Ecof

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Répondre
Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Ecof

Message par Antoine » mar. 27 juil. 2004 12:01

Voir également la rubrique: "Pour une réponse orthodoxe aux besoins spirituels en Europe"

utiliser aussi la fonction "rechercher" à droite de l'icône en tapant "Ecof"
---------------------------------------------------------------------------------------------------
Merci d'avoir cité ce texte (Suite à reclassement, il s'agit d'un texte de l'evêque Jean cité à la rubrique "Communion fréquente par Yvette le Quéré.")déjà signalé par Catherine un peu plus haut avec l'adresse suivante:
http://orthodoxie.free.fr/communion%20frequente.html,

Mais le lien ne fonctionne plus et la fonction "rechercher " du site de l'Ecof apparemment non plus. Ce qui est dommage car il y a de très bons textes comme par exemple celui sur le Notre Père qui est d'actualité avec 38 ans d'avance.

Quant à la signature que vous mettez en soulignant "sacré évêque par le saint archevêque Jean de San Francisco" pourquoi ne pas aller jusqu'au bout en rajoutant : "et déposé deux anx plus tard en 1966 par cette même Eglise Russe Hors Frontière" (St Jean Maximovitch étant mort, il est vrai)
Dernière modification par Antoine le mar. 27 juil. 2004 21:42, modifié 6 fois.

Volodimir
Messages : 35
Inscription : mar. 18 mai 2004 13:52

Message par Volodimir » mar. 27 juil. 2004 12:08

Antoine, je me suis procuré le livre "Orthodoxie et Occident" de Maxime Kovalevsky.

Il y est exposé que Mgr Jean de St Denis avec l'ensemble de l'Ecof a quitté la protection de l'ERHF, par une lettre adressée au Metropolite Vitaly.

Celui ci en réponse a décrêté, sans procédure ni jugement canonique la déposition de Mgr Jean. Mais on ne légifère pas sur quelqu'un qui n'est plus justiciable sous sa juridiction, non ?

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » mar. 27 juil. 2004 12:35

Oui on peut toujours jouer au chat et à la souris et se tirer avant d'être déposé. Mais il me semble que pour quitter sa juridiction il faut un exéat. Je ne suis pas certain et je n'ai pas le temps de faire la recherche pour savoir si la déposition par l'ERHF doit être invalidée. Ce sont des enfantillages. On joue sur tous les mots pour échapper à toutes les règles. ça n'a pas un grand intérêt spirituel.
Par exemple l'évêque Jean a ordoné des prêtres avant de les marier car ainsi leur prêtrise n'avait de validité qu'à l'intérieur de l'ecof et il était sûr de leur attachement. On pourrait citer des centaines d'irrégularités en tout genre et on n'en finirait pas de décrire la façon dont l'evêque Jean menait sa barque. Les estropiés spirituels qu'il a laissés sur le carreau sont nombreux et un jour viendra où ces gens oseront écrire leur histoire.

Il y a de très beaux textes qui émanent d'écrivains de l'Ecof. J'ai lu par exemple un bon commentaire de la genèse fait par l'Evêque Jean et de nombreuses conférences. Il y a eu à l'Ecof une réflexion théologique importante et souvent de grande qualité. Mais ces textes ne confèrent pas à la communauté une légitimité quelconque. Et le fait que ce soit Jean maximovitch lui-même qui ait consacré l'évêque Jean, n'apporte rien de plus à la validité de ce sacre.
Un saint peut se tromper ou être trompé.

Volodimir
Messages : 35
Inscription : mar. 18 mai 2004 13:52

Message par Volodimir » mar. 27 juil. 2004 13:37

L'Ecof était, ainsi que l'évêque Jean Kovalevsky placée sous la protection canonique directe du Saint Archevêque Jean Maximovitch et Mgr Jean K n'était pas membre du Saint Synode RHF. A la mort de St Jean Maximovitch fut étudiée la question de la nature et de la forme du rattachement de l'Ecof à l'ERHF, et là la rupture fut prononcée...

Je suis surpris par ces histoires de prêtres mariés après leur chirotonie pour être coincés dans l'Ecof. Avez vous des exemples précis ? Parceque d'après ce que l'on peut lire partout, il y a une sorte d'exode permanent des prêtres de l'Ecof, qui ont tous été sans exeptions repris par les juridictions canoniques en France ! Il semblerai que le clergé, autant que les fidèles de cette communauté soient tout sauf verrouillés à l'intérieur de l'Ecof. Personne n'a empêché Jean Louis Palierne ou Irène Monique de quitter l'Ecof, ni Olivier Clément ou Vladimir Lossky; Ni les Pères Grégoire Hardy, Marc Antoine Costa de Beauregard, Noel Tanazacq, De Castelbajac etc...tellement la liste est longue !


Encore une fois je ne nie pas l'existence de problèmes canoniques, dont tout le monde fait état. J'essaye de savoir de quoi il retourne, et de ne pas condamner injustement cette communauté, quelque soit le sentiment que l'on puisse avoir à son égard.

Jean-Louis Palierne
Messages : 1044
Inscription : ven. 20 juin 2003 11:02

Message par Jean-Louis Palierne » mar. 27 juil. 2004 17:34

Si il y a eu des cas de prêtres mariés après leur ordination. Il y a eu aussi des cas de prêtres ordonnés avant leur Baptême. Il y a eu bien d’autres choses. On a vu donner la communion à un mormon et accueillir un authentique moine bouddhiste sur le banc du clergé. Quant à celle que l’évêque a épousée, il l’avait préalablement mariée une première fois, et elle écrivait des livres où elle se considérait comme une émanation du saint Esprit. Ce ne sont que des exemples, on pourrait en raconter des tonnes, et on ne connaît probablement qu’une petite partie.

Il ne s’agit pas de condamner la communauté, mais de dire que leur isolationnisme liturgique conditionne les fidèles, les aberrations canoniques les séparent et le simple fait qu’ils ne se posent pas de questions montre la force de la dépendance ainsi instituée.

Par contre je ne pense pas, comme je l'ai entendu dire, que les gens qui ont été “accros” à l’ÉCOF soient marqués pour la vie. Il est évident que l’ÉCOF (que ce soit le groupe “A” resté à saint Irénée ou le groupe “B” de JPP) s’effrite et qu’on retrouve dans l’Orthodoxie de plus en plus d’anciens, ce qui était presque impensable il y a vingt ou trente ans. Et je m’en félicite.

Par ailleurs, il convient d’ajouter que les diverses juridictions qui représentent l’Orthodoxie en France portent une grosse part de responsabilité dans cette affaire, car elles se sont longtemps désintéressées de l’accueil des occidentaux. Seule la rue Dazru semble commencer à se sentir concernée. On verra un jour une Orthodoxie française avec un clergé ex-écofien.
Jean-Louis Palierne
paliernejl@wanadoo.fr

pascal
Messages : 98
Inscription : mar. 22 juin 2004 15:59

Message par pascal » mar. 27 juil. 2004 20:25

jean louis,

je trouve que vos réflexions sur l'ECOF sont intéressantes, mais je regrette au moins une chose, (vous verrez ce n'est pas si grave!), c'est que pour vous suivre il faille jongler entre différents fils!

bon pour ce qui est du passé de l'Eglise à laquelle je me rattache, je dois dire que je ne connais pas tous les tenants et les aboutissants, et qu'à partir d'un moment, il est difficile de connaître le vrai du faux d'une époque qu'on n'a pas connu par la force des choses... (eh bien oui c'est ainsi que voulez vous, je n'ai que 34 ans).

ce que je sais, notamment, c'est que comme vous le dites:les diverses juridictions qui représentent l’Orthodoxie en France portent une grosse part de responsabilité dans cette affaire, car elles se sont longtemps désintéressées de l’accueil des occidentaux.

à qui la faute? je ne pense pas que nous soyons là pour dire c'est la faute d'un tel ou de tel autre... n'empêche que le constat s'impose: c'est comme ça.

excusez moi si la formule est un peu raide, mais si différents patriarcats ne s'étaient pas trouvés confrontés au fait que les biens de l'ECOF étaient irrécupérables en l'état, pour parler clair, si ces biens (notamment les immeubles) n'avaient aucune chance de rentrer dans leur giron, ils se seraient du coup beaucoup plus "spontanément" intéressés aux fidèles qui occupent les différents locaux.

alors qu'il y ait des turpitudes dans l'ECOF, je veux bien le comprendre, même si je dois bien admettre que je ne peux pas tout savoir... mais bon à chercher dans les placards des uns et des autres, on y trouvera certainement un ou deux cadavres bien putréfiés et nauséabonds... alors quoi? celui qui a le moins de cadavres dans ses placards est celui qui est le plus en odeur de saintété?

effectivement, chez nous les évêques (l'évêque) en faute le confessent publiquement, ils ne sont pas envoyés en Alaska ou au Kamatchaska évangéliser les pingouins ou bien priés de s'évanouir dans la nature pour élever leurs enfants... certaines progressions monastiques ne se font pas à l'aune de l'accord ou non d'une amitié particulière avec un autre frère...

que mes propos ne soient pas interprétés comme du fatalisme, pitié!

mettons les choses dans une perspectives qui nous dépasse, si c'est possible:

que sont les quelques années qui nous ont précédées depuis que notre Eglise s'est développée, sur une terre qui a été "papisée", sur des générations de chrétiens chloroformés à l'aune de la scholastique, des jésuites, et autres augustuniens, relativistes et consors?

je crois qu'il y a certainement un élan de l'Occident pour un retour à l'orthodoxie. (je sais j'enfonce des portes ouvertes, mais de temps en temps il faut s'y remettre, des fois que l'une d'entre elles, avec le temps, se soit refermée) parce qu'enfin, hormis si on est grec ou roumain (et encore pas toujours!) être européen de nos jours et orthodoxe, c'est rarement inné, ça relève de l'acquis si vous voyez ce que je veux dire...

c'est effectivement plus facile quand on est grec, roumain de se dire "je suis orthodoxe" pour les français notamment, c'est tout de même, d'une certaine manière, une reconquête non?(1000 à 1200 ans de rupture c'est long...ça laisse des traces)

moi personnellement, que ce soit la liturgie de saint Jean Chrysostome, de saint Basile ou de saint Germain, je suis peut être irrécupérable, mais je les trouve toutes très belles ces liturgies...de toute façon, pour ma part, l'esthétique n'est pas ce qui prime...ce qui prime, c'est que l'Esprit Saint descende sur les saints dons pour que je puisse communier en Esprit et en Vérité.

en fait je finis par me demander si chacun à notre manière nous n'aspirons pas à être de "vrais" chrétiens orthodoxes(...)

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Message par Monique » ven. 30 juil. 2004 11:09

J'ai trouvé un texte très intéressant sur un site chrétien:

Christianisme: 8 points communs entre les sectes destructrices et les églises sectaires (Cristianismo-Primitivo.org)

"...vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira..."
Jésus-Christ (Jean 8:32)

"Malheur aux bergers qui détruisent et dispersent le troupeau de mon paturage! dit l'Éternel. C'est pour quoi ainsi parle l'Éternel, le Dieu d'Israël sur les bergers qui paissent mon peuple: Vous avez dispersé mes brebis, vous les avez chassées, vous n'en avez pas pris soin. Voici, je vous châtierai à cause de la méchanceté de vos actions..." (Jérémie 23:1-2)"

Comment différencier une Église Chrétienne d'une église sectaire? Comment différencier une "brebis" qui suit le "Bon berger" d'un "mouton" qui suit le "loup" sans le savoir ? Tâche difficile, parce que les différences entre une vie de sainteté et d'engagement avec l'Évangile du Seigneur Jésus et le fanatisme, le phariséisme, le légalisme ou l'embrigadement religieux peuvent être très subtiles.

C'est pourquoi, traiter avec des personnes qui sont liées par les réseaux d'une église sectaire n'est pas chose facile: Ton intérêt à les conduire à la véritable foi en Jésus de Nazarethh et à une vie chrétienne ordonnée sera confondu avec une "attaque du diable". Les enseignements de la Parole de Dieu sur la sainteté, la maîtrise de soi et la véritable consécration à Dieu seront prises pour des "idées religieuses désuètes".

Les arguments avec lesquels, comme chrétien, tu vas te confronter ne sont pas des idées mondaines, mais des versets de la Bible mal compris ou manipulés par des idées d'hommes. Ce que la Parole de Dieu et les premiers chrétiens ont pris pour de l'hérésie, à sa place seront présentés de manière subtile comme la "dernière onction ou mouvement du Saint Esprit "... Une vie dans la Liberté avec laquelle le Christ nous a rendu libres, sera prise comme libertinage par ceux sur lesquels a écrit l'apôtre Paul: "Tout est pur pour ceux qui sont purs, mais rien n'est pur pour ceux qui sont souillés et incrédules; leur intelligence et leur conscience sont souillées" (Tite 1:15)

Cela paraît difficile, mais ça ne l'est pas. Jésus de Nazarethh a dit "...Vous les reconnaîtrez à leurs fruits..." (Math. 7:15-16) remarque qu'Il a dit FRUIT, et non "par ses OEUVRES... ": Si nous surveillons le fruit à long terme chez les personnes qui, en cherchant souvent avec toute franchise un plus grand compromis de vie avec le Seigneur, sont tombées dans une secte pseudo-chrétienne, tu verras qu'il ne glorifie pas du tout Celui qui a donné sa vie pour nous : Manque de caractère, duplicité, lâcheté, hypocrisie, manichéisme, phariséisme, fainéantise, fanatisme, "moutonnerie", désirs de satisfaire au leader de sa congrégation plus qu'à Jésus, désir d'être reconnu, abandon des obligations vis à vis de sa famille, manque de respect aux parents, analphabétisme Scripturaire, hérésies, etc. Et à plus long terme le fruit est terrible: Nerfs détruits et visites chez les psychologues ou psychiatres, divorces, maladies, folie, abandon de la foi, retour au précédent mode de vie... et même l'apostasie contre le Seigneur.

Mais qu'est ce qu' une secte? comment est une secte destructrice et en quoi ressemble-t'elle ou qu'a-t'elle en commun avec une église sectaire?. Je te propose de lire ces huit points résumés afin de te faire réfléchir:


1/ PROSÉLYTISME
"... parce que vous courez la mer et la terre pour faire un prosélyte; et, quand il l'est devenu, vous en faites un fils de l'enfer deux fois plus que vous..." (Math 23:15)

Dans une secte destructrice, pour accueillir un nouveau prosélyte, la secte se présentera comme un nouveau foyer, un refuge, une issue de secours à ses problèmes. On lui prêtera une attention soutenue, on l'entendra, le comprendra et on s'occupera de lui. On le flattera si nécessaire, et on lui montrera un faux amour qui, une fois embrigadé par la secte, se transformera en indifférence, manipulation, et esclavage dans tous les domaines.

L'objectif de l'accueil des prosélytes est uniquement d'avoir des machines à faire de l'argent pour la secte elle-même. Dans une église sectaire, on bougera ciel et terre pour attirer un nouveau membre. En principe, on lui montrera une belle façade de piété, de fraternité, d'amour, d'altruisme. On lui cachera le véritable état de la congrégation. Le dirigeant passera du temps à l'écouter, à s'occupant de lui afin qu'il se sente admis et aimé. Plus tard viendra l'indifférence: Le nouveau membre se transformera alors en un "numéro" de plus qui viendra grossir les rangs de la congrégation, et d'une certaine façon gonfler l'ego de son dirigeant. On lui prêchera un "évangile" accommodé aux circonstances ou simplement un autre "évangile", différent de celui de la Bible.

On ne lui enseignera pas la Parole de Dieu, et on n'essaiera pas non plus de faire de lui un disciple de Jésus. Au contraire, on le manipulera avec des fables et des enseignements qui remplissent l'intellect de prétendues "grandes révélations", qui feront de lui un "mouton" et un analphabète biblique. On pourra tout aussi bien d'ailleurs le transformer en un "petit monstre" de légalisme et d'intransigeance, incapable de montrer la vie de Jésus au pécheur. L'église sectaire remuera ciel et terre pour faire un nouveau prosélyte, et quand il sera bien endoctriné, il deviendra pire que ses maîtres.

2/ VICTIMISATION
"... car ce n'est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné..." (2 Tim 1:7)

Une secte destructrice se caractérise par la victimisation: le reste du monde les poursuit, il ne les comprend pas, et le gourou du groupe est quelqu'un de particulièrement incompris. De cette manière, on consolide les liens entre les membres et on renforce la sensation d'appartenance à un groupe et renforce la sympathie pour le "pauvre" gourou. C'est dans la secte qu'on est protégé du mal qui règne dans le monde. Sortir de la secte, c'est se livrer au mal absolu et cela équivaut à un suicide.

Une église sectaire se déclare souvent elle-même victime de la prétendue religiosité ou du pharisaïsme du reste des églises de sa localité. Le dirigeant de cette église est victime de l'incompréhension des autres, il est la cible de leurs critiques. De cette manière, les relations avec d'autres églises, que l'on nommera de manière euphémique "des ennemis", seront réduites au minimum. Il deviendra alors très difficile au membre en recherche d'abandonner l'église et de chercher des alternatives véritablement chrétiennes. Les dirigeants de ce type d'églises utilisent la manipulation émotionnelle, la peine ou la pitié, en se faisant eux-mêmes passer pour des victimes. Ils dissimulent leur lâcheté au lieu de faire face, comme de véritables hommes, à leurs responsabilités. Ne vous y trompez pas : ils NE SONT PAS les VICTIMES, ils sont les BOURREAUX.


3/ MANICHÉISME
"... Il dit encore cette parabole, en vue de certaines personnes se persuadant qu'elles étaient justes, et ne faisant aucun cas des autres..." (Luc 18:9)

Une secte destructrice est manichéenne par nature: eux sont les bons absolus et seuls possesseurs de la vérité, tandis que le reste du monde est mauvais et est tombé dans l'erreur. Sortir de la secte suppose en ce sens la négation de la vérité et du bien. Il n'y a pas de demi-mesure: Ils sont conduits par des affirmations absolues et catégoriques du type: "Ici à l'intérieur, c'est le BIEN, et dehors, c'est le MAL". Il n'y a pas de salut en dehors de la secte. On trouve le salut uniquement en appartenant à la secte. De même un autre élément clef, même s'il paraît contradictoire avec le fait que dans la secte on détruit la personnalité des adeptes, c'est le reforcement de l'égo des membres: on leur fait croire qu'ils appartiennent à une "élite d'élus", et ils n'en démordent pas...

Une église sectaire se caractérise également par le trait suivant: elle prétend être la plus réveillée spirituellement, la plus libre, la plus spirituelle. Elle se vante souvent d'avoir la dernière "révélation de l'Esprit Saint" ou la plus fraîche "Onction". Elle est évidemment à la pointe de la nouveauté en ce qui concerne les "mouvements spirituels".
Certains groupes plus rigoristes pratiquent une autre technique, qui consiste à accuser les autres églises en les déclarant "froides", "apostates" ou "libérales". Eux seuls sont "purs" et "cathares" en ce qui concerne la Saine Doctrine. Ce sont les autres églises, et spécialement celles qui sont proches de leur sphère d'influence, qui sont "mortes", "religieuses", "pharisaïques", etc. C'est essentiellement d'ailleurs pour cette raison que le membre qui désire en sortir ira difficilement chercher conseil dans une autre église de sa localité, même si celle-ci est véritablement chrétienne. L'église sectaire n'agira en réalité pas différemment de la secte destructrice, bien que de manière voilée: La Au fond on fait la même chose que dans la secte destructrice, mais de manière voilée: on ne peut pas être sauvé ou vivre pleinement la foi chrétienne si l'on sort du mouvement.

Les responsables de ces congrégations ont ainsi créé leur petite "bulle" où personne ne vient les tracasser ou les confondre. En règle générale, ils ne travaillent pas et ne sortent pas de leur "bulle ecclésiastique". Ce sont les fidèles qui vont travailler et souffrir au dehors...

4/ "LEADERSHIP" INCONTESTÉ
"... gardez-vous des faux prophètes, ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs. Vous les reconnaîtrez à leurs fruits ..." (Math 7:15-16)

Voici l'un des plus forts indices qui montrent que l'on a affaire à une secte destructrice : la présence d'un ou de plusieurs gourous, que les adeptes de la secte considèrent comme des "messies" ou des "élus", et dans certains cas même des incarnations de "dieu". Ces personnes ont un charisme spécial et une grande force de persuasion et de manipulation. Leur parole, leurs enseignements et leurs décisions sont indiscutables, et considérés comme des révélations, des règles de conduite absolues par les personnes embrigadées. Le gourou possède généralement en outre un certain type de "don" comme la capacité de guérir, de lire la pensée ou de révéler les secrets, de communiquer avec des esprits, voire même avec des extraterrestres, etc.

Il prend la place des parents, des amis, du mari ou de la femme. Dans les pires cas, des abus physiques, psychiques ou sexuels sont commis par ces chefs envers des membres de la secte. En règle générale, la "bénédiction économique" s'effectue plus facilement à destination du gourou que des membres du groupe. Affronter le gourou pourra signifier l'expulsion de la secte, pour ne pas dire les menaces, violences psychiques et physiques, ou même l'assassinat.

Dans l'église sectaire, l'expression biblique "ne touchez pas à mes oints" sera utilisée par le "leader" comme l'imprimatur qui lui confère le don de l'infaillibilité. Il est un petit "pape" auquel Christ se révèle de manière personnelle et spectaculaire (y compris parfois, dans certains groupes, par des "théophanies", apparitions personnelles de Christ). Il se sera en outre généreusement octroyé des titres comme "apôtre", "prophète" ou d'autres titres du même acabit. Ses décisions, enseignements et points de vue sont placés d'une manière voilée au même niveau que la Parole de Dieu. Tandis qu'il est intransigeant avec ceux qui commettent des erreurs, on doit en revanche lui pardonner toutes ses folies, ses erreurs ou ses fausses prophéties. En fin de compte, dira-t-on dans l'église sectaire: "il est humain". Le "leader" est doté d'une "onction" ou d'un don très spécial qui le placent au-dessus du reste des fidèles. Le modèle de référence n'est plus Jésus, mais lui.

Dans le cas de groupes plus "orthodoxes" ou "légalistes", on prétextera l'oecuménisme d'autres églises de la même dénomination, leur alliance avec d'autres mouvements. Les unions d'églises, lorsqu'elles demeurent dans les limites que fixe la Parole de Dieu, servent (ou devraient servir) à s'aider mutuellement et non à être contrôlé ou à faire des compromis. Isolé même dans son mouvement, le "leader" d'un tel groupe n'aura personne à qui rendre compte de ses procédés arbitraires et de ses comportements irresponsables. Un bon conseil: fuyez comme la peste les églises où le pasteur ou le "leader" n'ont personne à qui rendre des comptes.

Ces dirigeants despotiques deviennent un substitut de parents, d'amis, de mari ou de femme. La manipulation devient alors semblable à celle que l'on rencontre au sein d'une secte destructrice: économique, émotionnelle, doctrinale, etc. Le "leader" s'immisce dans les affaires des membres, dans les relations matrimoniales et fraternelles pour son bénéfice propre, et tout simplement pour contrôler. Même si les sermons prêchés ressemblent à la "Saine Doctrine", par la suite dans la vie d'églises ou dans la vie courante, le dirigeant fait en sorte que tous pensent comme lui et aient le même point de vue que lui (c'est à dire le seul point de vue qui soit valable et biblique).

L'estrade et les enseignements de la Bible sont de même utilisés pour manipuler la congrégation. Il n'est pas permis aux adeptes d'avoir un discernement personnel, une foi personnelle. Rien n'est plus éloigné des valeurs des héros de la Réforme qui luttaient contre le papisme des siècles passés! Cette pratique d'utiliser l'enseignement et l'estrade est courante chez ces pasteurs, "leaders" et prêtres manipulateurs, car ils sont trop lâches pour affronter directement les personnes. Comme nous l'avons déjà dit, remettre en question l'avis d'un de ces petits "papes", ou penser différemment, même sur des questions doctrinales secondaires, signifie l'expulsion pure et simple de la congrégation et la rupture du contact avec le reste des fidèles.

Voici un exemple de ce que nous nommons "Papisme Évangélique": début mars 2000, les journaux du monde entier ont parlé du directeur d'une Université religieuse des USA qui levait l'interdiction des rencontres ou des fiançailles entre des étudiants de différentes races. Cela s'est produit juste après une visite électorale de celui qui était alors candidat à la présidence, George W. Bush. Il avait alors reçu beaucoup de critiques pour s'être rendu dans cette université suspectée d'être xénophobe, justifiant ses thèses racistes grâce à une interprétation erronée de la Bible. Bush, dans son discours adressé à cette université, a demandé que soient changées ces règlementations. Bien avant pourtant, en 1983, les statuts avaient dû être modifiés pour permettre à des étudiants noirs de venir étudier chez eux - ce qui leur était jusque là défendu. Le gouvernement a menacé les dirigeants de cette université de suspendre leurs exonérations fiscales, et la démonstration a été faite que les croyances et pratiques de tels dirigeants, leur interprétation de la Bible, étaient fonction de leurs intérêts, et plus précisément dans ce cas, lorsqu'il était question d'argent.

5/ "LAVAGE" DE CERVEAU
"... ne devenez pas esclaves des hommes..." (1 Cor 7:22)

Dans une secte destructrice, toute initiative propre, toute trace d'individualité, tout esprit critique, toute logique, raison ou morale sont gommés de l'esprit des adeptes grâce à un embrigadement permanent. Subissent le même sort la faculté de réflexion, le discernement et le bon sens. L'adepte va dès lors acquerrir un langage propre, des inflexions de voix particulières, des gestes, des façons de s'habiller bizarres, etc. Il se produira une "régression enfantine": il est plus confortable de ne pas penser et de se laisser diriger, que de combattre personnellement. Les personnes soumises sont plus facilement manipulables. Amis, parents et relations sociales sont remplacés par le gourou et les autres adeptes. Le nouveau membre finit par devenir un esclave, un marionnette entre les mains de son gourou.

Dans une église sectaire la situation est semblable: en manipulant la Bible, on peut fabriquer presque toutes les doctrines que l'on veut. Dans une congrégation sectaire, par peur de déplaire aux hommes, le membre acceptera des doctrines, des pensées et des idées humaines revêtues de piété, même si elles lui semblent folles au premier abord. Il commencera à parler avec un vocabulaire et un ton de voix identique au reste de sa congrégation. C'est là qu'interviendra la "régression enfantine: il est plus aisé de se laisser diriger, de ne pas combattre pour une foi et une relation personnelles avec le Seigneur, autant accepter les croyances du chef de son église. Amis, parents et relations sociales sont remplacés par le dirigeant et les autres membres. Le prosélyte fini par devenir esclave des avis des autres membres de sa congrégation, une marionnette entre les mains de son dirigeant spirituel.


6/ FINANCES
"...ils ont pour dieu leur ventre..." (Philippiens 3:19)

Dans une secte destructrice, l'argent est une des principales motivations du gourou: il cherche à faire des bénéfices financiers (quand il ne cherche pas aussi le pouvoir, le sexe, ou les choses semblables). La collecte de fonds déguisée en projets altruistes et de bienfaisance est une des obligations essentielles des adeptes: ils peut arriver qu'ils vendent leurs propriétés, qu'ils donnent leurs salaires, quittent leur travail et autre pour satisfaire le "leader". Ils en arrivent souvent à négliger le soin dû à leur propre famille. La subtilité et le grand nombre de méthodes utilisées pour cette tâche peu glorieuse rend impossible d'en faire un résumé.

Dans une église sectaire, les contributions financières normales et nécessaires fixées par les enseignements de la Bible ne suffisent pas. Une grande partie du temps de prédication est utilisé pour rabacher des thèmes comme: "la bénédiction de donner" et "la malédiction de ne pas donner". L'accent est davantage placé sur ces sujets que sur la sainteté et les autres thèmes bibliques essentiels. Il est plus commode à ces "initiés" de mendier que d'aller travailler eux-mêmes. Ils vivent dans le petit monde qu'ils ont construit peu à peu sur la peine des autres. Et soyez certains qu'ils ne laisseront personne venir remettre en cause leur petite parcelle de "ciel sur la terre".

Généralement donc, le dirigeant de la pseudo-secte chrétienne est béni par les contributions des fidèles. Il n'est pas gêné si l'un ou l'autre membre est dans le besoin. Sa maison, son salaire, sa voiture, etc. sont naturellement supérieurs au salaire moyen de l'église, sans qu'il les ait gagnés avec la sueur de son front. Il est très rare qu'un de ces "leaders" ait eu autrefois un travail stable et régulier. Ils aiment en fait très peu travailler, et dans quelques cas (notamment chez les tenants de "l'évangile de la prospérité"), la plupart des membres à leur tour n'ont pas de travail fixe, vivent comme des parasites des aides sociales ou en regardant le ciel, en espérant que l'argent tombe ou que d'autres les bénissent financièrement.

Voici une anecdote "amusante" (ou disons plutôt qu'il vaut mieux la prendre avec le sourire...): J'ai connu, il y a de nombreuses années, le pasteur d'une église indépendante appartenant au mouvement de la "super- foi" et de "l'évangile de la prospérité" (au jour d'aujourd'hui, il est déjà passé par plusieurs "modes spirituelles"). Un jour, il a déclaré qu'il offrait sa vieille voiture à la congrégation. Trois ou quatre jours sont passés, et il brisait le coeur des autres membres en circulant dans une petite voiture de prêt toute poussiéreuse. Ensuite, il est revenu avec une berline allemande flambant neuve, que bien peu dans son église auraient eu les moyens de s'offrir. Le seul commentaire public qu'il fit fut qu'il avait "semé sa voiture pour le royaume de Dieu", et que maintenant lui rendait en cadeau une grosse cylindrée dernier-cri. Quel culot ! Et personne n'a rien dit, évidemment: il n'y pas pire avezugle que celui qui refuse de voir. Ne pensez pas que je sois contre le fait que les pasteurs puissent avoir une bonne voiture: je suis contre le fait qu'ils prennent les gens pour des "gogos". Voici 2000 ans, les romains avaient déjà une expression très adaptée: "excusatio non petita, acusatio manifesta sunt" ("les excuses non demandées sont des accusations manifestes")... Mieux vaut en rire qu'en pleurer !

7/ SANTÉ
"... tu ne tenteras point le Seigneur, ton Dieu..." (Matthieu 4:7)

Dans une secte destructrice, la santé et les guérisons miraculeuses sont généralement l'un des plus forts sujets d'attirance. Aux techniques de la médecine traditionnelle on substitue la méditation, les médecines alternatives, les régimes spéciaux, les guérisseurs, l'imposition des mains du gourou, etc. Toutes ces choses ont amené beaucoup de personnes à une détérioration grave de leur santé, voire à leur décès. C'est un trait commun des sectes que de mettre l'accent sur les erreurs de la médecine afin de provoquer l'espoir dans leurs procédés et tirer bénéfice du désespoir d'autrui.

Dans une église sectaire, les véritables miracles sont remplacés par le charlatanisme: on abandonne, au nom d'une foi mal comprise, la médication imposée par les professionnels de la santé. On favorise les témoignages enthousiastes (mais jamais appuyés par des preuves médicales) de guérisons visibles et souvent étranges comme les "maux de tête", une "rage des dents", le "rallongement d'une jambe", etc., qui poussent les personnes atteintes de maladies graves (SIDA, cancer...) à tomber dans l'erreur de cesser de prendre des traitements efficaces.

J'ai personnellement connu des personnes qui ont réellement mis en danger leur santé au nom d'une foi, qui parfois tentait vraiment Dieu. Quelqu'un a dit qu'en l'enfer il devrait y avoir un endroit spécial pour ceux qui font du commerce avec les malheurs et le désespoir des gens.


8/ ABANDON DU GROUPE
"... ayant les regards sur Jésus..." (Hébreux 12:2)

Dans le cas de sectes destructrices, essayer d'abandonner le groupe peut être puni de mort. Généralement, celui qui essaye de quitter le groupe est soumis à une pression extrême. Il devient dès lors interdit au reste des adeptes d'avoir quelque contact que ce soit avec le "renégat". On parle de de lui comme d'un traître, d'un démoniaque, d'un élément dangereux et nuisible.

Il faut ajouter à cela que le "renégat" n'a pas d'autres amis ou de référents que ceux que la secte lui a fournis pendant des années, c'est pourquoi cela peut provoquer des sentiments de culpabilité, de crainte, de vide intérieur, etc. Peuvent s'ensuivre de graves bouleversements de personnalité qui consuisent parfois jusqu'au suicide...

Dans une église sectaire il sera traité d'apostat, de brebis galeuse, d'élément nuisible et autres noms d'oiseaux. Subtilement ou plus directement, on persuadera le reste des fidèles de ne pas prendre contact avec lui. Il arrivera que les membres d'une même famille, professant ce genre de pseudo-foi chrétienne, cesseront toute relation les uns avec les autres.

Celui qui abandonne l'église sectaire, même si c'est pour intégrer une congrégation chrétienne, est pour ainsi dire perdu: "il est devenu un religieux", "il n'a jamais vraiment été des nôtres". On l'assassine deux fois: une première fois par l'abandon et l'exclusion, et une seconde avec des mots cruels et impitoyables qui vont le suivent, sans qu'il ait par surcroit le droit de se défendre. La condamnation et la crainte qui vont poursuivre ceux qui essayent de quitter la pseudo-église peuvent également causer de graves troubles émotionnels.

Commentaire Final
Mon désir est que par ces mots Dieu puisse vous aider, chers lecteurs, à ne pas tomber dans les griffes d'un groupe sectaire ou despotique, et si vous y êtes y est déjà, au moins puissiez-vous avoir les idées claires. Si un jour vous devenez la victime d'un des comportements décrits plus haut, vous ne pourrez pas dire que vous n'aviez pas été avertis !

Voici une citation pour nous aider à réfléchir encore dans ce sens: "On doit être plus vigilant face aux insensés que face aux méchants" (D. Bonhoeffer, pasteur protestant assassiné par les Nazis - il a fait partie de cette minorité qui a élevé la voix pour dénoncer l'antisémitisme et l'Holocauste)

(A leur demande - afin que nous convenions aux règles du net concernant les sources - le nom de l'auteur et du traducteur ont été effacés par l'équipe de la modération)


(Cristianismo-Primitivo.org) ajouté le 2003-06-05



J'y ai trouvé beaucoup de points communs avec l'ECOF.

http://www.bethel-fr.com/voxdei2/affich ... id=6041.98

pascal
Messages : 98
Inscription : mar. 22 juin 2004 15:59

Message par pascal » ven. 30 juil. 2004 20:21

merci donc, si possible, d'étayer les points communs entre le texte récemment cité sur les sectes et les églises sectaires et l'ECOF, afin qu'un dialogue constructif puisse s'installer sur les sujets soulevés.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Message par Monique » lun. 09 août 2004 13:44

Pascal demande :
« merci donc, si possible, d'étayer les points communs entre le texte récemment cité sur les sectes et les églises sectaires et l'ECOF, afin qu'un dialogue constructif puisse s'installer sur les sujets soulevés. »
Je ne vais pas tout reprendre, cela demanderait beaucoup de temps et de place sur le forum ; mais chacun peut relire ce qui a été dit sur l’ECOF sur ce forum en ayant à l’esprit ces 8 points.

Mon témoignage sur l’ECOF va de 1991 à 2000.
Peut-être que les choses ont changé en bien depuis, si cela est, je m’en réjouis.

Introduction : [/b
]« Les arguments avec lesquels, comme chrétien, tu vas te confronter ne sont pas des idées mondaines, mais des versets de la Bible mal compris ou manipulés par des idées d'hommes »


Antoine fil « pour une réponse orthodoxe aux besoins spirituels en Europe »
« Quant à Germain il s'est marié "secrètement" étant évêque puis quand le scandale a éclaté il a divorcé. Mais je l'ai entendu dire " que celui qui n'a jamais péché me jette la première pierre". Il a comme ça certaines façons de récupérer l'Evangile à son profit qui sont bien tristes. »



2/ VICTIMISATION
"... car ce n'est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné..." (2 Tim 1:7)

Une église sectaire se déclare souvent elle-même victime de la prétendue religiosité ou du pharisaïsme du reste des églises de sa localité. Le dirigeant de cette église est victime de l'incompréhension des autres, il est la cible de leurs critiques. De cette manière, les relations avec d'autres églises, que l'on nommera de manière euphémique "des ennemis", seront réduites au minimum. Il deviendra alors très difficile au membre en recherche d'abandonner l'église et de chercher des alternatives véritablement chrétiennes. Les dirigeants de ce type d'églises utilisent la manipulation émotionnelle, la peine ou la pitié, en se faisant eux-mêmes passer pour des victimes.


Discours souvent entendus à l’ECOF :
« les autres orthodoxes » ne veulent pas de notre existence, ils font tout pour nous mettre des bâtons dans les roues. » « nous sommes le petit reste persécuté par nos propres frères »
L’évêque se fait souvent passer pour une victime : « le pauvre, il est toujours seul, comprenez-vous, il n’a personne à qui parler de ses problèmes puisque les autres ne nous acceptent pas. C’est très lourd pour lui, il faut le comprendre, il faut lui pardonner.

Volodimir: fil « pour une réponse orthodoxe aux besoins spirituels en Europe »
« Contrairement à Mgr Photios du boulevard Sébastopol (qui a eu des enfants et s'est marié), qui s'est retiré, Mgr Germain ne pouvait le faire, car il n'avait pas d'autre évêque pour guider cette communauté, Mgr Photios a pu laisser le troupeau raisonnable à Mgr Filarete. »
Le pauvre ! , a-t-il jamais eu l’intention de se retirer si la communauté avait été prise en charge par un autre pasteur ?


3/ MANICHÉISME

« Une église sectaire se caractérise également par le trait suivant: elle prétend être la plus réveillée spirituellement, la plus libre, la plus spirituelle


Discours souvent entendus à l’ECOF :
« notre église est bien plus vivante ; les autres orthodoxes ont laissé la vérité se recouvrir d’un tas de vieilleries qui empêchent de la reconnaître et de la vivre ; ils ont gardé toute la vérité, mais ils l’ont enfermée dans un coffre et se sont assis dessus ! »

« Les responsables de ces congrégations ont ainsi créé leur petite "bulle" où personne ne vient les tracasser ou les confondre. »

Voir tous les messages de Jean-Louis Palierne nous expliquant comment l’ ECOF s’est coupée du reste de l’orthodoxie grâce à sa liturgie, et s’est créé une bulle où elle vis en vase clos.



4/ "LEADERSHIP" INCONTESTÉ

Tandis qu'il est intransigeant avec ceux qui commettent des erreurs, on doit en revanche lui pardonner toutes ses folies, ses erreurs ou ses fausses prophéties. En fin de compte, dira-t-on dans l'église sectaire: "il est humain".

………
Isolé même dans son mouvement, le "leader" d'un tel groupe n'aura personne à qui rendre compte de ses procédés arbitraires et de ses comportements irresponsables. Un bon conseil: fuyez comme la peste les églises où le pasteur ou le "leader" n'ont personne à qui rendre des comptes.

……….
. Comme nous l'avons déjà dit, remettre en question l'avis d'un de ces petits "papes", ou penser différemment, même sur des questions doctrinales secondaires, signifie l'expulsion pure et simple de la congrégation et la rupture du contact avec le reste des fidèles.



A l’ECOF, celui qui met en cause une parole ou un acte de l’évêque est considéré comme renégat ; il n’est pas écouté et n’a plus le choix que de partir ou se taire.
Par contre tout doit être pardonner à l’évêque quelles que soient ses fautes (et il y en a de très graves sur le plan de la foi et des canons), parce qu’il est humain et qu’on n’a pas le droit de juger son père.

L’évêque de l’ECOF ne rend de compte à personne, ni a un synode (même quand il était dépendant du synode de Roumanie) , ni à son conseil épiscopal qui n’a qu’un rôle de conseil.


5/ "LAVAGE" DE CERVEAU
"... ne devenez pas esclaves des hommes..." (1 Cor 7:22)
Dans une congrégation sectaire, par peur de déplaire aux hommes, le membre acceptera des doctrines, des pensées et des idées humaines revêtues de piété, même si elles lui semblent folles au premier abord


J’ai vécu cela et j’ai accepté des pensées et des idées que je n’aurais jamais acceptées dans une autre circonstance ; suis-je la seule ?

8/ ABANDON DU GROUPE

Dans une église sectaire il sera traité d'apostat, de brebis galeuse, d'élément nuisible et autres noms d'oiseaux. Subtilement ou plus directement, on persuadera le reste des fidèles de ne pas prendre contact avec lui. Il arrivera que les membres d'une même famille, professant ce genre de pseudo-foi chrétienne, cesseront toute relation les uns avec les autres.


Discours souvent entendus à l’ECOF : « il n’était pas vraiment des notre » « il n’avait pas notre mentalité »
Et mêmes petites phrases reprises pour inciter quelqu’un à partir.

Jean-Louis Palierne
Messages : 1044
Inscription : ven. 20 juin 2003 11:02

Message par Jean-Louis Palierne » lun. 09 août 2004 17:48

Irène Monique a cité :
Antoine fil « pour une réponse orthodoxe aux besoins spirituels en Europe »
« Quant à Germain il s'est marié "secrètement" étant évêque puis quand le scandale a éclaté il a divorcé. Mais je l'ai entendu dire " que celui qui n'a jamais péché me jette la première pierre". Il a comme ça certaines façons de récupérer l'Evangile à son profit qui sont bien tristes. »
Ce n'est pas tout à fait ainsi que les choses se sont passées. La nouvelle du mariage de l'évêque Germain a éclaté à un moment où la communauté des fidèles de l'ECOF se plaignait depuis quelque temps de ce que son évêque s'intéresse de moins en moins à son rôle d'évêque. L'ÉCOF ne le voyait plus beaucoup. Ce n'est pas seulement le principe même s'opposant au mariage d'un évêque qui était en cause, c'était aussi la personne de l'épousée, et la nature des "autres activités" de l'évêque.

Au même moment l'Église serbe était sur le point d'accorder sa protection canonique à l'ÉCOF en dépit des objurgations de toutes les autres Églises orthodoxes (et l'ÉCOF avait été chassée quelques années auparavant par l'Église de Roumanie, qui n'a jamais voulu fournir aucune explication). C'est la diffusion de l'information (et de la preuve) du mariage de l'évêque Germain qui a fait avorter sa reconnaissance par l'Église serbe.

Il y a eu une série d'explications véhémentes, et le Conseil épiscopal a décidé que l'évêque ne devrait plus célébrer (!!!!). Je ne connais pas tous les épisodes.

L'évêque a plaidé devant la justice civile qui ne pouvait que lui donner raison étant donné les statuts de l'ÉCOF. Il a alors pu reprendre possession de "son" église. Les protestataires qui avaient tenté de le rappeler à l'ordre n'étaient plus que des perturbateurs.

C'est alors qu'on a appris que l'évêque Germain avait divorcé.

La majorité des fidèles et des clercs ont tenté de reconstituer une "autre ÉCOF" ailleurs. Ils ont longtemps pu se prévaloir d'une tolérance accordée par l'Église serbe, qui leur avait même un moment fourni une église, mais ce groupe d'ex-écofiens reste bloqué sur son espoir de célébrer la soi-disante "Liturgie des Gaules".
Jean-Louis Palierne
paliernejl@wanadoo.fr

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » lun. 09 août 2004 18:44

Si j'ai commis une erreur de direction ou de chronologie dans le labyrinthe des frasques de Germain , je vous prie de bien vouloir excuser mon sens de l'orientation trompé par certains épisodes dont les pistes ont été volontairement brouillées.

L'analyse que fait Irène-Monique me semble importante et bien argumentée avec la justesse d'un contenu réellement vécu.

Jean-Louis Palierne
Messages : 1044
Inscription : ven. 20 juin 2003 11:02

Message par Jean-Louis Palierne » lun. 09 août 2004 19:59

Ce qu'il ne faut pas omettre, je pense, c'est :

1. Que Germain depuis longtemps trompe son monde sur quelque chose de beaucoup plus important que sa vie privée : il cache que depuis lontemps il se fait passer pour un prophète de révélations faussement mystiques dans des cercles tout à fait extra-ecclésiaux. Ce que son mariage éphémère avec une manifestation de l'Esprit divin rendait évident.

2. Que la majorité des fidèles de l'ÉCOF l'ont quittée en bloc (y compris le noyau pur et dur de quelques fondateurs), et que les rares qui subsistent sont ceux qui ont accepté d'être bernés.
Jean-Louis Palierne
paliernejl@wanadoo.fr

Philarethe
Messages : 17
Inscription : jeu. 29 juil. 2004 16:47

Message par Philarethe » mar. 24 août 2004 15:41

Pris sur le site de l'ECOF:

14/18 mars 1988



V - Compte-rendu de réunion

PROCèS-VERBAL OFFICIEL DES DISCUSSIONS TENUES A BUCAREST

REDIGé PAR LE SECRéTAIRE DU SAINT-SYNODE DE ROUMANIE.

(...)

- Nous renonçons définitivement à la "Synaxe diaconale"[3]



- Nous suivons les principes du sanctoral dans le calendrier orthodoxe.



- Nous respectons les règles canoniques orthodoxes concernant la confession et la sainte communion.


(...)

5. Suite aux observations faites dans le passé à propos des conceptions personnelles de Mgr l'Evêque Germain en matière de théologie, et de ses prétendues implications dans telle ou telle association extra-ecclésiale (ésotériques, occultistes etc.) on a analysé tous les aspects du problème.



Mgr l'Evêque Germain a présenté les explications suivantes :



- Je réaffirme mon plein attachement à l'enseignement de la foi et à la pratique orthodoxes. Je suis déterminé à procéder de façon à infirmer dans toute la mesure du possible les accusations à mon encontre tant par mes actes que par nos publications. Je veillerai au contenu des éditions et des revues pour qu'elles contiennent les thèmes de la pensée orthodoxe traditionnelle ayant en vue leur orientation vers les préoccupations de l'Orthodoxie contemporaine. J'encouragerai par tous les moyens dont je dispose le clergé et les fidèles dans cette voie.



6. Concernant les relations avec les autres communautés orthodoxes : nous sommes conscients du fait que par certaines de nos erreurs nous n'avons pas réussi jusqu'à présent à convaincre tous nos frères de notre Orthodoxie.



- Nous assurons à nouveau aujourd'hui le Saint Synode de l'Eglise Orthodoxe Roumaine de notre pleine adhésion à la doctrine et à la pratique orthodoxes. Nous demandons à nos frères orthodoxes de ne plus nous rejeter, d'accepter de parler avec nous et de travailler ensemble, afin que nous puissions jouir d'une pleine communion avec eux et voir notre Evêque siéger au sein du Comité inter-épiscopal orthodoxe de France. Nous espérons, qu'en nous tenant à ce qui vient d'être dit, nous aboutirons à ce but béni par Dieu.



Ce document sera publié et soumis au Saint Synode qui jugera de son application.

(Suivent le signatures des quatre évêques roumains et des quatre délégués français).

______________________________________________________________________________________

Philarethe
Messages : 17
Inscription : jeu. 29 juil. 2004 16:47

Message par Philarethe » mer. 25 août 2004 11:40

Toujours par le même moyen de recherche, ceci est publié dans une revue maçonne, où M. Var semble établir une "symphonie" entre la franc-maçonnerie et l'Eglise Orthodoxe !
Quelqu'un aurait-il ce texte ?

R.T., n° 107-108, juillet/octobre 1996.

Voici une superbe livraison de R.T. avec une étude remarquable et passionnante de Pierre-Yves Baurepaire, intitulée Une rencontre insolite : Nobles Jeux de l'Arc et Loges maçonniques au XVIIIe siècle.


Pierre Mollier étudie comment L'Aigle à deux têtes est devenu l'emblème du système de hauts grades maçonniques le plus pratiqué dans le monde, le R.E.A.A., depuis la naissance de la position héraldique de l'aigle à deux têtes chez les Hittites, jusqu'à ses débuts en maçonnerie au cours du XVIIIe siècle. Un voyage passionnant dans l'histoire.

Dans une autre contribution, Pierre Mollier continue son étude du grade de Chevalier du Soleil, commencée dans le n°91-92. Cette étude est désormais indispensable à tous ceux qui sont concernés par ce grade, quelle que soit la place du grade dans le rite pratiqué, certains rites le mettant en évidence, d'autres le laissant tomber.

Jean-François Var s'attaque à un gros morceau en voulant étudier les rapports entre l'Église orthodoxe et la Franc-Maçonnerie, et tend à mettre en évidence l'harmonie, il parle même de "symphonie" entre l'Orthodoxie et la Franc-Maçonnerie.

Yvette Le Quéré
Messages : 6
Inscription : lun. 26 juil. 2004 18:20

ECOF

Message par Yvette Le Quéré » mer. 08 sept. 2004 17:36

En réponse aux remarques échangées à propos de
l'Eglise orthodoxe de France

En prenant connaissance des remarques échangées sur ce site, je me suis étonnée de l'acharnement pathologique des uns et des autres contre l'ECOF, alias l'Eglise catholique orthodoxe de France, alias l'Eglise orthodoxe de France. Étonnée, non pas de voir cette Eglise traînée dans la boue, car il y aura toujours des personnes qui penseront se valoriser en essayant de rabaisser leur prochain, mais étonnée de constater que ceux qui l'y traînent se prétendent des chrétiens orthodoxes ! Je me demande de quelle orthodoxie il s'agit ? Si elle se veut chrétienne, voici donc une nouvelle catégorie de chrétiens.

Pour ma part, je suis membre de Eglise orthodoxe de France depuis bientôt quarante ans, et nombreux sont ceux que j'ai vu venir et partir... Et pourquoi pas ? L'Eglise n'est pas une prison, et chaque personne - sur qui Dieu veille - n'a-t-elle pas son chemin ?

J'ai donc appris récemment sur ce site - « grâce » au prénommé Antoine - que 1'ECOF est composée de défroqués catholiques légalisant des situations de concubinage ; de divorcés remariés ; de gourous en tous genres ; de tripatouilleurs financiers ; de mystiques à bon marché ; de prophètes à la noix ; de profs en mal de reconnaissance, etc. J'étais un peu décontenancée à la lecture de cette énumération lorsque, cherchant dans quelle catégorie me classer, je vis, quelques lignes plus loin, qu'Antoine avait tranché : je fais partie d'un tas d'immondices. Je n'en suis pas troublée. L'Evangile selon saint Matthieu (22, 8-14) nous apprend, à propos des invités aux noces que le roi dit à ses serviteurs : « Rendez-vous donc aux carrefours, et tous ceux que vous trouverez, invitez-les aux noces ». Ces serviteurs s'en allèrent par les rues, rassemblèrent tous ceux qu'ils trouvèrent, mauvais comme bons, et la salle des noces se remplit de convives ». Il en est ainsi de l'Eglise. Espérant être revêtue de « l'habit de noces », l'immondice que je suis a la certitude que le Roi Qui est venu vers nous, Qui nous invite à Son Banquet et Qui est descendu jusqu'aux enfers, le Christ béni, viendra me chercher là où je suis, et aussi bas que je me trouve dans le tas d'immondices. Et Antoine n'y pourra rien. Qu'il se souvienne donc, lui, le riche, du pauvre Lazare.

« Quoi de moins orthodoxe que l'ECOF ? », demande-t-il ? L'on peut répondre : « Antoine, apparemment ! » En effet, où dans les Evangiles, chez les Pères de l'Eglise, dans quelle Eglise orthodoxe en France ou dans le monde recommande-t-on de mépriser son prochain, de l'injurier, de médire, de calomnier, de propager des on-dit malveillants ? « Où est le Christ dans tout ça ? » L'infaillible Antoine répond à cette question posée par un internaute en faisant l'apologie du travail matériel de certaines personnes ! Mais, comme disait Maître Eckhart qui était chrétien, mais pas « orthodoxe » au sens où Antoine l'entend : « Ne t'imagine pas mettre la sainteté en tes œuvres ; il faut mettre la sainteté en ton être ».

Ainsi, certains internautes semblent avoir remplacé notre Dieu Vivant par une idole : « la vraie orthodoxie ! » Ils ont élaboré un système (orthodoxe ?) dont il résulte que l'Esprit Saint ne souffle plus où Il veut, mais où, quand et comme le veulent ces « savants » que leur érudition égare. Ils collectionnent les connaissances des autres, font état d'expériences qui ne sont pas les leurs, qui ne leur appartiennent pas, mais dont cependant ils se glorifient. Or, « Se croire quelque chose alors qu'on n'est rien, c'est s'abuser soi-même » (Galates 6, 3). Et l'on retrouve dans leurs diatribes contre l'ECOF tous les défauts contre lesquels les Pères de l'Eglise mettent en garde : la colère, la haine, l'agressivité, la dureté de cœur, le jugement du prochain, la médisance et la calomnie, etc. Et l'un d'eux - pourtant au soir de sa vie - a ce cri tragique : « Nous avons besoin d'évêques qui nous aident à nous battre contre nous-mêmes ». Mais, des évêques, qu'en pense-t-il ? « La plupart n'ont été que des évêques médiocres », dit-il ici. Là, il évoque « leurs compromissions et leurs lâchetés » ; ailleurs « leurs complaisances pour les shows œcuméniques », etc. En bref, les évêques posent problème... Mais si ces internautes étaient des saints, ils pourraient les aider... Car, d'une part, les évêques sont des hommes comme nous, pécheurs, et, d'autre part, qui a vraiment conscience de ce que portent les évêques, ces pasteurs qui sont à la tête d'un troupeau et d'une Eglise ?

Les Pères nous incitent d'abord à nous mettre à l'écoute du Verbe de Dieu, à invoquer l'Esprit Saint et à nous approcher des Saints Mystères. C'est ce que l'Eglise orthodoxe de France propose en mettant l'accent sur la sainte Liturgie et les Sacrements. Mais, voici qu'intervient Jean-Louis Palierne, que j'ai connu jadis à la cathédrale Saint-Irénée, et dont j'apprécie les traductions. Cependant, il raconte l'histoire de l'ECOF à sa manière et critique tout sans bienveillance, dont notre Sainte Liturgie. En voici deux exemples (entre autres). « Ces textes ne sont pas le fruit d'une longue tradition orthodoxe, mais la création de quelques individus pressés par le besoin d'alimenter une opération ecclésiastique ». Il est indéniable que l'on juge les autres d'après soi-même, car ceux qui ont connu Monseigneur Jean de Saint-Denis et Maxime Kovalevsky ne les reconnaissent pas dans cette description : ils n'étaient pas des hommes politiques, cette politique fut-elle ecclésiastique. Ils étaient de vrais chrétiens orthodoxes, fervents, ardents et généreux, des théologiens, des artistes et des liturgistes. Or, n'est pas liturgiste qui veut, et je me permets de douter que Jean-Louis Palierne possède les qualités requises. Il ne lui reste donc que la critique : « Ces textes sont accompagnés d'un ensemble d'usages et de pratiques exaltant unilatéralement l'esprit communautaire ». Ainsi, certains mouvements de l'assemblée et certains répons seraient « excessifs », tels « le baiser de paix transmis depuis l'autel à l'ensemble de la communauté, c'est excessif ; le triple Amen lancé par la communauté à l'anaphore, c'est excessif, mais l'ensemble de ces excès avec quelques autres finit par créer une participationnite obsédante, etc. Voici donc une opinion personnelle qui, comme telle, aurait pu être exprimée plus modestement. Pourquoi se placer au-dessus de tous, absolutisant, jugeant et condamnant avec des arguments qui n'en sont pas ? Chaque personne ne peut-elle avoir sur le sujet une opinion différente ? Ainsi, pour ma part j'apprécie ce rituel. Les mouvements de l'assemblée - si symboliques - m'ont beaucoup apporté et m'ont aidée à m'approcher des Saints Mystères. Dieu ne nous a-t-il pas donné « la vie, le mouvement et l'être ? ». De même, le triple « Amen ! » à l'anaphore - qui témoigne de l'adhésion et de la Foi de toute l'assemblée - n'est pas pour moi excessif, mais très important et beau. Jean-Louis Palierne souhaiterait-il le retour des messes basses de l'Eglise de Rome ? Aurait-il la nostalgie de l'immobilité de l'assemblée au temps de l'Eglise enseignante et de l'Eglise enseignée ? Pourquoi pas ? Mais, ceci est un problème qui lui est personnel. Pour sa part, le Père Justin Popovitch dit que l'Européen est individualiste.

Peut-être cette participationnite pourrait-elle l'aider à briser son enfermement et à le sortir de son quant-à-soi pour peu qu'il veuille bien participer de bon gré et simplement au rituel en s'abstenant d'un perpétuel jugement ? Qui sait ? Pourquoi pas ? Et pourquoi toutes ces critiques incessantes et subjectives ? A qui, à quoi et en quoi sont-elles utiles ?

Et qu'en est-il des premiers chrétiens qui n'avaient pas autant de « savoirs » livresques que certains internautes et qui ne bénéficiaient pas d'une longue tradition liturgique ? Les saints et les martyrs qui ont confessé la Foi dans les supplices et dans l'arène - comme à Lyon, en 177, Blandine dont l'atroce martyre fait frémir - étaient-ils donc des imposteurs ? Ces internautes qui - dans l'anonymat et confortablement installés devant leur ordinateur - affirment avec tant de fougue et de hauteur leur « orthodoxie » et pourfendent l'orthodoxie des autres, pourrait-on de nos jours (ce qu'à Dieu ne plaise) les mener dans l'arène pour y être livrés aux bêtes ? Bah ! Il faudrait d'abord savoir qui ils sont, puis les attraper, car ils auraient tôt fait d'abandonner témoignages et critiques pour fuir à toutes jambes se cacher au fond des bois. Ne se cachent-ils pas déjà sur ce site sous des prénoms ou des pseudonymes ? Si l'on pouvait se hasarder à avoir d'eux une opinion, l'on pourrait les soupçonner d'avoir une érudition bien superficielle, car apparemment elle ne leur sert à rien, ni à eux ni à personne. Sans charité ni rien qui lui ressemble, leurs discours enflammés qui vilipendent leur prochain n'édifient pas, ils détruisent et les détruisent eux-mêmes, ce dont ils semblent ne pas avoir conscience. Mais, ne jugeons point... Par le Baptême nous avons revêtu le Christ et se livrer à l'ascèse selon les Pères est plus difficile que de s'abandonner aux bavardages malveillants pour « refaire le monde et l'Eglise », ce qui engraisse le vieil homme dont, au contraire, il conviendrait de se dépouiller.
En conclusion de ces quelques lignes, je me permets d'informer les participants à ce Forum qu'ils peuvent avoir un aperçu de la vie et de l'Histoire de l'Eglise orthodoxe de France en prenant connaissance de nos sites :

http://orthodoxie.free.fr
http://orthodoxie-france.ifrance.com
http: //pagesperso.laposte.net/orthodoxie

Ils y trouveront, entre autres, des extraits de l'ouvrage de Maxime Kovalevsky : « Orthodoxie et Occident - Renaissance d'une Eglise locale » ; des documents officiels sur notre Eglise ; des textes relatifs à notre Sainte Liturgie, etc.

Que Dieu voit et nous sauve tous !


Anne-Yvette Le Quéré
14è dimanche après la Pentecôte
Le lys des champs
5 septembre 2004


P.S. : J'espère que cette mise au point ne disparaîtra pas de ce site, comme en a disparu ma première lettre en réponse à Antoine au sujet du film La Passion du Christ de Mel Gibson.

Répondre