Qu'est-ce que la confession ?

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Glicherie
Messages : 365
Inscription : ven. 18 juin 2004 14:41

Message par Glicherie »

Quoi qu'il en fut des pratiques primitives de l'Eglise qu'évoque Jean-Louis, aujourd'hui l'Eglise Orthodoxe recommande la pratique de la confession personnelle de ses péchés à un prêtre, selon une régularité à établir avec lui.
Si elle ne doit pas être liée systématiquement à la communion, elle est toutefois indispensable à la vie en Christ et à l'accomplissement de la métanoia.
Elle n'annule ni ne se substitue aux prières avant la communion, qui sont un canon de préparation au sens profond de l'eucharistie, permet au chrétien de se pénétrer de crainte devant le mystère et de gratitude, et de demander à Dieu pardon pour son état de pécheur, que ces prières vont aider à rendre conscient.

La confession devant un prêtre si elle a lieu ne fait pas doublon: le chrétien énumère ses péchés aussi clairement que possible, et non avec les formules de prière des pères comme dans le canon, manifeste son repentir avec ses mots, selon les circonstances de sa vie quotidienne, et reçoit du prêtre conseil. Puis le sacrement d'absolution efface les péchés qui ont été confessé, agissant en cela comme un second baptème.

Ne trouvez vous pas que ce sacrement est merveilleux ? Que peut on avoir à craindre de confesser ses péchés aussi souvent que nécessaire ?

Bien sur que le pouvoir de remettre les péchés est avant tout épiscopal, mais là comme pour tous les autres mystères, le prêtre agit sur délégation de l'évêque: ce que manifeste l'antimension pour l'Eucharistie. De plus, tous les prêtres ne sont pas habilités par leur évêque à confesser.

j'ai lu qu'en plus haut qu'en Roumanie on ne communiait pas parcequ'il fallait se confesser....c'est une ânerie! Les chrétiens se confessent et communient selon les nécessités de leur vie en Christ.

Jean-Marc
Messages : 60
Inscription : mar. 15 mars 2005 19:29

Message par Jean-Marc »

Mais alors, en bonne théologie orthodoxe, quelles sont les dispositions requises pour "bien" mourir, pour être, selon la terminologie latine en "état de grâce" à l'instant du trépas, c'est à dire, a minima, ne pas aller en enfer ?

paraclésis
Messages : 133
Inscription : jeu. 09 juin 2005 20:33
Localisation : Marseille

Message par paraclésis »

question sans réponse.
"En un seul instant" le larron entra auprès du Père, pour nous notre espoir est dans la miséricorde du Père, certainement pas dans telle ou telle stratégie, aucun garantie.
en-arké-o-logos

Glicherie
Messages : 365
Inscription : ven. 18 juin 2004 14:41

Message par Glicherie »

Mais dans l'Eglise Orthodoxe on n'a aucune assurance comparable lors de la naissance au Ciel.

Bien sur, il est heureux de pouvoir confesser ses péchés avant de mourir, recevoir la communion ou une onction. Mais Dieu seul jugera le moment venu, nulle âme passe de se monde à l'autre en ayant la certitude "d'aller au Paradis".

Les prières de l'Eglise, les Liturgies vont aider l'âme à franchir les payages aériens. Il y a un fil du forum sur le sujet.

Sylvie
Messages : 387
Inscription : lun. 01 août 2005 2:50

Message par Sylvie »

J'éprouve la même difficulté soulevée par Jean-Marc sur la confession. Est-ce que j'ai bien compris qu'il n'y a pas cette notion de péché grave et véniel chez les Orthodoxes, que la confession ne semble pas nécessaire, que seule la prière liturgique avant la communion dite avec repentance et contrition peut suffire à effacer les péchés mêmes mortels ? Moi qui avait si hâte de recevoir la Miséricorde de Dieu par le prêtre Orthodoxe.

Amicalement

Sylvie

Glicherie
Messages : 365
Inscription : ven. 18 juin 2004 14:41

Message par Glicherie »

Non Sylvie, vous n'avez pas bien compris.
Le repentir et la confession sont indispensables.
Sur le fil, on souligne juste que la confession ne doit pas être systématiquement liée à la communion et la préceder.
Cela étant, les Eglises Roumaines et Russes pratiquent quasi-systématiquement la confession avant la communion.

Jean-Louis Palierne a je crois un oeil critique sur la confession, et la considère comme étant une influence de l'occident.

Je ne partage pas cette position, et quoi qu'il en soit, la confession revet une place importante aujourd'hui dans la pratique de l'Eglise Orthodoxe.

Sylvie
Messages : 387
Inscription : lun. 01 août 2005 2:50

Message par Sylvie »

Merci Glicherie,
Jean-Louis Palierne a je crois un oeil critique sur la confession, et la considère comme étant une influence de l'occident.
Les gens sur ce forum devraient cesser de penser que tous les Catholiques sont des "intégristes" comme j'étais il n'y a pas si longtemps de cela. Ce qui est enseigné par l'Église, n'est pas toujours vécu comme cela chez les croyants. Je me demande parfois, s'il reste quelques Catholiques Romains sur cette planète car n'oubliez pas que nous sommes obligés de croire tout ce qui est enseigné pour se dire catholiques. Beaucoup le sont par le Baptême mais souvent ça s'arrête là.

La plupart ne se confessent plus individuellement aux prêtres. Pendant que c'était encore permis, beaucoup assistaient aux absolutions collectives. Maintenant, il peut y avoir une préparation collective de réflexion sur le péché avec confession et absolution individuelle par le prêtre.

D'accord qu'il y a encore environ 40 ans de cela la plupart des catholiques se confessaient suite aux sermons sur le péché et l'enfer. Les gens se confessaient par la peur de Dieu et non par amour de Dieu. Le jansénisme a été très lent à partir du Québec.

Maintenant le balancier est partit dans l'autre extrémité. Les prêtres se sont mis à parler du Sacré Cœur, de l'Amour Miséricordieux, Dieu est Amour, Dieu ne châtie pas, ils ont cessé de parler de l'enfer et du péché, etc. Maintenant, la plupart des gens ont interprété cela comme s'il n'y avait plus de péché, Dieu est Amour donc il ne damnera personne, l'enfer n'existe pas etc. etc. etc.

La situation n'est pas reluisante chez les Catholiques Romains.
Le repentir et la confession sont indispensables…la confession revet une place importante aujourd'hui dans la pratique de l'Eglise Orthodoxe.
Merci. Est-ce qu'un Catéchumène peut se confesser ?

Qu'en pensez-vous ?

Sylvie

Jean-Marc
Messages : 60
Inscription : mar. 15 mars 2005 19:29

Message par Jean-Marc »

J'aurais tendance à penser comme Jean-Louis que des pratiques initialement monastiques ont eu tendance à se répandre dans l'Eglise toute entière et à s'imposer canoniquement à tous les fidèles... La confession auriculaire (individuelle) et la pratique rigoureuse et "obligatoire" de l'ensemble des jeûnes et abstinences en sont les deux exemples principaux.

hilaire
Messages : 297
Inscription : mer. 19 janv. 2005 13:26

Message par hilaire »

et sur le fond, en quoi est-ce grave ou condamnable, ou pas souhaitable de faire "comme les moines"? que ce soit pour la confession comme pour les jeûnes...

Glicherie
Messages : 365
Inscription : ven. 18 juin 2004 14:41

Message par Glicherie »

La confession est en quelque sorte un renouvellement du baptême (ce que dit le texte du trebnik).

Si nous avons le cas d'une conversion, par exemple d'un catholique à l'orthodoxie, qui ne sera donc pas baptisé mais chrismé, oui, une confession générale peut être faite avant le baptême. C'est un cas que j'ai déja vu.

Si nous avons quelqu'un de non chrétien, je crois qu'il vaut mieux que le prêtre attise en lui le repentir, s'entretienne avec lui, mais procède avant toute chose au Saint Baptême qui donne la vie et lave du péché.

Mais il semble qu'il vaille mieux, pour tout catéchumène, Confesser d'abord la Foi, de tout coeur, et renaître dans le Baptême par l'eau et l'Esprit. Pour le converti, c'est la chrismation qui lui confera la Grâce baptismale dans toute la plénitude.
Après, parceque nous péchons de nouveau, il faudra recourir à la confession auprès du Christ-Médecin.

Jean-Marc
Messages : 60
Inscription : mar. 15 mars 2005 19:29

Message par Jean-Marc »

Je pense qu'il est hautement souhaitable de "faire comme les moines" mais que cela ne devrait pas être "obligatoire" d'un point de vue canonique. Cela dit, je reconnais que la confession auriculaire, si elle n'est pas pratiquée dans un style romain juridique et comptable mais est vécue au contraire comme une thérapie de l'âme, est très utile au fidèle et permet à celui-ci d'authentifier son repentir de manière plus précise et catégorique qu'en recevant une absolution collective. Pour les jeûnes, ma réaction d'homme de l'extérieur (non-orthodoxe) est de trouver que leur respect rigoureux imposé (semble-t-il) par les canons à tous les fidèles est excessive et difficile à respecter, les dits fidèles n'ayant pas le même rythme de vie que les moines. Quelqu'un pourrait d'ailleurs m'éclairer sur le contenu exact de l'obligation canonique qui varie sans doute selon les Eglises et sur le degré de culpabilité, notion il est vrai fort peu orthodoxe, qu'entraîne le non-respect de ces jeûnes.

GIORGOS
Messages : 286
Inscription : dim. 30 mai 2004 6:02
Localisation : Argentine

Message par GIORGOS »

Sylvie demande:
Est-ce qu'un Catéchumène peut se confesser ?

Qu'en pensez-vous ?
Sylvie, je crois que vous le devriez demander au prêtre orthodoxe que vous guide.
Bien que n’étant pas orthodoxes tous les chrétiens ont le droit d’un conseil spirituel, et votre confesseur deviendra pour vous un conseilleur spirituel, versant sur vous blessures le huile que vous conduira a la santé.
Mais il ne peut pas prier à Dieu pour le pardon (« absolution ») de vos péchés, n’étant vous reçu pleinement dans le sein de l’Eglise Orthodoxe du Christ. Mais les catéchumènes sont des membres « virtuels » de l’Eglise de par sa volonté d’être reçus, et n’oubliez pas que pour la Tradition des Pères, comme le témoigne St. Jean Chrysostome, orthodoxe parmi les orthodoxes, Dieu loue la situation des hommes de bonne volonté.
N’avez raison d’avoir crainte, vous n’êtes pas sans secours, l’Eglise, autant terrestre que céleste, prie pour vous, et ne vous abandonne pas.
Giorgos
SEÑOR JESUCRISTO, HIJO DE DIOS, TEN PIEDAD DE MÍ PECADOR.

Sylvie
Messages : 387
Inscription : lun. 01 août 2005 2:50

Message par Sylvie »

Merci Giorgos,

J'ai remarqué à quelques reprises des gens aller en avant dans un coin avec le prêtre. J'ai pensé qu'ils se confessaient. Le prêtre déposait son étole sur la tête du pénitent qui était incliné ou à d'autre occasions à genou.

J'ai remarqué aussi que des gens vénéraient les Icônes tout près de l'endroit où avait lieu de la confession. N'est-ce pas intimidant ?

Il n'y a pas de confessionnal ?

Est-ce qu'il y a des prières que nous devons apprendre par cœur pour se confesser ?

Amicalement

Sylvie

eliazar
Messages : 806
Inscription : jeu. 19 juin 2003 11:02
Localisation : NICE

La confession

Message par eliazar »

Entre baptisés, nous sommes frères et soeurs. Pourquoi devrions-nous nous enfermer, comme des honteux, lorsque nous demandons à notre Père commun d'effacer notre dette ?

Au contraire, voir que mon frère (connu ou inconnu, de la paroisse ou de passage, ou nouveau venu) se confesse me remplit de plaisir pour lui. S'il se confesse devant le témoin qu'est le prêtre (car ce n'est pas le prêtre qui pardonne au Nom du Père, il se contente de présenter notre demande, en l'appuyant par la sienne propre : Daigne pardonner à Ton serviteur que voici...), c'est justement pour le faire devant ses frères et soeurs, pas en cachette, ou seulement dans le secret de son coeur.

Alors certes il y a un petit problème de discrétion. On s'éloigne un peu; il n'y a pas besoin de dire à des frères de respecter l'intimité du frère ou de la soeur qui se confesse - cela vient tout naturellement du coeur. Etpar exemple, avant les grandes fêtes, lorsqu'il y a de longues files de fidèles qui attendent la confession, il est d'usage fréquent que l'un d'eux se mette spontanément au pupitre où le Psautier est déjà ouvert, et récite à haute voix les Psaumes, l'un après l'autre. Et quand il est fatigué, quelqu'un d'autre vient tout aussi spontanément prendre sa suite : parfois le Psautier y passe presque entièrement (pauvre prêtre, qui reste debout tout le temps !).

Mais par exemple, moi qui ai une voix forte, il m'est souvent arrivé que le prêtre en train de confesser s'adresse à moi à travers l'église pour me demander de lire moins fort. Parce que j'ai dépassé le but, et qu'il est distrait de son écoute par le texte des psaumes qu'il entend trop distinctement. A l'époque où j'étais très nouveau, je croyais même bien faire en cantilant les versets, mais i ne fallait pas : ces psaumes sont récités pour aider ceux qui attendent à se mettre "dans le bain de la Parole de Dieu", et pour faire un léger écran à la voix éventuellement trop audible du confessant, voire du prêtre - mais ils ne sont pas une Liturgie ( ni enseignement, ni célébration).

Autant la confession "dans la boîte" me gênait quand j'étais encore catholique romain, autant j'aime cette atmosphère des soirées de confession orthodoxe. On se sent vraiment entre frères et soeurs, accoisés, déjà en paix, heureux de voir les autres membres de la famille qui sont aussi venus, ce soir. C'est presque comme si on allait prendre un verre de thé, ensemble, tout à l'heure...
< Demeurons dans la Joie. Prions sans cesse. Rendons grâce en tout... N'éteignons pas l'Esprit ! >

eliazar
Messages : 806
Inscription : jeu. 19 juin 2003 11:02
Localisation : NICE

La confession

Message par eliazar »

Pour le jêune, il est strictement obligatoire le jour où on va communier. Et comme on le sait, le jour commence la veille au soir.

Mais les jours de jeûne qui se succèdent dans le calendrier sont le rappel "monastique" de ce que l'Église nous demande de faire. A partir de ce calendrier, le Baptisé fait ce qu'il peut. Au début de la conversion, on en ferait plutôt plus que ce qui est d'usage. Puis on se rend compte à un certain moment que l'autosatisfaction a subtilement remplacé tout ou partie de cet élan du coeur enthousiaste. Alors, on freine un peu !

Même pour le Grand et Saint Carême, il n'y a pas de notion de culpabilité pour ceux qui ne le suivent pas, ou trop peu. La nuit de Pâques, le prêtre lit une merveilleuse homélie de saint Jean Chrysostome, qui appelle tous les présents à venir se réjouir à la table divine, même les ouvriers de la dernière heure, même ceux qui n'ont même pas jeuné... la Grâce de Dieu est surabondance d'Amour, il y en aura assez pour tous, que personne ne reste en arrière par gêne ou par honte : le Christ est ressuscité pour tous et toutes!

Peut-être l'un de nous a-t-il le texte sous la main, et pourra le mettre sur ce fil. Ce n'est pas long, mais cela exulte de joie...

Le Christ a dit "Parfumez-vous quand vous jeûnez". C'est à dire, faites-le, mais n'en faites pas un plat ! Soyez discrets. Il y a une très charmante anecdote à propos d'un père du désert (je crois), qui mangeait un morceau de n'importe quoi, un fruit ou une croûte de pain, je ne sais, publiquement devant les autres, les jours de jeûne. Il le faisait exprès pour qu'on arrête de le prendre pour un grand saint!

Il est écrit : Ce ne sont pas vos sacrifices que je demande, mais un coeur brisé, un esprit contrit..."

Ce qui ne veut pas dire qu'on ne doit pas faire ce qu'on peut, chaque semaine, et toute l'année. Le jeûne, c'est comme la prière du corps...
< Demeurons dans la Joie. Prions sans cesse. Rendons grâce en tout... N'éteignons pas l'Esprit ! >

Répondre