le vrai texte de la déclaration des monastères de l'Athos

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Claude le Liseur
Messages : 4078
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

le vrai texte de la déclaration des monastères de l'Athos

Message par Claude le Liseur » ven. 12 janv. 2007 18:15

Le site "Sainte Montagne" a publié le vrai texte de la déclaration des monastères de la Sainte Montagne, dont l'agence grecque RINN n'avait publié que des extraits avec des commentaires. Vous trouverez à cette adresse une copie sous format PDF de la lettre telle qu'elle a été envoyée, revêtue du sceau de la sainte Communauté:

http://www.agioros.com/papismos/a.ikb.pdf

La déclaration date du 30 décembre 2006 et non du 2 janvier 2007, date à laquelle il a été publié dans le quotidien athénien ΕΘΝΟΣ (LA NATION), ni du 3 janvier 2007, date à laquelle les agences de presse ont daigné en révéler l'existence au monde.

Je suis allé sur le site de ΕΘΝΟΣ http://www.ethnos.gr/ , mais la consultation du numéro du 2 janvier en PDF exigeait de s'inscrire, alors j'ai préféré une autre solution.

La semaine dernière, j'avais commencé la traduction du communiqué de l'agence RINN, avant que celle-ci ne publie elle-même une traduction française. J'étais toutefois insatisfait de la situation, parce que l'agence n'a pas publié l'intégralité du texte, s'est permis des commentaires et qu'en plus elle a écrit ses commentaires en démotique tandis que le texte de la déclaration est en katharevoussa (et donc très difficile à traduire).

Qui plus est, la traduction française publiée par RINN, quoique de bonne qualité, comprenait des erreurs surprenantes: ainsi, le "Sa Béatitude le primat" (de l'Eglise de Grèce) qui figurait dans l'original (du moins tel que j'avais pu le consulter sur le site de l'agence de presse) devenait dans le communiqué en français "le bienheureux primat", ce qui n'est plus du tout la même chose, une formule de politesse d'usage se trouvant ainsi transformée en un jugement de valeur sur les qualités religieuses de SB Christodoule.

Plusieurs inscrits à ce forum se sont donc remis à la traduction du texte de la déclaration maintenant publié sur le forum que j'ai cité plus haut. Nous espérons pouvoir publier sur le présent forum dès ce week-end une traduction française du texte original grec tel qu'il a été publié et non une traduction du communiqué de l'agence.

Nous vous demandons simplement un peu de patience, car il est toujours long de traduire correctement de la katharevoussa.

Claude le Liseur
Messages : 4078
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » ven. 12 janv. 2007 18:16

Texte grec (traduction française suivra ce week-end):

ΑΝΑΚΟΙΝΩΣΙΣ


ΙΕΡΑΣ ΚΟΙΝΟΤΗΤΟΣ ΑΓΙΟΥ ΟΡΟΥΣ ΑΘΩ (διά τον εκκλησιαστικόν τύπον)

ΚΑΡΥΑΙ 30.12.2006

Η πρόσφατη επίσκεψις του Πάπα Βενεδίκτου ΙΣΤ΄ στο Οικουμενικό Πατριαρχείο επί τη θρονική εορτή του Αγίου Ανδρέου (30ή Νοεμβρίου 2006) και κατόπιν η επίσκεψις του Μακαριωτάτου Αρχιεπισκόπου Αθηνών κ. Χριστοδούλου στο Βατικανό (14η Δεκεμ­βρίου 2006) προεκάλεσαν ποικίλες εντυπώσεις, εκτιμήσεις και αντιδράσεις. Παρερχόμεθα όσα ο εκκοσμικευμένος Τύπος αξιολόγησε ως θετικά ή αρνητικά, για να επιμείνωμε σε όσα αφορούν την σωτηρία μας, χάριν της οποίας εξήλθαμε από τον κόσμο στην ερημία του Αγίου Όρους.

Ως Αγιορείται Μοναχοί σεβόμεθα το Οικουμενικό Πατριαρχείο, υπό την κανονική δικαιοδοσία του οποίου υπαγόμεθα. Τιμώμεν και ευλαβούμεθα τον Παναγιώτατο Οικου­μενικό μας Πατριάρχη κ.κ. Βαρθολομαίο και χαιρόμεθα για όσα θεοφιλώς και με πολλούς κόπους εργάζεται υπέρ της Εκκλησίας. Μνημονεύομε ιδιαιτέρως την εν μέσω αντιξόων συνθηκών στερρά και ακατάβλητη υπεράσπισι των απαραγράπτων δικαίων του Οικουμε­νικού Πατριαρχείου, την στήριξι των εμπεριστάτων Ορθοδόξων τοπικών Εκκλησιών και την μέριμνα για την προβολή του μηνύματος της Ορθοδόξου Εκκλησίας ανά τον κόσμο. Επίσης οι Αγιορείται Μοναχοί τιμώμεν την Αγιωτάτη Εκκλησία της Ελλάδος, από την οποία οι περισσότεροι προερχόμεθα, και σεβόμεθα τον Μακαριώτατο Προκαθήμενό της.

Εντούτοις τα διατρέξαντα κατά τις πρόσφατες επισκέψεις του Πάπα στο Φανάρι και του Μακ. Αρχιεπισκόπου στο Βατικανό προεκάλεσαν στις καρδιές μας βαθυτάτη λύπη.

Επιθυμούμε και αγωνιζόμεθα δια βίου να φυλάξωμε την παρακαταθήκη των Αγίων Πατέρων, την οποία μας εκληροδότησαν οι άγιοι Κτίτορες των ιερών Μονών μας και οι προ ημών αοίδιμοι πατέρες. Ζούμε όσον ημπορούμε το μυστήριο της Εκκλησίας και την αμώμητο Ορθόδοξο Πίστι σύμφωνα με όσα καθημερινώς διδασκόμεθα από τις ιερές Ακο­λουθίες, τα ιερά αναγνώσματα και την εν γένει διδασκαλία των Αγίων Πατέρων που είναι διατυπωμένη στα συγγράμματά τους και στις αποφάσεις των Οικουμενικών Συνόδων. Περιφρουρούμε ως κόρην οφθαλμού την δογματική μας συνείδησι, την οποία οικοδομεί η εντρύφησις στους φιλοθέους αγώνες και τα κατά των ποικιλωνύμων αιρέσεων κατορθώ­ματα των αγίων Ομολογητών Πατέρων, ιδίως εν προκειμένω του εν αγίοις πατρός ημών Γρηγορίου του Παλαμά, των Αγιορειτών Οσιομαρτύρων και του αγίου Οσιομάρτυρος Κοσμά του Πρώτου, του οποίου τα ιερά λείψανα παντίμως ασπαζόμεθα και την ιερά μνήμη πανηγυρίζομε. Φοβούμεθα να σιωπήσωμε, οσάκις τίθενται ζητήματα που αφορούν στην παρακαταθήκη των Πατέρων. Αισθανόμεθα βαρεία την ευθύνη μας έναντι των ευλαβε­στάτων πατέρων και αδελφών της παναγιορειτικής Αδελφότητος και έναντι του ευσεβούς λαού της Εκκλησίας, ο οποίος προσβλέπει στον αθωνικό Μοναχισμό ωσάν σε αδιαπρα­γμάτευτο φύλακα των ιερών Παραδόσεων.

Οι επισκέψεις του μεν Πάπα στο Φανάρι του δε Αρχιεπισκόπου Αθηνών στο Βατι­κανό απέδωσαν ίσως κάποιες ωφέλειες κοσμικής σημασίας, όμως κατ’ αυτές έλαβαν χώραν εκδηλώσεις ασύμφωνες προς τα θέσμια της Ορθοδόξου εκκλησιολογίας ή συμφω­νήθηκαν δεσμεύσεις που δεν θα ωφελήσουν ούτε την Ορθόδοξο Εκκλησία ούτε τους ετεροδόξους Χριστιανούς.

Καταρχήν η υποδοχή του Πάπα έγινε ωσάν να επρόκειτο περί κανονικού επισκό­που Ρώμης. Κατά την τελετή ο Πάπας φορούσε ωμόφορο, προσφωνήθηκε από τον Οικου­μενικό Πατριάρχη με το «ευλογημένος ο ερχόμενος εν ονόματι Κυρίου» ωσάν να πρόκει­ται περί χριστού Κυρίου, ευλόγησε το εκκλησίασμα και πολυχρονίσθηκε ως αγιώτατος και μακαριώτατος επίσκοπος Ρώμης. Επίσης η χοροστασία του Πάπα στην Ορθόδοξο θεία Λειτουργία με ωμόφορο, η απαγγελία του «Πάτερ ημών», ο λειτουργικός ασπασμός με τον Πατριάρχη, είναι εκδηλώσεις που ξεπερνούν τις απλές συμπροσευχές. Και όλα αυτά ενόσω ο παπικός θεσμός δεν υποχώρησε καθόλου από τις αιρετικές του διδασκαλίες και την πολιτική του, αντίθετα μάλιστα στην πράξη αποδεδειγμένα προωθεί και προσπαθεί να ενισχύσει την Ουνία και τα περί πρωτείου και αλαθήτου δόγματα και προχωρεί περισσό­τερο με τις διαθρησκειακές συμπροσευχές και τον διαφαινόμενο σε αυτές πανθρησκειακό ηγεμονισμό του Πάπα της Ρώμης.

Εν σχέσει με την υποδοχή του Πάπα στο Φανάρι μας λυπεί ιδιαιτέρως και το γεγονός ότι τα Μέσα Μαζικής Ενημερώσεως επανελάμβαναν την εσφαλμένη πληροφορία ότι τά, ως μη ώφελε, ψαλέντα τότε τροπάρια συνετάχθησαν από αγιορείτη ή αγιορείτες μοναχούς. Δραττόμεθα της ευκαιρίας να πληροφορήσουμε υπευθύνως τους ευλαβείς Χριστιανούς ότι συντάκτης τους δεν είναι, και δεν μπορούσε να είναι, αγιορείτης μοναχός.

Έπειτα η επιδίωξις του Μακαριωτάτου Αρχιεπισκόπου Αθηνών να συνάψη σχέ­σεις με το Βατικανό επί κοινωνικών, πολιτιστικών και βιοηθικών ζητημάτων, καθώς και η στόχευσις στην από κοινού υπεράσπισι των χριστιανικών ριζών της Ευρώπης (θέσεις οι οποίες συναντώνται και στην Κοινή Διακήρυξι Πάπα και Πατριάρχου στο Φανάρι), κατ’ αρχήν μπορούν να θεωρηθούν ανώδυνες ή και θετικές, εφόσον στοχεύουν στην καλλιέργεια ειρηνικών ανθρωπίνων σχέσεων. Ωστόσον παραλλήλως είναι σημαντικόν αυτά να μη δίδουν την εντύπωση ότι και σήμερα η Δύση και η Ορθοδοξία στηρίζονται στις ίδιες βάσεις και να μη οδηγούν στο να λησμονήται η απόστασις που χωρίζει την Ορθόδοξη Παράδοση από αυτό που συνήθως παρουσιάζεται ως δήθεν «ευρωπαϊκό πνεύμα». Η (Δυτική) Ευρώπη είναι χρεωμένη με μία σειρά αντιχριστιανικών θεσμών και ενεργειών, όπως οι σταυροφορίες, η Ιερά Εξέτασις, το δουλεμπόριο, η αποικιοκρατία· βαρύνεται με την τραγική διαίρεσί της με το σχίσμα του Προτεσταντισμού, τους ολεθρίους παγκοσμίους πολέμους, τον ανθρωποκεντρικό ουμανισμό και την αθεΐα της. Όλα αυτά είναι συνέπειες των θεολογικών παρεκκλίσεων της Ρώμης από την Ορθοδοξία. Η μία μετά την άλλη οι παπικές και οι προτεσταντικές αιρέσεις απεμάκρυναν από τον Δυτικό κόσμο τον ταπεινό Χριστό της Ορθοδοξίας και στην θέσι του εγκατέστησαν τον υπερήφανο άνθρωπο. Ο άγιος επίσκοπος Νικόλαος Αχρίδος και Ζίτσης έγραφε από το Νταχάου: «Τί είναι λοιπόν η Ευρώπη; Ο Πάπας και ο Λούθηρος ... Τούτο είναι η Ευρώπη εις τον πυρήνα της, οντολο­γικώς και ιστορικώς». Ο δε αγιασμένος Γέροντας Ιουστίνος Πόποβιτς συμπλη­ρώνει: «Η Β΄ Σύνοδος του Βατικανού αποτελεί αναγέννησιν όλων των ευρωπαϊκών ουμα­νισμών... διότι η Σύνοδος ενέμεινεν επιμόνως εις το δόγμα περί του αλαθήτου του πάπα» και συμπεραίνει: «Αναμφιβόλως αι αρχαί και αι δυνάμεις της (δυτικο)ευρωπαϊκής κουλτούρας και του πολιτισμού είναι Χριστομάχοι». Δια τούτο έχει σημασία να προβάλλεται το ταπεινό ήθος της Ορθοδοξίας και να υποστηρίζονται οι πραγματικά χριστιανικές ρίζες της Ενωμένης Ευρώπης, αυτές που η Ευρώπη είχε κατά τους πρώτους χριστιανικούς αιώνες, την εποχή των κατακομβών και των επτά αγίων Οικουμενικών Συνόδων. Σκόπιμον είναι η Ορθοδοξία να μη χρεώνεται αμαρτίες αλλότριες και επιπλέον να μη δίδεται η εντύπωσις στους εξ αντιδράσεως προς τις εκτροπές του Δυτικού Χριστιανισμού αποχριστιανισθέντες Ευρωπαίους ότι η Ορθοδοξία ταυτίζεται με αυτόν, αποτυγχάνοντας να μαρτυρείται ως η μόνη αυθεντική Πίστις στον Χριστό και ως η ελπίδα των λαών της Ευρώπης.

Είναι προφανεστάτη η αδυναμία των Ρωμαιοκαθολικών να αποδεσμευθούν από τις αποφάσεις των μεταγενεστέρων (κατ’ αυτούς οικουμενικών) Συνόδων των, οι οποίες εθέσπισαν το Φιλιόκβε, το Πρωτείον, το Αλάθητον, την κοσμική εξουσία του Ρωμαίου Ποντίφηκος, την κτιστή Χάρι, την άσπιλο σύλληψι της Θεοτόκου, την Ουνία. Παρά ταύτα οι Ορθόδοξοι συνεχίζομε τις εθιμοτυπικές λεγόμενες επισκέψεις αποδίδοντας τιμές Ορθοδόξου επισκόπου στον Πάπα και αθετώντας σειρά Ιερών Κανόνων που απαγο­ρεύουν τις συμπροσευχές, ενώ ο θεολογικός διάλογος επανειλημμένως ναυαγεί και ανα­συρόμενος από τον βυθόν πάλι καταποντίζεται.

Όλες οι ενδείξεις οδηγούν στο συμπέρασμα ότι το Βατικανό δεν προσανατολίζεται στην αποβολή των αιρετικών διδασκαλιών αλλά σε επανερμηνεία τους, δηλαδή σε συγκάλυψί τους.

Η ρωμαιοκαθολική εκκλησιολογία αλλάζει από την μία εγκύκλιο στην άλλη, από την ανοικτή λεγομένη εκκλησιολογία της Εγκυκλίου «Ut Unum Sint» στην εκκλησιολογική αποκλειστικότητα της Εγκυκλίου «Dominus Jesus». Σημειωτέον ότι και οι δύο αυτές ρωμαιοκαθολικές απόψεις είναι αντίθετες προς την Ορθόδοξο Εκκλησιολογία. Η αυτο­συνειδησία της αγίας Ορθοδόξου Εκκλησίας, ως της μόνης Μιάς Αγίας Καθολικής και Αποστολικής Εκκλησίας, δεν αναγνωρίζει τις ετερόδοξες εκκλησίες και Ομολογίες ως «αδελφές εκκλησίες». Αδελφές Εκκλησίες είναι μόνο οι ομόδοξες Ορθόδοξες Τοπικές Εκκλησίες. Καμμία καθ’ ομωνυμίαν αναφορά σε αδελφές εκκλησίες πέραν των Ορθο­δόξων είναι θεολογικώς επιτρεπτή.

Το Φιλιόκβε προβάλλεται από την ρωμαιοκαθολική πλευρά σαν μία άλλη νόμιμη έκφρασις της διδασκαλίας περί εκπορεύσεως του Αγίου Πνεύματος, ισότιμη θεολογικώς προς την Ορθόδοξο διδασκαλία περί της «εκ μόνου του Πατρός» εκπορεύσεως. Άποψι, την οποία δυστυχώς υποστηρίζουν και ωρισμένοι ημέτεροι θεολόγοι.

Το παπικό άλλωστε Πρωτείον ο Ποντίφηκας το κρατεί ως απαρασάλευτο προνόμιο, όπως φαίνεται από την πρόσφατη απάλειψι του τίτλου του Πατριάρχου της Δύσεως από τον νυν Πάπα Βενέδικτο τον ΙΣΤ΄, από την αναφορά στην παγκόσμια διακονία του Αποστόλου Πέτρου και των διαδόχων του κατά την ομιλία του στον Πατριαρχικό Ναό, καθώς και από πρόσφατο επίσης λόγο του που διαλαμβάνει τα ακόλουθα: «μέσα στην κοινωνία με τους Διαδόχους των Αποστόλων, των οποίων την ορατή ενότητα την εγγυάται ο Διάδοχος του Αποστόλου Πέτρου, η Ουκρανική Καθολική Κοινότητα [σ.σ. ουνιτική] κατόρθωσε να διατηρήσει ζωντανή την Ιερή Παράδοση στην ακεραιότητά της» (Εφημ. Καθολική, αριθμ. φύλ. 3046/18-4-2006).

Η Ουνία πολλαπλώς και ποικιλοτρόπως ενισχύεται και επιβεβαιώνεται, παρά τις κατά καιρούς περί του αντιθέτου εξαγγελίες του Πάπα. Η ανειλικρινής αυτή στάσις μαρτυρείται πλην των άλλων περιπτώσεων και από την προκλητική παρέμβασι του προηγουμένου Πάπα Ιωάννου-Παύλου Β΄, η οποία ωδήγησε σε ναυάγιο τον Ορθοδοξο-ρωμαιοκαθολικό διάλογο στην Βαλτιμόρη, καθώς και από την επιστολή του νυν Πάπα προς τον Καρδινάλιο Λιουμπομίρ Χούζαρ, τον ουνίτη Αρχιεπίσκοπο της Ουκρανίας. Στην εν λόγω επιστολή (22/2/2006) σημειώνεται με έμφασι: «Επιβάλλεται να εξασφαλίσουμε την παρουσία και των δύο μεγάλων φορέων της μοναδικής Παραδόσεως (τού λατινικού και του ανατολικού) ... Διπλή είναι η αποστολή, που έχει ανατεθεί στην Ελληνοκαθολική Εκκλησία, που βρίσκεται σε πλήρη κοινωνία με τον Διάδοχο του Αποστόλου Πέτρου: από τη μια πλευρά να διατηρήσει ορατή μέσα στην Καθολική Εκκλησία την ανατολική Παράδοση· από την άλλη πλευρά, να ευνοήσει τη σύγκλιση των δύο παραδόσεων, μαρτυρώντας ότι αυτές όχι μόνο συνδυάζονται μεταξύ τους, αλλά και αποτελούν μια βαθειά ενότητα μέσα στην ποικιλία τους» (ένθ’ ανωτ.).

Υπό την έννοια αυτή οι φιλόφρονες εκδηλώσεις, όπως αυτές των επισκέψεων του Πάπα στο Φανάρι και του Αρχιεπισκόπου Αθηνών στο Βατικανό, χωρίς την προϋπόθεσι της ενότητος στην Πίστι, επιτυγχάνουν αφ’ ενός μεν να δημιουργήσουν ψευδείς εντυπώσεις ενότητος και να απομακρύνουν τον ετερόδοξο κόσμο από του να προσβλέπη στην Ορθο­δοξία ως προς την αληθινή Εκκλησία, και αφ’ ετέρου να αμβλύνουν το δογματικό αισθητή­ριο πολλών Ορθοδόξων· επί πλέον δε να εξωθήσουν μερικούς από τους πιστούς και ευλα­βείς Ορθοδόξους, που ανησυχούν για όσα ακαίρως και παρά τους Ιερούς Κανόνες γίνον­ται, σε αποκοπή τους από το σώμα της Εκκλησίας και την δημιουργία νέων σχισμάτων.

Γι’ αυτό από αγάπη για την Ορθοδοξία μας, με πόνο δε για την ενότητα της Εκκλησίας και αποβλέποντας στην διατήρησι ακαινοτομήτου της Ορθοδόξου Πίστεως, διακηρύσσουμε προς κάθε κατεύθυνσι όσα στις 9/22 Απριλίου 1980 διακήρυξε η Έκτα­κτος Διπλή Ιερά Σύναξις της καθ’ ημάς Ιεράς Κοινότητος του Αγίου Όρους:

«Πιστεύομεν ότι η Αγία Ορθόδοξος Εκκλησία μας είναι η Μία Αγία Καθολική και Αποστολική Εκκλησία του Χριστού, έχουσα το πλήρωμα της Χάριτος και της Αληθείας και δι’ αυτό αδιάκοπον την Αποστολικήν Διαδοχήν.

»Αντιθέτως αι “εκκλησίαι” και “ομολογίαι” της Δύσεως έχουσαι εις πολλά σημεία διαστρέψει την πίστιν του Ευαγγελίου, των Αποστόλων και των Πατέρων, στερούνται της αγιαστικής Χάριτος, των αληθών Μυστηρίων και της Αποστολικής Διαδοχής ...

»Ο μετά των ετεροδόξων διάλογος, εφ’ όσον αποβλέπει να πληροφορήση αυτούς περί της Ορθοδόξου Πίστεως, ώστε όταν ούτοι καταστούν δεκτικοί του θείου φωτισμού και διανοιχθούν οι οφθαλμοί των να επανέλθουν εις την Ορθόδοξον Πίστιν, δεν είναι καταδικαστέος.

»Ο θεολογικός διάλογος ουδόλως δέον να συνοδεύεται από συμπροσευχάς, συμ­μετοχάς εις τας λειτουργικάς και λατρευτικάς συνάξεις εκατέρων και λοιπάς ενεργείας, αι οποίαι ενδέχεται να δώσουν την εντύπωσιν ότι η ημετέρα Ορθόδοξος Εκκλησία δέχεται τους Ρωμαιοκαθολικούς ως πλήρη Εκκλησίαν και τον Πάπαν ως κανονικόν Επίσκοπον Ρώμης. Τοιαύται ενέργειαι παραπλανούν και το Ορθόδοξον πλήρωμα και τους Ρωμαιο­καθολικούς, δίδοντες εις αυτούς την εσφαλμένην εντύπωσιν περί του τί φρονεί περί αυτών η Ορθοδοξία ...

»Το Άγιον Όρος χάριτι Θεού μένει πιστόν, ως και ο Ορθόδοξος του Κυρίου λαός, εις την Πίστιν των Αγίων Αποστόλων και των Αγίων Πατέρων, εξ αγάπης και προς τους ετεροδόξους, οι οποίοι ουσιαστικώς βοηθούνται όταν οι Ορθ&

Claude le Liseur
Messages : 4078
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » lun. 15 janv. 2007 10:07

Comme, en fin de compte, je me trouve tout seul à faire la traduction, que le texte est très difficile et que je dois par ailleurs faire face à des problèmes urgents et pressants, il me faudra encore une dizaine de jours pour pouvoir publier une traduction française à partir du texte en katharevoussa.

Jean-Louis Palierne
Messages : 1044
Inscription : ven. 20 juin 2003 11:02

Message par Jean-Louis Palierne » mar. 16 janv. 2007 21:58

Voici ma traduction :



COMMUNIQUÉ DE LA SACRÉE COMMUNAUTÉ
DE LA SAINTE MONTAGNE DU MONT ATHOS


Karyès 30 décembre 2006

La récente visite du pape Benoît XVI au Patriarcat œcuménique, en la fête de son trône, fête de saint André (30 novembre 2006) ainsi que la visite que fit ensuite au Vatican sa Béatitude l’archevêque d’Athènes, mgr Christodoulos (le 24 décembre 2006), ont suscité divers commentaires et diverses réactions. Passant sur tous les éléments que la grande presse a pu considérer comme positifs ou négatifs, nous ne nous attarderons que sur ce qui concerne notre salut, qui est la raison pour laquelle nous avons quitté ce monde pour aller sur la Sainte Montagne.

En tant que moines de la Sainte Montagne, nous vénérons le Patriarcat œcuménique, à la juridiction duquel nous sommes soumis. nous honorons et nous respectons sa Sainteté le Patriarche œcuménique, mgr Bartholomée et tout le travail qu’il accomplit avec piété pour l’Église. Nous avons une pensée toute particulière pour sa défense ferme et inébranlable, au milieu de circonstances hostiles, des droits imprescriptibles du Patriarcat œcuménique, le soutien aux Églises locales en difficulté, et le soin qu’il met à ce que le message de l’Église orthodoxe soit répandu dans le monde entier. Et de même, nous les moines de la Sainte Montagne, nous respectons l’Église de Grèce, dont nous sommes pour la plupart issus, et nous vénérons sa Béatitude qui la préside.

Toutefois les circonstances qui ont entouré les visites dont nous parlons, celle du Pape au Phanar et celle de l’Archevêque au Vatican, ont plongé nos cœurs dans une grande tristesse.

Nous voudrions consacrer toute notre vie à préserver tout l’acquis des saints Pères dont avaient hérité les fondateurs de nos saints monastères et les pères de bienheureuse mémoire qui nous ont précédés. Dans toute la mesure de nos possibilités, nous nous efforçons de vivre les saints Mystères de notre Église et la foi orthodoxe inaltérée telle que les saints offices nous les enseignent jour après jour, ainsi que les saintes lectures et d’une manière générale les enseignements des saints Pères qui s’expriment dans leurs écrits et dans les décisions des Conciles œcuméniques. Nous veillons comme sur la prunelle de notre œil sur notre conscience dogmatique, édifiée par notre soutien enthousiaste aux luttes des saints Pères confesseurs de la foi pour la piété et pour la correction des hérésies aux noms variables et tout particulièrement de notre Père parmi les saints Grégoire Palamas, des saints martyrs de la Sainte Montagne et du saint Martyr Côme le Premier, dont nous vénérons les reliques avec le plus grand respect et dont nous honorons constamment la sainte mémoire. Nous craindrions de garder le silence chaque fois que se posent des questions qui concernent l’héritage des saints Pères. Nous ressentons la lourde responsabilité qui est la nôtre envers la piété des saints Pères et de nos frères de l’ensemble de la fraternité de la Sainte Montagne et envers le pieux peuple chrétien de l’Église, qui se tourne vers le monachisme athonite comme vers un gardien inébranlable des saintes Traditions.

Certes la visite du Pape au Phanar, de même que celle de l’archevêque d’Athènes au Vatican ont pu présenter une certaine utilité aux yeux du monde, mais à côté de cette utilité elles ont donné lieu à des manifestations qui sont en désaccord avec les fondements de l’ecclésiologie orthodoxe et elles annoncent un engagement qui n’est d’aucun profit, ni pour l’Église orthodoxe, ni pour les chrétiens hétérodoxes.

Tout d’abord le Pape a été reçu comme s’il était l’évêque canonique de Rome. Lors de la Liturgie, le Pape portait l’omophore, et a été salué à son arrivée par le Patriarche œcuménique en ces termes : “Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur”, comme s’il s’agissait du Seigneur Christ ; il a béni l’assemblée ecclésiale et le souhait de “nombreuses années” lui a été adressé en tant que sa Sainteté et sa Béatitude l’évêque de Rome. De plus la présence dans le sanctuaire du Pape portant l’omophore durant la divine Liturgie orthodoxe, la récitation du “Notre Père”, l’accolade liturgique avec le Patriarche, sont des manifestations qui vont bien au-delà de simples prières communes. Tout cela a eu lieu sans que l’institution papale ait cédé quoi que ce soit, ni de ses enseignements hérétiques, ni de sa politique; au contraire, comme les faits le prouvent, elle pousse et renforce l’uniatisme et les dogmes papistes de la primauté et de l’infaillibilité et va encore plus loin dans ses prières interreligieuses qui manifestent l’hégémonie pan-religieuse du Pape de Rome.

En ce qui concerne la visite que le Pape a rendue au Phanar, une chose nous cause une douleur particulière, c’est cette information erronée qui a été diffusée dans les mass média et dans la presse quotidienne selon laquelle les hymnes qui ont été chantées auraient été composées par des moines de la Sainte Montagne. Nous saisissons l’occasion pour faire savoir directement aux pieux chrétiens qu’aucun moine athonite n’a été, ni d’ailleurs n’aurait pu être, le compositeur de ces hymnes.

Sa Béatitude l’archevêque d’Athènes désire nouer des liens avec le Vatican à propos de questions sociales, politiques ou bioéthiques, et puisqu’il propose de prendre en commun la défense des racines chrétiennes de l’Europe (positions que l’on peut également trouver dans la “déclaration commune” du Pape et du patriarche au Phanar), Au niveau des principes ces positions peuvent paraître ne présenter aucun danger et elles peuvent même paraître positives dans la mesure où elles visent à instituer une collaboration entre tous les hommes recherchant la paix. En même temps cependant il est significatif qu’elles ne donnent pas l’impression qu’aujourd’hui encore l’Occident et l’Orthodoxie reposent sur les mêmes bases et qu’elles ne conduisent pas à oublier l’écart qui sépare la Tradition orthodoxe de ce qui est habituellement présenté comme “l’esprit européen”. L’Europe (occidentale) est l’héritière de toute une série d’institutions et d’entreprises antichrétiennes, comme les Croisades, la sainte Inquisition, l’esclavage, la colonisation ; elle porte le poids de la terrible déchirure qui a été le résultat du schisme du Protestantisme, du désastre des guerres mondiales, de l’humanisme anthropocentrique et de son athéisme. Tout cela ne reptésente que les conséquences de la séparation entre Rome et l’Orthodoxie. Tant les hérésies papistes que les hérésies protestantes qui les ont suivies ont éloigné l’Occident de l’humilité du Christ, à la place duquel elles ont voulu ériger l’orgueil humain. Depuis Dachau le saint évêque Nicolas d’Ohrid et de Jitcha écrivait : « L’Europe, qu’est-ce que c’est ? C’est le Pape et c’est Luther… Ontologiquement et historiquement, c’est dans ce foyer que l’Europe trouve son origine. » Et le bienheureux staretz Justin Popovitch ajoute : « Le Concile Vatican II représente la renaissance de tous les humanismes européens… En effet ce Concile ne s’en est tenu qu’à l’infaillibilité du Pape. » et il conclut : “« indiscutablement les principes et les potentialités de la culture et de la civilisation européenne (occidentale) sont des ennemis du Christ. » C’est pour cette raison qu’il est important d’affirmer l’humilité du comportement de l’Orthodoxie et de rappeler les racines réellement chrétiennes de l’Union européenne, qui étaient celles de l’Europe des premiers siècles, à l’époque des catacombes et des sept Conciles œcuméniques. Il faut souhaiter que l’Orthodoxie ne se charge pas des péchés d’autrui et plus encore qu’elle ne donne pas aux Européens qui ont abandonné le christianisme par réaction aux errances du christianisme occidental, l’impression que l’Orthodoxie lui est identique en oubliant de témoigner qu’elle est la seule Foi authentique en Christ et l’espoir des peuples de l’Europe.

Il n’est que trop évident que les catholiques romains sont incapables de se débarrasser des décisions de leurs Conciles (qu’ils ont tenus postérieurement et qu’ils considèrent comme œcuméniques), ces Conciles qui ont inventé le Filioque, la Primauté, l’Infaillibilité, la puissance universelle du Pontife romain, la Grâce créée, l’Immaculée Conception de la Mère de Dieu et l’Uniatisme. Mais nous les orthodoxes nous poursuivons cependant nos échanges de visites habituelles en accordant au Pape les honneurs réservés à un évêque orthodoxe, et en négligeant toute une série de saints canons qui interdisent les prières communes, cependant que le dialogue théologique bredouille constamment et sombre à nouveau après chaque sauvetage.

Tous les indices concordent pour conclure que le Vatican, incapable de s’orienter vers un rejet de ses enseignements hérétiques, ne cherche qu’à les réinterpréter afin de les dissimuler.

L’ecclésiologie catholique-romaine se transforme d’une encyclique à l’autre, de ce qu’on a appelé l’ecclésiologie “ouverte” de l’encyclique “Ut unum sint” jusqu’à l’exclusivisme ecclésiologique de l’Encyclique “Dominus Jesus”. Il importe de remarquer que ces deux ecclésiologies catholiques-romaines sont tout autant l’une que l’autre opposées à l’ecclésiologie orthodoxe. La conscience que l’Église orthodoxe a d’elle-même, conscience d’être la seule Église Une, Sainte, Catholique et Apostolique, ne reconnaît pas les ecclésiologies et les confessions hétérodoxes comme des “Églises-sœurs”. Seules les Églises orthodoxes locales qui partagent la même foi peuvent être qualifiées “d’Églises-sœurs”. Tout rapport d’homonymie entre des Églises-sœurs au-delà de l’Orthodoxie est théologiquement inacceptable.

La partie romaine présente le Filioque comme une expression alternative utilisable pour décrire la procession du Saint Esprit, théologiquement tout aussi valable que l’enseignement orthodoxe sur la procession “du Père seul”, et cette vue, malheureusement, certains de nos théologiens la partagent.

D’ailleurs le pontife conserve le primat papal comme un privilège inébranlable, comme on a pu le constater au prétendu abandon par le Pape Benoît XVI du titre de “Patriarche d’Occident”, ainsi que par la référence qu’il a faite au service universel de l’apôtre Pierre et de ses successeurs dans l’homélie qu’il a prononcée dans l’église du Patriarcat, et également par un récent discours, qui contient les mots suivants: « dans la communion avec les successeurs des Apôtres, dont l’unité visible est confirmée par le successeur de l’apôtre Pierre, la communauté catholique d’Ukraine (il s’agit des Uniates) a réussi a conserver vivante la sainte Tradition dans son intégralité. » (Catholic Newspaper, page N° 3046/18-4-2006)

À bien des reprises et de bien des manières l’Unia est renforcée et confirmée, malgré les déclarations du Pape qui vont parfois dans le sens contraire. Comme témoin de cette absence de toute sincérité, prenons parmi d’autres exemples l’intervention provocatrice du précédent Pape Jean-Paul II qui conduisit au désastre du dialogue entre catholiques et orthoxes à la conférence de Baltimore, de même que la lettre de l’actuel Pape au cardinal Ljubomir Husar, l’archevêque uniate d’Ukraine. Dans cette lettre, l’insistance est mise sur ceci : « Il est impératif d’assurer la présence des deux grands porteurs de l’unique Tradition (le latin et l’oriental)… La mission que l’Eglise gréco-catholique a entreprise, en étant en pleine communion avec le Successeur de l’Apôtre Pierre est double : d’une part, elle doit préserver de façon visible la tradition orientale dans l’Eglise catholique ; d’autre part, elle doit favoriser la fusion des deux traditions, témoignant qu’elles peuvent non seulement se coordonner entre elles, mais qu’elles constituent aussi une union profonde dans leur variété ».

Si nous les comprenons dans cette perspective, les manifestations de courtoisie telles que la visite du Pape au Phanar et celle de l’Archevêque d’Athènes au Vatican, ignorant les exigences d’une unité dans la foi, ne peuvent aboutir d’une part qu' à créer des impressions trompeuses d’unité et à qu'à éloigner le monde catholique de la tentation de considérer l’Orthodoxie comme l’Église véritable, et d’autre part qu' à émousser la sensibilité dogmatique de nombreux orthodoxes ; pis encore qu'à écarter de l’Orthodoxie certains fidèles pieux, qui s’inquiètent de voir combien tout ceci se trouve à l’opposé de ce que prescrivent les saints Canons, qu'à les inciter à se séparer du corps de l’Église et qu' à favoriser l’apparition possible de nouveaux schismes.

C’est seulement par amour pour notre Orthodoxie, et pour l’unité de notre Église, ne cherchant qu’à écarter l’éventuelle introduction de toute innovation dans la foi orthodoxe, que nous proclamons dans toutes les directions ce qu’avait déjà proclamé le 9/22 avril 1980 la double Synaxe extraordinaire de notre saintre Communauté du Mont Athos :

« Nous croyons que notre sainte Église orthodoxe est l’Église Une, Sainte, Catholique et Apostolique du Christ, qu’elle possède en elle la plénitude de la Grâce et de la Vérité et détient sans interruption la succession apostolique.

« À l’opposé, les “Églises” et les “Confessions” de l’Occident, qui ont dénaturé sur un certain nombre de points la foi de l’Évangile, des Apôtres et des Pères, sont privées de la Sanctification par la Grâce, des saints Mystères et de la succession apostolique…

« Dans la mesure où il vise à les informer sur la Foi orthodoxe en sorte que lorsqu’ils deviennent capables de recevoir l’illumination divine leurs yeux s’ouvrent pour qu’ils puissent revenir à la foi orthodoxe, le dialogue avec les hétérodoxes n’est pas condamnable.

« Mais il est tout à fait impossible que le dialogue théologique s’accompagne de prières communes, de concélébrations de la Liturgie et de réunions de prières des deux parties et d’autres activités visant à créer l’impression que notre Église orthodoxe reconnaîtrait l’Église catholique comme une Église au plein sens du mot et le Pape comme l’évêque canonique de Rome. De telles activités induisent en erreur tant les fidèles orthodoxes que les catholiques-romains, en leur donnant une fausse impression sur ce que l’Orthodoxie pense d’eux…

« Par la Grâce de Dieu la Sainte Montagne, comme le peupe orthodoxe du Seigneur restent fidèles à la foi des saints Apôtres et des saints Pères, et aussi à l’amour dû aux hétérodoxes qui sont surtout aidés quand les orthodoxes, fermes dans leur position, mettent en exergue l’étendue de leur maladie spirituelle [la maladie des hétérodoxes] et la façon dont ils peuvent en être guéris.

« Les tentatives d’union avortées du passé nous enseignent que pour une union permanente conforme à la volonté de Dieu, dans la Vérité de l’Eglise, il est requis au préalable un type de préparation et de cheminement différent de ceux qui furent suivis dans le passé et sont suivis jusqu’à nos jours »

Par tous les Représentants et Supérieurs de l’Assemblée commune des vingt Monastères Sacrés de la Sainte Montagne de l’Athos.
Jean-Louis Palierne
paliernejl@wanadoo.fr

Claude le Liseur
Messages : 4078
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » mar. 16 janv. 2007 22:44

Merci beaucoup Jean-Louis!

Je ne saurais vous remercier d'avoir fourni la traduction d'un texte qui, j'en suis certain, portera de grands fruits parmi les âmes des pays francophones.

Jusqu'à présent je n'avais traduit que les deux premiers paragraphes.

Il reste toutefois déplorable que les monastères de l'Athos aient publié un texte d'une telle importance et d'un rayonnement universel en katharevoussa, qui est dix fois plus difficile à traduire que l'état actuel de la langue. C'est ainsi qu'alors que le texte a été publié le 30 décembre, la traduction française n'a été disponible que le 17 janvier. Pendant ce temps-là, il a été possible aux ennemis de l'Eglise de publier toutes sortes de commentaires fallacieux sur la base de traductions erronées et d'extraits arbitraires, le comble de la bêtise ayant été atteint sur un blog romano-catholique américain.

Le choix de la katharevoussa et d'une conjugaison anachronique est curieux pour un texte qui a en lui-même tant de force qu'il pourrait mener beaucoup d'âmes à l'illumination. A quoi sert-il d'écrire des choses magnifiques si on persiste à les écrire en katharevoussa?

Par ailleurs, je suis confronté à de très grandes difficultés et à une non moins grande fatigue qui font qu'il ne me sera pas possible de poster sur le forum pendant quelques jours et que cette traduction représentait pour moi le suprême effort. Je vous remercie beaucoup, cher Jean-Louis, d'avoir allégé mon fardeau.

Henri
Messages : 64
Inscription : mar. 25 oct. 2005 11:19
Localisation : Aude, France

Message par Henri » jeu. 18 janv. 2007 5:04

Que le Seigneur nous vienne en aide !
Dernière modification par Henri le ven. 21 déc. 2007 10:48, modifié 2 fois.
Seigneur Jésus Christ, Fils du Dieu Vivant, fais-moi miséricorde.

Jean-Louis Palierne
Messages : 1044
Inscription : ven. 20 juin 2003 11:02

Message par Jean-Louis Palierne » jeu. 18 janv. 2007 21:05

Maintenant je reprends le clavier pour exprimer quelques réserves sur certains aspects de la déclaration des moines athonites. Les athonites semblent présenter les grandes manœuvres actuelles de Benoît XVI en direction des orthodoxes comme une reprise, dans les mêmes visées et avec aggravation, des manœuvres de son prédécesseur. Il me semble qu’une analyse plus fine s’impose.

Tout d’abord il semble que B16 a pleinement conscience de la situation catastrophique dans laquelle se trouve son Église, ce qui n’était peut-être pas le cas de JP2. Tout se passait comme si JP2 ne cessait de mettre du sel sur les plaies du schisme d’Occident tout en multipliant les bonnes paroles pour se donner un rôle de pacificateur ; tout se passe maintenant comme si B16 était le capitaine d’un navire en détresse appelant au secours les navires croisant dans les parages pour qu’ils prennent son équipage à bord. Bon je caricature un peu, certes, mais je veux dire que l’argument du jeu et la tonalité des desseins vaticanesque a effectivement changé.

Il semble cependant que les responsables du monde orthodoxe ne s’en soient pas encore aperçu et qu’ils pensent que le Vatican ne rêve comme naguère que coups et blessures dans ses rapports avec l’Orthodoxie.

D’autre part les moines de l’Athos affirment que le soutien du Vaticant aux entreprises uniates est de plus en plus agressif (envers l’Orthodoxie). Je ne suis pas un expert en géopolitique ecclésiastique, je ne suis pas dans le secret des conclaves, et je n’ai pas de petite souris pour me rapporter ce qui se dit entre B16 et Husar. Je ne puis exprimer que mes impressions et prendre mes risques. Mais je pense qu’à la différence de son prédécesseur B16 a pris conscience de ce que l’uniatisme est contre-productif pour Rome, et qu’il n’entend pas continuer à laisser ces gens jouer leur jeu trouble en Ukraine et autres lieux semblables. Et il peut les en empêcher car, Dieu merci, le Vatican a toujours refusé de céder à la revdendication fondamentale des Uniates ukrainiens : d’accorder à leur “Archevêque majeur” (c’est-à-dire actuellement Ljubomir Husar) le titre de “métropolite, voire patriarche de Kiev” qu’ils revendiquent de puis des décennies. cet "archevêque majeur" n’est qu’un officier subalterne dans l’armée du Vatican, pas, comme il le voudrait, le commandant en chef d’une armée confédérée.

Si je me trompe, si les faits infirment mes hypothèses purement personnelles et irresponsables je présenterai publiquement mes excuses.

Lorsque les moines athonites reprochent au défunt JP2 d’avoir torpillé le “dialogue théologique” à la conférence de Baltimore, il faudrait peut-etre reconnaître aussi que B16 a relancé ce dialogue en poussant la conférence de Belgrade, dont il a en fait prononcé le discours d’ouverture quelques jours auparavant à Ratisbonne. Certes on n’en est pas encore à entendre le Pape reconnaître les erreurs théologiques du passé. Il s’en faut même de beaucoup. Mais cela ne doit pas conduire les orthodoxes à préparer la guerre précédente. Celle qui s’annonce est différente.

La différence principale est probablement que B16 propose aux orthos de fonder une sorte de “Sainte Alliance” pour obtenir que l’Europe reconnaisse ses racines chrétiennes. Les théologiens orthodoxes présents à la conférence de Belgrade, surpris, ont semble-t-il répondu que l’Église orthodoxe ne peut répondre ni oui ni non à ce type de proposition. En effet pour l’Église orthodoxe, l’essentiel n’est pas dans ce qu’elle fait, mais dans ce qu’elle est. Et aussi dans ce qu’elle dit et confesse, mais elle confesse toujours beaucoup moins que ce qu’elle est réellement, parce qu’elle ne se prononce que face à une hérésie.

Il est intéressant que la déclaration des moines de la sainte Montagne mentionne que les hiérarques orthodoxes portent la faute de parler d’égal à égal avec le pape, c’est-à-dire “d’Église-sœur à Église-sœur” et que cela porte tort, non seulement au peuple orthodoxe, mais même aux fidèles catholiques, car en se comportant ainsi, l’Église orthodoxe les laisse dans l’ignorance de ce qu’elle pense réellement d’eux ; des brebis égarées par de faux pasteurs et souffrant du manque de nourriture spirituelle.

Mais quand donc entendrons-nous des orthodoxes reconnaître que le plus grands des torts que portent les hiérarques orthodoxes est dans le silence de l’Orthodoxie devant les requêtes que lui adressent tant d’Occidentaux qui, désabusés par les errances de leurs Églises, se tournent vers l’Orthodoxie pour y retrouver la voie de la vérité ? C’est probablement ce que veut dire une des phrases de la déclaration athonite, mais c’est bien trop peu :
l faut souhaiter que l’Orthodoxie […] ne donne pas aux Européens qui ont abandonné le christianisme par réaction aux errances du christianisme occidental, l’impression que l’Orthodoxie lui est identique en oubliant de témoigner qu’elle est la seule Foi authentique en Christ et l’espoir des peuples de l’Europe.
C’est encore bien peu. Il ne faut pas que l’Orthodoxie arrive en Occident avec le sourire déférent et obséquieux de l’exilé exotique qui cherche à se faire tout petit et à passer inaperçu. Les Occidentaux “en recherche” attendent de l’Église orthodoxe qu’elle affirme sa parole de vérité qui représentera une délivrance pour leur quête spirituelle.
Jean-Louis Palierne
paliernejl@wanadoo.fr

Répondre