Traduction de "Kecharitouménè"

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Henri
Messages : 64
Inscription : mar. 25 oct. 2005 11:19
Localisation : Aude, France

Traduction de "Kecharitouménè"

Message par Henri » mar. 30 janv. 2007 13:50

Bonjour à tous.
Ayant utilisé la fonction recherche sans succès, je me permet de poster ce nouveau sujet. S'il fait doublon avec des messages précédemment postés sur le forum je vous pris de bien vouloir m'en excuser et de m'indiquer où il a été déjà répondu à cette question.
Voici ma question, quelqu'un pourrait-il m'indiquer ce que signifie le terme grec : "Κεχαριτωμένη" (Lc 1,28) donné par l'Archange à la Très Pure Mère de Dieu lors de l'Annonciation? Bien sûr je connais la traduction latine "Gratia plena" et son équivalent français classique "pleine de grâce", mais de nombreuses autres traductions sont venues se rajouter à celle-ci : celle de Louis SEGOND (qui me semble réductrice) : "toi à qui une grâce à été faite", jusqu'à d'autres qui proposent "plénitude de grâce", en passant par "comblée de grâce"... entre "toi, à qui une grâce a été faite" et "plénitude de grâce" il y a me semble-t-il de la place pour de multiples nuances. Quelle est, selon vous, la traduction qui vous semble la plus proche, ou en avez-vous un autre à proposer ?
Dans "Κεχαριτωμένη" je pense que "χαρι" signifie "grâce", que signifient donc le préfixe "Κε" et le suffixe "τωμένη". Merci pour vos réponses.
Seigneur Jésus Christ, Fils du Dieu Vivant, fais-moi miséricorde.

Henri
Messages : 64
Inscription : mar. 25 oct. 2005 11:19
Localisation : Aude, France

Message par Henri » mar. 30 janv. 2007 13:55

+++
Dernière modification par Henri le ven. 23 mars 2007 16:37, modifié 1 fois.
Seigneur Jésus Christ, Fils du Dieu Vivant, fais-moi miséricorde.

Jean-Louis Palierne
Messages : 1044
Inscription : ven. 20 juin 2003 11:02

Message par Jean-Louis Palierne » mar. 30 janv. 2007 16:09

Dans "Keharitouménè" "-harit-" représente le radical du mot "haris", la grâce, "-oumenh" représente la participe passé passif au nominatif féminin singulier; et le préfixe "ke-" signifie qu'il faut considérer que le verbe est au parfait (c'est-à-dire que l'action a été accomplie".

Le substantif 'haris" signifiait en grec classique païen "grâce" ou "faveur". Les chrétiens ont adopté ce mot pour parler de la Grâce divine, c'est-à-dire que Dieu, de Lui-même donne à ses créatures la possibilité de participer substantiellement à sa Nature. C'était donc une extension considérable du sens du mot "haris".

Lorsque l'Archange Gabriel s'adresse à Marie en lui disant "keharitoumenè" il signifie donc que Marie a reçu une grâce inouïe de Dieu. Elle a fait l'objet d'un don que personne n'aurait pu imaginer.

Sous sa modeste apparence ce mot est donc riche d'une immense signification. Plus qu'à des explications de nature étymologique et grammaticale, il faut se reporter à l'hymnographie du jour de l'Annonciation; qui développe le dialogue entre Gabriel et Marie en mettant cette exclamation sur les lèvres de Gabriel : "Apopô kai existamai… Tout interdit j'exulte !… Haire, numphè anumfeute !… Réjouis-toi, ô Vierge inépousée…"

Par un H je transcris le "khi" grec, qui s'écrit comme un X.
Jean-Louis Palierne
paliernejl@wanadoo.fr

Répondre