corps âme esprit?

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Claude le Liseur
Messages : 4014
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

corps âme esprit?

Message par Claude le Liseur » sam. 24 avr. 2004 23:54

Chers tous,

Voilà un problème qui me préoccupe et à propos duquel j'espère que quelqu'un sur le forum pourra me donner des précisions.

L'archimandrite Placide (Deseille), que je considère comme une grande autorité en matière spirituelle, vient de publier aux éditions du Mercure Dauphinois, à Grenoble, un livre intitulé Corps - âme - esprit par un orthodoxe. Il y écrit (page 24) que les Pères avaient un enseignement trichotomique, c'est-à-dire selon lequel la structure de l'homme est ternaire (corps-âme-esprit).

Or, il me souvient avoir lu dans le livre de Maxime Kovalevsky, Orthodoxie et Occident, éditions de l'Ancre, Suresnes 1994, pp. 260 s., que Michel Laroche, voulant nuire à son évêque, Mgr Germain (Bertrand-Hardy), l'avait attaqué pour hérésie devant le synode de l'Eglise de Roumanie, dont dépendait à ce moment là l'ECOF, parce que celui-ci enseignait le trichotomisme. Kovalevsky cite une lettre de Mgr Germain à S.B. le patriarche Justinien de Roumanie, en date du 4 août 1976, où l'évêque de l'ECOF écrit lui aussi que le trichotomisme est patristique et que l'anthropologie dualiste absolue était le fait de l'ECAR au XIXème siècle.

Donc, pour l'instant, j'ai l'archimandrite Placide et Mgr Germain qui disent que le trichotomisme est patristique, et Laroche (que je ne considère toutefois pas comme une autorité en la matière...) qui y voit un motif de condamnation à hérésie.

J'ai cependant appris, par ailleurs, que l'Eglise de Grèce avait effectivement condamné, au XIXème siècle, l'enseignement trichotomiste du théologien laïc Apostolos Makrakis.

Par conséquent, je nage dans le flou.

La question est d'autant plus intéressante pour moi que j'ai eu l'occasion d'assister début 1996 à une conférence où un orateur néo-païen utilisait comme (faible) argument contre le christianisme le fait que celui-ci aurait une anthropologie dualiste absolue. Je ne m'étais jamais posé la question avant cette conférence, et depuis, je me la pose de temps en temps, sans trouver nulle part de réponse claire.

Quelqu'un pourrait-il m'aider?

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » dim. 25 avr. 2004 1:50

XB!

L'anthropologie chez les Pères est un peu mouvante dans l'expression selon le langage de chacun. De plus le vocabulaire qu'ils emploient a évolué et pris des sens différents dans notre langue moderne. Les catégories anthropologiques ne sont pas fixes au sens où elles ne peuvent pas constituer un système. Leur anthropologie est une explicitation, ou plus exactement une assignation à s'élever vers Dieu car c'est dans cette élévation que l'homme réalise son humanité. "J'appelle homme celui qui qui s'est avancé au-delà de l'humanité vers Dieu lui-même."dira Nicolas Cabasillas je crois.
Quand les Pères parlent de l'anthropos il y a d'un côté le corps et de l'autre l'âme. L'âme étant ensuite subdivisée entre l'âme sensible par exemple, l'âme végétative, la volonté ou bien l'esprit, l'intellect ou le "nous". Tant que l'esprit est une subdivision de l'âme on ne peut pas parler de trichotomisme en tant qu'hérésie, ce qui justifie le titre du livre de Père Placide.
En revanche quand on fait de l'esprit une 3ème catégorie à part qui vient se rajouter à l'âme et au corps pour lui donner des propriétés qui ne sont ni au corps ni à l'âme, alors là on peut parler de trichotomisme et d'une hérésie qui touche le "à l'image"de la création et à la séparation du corps et de l'âme au moment de la mort physique.
Pour les Pères il y a bien un dualisme âme-corps, et pour beaucoup les deux forment une unité, un composite, dans lequel l'âme et le corps s'interpénètrent; puis ensuite chacun a des terminologies et des classifications un peu différentes pour "l'intérieur" de l'âme ou pour la lecture qu'il en fait selon son expérience personnelle de la lutte contre les passions et selon son expérience de la lumière incréée. Il y a une universalité saisissante de cette expérience commune mais un vécu différent selon la personnalité de chacun dans le mystère de sa personne.

Le meilleur livre qui traite de l'anthropologie patristique est le "vivant divinisé" de Panayotis Nellas , paru aux ed du Cerf en 1989 et bien entendu traduit par Jean-louis Palierne.

Ensuite il y a le livre très clair et plus facilement abordable de Jean-Claude Larchet "Ceci est mon corps.Le sens Chrétien du corps selon les Pères de l'Eglise", Genève, Ed La joie de lire,1996.

Puis celui du Père Placide dont je ne peux rien dire , ne l'ayant pas lu.

Jean Béziat
Messages : 45
Inscription : jeu. 13 mai 2004 17:27
Localisation : Béarn

l'âme

Message par Jean Béziat » ven. 14 mai 2004 15:27

Juste un petit bémol au passage : le grand danger de trop s'attarder sur la "trichotomie" corps-âme-esprit est de tomber dans le piège de faire de l'âme psychique une passerelle entre le corps et l'Esprit, hérésie qui apparemment constitue la pâture des oecuménistes de tout poil, y compris les Ecofiens (Souzenelle, Germain, etc...)
PS : ce motif fut celui de mon départ de l'ECOF en 1992, deux ans après ma découverte de l'Orthodoxie.
En Christ
Jean

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » ven. 14 mai 2004 21:35

hérésie qui apparemment constitue la pâture des oecuménistes
Le trichotomisme n'a rien à voir avec l'oecuménisme, et je ne vois pas en quoi ceux que vous appelez les "oecuménistes de tout poil" en font "leur pâture". Je suis ni oecuméniste, ni adepte du trichotomisme.
Je ne comprends pas ce "bémol". Ni ces jugement à l'emporte pièce. Vous collez des étiquettes comme ça sur tout le monde?
Germain et l'Ecof ne sont n'est pas reconnus, quant à Souzenelle voici ce qu'écrit le Père Jean Roberti, (recteur de la paroisse de Rennes rattachée à Daru) dans son livre " être orthodoxe en France aujourd'hui " Chez Hachette Littératures, 1998 p 69 :

" En revanche, maints auteurs ne sont orthodoxes que de nom. Les plus connus, parce que publiant dans une maison d'édition renommée par son option New Age, sont Jean-Yves Leloup et Annick de Souzenelle. Le premier se dit prêtre orthodoxe en dépit d'une mise au point du Comité interépiscopal. Sans que ses connaissances tant théologiques que spirituelles ne puissent être mises en doute, les positions syncrétiques qu'il adopte sont souvent éloignées de l'enseignement de l'Eglise. La seconde s'affirme, souvent en quatrième de couverture, comme orthodoxe, bien que sa formation le soit fort peu, conjuguant une connaissance souvent superficielle de la spiritualité hébraïque avec un syncrétisme confus fait d'apports variés. "

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » ven. 14 mai 2004 22:45

Er pour rajoputer un couplet sur le sujet, voici un texte d'un "oecuméniste", le Père Placide Deseille. Ce texte est extrait de son ouvrage "La spiritualité orthodoxe et la philocalie" publié aux ed. Bayard.
P 164 et 165 il écrit à propos d Evagre:

La conception que les maîtres spirituels hésychastes se font de la voie qui doit conduire leurs disciples jusqu’aux plus hauts degrés de la contemplation est tributaire de notions psychologiques empruntées à la philosophie hellénistique, où se mêlaient les influences du platonisme et du stoïcisme. Évagre le Pontique fut le premier artisan de cette conceptualisation qui se retrouve, avec quelques variantes, tout au long de la tradition philocalique.
Pour lui, comme pour l’ensemble des Pères, l’homme est composé de deux éléments, le corps et l’âme. La tradition chrétienne a en effet écarté, lors des grandes controverses christologiques des IVème et Vème siècles, la théorie tripartite qui considérait que la nature humaine était constituée de trois éléments distincts, le corps, l’âme et l’esprit. Cette conception ne pouvait en effet s’accorder avec la doctrine traditionnelle de l’Incarnation du Christ. Lorsque certains, parmi les Pères, parlent de l’esprit comme d’un troisième élément de l’homme, ils n’entendent pas par ce mot un élément créé, mais l’énergie incréée du Saint-Esprit, qui vient vivifier l’âme créée. Plus souvent, les saints Pères entendent
par esprit (pneuma) la partie supérieure de l’âme, le noûs, sans en faire un troisième élément constitutif.

Selon le schéma évagrien, l’âme humaine comporte trois parties. Les deux premières constituent la partie sensible et passible de l’âme (pathetikon); ce sont I’ « appétit concupiscible» (epithymetikon ou epithymia), qui éprouve les deux « passions» fondamentales du désir (d’un bien absent) et du plaisir (quand un bien sensible est présent), et la « partie irascible» (thymikon), dont les passions fondamentales sont la crainte, la colère et la tristesse.
Ainsi comprises, les passions ne sont pas mauvaises en elles-mêmes. Évagre considère même que la « vraie nature »du concupiscible est de désirer le plaisir spirituel et la béatitude que procure la « gnose », l’union divine, et que celle de l’irascible est de lutter contre tout ce qui s’oppose à ce bien spirituel, particulièrement contre les démons. C’est le mauvais usage de ces facultés qui est la source des passions mauvaises, lesquelles sont, pour le concupiscible, la gourmandise, la luxure, l’amour de l’argent, la vaine gloire, l’orgueil; pour l’irascible, la mauvaise tristesse, la rancune, l’envie, la jalousie, la colère, la cruauté, l’acédie.
La troisième partie de l’âme ou partie raisonnable (Iogistikon) ne fait qu’un avec l’intellect (noûs). Celui-ci est la faculté de la connaissance intellectuelle; sans la grâce du Saint-Esprit, cette connaissance est discursive, conceptuelle; c’est ce qu’Évagre appelle la « science simple »; sous l’action du Saint-Esprit, elle devient expérience savoureuse de la compénétration de l’homme par la lumière incréée.
Si le concupiscible et l’irascible sont en proie aux passions mauvaises, ils enténèbrent l’intellect, qui devient sujet à l’ignorance et à l’erreur (selon Évagre, les vices de l’irascible, ceux qui s’opposent directement à la charité envers autrui, aveuglent l’intellect plus encore que ceux du concupiscible); s’ils en sont purifiés, l’intellect fait rejaillir sur eux sa lumière, et ils retrouvent leur vraie nature.


Viennent ensuite les citations qui fondent le propos et auxquelles le lecteur pourra se reporter.
Je n'ai pas lu le livre auquel Lecteur Claude fait référence mais Quiconque connaît le père Placide doutera que l'auteur ait changé de position et soit devenu subitement trichotomiste...

Jean Béziat
Messages : 45
Inscription : jeu. 13 mai 2004 17:27
Localisation : Béarn

Message par Jean Béziat » lun. 17 mai 2004 10:35

C'est bien ce que je disais : l'origénisme de cette position "trichotomiste" est constatable chez bon nombre d'oecuménistes aujourd'hui, lesquels ont de plus en plus tendance à réhabiliter Origène et à le réintégrer au sein des Pères de l'Eglise. Olicier Clément (voir son dernier article dans "Nouvelles Clés") est origéniste. Germain est origéniste car je l'ai entendu de mes oreilles confesser un trichotomisme tout-à-fait origéniste à Pau lors d'une conférence annuelle, ce jour-là consacrée au thème "Réincarnation et Résurrection"; De Souzenelle, dont j'ai lu tous les livres jusqu'en 1993, est origéniste, et dans l'ex-ERHF les fameux Jean Biès et son épouse, guénoniens endurcis, ne cachent pas leur adhésion à la thèse d'Origène dans le Peri Arkhôn. Et tous ces gens-là sont connus pour leur oecuménisme, voire leur syncrétisme.
Je ne colle pas des étiquettes (contrairement à beaucoup au sujet des "matthéistes", voire des "florinéens", jugés ultra-intégristes (rires !)...
Je me fais une opinion sur pièces.
Jean

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » lun. 17 mai 2004 10:59

1) il n' y avait donc pas de " petit bémol au passage " à rajouter aux messages que j'ai postés.

2) Origène a toujours été cité par les autres Pères et ce de tout temps, même après sa condamnation. Nous faisons la part des choses dans ses écrits: il ya ce qui est conforme à l'porthodoxie et ce qui ne l'est pas.

3) Concernant le texte de O.Clément , il y a une habitude sur ce forum que vous devriez respecter. On ne lance pas une condamnation comme ça d'ordre général. Vous faites allusion à un texte, alors nous vous remercions de citer les passages sur lesquels s'appuient vos propos. Tous les lecteurs n'ont pas forcément votre bibliothèque et ont droit à suivre les débats preuves sous les yeux. Permettez leur de juger "sur pièces" et d'estimer que vos appréciations ne sont pas forcément infaillibles.

Jean Béziat
Messages : 45
Inscription : jeu. 13 mai 2004 17:27
Localisation : Béarn

clémence

Message par Jean Béziat » lun. 17 mai 2004 11:42

Dans un récent article de la revue ésotériste ‘’Nouvelles Clés’’, l’autoproclamé penseur ‘’orthodoxe’’ ... confesse trois hérésies notoires, à savoir l’origénisme, le syncrétisme et le pélagianisme, graves erreurs auxquelles s’ajoute un fort penchant pour le paganisme qu’on lui connaissait déjà.

1) Origénisme d'...: Donc l’Inde ancienne pensait que le Soi pouvait, après la mort, pour un homme n’ayant pas atteint l’absolu, glisser dans d’autres états de l’existence universelle. Des états démoniaques ou angéliques, pouvant se refléter sur la terre dans telle ou telle créature hideuse ou sublime. De là, il y a eu déformation et matérialisation de cette notion de réincarnation. Au lieu de penser que l’âme de ce mort est entrée dans ce domaine de l’existence universelle qui est un domaine angélique et qui se symbolise par exemple dans la beauté du col d’un cygne, on dira qu’il est devenu un cygne. (…) Pour plusieurs Pères de l’Église, c’est très net : il y a un exode de l’âme à travers des états angéliques ou infernaux. On trouve à ce propos des histoires très jolies, un peu ridicules dans leur expression mais significatives. Elles racontent que chaque fois que l’on passe d’un état à un autre dans l’invisible, on rencontre une frontière gardée par des douaniers-démons, qui se jettent sur la malheureuse âme et lui arrachent tout ce qui les concerne. On pourrait croire qu’ils vont l’anéantir, en fait ils la purifient. Elle continue donc son chemin. Elle traverse des lignes de douanes et finalement, totalement purifiée, elle peut entrer dans la lumière éternelle. N. C. : Ce sont les thèmes du Livre des morts tibétain ou de la légende de Guésar de Ling ! Réponse d'... : Nous avons besoin de toutes ces expressions.

(N.B. :
- rappel des anathèmes contre Origène (Constantinople, 543-553) :
1. Quiconque soutient la fabuleuse préexistence des âmes et la monstrueuse apocatastase qui en est la conséquence, qu'il soit anathème.
4. Quiconque dit : les êtres raisonnables dans lesquels l'amour divin s'était refroidi ont revêtu des corps grossiers tels que les nôtres, et furent appelés hommes ; et ceux qui sont parvenus au sommet du mal ont revêtu des corps froids et ténébreux, et de ce fait sont appelés des démons de l'esprit du mal, qu'il soit anathème.
5. Quiconque dit : la complexion des Anges et des Archanges détermine l'état des âmes, dont la complexion à son tour détermine l'état d'homme ou de démon ; et à l'inverse les Anges et les démons naissent de la complexion humaine, et chaque ordre des puissances célestes s'est constitué soit à partir des choses d'en-bas, soit à partir des choses d'en-haut, soit à partir des deux, qu'il soit anathème.
6. Quiconque dit : la race des démons s'est manifestée doublement, par une combinaison à partir des âmes humaines et des esprits les plus profondément déchus (…) , qu'il soit anathème.
- ‘’Confession de Dosithée’’, Patriarche de Jérusalem (Concile de Jérusalem, 1672) ; décret 18 :
Nous croyons que les âmes de ceux qui se sont endormis se trouvent soit dans le repos, soit dans le tourment, selon les œuvres de chacun ; car lorsqu’elles sont séparées de leur corps, elles s’en vont sans intermédiaire, soit vers la joie, soit vers la peine et la lamentation )

2) Paganisme et syncrétisme d'... Le théologien Boulgakov disait : «Quand on parle des religions, il y a un pan-christianisme. » Il faut l’élargir pour qu’il devienne « pan » ! (…) Les orthodoxes, mieux que les catholiques, savent le prix des vieux symboles païens: Ici, baptême dans le Sud de la France. (Légende d’une photo de l’article de ‘’Nouvelles Clés’’)
…L’archimandrite Spiridon, extraordinaire personnage dont on a traduit les Missions en Sibérie, disait qu’il estimait tellement les sages bouddhistes qu’il n’osait même pas leur parler de baptême. (…) N. C. : Cette ouverture s’adressait-elle aussi aux traditions primordiales, aux chamans qui parlent des rapports de l’homme avec le cosmos ? Réponse d'... : Le père Serge Boulgakov, peut-être le plus grand théologien orthodoxe du XXe siècle, tenait à ce sujet des propos admirables. Théoricien marxiste avant la révolution, converti, ordonné prêtre, chassé par Lénine en 1922, il a créé l’Institut Saint-Serge à Paris, où il est mort en 1944. Selon sa doctrine, appelée sophiologie, toute la terre cherche à s’exprimer, à rencontrer la sagesse divine. Serge Boulgakov ajoute qu’il faut réintégrer les vieux mythes et symboles païens dans le christianisme. Pour moi, c’est tout à fait essentiel.
(N.B. : la doctrine sophianiste de Boulgakov a été condamnée comme hérétique par Jean Maximovitch et de nombreux théologiens orthodoxes.)
3) Pélagianisme d’... (non-nécessité de Dieu dans la résurrection des corps). Le corps de gloire et le corps de résurrection sont une seule et même chose. La « personne » puise dans le monde glorifié un corps de gloire. Et c’est le monde glorifié qui sera son corps de gloire.


Jean Béziat ; 6/19 avril 2004.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Message par Monique » mar. 25 mai 2004 12:41

J’ai trouvé un texte en priant le jour de l’Ascension qui parle d’une manière trichotomique :
Jeudi de l’Ascension, matines : Ode 5 Théotokion :
« Mère de Dieu qu’après l’enfantement le Christ a laissée vierge comme avant, ton Fils s’est élevé vers son Père qu’il n’avait point quitté, bien qu’il ait reçu de toi une chair douée d’âme et d’esprit, dans son ineffable bonté »
Je pense que se qui n’est pas orthodoxe c’est de transformer l’enseignement trichotomique ou dualiste en une anthropologie systématique. L’homme créé à l’image de Dieu ne peut pas être enfermé dans une science, si spirituelle soit-elle.

Nicole
Messages : 5
Inscription : mer. 07 juil. 2004 11:01

Message par Nicole » mer. 15 juin 2005 14:39

Tout de même je ne comprend pas: si le trichotomisme est hérétique, pourquoi est il enseigné par des Pères ,et certains dans l'Eglise Russe (Vladimir Lossky dans son Essaie sur la mystique....semble résolument trichotomiste) ?

Si l' ex-évêque écofien Germain n'a pas (ce coup là) été condamné pour hérésie par le St Synode Roumain, c'est que l'Eglise Roumaine reçoit le trichotomisme ?

En fin de compte, qu'est-il orthodoxe de croire en matière d'Anthropologie ?

paraclésis
Messages : 133
Inscription : jeu. 09 juin 2005 20:33
Localisation : Marseille

Message par paraclésis » mer. 15 juin 2005 15:13

"Lorsque certains, parmi les Pères, parlent de l’esprit comme d’un troisième élément de l’homme, ils n’entendent pas par ce mot un élément créé, mais l’énergie incréée du Saint-Esprit, qui vient vivifier l’âme créée. Plus souvent, les saints Pères entendent par esprit (pneuma) la partie supérieure de l’âme, le noûs, sans en faire un troisième élément constitutif"
cette citation de Père Placide, bon spirituel mais aussi bon conaisseur de notre patristique n'est-elle pas claire ?
en-arké-o-logos

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » jeu. 16 juin 2005 0:55

Si l' ex-évêque écofien Germain n'a pas (ce coup là) été condamné pour hérésie par le St Synode Roumain, c'est que l'Eglise Roumaine reçoit le trichotomisme ?
L'ex-évêque Germain avait été attaqué devant le synode de Roumanie par Monsieur Philippe Laroche pour hérésie trichotomiste. Il n'a pas été condamné tout simplement parce qu'il s'est rétracté. Ce qui ne l'aura pas empêché de continuer cet enseignement par la suite, bien évidemment. Loin des yeux, loin du coeur n'est-ce pas...
Pour le reste Paraclésis vous a parfaitement répondu ainsi que toutes les interventions de cette rubrique qui précèdent votre message.

Anne Geneviève
Messages : 1041
Inscription : lun. 30 mai 2005 19:41
Localisation : IdF
Contact :

Message par Anne Geneviève » jeu. 16 juin 2005 18:38

Les Pères ont écrit pour la plupart en grec, langue qui proposait depuis l'époque des philosophes pré-socratiques plusieurs termes pour parler de l'être humain: soma, le corps en tant que matière vivante (il y a un autre terme, que je n'ai plus en tête, pour désigner un cadavre) ; psyché, que nous traduisons par âme ou par psychisme ; noûs, l'intelligence stable que nous traduisons, selon les universitaires, soit par esprit, soit par intelligence, soit même par raison ; pneuma, littéralement le souffle, traduit également en général par esprit ; kardia, le coeur, le centre intérieur. Je ne sais pas si j'en oublie, probablement oui. Mes sources : le bon vieux dictionnaire Bailly + le lexique de Sommer (cités de mémoire). Les Pères grecs ont utilisé toutes ces nuances de la langue mais je n'ai pas eu l'impression qu'ils le faisaient avec une anthropologie systématique et figée. En latin, l'équivalent de psyché est double : animus et anima, ce dernier terme désignant plutôt ce que notre époque nomme l'émotionnel. C'est d'ailleurs ce qui a valu la fameuse légende de je ne sais plus quel concile d'occident, Tolède ou Orléans, où les évêques se seraient gravement demandé si les femmes avaient une âme ! Grégoire de Tours y fait une allusion dans son Histoire des Francs et il appert qu'il s'agissait d'une demande d'ordre grammatical et non théologique ! Mais l'hébreu, l'araméen, le syriaque n'ont pas d'équivalent exact de ces termes gréco-latins, ce qui n'a pas empêché des théologiens d'écrire ou de parler dans ces langues. Et saint Patrick évangélisant l'Irlande a du avoir aussi des problèmes de traduction en abordant l'anthropologie. Il me semble qu'en ce domaine, plus on veut préciser les termes au micropoil et plus on risque de développer une hérésie.
"Viens, Lumière sans crépuscule, viens, Esprit Saint qui veut sauver tous..."

Olivier
Messages : 121
Inscription : sam. 16 juil. 2005 12:10

Re: corps âme esprit?

Message par Olivier » ven. 04 nov. 2011 23:11

Je suis troublé car cela fait parti d'un argument qui m'a fait détaché du papisme, j'ai toujours pensé que l'orthodoxie défendait la trichotomie comme on le voit dans les Evangiles: Saint Matthieu 22,34-40, et 4, 12 des Hébreux et Thess 5, 23 cordialement.

Novelius
Messages : 65
Inscription : mar. 23 nov. 2010 10:05

Re: corps âme esprit?

Message par Novelius » ven. 04 nov. 2011 23:18

Je partage le point de vue d'Olivier. Cela m'avait aussi toujours semblé logique que l'homme soit corps, âme et esprit un peu à l'image de Dieu.

Répondre