il le veut.

Dans le plan divin, l’homme, en la personne d’Adam, devait être le dixième ordre de cette hiérarchie et devait achever la perfection de la création (Luc 15, 1-10)- Comme il déchut et se soumit à la mort, le Christ s’est précipité (ou abaissé)du haut des Cieux (kénose)pour le tirer de l’enfer. Il traversa les degrés de la hiérarchie angélique, prit un corps et releva par Sa Résurrection la nature humaine bien au-delà du rang où elle se trouvait à l’origine, en la faisant siéger à la droite de Dieu, au-dessus des Chérubins et des Séraphins.

Mais avant cela, au moment où Dieu créa le monde invisible, la plénitude innombrable de la hiérarchie céleste jouissait de la lumière de Dieu et menait une ronde sacrée, simple et incessante, en chantant d’une voix forte: «Saint, Saint, Saint est le Seigneur Sabaoth (i.e. «des Armées» ou « des cohortes »), le ciel et la terre sont remplis de Sa gloire» (Is. 6, 3). Or l’esprit céleste qui tenait alors le premier rang, le plus proche de Dieu, et qui était tout irradié de Sa lumière, Lucifer, vint à tirer orgueil des privilèges qu’il avait reçus et voulut s’assimiler au Très-Haut. Il se dit: «Je monterai dans les Cieux: au-dessus des étoiles de Dieu, j’élèverai mon trône; je monterai sur les sommets des nues: je serai assimilé au Très-Haut » (Is 14, 14) - Il n’était pas mauvais par nature; mais par orgueil, il se révolta librement contre Celui qui l’avait créé. C’est lui le premier qui rejeta le bien et choisit le mal. I1 s’est détourné de la Lumière pour sombrer dans les ténèbres de la privation de Dieu; c’est pourquoi, aussitôt ces paroles prononcées, il tomba de son rang élevé et fut précipité dans le gouffre de l’enfer. Comme il avait ainsi « déchiré les cieux », il attira par violence dans sa chute une multitude d’Anges de tous les ordres et se fit leur chef. Leur nombre était si grand, qu’à ce spectacle lamentable, l’Archange Michel, chef des milices célestes , qui par son humilité et sa sage soumission à son Créateur était puissamment affermi dans la Lumière, s’élança, rassemblant les Anges restés fidèles et s’écria: «Soyons attentifs!» C’est à dire: «Prenons garde, soyons vigilants, nous les êtres créés qui avons le privilège de nous tenir devant Dieu. Reconnaissons notre état de serviteurs. Prenons soin à la connaissance de nous-mêmes et voyons quelle est la chute de ceux qui ont voulu s’égaler à Dieu!» C’est en mémoire de cette Synaxe [c’est à dire de cette assemblée, de cette réunion des choeurs angéliques sous la direction du saint Archange Michel dans la vigilance, la concorde et l’unité] que, de tradition très ancienne, les Pères ont institué la fête d’aujourd’hui.

----------- Fin de citation----------
< Demeurons dans la Joie. Prions sans cesse. Rendons grâce en tout... N'éteignons pas l'Esprit ! >

eliazar
Messages : 806
Inscription : jeu. 19 juin 2003 11:02
Localisation : NICE

Les Anges

Message par eliazar » mer. 01 juin 2005 0:26

Suite du Synaxaire de l'Église Orthodoxe :

-------------------------------------

EXTRAIT DU SYNAXAIRE DE L’ÉGLISE ORTHODOXE
Édition To Perivoli tis Panaghias (Thessalonique)
Tome I, mois de Novembre (notice du 8), pages 455 et seq.


[ Suite du 8 de ce mois] A PROPOS DE MICHEL, Archistratège de la milice céleste

Le très glorieux et très lumineux Prince des puissances célestes et incorporelles, Michel, apparaît souvent dans la sainte Écriture. C’est lui que Dieu envoie auprès des hommes pour leur annoncer les décrets de Sa Justice. C’est lui qui le premier est apparu au patriarche Abraham (Gen. 12) et à sa servante Agar dans le désert, pour lui annoncer la naissance d’Ismaël (Gen. 16). Il fut envoyé auprès de Lot pour le sauver de Sodome, vouée par Dieu à la destruction (Gen. 19). Lorsque Dieu ordonna à Abraham de sacrifier son fils Isaac, afin d’éprouver son obéissance, ce fut Michel qui intervint au dernier moment pour l’arrêter (Gen. 22). Il apparut encore au patriarche Jacob, pour le délivrer des mains meurtrières de son frère (Gen. 27, 41). C’est lui qui se tenait au-devant du peuple d’Israël lorsqu’il sortit d’Egypte et le dirigeait sous la forme d’une nuée le jour et d’une lueur la nuit (Ex. 13, 21). Il fut envoyé aussi au devant du devin Balaam, en route vers Balaq roi de Moab pour maudire le peuple d’Israël, et lui barra le passage en se tenant devant sa mule, une épée nue à la main (Nbr. 22, 22). Quand Josué était aux pieds des murs de Jéricho, attendant un signe de Dieu pour assiéger la ville, Michel lui apparut, tenant à nouveau une épée. Comme il craignait que ce ne soit une ruse du Malin, qui sait se transformer en Ange de lumière, Josué lui demanda: « Es-tu des nôtres ou de nos adversaires?». Michel répondit: « C’est comme chef de l’armée du Seigneur que je viens maintenant», et lui ordonna de vénérer désormais le lieu qu’il venait de sanctifier par sa présence (Jos. 5, 13). Sous les Juges, il vint réconforter Gédéon et l’envoya pour délivrer Israël de l’oppression des Madyanites (Jug. 6, 11).
Quand David, contrairement à l’ordre de Dieu, eut fait recenser le peuple, Michel fut envoyé par Dieu pour être l’instrument de sa colère. En un jour, il ravagea par son épée plus de soixante-dix mille hommes et il se tenait prêt à détruire Jérusalem, lorsque, ému par le repentir de David, le Seigneur l’arrêta et lui ordonna de remettre son épée au fourreau (I Chron. 21). Il se révéla plusieurs fois au prophète Elle pour le consoler dans ses tribulations et l’envoyer en mission (I Rois l 9, 5; II Rois, 1, 15). Lors de l’invasion du roi des Assyriens, Sénnacharib, Michel abattit en une nuit cent quatre-vingt cinq mille hommes dans le camp des envahisseurs (II Rois 19, 35). C’est lui encore qui descendit du ciel et se tint au milieu de la fournaise ardente, à Babylone, avec les trois jeunes gens, en chantant avec eux les louanges du Seigneur (Dan. 3, 92), et qui ferma la gueule des lions dans la fosse où avait été jeté le prophète Daniel (Dan. 6, 23).
Les interventions salutaires du saint Archange Michel sont en fait innombrables, aussi bien sous l’Ancienne Alliance que, plus encore, après la venue du Christ. C’est lui qui délivra les Apôtres de prison (Actes 5, 19), lui fut envoyé à l’Apôtre Philippe pour baptiser l’eunuque de la reine l’Éthiopie (Act. 8, 26), qui apparut au centurion Corneille et lui demanda de faire venir saint Pierre pour le baptiser (Act. 10), qui libéra Pierre de prison (Act. 12) et frappa le roi Hérode qui voulait se faire passer pour un Dieu (idem). Il apparut à saint Paul pour le réconforter dans ses épreuves, et fut pour l’Évangéliste saint Jean l’interprète des secrets de Dieu concernant la fin des temps, dans l’Apocalypse. C’est en effet Michel qui va engager l’ultime combat contre l’Antéchrist et le Diable, et qui les précipitera éternellement dans l’enfer (Apoc. 12, 7). Et lors du Jugement dernier, il se tiendra, une balance à la main, pour peser nos actes

La tradition de l’Eglise a gardé la mémoire d’autres miracles de l’Archange Michel, comme, par exemple, celui accompli à Colosses en Phrygie (commémoré le 6 septembre).

------------- Fin de citation --------------
< Demeurons dans la Joie. Prions sans cesse. Rendons grâce en tout... N'éteignons pas l'Esprit ! >

eliazar
Messages : 806
Inscription : jeu. 19 juin 2003 11:02
Localisation : NICE

Les Anges

Message par eliazar » mer. 01 juin 2005 0:28

2ème suite du Synaxaire de l'Église Orthodoxe :

---------------------------------------------

EXTRAIT DU SYNAXAIRE DE L’ÉGLISE ORTHODOXE
Édition To Perivoli tis Panaghias (Thessalonique)
Tome I, mois de Novembre (notice du 8), pages 456 et seq.


[ Suite du 8 de ce mois] A PROPOS DE GABRIEL, Archistratège de la milice céleste

En Dieu, la Justice ne peut être séparée de la Miséricorde: «La miséricorde et la vérité se sont rencontrées, la justice et la paix se sont embrassées», chante le Psalmiste (Ps 84, 11). C’est pourquoi, on ne peut commémorer Michel, l’Ange de la Justice, sans lui associer Gabriel, l’Ange de la Miséricorde. Il est envoyé par Dieu aux hommes pour leur annoncer les merveilles de son Amour et de sa bienveillance en vue de leur salut. Il donna au prophète Daniel l’interprétation de la vision énigmatique qu’il avait eue concernant la fin des royaumes des Mèdes et des Perses (Dan. 8, 6), et lui annonça, une autre fois, que le Christ, le Sauveur du monde, devait venir quatre cent quarante-neuf ans plus tard (Dan. 9, 24). Il fut aussi envoyé auprès de la femme de Manoé au temps des Juges, pour lui annoncer la naissance prochaine de Samson. Quand, tout à sa joie, Manoé voulut le retenir pour lui offrir un banquet, Gabriel lui répondit qu’il ne se nourrissait pas de tels mets et lui recommanda d’exprimer son action de grâce en offrant un holocauste au Seigneur. Comme on lui demandait son nom, il répondit: «Pourquoi me demandes-tu mon nom? C’est un mystère », et il disparut de leurs yeux dans la fumée du sacrifice (Juges 13).
Il fut le messager de toutes les heureuses nouvelles de la naissance miraculeuse d’enfants à partir d’un sein flétri ou stérile. En particulier, c’est lui qui apparut à Joachim et Anne pour leur annoncer la naissance de la Mère de Dieu, et à Zacharie et Élisabeth, pour les prévenir de celle du saint Précurseur (Luc 1). Il a nourri de la manne céleste la Mère de Dieu pendant douze ans, dans le Temple , et fut envoyé par Dieu auprès d’elle pour lui annoncer la bonne nouvelle attendue depuis l’origine du monde: c’est à dire qu’elle devait enfanter Dieu par l’opération du Saint-Esprit. Il vint rassurer Joseph en songe, lorsque celui-ci était tourmenté de doutes quant à la virginité de la Mère de Dieu (Mat. 1, 20). Lors de la naissance du Sauveur, il conduisit les bergers vers la grotte de Bethléem, pour qu’ils puissent l’adorer. Il prévint Joseph des desseins meurtriers d’Hérode et lui conseilla de prendre l’enfant et sa mère et de les conduire en Égypte. Lorsque le danger fut passé, il lui apparut à nouveau en songe pour lui ordonner de revenir. Lors de la sainte nuit de la Résurrection du Christ, Gabriel descendit des cieux, revêtu d’une robe blanche étincelante de la Lumière divine, repoussa la pierre qui fermait le tombeau et s’assit dessus. Lorsque les femmes Myrophores arrivèrent sur les lieux, il les rassura de leur effroi en disant: « Ne craignez pas. Je sais que c’est Jésus, le Crucifié, que vous cherchez. Il n’est pas ici: Il est ressuscité, comme Il l’avait dit» (Mat. 28, 5).

Ainsi, depuis l’origine du monde jusqu’à la Résurrection du Christ et la fin des temps, le Saint Archange Gabriel est-il le messager envoyé par Dieu pour annoncer aux hommes les merveilles de Sa miséricorde en la Personne du Seigneur Jésus Christ.
< Demeurons dans la Joie. Prions sans cesse. Rendons grâce en tout... N'éteignons pas l'Esprit ! >

eliazar
Messages : 806
Inscription : jeu. 19 juin 2003 11:02
Localisation : NICE

Les Anges

Message par eliazar » mer. 01 juin 2005 0:30

3ème suite du Synaxaire de l'Église Orthodoxe :

---------------------------------------------

EXTRAIT DU SYNAXAIRE DE L’ÉGLISE ORTHODOXE
Édition To Perivoli tis Panaghias (Thessalonique)
Tome I, mois de Novembre (notice du 21), pages 557 et seq.


[ Le 21 de ce mois] A PROPOS DE L’ENTRÉE AU TEMPLE DE LA MÈRE DE DIEU
et de son assistance pendant neuf ans par un ange de Dieu, selon la Tradition de l’Église

Lorsque la sainte et très pure enfant accordée par Dieu au genre humain resté stérile à cause du péché, des passions et de la mort, eut atteint l’âge de deux ans, son père Joachim dit à son épouse: «Menons-la au temple du Seigneur, afin d’accomplir la promesse que nous avons faite de la consacrer dès son plus jeune âge au Tout-Puissant». Mais Anne répondit: «Attendons jusqu’à la troisième année, car peut-être réclamerait- elle son père et sa mère et ne restera-t-elle pas dans le temple du Seigneur.»
Lorsque vint la troisième année, les deux époux décidèrent d’accomplir leur voeux et d’offrir leur enfant au Temple.

... / ...

Ayant ainsi quitté le monde, ses parents et tout lien avec les choses sensible, la Sainte Vierge demeura dans le temple jusqu’à l’âge de douze ans. En effet, devenue alors nubile, les prêtres et les anciens craignirent qu’elle ne souillât le sanctuaire, et ils la confièrent au chaste Joseph, pour qu’il soit le gardien de sa virginité en feignant d’être son fiancé. Pendant ces neuf années, la Toute Sainte fut nourrie d’une nourriture spirituelle apportée par un ange de Dieu. Elle menait là une vie céleste, supérieure à celle de nos premiers parents dans le Paradis. Sans souci, sans passion, ayant dépassé les besoins de la nature et la tyrannie des plaisirs des sens, elle ne vivait que pour Dieu seul, l’intelligence fixée à tout moment dans la contemplation de Sa beauté. Par la prière continuelle et la vigilance sur elle-même, la sainte enfant acheva, pendant ce séjour dans le Temple, de purifier son coeur, pour qu’il devienne un pur miroir où se reflète la gloire de Dieu. Elle se revêtit de la splendide parure des vertus, comme une fiancée, afin de se préparer à la venue en elle du divin Époux, le Christ. Elle acquit une telle perfection qu’elle résuma en elle-même toute la sainteté du monde et, devenue semblable à Dieu par la vertu, elle attira Dieu à se rendre semblable aux hommes par Son Incarnation.
Introduite dans le sanctuaire à l’âge où les autres enfants commencent à apprendre, la Toute Sainte, du fond du sanctuaire inaccessible, entendait chaque samedi les lectures de la Loi et des Prophètes que l’on faisait au peuple dans la partie publique du temple. L’intelligence affinée par la solitude et la prière, elle parvint ainsi à la connaissance du sens profond les mystères de l’Ecriture. Vivant parmi les choses saintes et contemplant sa propre pureté, elle comprit quel avait été le dessein de Dieu tout au long de l’histoire de Son peuple élu. Elle comprit que tout ce temps avait été nécessaire pour que Dieu se prépare une mère parmi cette humanité rebelle, et que, pure enfant élue par Dieu, elle devait devenir le vrai Tem- ple vivant de la divinité. Placée dans le lieu très saint où étaient déposés les symboles de la promesse de Dieu, la Vierge révélait que c’est en sa personne que devaient s’accomplir les figures. C’est elle qui est le Sanctuaire, le Tabernacle du Verbe de Dieu, l’Arche de la Nouvelle Alliance, le Vase contenant la manne céleste, la Verge bourgeonnante d’Aaron, la Table de la Loi de la Grâce. C’est en elle que les prophéties obscures se dévoilent: elle est l’Échelle qui relie la terre et le ciel aperçue en songe par le patriarche Jacob, la Colonne de nuée qui révèle la gloire de Dieu, la Nuée légère du prophète Isaïe, la Montagne non-entaillée de Daniel, la Porte close par laquelle Dieu est venu visiter les hommes d’Ezéchiel, la Fontaine vivante et scellée qui fait jaillir sur nous les eaux de la Vie éternelle. Contemplant spirituellement ces merveilles qui devaient avoir lieu en elle, sans comprendre encore clairement comment elles allaient s’accomplir, la Toute-Sainte dirigea sa prière et son intercession vers Dieu avec plus d’intensité encore, pour que le Seigneur se hâte de réaliser ses promesses et qu’il sauve le genre humain de la mort, en venant habiter parmi les hommes.

Lorsque la Mère de Dieu pénétra dans le Saint des Saints, le temps de préparation et d’épreuve de l’Ancienne Alliance prit fin, et l’on célèbre aujourd’hui les fiançailles de Dieu avec la nature humaine. Voilà pourquoi l’Église se réjouit et exhorte tous les amis de Dieu à se retirer eux aussi dans le temple de leur coeur pour y préparer la venue du Seigneur, par le silence et la prière, en se retirant des plaisirs et des soucis de ce monde.

----------------- Fin de citation --------------------
Dernière modification par eliazar le mer. 01 juin 2005 0:42, modifié 1 fois.
< Demeurons dans la Joie. Prions sans cesse. Rendons grâce en tout... N'éteignons pas l'Esprit ! >

eliazar
Messages : 806
Inscription : jeu. 19 juin 2003 11:02
Localisation : NICE

Les Anges

Message par eliazar » mer. 01 juin 2005 0:38

Un autre texte que je pense utile à relire, concernant les Incorporels et notre rapport avec eux :

-------------------------------------------------

EXTRAIT DES OEUVRES SPIRITUELLES DE ST ISAAC LE SYRIEN,
qui fut Évêque de Ninive avant d’élire la vie d’ermite

Editions Desclée de Brouwer (Paris)
84ème discours, page 411

DE NOTRE RAPPORT AVEC LES ANGES DANS LA CONTEMPLATION

... Par combien de modes différents la nature humaine est-elle capable de voir la nature des Incorporels ?

Réponse : La nature humaine peut percevoir la nature simple et fine des corps spirituels selon trois modes différents. Sous l’apparence de la matière. Ou dans une apparition en dehors de toute matière. Ou dans une vraie vision, qui est la vision réelle. Dans le premier mode, ce sont les sens qui agissent. Dans le second, c’est l’âme qui voit partiellement - et dans le troisième, la vision est la puissance même de la nature de la réflexion. La volonté et la réflexion ont pouvoir l’une sur l’autre. Quand l’âme se glorifie elle-même, et quand la volonté se met à l’oeuvre, la cause est d’abord la volonté. Mais tout vient de la liberté, même si (quand il est nécessaire) la liberté et la volonté se « reposent » pendant qu’agissent les sens et qu’ils restent là, ne montrant les choses qu’une par une, en dehors de toute volonté assumée et de toute connaissance vraie. Car les sens perçoivent en dehors de la volonté tout ce qui arrive. C’est dans ces trois modes que les saintes Puissances célèbrent la liturgie qui les unit à nous, pour notre instruction et pour la sauvegarde de notre vie.

Les démons impurs ne peuvent susciter en nous que les deux premiers modes, quand ils s’approchent de nous pour nous perdre, et non pour nous faire du bien. Mais quand vient le troisième mode, ils ne peuvent pas nous approcher pour nous tromper. Car les démons n’ont nullement la puissance de susciter les pensées naturelles dans notre intelligence. Il est impossible aux fils des ténèbres d’approcher la Lumière. Mais les saints Anges peuvent susciter et éclairer. Quant aux démons, ils ne soumettent à eux et ne créent que les pensées fausses qui naissent des ténèbres. De ceux qui propagent la Lumière, on reçoit la Lumière. Mais de ceux qui sont dans les ténèbres, on reçoit les ténèbres.

Question : Pourquoi est-il donné aux uns, et pas du tout aux autres ?

Réponse : Tout maître voit d’abord en lui-même la connaissance qu’il enseigne. Il l’apprend, la reçoit, la goûte. Et c’est alors qu’il peut l’enseigner à ses disciples. Les premiers maîtres - les anges - transmettent l’exactitude des choses à partir de la saine connaissance qui est la leur. Car dès le commencement ils sont capables de la concevoir, tant est pénétrante et pure leur intelligence. Quant aux démons, ils ont la vitesse, mais pas la Lumière. Une chose est la pénétration. Et autre chose la Lumière La première sans la seconde mène à la perdition celui qui la possède. La seconde signifie la vérité. Mais la première seulement une image de la vérité. La Lumière révèle ainsi la vérité des choses. Elle croît et diminue à la mesure même de la conduite.

Les saints anges, à partir de leur propre connaissance, dirigent vers nous les mouvements des choses de cette connaissance qu’ils ont d’abord goûtée et comprise, et c’est alors qu’ils nous la transmettent. C’est aussi ce que font les seconds maîtres - les démons - quand à la mesure de leur connaissance ils nous communiquent le mouvement des choses. Car il ne leur est pas nécessaire de nous transmettre les pensées droites dont eux-mêmes n’ont pas fait leur demeure. Cependant crois bien, comme je l’ai dit, que même si nous étions capables de la recevoir, ils ne pourraient pas nous enseigner la vraie contemplation qui au commencement était en eux. Ainsi chacun d’eux, soit parmi les anges, soit parmi les adversaires, selon l’économie qui le dirige, sollicite ceux qu’il enseigne. Quant à moi, je tiens pour vrai que notre intelligence peut d’elle-même, sans la médiation des saints anges et sans nul enseignement, tendre vers le bien. Cependant les sens ne reçoivent pas la connaissance du mal ni ne s’y engagent sans la médiation des démons.

Notre intelligence ne peut pas d’elle-même faire le mal. Car le bien est naturellement inné, mais non le mal. Tout ce qui est étranger, tout ce qui vient du dehors, a besoin d’un médiateur pour communiquer sa connaissance. Mais ce qui est inné, ce qui vient du dedans, passe d’une manière ou d’une autre dans la nature sans nul enseignement. Si la nature est ainsi faite qu’elle se dirige d’elle-même vers le bien, il lui est possible de croître et de porter la lumière sans la contemplation des anges. Cependant ils sont nos maîtres. Et eux-mêmes s’enseignent les uns les autres. Les plus bas reçoivent de ceux qui se penchent sur eux et qui ont la lumière. Ils se transmettent ainsi la lumière, jusqu’à ce qu’ils parviennent à cette unité qu’enseigne la Trinité Sainte. Le premier ordre lui-même affirme qu’il n’a rien à enseigner, mais il a pour maître le médiateur Jésus, duquel il reçoit la lumière et par lequel il la transmet à ceux qui sont au-dessous.

Je pense quant à moi que notre intelligence a en elle la puissance naturelle de tendre vers la contemplation divine. A peu le chose près nous sommes pareils à toutes les natures célestes. Car en nous et en elles passe la même grâce; ni l’intelligence humaine, ni l’intelligence angélique ne sont capables par leur seule nature de parvenir à la contemplation de la Divinité, laquelle ne saurait être comptée avec les autres contemplations. En tous les êtres de raison, les premiers comme les seconds, les célestes comme les terrestres, la contemplation n’est pas donnée avec la nature, mais par la grâce. Car la nature ne peut pas accéder à la contemplation comme elle accède aux autres choses.

Avant l’incarnation du Christ, il n’y avait ni cette contemplation de l’intelligence ni cette vision dans laquelle se déploie l’ordre des êtres célestes. Et il n’était pas au pouvoir de ceux-ci de pénétrer dans de tels mystères. Mais quand le Verbe s’est incarné, une porte leur fut ouverte en Jésus, comme dit l’Apôtre. Mais quand bien même nous serions purifiés, je pense - et c’est la vérité - que sans la médiation des anges nous les hommes et nos pensées ne pouvons pas atteindre les dévoilements et les discernements qui mènent à cette contemplation divine, laquelle est vraiment la révélation des mystères. Notre intelligence en effet n’a pas la puissance des êtres d’en haut, qui reçoivent directement de l’Éternel les révélations et les contemplations. Encore elles-mêmes les reçoivent-elles en image, et non dans leur nudité. Il en va de même de notre intelligence. La transmission se fait selon l’économie et le discernement, d’un ordre à l’autre, du premier au second, et se poursuit ainsi jusqu’à ce que le mystère ait traversé tous les ordres. Mais nombre de mystères demeurent dans le premier ordre, et ne passent point dans les autres. Car ceux-ci ne peuvent pas pénétrer sans lui la grandeur du mystère. Il est également des mystères qui sortent du premier ordre et ne se révèlent qu’au second, où ils sont gardés dans le silence. Les autres ordres ne les comprendraient pas. Mais il en est d’autres qui vont jusqu’au troisième et au quatrième ordres. Car les révélations que verront les yeux des saints anges croissent et diminuent. Or s’il en va ainsi pour les ordres angéliques, comment nous-mêmes pouvons-nous sans eux et sans leur médiation recevoir de tels mystères ?

Mais c’est par eux - par les anges - que l’intelligence des saints sent la révélation de tous les mystères, lorsque Dieu permet qu’une telle révélation soit transmise d’un ordre à un autre ordre, du plus haut au plus bas, qu’elle arrive ainsi par son consentement, qu’elle parvienne jusqu’à la nature humaine et qu’elle soit donnée à ceux qui en sont dignes. C’est par les anges en effet que les saints reçoivent la lumière de la contemplation, jusqu’à la glorieuse éternité - le mystère qui ne s’enseigne pas : ce que les anges reçoivent eux-mêmes les uns des autres. Car ce sont des esprits liturgiques , envoyés vers ceux qui sont appelés à devenir les héritiers de la vie. Mais dans le siècle à venir cet ordre cessera d’être. Car alors nul ne recevra d’un autre la révélation de la gloire de Dieu pour la louange et la joie de sa propre âme. Mais à chacun sera donné par le Maître Lui-même ce dont il est digne, à la mesure de ses oeuvres, et il ne recevra plus d’un autre le don, comme ici-bas. Car il n’y a plus là-haut ni enseignant ni enseigné ni personne qui prie qu’un autre le comble de ce qui lui manque. Car il n’en est qu’un là-haut qui donne directement à ceux qui sont dignes de recevoir. C’est par Lui que sont comblés ceux qui obtiennent la joie céleste. Là-haut seront abolis les ordres des enseignants et des enseignés. L’accomplissement du désir de chacun dépendra d’Un Seul.

--------------------- Fin de Citation ----------------
< Demeurons dans la Joie. Prions sans cesse. Rendons grâce en tout... N'éteignons pas l'Esprit ! >

eliazar
Messages : 806
Inscription : jeu. 19 juin 2003 11:02
Localisation : NICE

Les Anges

Message par eliazar » mer. 01 juin 2005 0:52

Ici, il me semble qu'il devient indispensable de se pencher sur la doctrine si remarquablement énoncée, avec tant de précision et un tel effacement de l'auteur devant la Tradition de l'Église, que nous trouvons sous la plume du bienheureux Justin (Popovitch) - grâce au monumental travail de traduction accompli par notre cher Jean-Louis Palierne.

----------------------------------------

EXTRAITS DE "LA PHILOSOPHIE ORTHODOXE DE LA VÉRITÉ"
du Père JUSTIN (Popovitch)
Traduction de Jean-Louis Palierne - Éditions de l’Age d’Homme (Lausanne)

----------------------------------------

(...) 29. La genèse du monde
Tome I, pages 241 et seq.


(...) 1. La sainte Révélation de la Divinité trinitaire commence par révéler la vérité de Dieu Créateur du monde: Au commencement Dieu créa le ciel et la terre . C’est sur cette vérité initiale et première que se fonde toute la Révélation de l’Ancien et du Nouveau Testaments. (...) pages 242 & seq. (...)

(...) 2. Puisque le monde est l’oeuvre du Dieu en trois personnes, les Personnes divines ont toutes trois pris part en commun à la création, mais chacune selon son mode hypostatique. (...) pages 243 & seq (...)

(...) 3. Dieu est le créateur tant de la forme que du contenu du monde: il a créé la matière et il lui a donné sa forme , ce qui signifie qu’il a créé le monde à partir du néant, non pas d’une matière qui aurait préexisté au monde, et pas plus de sa propre substance divine.
(...) pages 245 & seq (...)

(...) 4. Le Seigneur tri-personnel est «le Créateur non seulement de la Création, mais aussi du temps, dans lequel les créatures reçoivent l’existence » car l’espace et le temps sont deux catégories corrélatives et indissociables. Selon les paroles de saint Grégoire de Nysse, le Créateur du monde a institué l’espace et le temps comme des cadres pour tout ce qui allait naître. (...) pages 247 & seq (...)

(...) 5. Puisque le monde créé est l’oeuvre du Dieu et Seigneur parfait, la cause et le but de son existence se trouvent en Dieu, et jamais hors de Lui. Dieu n’a pas créé le monde par nécessité ou par besoin , ou pour en tirer quelque profit. Dieu est en Lui-même parfaite plénitude de bonheur , de gloire, de sagesse et de puissance; c’est donc pour cette raison que rien ni personne ne peut Le contraindre à quoi que ce soit, et que rien ni personne ne peut ni augmenter sa puissance, ni accroître sa gloire. Vivant tout entier dans l’indestruc-tible unité de toutes ses absolues perfections, Dieu ne peut avoir eu comme visée et comme motif à la création du monde que son amour infini. C’est cet amour qui Lui a inspiré le désir de créer le monde afin de révéler hors de Lui ses perfections en donnant à des êtres créés la possi-bilité de participer à son ineffable bonté et à son indicible bonheur: « Parce que Dieu est bon et totalement bon, il ne se satisfait pas de se regarder Lui-même; c’est parce qu’il désirait, dans la surabondance de sa bonté, qu’existassent des êtres capables de vivre dans ses bienfaits et de collaborer à sa bonté, qu’il a tiré du néant à l’être et créé tout ce qui est visible et invisible .» Ceci signifie que c’est l’infinie bonté de Dieu qui a poussé son amour à créer le monde, dans le but que des créatures viennent participer à cette bonté infinie de Dieu.

L’infinie bonté divine, qui se manifeste envers la Création comme amour infini, témoi-gne de ce que Dieu est amour , de ce qu’il est le seul Bon . C’est une telle bonté qui se reflète sur les créatures de Dieu: Le Seigneur est plein de douce bonté envers tous, et sa compassion s’étend sur toutes ses oeuvres . Le but de la Création du monde est contenu dans le mobile même de la Création du monde, car la participation à la toute-bonté de Dieu est aussi le but de la Création des êtres: nous sommes créés en vue des bonnes oeuvres . Or la participation à la bonté de Dieu est aussi une participation au bonheur de Dieu, et il est naturel que cela se manifeste dans la glorification de Dieu de la part des êtres créés. Les saints Anges glorifient Dieu sans cesse parce que leur vie est une participation volontaire et constante à la bonté et donc au bonheur du Seigneur tri-solaire . D’une manière mystérieuse toute la Création glorifie Dieu, son Créateur . L’homme a été créé afin de prendre part, en se perfec-tionnant dans la bonté de Dieu, au bonheur de Dieu, et donc pour glorifier Dieu, son Créateur et son Sauveur. C’est parce que la bonté et l’amour de Dieu pour les hommes culminent dans l’exploit salutaire de la Rédemption que le Sauveur lui-même qualifie l’accomplissement de son oeuvre de Rédemption de « glorification de son Père céleste » . Inscrire sa personne dans l’exploit salvateur de la Rédemption, se l’approprier de tout son être et glorifier ainsi Dieu en son corps et en son âme, en ses pensées et en ses actes, en ses sentiments et en ses désirs, c’est bien là le but de l’existence de l’homme sur terre . C’est en se perfectionnant dans la bonté divine, en se nourrissant d’elle, que l’homme peut s’assimiler à Dieu et qu’il participe ainsi au bonheur divin, entrant dans la joie éternelle de son Maître . Et lorsque la sainte Révélation parle du but et du sens de toute créature, c’est pour dire en bref: Le Seigneur a tout fait pour son but - Tout a été créé par Lui et pour Lui - Tout est pour Lui - Il est l’Oméga de tout - Tout va vers Lui pour qu’Il soit tout en tous , car il est au-delà de tout désir .

Conduits et introduits par l’Esprit Saint dans le mystère de la fondation du monde, nos saints Pères découvrent que seule la bonté de Dieu est le mobile et la cause de la création du monde: « Dieu est bon, dit saint Athanase le Grand, ou pour mieux dire: il est la source de la bonté. Et comme en celui qui est bon il n’est aucune envie particulière à l’égard de quiconque, il a tout créé par sa Parole, notre Seigneur Jésus Christ - sans aucune envie à l’égard de quiconque . » « Puisque la Bonté ne saurait se suffire de se mouvoir seulement dans la contemplation de soi-même [tÍ ™autÁj qewr…v], mais qu’il fallait que le Bien répandît et étendît ses bienfaits au plus grand nombre possible d’objets - car c’est là le propre du Bien suprême - Dieu imagina en tout premier lieu les forces angéliques et célestes [...] ; et quand ce fut réglé, il imagina alors un autre monde, matériel et visible ».
(...) pages 248 & seq (...)

----------------------------------------------

(...) 31. Création du monde spirituel
Tome I, pages 254 & seq.


Le Dieu Hypostatique a manifesté sa force créatrice d’abord dans la création du monde spirituel. C’est du néant qu’il a créé tous les êtres spirituels, les comblant dans sa grâce toute-sage de la vie et des qualités morales et spirituelles. Créés pour être les exécutants et les messagers de la volonté divine, ces êtres spirituels ont été appelés « Anges ». Ce nom d’Ange [¢ggeloj] désigne non pas la nature mais la fonction, car il signifie : « porte-parole, messager » . En certains passages de la sainte Révélation, le mot « Ange » est employé au sens figuré et désigne les hommes que Dieu choisit comme messagers de ses volontés dans le monde . Cette assimilation de l’Ange à l’homme par la désignation vient de l’identité du service qu’accomplissent Anges et élus de Dieu parmi les hommes. Mais ce serait une erreur d’identifier sur cette base Anges et hommes en nature et en essence, car la sainte Écriture, dans la plupart des cas - et dans les principaux - n’entend sous le nom d‘« Anges » que des êtres de cette espèce, qui se différencient tant de Dieu que des hommes par leur nature et leur constitution particulières, par leurs personnalités et leurs propriétés autonomes.

1. Que les Anges soient des êtres et des personnes véritablement particulières, la sainte Révélation nous en porte témoignage de diverses manières. Dès son début la Bible nous raconte comment Dieu a placé un Chérubin avec une épée de feu devant la porte de l’Éden pour garder la voie de l’arbre de vie , ce qui montre clairement que le Chérubin est un être autonome, une personnalité particulière, qui accomplit la volonté de Dieu consciemment et volontairement. Des Anges font sortir Lot de Sodome . Le Patriarche Jacob voit des Anges monter et descendre les échelons qui sont placés sur la terre, atteindre le ciel où Dieu réside . Les Anges se distinguent ainsi clairement de Dieu et de l’homme comme des êtres intermédiaires, inférieurs à Dieu et supérieurs aux hommes. Dans le Livre de Job, les Anges sont appelés « fils de Dieu », ils crient de joie lorsque Dieu crée les étoiles, et se présentent devant le Seigneur lorsqu’il le désire , mais bien qu’ils soient si proches de Lui, Dieu découvre en eux des insuffisances . Tout cela montre que les Anges sont des êtres autonomes, des personnes libres, qui ont leur principe particulier d’existence et de vie.

Dans la sainte Révélation on trouve toute une série de témoignages sur des apparitions d’Anges aux hommes comme êtres créés, personnels, qui font l’intermédiaire entre Dieu et l’homme. C’est ainsi que le prophète David voit un Ange du Seigneur faire mourir le peuple sur l’ordre de Dieu ; un Ange du Seigneur apparaît au prophète Elle et lui donne une instruction au sujet de la maladie du roi Ochozias ; le prophète Isaïe voit les Séraphins aux six ailes entourer le trône du Seigneur Sabaoth et le glorifier, dont l’un descend vers lui et lui touche les lèvres avec une braise en lui disant : Voici, ceci a touché tes lèvres, il ôtera tes iniquités et purifiera tes péchés ; le prophète Ezéchiel voit les Chérubins aux yeux nombreux observant attentivement les événements de l’univers ; l’Archange Gabriel apparaît plusieurs fois au prophète Daniel pour lui révéler le sort à venir de son peuple ; à plusieurs reprises un Ange du Seigneur apparaît au prophète Zacharie pour lui communiquer la volonté de Dieu . C’est sur la réalité de ces apparitions des Anges aux hommes dans la Révélation qu’est fondée aussi la foi de l’homme en l’Ange comme être personnel et messager de Dieu.

La Révélation du Nouveau Testament est remarquablement riche en apparitions angéliques et en témoignages à leur sujet. Les Anges prennent part à l’histoire humaine du Nouveau Testament depuis le tout début jusqu’à ses accomplissements apocalyptiques. Les Anges s’y mêlent aux hommes comme des frères dans la foi, dans l’espérance et dans l’amour. Le Nouveau Testament s’ouvre par l’apparition à Zacharie de l’Archange Gabriel lui annonçant que sa femme, Elizabeth la stérile, va enfanter un fils - Jean le précurseur , - et par l’apparition du même Ange à la sainte vierge Marie avec cette Bonne Nouvelle qu’elle va engendrer le Sauveur du monde . Lors de la Naissance du Sauveur à Bethléem apparaît une multitude d’Anges qui glorifient l’Enfant-Dieu nouveau-né . Un Ange apparaît plusieurs fois en songe à Joseph le Juste, lui donnant les instructions nécessaires . Des Anges apparaissent et servent le Seigneur Jésus au désert lorsqu’il a vaincu la tentation . Au jardin de Gethsémani un Ange apparaît au Seigneur et le réconforte . Un Ange roule la pierre du tombeau du Sauveur . C’est un Ange qui le premier annonce aux Myrophores la bonne nouvelle que le Sauveur est ressuscité . Lors de l’Ascension du Sauveur, des Anges apparaissent aux Apôtres et leur révèlent le mystère de l’Ascension et du second Avènement du Sauveur . Des Anges prennent part à la vie de la jeune Eglise : un Ange apparaît pour libérer les Apôtres de prison ; un Ange met Corneille sur la voie du salut ; un Ange apparaît à l’Apôtre Pierre en prison et l’en fait sortir ; un Ange frappe le premier persécuteur de l’Eglise, Hérode, qui meurt rongé de vers ; un Ange apparaît à l’apôtre Paul et lui révèle qu’il doit aller à Rome pour comparaître devant César . L’Apocalypse tout entière ressort de leurs apparitions et de leurs actions . Tout cela montre à l’évidence que les Anges sont des êtres autonomes et des personnes merveilleuses qui prennent part à toute l’économie du salut du Nouveau Testament, accomplissant la volonté de Dieu en tant que messagers divins.

La Révélation du Nouveau Testament abonde non seulement en apparitions des saints Anges, mais en enseignements sur les Anges. Les uns et les autres se confirment, s’éclairent et se complètent. En expliquant la parabole de l’ivraie, le Sauveur lui-même parle des Anges comme d’êtres réels, non moins réels et visibles que le sont le Fils de l’homme, le monde, les fils du Royaume et les fils du mal . Dans son enseignement, le Sauveur conseille de ne mépriser aucun de ces petits qui, par leur foi en Lui, aspirent au Royaume des cieux, car leurs Anges dans les cieux voient constamment la face du Père des cieux . Cela signifie que les Anges ne sont pas seulement des êtres autonomes et personnels, mais qu’ils sont très proches de Dieu et qu’ils ont un grand poids devant Lui. C’est ce qu’affirment les paroles du Seigneur aux hommes : Tout homme qui se sera déclaré pour moi devant les hommes, le Fils de l’homme se déclarera pour lui devant les Anges de Dieu ; mais celui qui me reniera devant les hommes sera renié à la face des Anges de Dieu . Toujours indéfectiblement fidèles au Seigneur Jésus, « tous les saints Anges » viendront l’escorter lors de son second Avènement en gloire . Répondant aux Sadducéens qui niaient l’existence des Anges , le Seigneur Jésus n’a pas seulement confirmé que les Anges existent, il a montré aussi leur mode d’existence: A la Résurrection, on ne se mariera pas et on n’épousera pas, on sera comme les Anges dans les cieux . Lorsqu’un disciple trop ardent eut tiré l’épée pour défendre son divin Maître, le Sauveur condamna son comportement en ces mots: Penses-tu que je ne puisse prier mon Père qu’il envoie plus de douze légions d’Anges? . Le Sauveur n’aurait pas prononcé toutes ces paroles sur les saints Anges si les Anges n’existaient pas en tant qu’êtres autonomes, per-sonnels, saints et proches de Dieu.

Les Apôtres christophores enseignent la même chose que le Seigneur sur l’exis-tence des saints Anges. L’apôtre Paul adjure son disciple Timothée d’observer son enseigne-ment sans faire acception de personne - devant Dieu et ses Anges élus . Les Anges regardent du ciel tout ce qui arrive aux chrétiens dans le monde . Dans l’Eglise du Christ, les Anges re-çoivent l’enseignement de la même sagesse que les hommes . Ils sont toujours au service de Dieu et ils emplissent l’Eglise . L’apôtre Pierre distingue clairement les Prophètes et les Apôtres des Anges .

C’est cet enseignement divinement révélé que l’Eglise a toujours soigneusement conservé. Elle a confessé depuis l’antiquité dans ses symboles sa foi en Dieu comme créateur du monde spirituel, invisible. C’est ainsi que dans l’antique symbole de Jérusalem (de même que dans les symboles d’Antioche, de Césarée et de Chypre) l’Eglise dit: « Je crois en un seul Dieu [...], créateur du ciel et de la terre, de tout ce qui est visible et invisible. » Cette foi commune a trouvé son expression dans le premier article du symbole universel de la foi de Nicée-Constantinople. Elle a été ainsi sanctionnée pour toujours par l’Eglise une, sainte, catho-lique et apostolique. Par la décision du VIIe Concile oecuménique, disant que les icônes des saints Anges doivent être vénérées pieusement à l’égal des icônes du Sauveur et des Saints, l’Eglise a encore une fois confessé et confirmé de manière conciliaire sa foi universelle en l’existence des Anges incorporels comme êtres réels, personnels, autonomes et saints.

2. Les Anges sont des êtres qui ne sont en aucun cas nés par eux-mêmes, pas plus qu’ils ne se suffisent à eux-mêmes: Dieu les a créés comme il a créé toutes les autres créatures. La sainte Révélation témoigne clairement que tout ce qui apparaît vient de Dieu et par conséquent aussi les Anges. En outre, dans l’Ancien Testament, il est dit explicitement que Dieu a créé les Anges. Esdras parle à Dieu en ces termes: C’est toi seul, Seigneur, qui as créé le ciel et les cieux au-dessus des cieux, et toute leur armée, la terre et tout qui est dessus, la mer et tout ce qui est en elle, tu donnes vie à tout, et l’armée des cieux se prosterne devant toi . Que par « armée des cieux » il faille comprendre ici les Anges, c’est ce que l’on peut déduire du contexte (cf. Luc 2, 13) où les Anges sont appelés « armées célestes ». L’apôtre Paul témoigne clairement de ce que c’est bien le Fils éternel de Dieu qui a créé les Anges: c’est en Lui qu’ont été créées toutes choses aux cieux et sur la terre, visibles et invisibles, soit les Trônes, soit les Seigneuries, soit les Principautés ou les Dominations: tout a été créé par Lui et pour Lui .

La sainte Révélation enseigne clairement que c’est Dieu qui a créé les Anges, mais elle n’indique pas clairement quand ils l’ont été. A en juger par le passage déjà cité du livre de Job où il est dit que les Anges ont crié de joie lorsque le Seigneur a créé les étoiles , et sur la base tant de ce qui a été dit du ciel primitif, que du récit biblique de la tentation des premiers hommes par le serpent au Paradis se rapportant à un esprit déchu , ce qui suppose que le monde spirituel préexistait et qu’en lui s’était déjà produit une subversion morale aboutissant à une apostasie de Dieu par un certain nombre d’esprits, il faut conclure que Dieu avait créé les Anges avant le monde matériel. Les témoins divinement inspirés de la Tradition divine, saint Jean Chrysostome, saint Grégoire le Théologien et saint Jean Damascène enseignent que Dieu a créé les Anges avant le monde matériel et visible . Et la conscience priante de l’Eglise montre dans les Anges les « prémices de la création » .


3. La nature angélique est incorporelle, spirituelle, ce sont des esprits [t¦ pneÚmata] . « Veux-tu savoir, demande le bienheureux Augustin, le nom de la nature angélique ? Le voici : « esprit ». Veux-tu savoir sa fonction ? La voici : « Ange ». Par son essence, il est esprit, par sa fonction il est un ange » En tant qu’esprits les Anges sont invisibles, raisonnables, libres, immortels, sans passion. Toutes ces propriétés font que la nature angélique peut être exprimée dans les catégories de la pensée et du discours des hommes, et en réalité « seul le Créateur connaît l’aspect et la définition [tÕ e
< Demeurons dans la Joie. Prions sans cesse. Rendons grâce en tout... N'éteignons pas l'Esprit ! >

Répondre