L'église en bois la plus haute du monde

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Répondre
Claude le Liseur
Messages : 4078
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

L'église en bois la plus haute du monde

Message par Claude le Liseur » ven. 28 juil. 2006 19:45

Image



Image



Image



Image



Image

Photographies prises le 9 juillet 2006 à Săpinţa, département du Maramureş, Roumanie.

Les églises en bois - luthériennes, uniates ou orthodoxes - se rencontrent en Scandinavie, en Finlande, en Russie, dans les Carpates et dans le nord de la Transylvanie. C'est dans ces quelques départements du nord de la Roumanie que la science de la construction des églises en bois s'est sans doute le mieux conservée.

De plus, cette église n'est pas anodine. Il s'agit d'un symbole.
Elle est l'église conventuelle du monastère orthodoxe de moniales qui a été fondé à Săpinţa, après la chute du communisme, pour faire revivre l'ancien et prestigieux monastère de Peri, point de départ de l'histoire du Maramureş.

Le monastère de Peri avait reçu en 1391 un statut de stavropigie du Patriarcat oecuménique et dépendait ainsi directement du patriarche de Constantinople. Il fut longtemps le siège de l'évêché orthodoxe du Maramureş et joua un rôle important dans la résistance au calvinisme et à l'uniatisme, surtout au temps de saint Joseph le Confesseur.

L'union avec le Vatican avait été imposée à la Transylvanie en 1698 et elle le fut au Maramureş en 1740 quand les Habsbourg supprimèrent le diocèse orthodoxe. Mais le peuple s'appuya encore un certain temps sur les monastères pour garder sa foi.

Pour ces raisons, en 1761, l'impératrice d'Autriche Marie-Thérèse envoya le général Bukow, missionnaire botté de l'uniatisme, détruire les monastères de la région à coups de canon.

Quant au monastère stavropigiaque de Peri lui-même, il avait été détruit en 1705 lors de la révolte du prince hongrois François (Ferenc II) Rákóczi, allié de Louis XIV, contre les Habsbourg dont la main s'appesantissait de plus en plus sur la Transylvanie et les régions avoisinantes.

C'est aussi dans cette région, à Cavnic, que les Autrichiens arrêtèrent en 1717 un raid tatar qui représente le dernier assaut des nomades contre l'Europe centrale.

L'emplacement de l'ancien monastère de Peri se trouve maintenant à environ 3 kilomètres de l'endroit où j'ai pris ces photographies, mais maintenant, il y a la frontière au milieu: l'ancien Peri se trouve en Ukraine, dans une région qui représentait autrefois la moitié nord du Maramureş, mais dont la population roumaine a été complètement ukrainisée à partir du XVIIIe siècle par le biais de l'action du diocèse uniate ukrainien de Moukatchevo / Munkács, le phénomène de délatinisation ethnique ayant été ensuite parachevée par les erreurs des gouvernements roumains de 1919-1920 puis par la politique soviétique.
Ce qui ne veut d'ailleurs pas dire que l'on soit moins orthodoxe au nord qu'au sud de la frontière, mais tout simplement qu'il ne reste plus grand'chose du passé maramureşan au nord de la frontière, où l'on relève maintenant d'une autre langue et d'une autre culture et où l'on assume une autre histoire. L'ancien Peri se trouve donc complètement isolé de la région dont il a été le centre culturel et spirituel pendant quatre siècles.

Après la chute du communisme, il a paru nécessaire de reconstruire Peri à Săpinţa, le village resté dans le Maramureş le plus proche de l'ancien Peri.

Et c'est ainsi que, petit à petit, par la prière des moniales et la science des charpentiers, Peri revit.

La seule différence est que l'ancien Peri était un monastère d'hommes, et le nouveau Peri est un monastère de femmes.

Le bâtiment de l'église est achevé. Il s'agit de la plus haute église en bois du monde, le clocher s'élevant jusqu'à 75 mètres et étant surplombé d'une croix de 7 mètres de haut. (J'ai dû m'éloigner de plusieurs centaines de mètres dans la forêt pour pouvoir prendre les photographies d'ensemble.)

Plus que les dimensions, ce qui me plaît, c'est l'élégance de ces constructions en bois. Et la perpétuation d'une très ancienne tradition, puisque, dans tout le nord de l'Europe, les églises furent d'abord en bois.

Il paraît que ce fut aussi le cas chez nous, encore au VIe siècle.

En ce qui concerne Peri, les décorations intérieures et les fresques de l'église ne sont pas encore achevées, et il y a encore plusieurs années de travail en perspective.

Pascal-Yannick
Messages : 74
Inscription : ven. 28 juil. 2006 20:03

Message par Pascal-Yannick » sam. 29 juil. 2006 12:25

Ces images me rapellent celles de la métropole orthodoxe roumaine de France et d'Europe occidentale et méridionnale située à Limours (Paris 91470)http://ortradio.free.fr/ressources-orthodoxes.htm ensuite cliquez sur le numéro 18 pour avoir un aperçu de cette métropole qui ressemble à celle que le Lecteur claude nous a présentée.
Et la Vérité vous rendra libre

Anne Geneviève
Messages : 1041
Inscription : lun. 30 mai 2005 19:41
Localisation : IdF
Contact :

Message par Anne Geneviève » mar. 01 août 2006 14:05

Chez nous, on a construit en bois surtout au nord de la Loire et dans les campagnes. Mais c'était bien au delà du VIe siècle ! L'église du prieuré de Lirey où eut lieu la première ostension du Linceul de Turin était une église en bois.Au sud, et surtout dans les villes, tout était en pierre depuis l'origine.
"Viens, Lumière sans crépuscule, viens, Esprit Saint qui veut sauver tous..."

hilaire
Messages : 297
Inscription : mer. 19 janv. 2005 13:26

Message par hilaire » mer. 02 août 2006 13:58

Il est vrai que l'Eglise de Limours est du même style que ce que l'on voirt dans les Maramures

Claude le Liseur
Messages : 4078
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » lun. 23 juin 2008 9:53

Ainsi qu'indiqué dans mon message du 28 juillet 2006, l'église que l'on voit sur les photographies se trouve à environ 3 kilomètres au sud du Peri
historique.

Devant l'entreprise de récriture de l'histoire ecclésiastique et d'intense propagande uniate à laquelle on assiste, je me réserve, dans les prochains mois, le droit de publier sur le présent forum un certain nombre d'informations relatives à ce que furent la grandeur et la chute du monastère Saint-Michel de Peri, stavropigie du patriarcat oecuménique de Constantinople.

Je me réserve aussi le droit de publier ces prochains mois quelques grandes lignes de la biographie du saint évêque Joseph Stoica, ainsi que quelques traits de l'histoire de l'ancien comitat de Máramaros de la sainte Couronne de saint Étienne.


Je crois que, devant tant de jactance, il est temps de publier certains documents qui montrent à quel point les uniates et les néo-uniates récrivent tout.

La seule traduction du slavon en français du texte de l'antimension de saint Joseph Stoica serait de nature à montrer l'inanité du discours uniate et néo-uniate sur le plan historique et ecclésiologique.

On verrait aussi que les événements des quelques décennies qui précédèrent la confession de foi de Mgr Joseph Stoica laissent planer le plus grand doute quant au fait que le patriarche de Constantinople Cyrille Loukaris se soit vraiment converti au calvinisme. Un de nos lecteurs protestants nous avait signalé ici même, voici deux ans, qu'il considérait que le "patriarche protestant" était un "mythe"; c'est en effet dans l'histoire de cette région, pourtant bien éloignée du Bosphore, que l'on trouve quelques éléments qui paraissent bien peu compatibles avec une éventuelle confession de foi calviniste de Cyrille Loukaris.

Quant à l'organisation même que Saint-Michel de Peri a connu entre 1391 et 1705, elle serait riche d'enseignements pour les orthodoxes francophones et permettraient de remettre certaines pendules à l'heure.

hilaire
Messages : 297
Inscription : mer. 19 janv. 2005 13:26

Message par hilaire » lun. 23 juin 2008 20:21

du point de vue durabilité de l'édifice... y a t il une grande différence avec la pierre ?

Irène
Messages : 941
Inscription : mar. 30 sept. 2003 11:46
Localisation : Genève

Message par Irène » lun. 23 juin 2008 20:53

A condition qu'il n'y ait pas de termites - et cet édifice devrait être construit, je pense, en résineux qui n'ont pas ce genre de problème - il n'y a pas de différence dès l'instant que l'entretien est correctement effectué. Que cela soit pour un édifice en bois ou en pierre.

Claude le Liseur
Messages : 4078
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » dim. 29 juin 2008 22:13

hilaire a écrit :du point de vue durabilité de l'édifice... y a t il une grande différence avec la pierre ?
La plus vieille église en bois du Maramureş encore debout, celle de Ieud, date de 1364. Ce qui est un exploit dans une région qui a subi autant de dévastations jusqu'à la bataille de Cavnic en 1717.

Pour les églises en bois de Norvège, dites "églises en bois debout" (stavkirker), la plus ancienne parmi celles qui subsistent, celle d'Urnes, daterait de 1131 au plus tôt - plus probablement du XIIIe siècle.

hilaire
Messages : 297
Inscription : mer. 19 janv. 2005 13:26

Message par hilaire » lun. 30 juin 2008 14:43

merci pour ces précisions, effectivement, ça tient debout aussi bien que la pierre !

Claude le Liseur
Messages : 4078
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » jeu. 14 août 2008 14:09

Hier, cela faisait 617 ans depuis le 13 août 1391 où le patriarcat oecuménique a accordé le statut de stavropigie au monastère Saint-Michel de Peri Maramureşului, qui devait jouer, jusqu'à sa destruction en 1705 lors de la révolte de Rákóczi, un rôle spirituel, politique et culturel si important dans la vie des Roumains et des Ruthènes de cette province si marginale et si oubliée - mais pourtant pépinière de fondateurs de principautés - du royaume de Hongrie qu'était le comitat de Máramaros.

La biographie de saint Joseph Stoica contient le texte grec de l'acte du 13 août 1391, ainsi que le texte slavon de l'antimension de saint Joseph, qui montre bien qu'à la fin du XVIIe siècle, ce diocèse continuait à relever du Trône oecuménique et de lui seul, n'étant même pas suffragant de la métropole de Transylvanie que les uniates, appuyés par le pouvoir politique des Habsbourg, démantelaient en ces années-là. J'espère pouvoir un jour traduire ces deux documents, mais ce n'est vraiment pas ma priorité.

Je me demande toutefois comment le métropolite Nicolas (Corneanu) du Banat, ses émules, épigones, admirateurs, partisans et adulateurs, font pour justifier sans rire l'uniatisme sur des bases historiques - ne parlons pas de motifs religieux ou sprituels, qui seraient déjà plus recevables, mais restent complètement étrangers au discours et à la mentalité de ces milieux - en parlant de régions qui, de 1391 à 1740, formaient un diocèse suffragant du Trône oecuménique et de lui seul.

voloc
Messages : 18
Inscription : mer. 24 sept. 2008 12:56

Message par voloc » sam. 18 oct. 2008 19:32

Image Image

Voilà un autre style d'église en bois , elle est à Poina Mârului en Roumanie (jud.Buzau)

J-Gabriel
Messages : 644
Inscription : ven. 08 sept. 2006 23:29
Localisation : Suisse
Contact :

la construction d'églises en bois continue

Message par J-Gabriel » jeu. 05 févr. 2009 13:24

Bonjour et paix à tous.


Claude le Liseur a écrit :...la Roumanie que la science de la construction des églises en bois s'est sans doute le mieux conservée.
Je reviens de Roumanie, et c'est vrai... Pas plus tard que fin 2007 une autre église en bois a été elevé à Mizil, PH (entre Ploiesti et Buzau).

Voici quelques images: Image Image Image


Image L'édifice étant fermé, j'ai demandé la hauteur du clocher à un premier voisin: - ...70m ! me répondit-il. Plus tard un second voisin me dit que la hauteur est de 90m ! Je lui dit: -alors c'est la plus grande de RO !? Il répond: - non non, la plus plus grande est à Maramurès (donc bien celle de Claude), je demande également pourquoi elle est fermé, il répond: -parce que l'intérieur n'est pas terminé et qu'elle ouvre que le samedi et dimanche, pour les offices.

Image
Voilà, je ne dispose pas plus d'informations pour l'instant.

Répondre