Recension: Slawisch im Gottesdienst (G.Schramm)

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Claude le Liseur
Messages : 4243
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Recension: Slawisch im Gottesdienst (G.Schramm)

Message par Claude le Liseur »

Gottfried Schramm, Slawisch im Gottesdienst, R. Oldenburg Verlag, Munich 2007, 207 pages.


Au terme d'une analyse philologique et historique très argumentée, feu le professeur Schramm défendait la thèse suivante:

-Constantin le Philosophe, plus tard saint Cyrille, et son frère Méthode possédaient le dialecte slave parlé aux alentours de Thessalonique.

-Saint Constantin-Cyrille avait déjà mis au point son alphabet au cours de son séjour dans les monastères de l'Olympe de Bithynie.

-Quand les deux frères ont été appelés en Grande-Moravie par le prince Rostislav en 863, ils n'ont fait que quelques adaptations mineures pour tenir compte des différences entre la langue slave parlée en Moravie et la langue slave parlée en Macédoine. Les langues slaves étaient peu différenciées à cette époque.

-Saint Constantin-Cyrille a suivi le modèle de saint Mesrop Machtots, créateur des alphabets arménien et géorgien: un alphabet qui ne rappelle rien, plutôt qu'un alphabet dérivé du grec. Au passage, je me demande comment on peut voir dans l'alphabet glagolitique une évolution naturelle du grec. l n'y a vraiment rien de commun!

-Il y a déjà dans l'alphabet glagolitique une chuintante empruntée à l'alphabet hébreu qui sera conservée dans l'alphabet cyrillique.

-Après la latinisation forcée de la Grande-Moravie en 885, l'alphabet glagolitique a connu une existence marginale sur deux îles de Dalmatie, en Bohême, et dans l'Empire bulgare, où l'alphabet cyrillique est apparu dès 894 et l'a supplanté. Alors que l'alphabet glagolitique avait une origine purement religieuse et était volontairement éloigné du grec, pour montrer aux convertis slaves qu'on avait créé un écriture rien que pour eux, l'alphabet cyrillique devait aussi avoir un usage politique et devait donc être assez proche de l'alphabet grec pour être adopté facilement par des personnes de culture grecque.

Bien entendu, ce n'est qu'une thèse, mais elle a le mérite d'être développée sur 207 pages, par un vrai philologue.

De toute façon, il faut se procurer le livre, pour avoir les comparaisons avec l'alphabet géorgien et aussi les commentaires du professeur Schramm sur certaines lettres glagolitiques. Sait-on par exemple que l'une de ces lettres rappelle la figure chère à la tradition slave de la jeune fille qui porte deux seaux d'eau sur un joug?
katya1965
Messages : 9
Inscription : dim. 10 janv. 2021 20:42

Re: Recension: Slawisch im Gottesdienst (G.Schramm)

Message par katya1965 »

Il est communément admis aujourd'hui que Cyrille et Méthode ont créé l'alphabet glagolitique, et l'alphabet cyrillique est apparu plus tard. Cependant il manque de compréhension de la genèse de l'alphabet cyrillique. Est-ce qu'il y a une personne qui y a contribué plus que les autres et qui pourrait être nommé créateur de cet alphabet ? Et pourquoi est-il nommé cyrillique bien que Cyrille ne soit pas son auteur ? D'ailleurs je ne sais pas quand et par qui le terme "cyrillique" a été introduit. Il me semble invraisemblable que ce soient les contemporains de Cyrille ou ces élèves, voire les élèves de ses élèves qui puissent attribuer son nom à l'alphabet qui n'a pas été élaboré par lui.

Il est aussi intéressant de savoir quelle était la langue dans laquelle étaient écrits l'évangile et le psautier que Cyrille a lu lors de son séjour à Chersonèse vers le début des année 860. Son hagiographie dit que c'était роусьский ѩзыкъ, et qu'il a pris du temps pour l'apprendre, aidé par une personne qui la connaissait. Il a aussi appris l'écriture de cette langue, en séparant les lettres en consonnes et voyelles et, avec l'aide de Dieu, a pu lire le livre. Apparemment, ce n'était pas le slavon connu de Cyrille, et ce texte devait être écrit dans un alphabet ne ressemblant pas à l'alphabet grecque.

Le Manuel de typographie de Fournier (vol. 2, pp. 226-227) contient trois version de glagolitique : Illyrien de St. Jerôme, Esclavon et Bulgare. C'est la dernière qui correspond à ce que nous appelons glagolitique aujourd'hui. J'ignore où sont employés les deux autres, y a-t-ils des textes écrits dans ces alphabets ? Je pourrais ajouter les images des ces alphabets, mais le serveur du forum ne permet pas le dépôt de pièces jointes.
Claude le Liseur
Messages : 4243
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Recension: Slawisch im Gottesdienst (G.Schramm)

Message par Claude le Liseur »

La référence à saint Jérôme est à mon avis apocryphe et utilisée par les Croates pour obtenir de Rome le maintien de l'écriture glagolitique dans l'île de Krk.

Il est très probable que l'alphabet glagolitique ait été inventé par saint Cyrille en s'inspirant de l'alphabet géorgien, complété par l'alphabet hébreu pour certaines lettres, et qu'il n'ait aucun antécédent.

Je ne connais que deux variantes de l'écriture glagolitique: la ronde et la carrée. C'est la variante carrée qui a été utilisée en Croatie - de manière très marginale - jusqu'au début du XXe siècle.

Toutefois, je vous signale ici qu'un philologue qui travaille à Paris, Maxime Seveleu-Dubrovnik, a publié une translittération en glagolitique carrée (et donc croate) de la traduction biélorussienne du Petit Prince d'Antoine de Saint-Exupéry, et de Winnie the Pooh d'Alan Alexander Milne, afin de faciliter l'apprentissage de la glagolitique, et dans l'espoir que cet alphabet soit de nouveau utilisé à l'avenir.
Répondre