Il persiste et signe dans l'éthnophylètisme

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

FABRE
Messages : 113
Inscription : jeu. 24 juin 2010 6:35

Il persiste et signe dans l'éthnophylètisme

Message par FABRE » mer. 11 mai 2011 7:29

le Patriarcat de Jérusalem rompt la communion avec le Patriarcat de Roumanie :
""
Le Patriarcat de Jérusalem a expliqué au Patriarcat de Roumanie que si son argument, selon lequel cette église a été construite pour les pèlerins roumains en Terre sainte était accepté, cela reviendrait à faire de la juridiction du Patriarcat de Jérusalem en champ libre pour la construction d'églises par toutes les Eglises orthodoxes, dont certaines ont déjà formulé une pareille demande.
Etant donné que, malgré cela, le Patriarcat de Roumanie n'a point manifesté la sensibilité ecclésiastique qui s'imposait, le Patriarcat de Jérusalem a frappé d'interdiction l'archimandrite Jérôme Cretsu, représentant du Patriarcat de Roumanie en Terre sainte, qui a pris cette initiative et l'a menée à terme. En outre, dans le but de rechercher une solution au problème, S.B. notre père et patriarche de Jérusalem, Théophile, a adressé une lettre à S.B. le patriarche de Roumanie, Daniel, dans laquelle toutes les données du problème et la position du Patriarcat de Jérusalem sont exposées en détail.
" "(dans Orthodoxie.com)
l'on pourrait dire que ce n'est pas tout à fait de l''ethnophylètisme surtout ceux qui le pratiquent....
mais bon, déjà quand on Modifie le canon 16 du 1er Concile œcuménique en date" du 11 février 2010; voir forum orthodoxe : " unité troublante " falsifié par ajout du mot fidèles orthodoxes in article : " du Appel à l’unité et à la dignité roumaine de l’Eglise orthodoxe de Roumanie"
« ……….Les principes susmentionnés sont l’expression du devoir de l'Église orthodoxe roumaine et sont fondés sur le canon 16 du 1er concile œcuménique (325), qui énonce le principe selon lequel aucun diocèse n’est autorisé à recevoir en vertu de sa compétence des clercs et des fidèles orthodoxes, sans la bénédiction de l'Église (diocèse) à laquelle ils appartiennent.
Récidive et de toute façon anticanonique comme la diaspora en occident entretenue par intérêt par toutes les églises mères.

Claude le Liseur
Messages : 4138
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Il persiste et signe dans l'éthnophylètisme

Message par Claude le Liseur » mer. 11 mai 2011 9:41

FABRE a écrit :le Patriarcat de Jérusalem rompt la communion avec le Patriarcat de Roumanie :
""
Le Patriarcat de Jérusalem a expliqué au Patriarcat de Roumanie que si son argument, selon lequel cette église a été construite pour les pèlerins roumains en Terre sainte était accepté, cela reviendrait à faire de la juridiction du Patriarcat de Jérusalem en champ libre pour la construction d'églises par toutes les Eglises orthodoxes, dont certaines ont déjà formulé une pareille demande.
Etant donné que, malgré cela, le Patriarcat de Roumanie n'a point manifesté la sensibilité ecclésiastique qui s'imposait, le Patriarcat de Jérusalem a frappé d'interdiction l'archimandrite Jérôme Cretsu, représentant du Patriarcat de Roumanie en Terre sainte, qui a pris cette initiative et l'a menée à terme. En outre, dans le but de rechercher une solution au problème, S.B. notre père et patriarche de Jérusalem, Théophile, a adressé une lettre à S.B. le patriarche de Roumanie, Daniel, dans laquelle toutes les données du problème et la position du Patriarcat de Jérusalem sont exposées en détail.
" "(dans Orthodoxie.com)
l'on pourrait dire que ce n'est pas tout à fait de l''ethnophylètisme surtout ceux qui le pratiquent....
mais bon, déjà quand on Modifie le canon 16 du 1er Concile œcuménique en date" du 11 février 2010; voir forum orthodoxe : " unité troublante " falsifié par ajout du mot fidèles orthodoxes in article : " du Appel à l’unité et à la dignité roumaine de l’Eglise orthodoxe de Roumanie"
« ……….Les principes susmentionnés sont l’expression du devoir de l'Église orthodoxe roumaine et sont fondés sur le canon 16 du 1er concile œcuménique (325), qui énonce le principe selon lequel aucun diocèse n’est autorisé à recevoir en vertu de sa compétence des clercs et des fidèles orthodoxes, sans la bénédiction de l'Église (diocèse) à laquelle ils appartiennent.
Récidive et de toute façon anticanonique comme la diaspora en occident entretenue par intérêt par toutes les églises mères.
Disons que c'est un nouveau pas dans l'ethnophylétisme: on passe de la création de diocèses fondés sur une base strictement ethnique dans des pays que l'on peut considérer comme non rattachés à un patriarcat (la juridiction de Constantinople en Europe occidentale étant sujette à caution quant à sa légitimité, bien que ce soit en pratique la solution qui arrange le plus grand nombre) à la création de structures fondées sur une base ethnique sur le territoire incontestable d'Eglises orthodoxes locales. En pratique, cela veut dire que des Eglises riches en effectifs et en ressources (a priori Moscou et la Roumanie) vont considérer comme terra nullius les anciens et vénérables patriarcats du Moyen-Orient et d'Afrique. Pour l'instant, c'est Jérusalem qui est visé, parce que c'est le patriarcat le plus faible (100'000 fidèles), pris entre le marteau de l'Etat juif et l'enclume de l'Islam, et dont le territoire est ô combien intéressant du point de vue touristique. Mais ce sera le tour d'Alexandrie si jamais il y a une immigration importante dans les pays pétroliers qui se trouve dans sa juridiction (que ce soit la Libye ou le Nigéria, peu importe), et ce au mépris du travail missionnaire remarquable que ce patriarcat accomplit depuis 60 ans en Afrique noire. Ce pourrait être le tour d'Antioche si jamais il y a une immigration importante dans certains pays du Golfe persique qui autorisent la construction d'églises, comme le Qatar ou les Emirats arabes unis - Antioche, patriarcat 100% arabe, est intouchable dans des pays 100% arabes comme la Syrie et le Liban. Autrement dit, la victoire du chauvinisme sauce XIXe siècle sur la tradition apostolique; l'héritage de l' œcuménicité de l'Empire gréco-romain, matrice de notre civilisation et de notre religion, au profit du jacobinisme ecclésiastique. Car il ne faut pas s'y tromper: l'ethnophylétisme remis en selle à l'heure actuelle n'est que la transcription dans le domaine ecclésiologique des idées des révolutionnaires français sur la construction de l'Etat-nation, l'Eglise de la conception ethnophylétiste étant une copie de l'Eglise «constitutionnelle» de l'abbé Grégoire.
C'est peut-être sur ce point que l'attitude du patriarcat de Moscou serait intéressante à observer. Il paraît que le patriarcat de Moscou regarde maintenant avec suspicion la politique de russification de l'époque soviétique et veut renouer avec la politique d'ouverture linguistique qui avait été celle de l'Eglise russe à la fin du XIXe siècle. A ma connaissance, le patriarcat de Moscou aurait ainsi récemment introduit des liturgies en langue ossète dans le Caucase. Si cette attitude était confirmée, cela voudrait dire que Moscou ne suivrait pas le modèle ethnophylétiste idéal: on sait très bien que, dans la conception jacobine, il ne doit y avoir qu'une seule langue autorisée dans l'Etat-nation; l'Eglise ethnophylétiste qui est la traduction ecclésiologique de ce jacobinisme ne doit elle aussi, en principe, tolérer qu'une seule langue liturgique.

Claude le Liseur
Messages : 4138
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Il persiste et signe dans l'éthnophylètisme

Message par Claude le Liseur » mer. 11 mai 2011 12:52

Je relis mon message précédent et je me rends compte que, comme tout le monde, je tourne autour du pot et je n'ose pas poser la question:

L'affaiblissement du patriarcat de Jérusalem est-il en ligne avec les objectifs généraux de la politique extérieure des Etats-Unis d'Amérique?

Oui, bien sûr, comme la disparition du christianisme dans tout le Moyen-Orient (rappelons que l'intervention étasunienne en Irak a pratiquement fait disparaître en huit ans une communauté florissante d'un million de chrétiens arabes), et comme, d'une manière plus générale, l'anéantissement de tout christianisme traditionnel, ou du moins enraciné dans l'Histoire, la prolifération de sectes protestantes (ou même plus chrétiennes) d'origine anglo-saxonne étant un des nombreux instruments d'influence de Washington (et ledit million de chrétiens irakiens avait le grand tort de ne pas appartenir à ces sectes).

Une fois que l'on a posé la question et médité la réponse, on a au moins un début de piste pour comprendre ce qui est en train de se passer.

FABRE
Messages : 113
Inscription : jeu. 24 juin 2010 6:35

Re: Il persiste et signe dans l'éthnophylètisme

Message par FABRE » mer. 11 mai 2011 15:28

je me souviens, autour de 1986, ayant séjourné quelques mois en Israël, que près de Jérusalem, j'ai été très frappé de voir grand comme un village, des bâtiments, maisonnettes, campus d'une université Brigham Young (grand président prophète mormon, après Joseph Smith qui a d'ailleurs conduit tout son monde en Utah et fondé Salt Lake City)) structure et université donc financées entièrement par les Mormons comme il en existe aux States....

Raphael
Messages : 27
Inscription : mer. 03 nov. 2010 21:39

Re: Il persiste et signe dans l'éthnophylètisme

Message par Raphael » jeu. 12 mai 2011 10:59

Claude le Liseur a écrit :Je relis mon message précédent et je me rends compte que, comme tout le monde, je tourne autour du pot et je n'ose pas poser la question:

L'affaiblissement du patriarcat de Jérusalem est-il en ligne avec les objectifs généraux de la politique extérieure des Etats-Unis d'Amérique?

Oui, bien sûr, comme la disparition du christianisme dans tout le Moyen-Orient (rappelons que l'intervention étasunienne en Irak a pratiquement fait disparaître en huit ans une communauté florissante d'un million de chrétiens arabes), et comme, d'une manière plus générale, l'anéantissement de tout christianisme traditionnel, ou du moins enraciné dans l'Histoire, la prolifération de sectes protestantes (ou même plus chrétiennes) d'origine anglo-saxonne étant un des nombreux instruments d'influence de Washington (et ledit million de chrétiens irakiens avait le grand tort de ne pas appartenir à ces sectes).

Une fois que l'on a posé la question et médité la réponse, on a au moins un début de piste pour comprendre ce qui est en train de se passer.
C'est très intéressant, car une fois vu sous cet angle, on en vient à souhaiter que d'autres patriarcats établissent des paroisses en Terre sainte, non pas pour prendre la place du Patriarcat de Jérusalem, mais bien pour renforcer la présence orthodoxe face à l'invasion "évangélique" étasunienne.
Face à un frère affaibli, deux possibilités : lui apporter l'aide qui le relèvera, ou en profiter pour lui prendre sa place...

Claude le Liseur
Messages : 4138
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Il persiste et signe dans l'éthnophylètisme

Message par Claude le Liseur » jeu. 12 mai 2011 16:25

Raphael a écrit : C'est très intéressant, car une fois vu sous cet angle, on en vient à souhaiter que d'autres patriarcats établissent des paroisses en Terre sainte, non pas pour prendre la place du Patriarcat de Jérusalem, mais bien pour renforcer la présence orthodoxe face à l'invasion "évangélique" étasunienne.
Face à un frère affaibli, deux possibilités : lui apporter l'aide qui le relèvera, ou en profiter pour lui prendre sa place...
Avant 1914, la politique de l'Eglise orthodoxe russe était de soutenir financièrement le patriarcat de Jérusalem, et il existait à cet effet une Société orthodoxe russe pour la Palestine qui faisait construire des églises, des hôpitaux et des écoles . A ma connaissance, depuis 1918, ce type de soutien ne vient plus que des Eglises orthodoxes de Chypre et de Grèce.

Et oui, le patriarcat de Jérusalem était déjà dans une situation difficile en 1900... avant les déprédations turques de la Première Guerre mondiale, l'arrêt de toute aide russe pour cause de gouvernement communiste, le désastreux mandat britannique sur la Palestine, l'expulsion de la plupart des orthodoxes de Palestine de leur terre par les sionistes en 1948, l'occupation de Jérusalem-Est en 1967, etc., etc. Le seul terrain sur lequel les choses n'ont pas trop mal tourné pour le patriarcat depuis un siècle, c'est la Jordanie, grâce à l'attitude conciliante des monarques hachémites qui ont toujours essayé de préserver une présence chrétienne dans leur royaume.

Raphael
Messages : 27
Inscription : mer. 03 nov. 2010 21:39

Re: Il persiste et signe dans l'éthnophylètisme

Message par Raphael » jeu. 12 mai 2011 17:02

Claude le Liseur a écrit :
Raphael a écrit : C'est très intéressant, car une fois vu sous cet angle, on en vient à souhaiter que d'autres patriarcats établissent des paroisses en Terre sainte, non pas pour prendre la place du Patriarcat de Jérusalem, mais bien pour renforcer la présence orthodoxe face à l'invasion "évangélique" étasunienne.
Face à un frère affaibli, deux possibilités : lui apporter l'aide qui le relèvera, ou en profiter pour lui prendre sa place...
Avant 1914, la politique de l'Eglise orthodoxe russe était de soutenir financièrement le patriarcat de Jérusalem, et il existait à cet effet une Société orthodoxe russe pour la Palestine qui faisait construire des églises, des hôpitaux et des écoles . A ma connaissance, depuis 1918, ce type de soutien ne vient plus que des Eglises orthodoxes de Chypre et de Grèce.

Et oui, le patriarcat de Jérusalem était déjà dans une situation difficile en 1900... avant les déprédations turques de la Première Guerre mondiale, l'arrêt de toute aide russe pour cause de gouvernement communiste, le désastreux mandat britannique sur la Palestine, l'expulsion de la plupart des orthodoxes de Palestine de leur terre par les sionistes en 1948, l'occupation de Jérusalem-Est en 1967, etc., etc. Le seul terrain sur lequel les choses n'ont pas trop mal tourné pour le patriarcat depuis un siècle, c'est la Jordanie, grâce à l'attitude conciliante des monarques hachémites qui ont toujours essayé de préserver une présence chrétienne dans leur royaume.
L'initiative du Patriarcat de Roumanie d'établir sa propre structure à Jéricho est-elle une première en Terre sainte ? Et plus largement, y-a-t-il jamais eu de précédents de ce genre en pays orthodoxes ?

Répondre