Ecof

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Yvette Le Quéré
Messages : 6
Inscription : lun. 26 juil. 2004 18:20

ECOF

Message par Yvette Le Quéré » lun. 11 oct. 2004 19:42

FORUM


(10.10.09)

Yvette Le Quéré

A propos de l’ECOF, merci, Antoine, d’avoir apporté au Forum la preuve que le Patriarcat de Bucarest n’a pas intenté de procès à l’encontre de S.E. Monseigneur Germain et qu’en conséquence ce dernier n’a pas été déposé.


En effet, vous citez : " Le Saint Synode dans sa session de travail du 23.1.93, etc. ". Or, ce n’est pas dans une session de travail et en l’absence de l’accusé que l’on peut déposer un évêque, a fortiori le seul évêque d’une Eglise naissante ou renaissante que l’on abandonne ensuite. Un acte aussi grave que la déposition d’un évêque ne peut résulter que d’un jugement rendu par les évêques réunis en Synode et au cours d’un procès en bonne et due forme, en présence de l’accusé qui, au préalable, aura eu la possibilité d’organiser sa défense comme il l’entend. Aucun procès n’ayant eu lieu, les explications données par le Patricarcat de Bucarest pour justifier cette soi-disant déposition sont sans valeur canonique et sans effet.


D’autre part, l’opinion personnelle de tel ou tel évêque - qui n’a pas pris la peine d’examiner le fond du problème - ne peut être considérée que comme une prise de position parmi d’autres. Car l’on juge un évêque lors d’un procès, et non en citant les textes de quelques canons.


L’on constate donc que S.E. Monseigneur Germain n’a pas été déposé, mais rejeté et abandonné par ses frères en Christ et dans l’épiscopat au cours d’une session de travail du Saint-Synode de l’Eglise de Bucarest qui a cédé à la pression de l’Eglise de Constantinople, laquelle a cédé à la pression de l’Eglise de Rome. Et ceci pour des questions de territoires juridictionnels et de politiques ecclésiastiques de ces deux Eglises aux mêmes prétentions hégémoniques. Notre Eglise catholique orthodoxe de France a été rejetée et abandonnée de la même manière et pour les mêmes raisons.



Yvette Le Quéré

19è Dimanche après la Pentecôte

Le Banquet eschatologique

Ste Telchide, abbesse de Jouarre

10 octobre 2004

Jean-Louis Palierne
Messages : 1044
Inscription : ven. 20 juin 2003 11:02

Re: Réception des hétérodoxes

Message par Jean-Louis Palierne » lun. 11 oct. 2004 20:36

Jeanne Saint Gilles a écrit :
Jean-Louis Palierne a écrit :je cite à nouveau le texte qui me paraît le plus clair sur ce point, il est du pape de Rome saint Grégoire le Grand :
Nous avons appris de l'enseignement ancien des Pères que tous ceux qui ont été baptisés dans l'hérésie au nom de la Trinité, lorsqu'ils re-viennent à la sainte Eglise, doivent être rappelés dans le sein de la mère Eglise, soit par l'onction du Chrême, soit par le toucher de la main, soit par la profession de la foi. C'est pourquoi l'Occident régénère les ariens par le toucher de la main, l'Orient par l'onction du saint Chrême en vue de l'entrée dans l'Église catholique. Mais les monophysites et d'autres, elle les reçoit par une simple profession de la vraie foi, parce que le saint Baptême qu'ils ont reçu chez les hérétiques reçoit alors les forces de la purification lorsque les uns ont reçu l'Esprit Saint par l'imposition de la main, et que les autres ont été unis au sein de l'Église sainte et uni-verselle par la profession de la vraie foi.
.
Je m'étonne de voir la profession de foi figurer parmi les modes de réception des hérétiques... En quoi s'agit-il d'un mystère que quelqu'un lise le symbole de Nicée...
Ce qui étonne ici Jeanne c'est la position des saints canons de l'Église orthodoxe, telle que les Pères l'ont reçue de la Tradition non-écrite.
Par ailleurs, aujourd'hui la réception de certains catholiques sans chrismation et sans baptême pour peu qu'ils aient été confirmé ne laisse-t-elle pas à entendre que la Grâce est présente au sein de l'Eglise catholique... Je trouve l'usage de la profession de foi générateur de confusion tout comme celui de la concélébration pour les clercs.
Ce qui donne une impression de confusion, ce sont les commentaires qui en sont donnés, qui ne sont pas conformes à la Tradition.
Jean-Louis Palierne
paliernejl@wanadoo.fr

Claude le Liseur
Messages : 4154
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » lun. 11 oct. 2004 22:28

Yvette Le Quéré écrit joliment:

A propos de l’ECOF, merci, Antoine, d’avoir apporté au Forum la preuve que le Patriarcat de Bucarest n’a pas intenté de procès à l’encontre de S.E. Monseigneur Germain et qu’en conséquence ce dernier n’a pas été déposé.

La preuve qui a surtout été apportée, c'est que le patriarcat de Roumanie a déposé Mgr Germain qui était un de ses évêques, et ne lui a pas "retiré sa protection canonique".

Aucun procès n’ayant eu lieu, les explications données par le Patricarcat de Bucarest pour justifier cette soi-disant déposition sont sans valeur canonique et sans effet.

Quand un tribunal doit rendre un jugement in absentia ou par contumace, par exemple parce qu'une des parties refuse obstinément de se présenter devant lui, le jugement serait donc "sans valeur et sans effet"? Voilà qui révolutionnerait les codes de procédure.



L’on constate donc que S.E. Monseigneur Germain n’a pas été déposé, mais rejeté et abandonné par ses frères en Christ et dans l’épiscopat au cours d’une session de travail du Saint-Synode de l’Eglise de Bucarest qui a cédé à la pression de l’Eglise de Constantinople, laquelle a cédé à la pression de l’Eglise de Rome.

L'on constate donc que Monseigneur Germain a été déposé en bonne et due forme, que l'ECOF est un diocèse sans évêque qui n'est plus en communion avec l'Eglise orthodoxe, et que si tous les manquements dogmatiques et disciplinaires reprochés à l'ECOF par le patriarcat de Bucarest ont été imaginés sous la pression du Vatican, alors il ne reste plus qu'à en tirer la conclusion que le patriarcat de Moscou, en 1954, ou l'Eglise russe hors frontières, en 1966, étaient aussi à la remorque de ce que vous appelez "l'Eglise de Rome". Ce qui semble vraiment peu crédible.

Madame Le Quéré, puisque vous avez visiblement rompu avec votre décision, manifestée sur ce même fil dans votre message du 19 septembre à 10 heures 30, de ne plus intervenir sur ce forum, vous pourriez faire oeuvre utile en nous expliquant ce qui s'est passé entre 1990, quand l'Eglise de Roumanie a envoyé son dernier avertissement à l'ECOF, et 1993, quand l'Eglise de Roumanie a mis sa décision à exécution. Ou alors en nous parlant de toutes les réunions qui ont eu lieu entre 1972 et 1989 et de tous les engagements pris par l'ECOF et qui ne semblent pas avoir été suivis d'effets.

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » mar. 12 oct. 2004 10:47

Merci à Yvette d'avoir eu l'honnêteté de reconnaître sur ce forum que Germain avait bel et bien été déposé, que la totalité de l'Eglise avait bien ratifié cette déposition et qu'il ne s'agissait donc pas d'une simple rupture de "protection canonique".
Le lecteur peut ainsi choisir en toute liberté de suivre ou non l'Eglise dans sa décision.

Yvette Le Quéré
Messages : 6
Inscription : lun. 26 juil. 2004 18:20

Message par Yvette Le Quéré » ven. 15 oct. 2004 1:04

FORUM

(14.10.04)

Yvette Le Quéré

Réponses succincte aux messages des 7et 11 octobre d'Antoine et de Claude

Claude, vous écrivez : " Madame Le Quéré, puisque vous avez visiblement rompu avec votre décision, manifestée sur ce même fil dans votre message du 19 septembre à 10 heures 30, de ne plus intervenir sur ce forum, etc. " Oui, Claude, contrairement à ma décision, je suis intervenue à nouveau sur ce Forum, car dans un message privé un " modérateur " apparemment revenu à de meilleurs sentiments m’y a fort courtoisement incitée en m’adressant des vœux " de bienvenue sur le Forum que les divergences de point de vue ne peuvent qu’enrichir lorsqu’ils sont honnêtes et argumentés ". Le ton de plusieurs de ses messages privés révélant un homme sympathique fort différent du dragon crachant des flammes qui se manifeste sur le Forum, la vieille dame que je suis s’est laissée attendrir et fléchir, ce qu’elle regrette.


En effet, vous transformez tout ce que l’on vous dit et ce Forum devient ce qu’il ne devrait pas être. Le Forum se prend pour un synode d’évêques, les deux " modérateurs " se prennent pour un Patriarche bicéphale (avec probablement chacun sa tiare, puisque la connexion ne s’est pas faite à mon sujet), les internautes se prennent pour des évêques - parmi lesquels l’on choisit les acteurs de la comedia - ce qui permet à certains de pontifier et de tourner à l’envers toute l’Histoire de l’ECOF. Et tout ceci prend une allure écoeurante, car vous ne respectez pas les personnes. Plusieurs internautes qui ont quitté votre Forum - et m’ont envoyé des E-mail privés à la suite de mes interventions - disent que vous êtes des fanatiques et que vous n’êtes pas chrétiens. Il m’est impossible - pour l’instant - de leur donner tort.


Je ne vois pas très bien ce que j’ai pu écrire qui vous permette d’inverser mes propos. J’ai écrit que Monseigneur Germain n’avait pas été déposé, ce qui est la vérité. Je me répète :



Un acte aussi grave que la déposition d’un évêque ne peut résulter que d’un jugement rendu par les évêques réunis en Synode et au cours d’un procès en bonne et due forme, en présence de l’accusé qui, au préalable, aura eu la possibilité d’organiser sa défense comme il l’entend. Aucun procès n’ayant eu lieu, les arguments donnés par le Patriarcat de Bucarest sont sans valeur canonique et sans effet quant à une déposition.


Vous évoquez un " jugement par contumace ". Je ne suis pas spécialiste du genre, et j’ignore comment cela se passe dans le monde. Dans l’Église, un procès doit avoir lieu pour juger un évêque et éventuellement le déposer. Pour cela, l’on doit d’abord le convoquer à se présenter au procès. Je cite de mémoire : si l’évêque " étant convoqué (à son procès) refuse d’obéir ", il doit être sommé une deuxième fois de comparaître à son procès par " deux évêques à lui envoyés ". " S’il refuse d’obtempérer " il doit être " sommé une troisième fois, deux évêques lui étant encore envoyés ". Je cite de mémoire mais je suis certaine de ne pas me tromper. Je ne crois pas qu’une invitation à se présenter à un procès ait jamais été adressée à Monseigneur Germain, et je suis certaine qu’aucun évêque n’est venu à Paris pour le sommer une deuxième fois, puis une troisième fois de se présenter " à son procès ". D’ailleurs, à ma connaissance, ce mot même de " procès " n’a jamais été prononcé. Alors, certainement, Monseigneur Germain a été jugé, mais non pas " par contumace " car ceci sous-entend un certain préambule lequel consiste notamment en ce que nous décrivons ci-avant : une convocation et, si nécessaire, deux sommations faites chaque fois par deux évêques : rien de tout ceci n’a été fait. D’autre part - et ceci est très important - pourquoi l’exeat que Monseigneur Germain a demandé en 1991 au Patriarcat de Bucarest n’a-t-il pas été accepté ? Il suffisait de le lui accorder et de remettre le sort de notre Église et de notre évêque à un autre Patriarcat. Cet exeat lui fut refusé, mais, par contre, un soi-disant " jugement " a eu lieu au cours d’une séance ordinaire de travail du Saint-Synode, un point c’est tout. Rien de tout ceci n’est canonique, et Monseigneur Germain n’a pas été déposé. Le Saint-Synode du Patriarcat de Bucarest s’est séparé d’un évêque et d’une Église gênants et suscitant un problème politique impossible à résoudre pour ce Patriarcat. Nous n’oublions pas que les pays de l’Est échappaient tout juste au communisme et au martyre, et nous pouvons comprendre leurs difficultés.



Antoine, pourquoi intitulez-vous " Avis d’expertise canonique " ce qui est un " Avis d’expertise canonique du Secrétariat du Saint-Synode ". Et pourquoi l’accompagnez-vous de ces remarques : " On peut se demander pourquoi cet avis d’expertise canonique n’est pas signé directement par le Patriarche roumain. Eh bien tout simplement parce qu’il n’est qu’une simple confirmation administrative de l’avis de déposition qui, lui, est signé par le" avis de déposition ". Non, Antoine, pas " tout simplement ! ". Car il n’y a pas eu de procès ni d’avis de déposition, mais le retrait définitif de " la juridiction canonique de l’Église orthodoxe roumaine à Votre Excellence et à l’Évêché orthodoxe catholique de France ". Si l’on ajoute : " Par conséquent, l’exercice de toute fonction épiscopale vous est désormais défendu " l'on donne à penser que l’on ne connaît rien à la langue française, ce qui n’est pas le cas des Roumains… En effet, les deux mots " par conséquent " et la phrase qui suit sont sans valeur canonique. Car, ce n’est pas parce que un Patriarcat retire sa bénédiction canonique à un évêque et à une Eglise que, ipso facto, un évêque est déposé. Où et quand a-t-on déjà vu cela ?


C’est l’un des secrétaires du Saint-Synode du Patriarcat de Bucarest qui a pris l’initiative - à la demande de qui et pourquoi ? – de se permettre d’éditer, huit ans après la rupture, ce texte sans valeur canonique ! J’ai mon idée sur le sujet, mais parce que les fidèles ne disent rien l’on s’imagine qu’ils ne voient rien et ne comprennent rien… Erreur !



Quant aux deux ruptures avec le patriarcat de Moscou et l’Église russe hors frontières pourquoi oubliez-vous, Antoine, de dire que c’est l’ECOF qui a rompu ? Voilà qui n’est pas bien de votre part, et fort tendancieux... Pourquoi, Antoine ?


Notre Église a été fondée selon les principes proclamés dans le Manifeste de la Confrérie Saint-Photius (cf. notre site : http://orthodoxie.free.fr. ) : Nous proclamons et confessons que l'Église orthodoxe est, dans son essence, la vraie Église du Christ ; qu'elle n'est pas seulement orientale, mais qu'elle est l'Église de tous les peuples de la terre, de l'Orient et de l'Occident, du Nord et du Sud ; que chaque peuple, chaque nation a son droit personnel dans l'Église orthodoxe, sa constitution canonique autocéphale, la sauvegarde de ses coutumes, de ses rites, de sa langue liturgique. Unies dans les dogmes et les principes canoniques, les Églises épousent le peuple de Dieu. Nous nous opposons à toute tentative - que nous condamnons : 1. de limiter l'Église orthodoxe ; 2. de séparer les Églises les unes des autres ; 3. de soumettre une Église à une autre plus puissante.

Le Patriarcat de Bucarest a reproché à Monseigneur Germain d’avoir signé des protocoles et de les avoir " ignorés et transgressés sciemment, faisant preuve de désobéissance et d’insoumission ". Ceci est inexact. Monseigneur Germain a fait preuve de bonne volonté en signant ces protocoles, mais tout en émettant des réserves auprès du Patriarche (cf. notre site Internet). Puis il a rencontré ce que l’on peut appeler " la réalité du terrain ", et s’est heurté aux difficultés. La plupart ont été créées par les évêques des Églises de la Diaspora et par certains membres du peuple de Dieu à lui confié.



Il s’est heurté à l’interdit resté longtemps secret du Patriarche de Constantinople et n’a jamais pu établir de relations ni même de simples contacts avec les évêques des Églises de la Diaspora, et pour cause. J’ai évoqué le problème dans mon précédent message, et il est inutile d’y revenir.



Il s’est heurté à certains membres de notre Église, dont les ressentiments étaient alimentés et aiguisés par les articles du SOP et des contacts avec certains membres de la fraction de l’Église russe ayant quitté le Patriarcat de Moscou pour se rattacher au Patriarcat de Constantinople. Et puisque vous évoquez cette réunion de juin 1983, permettez-moi de reproduire ci-après quelques extraits d’une lettre que j’adressai, en 1999, à un contestataire qui remettait, comme vous, " la question sur le tapis " (pardonnez cette expression triviale, mais vraiment en voilà assez !).


REMARQUES

sur

LA LETTRE D'UN MÉCONTENT A PROPOS

DU RAPPORT DE 1983

(Extraits d'une réponse d'avril 1999)




"Le dossier de 1983 n'est pas sans intérêt, car ses rédacteurs, dans le dernier paragraphe, sans le savoir et par conséquent sans le vouloir, ont rendu à l'évêque le meilleur hommage que l'on puisse lui rendre :


"(...) d'une part, il y avait un être sincère qui faisait ce qu'il pouvait et qui nous émouvait, d'autre part, il y avait un homme inatteignable, qui se trouvait "au- dessus", n'entendait rien, et qui semblait contempler son propre esprit ("n'entendait rien" est une interprétation personnelle, "son propre esprit" aussi)."


"On décrit là un véritable évêque : à la fois un être sincère qui fait ce qu'il peut, et un homme spirituel qui contemple et place devant Dieu les problèmes de Son peuple. Traditionnellement, dans l'Église orthodoxe, on compare l'évêque à l'aigle qui vole dans les hauteurs, veille et surveille de son oeil perçant sa couvée. (...) Il ressort donc de tout ceci que l'évêque a agi comme un véritable évêque. Or, voulons-nous d'un véritable évêque ? La question est là. (...) L'Église est non monarchique et non démocratique : l'Église est la communion des saints. L'Église est hiérarchique aussi, et l'évêque n'a pas à rechercher un consensus avec les fidèles dont il a la charge, mais avec les autres évêques, dans l'amour. C'est pourquoi le rejet total (...) de Mgr Germain par les évêques de l'émigration a tant choqué les fidèles de notre Église (...).


- "Insuffisance ou absence de vie conciliaire à l'intérieur et à l'extérieur de l'Église" :

. "Mgr Germain agit comme un homme seul : comment pourrait-il agir autrement puisqu'il a toujours été seul à son niveau hiérarchique ; ne se concerte pas avec ses clercs et ses fidèles : Mgr Germain n'a jamais fermé sa porte à quiconque, tout le monde peut s'entretenir avec lui ; ses relations avec les autres sont toujours personnelles ; les relations personnelles n'ont pas l'objectivité des relations à caractère conciliaire : les fidèles entre eux ont-ils des relations conciliaires ? Trois veulent ceci, dix veulent cela, vingt veulent autre chose et pour le reste la moitié a autant d'opinions qu'il y a de personnes et l'autre moitié n'en a pas ! Et l'évêque devrait donner satisfaction à tout le monde ? Combien de fois l'ai-je entendu dire à Saint-Irénée : "Mes amis, essayez de vous entendre. Essayez de vous supporter les uns les autres". (...) Il s'est toujours activement occupé de l'essentiel : enseigner, entraîner tous à participer à la Divine Liturgie et à recevoir les Sacrements, présider l'Églises, accomplir sa mission dans le monde dans tous les milieux.

. "Il est significatif qu'il n'y ait en général aucun texte sanctionnant les décisions prises en Assemblée générale de l'Église ou du clergé : cette phrase est surtout significative d'un manque de prise de conscience de la réalité chez les contestataires (...). Qui aurait dû rédiger tous ces rapports ? L'évêque peut-être ? (...) Il n'y avait personne pour effectuer ce travail. Pourquoi n'as-tu jamais proposé tes services ?

. "Le Christ n'a jamais institué un apôtre seul, mais douze, pour qu'ils puissent se vérifier et se corriger les uns les autres : à qui la faute si Monseigneur Germain est resté seul ? En 1983, je crois que l'on avait enfin appris l'existence de la lettre du patriarche de Constantinople (du 20 juin 1975) interdisant aux autres évêques d'avoir le moindre rapport avec Mgr Germain? Si on la connaissait, pourquoi ces réflexions ? Si on ne la connaissait pas - mais on la connaît aujourd'hui - pourquoi cette remarque ?


- "Désordres moraux" :

. "(...) Au sein du clergé et dans certaines oeuvres de notre Églises, il y a depuis de nombreuses années un grand laxisme dans les moeurs. (...) Personnellement, je venais à l'église pour participer à la Divine Liturgie, aux Offices, et pour rendre quelques services. Je n'ai rien remarqué (...). Je ne veux rien justifier, mais qui suis- je pour juger mon frère ?


- "Confusion entre l'esprit missionnaire et "l'idéologie" de l'Eco" :

. "(...) Il n'y a pas une idéologie de l'Eco. Il y a la fondation d'une Église conformément à la Foi. Il est regrettable qu'on appelle cela une idéologie ! (...) Tout n'est pas justifiable et nous n'avons pas toujours raison. Nous faisons parfois preuve d'arrogance, nous péchons souvent par ignorance et immaturité : c'est vrai, mais ce sont des péchés de jeunesse que l'on regrette, et qui peuvent être pardonnés (...) C'est une erreur de croire que notre Église et l'orthodoxie occidentale puissent vivre et se développer en dehors de l'orthodoxie universelle ou même contre celle-ci : qui a prétendu et cru cela ? Et que signifie l'orthodoxie universelle sinon la pensée universaliste des participants à cette réunion qui ne comprennent pas ce qu'est la catholicité ? (...) ; l'arrogance ou le mépris à l'égard des autres : si certains ont été arrogants et méprisants c'est regrettable, mais ce n'est pas le fait de tout le monde. (...) L'Église de France ne doit pas se faire à tout prix : elle doit se faire en appliquant l'Évangile : tout à fait d'accord, et cela dépend aussi de chacun d'entre nous (...).


- "Le problème des canons et de notre esprit canonique a souvent été posé" :

. "Nous sommes unis à tous les orthodoxes par la même Foi et par les mêmes Sacrements, c'est-à-dire par l'essentiel. Certainement, le canon ne peut être rejeté, car il précise ce qui doit l'être et pose une mesure pour éviter troubles et égarements. Cependant, il n'a rien d'absolu, et en ce sens, il peut être discuté, et ne devrait pas être dramatisé. Il faut donc poser ce problème (...) Mais, (...) qui va décider de ceci ou de cela ? Au cas par cas, les évêques réunis en synode, comme cela se fait habituellement.


- "Toute personne qui critique Mgr Germain, fût-ce avec un profond respect, est considéré comme étant contre l'évêque" :

. "Hum ! pour le profond respect... (...) nous avons été pour un évêque une pierre d'achoppement. (...) Peut-être en est-il arrivé parfois à penser que certains étaient contre lui, et il faut dire qu'il ne s'est pas toujours trompé... (...)


- "Mgr Germain ne délègue jamais vraiment les responsabilités" (...) :

. "Nombreux sont ceux à qui il a essayé de déléguer ; nombre de ceux-ci (...) ont profité de cette délégation pour faire peser leur autorité personnelle sur les fidèles. (...) Les difficultés présentes et la façon dont elles sont vécues jettent le discrédit sur l'ensemble de l'oeuvre : l'Église est divino-humaine (...) Cette attitude montre peut-être que certains (...) ne voient que la dimension humaine...


- "(...) il faudrait savoir exactement "qui" était Mgr Jean". De tels propos devraient faire réfléchir..."

. "Oui, en effet, de tels propos devraient faire réfléchir quant à la qualité du fidèle qui les a émis (...). D'abord, si l'on veut savoir exactement "qui" était Mgr Jean, plutôt que de le demander aux anciens de l'Église qui l'ont bien connu et aimé, et qui peuvent raconter l'histoire de sa vie, plutôt que d'admirer ses fresques et ses icônes, plutôt que de lire ses oeuvres, plutôt que de s'émerveiller devant la restauration de notre Église, il vaut mieux s'adresser aux rédacteurs du SOP dont on retrouve les propos dans la bouche de ce fidèle qui les cite "exactement", car ils proposent toujours de faire savoir exactement "qui" était Mgr Jean. Eux le savent et le disent : il n'était pas grand chose d'intéressant... D'après leur discours, Mgr Jean, ce saint (oui, c'est moi qui le dit, je ne suis pas la seule, et vox populi, vox Dei) est réduit à la dimension d'une peau de chagrin tellement lamentable qu'on se demande comment il a pu être à l'origine de la restauration d'une Église comme la nôtre.


"(...) Il convient de rappeler que les contestations ont empiré chez nous "grâce" aux mêmes rédacteurs du SOP. Ce journal (...) a instillé le doute chez certains. Les médisances et calomnies se sont intensifiées après la mort de Pierre Kovalevsky (...) (sous-diacre dans l'Église russe en France, à la cathédrale de la rue Daru, il vivait (...) dans notre évêché). Peu à peu, calomnies et médisances ont augmenté (...) pour se déchaîner après la mort de Maxime Kovalevsky (...). Et notre Église vivante est devenue un objet critiquable, le souffle vigoureux qui l'animait, la Foi, l'Évangile, notre Divine Liturgie, tout s'est amoindri au regard des critères du Comité interépiscopal. (...) Ont été écoutés, ceux qui depuis la fondation de notre Eglise cherchent à la faire disparaître en démontrant que la Foi ne peut s'exprimer que par leur bouche (...) Ils sont semblables à ces docteurs de la loi à qui le Christ a dit " Malheur à vous ! " Leur attitude est la négation-même de la présence de l'Esprit Saint dans l'Eglise et dans le monde. Hélas, ils sont devenus chez nous un critère pour certains qui se sont mis à contester plus que jamais, et à faire pression sur l'évêque pour qu'il leur obéisse. S'il l'avait fait, il se serait détourné de la raison d'être de notre Eglise prophétique bénie par l'archevêque Jean - aujourd'hui saint Jean de San Francisco - Eglise pour laquelle Mgr Jean et lui-même ont donné leur vie (...). Nous, nous n'avons pas donné la nôtre, préférant, comme le disait Mgr Jean, "notre bourgeoise petite vie..."


"Ce sont leurs arguments (NDLR : des rédacteurs du SOP et de certains membres des Eglises de l'émigration russe rattachée à Constantinople) qui ont attisé les critiques de ceux de notre Eglise qui sont partis. (...) Ceux qui ont participé à cette réunion de 1983 (...) avaient été troublés par certains d'entre-nous qui étaient plus à fuir qu'à écouter : pleins d'eux-mêmes, prétentieux, arrogants, voulant obliger l'évêque à se plier à leurs exigences et à celles de nos détracteurs qui n'acceptent pas notre Eglise, laquelle remet profondément en question l'ecclésiologie." (de toute l'Eglise du Christ - cf. Manifeste de la Confrérie Saint-Photius).


FIN

***


Antoine, je n’apprécie pas vos commentaires sur la lettre de Monseigneur Germain du 17 janvier 2001. Vous faites les demandes et les réponses, ce qui est fort déplaisant, car vous semblez vouloir démontrer que vos lecteurs sont incapables de se faire une opinion par eux-mêmes. Quant à Monseigneur Lukas, je le trouve bien osé de prétendre que " l’évêque Germain ne peut être accueilli par aucune assemblée des évêques d’une Eglise autocéphale ". D’une part, Monseigneur Lukas ne peut être juge et partie et, d’autre part, ou une Eglise est autocéphale ou elle ne l’est pas, et c’est seulement dans ce dernier cas que Monseigneur Lukas peut espérer voir son opinion suivie d’effet.


Antoine, j’ai comme vous l’amour de l’Orthodoxie et l’amour du Dieu vivant. Car, comme le dit si bien Vladimir Lossky : " Le christianisme n’est pas une école philosophique spéculant sur des concepts abstraits, mais avant tout une communion avec le Dieu vivant. C’est pourquoi, malgré toute leur culture philosophique et leurs inclinations naturelles vers la spéculation, les Pères de la tradition orientale, fidèles au principe apophatique de la théologie, ont su garder leur pensée sur le seuil du mystère et ne pas remplacer Dieu par des idoles de Dieu. (…) Cependant, cette connaissance s’effectuera toujours sur la voie dont la fin propre n’est pas la connaissance, mais l’union, la déification. Ce ne sera donc jamais une théologie abstraite, opérant avec des concepts, mais une théologie contemplative, élevant les esprits vers des réalités qui dépassent l’entendement. " C’est pourquoi je n’interviendrai plus sur ce Forum où chacun suit les inclinations naturelles vers la spéculation qui entraînent trop loin et éloignent de la prière qui conduit à l’union avec Dieu. Chacun juge d’après soi-même en suivant ses penchants, déforme - souvent par ignorance, quelquefois par méchanceté - la pensée des fondateurs, et tout ce que l’on peut répondre est commenté d’une manière telle que cela oblige à répondre à son tour, ce qui est sans fin... Ceci est sans intérêt.


Et pour terminer et résumer votre message vous écrivez un mensonge. Pourquoi, Antoine ? Mais, enfin je vous cite : : " Merci à Yvette d’avoir eu l’honnêteté de reconnaître sur ce forum que Germain avait bel et bien été déposé, que la totalité de l’Eglise avait bien ratifié cette déposition et qu’il ne s’agissait donc pas d’une simple rupture de " protection canonique ". Le lecteur peut ainsi choisir en toute liberté de suivre ou non l’Eglise dans sa décision ".

Réponse d’Yvette à Antoine : je n’ai rien écrit de semblable, au contraire. J’ai écrit que Monseigneur Germain n’a pas été déposé, et je le maintiens. Il n’y a pas eu de procès, et ce n’est pas parce qu’un Patriarcat retire sa protection canonique à un évêque et à une Eglise que " par conséquent " l’évêque est déposé. L’on n’a jamais vu cela dans l’Eglise, sauf brigandage.


Je me permets d’inciter les lecteurs de ce Forum à prendre connaissance de notre site sur lequel figurent toutes informations utiles sur l’Eglise orthodoxe de France :


http://orthodoxie.free.fr


Ils peuvent venir sans crainte en notre Eglise orthodoxe, car nous ne sommes pas des hérétiques. La Paroissse-cathédrale Saint-Irénée est située au 96 bd Auguste Blanqui – 75015 Paris. La liste de nos paroisses de province figure sur notre site.


Que Dieu voit et nous sauve tous.

Yvette Le Quéré - 14.10.04

Sainte Ménéhould, vierge en Lorraine (Vè s.)

Claude le Liseur
Messages : 4154
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » ven. 15 oct. 2004 1:58

Madame Le Quéré, vous écrivez joliment:

En effet, vous transformez tout ce que l’on vous dit et ce Forum devient ce qu’il ne devrait pas être.

Oui, en effet, on y parle trop de l'ECOF à mon goût.
Mais, il est vrai, à voire les statistiques du forum, que l'ECOF semble susciter plus d'intérêt de la part des lecteurs que le calendrier des saints. Ce que je suis le premier à déplorer.


Madame Le Quéré, vous constatez:

Le Forum se prend pour un synode d’évêques, les deux " modérateurs " se prennent pour un Patriarche bicéphale (avec probablement chacun sa tiare, puisque la connexion ne s’est pas faite à mon sujet)...

Mais non, mais non, comme il n'y a que le patriarche d'Alexandrie qui porte la tiare, cela ferait une tiare pour deux...

Madame Le Quéré, vous déplorez:

Et tout ceci prend une allure écoeurante, car vous ne respectez pas les personnes.

Permettez-moi, Madame Le Quéré, de vous faire poliment remarquer que la suite de votre message ne me donne pas l'impression que vous respectiez beaucoup la personne d'Antoine ou la mienne.


Madame Le Quéré, vous signalez:

Plusieurs internautes qui ont quitté votre Forum - et m’ont envoyé des E-mail privés à la suite de mes interventions - disent que vous êtes des fanatiques et que vous n’êtes pas chrétiens.

Le fait de nous mentionner ces intéressantes prises de position appporte-t-il quelque chose au débat?
Sous Louis XIV, les protestants que l'on envoyait aux galères étaient condamnés comme "phanatiques". Sous la Révolution française, on a dépeuplé la Vendée et envoyé les prêtres gallicans réfractaires à la Constitution civile du clergé au nom de la lutte contre le "fanatisme". Vos sympathiques interlocuteurs peuvent donc se prévaloir d'une grande richesse sémantique de ce mot de "fanatique", qui, comme "fasciste", sert à désigner toute personne avec qui l'on est pas d'accord.
Certes, mais qu'apporte à la discussion le fait que vous mentionniez cet aimable qualificatif dont nous gratifient ces gardiens vigilants de la modération en toutes choses, et avant tout dans leurs jugements? Ces attaques ad hominem sont-elles un argument en faveur de votre point de vue? Est-ce pour nous apporter la preuve de votre "respect des personnes"?
Supposons qu'Antoine et votre serviteur soyons des "fanatiques non chrétiens" que vous stigmatisez à juste titre : qu'est-ce que cela change à la matérialité des faits?
Vous pensez vraiment que d'attaquer deux pauvres hères qui prennent sur leur temps de loisirs pour modérer un forum lu par une centaine de personnes va annuler tout ce qui s'est passé depuis 1990 et rétablir l'ECOF dans sa situation de 1989?
Pour ma part, je ne suis pas gêné de vous servir de punching ball si cela peut vous faire du bien, mais, soyons sérieux, cela ne changera pas pour autant la situation de l'ECOF!


Et, au fait, Madame, pourquoi limiter vos attaques aux deux modérateurs?


Madame Le Quéré, vous concluez:

Il m’est impossible - pour l’instant - de leur donner tort.

Madame Le Quéré, libre à vous de vous attribuer la compétence de décider qui est chrétien et qui ne l'est pas, mais, pour ma part, je préfère m'en remettre, sur cette question, à Notre Seigneur Jésus-Christ plutôt qu'à vous (attitude qui n'est toutefois pas dirigée contre vous en particulier). Je redoute Son jugement plus que le vôtre (ou celui de vos correspondants internautiques).

Je vous prie, Madame Le Quéré, de bien vouloir agréer l'expression de mes sentiments distingués,

Signé: La moitié d'un patriarche bicéphale fanatique non chrétien justement démasqué par votre vigilance.

P.S.: Cela étant, on ne sait toujours pas ce qui s'est passé entre 1990 et 1993. Plutôt que de citer le début d'une de mes questions, vous auriez pu répondre à la question.

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » ven. 15 oct. 2004 2:55

Yvette, dans vos messages, vous nous confirmez bien que Germain a été déposé mais que vous, vous n'attribuez aucune valeur canonique à cette déposition. Je vous en suis donc très reconnaissant car cela est toujours resté très confidentiel et caché derrière une simple pseudo rupture de relations canoniques. Grâce à vous nous avons confirmation par un membre de l'ecof que c'est bien d'une déposition qu'il s'agit.
En revanche vous vous plaisez à parler effectivement de "retrait de protection canonique". Je ne vois pas ce qui vous permet de considérer la déposition comme non valide et le retrait de protection canonique comme valide. Ou bien vous considérez que le document de 93 n'a aucune valeur canonique et donc que les deux mentions de retrait et de déposition sont nulles (et donc vous êtes toujours un évêché roumain) ou bien vous considérez que ce document a une valeur canonique et vous devez considérer que les deux décisions n'en font qu'une seule comme l'indique le texte et sont donc valides. Il faut être cohérent.

J'ai déjà expliqué plus haut que ce que vous appelez un procès n'était pas une obligation canonique impérative pour qu'un évêque soit déposé par un synode. Reportez vous donc à ce message, au canon 15 d'Antioche, et aux commentaires ecclésiologiques qu'ont fait Jean-Louis Palierne et Lecteur Claude.

Antoine, pourquoi intitulez-vous " Avis d’expertise canonique " ce qui est un " Avis d’expertise canonique du Secrétariat du Saint-Synode ". Et pourquoi l’accompagnez-vous de ces remarques : " On peut se demander pourquoi cet avis d’expertise canonique n’est pas signé directement par le Patriarche roumain. Eh bien tout simplement parce qu’il n’est qu’une simple confirmation administrative de l’avis de déposition qui, lui, est signé par le" avis de déposition ".
J'appelle ce document "avis d'expertise canonique" parce qu'il s'intitule ainsi et non pas "avis d'expertise canonique de secrétariat du st synode".Ce n'est pas moi qui ai mis le titre , ni qui l'ai signé avec les cachets du partriarcat. C'est bizarre vous semblez découvrir ce document par le forum et vous l'appelez d'un titre qui n'est pas le sien comme si vous ne l'aviez jamais vu. Un titre qui n'est pas le sien mais qui n'est qu'un commentaire pour le minimiser.
Et c'est justement en écho à ce commentaire que je réponds également à plusieurs correspondants qui s'étonnaient que ce document ne soit pas signé du patriarche lui-même.
Je donne donc une explication au fait que "l'avis d'expertise canonique" de Janvier 2001 ne soit pas signé du patriache lui-même mais du secrétaire du St Synode et du Vicaire administratif parce que des correspondants me l'ont demandé.
Vous,vous insinuez que ce document est une initiative d'un secrétaire quelconque à l'insu du patriarche et du synode. Si c'était le cas le patriarche aurait démenti cet avis d'expertise faite sans son consentement et réglé cette situation interne, non?

Si l’on ajoute : " Par conséquent, l’exercice de toute fonction épiscopale vous est désormais défendu " l'on donne à penser que l’on ne connaît rien à la langue française, ce qui n’est pas le cas des Roumains… En effet, les deux mots " par conséquent " et la phrase qui suit sont sans valeur canonique.
Vous mélangez encore les plans selon votre habitude.
"Par conséquent" à une valeur grammaticale parfaitement bien utilisée par des Roumains qui connaissent bien la langue française et qui ne feignent pas une erreur grammaticale comme vous les en accusez par votre "l'on donne à penser que". Le fait que vous,vous ne reconnaissiez pas de valeur canonique à la déposition ne vous autorise pas à accuser les Roumains d'une erreur grammaticale qu'ils auraient volontairement commise. Dans cette phrase qui visiblement vous gêne beaucoup par sa clarté, on donne au contraire une confirmation que cet acte est bien une déposition et comme toute déposition elle entraîne l'interdiction de toute fonction épiscopale.
Que Madame Yvette le Quéré reconnaisse ou non cette déposition n'était certainement pas le souci premier du Synode qui en a rédigé la sentance, sinon ils auraient peut-être tourné leur phrase autrement à votre intention...

Le Forum se prend pour un synode d’évêques, les deux " modérateurs " se prennent pour un Patriarche bicéphale (avec probablement chacun sa tiare, puisque la connexion ne s’est pas faite à mon sujet), les internautes se prennent pour des évêques - parmi lesquels l’on choisit les acteurs de la comedia - ce qui permet à certains de pontifier et de tourner à l’envers toute l’Histoire de l’ECOF.
C'est marrant je me demandais aussi si vous n'étiez pas la première femme évêque auxiliaire de l'ex-évêque Germain à l'ecof...Un remake de la papesse Jeanne à la mode écofienne.
Plusieurs internautes qui ont quitté votre Forum - et m’ont envoyé des E-mail privés à la suite de mes interventions - disent que vous êtes des fanatiques et que vous n’êtes pas chrétiens. Il m’est impossible - pour l’instant - de leur donner tort.
Pour le dictionnaire le Grand Ecofien , "est fanatique celui qui ne reconnaît pas l'Ecof comme Eglise autocéphale mais comme un ex-évêché dont la non orthodoxie a été ratifiée par la déposition de son évêque."
Quant au reste je ne dirais pas que vous n'êtes pas chrétienne mais que vous n'êtes pas dans l'Eglise.
Le forum n'est pas une institution, il n'est qu'une plate forme de discussion. Chaque intervenant est son propre rédacteur en chef. Le fait que vous puissiez y dire ce que vous voulez en est la meilleure preuve. Vous apportez votre contradiction alors de quoi vous plaignez vous? Que cet espace puisse aussi permettre à ceux qui ne sont de votre avis de l'exprimer? Qu'il ne soit pas une courroi de transmission de l'Ecof? Le site de l'ecof ne suffit pas à votre propagande? Vous voulez annexer le forum?
Antoine, je n’apprécie pas vos commentaires sur la lettre de Monseigneur Germain du 17 janvier 2001. Vous faites les demandes et les réponses, ce qui est fort déplaisant, car vous semblez vouloir démontrer que vos lecteurs sont incapables de se faire une opinion par eux-mêmes.
Ces commentaires sont des contradictions apportées à la lettre de Monsieur Gilles Bertrand Hardy. Que vous ne les appréciez pas parce qu'ils vous gênent me conforte dans l'idée que j'ai bien fait de les exprimer. Les lecteurs sont tout à fait capables de les recevoir et de les critiquer, de les contredire sur le forum même et de se faire une opinion. Sauf peut-être les membres de l'Ecof auxquels on a caché la vérité pendant si longtemps qu'ils ne savent plus où ils en sont...

Irène
Messages : 941
Inscription : mar. 30 sept. 2003 11:46
Localisation : Genève

Message par Irène » ven. 15 oct. 2004 9:15

Pour Yvette le Quere

En vous accueillant, au mois de Juillet, j'émettais le voeu que vous puissiez vous intéresser au forum en dehors de la question de l'ECOF ;
Peine perdue.
J'ai du mal à croire que si vous aviez quelque peu parcouru les divers sujets traités ici, vous auriez traité - disons leurs noms puisque vous l'avez ainsi fait - Antoine et Claude de non chrétiens.
Tout ce que vous avez pu écrire - et qui ressort de votre droit le plus strict à la réponse - ne me choque pas, mais cette opinion est particulièrement insultante.

Claude le Liseur
Messages : 4154
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » ven. 15 oct. 2004 12:18

Si j'ai bien compris, est non chrétien aux yeux de Madame Yvette Le Quéré tout individu qui refuse de reconnaître l'ECOF dans sa qualité peu commune d'Eglise autocéphale avec un seul évêque, de surcroit déposé.

Sont non chrétiens non seulement les modérateurs du forum, mais aussi les patriarcats de Constantinople, de Moscou, de Belgrade, de Bucarest, etc., et en fait la totalité de l'Eglise orthodoxe.
Est non chrétien cet archimandrite francophone du patriarcat de Constantinople qui recevait les membres de l'ECOF par chrismation.

C'est normal, puisque, si je suis les messages de Madame Le Quéré, je constate que nous faisons tous partie, avec Constantinople, la Roumanie, le SOP et tout bonnement le Vatican, d'un vaste complot anti-ECOF.

L'ECOF est donc une super-Eglise au-dessus de la symphonie des saintes Eglises de Dieu et au-dessus de tout jugement canonique. Merci de nous exposer cette ecclésiologie par la plume de Madame Le Quéré. Au moins il est ainsi expliqué très clairement que l'ECOF n'a pas les mêmes présupposés dogmatiques et ecclésiologiques que l'Eglise orthodoxe.
Je ne sais pas si je suis le seul à réagir comme ça, mais à chaque message où s'exprime cette ecclésiologie, je comprends que le patriarcat de Bucarest n'ait pas pu agir autrement.

D'ailleurs, à lire le dernier message de Madame Le Quéré, je me demande s'il n'y aurait pas la croyance que le fait d'insulter les modérateurs de ce forum pouvait rendre à l'ECOF la succession épiscopale qu'elle n'a plus. Un peu l'attitude qui consiste à pendre celui qui a sonné le tocsin plutôt que l'incendiaire.

Quant à se vanter que le fondateur de l'ECOF ait rompu avec le patriarcat de Moscou et l'Eglise russe hors frontières avant que les sanctions canoniques n'aient été prises contre lui, n'y a-t-il pas contradiction avec le fait d'accuser la Roumanie de ne pas avoir respecté la procédure canonique? Pourquoi? Parce que cela ne laissait pas à l'évêque de l'ECOF le temps de rompre avant d'être déposé?

Les matthéistes écrivaient: "Si vous n'êtes pas matthéiste, vous n'êtes pas chrétien." Le dernier message de Madame Le Quéré revient à: "Si vous ne reconnaissez pas l'ECOF, vous n'êtes pas chrétien."
Tout ce qui est excessif est insignifiant.

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » mar. 26 oct. 2004 18:00

LE FOUTOIRE CONTINUE!

un écof bis avec UACORO: Union des Associations Cultuelles de Rit Occidental .
Et bien entendu les évêques continuent à jouer au yoyo avec les canons.
Par exemple:
<<En outre, Sa Sainteté a consenti que le Saint-Chrême nous soit remis par Monseigneur Luka. Il a également accepté que nous nommions dans les diptyques « l’Evêque Luka » sans pour autant dire « Notre Evêque Luka.»
A la suite de notre entrevue le patriarcat a fait paraître, dès le 29 septembre, le communiqué ci-joint. >>

Céti pas subtile ça?Je commémore un évêque mais c'est pas le mien mais il est quand même d'accord et ça marche! Mââââgique! Alors il souffle pas où ki veut et comment ki veut l'Esprit?

A part ça vous connaissez une assemblée qui déclarait en 1999:
L'Eglise orthodoxe confesse une unité doctrinale et sacramentelle, qui se manifeste de façon ininterrompue depuis son origine jusqu'à aujourd'hui, dans la fidélité à la foi apostolique. Ceci s'exprime par sa théologie, son ecclésiologie et sa Tradition, dans la nature conciliaire de son organisation. Il est vrai que ça datait d'un 1er avril alors....Tradition bon, le 1er cavril aussi c'est une tradition.
Et apparemment ce qui est une tradition bien ancrée c'est de ne pas comprendre que tant que les adeptes célèbreront la liturgie des Gaules ils ne seront jamais orthodoxes.
Et puis, nature conciliaire, nature conciliaire, nature conciliaire oui bien sûr mêêêêêê la France c'est la France !
En France c'est pas possible puisqu'il n'ya pas d'Eglise orthodoxe. Ben voyons, comme ça chacun , il fait ce qu'il veut . Et qui c'est qui qui va nous refiler sa liturgie pourrie encore une fois? Hmm? On a eu les Russes, les Hors frontière, les Roumains et maintenant les Serbes. Chacun son tour, faites vos jeux la roue tourne! Je te refile 3 écofiens et tu me redonnes un Roumain ça marche? Bingo.

Ci-dessous vous avez le billet gagnant:

L’EGLISE ORTHODOXE SERBE
COMMUNIQUE DU 29 SEPTEMBRE 2004

A l'invitation de Sa Sainteté le Patriarche Paul s'est tenue ce jour, le 29 septembre 2004, au Patriarcat de Belgrade, une rencontre entre le Patriarche Serbe et une délégation de la communauté orthodoxe française de rite occidental. Sa Sainteté le Patriarche Paul a accueilli avec leurs Eminences le Métropolite du Monténégro et du Littoral Amphiloque et l'Evêque d'Europe occidentale Luka, la délégation composée par l'Archiprêtre Jean-Pierre Pahud, les prêtres Maxime Jourdant et Pierre-François Méan et monsieur Guy Tréca, A l'entretien ont assisté le prêtre de la paroisse parisienne Jovan Georgievski et monsieur Kosta Christich, vice-président du Comité Dîrecteur du Diocèse d'Europe occidentale.


Au début de la réunion, la délégation a exprimé à Sa Sainteté les vœux de la communauté d'être unie à l'Eglise Orthodoxe Serbe dans le cadre du Diocèse d'Europe occidentale tout en conservant dans cette union sa tradition liturgique.

Sa Sainteté le Patriarche a écouté avec une grande attention les exposés de ses chers hôtes et témoigné de la compréhension pour la situation difficile dans laquelle se trouve momentanément cette communauté qui compte une dizaine de paroisses et un millier de fidèles.


Après une discussion approfondie, il a été décidé de former une commission spéciale auprès du Saint Synode de l'Eglise Orthodoxe Serbe pour étudier ce cas et présenter ses propositions à la réunion ordinaire de la Sainte Assemblée des Evêques de l'Eglise Orthodoxe Serbe.

La Chancellerie du Saint-Synode
--------------------------------------------------------------------------------------

U.A.C.O.R.O.

COMMUNICATION AUX PAROISSES
Au retour de Belgrade

Mercredi 29 septembre, fête de saint Michel Archange, Sa Sainteté le patriarche Paul nous a accordé une audience d'environ deux heures en présence du Métropolite Amfilohije, qui nous connaît depuis longtemps, de Monseigneur Luka, de Père Jovan, et de Monsieur Kosta Christitch.

Nous avons pu exposer notre requête (cf ci-joint) Nous avons reçu une écoute très attentive et bienveillante de Sa Sainteté. A plusieurs reprises le patriarche a affirmé que la liturgie occidentale n'est pas en elle-même un obstacle à notre union à l'Eglise Orthodoxe Serbe.

Le Métropolite Amfilohije a suggéré que très vite soient mises en place des dispositions pastorales qui d'une part nous soutiennent et d'autre part permettent de mieux nous connaître. Le Synode permanent qui se réunit le 6 octobre prochain nous communiquera par lettre ses décisions.

Tant la délégation serbe de Paris que nous même avons vécu cet entretien comme la première phase du processus de rattachement : comme si quittant la tempête nous arrivions en vue du port.

Paris, le 2 octobre 2004

Archiprêtre Jean-Pierre Pahud
R.P. Maxime Jourdant
R.P. Pierre-François Méan
M. Guy Tréca

--------------------------------------------------------------------------------------
NOTE POUR LA PREPARATION
DE L’ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE
DU 20 NOVEMBRE 2004

CHEMINEMENT CANONIQUE

1. RENCONTRE DE SA SAINTETE LE PATRIARCHE PAUL 1er DE SERBIE

Notre délégation a reçu en Serbie un accueil très chaleureux. Sa sainteté le patriarche Paul nous a écoutés avec attention et bienveillance. Nous avions la chance d’être accompagné par Monseigneur Luka, et aussi de bénéficier de la présence active de Monseigneur Amfilohije, Métropolite du Monténégro, qui nous connaît depuis 1993.
Après la lecture en serbe de notre requête intervint un large tour d’horizon :
Monseigneur Amfilohije a exposé l’origine, la structure et la valeur de notre liturgie et a conclut en disant que lui-même souhaitait célébrer cette liturgie !
 Refusant l’hospitalité eucharistique, la communion donnée aux non-orthodoxes, Sa Sainteté a souligné que la communion est le résultat d’une même foi et non ce qui y mène. Ce n’est pas un moyen mais un accomplissement.
 Le patriarche s’est intéressé aux éléments pratiques de notre existence : nombre de paroisses de clercs majeurs, de fidèles…etc.
 Les réticences du milieu orthodoxe français à notre égard ont été évoquées. Le reproche d’uniatisme à l’envers a été fermement écarté par Sa Sainteté, qui, en revanche, a affirmé à plusieurs reprises que la liturgie occidentale n’était pas en elle-même un obstacle à notre union à l’Eglise serbe.
Des dispositions pastorales ont été envisagées pendant cette entrevue et vont être confirmées par écrit par le Synode permanent :
 Une Commission va être nommée pour étudier notre cas et le présenter à la prochaine Assemblée des Evêques serbes.
 Une délégation serbe, avec un évêque, viendra visiter les paroisses de l’UACORO pour établir avec elles un contact concret et vivant.
 Un évêque sera présent lors de la prochaine Assemblée générale de l’UACORO
En outre, Sa Sainteté a consenti que le Saint-Chrême nous soit remis par Monseigneur Luka. Il a également accepté que nous nommions dans les diptyques « l’Evêque Luka » sans pour autant dire « Notre Evêque Luka

A la suite de notre entrevue le patriarcat a fait paraître, dès le 29 septembre, le communiqué ci-joint. [/b]

2. INTERVENTION DE P. JOVAN DANS LA REUNION DU CLERGE DU 16 X 04

Monseigneur Luka étant en déplacement n’a pu venir le samedi 16 octobre participer à notre réunion de clergé. Il y a délégué Père Jovan. Celui-ci a commenté la rencontre avec Sa Sainteté le Patriarche Paul et a donné un éclairage sur nos relations à venir.

Père Jovan a commencé disant :
« Vivre en Eglise c'est être responsable*. Votre problème est notre problème. Ainsi nous avons expérimenté ensemble l’accueil, la compréhension, la responsabilité de notre patriarche.» …
Votre demande d’être reçu dans le diocèse d’Europe occidental est écoutée et entendue par le Patriarche qui, malgré son âge, garde une grande lucidité. »
Père Jovan espère avec conviction que la suite sera aussi positive. Il poursuit mettant encore une fois l'accent sur la responsabilité qui nous incombe tous, en particulier dans les problèmes auxquels doit faire face l’Eglise orthodoxe en France :
« Nous sommes responsables, ensemble, pour la vie de l'Eglise; il faut développer cette responsabilité.
Vous nous avez lancé un défit, à nous orthodoxes. Vous n'êtes ni schismatiques, ni hérétiques. Vous êtes dans l'Eglise. Nous sommes tous dans la même Eglise et devons vivre ensemble. Nous devons accepter nos différences cultuelles et, ensemble, construire le témoignage de l'Eglise orthodoxe en France.
Nous ne pouvons faire abstraction du monde dans lequel nous vivons. A discuter de nos « affaires » ecclésiastiques, nous perdons notre temps. Envisageons plutôt comment apporter l’Evangile à notre temps. »
Il souligne que ce ne sont pas des décisions théoriques ou abstraites qui ont été prises à Belgrade, mais des dispositions concrètes et pastorales : « Une délégation serbe, avec un évêque, visitera les paroisses de l'UACORO et aura avec elles un contact concret et vivant qui permettra de ne pas rester dans l'abstraction. Ainsi il ne s’agit pas d’un problème abstrait mais de vie… »
Il évoque ensuite la réalité de l'Eglise orthodoxe qui n'est pas toujours à la hauteur de sa Tradition. Il ajoute :
« Ce n’est pas par hasard que vous rapprochez le Patriarche Paul de saint Jean de San-Francisco. Même ascèse, même foi profonde, même joie spirituelle : les repères sont communs. Il y a la vie. Ainsi durant l’entretien Sa Sainteté a souligné que le message évangélique doit être introduit dans la vie. Que la connaissance est importante mais stérile si les paroles et les actes ne se correspondent pas.»
Il nous encourage à continuer à rencontrer Monseigneur Luka, à l'inviter, à lui demander encore et encore... et il conclut avec optimisme : « Vous êtes déjà dans notre diocèse ! »


3. CONCLUSION
L’hospitalité et la bienveillance dont nous avons fait l’objet à Belgrade, le témoignage et les encouragements que nous a apportés Père Jovan, nous permettent de prendre la mesure des efforts qui sont fait en notre faveur et de la bienveillance que nous portent nos amis serbes. Ainsi nous entrons dans un nouveau chemin et comptons sur chacun d'entre nous pour accueillir le don qui nous est fait.
Nous sommes invités à un renouvellement, à de nouvelles rencontres. Préparons notre cœur et notre âme à cette nouveauté, pour avancer avec confiance et fermeté. Apprenons à mieux connaître ceux qui nous tendent la main, et les apprécier dans leurs différences.
Nous vous engageons à lire Théodule, écrit par saint Nicolas de Jitcha, dont le sous-titre précise la teneur : le peuple serbe comme serviteur de Dieu. Ce petit livre permet de mieux connaître le peuple serbe et, à travers lui, l’orthodoxie. « Théodulia – service du Christ – c’est la voie et la manière de vivre du peuple serbe » écrit saint Nicolas.

--------------------------------------------------------------------------------------

* Vivre en Eglise c'est être responsable!
Et bien si ça vous suffit pas comme définition vous pouvez toujours devenir orthodoxes. On sait jamais , des fois que l'Orthodoxie vous en donne plus...
Popovitch doit se retourner dans sa tombe en ce moment!

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » mar. 26 oct. 2004 19:35

Pourtant en Janvier 2004 l'AEOF dont fait partie l'évêque Serbe avait écrit un document très clair. (voir ci-dessous) Alors qu'est-ce qui remet en question ce document aujourd'hui? Pourquoi la Serbie ferait elle soudainement cavalier seul ? Explosion de l'AEOF?
Que L'UACORO n'ait pas cru bon d'accepter favorablement cette recommandation de l'AEOF cela est dans la continuïté de sa non orthodoxie, mais que le patriarcat de Serbie et son évêque Lukas soient complices des exigences de cette communauté et l'accepte en son sein avec des tractations douteuses passant par dessus l'AEOF qu'il réduit au rang de potiches, cela reste incompréhensible.
Va-t-on ruiner l'espérance en l'Eglise locale pour céder aux caprices de quelques illuminés de la liturgie des gaules?

Le Métropolite EMMANUEL
7, rue Georges Bizet
75116 PARIS

UNION DES ASSOCIATIONS CULTUELLES
ORTHODOXES DE RITE OCCIDENTAL

Le 12 janvier 2004

Chers Frères et Sœurs,

L'Assemblée des Evêques Orthodoxes de France a bien reçu votre demande d'intégration dans l'Eglise orthodoxe. Elle reçoit favorablement votre requête et a bien conscience de l'étendue du sacrifice qui est demandé à ceux qui, durant plusieurs décennies, ont été imprégnés par la célébration d'un rite occidental. Le temps est venu de dissiper les méfiances, les malentendus qui ont pu envenimer le climat de nos relations dans le passé, et de prendre en commun un départ nouveau au sein de cette Eglise du Christ que nous voulons servir.

L'Assemblée tient à vous faire part de la démarche canonique qu'elle vous demande de suivre en vue de cette intégration :
- L'acceptation et la mise en pratique par tout le clergé et tous les fidèles des communautés concernées, de l'entière Tradition liturgique, dogmatique et canonique de l'Eglise orthodoxe.
- Un engagement personnel de chaque prêtre, de chaque diacre, et de chaque fidèle, dans la Tradition liturgique, dogmatique et canonique de l'Eglise orthodoxe.
- Un temps nécessaire d'une ou plusieurs années, durant lequel le clergé concerné va s'initier à la célébration des divines liturgies et des offices de la Tradition orthodoxe et poursuivre leur approfondissement sous un parrainage qui sera proposé par l'AEOF.
- La dissolution de l'UACORO.
- La communication de la liste des clercs en vue d'examiner, cas par cas, la validité de leur ordination, et de supprimer certaines pratiques douteuses.
- Un protocole à suivre sera établi entre l'AEOF et vous, et à l'issue de la période probatoire, il sera signé personnellement par chacun. Les prêtres pourront alors, chacun individuellement intégrer un diocèse de leur choix.

Au seuil de cette Nouvelle Année de grâce, je vous envoie, chers Frères et Sœurs, ma bénédiction à vous et à tous ceux qui se sont joints à vous.

Le Métropolite Emmanuel
Président de l'AEOF

Jeanne Saint Gilles
Messages : 154
Inscription : mar. 03 août 2004 18:20
Localisation : Paris 08

Sale affaire!

Message par Jeanne Saint Gilles » mar. 26 oct. 2004 20:56

Sale affaire il est vraie... Le terme "foutoire" manque néanmoins d'élégance... J'espère que la chose sera faite avec attention et soin et pas à la va vite. Je crains que le diocèse serbe ne récupère des gens hyperdouteux vu que ça vient de l'ECOF : vrai-faux franc-maçons entre autre... Mais "pourquoi diable sont-ils monté sur cette galère"? Sans compter que ce sera quel calendrier. Cela dit ce n'est pas encore fait!!!
Jérusalem quand pourrai-je te voir?

Jean-Louis Palierne
Messages : 1044
Inscription : ven. 20 juin 2003 11:02

Message par Jean-Louis Palierne » mar. 26 oct. 2004 21:08

Je crois qu’il faut essayer d’être réalistes. L’AEOF a implosé, et ce n'est pas d'hier. Qui s’y inréresse ? Personne ne se sent engagé par ses décisions. Les juridictions ethniques s’occupent chacune de ses affaires, ou bien (pour deux d’entre elles) cherchent à recruter des ecclésioles françaises.

L’Église serbe travaille depuis… vint ans ? trente ans ? à se rattacher l’ÉCOF. Elle est parvenue à se raccrocher un groupe moribond. C'est déjà fait, et depuis longtemps : il y a plusieurs années que le groupe (qui est une scission de l'ÉCOF) est en relations avec l'Église serbe et la mentionne dans ses liturgies.

Depuis cinquante ans au moins le club moderniste travaille à décourager la formation de véritables communautés françaises et d’un véritable clergé français au nom d’un projet qu’ils appellent d’Église locale.

Cependant les communautés locales se multiplient, avec un clergé formé en majorité en dehors de l’Église orthodoxe. Quant au projet moderniste d’une Église rénovée à l’occidentale, il prend eau de toute part.

Ne perdons pas espoir : l’Esprit travaille beaucoup mieux que nous, et surtout beaucoup mieux que les juridictions ethniques.

Les nouvelles sont accablantes. On pourrait en citer d’autres. Mais lentement l’orthodoxie grandit chez nous, contre toute logique.
Jean-Louis Palierne
paliernejl@wanadoo.fr

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » mar. 26 oct. 2004 21:15

La lettre envoyée au nom de tous les évêques le 12 janvier 2004 par le Métropolite Emmanuel était pourtant excellente. Alors qu'est ce qui motive cette trahison de l'évêque Lukas en ce deuxième semestre?
L'Aeof ne sert qu' à envoyer ses voeux de nouvel an aux autorités latines?

Jean-Serge
Messages : 340
Inscription : mer. 14 juil. 2004 12:19
Localisation : Ile de France

J'en perds mon slavon!

Message par Jean-Serge » mar. 26 oct. 2004 22:54

En terme de respect du droit canon, comment devrait être reçus les membres de cette "juridiction"?

- profession de foi, chrismation, baptême
- qu'y a-t-il d'anticanonique dans ce qui se fait?
- auront-ils une orgnisation autonome?
- leur entrée signifierait-elle qu'ils se trouveraient en communion avec les autres juridictions canoniques?
- quelle est la veleur d'une décision de l'AEOF? Décisions prises à la majorité? A l'unanimité? Car au fond, le diocèse en Europe occidentale d'une église autocéphale est libre de s'organiser tel qu'il l'entend?

Pour ma part, je pense modestement que le rite ça passe encore: le Patriarcat d'Antioche admet des rites adaptés pour des ex-anglicans et catholiques. Qu'en sera-t-il du calendrier? Tout cela n'en est pas moins troublant...
Dernière modification par Jean-Serge le mar. 26 oct. 2004 23:08, modifié 1 fois.
Priidite, poklonimsja i pripadem ko Hristu.

Répondre