Page 1 sur 1

L'icône miraculeuse du Val-d'Oise

Publié : sam. 06 mars 2010 16:00
par Claude le Liseur
La radio France Désinfo annonçait hier que le clergé de la Métropole de France (impossible de comprendre quel clergé dans la confusion du reportage) aurait célébré un office dans l'appartement d'une famille grecque de la région parisienne où une icône offerte par un prêtre libanais aurait commencé à exsuder de l'huile depuis trois semaines.

Le phénomène, qui n'a rien d'étonnant en soi - nous connaissons tous l'histoire de l'icône miraculeuse de Notre-Dame d'Iviron que conservait ce moine orthodoxe chilien qui fut assassiné à Athènes en 1997 -, reste à confirmer, mais ce n'est pas cela le plus intéressant. Je vous prie de trouver ici le lien vers le reportage que vous pouvez écouter sur le site de France Désinfo:

http://www.france-info.com/france-socie ... -9-12.html

Oui, le plus intéressant, le plus merveilleux, c'est le reportage en lui-même. Arrivé à ce stade de confusion, on ne peut littéralement plus rien y comprendre.

1) On peut supposer que l'appartement aurait reçu la visite du métropolite de France, Mgr Emmanuel; mais dans le reportage, c'est carrément un patriarche qui s'est rendu à Garges-les-Gonesses. On n'en est plus à une confusion près.

2) Le journaliste étant incapable de dire quel type de service religieux est célébré par le clergé orthodoxe qui s'est rendu dans l'appartement, on nous parle d'une messe...

3) Le journaliste devant bien sûr exprimer son scepticisme face aux étranges coutumes des orthodoxes, il donne évidemment la parole à un prêtre catholique romain passant par là, qui, bien sûr, n'a rien à dire, mais est, peut-on supposer, interviewé pour apporter la caution très laïque du très désacralisateur clergé kto de France. Il ne vient évidemment pas à l'esprit du journaliste de poser des questions à un membre du clergé orthodoxe.

Je mets au défi quiconque, après avoir écouté ce reportage qui dure tout de même près de 2 minutes, de pouvoir affirmer avec certitude ce dont parle le reportage. Qui est ce mystérieux «patriarche» qui vient célébrer une «messe» (mot inusité chez les orthodoxes - mais il est vrai que, dans leur incommensurable inculture, les media francophones usent, en matière de christianisme, d'un vocabulaire limité à cinq mots: on avait eu droit, un jour, à une chaîne de télévision française annonçant que Clinton sortait d'une «messe».. baptiste!) à Garges-les-Gonesses? De quoi s'agit-il exactement? La lecture d'un acathiste, une bénédiction, la lecture des heures canoniales? Impossible de comprendre quoi que ce soit.

Ce qui est malheureux, c'est que les media montrent une égale incompétence dans tous les domaines. Comment se fait-il que lorsque la télévision ou la radio abordent un sujet que nous connaissons, nous nous rendons compte, immanquablement, que ce qui est dit est faux ou à tout le moins approximatif, et que nous continuons pourtant à leur faire confiance?

Mais le plus malheureux, c'est qu'un reportage aussi confus rend aussi une sorte d'hommage sinistre à tous les efforts déployés depuis des décennies par le clergé orthodoxe présent en Europe occidentale pour que l'Orthodoxie s'enferme dans un ghetto, pour qu'elle ne rayonne pas, pour qu'elle reste plus exotique que le plus exotique des cultes vaudous. En ce sens, l'ignorance phénoménale qui s'étale dans ce reportage ne saurait être imputée au journaliste que jusqu'à un certain point; elle est aussi le résultat de décennies d'efforts de notre clergé, de notre épiscopat et de nos «intellectuels» en faveur de la foklorisation de l'Orthodoxie et contre toute forme de rayonnement de l'Orthodoxie dans la société.

Re: L'icône miraculeuse du Val-d'Oise

Publié : sam. 06 mars 2010 19:23
par J-Gabriel
On remarque que Caroline -la première et dernière intervenante avant le curé- adapte tout de suite sa réponse à l’inculte journaliste en passant de métropolite à évêque. Bravo.

Mais remarquez la coupure vers la 16ème seconde.

Caroline, très convaincue explique au journaliste de ce qui se passe : « … passent et l'embrassent pour la bénédiction » [coupure] « c’est bizarre parce que ce n’est qu’un bout de bois… » et avec un autre ton.

Quand à la bande qui passe sur le fond, sur la façon comme c’est monté ; au début ça m'a rappelé une séquence du Collaroshow et ses gags sur les sectes étranges.

Re: L'icône miraculeuse du Val-d'Oise

Publié : sam. 06 mars 2010 22:40
par Anne Geneviève
Je viens d'écouter. Effectivement, quelqu'un qui ne connaît pas profondément l'orthodoxie ne comprendra rien.

Re: L'icône miraculeuse du Val-d'Oise

Publié : dim. 07 mars 2010 16:58
par Claude le Liseur
J-Gabriel a écrit :On remarque que Caroline -la première et dernière intervenante avant le curé- adapte tout de suite sa réponse à l’inculte journaliste en passant de métropolite à évêque. Bravo.

Mais remarquez la coupure vers la 16ème seconde.

Caroline, très convaincue explique au journaliste de ce qui se passe : « … passent et l'embrassent pour la bénédiction » [coupure] « c’est bizarre parce que ce n’est qu’un bout de bois… » et avec un autre ton.

Quand à la bande qui passe sur le fond, sur la façon comme c’est monté ; au début ça m'a rappelé une séquence du Collaroshow et ses gags sur les sectes étranges.

Ou alors la séquence des Inconnus sur la secte de Richnou le Grand Gourou.

Un autre lecteur m'a fait par courriel à mon adresse privée exactement la même réflexion que vous, à savoir que l'enregistrement donne l'impression d'avoir été coupé et remonté, de telle sorte que la personne pourrait avoir dit « c'est étonnant que ça se produise car il ne s'agit que d'un bout de bois» alors qu'on comprend « ils vénèrent alors que ce n'est qu'un bout de bois». Ce qui voudrait dire qu'en plus d'être d'une inculture encyclopédique, l'auteur du reportage ne brille pas par l'honnêteté. Cette position antireligieuse militante, d'une part n'aurait rien d'étonnant de la part d'une station comme France Désinfo dont on connaît l'engagement à gauche (engagement financé par les impôts des contribuables dont la majorité votent à droite), et d'autre part collerait très bien avec l'intervention tout à fait hors de propos du curé catholique venu sans doute jouer le rôle de témoin de moralité laïciste que l'immense majorité du clergé catholique français s'est attribué depuis son grand tournant désacralisateur des années 1968-1978.

Errare humanum est, sed perservare diabolicum: comme vous le notez, la première intervenante s'adapte au niveau d'inculture du journaliste en lui expliquant qu'un métropolite, c'est un évêque, et le journaliste, comme le site de la station, ne peuvent pas s'empêcher de le balancer quand même patriarche. Sachant qu'il n'y a à l'heure actuelle que neuf patriarches dans le monde orthodoxe (dix en incluant le discutable patriarcat de Kiev), la radio publique française nous fait atteindre le dernier degré de la dévaluation des dignités ecclésiastiques.

Re: L'icône miraculeuse du Val-d'Oise

Publié : dim. 07 mars 2010 23:18
par J-Gabriel
Ah oui le coup du patriarche ! Heureusement, vous êtes vigilant.

Re: L'icône miraculeuse du Val-d'Oise

Publié : lun. 08 mars 2010 12:24
par Claude le Liseur
Le même correspondant me signale:

Un article factuel dans L'Immonde:

http://www.lemonde.fr/societe/article/2 ... _3224.html

Un article de 20 minutes où réapparaît l'énigmatique patriarche imaginé par France Désinfo:

http://www.20minutes.fr/article/389160/ ... nesses.php

Pour en rajouter une couche dans l'ignorance, 20 minutes nous apprend que le mystérieux patriarche s'est déplacé en personne...

Un commentaire sur le site de 20 minutes nous signale que l'icône de Garge-les-Gonnesses a aussi été mentionnée par le Daily Telegraph en Grande-Bretagne.

Je remercie notre lecteur qui m'a transmis ces liens, et je le remercie aussi pour sa causticité.

Re: L'icône miraculeuse du Val-d'Oise

Publié : lun. 08 mars 2010 12:53
par Claude le Liseur
Claude le Liseur a écrit :Le même correspondant me signale:

Un article factuel dans L'Immonde:

http://www.lemonde.fr/societe/article/2 ... _3224.html

Un article de 20 minutes où réapparaît l'énigmatique patriarche imaginé par France Désinfo:

http://www.20minutes.fr/article/389160/ ... nesses.php

Pour en rajouter une couche dans l'ignorance, 20 minutes nous apprend que le mystérieux patriarche s'est déplacé en personne...

Un commentaire sur le site de 20 minutes nous signale que l'icône de Garge-les-Gonnesses a aussi été mentionnée par le Daily Telegraph en Grande-Bretagne.

Je remercie notre lecteur qui m'a transmis ces liens, et je le remercie aussi pour sa causticité.

La lecture des commentaires des internautes sur le site de 20 minutes est affligeante: c'est aussi stupide que les commentaires que je lisais sur le site de 24 heures après la publication du livre de Ioana Nantel Qui m'a tuée ?, et où j'avais épluché les messages d'un groupe de gauchards de Bretagne, de la région parisienne et de l'Isère (dont un militant écologiste - pardon, cohn-bendiste) pour me rendre compte successivement, et à ma grande stupéfaction, qu'ils ne savaient pas ce qu'était l'Eglise orthodoxe - ils la prenaient pour une secte protestante ! - et qu'ils proclamaient fièrement n'avoir pas besoin de la culture et n'avoir jamais ouvert un livre. Je retrouve la même haine dans les commentaires sur le site de 24 heures, le sempiternel conformisme et la sempiternelle bêtise de la gauche, les héritiers de Monsieur Homais qui continuent à se proclamer des esprits forts alors qu'ils n'ont jamais rien lu, ne peuvent écrire une phrase sans une faute d'orthographe et ne se rendent même pas compte que, tout en se prenant pour des grands esprits libres, ils ne font que suivre l'air du temps (idéal de feuille morte qui correspond tellement à ce qu'ils sont) et marcher au pas, comme leurs ancêtres marchaient au pas derrière les colonnes infernales de Turreau et derrière les portaits de Thorez, devenus volontairement des machines à réciter des slogans qui, à leurs yeux, remplacent la réalité. Fanatiques et intolérants à un degré inimaginable - je suis presque certain, à les lire, qu'il devait être plus facile d'engager le dialogue avec Torquemada ou Kohmeini qu'avec eux. Incapables d'argumenter, incapables de disputer, capables seulement de jeter des petits sarcasmes même pas drôles et se prenant avec ça pour des grands débatteurs qui ont une opinon. Incapables même d'ironie, tirant de l'air du temps - lequel leur tient lieu de formation intellectuelle et culturelle - de lourds calembours qui font peut-être rigoler les camarades bien imbibés d'alcool, et qu'ils appellent des mots d'esprits. Le moindre paysan du Sahel a plus de finesse que vous; le moindre gueux du XVIIe siècle avait plus de culture que vous; le pire inquisiteur médiéval avait plus d'ouverture d'esprit que vous; et vous vous regardez dans votre miroir, exsudant votre nullité avec une fierté que rien ne pourra jamais ramener à de justes proportions, vous prenant pour des phares de l'humanité, alors que c'est à cause de vous que plus rien dans le monde ne dépend de votre pays. Faux esprits libres, pseudo-laïcs qui ne comprendrez jamais rien à la laïcité, tout occupés que vous êtes à vous prosterner devant des idoles, vous me donnez presque envie de me faire papiste,tant votre anticléricalisme fait ressortir vos petits problèmes d'adolescents attardés qui n'avez pas réglé votre problème d'Oedipe avec votre papa-Pape dont vous êtes incapable de vous libérer: essayez de devenir adultes un jour. Eternels imbéciles et tellement contents de l'être qu'ils sont aussi un danger pour l'âme: à un moment, on les trouve tellement ignorants, tellement inintelligents, tellement haineux, et tellements fiers d'être tout cela, que l'on finit petit à petit par glisser dans l'orgueil en se disant qu'on peut être le pire des pécheurs, mais que, quand même, on n'arrive pas à leur stade. Proclamer qu'on n'a pas besoin de livres, car si jamais il y avait besoin de culture, il suffit de faire des copier-coller sur Internet ! Et voilà, c'est le pire danger qu'ils représentent: ils nous mènent à l'orgueil. Certes, ils excellent à tuer les corps, comme le montrent les 200 millions de cadavres accumulés par les héros et modèles idéologiques de nos petits gauchards français récitant comme des perroquets les lecçons de Michel Onfray - les 200 millions de cadavres accumulés par les Turreau, Carrier, Fouché, Tallien, Robespierre, Lénine, Staline, Mao, Pol Pot et autres Castro - , mais, après tout, c'est aussi une fabrique de martyrs, et le sang des martyrs est semence de chrétiens. Non, le pire danger, c'est que, par dessus-tout, ils sont si bêtes, mais d'une bêtise à front de taureau, d'une bêtise triomphante, assumée, exaltée, et si incultes, mais d'une inculture militante, dignes héritiers des Khmers rouges qui laissaient pourrir à l'air libre les livres de la bibliothèque nationale du Cambdoge, qu'à les lire on finit forcément par se sentir intelligent et que l'on commence ainsi à pécher contre l'humilité et à tomber dans l'orgueil. Et c'est ainsi qu'ils risquent de tuer les âmes.

Ceci étant, j'ai vérifié: le nom de la ville est bien Garges-lès-Gonesse, c'est à dire Garges près de Gonesse, comme Plessis-lès-Tours est Plessis près de Tours, et j'avais, comme de bien entendu, tort de reprendre l'orthographe du site de France Info,Garges-les-Gonesses, indiquant que les journalistes de l'illustre radio pensaient que le les du nom de la localité était un article appelant le pluriel.. . Ils sont aussi incultes pour la toponymie que pour le reste.

Re: L'icône miraculeuse du Val-d'Oise

Publié : lun. 08 mars 2010 13:06
par Claude le Liseur
Le même lecteur, qui déploie une activité infatigable dont je le remercie, me donne le lien vers l'article du Daily Telegraph:

http://www.telegraph.co.uk/news/newstop ... rance.html


Là, l'article est totalement délirant et laisse loin derrière France Info, Le Monde et 20 minutes: le quotidien britannique ne s'étant pas rendu compte que la famille gardienne de l'icône était orthodoxe, nous explique doctement que le Pape n'a jamais reconnu qu'un seul miracle de ce type! Comme si l'opinon du Pape importait en la matière!

Re: L'icône miraculeuse du Val-d'Oise

Publié : mar. 09 mars 2010 10:17
par Anne Geneviève
Mais ce qui importe est peut-être justement de ramener tout christianisme vers le pape, ce qui permet d'avoir une tête emblématique pour le jeu de massacre. Je ne peux m'empêcher de m'interroger, non sur les journalistes mais sur leur rédacteur en chef. En France, s'il est question d'orthodoxie, les prêtres de Daru, l'institut Saint-Serge et Colosimo sont dans le carnet d'adresses des médias et certains rédacteurs sont spécialisés. Là, il est évident qu'on a confié la rubrique à un jeune chargé ordinairement des "chiens écrasés" et qu'on ne lui a pas laissé le temps de préparer son reportage. Accord parfait des rédac'chefs semble-t-il. Je subodore une action en sous-main de gens comme Broch contre tout ce qui ressemblerait à du miracle ou du paranormal.

Re: L'icône miraculeuse du Val-d'Oise

Publié : mer. 10 mars 2010 11:06
par Claude le Liseur
Le site www.orthodoxie.com donne un lien http://www.antiocheurope.org/Fr/Communi ... 12-Fr.html vers un communiqué publié par l'archevêché d'Europe occidentale du patriarcat d'Antioche, qui rectifie une partie des bourdes publiées dans l'incommensurablement inculte presse française:

Communiqué
Manifestation "miraculeuse" de la Sainte Vierge en région parisienne

Paris le 9 mars 2010



Le vendredi 12 février 2010, semaine de l'abstinence de laitage, trois jours avant le début du Grand Carême de Pâques, la Mère de Dieu a manifesté sa grâce dans son icône appartenant à une des familles chrétiennes qui dépend de l'Eglise orthodoxe d'Antioche en région parisienne. Il s'agit de la famille de Mr. Falassios (Esat) Altindagoglou, une famille croyante, pieuse, originaire de la ville d'Antioche en Turquie, province qui dépend canoniquement de la juridiction du Patriarcat grec-orthodoxe d'Antioche et de tout l'Orient. La manifestation consiste en un suintement d'huile d'une manière miraculeuse, et d'une façon quasi permanente depuis le 12 février dernier. Nous avons constaté (comme ce fut le cas de nombreuses personnes) que l'icône de la Mère de Dieu se trouvant à leur domicile familial et mesurant 30/20 cm, une image collée sur bois, fait sortir de l'huile de ses cotés d'une manière inexpliquée. Par moment, l'huile sainte a débordé l'icône sur le mur où elle est accrochée.

S'il y a une signification à donner à cette manifestation, c'est que la Sainte Vierge bénit cette famille, comme elle bénit aussi tous les fidèles et les êtres humains. Elle nous incite pendant cette période bénie de grand Carême de Pâques, à se rappeler la vie éternelle et la vie spirituelle au milieu de ce monde qui fait face à de nombreux défis matériels et à beaucoup de soucis et de difficultés. Elle nous invite à revenir en nous-mêmes pour se purifier de tout mal et péché afin que nous nous collions à la vie de l'Eglise, que nous pratiquions les saints sacrements et nous témoignons avec une audace irénique, pour le Christ dans nos sociétés. Ici et maintenant. Là ou le Seigneur nous a placés. Notre mère, la Mère de Dieu, est une mère tendresse. Elle souhaite de nous que nous œuvrions au salut de nos âmes par la foi en l'unique sauveur, notre Dieu et Seigneur Jésus Christ. Sa voix dans l'Evangile retentit dans nos oreilles à ce jour. Elle nous appelle et nous dit: "Faites tout ce qu'Il vous dira" (Jean 2,5).

Il importe à la Métropole grec-orthodoxe d'Antioche en Europe Occidentale, l'instance ecclésiale à qui revient le soin de décider de toute question liée à cette manifestation, d'informer qu'elle attache beaucoup d'importance à garder une telle manifestation dans son strict cadre ecclésial et spirituel, en correspondance avec le message spirituel qu'elle comporte, et d'approcher cette manifestation en conformité avec la tradition ecclésiale orthodoxe et les enseignements de notre Eglise, d'une manière calme et croyante et en prenant en compte les exigences de l'ordre public et le respect des lois françaises en vigueur.

Par conséquent, nous prions tout le monde de bien vouloir respecter cette manifestation miraculeuse, et nous demandons plus particulièrement aux fidèles de l'aborder avec calme, silence, prière et imploration, et d'être prudents pour ne pas glisser dans toute forme de publicité ou autre action humaine qui nous éloignent de l'esprit de l'Eglise, et ce afin que se réalise la volonté de la Sainte Vierge à savoir, que nous disions constamment à notre Seigneur et Dieu: "Que Ta volonté soit faite", pour que nous soyons Ses témoins dans le monde d'aujourd'hui qui souffre mais qui reste tendu vers l'espérance.

Pour l'Archevêché grec-orthodoxe d'Antioche en Europe Occidentale

Je m'explique mieux pourquoi la famille gardienne de l'icône a des noms et des prénoms turcs: il s'agit d'une famille d'Arabes orthodoxes de l'ancien sandjak d'Alexandrette, arraché par la France à la Syrie et attribué à la Turquie en 1939 au mépris des obligations que la France avait envers la Syrie en tant que puissance mandataire (sandjak d'Alexandrette devenu aujourd'hui province du Hatay). Une fois de plus, on constate que certaines confusions sont volontaires: le plus grave n'était pas de confondre «métropolite et «patriarche (signe d'inculture d'autant plus grand que les titres de «métropolitain» et de «patriarche» existent dans le catholicisme de rit latin qui est supposé être la religion d'origine des auteurs de ces reportages; mais sans doute sont-ils trop représentatifs de la France contemporaine, exclusivement tournée vers l'adoration servile de tout ce qui est anglo-saxon, pour daigner abaisser leurs regards sur leurs parents par la langue et considérer l'existence du patriarche de Venise et du patriarche de Lisbonne...); le plus grave était de confondre «grec-orthodoxe»(traduction tendancieuse en français du Rum Ortodoks turc et de son équivalent arabe, traduction imposée autrefois par la Papauté pour faire oublier que les orthodoxes étaient, contrairement à elle, les héritiers spirituels de Rome) et «grec». Une fois de plus, on constate que l'Occident contemporain n'arrive pas à digérer l'existence des Arabes chrétiens et qu'il voudrait au fond de lui-même que tous les Arabes fussent musulmans. C'est ça, les liens tant vantés entre la France et le Liban? Et l'on s'étonne du déclin de la francophonie au Levant quand on voit le mépris avec lequel tous ceux qui ont droit à la parole en Europe francophone crachent sur les Arabes chrétiens qui restent les principaux vecteurs de notre langue au Machrek?
Enfin, ce qui me réjouit là-dedans, c'est de voir que le patriarcat d'Antioche, qui avait très peu de présence en Europe occidentale, commence à prendre en charge ses ouailles. Espérons que le Seigneur donnera au patriarcat d'Antioche de s'implanter aussi bien en Europe occidentale qu'il l'a fait dans les Amériques.

Re: L'icône miraculeuse du Val-d'Oise

Publié : mer. 10 mars 2010 14:03
par Dorian
Claude le Liseur a écrit :Le même lecteur, qui déploie une activité infatigable dont je le remercie, me donne le lien vers l'article du Daily Telegraph:

http://www.telegraph.co.uk/news/newstop ... rance.html


Là, l'article est totalement délirant et laisse loin derrière France Info, Le Monde et 20 minutes: le quotidien britannique ne s'étant pas rendu compte que la famille gardienne de l'icône était orthodoxe, nous explique doctement que le Pape n'a jamais reconnu qu'un seul miracle de ce type! Comme si l'opinon du Pape importait en la matière!
http://www.telegraph.co.uk/news/newstop ... rance.html


Je trouve intéressant le fait que ce soit une image collée sur bois qui ait suinté.

Dans le journal télévisé de 13h de France 2, la journaliste disait que les icônes avaient le "bois gorgé d'huile" (oui "gorgé"), mais franchement je n'ai jamais pu remarquer cela et je me demande si on plonge vraiment dans de l'huile le bois pour y coller une image. Outre le bois gorgé d'huile, la même journaliste rajoutait que "les véritables (?) icônes sont faites pour des températures basses (?) comme dans les églises". Alors là je me demande d'où elle tire tout cela ?

Re: L'icône miraculeuse du Val-d'Oise

Publié : mer. 10 mars 2010 15:14
par Claude le Liseur
Daroslav a écrit :
Je trouve intéressant le fait que ce soit une image collée sur bois qui ait suinté.

Dans le journal télévisé de 13h de France 2, la journaliste disait que les icônes avaient le "bois gorgé d'huile" (oui "gorgé"), mais franchement je n'ai jamais pu remarquer cela et je me demande si on plonge vraiment dans de l'huile le bois pour y coller une image. Outre le bois gorgé d'huile, la même journaliste rajoutait que "les véritables (?) icônes sont faites pour des températures basses (?) comme dans les églises". Alors là je me demande d'où elle tire tout cela ?

Pur fantasme de la part de la journaliste. Les icônes collées sont souvent laminées suivant des procédés industriels. De toute façon, on utilise des colles et des vernis, pas de l'huile. Le but de la journaliste était sans doute de discréditer l'icône de Garges-les-Gonesse en jouant sur la confusion entre l'huile utilisée pour coller sur bois les reproductions d'icônes (de la colle en réalité) et l'huile (sans doute du myron en réalité) qu'exsuderait l'icône du Val-d'Oise.

Une fois de plus, nous constatons que c'est l'image elle-même qui compte, et non son support.

Pendant longtemps, la plupart des icônes que j'avais à la maison étaient des images collées sur bois. Je crois d'ailleurs que les images collées sont le seul moyen d'assurer la diffusion rapide des nouveaux sujets iconographiques comme les magnifiques icônes des saints orthodoxes d'Amérique peintes par l'atelier d'iconographie de Jordanville (NY) ou les icônes des saints orthodoxes occidentaux que diffuse par exemple le monastère de la Sainte Transfiguration de Boston (MA). Pour cette raison, j'avais été choqué lorsque j'avais lu des articles du patriarche Alexis II de Moscou et d'un clerc vieux-calendériste qui s'opposaient aux images collées.

C'est contraire au bon sens. Même de simples photographies de l'icône miraculeuse d'Iviron, dont le gardien était le moine orthodoxe chilien José Muñoz, ont exsudé du myron. Ne vaut-il pas mieux avoir une simple photographie d'une vraie icône orthodoxe qu'une peinture de style non traditionnel rebaptisée icône parce qu'elle est peinte sur bois?

Re: L'icône miraculeuse du Val-d'Oise

Publié : mer. 10 mars 2010 16:26
par J-Gabriel
Oui mais c’est l’Archevêché d’Antioche qui spécifie que c’est une image collée sur bois ! La journaliste reste plutôt concentrée sur le support. D’ailleurs je ne sais pas si c’est vraiment rendre service à une planche de bois de 30/20cm que de la plonger dans un bain d’huile. Et il aurait fallu au moins spécifier quelle huile : lin, palme, voir olive ?
Claude le Liseur a écrit : Pendant longtemps, la plupart des icônes que j'avais à la maison étaient des images collées sur bois. Je crois d'ailleurs que les images collées sont le seul moyen d'assurer la diffusion rapide des nouveaux sujets iconographiques comme les magnifiques icônes des saints orthodoxes d'Amérique peintes par l'atelier d'iconographie de Jordanville (NY) ou les icônes des saints orthodoxes occidentaux que diffuse par exemple le monastère de la Sainte Transfiguration de Boston (MA). Pour cette raison, j'avais été choqué lorsque j'avais lu des articles du patriarche Alexis II de Moscou et d'un clerc vieux-calendériste qui s'opposaient aux images collées.

C'est contraire au bon sens. Même de simples photographies de l'icône miraculeuse d'Iviron, dont le gardien était le moine orthodoxe chilien José Muñoz, ont exsudé du myron. Ne vaut-il pas mieux avoir une simple photographie d'une vraie icône orthodoxe qu'une peinture de style non traditionnel rebaptisée icône parce qu'elle est peinte sur bois?
A discuter. Cependant c’est vrai que quand il y a la foi, l’économie de Dieu trouve son appui.

Re: L'icône miraculeuse du Val-d'Oise

Publié : mer. 10 mars 2010 21:30
par Irène
Si on trempait le bois dans de l'huile, s'il était "gorgé" d'huile ... l'image ne se collerait pas ...