Page 3 sur 4

Re: Aux néo-martyrs du papisme....

Publié : jeu. 19 janv. 2017 14:20
par Claude le Liseur
J'ai oublié de demander à notre éphémère propagandiste survivantiste si la grotte de Lascaux était une allégorie des caves du Vatican où dort toujours l'imam caché (pardon - Paul VI).

Re: Aux néo-martyrs du papisme....

Publié : ven. 20 janv. 2017 5:05
par patrik111
Claude le Liseur a écrit :J'ai oublié de demander à notre éphémère propagandiste survivantiste si la grotte de Lascaux était une allégorie des caves du Vatican où dort toujours l'imam caché (pardon - Paul VI).
Excellent!

Re: Aux néo-martyrs du papisme....

Publié : lun. 23 janv. 2017 15:05
par Odysseus
La Création a toujours fait rêvé les hommes.
Les gens de la Préhistoire s'insurgeait contre ses perversions.
Michel Ange a peint le divin présent dans la création, ce qui est effectivement nécessaire.

Mais comment étaient ces hommes de la Préhistoire, qui ont peint ces grottes ? Voici qq portraits qui dateraient de 14.000 ans et relevés dans la grotte de La MArche en France (Vienne) et repreoduits sur le site : http://donsmaps.com/combarelles.html : Les types humains apparaissent différents vu les formes des têtes ...

Image

Image Image Image Image


La Dame de Brassempouy -21.000 ans av. J.-C.. (France)
Image


a+

Odysseus

Re: Aux néo-martyrs du papisme....

Publié : mar. 31 janv. 2017 13:24
par Odysseus
A VogelHerd, dans le sud de l'Allemagne, existe une grotte qui fut habitée aux temps paléolithiques, et où les archéologues ont trouvé des figurines d'animaux.
Ces figurines ont été taillées dans de l'ivoire de mammouth. En voici deux :
Image Image
Un mammouth daté de 33.000 ans av. J.C.. Un cheval daté d'environ 27.000 ans av. J.C. (http://welt-kultursprung.de/en/).

Les scientifiques ont observé, paraît-il, que, dans l'art pariétal le mammouth ne voisine jamais avec le cheval.
Pour qu'un tel voisinage existe (dans l'art pariétal) il faut, disent les scientifiques, la présence d'un bison, Les préhistoriques du Paléolithique avaient-ils dévolu à chacun un rôle particulier ? Le bison, animal symbolisant peut-être la force armée de l'époque, calmait-il les appréhensions du mammouth, devant cet animal peureux et qui a, dit-on, comme règle de vie les maximes : "Courrons !" et "Courage : fuyons !" ?
.
N'oublions pas qu'au Paléolithique supérieur, notre admirable civilisation occidentale, basée, parait-il, sur le christianisme, n'avait pas encore été inventée et que les bois étaient tout à fait remplis d'ours mal léchés, voire de lions carnivores. Ajoutons que devant la carence (probable) d'instructions et des directions faiblement indiquées, la gent galopante (tel Pégase), mais plus intéressée sans doute, plus peureuse et aussi plus fuyante était donc probablement fort nombreuse. Rappelons à propos de cette sculpture de cheval que ces âges farouches ignoraient tout du moulin .... Le moulin et ses pratiques de moulineries (que rapporte de façon plaisante Cervantès dans "Don Quichotte" ) étaient littéralement dans les limbes ...

Songeons également que si le paléolithique (a l'exemple de Néanderthal) invitait pratiquement uniquement les animaux dans son monde religieux, aujourd'hui homo sapiens, après avoir décerrebré l' animal, l'avoir réinventé génétiquement, exploité, puis finalement mis en cage, le somme de donner depuis sa cage : son lait, ses oeufs et sa viande... Autres temps, autres moeurs .... Homo sapiens est-il l'anti-Néanderthal ?

Mais malgré tout, quoique ces âges aient été farouches, parfois, ces habitudes de courir (de façon effrénée) devaient prêter à sourire, puisque l'artiste a représenté ici un cheval sans figurer ses pieds pour toucher terre ... Pauvre Préhistorique de base ! Sa vie au Paléolithique supérieur ne devait pas être si facile ... Mais aussi heureuse époque que celle qui représentait les mammouths avec leurs pieds et en train d'accourir !

a+

Odysseus



..

Re: Aux néo-martyrs du papisme ....

Publié : ven. 03 févr. 2017 21:30
par Odysseus
Etonnante préhistoire : dans la grotte de Geissenklösterle (Allemagne - Bade-Würtemberg),
a été trouvé un instrument de musique : une flûte datée d' environ 40.000 ans av. J.C..

Image
flûte d'environ 40.000 ans av.J.C. - Grotte de Geissenklösterle (Bade-Würtemberg Allemagne)

L'instrument permet, paraît-il de jouer des airs complexes ....
Aussi peut-on imaginer des cérémonies initiatiques dans l'obscurité de la grotte de Geissenklösterle, à la lueur vacillantes des torches,au cours desquelles montait sans doute d'un choeur de préhistoriques aurignaciens quelques mélopées du genre : "Nous sommes les Aurignaciens, nous travaillons, travaillons, travaillons ... " doucement accompagnée d'une musique tirée de la flûte ci-dessus. Musique que jouait un Sanzot quelquonque de ces âges farouches et obscurs ... Cette flûte était-elle en os de mammouth, ou en os d'oiseau ? Les archéologues ne le précisent pas clairement... Enfin, ainsi étaient (probablement) les cérémonies initiatiques au temps des Aurignaciens, en des âges si obscurs que les idées mêmes d' humanité, d'honnêteté et d' harmonie sociale voire de justice ne signifiaient (strictement) rien ...

Notre société occidentale développé ne se sert plus, bien sûr, d'engins (de musique) si peu évolués et si peu efficaces. Car, nos techniciens et ingénieurs ont inventés depuis longtemps, le baladeur et le téléphone (muni aujourd'hui d'écouteurs en Y), l'ordinateur & sa Toile, le journal imprimé en couleur avec analyses et opinions générales et universelles, ainsi que le cinéma et la télévision ... Et la musique qu'il s'en dégage est à peu près celle que pourrait produire un ours satisfait et content de lui ...

L'Eglise orthodoxe a, comme on le sait, préféré la voix humaine comme musique pour ses divines liturgies et y a banni (avec raison) tout autre instrument de musique.


a+

Odysseus

Bienvenue dans le pire des mondes !....

Publié : ven. 10 févr. 2017 14:49
par Odysseus
La grotte Chauvet a atteint un sommet en matière de peintures de chevaux. Et certaines de ces peintures peuvent faire l'objet d'une description, tout comme les tableaux classiques :

Image
Grotte Chauvet (France) - salle Hilaire - - ~ -34.000 ans. av. J.C.

Dans la salle souterraine, ces chevaux attirent le regard, par leur taille et leur groupe. Leur air même attire le regard. Le comportement distant qu'ils adoptent, et ce mélange subtil d'indifférence et d'air supérieur renforce cette impression. Ces chevaux sont apparemment sur une autre planète qui n'est manifestement pas celle du visiteur normal et commun.

"Inutile de parler, de questionner, de vouloir se renseigner", semble dire toute cette scène, "l'affaire est déjà entendue. ".

D'ailleurs, le cheval le plus proche fait preuve d'un étonnement fort curieux et semble dire : "Ah, Tiens ! Il vient se fourrer dans la gueule du loup, celui-là ?", tandis que le plus éloigné montre un désintérêt marqué pour le visiteur, jugeant que cette visite de peu voire sans aucune importance ou nuisible. Le troisième montre, aux dires des spécialistes, de la colère et de l'énervement. Un peu plus loin, un rhinocéros fonce ... "Adieu amitiés fécondes ! Adieu solidarités normales ! Adieu respects (de toutes sortes) ! Adieu relations bénéfiques !Adieu émulations intelligentes ! .. Adieu vie belle et bonne ! Adieu ! Ah ! Pauvres de nous !" Devait penser un visiteur de ces temps farouches et obscurs !

Le silence, la distance imposés aux populations, grâce notamment à des airs supérieurs et (parfois) fourbes ne datent pas d'hier. ... On parlerait aujourd'hui de "grave déficit démocratique". Du dialogue a jailli la Civilisation. De façon manifeste, l'air distant indique une société barbare. Société barbare où le clergé vit au dessus et à part des populations et où des privilégiés dupent,trompent et exploitent les populations pour les perdre. Situation très connue.

La grotte Chauvet dénonce un jeu où le bison émissaire, les rhinocéros, les félins carnivores et les mammouths sont les principaux acteurs... Elle attire aujourd'hui de nombreux visiteurs. Comme quoi, tout n'est pas si noir aujourd'hui. Et il y a des braves gens encore partout, (et peut-être aussi dans le clergé catholique)..

a+

Odysseus

Re: Aux néo-martyrs du papisme....

Publié : ven. 10 févr. 2017 14:54
par Odysseus
Vers le fond de la grotte Chauvet, un autre cheval qui tombe à la renverse :

a+

Odysseus

Re: Aux néo-martyrs du papisme....

Publié : dim. 19 févr. 2017 18:12
par Odysseus
Les outils biface sont apparus vers - 500.000 ans av. J. C. et d'après ce que croient les spécialistes ont duré jusqu'à - 40.000 à - 28.000 ans av. J.C..
Ces outils biface étaient la spécialité des Néandertaliens. D'après wikipedia, plusieurs méthodes existent pour en produire. La méthode dite Levallois est la plus connue.

Image.
biface -

Les scientifiques s'interrogent sur cet outil : comment était-il utilisé ? Quand servait-il ? A quoi servait-il ? Certains pensent qu'il s'agissait d'un outil "multi-fonction". Ses deux lignes tranchantes laissent penser que cet outil malaisément préhensile était (probablement) monté sur un manche et, en raison de sa taille et de sa masse relativement réduite, utilisé comme une hallebarde ou une lance. L'outil ci-dessus pouvait être monté sur une hampe de deux façons : soit façon lance, soit façon bélier. Cet assemblage permettait de chasser (probablement également) de gros animaux, en occasionnant de larges entailles, à l'animal chassé. Rappelons que le tranchant d'un silex taillé, manié avec dextérité, peut être tout à fait redoutable. Mais il permettait également de faire la police dans un rassemblement de Néandertal. Néandertal formait donc une société très organisée, qui dura d'ailleurs plus de 100.000 ans !.

Par sa forme, cet outil serait un peu l'ancêtre du menhir et donc sa simple présence impressionnait un étranger, un adversaire ou un ennemi. Le produire devant un étranger amenait sans doute des conduites plus conciliantes. Voilà sans doute pourquoi les bifaces sont de forme aussi harmonieuse. Il fallait montrer son art, sa technique et sa force... Par ailleurs, cet outil servant à chasser ou travailler la viande, certains chercheurs pensent carrément que le "biface" laisse tout à fait entrevoir la férocité des "hommes-oiseaux" de la société des Néandertals. Son utilisation de - 500.000 ans à - 20.000 ans av. J.C. indique une rare adaptation aux moeurs de l'époque. La méthode de production dite Levallois, travaillant la matière (la pierre) autant en largeur qu'en épaisseur ou finesse, pour produire un maximum de tranchants, semble confirmer, aux dires de ces chercheurs, des "hommes-oiseaux" d'un type très particulier et dont les types de base n'étaient, au fond, que des "manipulés" terriblement apte au combat ou à la chasse. Bien loin des paisibles gens nous sommes aujourd'hui.

a+
Odysseus, ( chercheur en Préhistoire ! ) ...

Re: Aux néo-martyrs du papisme....

Publié : dim. 26 févr. 2017 20:01
par Odysseus
La recherche en Préhistoire nous réserve toujours des surprises ! Dans les grottes (notammen) de Pech Merle, il a été retrouvé, lors des fouilles, des dents d'ours percées. Ailleurs ce sont des dents de renard percées ou des (morceaux de) ramures (de ruminants) percés que l'on a retrouvé.

Sans doute, des artistes de ces temps préhistoriques les collectionnaient probablement pour les travailler. Sans doute devaient-ils en faire des colliers, comme celui retrouvé dans la grotte d' Arcy sur Cure. Collier fort probablement porté par l'homme sorcier ou offert à quelque beauté de ce temps-là ...Il est fort curieux de constater que tous ces objets sont percés à leur racine.

Bien longtemps, il a été admis que la plus ancienne parure préhistorique provenait de France. Des dents de renard, de loup, de renne, d’ours et de marmotte, retrouvées sur le site d’Arcy-sur-Cure, dans la Grotte du Renne, datent de 35 000 ans. Elles ont été façonnées, croit-on, par des hommes de Néandertal pour être suspendues ensemble en collier.

Image
Collier trouvé dans la grotte d'Arcy sur Cure, (France).

Les scientifiques pensent que cet art du collier aurait commencé avec la culture aurignacienne - soit vers environ - 40.000 à -35.000 av. J.C.. La culture moustérienne du biface était-elle jugée trop brutale ? L' Aurignacien, qui vivait le long des rivières contestait-il Néandertal, le chasseur-cueilleur ? Les scientifiques ne peuvent le dire avec certitude.

Mais, il est remarquable que cet attachement pour le caractère "humain" ait commencé de façon manifeste et aussi de façon claire et nette vers environ - 40.000/ - 35.000 av. J.C.

On ne saurait trop recommander aux hommes-sorciers contemporains (où qu'il puisse se trouver) de porter de pareils colliers !

a+

Odysseus.

130.000 ans av. J.C. : naissance officielle du divin esprit

Publié : jeu. 16 mars 2017 1:18
par Odysseus
(AFP) - Découvertes il y a plus d'un siècle sur un site préhistorique en Croatie, plusieurs serres d'aigles viennent de dévoiler leur secret: il s'agit des plus anciens bijoux au monde fabriqués il y a 130.000 ans par les hommes de Néanderthal.

Image
Griffes de grands rapaces diurnes trouvées en France et en Italie dans des habitats du Paléolithique moyen. © Véronique Laroulandie

Néanderthal, au cours de son histoire, s'est intéressé aux serres d'aigle. La grotte de Mandrin, dans la Drôme, abrite, comme d'autres sites en France et en Italie, des serres de rapaces sur lesquelles figurent des traces d'incisions attribuées à des Néandertaliens. La plus ancienne de ces serres a été trouvée sur le site de Combe-Grenal, en Dordogne. Elle proviendrait d'une couche archéologique datée d'environ 90.000 ans.

Les archéologues affirment que la culture moustérienne i.e. des hommes de Néanderthal était d'une grande variation et a beaucoup évolué au cours du temps.

Pourtant si l'on songe qu'il fallut environ 35.000 ans pour passer de l'âge du débitage lamellaire à l'age du fer et 7.000 ans pour passer de l'âge du fer à l'âge de l' électricité, on s'interroge : qu'ont donc fait les néanderthaliens pendant 500.000 ans ? La découverte de serres d'aigle conforte l'idée d'une société ayant un degré de tyrannie. Etait-il très prononcé ? Sans doute voyait-on quelques hommes-oiseaux se muer en dévoreur d'hommes et piller, exploiter bras et cervelles chez de pauvres (et innocentes) victimes. Ces hommes-oiseaux étaient-ils constitués en secte ? Nous n'en savons rien.

Ces situations ont-elles suscité des révoltes et des remises en cause ? Ces serres d'aigles étaient-elles percées et enfilées pour constituer un collier ? Les scientifiques de l'archéologie n'affirment rien à ce sujet.Mais les loups hurlant d'autant plus que les moutons bêlent plus fort, peut-être qu' un jour la révolte devant la tyrannie (des hommes-oiseaux) fit naître (officiellement) le divin. La tyrannie étant par trop injuste et insupportable. Oui. C' est sûrement ainsi qu' il naquit ce divin esprit : i.e. l'esprit de solidarité, de groupe, de nation, d'amitié, de respect, d'équipe, d'émulation, de relations fécondes, etc ... ainsi que de justice, d'exactitude, d'inventions etc ...Bref : l'esprit qui fait tenir l'homme debout (et droit), et qui en a marre d'avoir des tarés au dessus de lui, a eu un jour la bonne idée de s' introniser au sommet de la société des Néanderthaliens.

a+

Odysseus.

Le divin esprit à l'épreuve de la révolution.

Publié : ven. 14 avr. 2017 20:45
par Odysseus
But de la ci-devant société des hommes : la domination.

A cet égard, les hommes de la préhistoire ont sur nous une avance considérable : ils ont bénéficié de l'expérience et de la pratique de la domination pendant des millénaires et des centaines de mllénaires ... Le peu de progrès technique et l'art pratiquement inexistant sur une aussi longue période en est la preuve.

Dans la grotte de Pech Merle, dans la vallée de la Sagne, affluent du Céré, affluent du lot, affluent de la Garonne, figure un panneau représentant des chevaux dits " pommelées". Ce panneau est daté avec les techniques actuelles de 22.560 ans av. J.C. : c'est l'époque des Magdaléniens.:

Image
Panneau des chevaux pommelés Grotte de Pech Metrle, Lot, France.

Ces deux chevaux ont des têtes petites et des membres débiles. Représentent-ils les mouvances cnservateur/progressiste qui existent dans toute société ? Probablement Des points noirs et des points rouges parsèment ces deux animaux. Notons la répugnance de l'artiste (et de la création) devant ce spectacle. Les mains situées un peu en hauteur sont particulièrement significatives (nous sommes chez les hommes de la préhistoire de l'ouest occidental). Ah ! Ils n'ont pas changé ! Ils sont toujours les mêmes, ces décideurs ! Devant les aspirations du cheval de gauche, l'artiste a exprimé un mépris profond avec une nuance de dégoût pour un comportement vil et grossier. (iles phalanges ne sont pas représentées).

Le cheval de droite, de plus, semble ne pouvoir relever la tête, ayant au dessus de son encolure des ponctuations qui sont - sans nul doute - génantes ...Hélas ! Hélas ! Le cheval de gauche est dessiné sur un niveau plus bas, plus près du sol, sa tête, très petite, n'est guère haute ...

On peut s'interroger : y avait-il à cette époque des mémorandum pour le remboursement des silex ? Souhaitait-on réunir tous les préhistoriques habitant les fleuves d'Aquiraine sous un même os (gravé) ? Fallait-il changer la façon de tailler les silex, de construire des huttes et de pêcher du poisson etc ... ? Le saura-t-on jamais ?

De façon certaine, ce panneau témoigne d'une révolution ayant eu lieu dans le bassin versant de la Garonne. Pratique de toujours : Subversion, révolution, domination, liquidation ... La grotte de Pech Merle étant située dans le nord de la Garonne et de son bassin versant, cette pratique a-t-elle été stoppée ? Et aujourd'hui : sommes-nous encore dans ces âges sombres et silencieux ? On dit qu'il y a du nouveau sous le soleil du catholicisme : est-ce bien vrai ?

a+

Odysseus

Le divin Esprit à l'épreuve de l'ours..

Publié : ven. 21 avr. 2017 14:09
par Odysseus
Le divin Esprit à l'épreuve de l'ours.

Image
Datant du Magdalénien, l'ours de la grotte des Trois Frêres exhale ses humeurs et ses respirations. De nombreux petits cercles semblent l'animer. Prenons garde !.


Jeunesse en bande, troupes d'enfants, relations fécondes entre personnes, émulation,, amitié, amour, respect des personnes etc…. le divin esprit que l'on savait depuis toujours (même aux temps les plus reculés de la Préhistoire) dispensateur de la vie (sous toutes ses formes) a toujours été en butte aux menées des forces autant obscures que dominatrices. Pour ces dernières, la Préhistoire fut apparemment une époque très intéressante et privilégiée.

L'Ours est représenté 77 fois dans les 400 grottes ornées connues en Europe occidentale. De plus, ses représentations sont majoritairement placées dans des endroits peu visibles. Ajoutons que dans certaines grottes, des crânes d'ours ont été insérés dans la paroi, comme des phalanges ou des incisives …

Les experts de la Préhistoire sont divisés sur la signification de la présence de cet animal dans les grottes. Ils notent que cet animal a une place à part dans le bestiaire préhistorique. Les hommes de la préhistoire ont toutefois considéré l'ours avec importance, quoique cette importance soit restée un peu en marge. L'abbé Breuil, préhistorien, a vu dans ces manifestations un Culte de l'Ours. S'agissait-il de sociétés pratiquant l'art du tabou ? Et donc l'art de la mise en marge ? Pour de nombreuses populations ou personnes ? Peut-être...

Concrètement, en quoi pouvait consister ce Culte de l'Ours ? S'agissait-il d'infuser des comportements et/ou des pratiques anti-sociales ou a-sociales ? Comme un manque de considération pour autrui (dans le langage ou dans une tenue vestimentaire fortement négligé) joint à une religiosité outrée et exarcerbée ? Ou comme un égocentrisme/égoïsme excessif et forcené ? .... Qui le sait ?

Les hommes-oiseaux de la préhistoire ont pratiqué ce Culte de l'Ours avec discrétion. Dispensaient-ils des demi ou des quarts de ration à certains de leurs congénères qu'ils logeaient de plus dans des espaces minuscules ? Restaient-ils obstinément silencieux pour ces derniers (de la société préhistorique) ? Certains hommes de la préhistoire en été néanmoins outrés de ces moeurs car fréquemment les contours des mains dessinées sur les parois l'ont été sur des griffades d'ours.

La perte de repères de nos sociétés, le scandale de la solitude, les comportements fort peu chrétiens montrent que l'Ours est toujours là : actif, silencieux et, depuis toujours : carnivore.

a+

Odysseus

Les chifrres et les faits cités sont tirés du livre :
"Le temps sacré des cavernes - de Chauvet à Lascaux : les hypothèses de la science "/ Gwenn Rigal, Biblliophilia, Editions Corti, ?, 2016.
[

Les bêtes féroces des forêts et le divin esprit ...

Publié : jeu. 27 avr. 2017 14:36
par Odysseus
Les bâtons percés sont apparus à l'époque aurignacienne.
En voici un en forme d'oiseau. Il date de la période magdalénienne et a été trouvé dans un abri sous roche appelé Cap Blanc, en Aquitaine.

Image

Cet artefact était sans doute l'instrument des hommes-oiseaux de cette époque. Ce type dartefact est apparu, selon les spécalistes, à l'époque aurignacienne.

Comment ces hommes de cette époque ont-ils ressenti la nécessité de se présenter ?
Les confréries de l'ours, du renard, de la marmotte, et du chien de prairie opéraient-ils depuis les profondeurs des bois ? La profitation qui en résultait réduisait-elle leurs congénères à quelques portions réduites de céréales, sans même qu'il pussent disposer d'un silex ? Les moustériens furent-ils incommodés par l'indécence de ces comportements ? Ces pratiques sont-elles parvenues jusqu'à nous ? Qui le sait ? Peut-être...

En tous cas, il y a du moustérien dans notre époque. C'est sûr.

a+

Odysseus.

Le divin esprit se présente (lui !) ..

Publié : mer. 24 mai 2017 20:50
par Odysseus
Dans la jungle terrible du moustérien finissant, peut-être les désordres étaient-ils si grands que l'on ne savait plus qui était qui.

Nez-de-cuir était-il homme-oiseau ?
Tounga était-il le chef de la tribu ?
La confrérie de la marmotte était-elle toujours active ? Qui endormait-elle ?
Mais qui commandait en fait ?

On ne savait probablement plus rien et ce que l'on croyait savoir était remis sans cesse en question.
Jusqu'aux limites de la tribu si l'on en juge par les formes des sagaies...
Car beaucoup d' hommes-oiseaux abusaient sans doute de leur anonymat et de leur silence pour poursuivre des buts extravagants. L'exploitation de l'homme par l'homme a toujours existé, même en ces temps reculés, mais peut-être avait-elle pris des formes démesurées et donc inquiétantes ...

C'est alors qu'apparut la révolution aurignacienne. Lassées de voir le désordres chez leurs hommes-oiseaux et leurs conséquences désagréables (et pénibles), les aurignaciens inventèrent le bâton percé.

Image
Bâton percée de l'époque aurignacienne.

Révolution qui a été hélas abandonnée de nos jours ; l' ordinateur a détrôné le bâton percé !
Il semblerait que le monde occidental soit revenu à une ère moustérienne. Hélas !

a+

Odysseus.

Et le divin se matérialisa .....

Publié : sam. 10 juin 2017 20:44
par Odysseus
Selon les observations des scientifiques et des archéologues, l'homme préhistorique, dès l'èpoque aurignacienne et même avant, connaissait les parures.

Image
ensemble de 63 perles en ivoire de mammouth - abri Pataud, Dordogne (France).[/size]


Ἀνὴρ πηρός.
Ἀνὴρ πηρὸς εἰώθει πᾶν τὸ ἐπιτιθέμενον εἰς τὰς αὐτοῦ χεῖρας ζῷον ἐφαπτόμενος λέγειν ὁποῖόν τί ἐστι. Καὶ δή ποτε λυκιδίου αὐτῷ ἐπιδοθέντος, ψηλαφήσας καὶ ἀμφιγνοῶν εἶπεν· Οὐκ οἶδα πότερον λύκου ἐστὶν ἢ ἀλώπεκος ἢ τοιούτου τινὸς ζώου γέννημα· τοῦτο μέντοι σαφῶς ἐπίσταμαι ὅτι οὐκ ἐπιτήδειον τοῦτο τὸ ζῷον προβάτων ποίμνῃ συνιέναι. Οὕτω τῶν πονηρῶν ἡ διάθεσις πολλάκις καὶ ἀπὸ τοῦ σώματος καταφαίνεται.


Soit, en langue disons : "vernaculaire" :

L'AVEUGLE .
Un aveugle avait l'habitude de reconnaître au toucher bute bête qu'on lui mettait entre les mains, et de dire de quelle espèce elle était. Or un jour on lui présenta un louveteau ; il le palpa et resta indécis. «Je ne sais pas, dit-il, si t'est le petit d'un loup, d'un renard ou d'un autre animal du même genre; mais ce que je sais bien, c'est qu'il n'est pas fait pour aller avec un troupeau de moutons. »
C'est ainsi que le naturel des méchants se reconnaît souvent à leur extérieur.


Et ainsi comme le démontre cette fable d'Esope, bien que les lettres n'aient pas encore été inventées, tous ne savaient pourtant pas lire. Aussi, les parures étaient-elles façonnées ou construites et imagnées afin de faciliter la lecture.... Car, en ces temps obscurs et parfois troublés, l'apparence naturelle des gens était-elle vraiment inaltérable et inaltérée ? On ne le sait pas.

Du côté des braves gens, d'après ce que l'on comprend des archéologues, l'on connaissait la perle d'ivoire de mammouth et le coquillage marin (d'un type très particulier d'ailleurs). Il 's'agissait d' aides à la lecture. Le patriotisme et la personnalité/noblesse devaient être décryptés selon la position de ces éléments de penderloques. Un cercle complet de perles de mammouth devait avoir des significations très intéressantes .....En somme, pour les femmes de l'époque,, ce genre de parure remplissait une fonction analogue à celle des boucles d'oreilles d'aujourd'hui, lesquelles n'avaient pas encore été inventées.
Bref : une façon d'écrire avant même l'invention de l'écriture (sur papier).

Du côté des gens un peu énergiques ou ayant vraissemblablement des positions ou des responsabilités (comme les chefs de tribu, les hommes-réseaux ou hommes-oiseaux, etc ...), on ne dédaignait pas des objets - disons - plus "énergiques" - comme les peaux d'ours, les ramures de cerfs et autres objets semblables .... C'était l'époque des âges farouches : la Préhistoire.
Image
sorcier de la grotte des Trois Frêres -époque magdalénienne - - Pyrénées orientales - (F.)

Eh oui ! Des gens cohérents et honnêtes, qui avaient peu de goût pour la dissimulation...

a+

Odysseus.