Nouveau blog

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Sylvie
Messages : 387
Inscription : lun. 01 août 2005 2:50

Re: Nouveau blog

Message par Sylvie »

Isaïe53 a écrit :
Il ne s'agissait pas de la liturgie mais de se voiler et de la boucler dans la vie quotidienne. Et, là, au moins en ce qui me concerne, c'est le refus clair et net.
Ah bon?.
Pourtant dans le christianisme(orthodoxe compris), la soumission(au sein du couple) et le port du voile(dans l'église) est recommandé.
Les femmes qui se revendiquent "chrétienne", devrait agir en tant que tel.

D'autant plus que ces versets sont biblique...
C'est aussi écrit que les hommes doivent aimer leur femme comme le Christ aime l'Église. C'est-à-dire, seulement une HI ! Hi ! Hi ! et aussi mourir pour elle puisque le Christ est mort pour elle.

Sylvie-Madeleine

Claude le Liseur
Messages : 4201
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Nouveau blog

Message par Claude le Liseur »

Isaïe53 a écrit :
Ah bon?.
Pourtant dans le christianisme(orthodoxe compris), la soumission(au sein du couple) et le port du voile(dans l'église) est recommandé.
Les femmes qui se revendiquent "chrétienne", devrait agir en tant que tel.

D'autant plus que ces versets sont biblique...

Excusez-moi, mais j'ai une petite question. Le français est-il votre langue maternelle?

Claude le Liseur
Messages : 4201
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Nouveau blog

Message par Claude le Liseur »

Sylvie a écrit : C'est aussi écrit que les hommes doivent aimer leur femme comme le Christ aime l'Église. C'est-à-dire, seulement une HI ! Hi ! Hi ! et aussi mourir pour elle puisque le Christ est mort pour elle.

Sylvie-Madeleine

Chère Sylvie-Madeleine, saint Jean Chrysostome abonde dans votre sens, et je me permets de vous recopier ici un passage qui me semble des plus pertinents..

Homélie XX sur l’épître aux Éphésiens

« Maris, aimez vos femmes, comme le Christ aimé l’Église. » (Éph. 5, 25).

Vous avez entendu quelle parfaite soumission il prescrit : vous avez approuvé et admiré saint Paul comme un homme supérieur et spirituel, pour avoir resserré ainsi notre solidarité. Écoutez maintenant ce qu’il exige de vous ; il recourt au même exemple.

« Maris », dit-il « aimez vos femmes, comme le Christ a aimé l’Église. » Vous avez connu la mesure de l’obéissance ; sachez maintenant celle de la tendresse. Tu veux que ta femme t’obéisse, comme l’Église au Christ ? Veille donc sur elle comme le Christ sur l’Église. Fallût-il donner ta vie pour elle, être déchiré mille fois, tout souffrir, tout endurer, ne recule jamais. Quand tu aurais tout souffert, tu n’aurais point encore approché des sacrifices du Christ. Car avant de te dévouer pour ta femme, tu t’es uni à elle : tandis que le Christ s’est immolé pour une église qui le fuyait et le haïssait. Fais donc pour ta femme ce qu’il a fait pour celle qui le repoussait, le détestait, le méprisait, l’insultait ; sans menaces, sans injures, sans terreur, par sa seule et infinie sollicitude, il a amené l’Église à ses pieds. Oui, quand ta femme ne te témoignerait que dédain, mépris, insolence, il ne tient qu’à toi de la ramener à tes pieds à force de bonté, d’amour, de tendresse. Car il n’est pas d’attache plus forte, surtout entre homme et femme. Par la crainte on peut garotter un serviteur, encore ne tardera-t-il pas à s’échapper ; mais la compagne de ta vie, la mère de tes enfants, la source de ton bonheur, ce n’est point par la crainte, par les menaces, qu’il faut l’enchaîner, mais par l’amour et l’affection. Qu’est-ce qu’un foyer où la femme tremble devant son époux ? Quelle joie y a-t-il pour l’époux, quand il vit avec son épouse comme avec une esclave, et non une femme libre ? Te ferait-elle souffrir, ne le lui reproche pas : suis l’exemple du Christ. »


(Cité in RP Jean Meyendorff, Le mariage dans la perspective orthodoxe, YMCA-Press / O.E.I.L., Paris 1986, pp. 119 s.)

Saint Jean Chrysostome rappelle ce que Sylvie a aussi évoqué : le sacrifice suprême auquel le mari doit être prêt à consentir pour sa femme.

Cum grano salis, et afin de donner aussi la parole aux maris, je me permettrais toutefois de rappeller cette plaisante réflexion d’un des héros de l’Heptaméron de la reine Marguerite de Navarre, ce monument de la littérature française de la Renaissance :
« - Il faudrait donc, mesdames, dit Parlamente, que nos mari fussent envers nous comme Christ et son Église ! » - « Aussi faisons-nous, dit Saffredent, et si possible était, nous le passerions : car Christ ne mourut qu’une fois pour son Église ; nous mourons tous les jours pour nos femmes ! » (Marguerite d’Angoulême, duchesse d’Alençon, reine de Navarre, L’Heptaméron, Sixième journée, Nouvelle LIV; introduction, notes, glossaire, chronologie et bibliographie de Simone de Reyff, Garnier Flammarion, Paris 1982, p. 406 [1re édition du texte : 1558 ; 1re édition sous le titre actuel : 1559 ; la reine de Navarre était morte en 1549].)
Ajoutons encore que s’il est bon et a toujours été bon de rappeler l’étendue des sacrifices que l’on entend du mari dans le cadre du mariage, il faut aussi résister à la mode du féminisme ambiant qui prétend nier toute autorité au mari dans ce même cadre. Comme l’indique notre visiteur Isaïe53, cela contrevient à plusieurs passages du Nouveau Testament. N’oublions pas que, chez les catholiques romains, ce conformisme aux idées ambiantes a fait disparaître des cérémonies de mariage la lecture de l’épître aux Éphésiens, chapitre 5, versests 20 à 33, et que ceux-ci s’offusquent quand ils entendent cette lecture dans une cérémonie de mariage orthodoxe ou préchalcédonienne.

Je crois que, pour montrer la différence fondamentale qui existe entre la religion chrétienne orthodoxe, enracinée dans la sainte Écriture et le dépôt de la foi reçu des Apôtres, et le catholicisme romain habitué à modeler ses dogmes en fonction des contingences historiques et politiques, il n’y a pas d’exemple plus intéressant que ce cri du cœur d’un catholique romain qui avait assisté à un mariage copte à Paris en 1977 (peu importe qu’il s’agisse là d’une cérémonie d’une Église vieille-orientale ; les Coptes ne diffèrent pas de nous, orthodoxes, sur le point qui nous intéresse) :
« Certes, catholiques et orthodoxes auront pu percevoir le signe de deux civilisations ou deux cultures différentes. Ainsi, l’insistance sur tel ou tel texte sacré s’adaptant parfois à telle ou telle structure sociale (Vous, les femmes, soyez soumises à votre mari – St Paul) laisse transparaître une évolution différente. » (Bernard Mouton, « Impressions d’un occidental », in Le Monde Copte n° 3, Saint-Soupplets 1977, p. 13.)
On voit la profonde différence de perception entre les deux confessions : habitué à la théorie du développement des dogmes – même si elle semble ici dégénérer dans une théorie de leur évolution sociologique -, le témoin catholique romain ne comprend pas que, pour les orthodoxes ou les préchalcédoniens, un passage de l’Écriture puisse être au bénéfice d’une inspiration divine « à temps et à contre-temps ».


La récriture féministe ambiante de la théologie – qui ne vaut pas mieux que la réciture homosexuelle que nous avons vue à l’œuvre dans l’Église de Finlande - contrevient en outre au texte même du rite du mariage :
(…) καί δὀς τῆ παιδίσκῃ ταύτῃ έν πᾶσιν ὑποταγῆναι τῷ ἀνδρί, καί τὸν δοῡλον σου τοῡτον εὶναι εὶς κεφαλὴν τῆς γυναικός, ὃπως βιώσωσωσι κατὰ τὸ θέλημἀ σου (…)
Ce qui, dans la belle traduction de feu l’archimandrite Denis Guillaume, donne :
« (…) donne à cette jeune fille d’être soumise en toutes choses à son mari et à ton serviteur que voici d’être le chef de sa femme, pour qu’ils vivent selon ta volonté. » (Rituel du Mariage, Diaconie apostolique, Rome 1990 [1re édition Rome 1979], pp. 16 s.
Pendant des siècles, nos prédicateurs ont rappelé aux maris leurs lourds devoirs envers leurs femmes. Saint Côme l’Étolien, prédicateur infatigable auprès du peuple grec asservi dans les derniers temps de la domination ottomane, ne cessait d’admonester des maris chrétiens qui n’avaient que trop tendance à tirer avantage du modèle musulman. De nos jours où il me semble que la balance penche singulièrement dans l’autre sens, le temps me paraît venu de rappeler que les femmes ont aussi des devoirs envers leur mari. Peu m’importe que cela ne soit pas politiquement correct.

Claude le Liseur
Messages : 4201
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Nouveau blog

Message par Claude le Liseur »

La récriture féministe ambiante de la théologie – qui ne vaut pas mieux que la réciture homosexuelle que nous avons vue à l’œuvre dans l’Église de Finlande - contrevient en outre au texte même du rite du mariage :

(…) καί δὀς τῆ παιδίσκῃ ταύτῃ έν πᾶσιν ὑποταγῆναι τῷ ἀνδρί, καί τὸν δοῡλον σου τοῡτον εὶναι εὶς κεφαλὴν τῆς γυναικός, ὃπως βιώσωσωσι κατὰ τὸ θέλημἀ σου (…)


Ce qui, dans la belle traduction de feu l’archimandrite Denis Guillaume, donne :

« (…) donne à cette jeune fille d’être soumise en toutes choses à son mari et à ton serviteur que voici d’être le chef de sa femme, pour qu’ils vivent selon ta volonté. » (Rituel du Mariage, Diaconie apostolique, Rome 1990 [1re édition Rome 1979], pp. 16 s.)
On a récemment reproché à un des lecteurs du présent forum de chercher à augmenter ses connaissances, et en particulier, de chercher à connaître la traduction grecque de certains mots.

Certes, dans une certaine vision du monde, on peut tout à fait voir dans l'ignorance la reine des qualités, et reprocher aux gens de vouloir s'instruire. C'est après tout la vision du monde que défend l'Angsoc dans l'Océania, le monde totalitaire imaginé par George Orwell dans 1984:
"Then the face of Big Brother faded away again and instead the three slogans of the Party stood out in bold capitals:

WAR IS PEACE
FREEDOM IS SLAVERY
IGNORANCE IS STRENGTH."

(George Orwell, Nineteen Eighty-Four, Penguin, Londres 2000, p. 18; 1re édition Londres 1949.)


«Le visage de Big Brother disparut ensuite et, à sa place, les trois slogans du Parti s'inscrivirent en grosses majuscules:

LA GUERRE, C'EST LA PAIX
LA LIBERTÉ C'EST L'ESCLAVAGE
L'IGNORANCE C'EST LA FORCE.»


(George Orwell [traduit de l'anglais par Amélie Audiberti], 1984, Folio n° 822, Gallimard, Paris 2007, [1re édition française Paris 1950] p. 28.)
Certes, je comprends parfaitement que l'on trouve de nos jours des adeptes du slogan «L'ignorance c'est la force» , mais ils ne me font pas rire pour les raisons que je dirai plus loin.

Toutefois, dans un contexte orthodoxe, je préférerais m'en tenir à ce qu'enseignait Théodore Balsamon, expliquant qu'on pouvait traduire les rites dans n'importe quelle langue, à condition de le faire à partir de l'original grec. Je suis désolé pour les émules de ce sénateur étasunien des années 1920 qui proclamait que «si l'anglais était bon pour Jésus-Christ, alors il est bon pour nous aussi», mais l'Évangile n'a pas été écrit en anglais et il n'est pas toujours mauvais d'acquérir quelque culture.
C'est pour cette raison que je félicite et que j'encourage de tout mon coeur tous les francophones qui, par amour pour l'Orthodoxie, cherchent à étudier le grec, langue d'origine de la plupart de nos textes liturgiques, mais aussi le géorgien, le slavon, l'arabe, le roumain, langues dans lesquelles s'exprime une vie orthodoxe intense depuis cinq, dix ou quinze siècles, et bien d'autres langues. Et de mon côté, j'essaierai aussi, même si cela est chronophage et me consomme un temps fou que je pourrais utiliser à regarder TF1, de continuer à reproduire les textes originaux grecs, russes, roumains, etc., et ce d'autant plus que j'ai enfin trouvé sur le site Lexilogos un clavier qui me permet de reproduire les signes diacritiques du grec liturgique qui ont disparu en grec moderne.
Au slogan «L'ignorance c'est la force», on peut préférer ce qu'enseignait au XIXe siècle saint Philarète (Drozdov), métropolite de Moscou: «Dans l'Orthodoxie, il n'est permis à personne de rester ignorant.» Il semble que, d'après ce pasteur expérimenté, on ne soit pas forcé de suivre ce qui se glorifient de leur ignorance volontaire.

De même qu'on peut préférer la «jouissance intellectuelle» aux jouissances de la sotte suffisance.

Certains de mes lecteurs seront choqués par l'intolérance dont je fais preuve tout à coup à l'égard des nostalgiques de la Révolution culturelle et des polpotistes de l'anti-intellectualisme. Après tout, dans un contexte chrétien, cela paraît déjà tellement stupide de se permettre de reprocher à quelqu'un de vouloir acquérir un peu de vocabulaire grec, alors pourquoi épiloguer? Après tout, si certains, faute de «jouissance intellectuelle» , s'éclatent comme ils peuvent en écrivant n'importe quoi sur Internet, pourquoi leur reprocher cette jouissance-là?
Et bien, parce qu'il y a des fois où l'impudence, le fait de tourner en dérision le travail, le savoir, ou la foi des autres, tout ceci finit par hérisser le poil. Ce matin, en allant à l'église, je suis tombé par hasard sur une famille d'Albanais orthodoxes de la région de Tirana qui se trouvaient de passage dans la région et qui cherchaient où se trouvait notre église. Je leur ai servi de guide - nous avions l'italien comme langue commune (je ne parle pas un mot d'albanais, ils ne parlaient pas français). Déjà, on pourrait dire que si tout le monde suivait nos prêcheurs d'ignorance, ces Albanais n'auraient trouvé personne avec qui communiquer en italien. Ensuite, ces fidèles albanais cherchaient à fêter dignement Noël, et pour ce faire, ils se trouvaient dans une situation qui est celle de beaucoup de fidèles orthodoxes en Europe occidentale: pas de paroisse célébrant dans leur langue. Ils sont allés assister à la liturgie en grec, dans notre paroisse. Était-ce par «jouissance intellectuelle» qu'ils faisaient cet effort?
Ou bien parce qu'ils avaient vécu, eux, jusqu'en 1990, sous le règne d'un régime qui savait imposer par de rudes moyens le slogan «L'ignorance c'est la force» et qu'ils savaient le prix de tout cela qu'il est si facile de tourner en dérision quand on est un Occidental qui n'a jamais, lui, couru le risque d'être déporté dans les mines de cuivre de Spaç?
Alors, je suis comme tout le monde: ma patience a des limites, et il y a un moment où cette manière grossière de tout tourner en dérision en allant courageusement «casser de l'orthodoxe» sur son clavier d'ordinateur, cela m'écoeure -surtout en pensant à ce que d'autres ont vécu - même si l'on sait que les souffrances des peuples qui furent jetés dans la fournaise du communisme ne sont qu'un sujet de dérision pour ces gens-là... comme la culture, comme l'étude du grec, etc. Mais il y a un moment où le sentiment de supériorité que rien ne justifie et le mépris pour les souffrances des autres suscitent la révolte, tout simplement la révolte.

Alors, mes biens chers frères, je ne peux que vous encourager à toujours étudier un certain nombre de langues anciennes et modernes qui portent en elle l'expérience de l'Orthodoxie, ce qui est la condition sine qua non pour pouvoir la traduire dans notre langue et la transplanter dans nos contrées.

Allez, comme c'est Noël, nous pouvons faire quand même un petit cadeau à nos professeurs d'ignorance et imitateurs de ce sénateur étasunien que je citais plus haut: qu'ils se rassurent, le passage du rituel du mariage que j'ai cité dans le précédent message de ce fil a aussi été traduit dans la seule langue étrangère dont ils tolèrent encore l'existence, et ce sera donc mon petit cadeau:
"(...) and grant that this maiden may in all things submit to the man, and that this your servant may be the head of the woman, so that they may live according to your will." (Traduction du grec par le RP Evagoras Constantinides, The Priest's Service Book, 2e édition, Melissa, Thessalonique 1994, p. 115. On voudra bien pardonner à ce prêtre d'avoir traduit un texte grec à partir du grec. On voudra bien pardonner à l'Église d'avoir composé ce texte en grec et de ne pas avoir anticipé l'avènement de Mc World.)

J-Gabriel
Messages : 674
Inscription : ven. 08 sept. 2006 23:29
Localisation : Suisse
Contact :

Re: Nouveau blog

Message par J-Gabriel »

Peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon ?" (Jn. 1.45-46).

Je dois vous dire Patrick-N que je ne partage pas ce point de vue que certains disposeraient selon le bon vouloir de Dieu de quelques points de QI en plus ! Bien que n’étant pas psy, je partirai plutôt dans le sens que certains savent utiliser leur QI. Et je suis content ils partagent leur savoir ici plutôt que dans la politique par exemple.
Claude le Liseur a écrit : Au slogan «L'ignorance c'est la force», on peut préférer ce qu'enseignait au XIXe siècle saint Philarète (Drozdov), métropolite de Moscou: «Dans l'Orthodoxie, il n'est permis à personne de rester ignorant.»
Tout à fait, et dans le même sens, il y a un texte qui l’époque m’a bien réveillé, et qui depuis m’a ouvert beaucoup de portes. (l’auteur en est Maxime Kovalevsky, je sais qu’il y a beaucoup de controverse au sujet du diocèse qu’il fréquentait ; mais s.v.p. là n’est pas le sujet) :
l'expression "Heureux les pauvres en esprit" n'est pas conforme à la pensée du Christ. En effet en grec, en slavon et (par recoupements) en araméen, il est écrit : "Heureux les mendiants en esprit", c'est à dire ceux qui "sont en quête" de l'esprit. Car il ne suffit pas d'être pauvre pour accéder au royaume de Dieu, il faut faire l'effort de chercher l'Esprit. Celui qui est pauvre et se complaît dans sa pauvreté n'obéit pas aux prescriptions évangéliques : le Christ pousse les hommes à "chercher".
C'est de la même manière qu'il faut entendre le mot mal traduit "enfant" : il s'agit toujours d'un écolier, d'un "élève" qui veut apprendre, sans quoi il n'est qu'un garnement... Quand le Christ dit ce que nous lisons sous la traduction "soyez comme des enfants", c'est "soyez comme des élèves" qu'il faut donc lire, comme des enfants sans doute, mais soucieux de s'instruire, car un homme même d'âge adulte, s'il veut apprendre l'enseignement du Christ, devra redevenir cet enfant-écolier.

http://liturgieortho.free.fr/origines_d ... turgie.htm
Il a beaucoup de ces "détails" qui quand j'en cherche le sens, m’aide à rester en communion avec l’assemblée liturgique. Je vais vous donner des exemples prochainement.
Patrick-N a écrit : Faites-moi confiance sur ce point, il n’y a là rien qui vous rapprochera de Dieu, au contraire. La Vie spirituelle est déjà si difficile, et tous ces placebos ne sont encore que des pièges de l’Ennemi.
A chacun sa voie et il n’y a pas de monotonie dans l’Orthodoxie, pour preuve : la vie de nos Saints.

adam
Messages : 68
Inscription : sam. 02 janv. 2010 14:38

Re: Nouveau blog

Message par adam »

J-Gabriel a écrit :Et surtout c’est par un acte de modestie qu’une chrétienne va porter un voile. Une musulmane quand à elle c’est plutôt dans une mesure de soumission à son mari, ...et les filles sont très tôt promises.
On tombe dans la comparaison, tanpis.
Il me semble qu’en roumain, pour le voile, on dit batik, mais je ne connais pas la signification du terme. Il serait intéressant de voir comment il se dit en grec, russe etc.
Une femme musulmane prend le voile par pudeur ou éventuellement, par tradition. Et non par soumission à qui que ce soit.

Arrêtons de toujours essayer de dénigrer telle ou telle religion pour élever la nôtre. Je doute que ce soit très productif.

J-Gabriel
Messages : 674
Inscription : ven. 08 sept. 2006 23:29
Localisation : Suisse
Contact :

Re: Nouveau blog

Message par J-Gabriel »

adam a écrit : Une femme musulmane prend le voile par pudeur ou éventuellement, par tradition. Et non par soumission à qui que ce soit.

Arrêtons de toujours essayer de dénigrer telle ou telle religion pour élever la nôtre. Je doute que ce soit très productif.
Oui peut-être que l’on peut comprendre une forme de dénigrement sous cette remarque que vous me reprochez. Voyez ça comme vous le voulez. De toute façon les musulmanes ne m’ont pas attendues pour leur apprendre ce qu’est la soumission, le Coran s’occupe très bien de cela.
Quand à élever ma religion là aussi personne ne m’a attendue non plus. Primo ; elle n’en a pas besoin, et secundo ; L’Eglise, Corps du Christ et tous les saints de l’Orthodoxie, s’occupent on ne peut mieux de cela. Donc tout ce qui me reste à faire c’est de confesser la foi véritable. Et je ne vois rien de prétentieux en cela, à moins que vous vouliez me donner une leçon.

PS : je n’ai pas de religion, je rends gloire à la Sainte Trinité, c’est tout.

adam
Messages : 68
Inscription : sam. 02 janv. 2010 14:38

Re: Nouveau blog

Message par adam »

Et? Ou est l'interêt sur un forum orthodoxe de traiter du cas des femmes musulmanes voilées ou de ce que leur coran leurs dit ou non?

Dorian
Messages : 137
Inscription : ven. 05 juin 2009 4:17

Re: Nouveau blog

Message par Dorian »

Bonjour adam,

personnellement je ne pensais pas qu'on traité uniquement du "voile islamique" ici mais du "voile traditionnel chrétien" (je ne sais pas comment appelé ça) comme le font toujours quelques femmes dans l'Eglise orthodoxe (ou peut-être plus généralement les Chrétiens d'Orient, que sais-je ?)

J-Gabriel
Messages : 674
Inscription : ven. 08 sept. 2006 23:29
Localisation : Suisse
Contact :

Re: Nouveau blog

Message par J-Gabriel »

Daroslav a écrit : personnellement je ne pensais pas qu'on traité uniquement du "voile islamique" ici mais du "voile traditionnel chrétien" (je ne sais pas comment appelé ça) comme le font toujours quelques femmes dans l'Eglise orthodoxe (ou peut-être plus généralement les Chrétiens d'Orient, que sais-je ?)
A comparer aux pays qui ont une longue tradition orthodoxe, c’est vrai qu’on peut dire que par ici, il y a encore quelques femmes qui se couvrent avec un voile ou un chapeau, pendant les offices. Par-contre, je l’ai constaté dans ma paroisse, presque toutes les femmes qui vont de temps en temps aider le cœur (ce n’est pas toujours les mêmes) portent le voile. Il y a aussi une nette augmentation parmi celles qui vont communier aux saints mystères.

adam a écrit : Et? Ou est l'interêt sur un forum orthodoxe de traiter du cas des femmes musulmanes voilées ou de ce que leur coran leurs dit ou non?
Ici c’est le forum-orthodoxe certes, donc un forum relatant de l’Orthodoxie, la plupart des intervenants sont orthodoxes certes, je suis orthodoxe. Et?

Vous pensez maintenant que l’orthodoxe est limité seulement aux prières, jeûnes et aux fréquentations des offices ? Comme je vous le faisais remarquer plus haut l’Orthodoxie n’est pas une religion, les Pères ne disaient pas du christianisme qu’il était un culte religieux, mais une adoration de la Sainte Trinité. Le terme de religion était réservé au paganisme.
L’Orthodoxie se vit en permanence, en tout temps et toutes choses, et pas uniquement à un moment donné dans la journée. Personnellement, je ne vis pas hors du monde, mais dans le monde, et l’Orthodoxie n’est pas une religion castratisante, mais une expérience qui m’aide à surmonter tous les obstacles que me fait le monde dans lequel je vis. Donc pour quelle raison je devrais remettre le voile judaïque que le Christ notre Dieu est venu enlever de nos yeux (cf. Mt 5,17) et ne pas donner quelques observations sur le monde ?

Sylvie
Messages : 387
Inscription : lun. 01 août 2005 2:50

Re: Nouveau blog

Message par Sylvie »

Daroslav a écrit :Bonjour adam,

personnellement je ne pensais pas qu'on traité uniquement du "voile islamique" ici mais du "voile traditionnel chrétien" (je ne sais pas comment appelé ça) comme le font toujours quelques femmes dans l'Eglise orthodoxe (ou peut-être plus généralement les Chrétiens d'Orient, que sais-je ?)

Personnellement, je ne porte pas le voile. J'en emmène toujours un dans ma bourse au cas où j'entrerais dans un lieu plus stricte, mais je ne le porte pas systématiquement. Je ne comprends pas le sens dans notre temps de ce geste.

Il y a 40 ans de cela, nous devions porter gants et chapeau pour aller à la messe catholique. Il y avait un tel orgueil de mis dans le chapeau. Il y avait aussi ce placotage à la fin de la messe "As-tu vu son chapeau".

Je crains de tomber dans cette recherche de coquetterie en portant un voile. Je peux très bien respecter une règle s'il le faut. Mais je préfère connaître et vivre l'esprit de cette règle.

Sylvie-Madeleine

Sylvie
Messages : 387
Inscription : lun. 01 août 2005 2:50

Re: Nouveau blog

Message par Sylvie »

adam a écrit :Et? Ou est l'interêt sur un forum orthodoxe de traiter du cas des femmes musulmanes voilées ou de ce que leur coran leurs dit ou non?

Oups ! Dans mon intervention précédente j'ai parlé de l'église catholique....



Sylvie-Madeleine

Ploscaru Mihaela
Messages : 192
Inscription : lun. 01 mars 2004 17:05
Localisation : BOURGES 18 FRANCE

Re: Nouveau blog

Message par Ploscaru Mihaela »

vous faites bien, je fais aussi ainsi et je me conforme au lieu où je me trouve et meilleurs voeux Sylvie-Madeleine; très amicalement en Christ : Mihaela

adam
Messages : 68
Inscription : sam. 02 janv. 2010 14:38

Re: Nouveau blog

Message par adam »

Chers amis,

Je vous prie de me pardonner si mes propos vous ont offensés, ce n'était nullement mon intention.

Ceci étant, à chaque fois qu'il est question de "religion", le voile islamique ressurgit et rarement en des termes très élogieux, vous en conviendrez. Mais cela à la limite n'est pas mon problème.

Je découvre pour ma part l'orthodoxie, je viens d'ailleurs de prendre contact avec un prêtre pour, je l'espère pouvoir recevoir le baptême.

Quant à la question du voile, j'ai aujourd'hui assisté à ma première liturgie et aperçu des femmes portant un foulard pendant l'office. Cela ne me choque pas, j'y vois là un geste de pudeur et de respect équivalent en somme au geste de prosternation lors des offices.
Par exemple, lorsque je regarde une icône de la Sainte Vierge, elle est toujours représentée avec un foulard et je ne peux l'imaginer autrement.

De même qu'une femme musulmane qui déciderait de "prendre le voile" de façon décente ne me choquerait pas.
En somme, je ne pense pas que porter un foulard soit un signe de soumission quelconque.

Isaïe53
Messages : 11
Inscription : lun. 07 déc. 2009 23:18

Re: Nouveau blog

Message par Isaïe53 »

Daroslav:
personnellement je ne pensais pas qu'on traité uniquement du "voile islamique" ici mais du "voile traditionnel chrétien" (je ne sais pas comment appelé ça) comme le font toujours quelques femmes dans l'Eglise orthodoxe (ou peut-être plus généralement les Chrétiens d'Orient, que sais-je ?)
Il n'y a pas que les femmes orthodoxes, qui portent le voile dans l'Eglise. Certes, ce n'est pas la majorité, mais il y a d'autre courant qui respectent encore ce que La Bible enseigne....

Adam:
Je vous prie de me pardonner si mes propos vous ont offensés, ce n'était nullement mon intention.

Ceci étant, à chaque fois qu'il est question de "religion", le voile islamique ressurgit et rarement en des termes très élogieux, vous en conviendrez. Mais cela à la limite n'est pas mon problème.

Je découvre pour ma part l'orthodoxie, je viens d'ailleurs de prendre contact avec un prêtre pour, je l'espère pouvoir recevoir le baptême.

Quant à la question du voile, j'ai aujourd'hui assisté à ma première liturgie et aperçu des femmes portant un foulard pendant l'office. Cela ne me choque pas, j'y vois là un geste de pudeur et de respect équivalent en somme au geste de prosternation lors des offices.
Par exemple, lorsque je regarde une icône de la Sainte Vierge, elle est toujours représentée avec un foulard et je ne peux l'imaginer autrement.

De même qu'une femme musulmane qui déciderait de "prendre le voile" de façon décente ne me choquerait pas.
En somme, je ne pense pas que porter un foulard soit un signe de soumission quelconque.
Tout à fait d'accord avec vous.
Les athées n'aiment pas le voile, mais en tant que chrétien nous avons aucune raison de condamner l'islam sur ce point.

Répondre