Les theologiens orthodoxes d'aujourdhui

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Répondre
Dragos
Messages : 19
Inscription : dim. 14 déc. 2003 19:19
Localisation : Jassy, Roumanie

Les theologiens orthodoxes d'aujourdhui

Message par Dragos » lun. 09 févr. 2004 0:50

Qui sont, pour vous, les plus significatifs theologiens d'aujourdhui?

Jean Zizioulas, peut-etre?

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » lun. 09 févr. 2004 1:04

Non, mais sans aucun doute
Saint Jean l'évangéliste,Saint Paul, Saint Irénée de Lyon, Saint Basile, Saint Grégoire de Nysse, Saint Grégoire de Naziance, Saint Jean Chrysostome,Saint Saint Jean Damascène, Saint Maxime le confesseur, Saint Syméon le Nouveau Théologien, Saint Grégoire Palamas,
Saint Isaac le syrien, saint Macaire, Saint Dorothée de Gaza, Saint Jean Climaque, Saint Pierre Damascène. Saint Séraphim de Sarov, Saint Silouane.

Voilà les plus grands théologiens du XXème siècle et de ce début du XXIème!

Claude le Liseur
Messages : 4081
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » lun. 09 févr. 2004 13:10

Parmi les vivants, Mgr Jean (Zizoulias) de Pergame est sans doute le plus important. Sinon, je pense que Mgr Hiérothée (Vlachos) de Naupacte (qui sait joindre une vie spirituelle profonde à un réel don didactique), le père Michel Azkoul, Nicolas Matsoukas (dont je n'apprécie pas les tendances oecuménistes, mais qui est capable de répondre à certaines questions du monde contemporain), le père Nicolas Dura (dont le monumental ouvrage sur la conciliarité dans l'Eglise du premier millénaire, passé sous silence au moment de sa sorte, trouvera petit à petit la place qu'il mérite) et Jean-Claude Larchet apportent chacun une contribution remarquable à la théologie orthodoxe. Par ailleurs, bien que ce soit un historien de l'Eglise plutôt qu'un théologien, les ouvrages du père Mircea Pacurariu me semblent aussi très importants. De tous ceux que j'ai cités (mais c'est une opinion subjective), c'est Mgr Hiérothée de Naupacte que je lis avec le plus de profit. Son livre sur saint Grégoire Palamas va à mon avis plus au fond des choses que celui de l'archiprêtre Meyendorff.

Parmi ceux qui nous ont quitté au cours des vingt-cinq années écoulées, il y avait des théologiens de très grande envergure: saint Justin Popovic, le père Séraphin Rose (malgré son opuscule désastreux à la gloire d'Augustin d'Hippone), le père Alexandre Schmemann, le père Jean Meyendorff, le père Patric Ranson, le père Démètre Staniloae et celui qui me touche le plus, le père Jean Romanidhis, le prophète incompris de la Romanité orthodoxe.

eliazar
Messages : 806
Inscription : jeu. 19 juin 2003 11:02
Localisation : NICE

Grds Théologiens... presque tous

Message par eliazar » lun. 09 févr. 2004 23:07

Merci, Claude.

Antoine avait beau avoir superbement raison, ce post scriptum était tout de même bien utile. Même : nécessaire.

Dragos
Messages : 19
Inscription : dim. 14 déc. 2003 19:19
Localisation : Jassy, Roumanie

Message par Dragos » mar. 10 févr. 2004 3:23

Je vous remercie por vos reponses.

Cher L/C,

1. Est-ce que vous pouvez prezenter un peu les peres Michel Azkoul, P. Ranson et Romanides?
2. Je ne sais pas rien sur "l'opuscule désastreux..." du pere Rose? Peut-etre il n'a ete pas jamais traduit en roumain. Est-il en ligne?
3. Et, apres tout, pourquoi Rose? A-t-il ete un grand theologien?! Vous remarquez Rose, mais non P. Nellas, par example... Et, finalement, pourquoi l'absence de O. Clement?

Merci.

P.S. Une PS sur Yannaras sera binevenue...

Claude le Liseur
Messages : 4081
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » mar. 10 févr. 2004 13:20

Je me rends compte que j'avais oublié dans ma liste des théologiens significatifs morts ces vingt-cinq dernières années le père Georges Florovksy et Alexandre Kalomiros, chirurgien de Thessalonique et auteur du plus beau texte sur l'Enfer: Le fleuve de feu.

Le père Michel Azkoul (Michael Azkoul) est un prêtre d'origine arabe dans une juridiction vieille-calendariste aux Etats-Unis. Il a écrit des choses très profondes en dogmatique. Je recommande en particulier The Teachings of the Holy Orthodox Church, Dormition Skete Publications, 1986, et Once Delivered to the Saints. An Orthodox Apology for the New Millenium, Saint Nectarios Press, Seattle 2000.

Le père Patric Ranson était un prêtre vieux-calendariste français, mort dans un accident de voiture en 1992. Il a surtout écrit des articles dans la revue La Lumière du Thabor. On lui doit, aux éditions L'Âge d'Homme, une anthologie de textes du père Wladimir Guettée publiée sous le titre De la Papauté et une étude sur Richard Simon, prêtre et théologien romano-catholique français qui fut persécuté par Bossuet au XVIIème siècle pour avoir critiqué l'augustinisme et affirmé qu'il fallait "rendre justice aux Grecs". Dans la lignée des travaux de Romanidhis, le père Ranson voulait écrire un livre sur l'histoire de la séparation des Eglises et en particulier rendre hommage à la figure prophétique du pape Jean VIII, ami de saint Photios et assassiné par le parti philo-frank et filioquiste à Rome le 16 décembre 882.

Le père Jean Romanidhis, qui représenta l'Eglise de Grèce au World Council of Churches à Genève, est l'auteur notamment d'un livre sur le péché originel qui détruit complètement la vision augustinienne du péché originel à la base du protestantisme et d'un livre célèbre sur la Romanité qui montre comment les Gallo-Romains, Italo-Romains, Hispano-Romains, Helléno-Romains, Daco-Romains, etc., ont communié dans la même culture romaïque gréco-latine et dans la même foi orthodoxe avant que l'usurpateur Charlemagne ne mette en branle un processus de séparation religieuse destiné à détruire la légitime affection de ses sujets pour l'Empereur légitime (celui de Constantinople Nouvelle Rome).

Réponse aux deux autres questions dans un prochain message, peut-être aujourd'hui si mon travail m'en laisse le temps; sinon, dans les prochains jours...

Claude le Liseur
Messages : 4081
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » mer. 11 févr. 2004 3:18

Etant (provisoirement, je le crains!) délivré de mes problèmes de programmation linéaire et de méthode du simplexe, je me permets de répondre à la suite de votre question.

D'abord voici la référence de la dernière édition du livre du père Romanidhis sur la Romanité orthodoxe, édition que je n'avais pas sous la main ce matin en écrivant le post précédent:

Ioannis C. Romanidhis

Romiosini, Romania, Roumeli

Editions Founara, Thessalonique 2002, 413 pages

(Il oppose les "Italo-Romains", "Gallo-Romains", "Hispano-Romains", etc., orthodoxes, aux "Italo-Franks", "Gallo-Franks", "Hispano-Franks" et même "Germano-Franks" filioquistes.)

Un site qui se réclame (un peu abusivement à mes yeux) de Romanidhis: www.romanity.org . Vous y apprendrez que, pour le maître de céans, votre pays ne serait que la "petite Roumanie", la "grande Roumanie" étant tous les territoires qui firent autrefois partie de l'Empire romain. Je me demande ce que le PRM pensera de cette définition...

En ce qui concerne le père Séraphin Rose, il a écrit un livre The Place of Blessed Augustine in the Orthodox Church, Platina 1996 (1ère édition Platina 1983), que je crois disponible sur www.amazon.com , qui est une tentative de défendre Augustin d'Hippone contre toute critique. Cela se situait dans le même mouvement qui a amené l'Eglise de Grèce, au mépris de toutes ses traditions, à inscrire Augustin à son calendrier en 1968. Augustin, dans l'oeuvre duquel les "théologiens" carolingiens ont trouvé la plupart des innovations qu'ils ont ensuite transformées en dogmes, était pratiquement inconnu en Orient.
A la suite de la fondation de l'Académie gréco-slavo-latine de Kiev par saint Pierre Movila, des érudits ukrainiens ont émigré en Russie où ils ont imposé une théologie académique totalement coupée de la foi conservée vivante par le peuple et les monastères (monastères que Catherine II tenta d'étouffer). Dans cette théologie, on réfutait le "papisme" avec des arguments protestants et le protestantisme avec des arguments romano-catholiques. Comme les auteurs protestants et papalins, tous héritiers spirituels des théologiens carolinginens, citaient tous Augustin, nos théologiens de cabinet de la Russie des XVIIème et XIXème siècles ont cru que l'augustinisme faisait partie du consensus Patrum. Ces professeurs de théologie ont donc enseigné un peu d'augustinisme à leurs étudiants et ce n'est pas difficile dès lors au père Séraphin de dire que saint Tikhon de Zadonsk, ou X, ou Y, a été influencé par Augustin. (J'ai dû lire Der Besuch der alten Dame de Friedrich Dürrenmatt à l'école. Tous les posts que j'écris sur le forum sont donc influencés par Dürrenmatt.)
Avec ce type de raisonnement, on peut dire que tout ce qui a été fait dans le passé fait partie de la tradition, et on devrait donc dire que les "icônes" italianisantes de la Russie du XVIIIème siècle ou de la Grèce du XIXème font partie intégrante de la tradition iconographique orthodoxe. Léonide Ouspensky, qui fut avec Photios Kontoglou le grand restaurateur de l'iconographie traditionnelle, a écrit des lignes délicieuses sur cette tendance. Ouspensky faisait partie de la fraction de l'émigration russe rattachée au patriarcat de Moscou, où l'on faisait preuve de plus d'esprit critique à l'égard de la période "synodale" de l'Eglise russe, et il trouvait que cette attitude "tout est juste du moment qu'on l'a fait dans le passé" était caractéristique de l'Eglise russe hors frontières. ERHF dont relevait précisément le père Séraphin. En tout cas, son livre sur Augustin est basé sur ce type de raisonnement.
En tout cas, le livre du père Séraphin a fait des dégâts: j'ai connu un orthodoxe étasunien dont le père Séraphin était le maître à penser, et que ce livre avait plongé dans une grande confusion. C'est en souvenir de l'état dans lequel cette lecture l'avait mis que je me suis enhardi à qualifier ce travail d' "opuscule désastreux".
Le livre du père Séraphin a été précisément réfuté par le père Michel Azkoul: Augustine of Hippo. An Orthodox Christian Perspective, Synaxis Press, Hawkins (Canada) 1994, que l'on peut commander sur Internet sur le site www.stnectariospress.com/index.htm .
Mais, nonobstant mon peu de goût pour cet ouvrage-là, je dois avouer que l'ensemble de l'oeuvre du père Séraphin Rose me paraît avoir une très grande portée quasi-prophétique. Il a été un des premiers à discerner l'extraordinaire sainteté de saint Jean Maximovitch, le saint archevêque de San Francisco de l'ERHF (son hagiographie de saint Jean Maximovitch est traduite en roumain). Et je pense que, dans un pays comme la Roumanie, où 10'000 orthodoxes passent au pentecôtisme chaque année, si j'en crois les recensements de 1992 et 2002, il faudrait lire et faire connaître le chapitre VII de Orthodoxy and the Religion of the Future, chapitre intitulé The "Charismatic Revival" , dans lequel le père Séraphin démontre avec beaucoup de force qu'une illusion spirituelle est à la base du pentecôtisme.

Vous me reprochez de ne pas citer Panayiotis Nellas et Christos Yannaras. J'ai beaucoup aimé ce que Yannaras a écrit contre le piétisme, mais, vous devez être indulgent envers moi: je n'ai lu aucun livre de Nellas ou Yannaras et ils n'ont donc pas pu me marquer particulièrement. Comme je l'ai écrit dans le premier post, ce ne sont que des opinions subjectives.

En ce qui concerne O. Clément, j'en suis encore plus ignorant qu'à props de Nellas et Yannaras. Je sais qu'il y a eu sur ce forum un fil sur lui, intitulé "Olivier Clément l'inclusif", et l'on m'a dit qu'il est un philosophe parisien contemporain. Il aurait été pratiquement canonisé de son vivant par les Bretons du pays bigouden; mais, voyez-vous, ici, nous sommes loin du pays bigouden, et même de Paris, et la renommée de cet auteur ne nous est pas parvenue.

mihaelaiacovache
Messages : 77
Inscription : lun. 15 sept. 2003 7:12
Localisation : Roumanie
Contact :

Message par mihaelaiacovache » mer. 11 févr. 2004 8:06

Dragos,vous pouvez trouver le livre du Serafime Rose "Locul fericitului Augustin in Biserica Ortodoxa" , aussi en roumain, ed. Sofia,2002.

apostolos
Site Admin
Messages : 80
Inscription : mar. 17 juin 2003 11:38
Localisation : Genève
Contact :

Message par apostolos » mer. 11 févr. 2004 12:04

lecteur Claude a écrit :Etant (provisoirement, je le crains!) délivré de mes problèmes de programmation linéaire et de méthode du simplexe, je me permets de répondre à la suite de votre question.
On dirait, cher Lecteur Claude, que l'étude de l'optimisation sous contrainte vous permet de mieux gérer votre temps et de maximiser vos performances à la fois aux examens et à la rédaction de réponses.

Je profite de l'occasion pour remercier tous ceux qui malgré leur emploi du temps très chargé, prennent quelques minutes pour soutenir le forum.

eliazar
Messages : 806
Inscription : jeu. 19 juin 2003 11:02
Localisation : NICE

Message par eliazar » ven. 13 févr. 2004 10:30

Je crois bien que c’est notre martyr informatique Apostolos qu’il convient de remercier ! Lui à qui nous avons encore mis sur le dos une charge de plus avec la publication de notre Synaxaire des Saints ayant confessé l’Orthodoxie dans les pays francophones de l’ancien Patriarcat Orthodoxe de Rome !
En tout cas je lui dois personnellement un fier bout de chandelle pour m’avoir sauvé la mise, après mon imprudente fanfaronnade de composition typographique bourrée de difficultés supplémentaires, de petites et de grandes capitales, etc.
En se chargeant de ces transcriptions HTML dont je me suis révélé incapable de saisir le B du Bi – et en les rajoutant à ses autres nuits blanches d’étudiant.
Je constate avec une très grande reconnaissance qu’il a même réussi à mettre les bouchées doubles en portant d’un seul coup sur le SITE de notre Forum les deux premières décades, du Synaxaire de février.
Ce coup de collier supplémentaire va enfin permettre à ceux d’entre nous qui vivent leur Orthodoxie au rythme du nouveau calendrier de trouver leurs saints occidentaux, chaque jour désormais, à la date du calendrier civil – enfin si nous tenons le coup, tous !

Qu’il en soit remercié chaleureusement – et surtout, qu’il ne succombe pas prématurément à ces tâches diverses que nous ne cessons d’accumuler sur ce large dos, qui tel le bon géant Atlas supporte notre petit monde orthodoxe de ce Forum. Et que son saint protecteur lui accorde la grâce de pouvoir continuer jusqu’à 99 ans au moins !!!
< Demeurons dans la Joie. Prions sans cesse. Rendons grâce en tout... N'éteignons pas l'Esprit ! >

Claude le Liseur
Messages : 4081
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » dim. 15 févr. 2004 1:34

L'icône du père Séraphin Rose peinte par des orthodoxes italiens est en ligne à l'adresse:


www.sisqtel.net/~williams/

Dragos
Messages : 19
Inscription : dim. 14 déc. 2003 19:19
Localisation : Jassy, Roumanie

Message par Dragos » dim. 15 févr. 2004 4:00

Je vous remercie pour toutes les reponses!

Cher L/Claude, je vous invite de me faire savoir pourquoi vous considerez le pere Rose un theologien majeur? Pour moi, il ne pas plus qu'un figure charismatique, comme le pere Men en Russie, par example.

Pour moi, les theologiens de les dernieres 25 annees (pour respecter votre interval) sont (alphabetique): O. Clement, G. Florovsky, J.-C. Larchet, N. Matsoukas, J. Meyendorff (theologien ou plutot historien?), P. Nellas, N. Nissiotis, L. Ouspensky, I. Popovitch, D. Staniloae, C. Yannaras (theologien ou plutot philosophe?), I. Zizioulas

Le plus importants, probablement, sont Florovsky, Popovitch et Staniloae. (les derniers deux ne sont pas connus comme ils meritent).
Aujourd'hui, Zizioulas.

Claude le Liseur
Messages : 4081
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » dim. 15 févr. 2004 16:35

Je suis d'accord avec vous que Mgr Jean (Zizioulas) de Pergame est probablement le plus important théologien orthodoxe vivant.

Mais je vous invite quand même à découvrir l'oeuvre de Mgr Hiérothée (Vlachos) de Naupacte.

Chose significative, ils ont le même traducteur en français: Jean-Louis Palierne, qui nous a fait l'honneur de s'inscrire parmi les membres de ce forum. M. Palierne est aussi le traducteur en langue française de saint Justin Popovitch, de Christos Yannaras et de Georges Florovsky, ce qui fait que, sur les douze théologiens que vous citez, quatre ont écrit directement en français (pour au moins une partie de leur oeuvre dans le cas de Léonide Ouspensky et de Jean Meyendorff), un n'a jamais été traduit en français à ma connaissance (il s'agit de Nicolas Matsoukas) et quatre ont été traduits en français par le même homme!

Je me sens donc une fois de plus obligé de dire - et je ne crois pas être le seul à penser ainsi - qu'il n'y aurait même pas de potentialité d'Orthodoxie francophone sans Jean-Louis Palierne qui a traduit d'aussi grands théologiens, Vladimir Dimitrijevic qui, à la tête des éditions L'Âge d'Homme, a eu le courage de publier à temps et à contre-temps et, naturellement, le père Denis Guillaume, notre Mesrop Machtots à nous, qui a traduit tant et tant d'offices orthodoxes et en a écrit de nouveaux pour les saints de l'ancien Occident latin orthodoxe.
Je crois qu'il faut une fois encore rendre hommage à ces trois hommes. Un jour, nous nous rendrons tous compte de ce que nous leur devons.

Dragos
Messages : 19
Inscription : dim. 14 déc. 2003 19:19
Localisation : Jassy, Roumanie

Message par Dragos » dim. 15 févr. 2004 17:22

Je salue l'existence de ce traducteur qui sait les langues serbe, russe et neo-grec pour traduire Popovic, Florovsky et Yannaras, respectivement.

1. Vous m'invitez à découvrir l'oeuvre de Mgr Hiérothée (Vlachos) de Naupacte. Je ne suis pas totalement ignorant sur son oeuvre. J'avais lu des fragments de son livre "Psyc.Ort". Oui, je pense qu'il peut etre considere comme un theologien important d'aujourd'hui. Si vous voulez, parce que je vois que vous le savez bien, donnez moi un bref characterisation de ses contributions theologiques.

2. Je suis interesse de ce qui vous avez dit sur l'inscription de Augustine parmis les hommes benis, dans le calendrier orthodoxe. Je sais que, dans le calendrier de l'Eglise Roumanie, il figure avec Jerome... mais j'ignore, por l'instant, a quelle date.

3. Nothing about Father Rose? I am waiting...

Claude le Liseur
Messages : 4081
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » mar. 17 févr. 2004 22:28

Cher Dragos,

Pour les questions 1 et 2 (Mgr Hiérothée de Naupacte et Augustin d'Hippone) j'essaie de vous répondre d'ici deux-trois semaines, quand j'aurai un peu plus de temps.

Pour la question 3, je pense que le père Séraphin Rose est un théologien au sens ancien du terme: un ascète à qui Dieu a ouvert les yeux sur certaines réalités.
Il a été le premier à VOIR ce que serait la religion du New Age et à discerner quelle serait l'expression spirituelle du mondialisme (cf. le message d'Eliazar dans le fil sur la France face au voile où il parle très bien de la super-religion en préparation). Dans Orthodoxy and the Religion of the Future, il a donné aux orthodoxes un bréviaire du discernement spirituel et des moyens de ne pas se laisser abuser lorsque Satan se déguise en ange de lumière.
Je crois que nul n' a joué un rôle plus important que lui dans la transmission à l'Occident de la spiritualité hésychaste de l'Eglise orthodoxe russe, spiritualité souvent ignorée et méprisée par les Russes eux-mêmes (du moins par l'intelligentsia) depuis l'époque peu propice à la vie spirituelle de Pierre Ier et Catherine II. Il reste l'homme qui a fait connaître à l'Occident les trésors de la mystique orthodoxe russe, notamment en publiant la traduction anglaise du livre de Kontzevitch sur l'acquisition du Saint Esprit dans l'ancienne Russie et en décrivant la Thébaïde du nord. Il a d'ailleurs aussi transmis aux Anglo-Saxons une partie du patrimoine spirituel des orthodoxes francophones par son édition anglaise de la Vie des Pères de saint Grégoire de Tours et par son intérêt pour les pères du Jura, extraordinaire floraison monastique (saint Romain, saint Lupicin, saint Oyend, saint Claude...) qui tire son origine de la tradition implantée à Marseille par saint Jean Cassien de la Dobroudja. (Le hiéromoine Séraphin était lui-même partiellement d'origine française.)
Enfin, je pense que son livre sur l'âme après la mort a été le premier à réveiller les théologiens orthodoxes de leur léthargie sur ce sujet: les livres remarquables de Mgr Hiérothée, du docteur Larchet ou de l'archimandrite Basile Bakoyiannis sont postérieurs.

Pour toutes ces raisons, je pense qu'il ne fut pas qu'une figure charismatique, mais aussi un théologien. Maintenant, cela ne veut pas du tout dire que je suis d'accord avec toute sa théologie. Il m'est aussi arrivé de penser que certains de ses écrits avaient eu des conséquences négatives. Mais, quand j'affirme que c'est un théologien important, c'est surtout parce que je crois qu'il a posé des questions importantes que l'on ne peut pas éviter - même si l'on n'est pas d'accord avec ses réponses à lui.

Cela étant, mon cher Dragos, je ne veux pas passer trop de temps à discuter à propos du père Séraphin, parce que son oeuvre ne m'intéresse pas autant que celle de Mgr Hiérothée, du docteur Larchet ou de l'archiprêtre Jean Meyendorff. Pour être subjectif, et si je ne devais prendre en considération que mon cas personnel, je devrais plus parler du père Pacurariu, puisque je le lis plus souvent que le père Séraphin; mais j'ai essayé de répondre à votre question de la manière la plus objective en déterminant qui, parmi les théologiens que je connais un peu, a eu une influence réelle. (Naturellement, il y a une part de subjectvité, puisque je me suis abstenu de parler des théologiens que je ne connais que de nom.)

Répondre