Moi, prêtre et franc-maçon

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Glicherie
Messages : 365
Inscription : ven. 18 juin 2004 14:41

Message par Glicherie » mar. 25 oct. 2005 11:16

...Finallement la réponse à votre question annarion est non.

Aucun évêque orthodoxe actuellement n'autorise, heureusement, ce genre de graves confusions et les dommages collatéraux qu'elles occasionnent.

Seuls, les groupes non-canoniques qui s'affublent de titulatures orthodoxes se livrent à ce genre de pratiques, et l'on voit le résultat. Mais cela est sans doute un symptome de plus de leur anti-canonicité

hilaire
Messages : 297
Inscription : mer. 19 janv. 2005 13:26

Message par hilaire » mar. 25 oct. 2005 17:43

prêtre toujours pas, franc maçon par contre, persiste:

La première livraison de cette nouvelle série de « Cahiers verts » est un numéro hors série qui présente les documents historiques fondateurs du Régime Ecossais Rectifié. Le lecteur y trouvera une série d’actes précédemment publiés dans les « Cahiers verts » ou dans d’autres revues. Le lecteur trouvera également des documents qui n’avaient jamais été publiés auparavant ou qui ne sont plus disponibles en librairie. Chaque document d’archives est précédé d’une présentation par Jean-François VAR, l’un des meilleurs historiens du Régime Ecossais Rectifié et plus généralement de la Franc-maçonnerie.

paru sur le blog du gpdg le 11 juillet 2005....

romaric
Messages : 54
Inscription : mer. 29 juin 2005 20:25

Message par romaric » ven. 28 oct. 2005 11:16

Cher Glicherie,
Excusez moi de noircir un peu le tableau irénique que vous brossez, sans doute de bonne foi, de l'Orthodoxie. Mais Athénagoras était notoirement franc-maçon, comme Meletios Metaxakis, de sinistre mémoire, et la liste ne s'arrête là que par mon manque de mémoire...

Glicherie
Messages : 365
Inscription : ven. 18 juin 2004 14:41

Message par Glicherie » ven. 28 oct. 2005 12:16

C'est pour cela que j'écris "actuellement".

Et les exeptions citées, au nombre de deux, n'annulent pas le fait que l'interdiction est de principe. Ce sont des erreurs, et les fruits produits par cette appartenance ont été bien douteux, vous ne trouvez pas ?

Glicherie
Messages : 365
Inscription : ven. 18 juin 2004 14:41

Message par Glicherie » ven. 27 janv. 2006 15:51

http://www.cailletm.com/index.php/Petits-mots

Blog interessant d'un franc-maçon converti au christianisme (Kto), et qui témoigne de l'incompatibilité qu'il a vécu entre la franc-maçonnerie et la Foi chrétienne.

extrait:
Christianisme et Francs-maçons
Par Maurice Caillet, dimanche 24 juin 2001 à 20:35 :: Petits mots :: #7 :: rss

Depuis le mois de septembre dernier, j'ai été invité dans différentes villes de l'hexagone à donner des conférences-témoignages sur ma conversion et sur l'incompatibilité entre la religion révélée qu'est le christianisme et la philosophie humaniste des francs-maçons. Je prends Dieu lui-même à témoin que je n'ai jeté l'anathème sur personne, mais seulement sur des idées, des opinions qui me paraissent contestables, car elles font l'impasse sur Jésus, vrai homme et vrai Dieu, et sur son Esprit qui agit dans le monde.

A Dijon, à Bailly ( Versailles ), à Angers, à Brest, à Marseille, à Redon, à Derval en Bretagne, à Châteauroux, à Saint-Pierre-de-Colombier dans l'Ardèche, j'ai rencontré des centaines de personnes, qui n'imaginaient pas le fossé qui sépare ces deux visions du monde, et qui ne comprenaient pas toujours la sévérité des condamnations papales, constantes de 1738 à nos jours, jusqu'à l'interdiction de la Communion aux francs-maçons, de toutes obédiences, prononcée par Rome en 1983 et confirmée par le Saint-Père.

Je remercie toutes ces personnes qui ont consacré plus de deux heures chacune, à ces débats, qui n'ont rien d'académiques, car ils engagent tout être humain de sa conception à sa mort naturelle, et la société toute entière dans ses choix éthiques. La moitié de mes auditeurs avait de 15 à 35 ans, à des âges où, heureusement on a soif d'absolu, où l'on recherche la Vérité, et où on ne peut se satisfaire du relativisme maçonnique, qui est à la base de tous les compromis, voire des pires compromissions. Cette Vérité, c'est Jésus, sa vie et son enseignement. Inutile d'aller chercher ailleurs la Lumière avec un grand L, ou la Connaissance avec un grand C. Le mur de Berlin est tombé contre toute attente; prions pour la conversion des francs-maçons, Dieu attend leur retour avec amour, comme le père du fils prodigue. ( Luc 15, 11-32 ). Je rends grâce, déjà, pour les quelques francs-maçons qui ont quitté leur loge à la suite de mon témoignage. Puisse mon interview sur Radio Notre Dame, à Paris, les 4 et 5 juin dernier, en entraîner d'autres: il y va du salut de leur âme, de leur vie éternelle.

Claude le Liseur
Messages : 3910
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » dim. 29 janv. 2006 17:47

Glicherie a écrit :http://www.cailletm.com/index.php/Petits-mots

Blog interessant d'un franc-maçon converti au christianisme (Kto), et qui témoigne de l'incompatibilité qu'il a vécu entre la franc-maçonnerie et la Foi chrétienne.

extrait:
Christianisme et Francs-maçons
Par Maurice Caillet, dimanche 24 juin 2001 à 20:35 :: Petits mots :: #7 :: rss

Depuis le mois de septembre dernier, j'ai été invité dans différentes villes de l'hexagone à donner des conférences-témoignages sur ma conversion et sur l'incompatibilité entre la religion révélée qu'est le christianisme et la philosophie humaniste des francs-maçons. Je prends Dieu lui-même à témoin que je n'ai jeté l'anathème sur personne, mais seulement sur des idées, des opinions qui me paraissent contestables, car elles font l'impasse sur Jésus, vrai homme et vrai Dieu, et sur son Esprit qui agit dans le monde.

A Dijon, à Bailly ( Versailles ), à Angers, à Brest, à Marseille, à Redon, à Derval en Bretagne, à Châteauroux, à Saint-Pierre-de-Colombier dans l'Ardèche, j'ai rencontré des centaines de personnes, qui n'imaginaient pas le fossé qui sépare ces deux visions du monde, et qui ne comprenaient pas toujours la sévérité des condamnations papales, constantes de 1738 à nos jours, jusqu'à l'interdiction de la Communion aux francs-maçons, de toutes obédiences, prononcée par Rome en 1983 et confirmée par le Saint-Père.

Je remercie toutes ces personnes qui ont consacré plus de deux heures chacune, à ces débats, qui n'ont rien d'académiques, car ils engagent tout être humain de sa conception à sa mort naturelle, et la société toute entière dans ses choix éthiques. La moitié de mes auditeurs avait de 15 à 35 ans, à des âges où, heureusement on a soif d'absolu, où l'on recherche la Vérité, et où on ne peut se satisfaire du relativisme maçonnique, qui est à la base de tous les compromis, voire des pires compromissions. Cette Vérité, c'est Jésus, sa vie et son enseignement. Inutile d'aller chercher ailleurs la Lumière avec un grand L, ou la Connaissance avec un grand C. Le mur de Berlin est tombé contre toute attente; prions pour la conversion des francs-maçons, Dieu attend leur retour avec amour, comme le père du fils prodigue. ( Luc 15, 11-32 ). Je rends grâce, déjà, pour les quelques francs-maçons qui ont quitté leur loge à la suite de mon témoignage. Puisse mon interview sur Radio Notre Dame, à Paris, les 4 et 5 juin dernier, en entraîner d'autres: il y va du salut de leur âme, de leur vie éternelle.
J'ai passé ce ouiquende dans le chalet familial en Valais et, comme chacun sait, on trouve parfois des choses étonnantes dans les bibliothèques des maisons de campagne. En fouillant ma collection de vieux Cahiers de Chiré, édités par la maison d'édition catholique intégriste de ce nom, je suis tombé sur un long article (dix-neuf pages) où ce Docteur Caillet raconte son parcours spirituel de la franc-maçonnerie au romano-catholicisme. L'article semble en fait retranscrire une conférence donnée par ce médecin qui est maintenant très engagé contre la maçonnerie. Les choses sont surtout vues à travers la problématique de l'avortement, où il explique qu'il a complètement rejeté l'avortement (euphémisme politiquement correct: interruption volontaire de grossesse) après sa conversion, alors qu'il en avait été un promoteur en Bretagne.

Le lecteur plus intéressé pourra essayer de se procurer ce Cahier de Chiré au cours d'une des campagnes promotionnelles d'été de la maison en question.

Je me contente de reproduire ici le prologue de cet article:

"Ancien chirurgien-gynécologue, athée, divorcé-remarié, j'ai été Vénérable d'une Loge du Grand Orient de France à Rennes et pionnier de la contraception et de l'I.V.G. en Bretagne, mais "Rien n'est impossible à Dieu" (Luc, 1, 37), et j'ai été converti soudainement à Lourdes, baptisé à cinquante ans; mon épouse et moi-même nous sommes mariés religieusement, bergers d'un groupe de prières, membres de Mère de Miséricorde et de l'Alliance pour les Droits de la Vie.
Je suis heureux de témoigner de la Miséricorde de Dieu qui m'a accordé son pardon, alors que je me suis opposé à la vie, car j'ai attenté à la vie de nombreux êtres, en toute impunité, je me suis opposé à Dieu lui-même qui est la Vie, comme Il l'a dit lui-même:
"Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie." (Jean, 14, 6)""
(Maurice Caillet, "Civilisation d'amour ou société mortifère", in Cahiers de Chiré n° 18, Editions de Chiré, Chiré-en-Montreuil 2003, pp. 85-103; extrait de la page 85.)

Pour ma part, je ne manque pas, une fois de plus, d'être choqué par la confusion entretenue entre l'avortement (dont on sait qu'il a de graves implications morales) et la contraception. En outre, je me demande bien ce que peut être le "berger" d'un "groupe de prières".

Voici maintenant, page 103 de l'article, la notice biographique du Docteur Caillet:

"Maurice CAILLET est né le 24 septembre 1933 à Talence (Gironde) d'une famille médicale, athée et anticléricale.
Non baptisé dans l'enfance, élevé dans les écoles laïques, il fait ses études de médecine à Paris, où il devient Interne des Hôpitaux puis Assistant de Physiologie à la Faculté. Chirurgien pendant une quinzaine d'années, il exerce ensuite la médecine préventive pendant plus de huit années avant de pratiquer l'homéopathie et l'acupuncture. Au passage, il aura été membre de la Société d'Urologie, membre de la Société de Médecine Préventive et Sociale, Vice-Président de l'Observatoire Régional de Santé de Bretagne, Prix du Haut Comité de la Sécurité Sociale.
Il s'est converti de manière soudaine à cinquante ans à Lourdes.
Depuis sa retraite, il a écrit quatre livres, est membre sociétaire de l'Association des Ecrivains Catholiques, et membre du Comité d'honneur de l'Alliance pour les Droits de la Vie."

Claude le Liseur
Messages : 3910
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » dim. 29 janv. 2006 17:48

Glicherie a écrit :http://www.cailletm.com/index.php/Petits-mots

Blog interessant d'un franc-maçon converti au christianisme (Kto), et qui témoigne de l'incompatibilité qu'il a vécu entre la franc-maçonnerie et la Foi chrétienne.

extrait:
Christianisme et Francs-maçons
Par Maurice Caillet, dimanche 24 juin 2001 à 20:35 :: Petits mots :: #7 :: rss

Depuis le mois de septembre dernier, j'ai été invité dans différentes villes de l'hexagone à donner des conférences-témoignages sur ma conversion et sur l'incompatibilité entre la religion révélée qu'est le christianisme et la philosophie humaniste des francs-maçons. Je prends Dieu lui-même à témoin que je n'ai jeté l'anathème sur personne, mais seulement sur des idées, des opinions qui me paraissent contestables, car elles font l'impasse sur Jésus, vrai homme et vrai Dieu, et sur son Esprit qui agit dans le monde.

A Dijon, à Bailly ( Versailles ), à Angers, à Brest, à Marseille, à Redon, à Derval en Bretagne, à Châteauroux, à Saint-Pierre-de-Colombier dans l'Ardèche, j'ai rencontré des centaines de personnes, qui n'imaginaient pas le fossé qui sépare ces deux visions du monde, et qui ne comprenaient pas toujours la sévérité des condamnations papales, constantes de 1738 à nos jours, jusqu'à l'interdiction de la Communion aux francs-maçons, de toutes obédiences, prononcée par Rome en 1983 et confirmée par le Saint-Père.

Je remercie toutes ces personnes qui ont consacré plus de deux heures chacune, à ces débats, qui n'ont rien d'académiques, car ils engagent tout être humain de sa conception à sa mort naturelle, et la société toute entière dans ses choix éthiques. La moitié de mes auditeurs avait de 15 à 35 ans, à des âges où, heureusement on a soif d'absolu, où l'on recherche la Vérité, et où on ne peut se satisfaire du relativisme maçonnique, qui est à la base de tous les compromis, voire des pires compromissions. Cette Vérité, c'est Jésus, sa vie et son enseignement. Inutile d'aller chercher ailleurs la Lumière avec un grand L, ou la Connaissance avec un grand C. Le mur de Berlin est tombé contre toute attente; prions pour la conversion des francs-maçons, Dieu attend leur retour avec amour, comme le père du fils prodigue. ( Luc 15, 11-32 ). Je rends grâce, déjà, pour les quelques francs-maçons qui ont quitté leur loge à la suite de mon témoignage. Puisse mon interview sur Radio Notre Dame, à Paris, les 4 et 5 juin dernier, en entraîner d'autres: il y va du salut de leur âme, de leur vie éternelle.
J'ai passé ce ouiquende dans le chalet familial en Valais et, comme chacun sait, on trouve parfois des choses étonnantes dans les bibliothèques des maisons de campagne. En fouillant ma collection de vieux Cahiers de Chiré, édités par la maison d'édition catholique intégriste de ce nom, je suis tombé sur un long article (dix-neuf pages) où ce Docteur Caillet raconte son parcours spirituel de la franc-maçonnerie au romano-catholicisme. L'article semble en fait retranscrire une conférence donnée par ce médecin qui est maintenant très engagé contre la maçonnerie. Les choses sont surtout vues à travers la problématique de l'avortement, où il explique qu'il a complètement rejeté l'avortement (euphémisme politiquement correct: interruption volontaire de grossesse) après sa conversion, alors qu'il en avait été un promoteur en Bretagne.

Le lecteur plus intéressé pourra essayer de se procurer ce Cahier de Chiré au cours d'une des campagnes promotionnelles d'été de la maison en question.

Je me contente de reproduire ici le prologue de cet article:

"Ancien chirurgien-gynécologue, athée, divorcé-remarié, j'ai été Vénérable d'une Loge du Grand Orient de France à Rennes et pionnier de la contraception et de l'I.V.G. en Bretagne, mais "Rien n'est impossible à Dieu" (Luc, 1, 37), et j'ai été converti soudainement à Lourdes, baptisé à cinquante ans; mon épouse et moi-même nous sommes mariés religieusement, bergers d'un groupe de prières, membres de Mère de Miséricorde et de l'Alliance pour les Droits de la Vie.
Je suis heureux de témoigner de la Miséricorde de Dieu qui m'a accordé son pardon, alors que je me suis opposé à la vie, car j'ai attenté à la vie de nombreux êtres, en toute impunité, je me suis opposé à Dieu lui-même qui est la Vie, comme Il l'a dit lui-même:
"Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie." (Jean, 14, 6)""
(Maurice Caillet, "Civilisation d'amour ou société mortifère", in Cahiers de Chiré n° 18, Editions de Chiré, Chiré-en-Montreuil 2003, pp. 85-103; extrait de la page 85.)

Pour ma part, je ne manque pas, une fois de plus, d'être choqué par la confusion entretenue entre l'avortement (dont on sait qu'il a de graves implications morales) et la contraception. En outre, je me demande bien ce que peut être le "berger" d'un "groupe de prières".

Voici maintenant, page 103 de l'article, la notice biographique du Docteur Caillet:

"Maurice CAILLET est né le 24 septembre 1933 à Talence (Gironde) d'une famille médicale, athée et anticléricale.
Non baptisé dans l'enfance, élevé dans les écoles laïques, il fait ses études de médecine à Paris, où il devient Interne des Hôpitaux puis Assistant de Physiologie à la Faculté. Chirurgien pendant une quinzaine d'années, il exerce ensuite la médecine préventive pendant plus de huit années avant de pratiquer l'homéopathie et l'acupuncture. Au passage, il aura été membre de la Société d'Urologie, membre de la Société de Médecine Préventive et Sociale, Vice-Président de l'Observatoire Régional de Santé de Bretagne, Prix du Haut Comité de la Sécurité Sociale.
Il s'est converti de manière soudaine à cinquante ans à Lourdes.
Depuis sa retraite, il a écrit quatre livres, est membre sociétaire de l'Association des Ecrivains Catholiques, et membre du Comité d'honneur de l'Alliance pour les Droits de la Vie."

Glicherie
Messages : 365
Inscription : ven. 18 juin 2004 14:41

Message par Glicherie » ven. 03 févr. 2006 13:03

http://orthodoxe.free.fr/files/Protocole_UACORO.pdf

Dans la procédure d'intégration des clercs ex-Uacoro dans l'Eglise Orthodoxe (il n'y a pas de "ré" ordination parcequ'ils furent ordonnés avant la déposition de Gilles Bertrand Hardy en 93), en appui de la profession de foi orthodoxe, il est clairement stipulé l'interdiction d'appartenir à la franc-maçonnerie.

nicolasp
Messages : 18
Inscription : lun. 14 mars 2005 19:13

Message par nicolasp » mar. 21 févr. 2006 0:22

berger d'un groupe de prière

C'est une expression qu'on emploie dans les «communautés nouvelles» du «renouveau charismatique». C'est tout ce que j'en sais.
Nicolas

Anne Geneviève
Messages : 1041
Inscription : lun. 30 mai 2005 19:41
Localisation : IdF
Contact :

Message par Anne Geneviève » mar. 21 févr. 2006 16:59

Le terme "berger" est effectivement employé pour désigner le chef d'une communauté ou d'un groupe de prière du renouveau charismatique. A ma connaissance, il n'a pas d'autre emploi dans le domaine ecclésial. Il désigne un homme, prêtre ou plus souvent laïc, qui a la responsabilité à la fois de l'organisation du groupe et de son cheminement spirituel. Cela se traduit par une forme de pouvoir assez périlleuse dans la mesure où le dit "berger", à force de voir les autres comme des moutons (euh, pardon, des brebis...), est souvent tenté par l'abus de pouvoir.
"Viens, Lumière sans crépuscule, viens, Esprit Saint qui veut sauver tous..."

Glicherie
Messages : 365
Inscription : ven. 18 juin 2004 14:41

Message par Glicherie » lun. 24 juil. 2006 16:05

Ce genre de publication, en 1992, soit 1 an avant la déposition de Gilles Bertrand Hardy par le Saint Synode Roumain, n'avait-elle pas de quoi irriter légitimement...?


Chrétiens et Franc-maçons dialoguent

Nouvelle série, n° 23

Dossier édité par Jacques Lemaire et Bernard Thuilier



Table des matières
Jacques Lemaire
Avant-propos

Hervé Hasquin
Franc-maçonnerie et politique
À propos du fantasme judéo-maçonnique

Georges Van Hout
Relations entre Chrétiens progressistes, Laïques engagés et Franc-maçons (1963-1967).
Un témoignage

Rencontre entre chrétiens et francs-maçons du 13 novembre 1992

Hervé Hasquin
Introduction

Mgr Germain
Sacrement et initiation


Andries Van Den Abeele
Le secret maçonnique

Mgr Paul Van Den Berghe
Pour un dialogue sur le fond des choses

Jacques Lemaire
Franc-maçon libéral... et heureux de l'être

Pierre Verval
Franc-maçonnerie et Église : un conflit sans objet ?

Jean-François Var
Propos sur la franc-maçonnerie chrétienne


Luc Nefontaine
Catholique ou Franc-maçon ?

Robert Hostetter
L'Église protestante et la franc-maçonnerie

Débat




Hervé Hasquin Les fondements de l'esprit laïque dans l'Europe contemporaine

Éditions de l'Université de Bruxelles
©1993, 126 p., 11,15 €

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » lun. 24 juil. 2006 16:36

Tout dépend du contenu de ces conférences. C'est le contenu seul qui est condamnable ainsi que l'appartenance à la maçonnerie tout en étant chrétien ou la complicité tacite; pas le fait d'aller prêcher où que ce soit conformément à l'activité missionnaire de l'Eglise.
Il faudrait donc que vous nous livriez les contenus condamnables selon votre analyse de ces textes. Sinon vous restez dans l'invective, ce qui n'a pas lieu d'être sur le forum.

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » ven. 29 août 2008 16:29

Cette rubrique lue par le site maçonnique:
http://www.hiram.be/index.php?subaction ... g_start=45
Peut-on être orthodoxe et Franc-Maçon ?
Lundi 14 Mai 2007

On connaît la réponse pour les catholiques puisque le Vatican estime inconciliable la double appartenance. Dans le Forum Orthodoxe francophone forum-orthodoxe.com, on peut trouver un débat sur la condamnation par les églises orthodoxes de la Franc-Maçonnerie. Ces échanges sont publiés sous le titre : Moi, prêtre et franc-maçon

De ces échanges, il apparaît que la Franc-Maçonnerie aurait été condamnée par les églises dites autocéphales de Grèce (1933), de Roumanie (1937, de Chypre (depuis 1815), par l'église (autonome) orthodoxe en Amérique, par l'église russe hors frontières. Certains patriarches de Constantinople auraient cependant été Francs-Maçons.

Le débat sur le forum est né d'un échange à partir de l'évocation de la trajectoire d'un Franc-Maçon (issu d'une famille catholique) et devenu prêtre orthodoxe (après avoir découvert René Guénon et Louis Claude Saint Martin), membre de Église catholique orthodoxe de France (l'ECOF ne semble pas reconnue par toutes les autres églises orthodoxes). Il s'agit en fait de Jean-François Var, ancien de la Grande Loge Nationale Française (il y fonda la Loge Rosa Mystica) et du Grand Prieuré des Gaules. Il publia de nombreux articles dans les Cahiers Verts du GPDG ou ailleurs, sur l'ésotérisme chrétien, la Franc-Maçonnerie chrétienne, le Régime (Rite) Ecossais Rectifié.
Ah ça Hiram, ça Hiram, ça Hiram ....

Répondre