Dimanche des Myrophores

Pas de discussions dans ce forum destiné exclusivement à une mise à disposition de textes issus du cycle liturgique orthodoxe. Pour toute réflexion sur ces textes, merci de vous reporter au forum général.

Modérateur : Auteurs

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Dimanche des Myrophores

Message par Monique » lun. 01 mai 2006 10:50

DIMANCHE DES MYROPHORES

Image
SOURCE



LE SAMEDI SOIR AUX PETITES VÊPRES

Lucernaire, t. 2
Celui qui est né du Père avant les siècles, * le Verbe de Dieu, * qui as pris chair de la Vierge Marie, * venez, adorons-le, * car il a souffert la croix et le tombeau, * selon son bon vouloir, * et il est ressuscité des morts, * pour sauver ceux qui étaient perdus. Le Christ notre Sauveur * a cloué sur la croix la cédule écrite contre nous, * pour effacer notre condamnation * et briser la force de la mort: * adorons sa Résurrection le troisième jour. Avec les Archanges chantons * la Résurrection du Christ, * sauveur et libérateur de nos âmes, * qui reviendra dans la gloire * avec force et puissance, * pour juger le monde qu'il a créé. Après la croix et le tombeau, * un Ange proclame ta seigneurie, * disant aux saintes femmes: * Venez et voyez l'endroit où gisait le Seigneur; * selon sa parole, il est ressuscité, * le Seigneur tout-puissant. * O Christ, source de vie, * qui seul possèdes l'immortalité, * prends pitié de nous qui nous prosternons devant toi.

Gloire au Père...

Pourquoi mêler vos pleurs * à la myrrhe que vous portez? * La pierre est roulée, la tombe vidée. * Voyez comment la vie a triomphé de la mort, * le témoignage éclatant que rendent les scellés, * voyez quel sommeil appesantit la garde des impies; * ce qui jadis était soumis à la mort * est sauvé par la chair de notre Dieu, * l'Enfer exhale sa douleur. * Courez donc avec joie vers les Apôtres et dites-leur: * Le Christ vainqueur de la mort et premier-né d'entre les morts *vous précède en Galilée.

Maintenant

Théotokion

Le grand mystère que voici: * les merveilles contemplées me forcent à proclamer * la divinité sans nier l'humanité, * car l'Emmanuel a ouvert * les portes de la nature, en son amour pour nous, * sans briser les scellés de la virginité, puisqu'il est Dieu; * mais comme par l'Annonce il y entra, * ainsi est-il sorti du sein maternel * et, comme il fut conçu, de même il s'incarna; * sans passions il pénétra, * ineffablement il en sortit, * selon l'oracle du Prophète disant: * Cette porte sera fermée, * nul n'y passera, si ce n'est* le seul Seigneur, Dieu d'Israël* qui nous porte la grâce du salut.

Apostiches, t. 2

Ta Résurrection, ô Christ Sauveur, * illumine tout l'univers, * en ta grâce tu rappelles ta propre création: * Seigneur tout-puissant, gloire à toi.

Je célébrerai ton nom d'âge en âge.

L'allégresse des opprimés, * la protectrice de qui souffre injustement, * la nourricière des affamés, * la consolatrice des étrangers, * le havre des cœurs tourmentés, * pour les malades, celle qui vient les visiter, * pour ceux que tant de peines ont accablés, * le secours, la protection, * quant aux aveugles leur bâton, * c'est toi, ô Mère du Très-Haut, * Vierge pure, nous t’en prions, * hâte-toi de sauver tes serviteurs.

Écoute, ma fille, regarde et tends l'oreille.

Hélas, j'ai commis * sans mesure tout péché, * toute faute, sans compter; * me voilà désormais * digne de toute condamnation: * ô Vierge, accorde-moi * l'occasion du repentir, * afin qu'en l'au-delà * j'évite d'être condamné;* comme ambassadrice je t'inscris,* mon avocate, c'est toi, * fais que je n'aie pas à rougir, Épouse de Dieu.

Devant ta face imploreront les plus puissants.

Auprès du Créateur et Seigneur, * nous n'avons d'autre refuge que toi, * divine Épouse immaculée; * ne nous refuse pas ton ardente protection, * ne méprise pas les amants de ton nom * qui sous tes ailes se réfugient; * toi la Mère de notre Dieu, * montre-nous vite le trésor de ton amour * et sauve-nous des menaces qui pèsent sur nous.
Gloire... Maintenant, t. 2

Les Myrophores, parties de bon matin * et joignant ton sépulcre avec empressement, * te cherchaient, ô Christ, pour embaumer ton corps immaculé; * mais, après les paroles que l'Ange leur adressa, * elles coururent vers les Apôtres en messagères de joie, * disant: I1 est ressuscité, le Principe de notre salut; * vainqueur de la mort, au monde il a porté * grande miséricorde et immortelle vie.

Tropaire: Le noble Joseph (voir à la fin des Grandes Vêpres).

GRANDES VÊPRES

Tropaire pascal, chanté en tout 3 fois. Psaume 103. Grande Litanie de paix et Premier Cathisme. Au Lucernaire, on chante 10 stichères, en répétant les 4 premiers.


Lucernaire, t 2
Celui qui est né du Père avant les siècles, * le Verbe de Dieu, * qui a pris chair de la Vierge Marie, * venez, adorons-le, * car il a souffert la croix et le tombeau, * selon son bon vouloir, * et il est ressuscité des morts, *pour sauver ceux qui étaient perdus.

Le Christ notre Sauveur * a cloué sur la croix la cédule écrite contre nous, * pour effacer notre condamnation * et briser la force de la mort: * adorons sa Résurrection le troisième jour. Avec les Archanges chantons * la Résurrection du Christ, * sauveur et libérateur de nos âmes, * qui reviendra dans la gloire * avec force et puissance, * pour juger le monde qu'il a créé.

*

Après la croix et le tombeau, * un Ange proclame ta seigneurie, * disant aux saintes femmes: * Venez et voyez l'endroit où gisait le Seigneur; * selon sa parole, il est ressuscité, * le Seigneur tout-puissant. * O Christ, source de vie, * qui seul possèdes l'immortalité, * prends pitié de nous qui nous prosternons devant toi. Par ta croix tu as aboli * la malédiction méritée sous l'arbre défendu, * par ta sépulture tu as détruit la force de la mort * et par ta Résurrection * tu as illuminé le genre humain; * aussi nous te chantons: * Christ, notre bienfaiteur et notre Dieu, gloire à toi. Devant toi, Seigneur, * les portes de la mort s'ouvrirent en tremblant, * à ta vue, les gardiens de l'Enfer furent saisis de frayeur; * car tu as abattu les portes d'airain * et brisé tous les verrous * afin de nous tirer des ténèbres et de l'ombre de la mort * et de rompre les liens qui nous tenaient enchaînés.


Chantant l'hymne du salut, * venez, tous les fidèles, prosternons-nous * dans la maison du Seigneur en disant: * O Crucifié sur le bois * et ressuscité d'entre les morts, * toi qui es assis à la droite du Père, efface nos péchés.

*

Les Myrophores, de bon matin, * prenant des aromates, vinrent au sépulcre du Seigneur * et, trouvant ce qu'elles n'attendaient point, * s'inquiétèrent du changement survenu * et, devant la pierre roulée, l'une à l'autre se disaient: * Où sont les scellés du tombeau, * où est la garde que Pilate a envoyée * avec tant de précaution? * Mais leur incertitude fut dissipée * quand elles virent l'Ange resplendissant * qui leur demanda: Pourquoi cherchez-vous * avec des larmes celui qui vit * et vivifie le genre humain? * I1 est ressuscité d'entre les morts, * le Christ, notre Dieu tout-puissant, * qui nous accorde à tous l'immortelle vie, * l'illumination et la grâce du salut.

Pourquoi mêler vos pleurs * à la myrrhe que vous portez? * La pierre est roulée, la tombe vidée. * Voyez comment la vie a triomphé de la mort, * le témoignage éclatant que rendent les scellés, * voyez quel sommeil appesantit la garde des impies; * ce qui jadis était soumis à la mort * est sauvé par la chair de notre Dieu, * l'Enfer exhale sa douleur. * Courez donc avec joie vers les Apôtres et dites-leur: * Le Christ vainqueur de la mort et premier-né d'entre les morts * vous précède en Galilée.

Les Myrophores, parties de bon matin * et joignant ton sépulcre avec empressement, * te cherchaient, ô Christ, pour embaumer ton corps immaculé; * mais, après les paroles que l'Ange

leur adressa, * elles coururent vers les Apôtres en messagères de joie, * disant: Il est ressuscité, le Principe de notre salut; * vainqueur de la mort, au monde il a porté * grande miséricorde et immortelle vie.

Gloire au Père, t. 6

Les femmes porteuses de parfums, * arrivées devant le tombeau * et du sépulcre voyant les scellés, * mais ne trouvant pas ton corps immaculé, * après l'empressement de leur venue, * maintenant gémissaient en disant: * Qui nous a dérobé notre espoir, * qui a pris un cadavre nu et embaumé * qui pour une Mère était la seule consolation? * Hélas, comment fut mis à mort * celui qui vivifie le genre humain, * comment fut mis en tombe le vainqueur de l'Enfer? * Mais, dans ta puissance, Sauveur, * ressuscite le troisième jour, * ainsi que tu l'as dit,* pour accorder à nos âmes la grâce du salut.

Maintenant, t. 2 Dogmatique

L'ombre de la Loi s'évanouit devant la grâce * et, comme brûlait le buisson ardent sans être consumé, * ô Vierge, tu as enfanté * et vierge tu es demeurée; ~ le Soleil de justice s'est levé * au lieu de la colonne de feu; * à la place de Mo~se * voici le Christ, le Sauveur de nos âmes.

Entrée. Lumière joyeuse.

Prokimenon, t. 6 Le Seigneur règne, * revêtu de majesté.
Vts: 1. Le Seigneur s'est revêtu de puissance, il l'a nouée comme ceinture à ses reins. 2 . Tu fixas l'univers, inébranlable, ton trône est stable pour toujours. 3. A ta demeure convient la sainteté, Seigneur, pour la suite des Jours.


Litie, t 1
Femmes porteuses de parfums, * que venez-vous faire au tombeau, * pourquoi chercher parmi les morts celui qui vit? * Prenez courage, dit l'Ange resplendissant: * il est ressuscité, le Seigneur! `' Craintivement, les femmes étaient venues * vers ton sépulcre avec des parfums * pour embaumer ton corps immaculé; * mais, ne le trouvant pas, l'une l'autre s'interrogeaient, * dans l'ignorance de la Résurrection, * lorsqu'un Ange leur apparut et leur dit: * Le Christ est ressuscité, nous accordant la grâce du salut.
Marie Madeleine et l'autre Marie * vinrent au sépulcre, cherchant le Seigneur; * elles virent un ange resplendissant comme l'éclair: * il était assis près de la pierre et leur disait: * Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui vit? * I1 est ressuscité, comme il l'a dit, * vous le trouverez en Galilée. * Et, nous prosternant devant lui, nous chantons: * Ressuscité d'entre les morts, Seigneur, gloire à toi.

Gloire au Père, t. 6

Joseph réclama ton corps immaculé * et dans un sépulcre neuf le déposa: * comme d'une chambre nuptiale tu devais sortir du tombeau; * ô Christ qui as brisé l'empire de la mort * pour ouvrir aux hommes les portes du Paradis, * gloire à toi, Seigneur Jésus. Maintenant...
Théotokion
Mon créateur et mon libérateur, le Seigneur Jésus Christ, * Vierge pure, en sortant de ton sein, * de tout mon être s'est revêtu * pour délivrer Adam de l'antique malédiction; * c'est pourquoi, Vierge Mère de Dieu, * nous ne cessons de t'adresser l'angélique salutation: * Souveraine, réjouis-toi * qui nous protèges et nous défends pour que nos âmes soient sauvées.

Apostiche, t 2

Ta Résurrection, ô Christ Sauveur, * illumine tout l'univers, * en ta grâce tu rappelles ta propre création: * Seigneur tout-puissant, gloire à toi.

Stichères de Pâques,

1. Que Dieu se lève * et que ses ennemis se dispersent!

Pâque, ta sainteté se révèle en ce jour à nos yeux: * Pâque nouvelle et sacrée, * Pâque mystique du Seigneur, * Pâque vénérable, * Pâque du Christ libérateur, * Pâque tout-immaculée, * Pâque à nulle autre pareille, * Pâque des fidèles, * Pâque nous ouvrant les portes du Paradis, * Pâque dont tout fidèle reçoit la sainteté.

2. Comme se dissipe la fumée ils se dispersent, * comme fond la cire en face du feu!

Venez, femmes annonciatrices ~ ce que vous avez perçu, * et dites à Sion: * Reçois de nous la joyeuse nouvelle * de la Résurrection du Christ; * exulte de joie, * Jérusalem, danse d'allégresse, * voyant le Christ ton Roi * sortir du tombeau, comme de la chambre un époux.

3. Périssent les impies en face de Dieu, * mais les justes jubilent devant lui!

Les porteuses de parfum, * venues de bon matin * au sépulcre de la Source de vie, * trouvèrent un Ange assis * sur la pierre du tombeau, * et cet Ange leur parla ainsi: * Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui vit, * pourquoi pleurez-vous sur la tombe du Seigneur immortel? * Allez informer ses Disciples de la Résurrection.

4. Voici le jour que fit le Seigneur, * exultons d'allégresse et de joie.

Pâque de toute beauté, * Pâque, divine Pâque, * Pâque vénérable se levant sur nous, * Pâque, joyeusement l'un l'autre embrassons-nous. * O Pâque, rédemption de nos peines, * car, en ce jour, du tombeau * comme au sortir de la chambre nuptiale * resplendissant s'est levé * le Christ, comblant de joie les myrophores en leur disant: * Informez les apôtres de ma résurrection!

Gloire au Père, t. 5

Toi qui te revêts de la lumière comme d'un manteau, * Joseph et Nicodème te descendent de la croix * et, te voyant sans vie, sans vêtement ni sépulture, * de leur cœur ils font jaillir cette plainte mêlée de tant de larmes: * Hélas, ô très-doux Sauveur, * le soleil s'est revêtu de ténèbres lorsqu'il te vit suspendu au bois de la croix, * et la terre entière a tremblé d'effroi * et du Temple le voile s'est déchiré, * et moi-méme je puis voir * quelle mort tu as voulu souffrir pour moi. * O mon Dieu, comment t'ensevelir * et de quel linceul pourrai-je te couvrir, * de quelles mains toucher ton corps immaculé, * de quelle hymne puis-je accompagner ton trépas, a Seigneur compatissant? * Je célèbre et magnifie ta Passion, * et je chante ta Sépulture et ta Résurrection en disant: * Seigneur, gloire à toi.

Maintenant...

C'est le jour de la Résurrection, * en cette fête rayonnons, * l'un l'autre embrassons-nous; * du nom de frères appelons même nos ennemis, * pardonnons à cause de la Résurrection * afin de pouvoir chanter:

Le Christ est ressuscité des morts,* par sa mort il a triomphé de la mort, * il

nous délivre du tombeau * pour nous donner la vie. (1 fois)

Après le Cantique de Siméon, Trisagion et Prière du Seigneur. Si l'on fait la Vigile, on chante Réjouis-toi, Vierge Mère de Dieu; sinon:

Tropaire, t. 2
L`orsque tu es descendu vers la mort, immortelle Vie, * l'Enfer fut renversé par la splendeur de ta divinité * et, lorsque tu ressuscitas les morts * qui gisaient au fond du tombeau, * tous les Anges dans les cieux se mirent à chanter: * Gloire à toi, Source de vie, ô Christ notre Dieu.

Gloire au Père... Le noble Joseph, lorsque de la croix * il eut descendu ton corps immaculé, * l'enveloppa d'un blanc linceul * et l'embauma de précieux parfums, * et pour sa sépulture il le déposa dans un tombeau tout neuf; * mais le troisième jour tu es ressuscité, Seigneur, * accordant au monde la grâce du salut.

Maintenant...

Près du sépulcre, un Ange du Seigneur * apparut aux Myrophores et leur dit: * Aux morts conviennent la myrrhe et les aromates; * le corps du Christ est affranchi de toute corruption; * chantez plutôt: I1 est ressuscité, le Seigneur, * accordant au monde la grâce du salut.[/b]

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Message par Monique » lun. 01 mai 2006 10:53

MATINES

Tropaire pascal, chanté 3 fois en tout. Gloire à Dieu au plus haut des cieux etc., et l'hexapsalme. Grande litanie, puis Le Seigneur est Dieu.

Tropaire, t. 2 2,
Lorsque tu es descendu vers la mort, immortelle Vie, * l'Enfer fut renversé par la splendeur de ta divinité * et, lorsque tu ressuscitas les morts * qui gisaient au fond du tombeau, * tous les Anges dans les cieux se mirent à chanter: * Gloire à toi, Source de vie,
ô Christ notre Dieu.

Gloire au Père .,

Le noble Joseph, lorsque de la croix * il eut descendu ton corps immaculé, * l'enveloppa d'un blanc linceul * et l'embauma de précieux parfums, * et pour sa sépulture il le déposa dans un tombeau tout neuf; * mais le troisième jour tu es ressuscité, Seigneur, * accordant au monde la grâce du salut.

Maintenant... .,

Près du sépulcre, un Ange du Seigneur * apparut aux Myrophores et leur dit: * Aux morts conviennent la myrrhe et les aromates; * le corps du Christ est affranchi de toute corruption; * chantez plutôt: I1 est ressuscité, le Seigneur, * accordant au monde la grâce du salut.

Cathisme I, t. 2
Toi qui n'as pas empêché que fût scellée * la pierre du tombeau, * tu nous donnas le roc de la foi * par ta Résurrection; ô Seigneur, gloire à toi.

Gloire au Père...

Sans quitter le sein paternel, * pour notre salut tu assumas * la Sépulture et la Résurrection; Seigneur, gloire à Toi.

Maintenant... Théotokion

Tes mystères dépassent tous l'entendement * et tous, ils sont glorieux, ô Mère de Dieu; * vierge et sainte, tu l'es sans faille demeurée * et mère, tu le fus véritablement lorsque tu mis au monde le vrai Dieu. * Intercède auprès de lui pour qu'il sauve nos âmes.

Cathisme II, t.2

Les Myrophores, venues de bon matin * et voyant le tombeau vide du Seigneur, * coururent vers les Apôtres en disant: * Le Puissant a brisé la force de la mort, * et ceux que l'Enfer retenait en ses liens, * il les a tous délivrés; * proclamez avec confiance qu'il est vraiment ressuscité, * le Christ notre Dieu qui nous accorde la grâce du salut.

Gloire au Père...

Les femmes pourvues de myrrhe pour t'embaumer * vinrent en cachette au sépulcre, de bon matin, * craignant l'arrogance des Juifs * et prévoyant la garde assurée par les soldats; * leur faible nature triompha de la virile fermeté, * car la tendresse trouve grâce auprès de Dieu; * aussi crièrent-elles: Ressuscite, Seigneur, * protège-nous et sauve-nous, pour l'amour de ton nom.

Maintenant... Théotokion

Plus que toutes de gloire comblée, * nous te chantons, ô Mère de Dieu; * la mort fut mise à mort et l'Enfer terrassé * par la Croix de ton Fils; * de la mort il nous a fait ressusciter, * nous accordant l'éternelle vie; * le Paradis nous est offert de nouveau * pour y jouir comme autrefois; * aussi dans l'action de grâce nous glorifions* l'amour et la puissance du Christ notre Dieu.

Polyéléos: Louez le nom du Seigneur, louez-le... et les Evloghitaires de la Résurrection: Les Chœur angéliques...
Hypakoi t. 2

Les femmes au sépulcre s'étaient rendues * après la Passion, pour embaumer ton corps: * elles virent des Anges dans le tombeau * et furent saisies de frayeur, * car ils dirent: Le Seigneur est ressuscité * pour accorder au monde la grâce du salut.

Anavathmi, t. 2

Antienne 1
Je lève vers le ciel * les yeux de mon cœur * vers toi, Sauveur: * sauve-moi par ta rayonnante clarté.

Aie pitié de nous, * car nous avons péché maintes fois, * à toute heure, 0 mon Christ: * avant la fin donne-nous la grâce de retourner vers toi.

Gloire... Maintenant...

Il revient à l'Esprit saint * de gouverner, de sanctifier, * de mouvoir la création, * car il est Dieu, consubstantiel au Père et au Fils.

Antienne 2

Sans l'assistance du Seigneur * qui est présent parmi nous, * nul ne pourrait se garder * de l'Ennemi qui désire notre mort.

A leurs dents ne livre pas * ton serviteur, ô mon Dieu, * car pareils à des lions * mes ennemis se jettent contre moi.

Gloire... Maintenant...

Au saint Esprit l'empire et l'honneur,* puisqu'à toute créature * il donne force comme Dieu, * les maintenant dans le Père par le Fils.


Antienne 3

Qui bien se fie dans le Seigneur * ressemble à la sainte montagne de Sion: * il ne sera jamais ébranlé * par les attaques de l'Ennemi.

Ceux qui vivent selon Dieu, * qu'ils ne tendent vers le crime leurs mains, * car le Christ ne laisse pas tomber * son héritage sous le sceptre des impies.
Gloire... Maintenant...

Toute sagesse prend source en l'Esprit saint, * par lui la grâce aux Apôtres est donnée, * par lui les Martyrs sont couronnés dans les combats* et les Prophètes reçoivent leurs visions.

Prokimenon, t. 2: Éveille-toi, Seigneur,défends ma cause au jugement,* et l'assemblée des peuples fera cercle autour de toi.

Verset: Seigneur mon Dieu, en toi j'espère, sauve-moi.

Que tout ce qui vit et respire loue le Seigneur. ~

Évangile: Eothinon 4 (v. page 536).
t. 6
Ayant contemplé la Résurrection du Christ, * prosternons-nous devant notre saint Seigneur Jésus: * il est le seul sans péché. * O Christ, nous nous prosternons devant ta Croix * et nous chantons et glorifions ta sainte Résurrection, * car tu es notre Dieu, * nous n'en connaissons nul autre que toi: * ton nom, nous le proclamons; * venez, tous les fidèles, * prosternons-nous devant la sainte Résurrection du Christ; * voici que par la croix la joie a pénétré le monde entier; * sans cesse louons le Seigneur * et chantons sa Résurrection, * car en souffrant pour nous sur la croix * il a détruit la mort par sa mort. (3 fois)

Psaume 5O.


t. 6

Gloire au Père: Par les prières des Apôtres, * dans ta bonté, Seigneur, * efface la multitude de nos péchés.

Maintenant: Par les prières de la Mère de Dieu...

Aie pitié de moi, ô Dieu, * en ta grande bonté, * en ton immense miséricorde efface mon péché. `'

Ressuscité du tombeau * comme il l'avait prédit, * Jésus nous donne l'éternelle vie * et la grâce du salut.

Prière: Sauve, Seigneur, ton peuple... avec les 12 Kyrie eleison.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Message par Monique » lun. 01 mai 2006 10:57

Matines suite

Canon de Pâque et de la Mère de Dieu.

Le canon de la Fête (ton 2) a pour auteur `' André de Crète. Catavasies de Pâques.

Ode 1, t.1
« Jour de la Résurrection! * Peuples, rayonnons de joie: * c'est la Pâque, la Pâque du Seigneur! * De la mort à la vie, * de la terre jusqu'au ciel * le Christ notre Dieu nous conduit: * chantons la victoire du Seigneur.

Purifions nos sentiments * et nous verrons le Christ * resplendissant de l'inaccessible clarté * de sa Résurrection; * et nous l'entendrons dire: * Réjouissez-vous * en chantant la victoire du Seigneur.

Le ciel se réjouisse comme i1 convient * et la terre soit avec lui dans la joie, * qu'à cette fête prenne part * l'univers tout entier, * le monde visible et l'immatériel, * car il est ressuscité, * le Christ, notre allégresse sans fin.

*

La borne de la mort, tu l'as renversée* lorsque tu enfantas le Christ, l'éternelle Vie, * qui de tombe s'est levé maintenant, * illuminant le monde, ô Vierge immaculée.


Voyant ressuscité ton Fils et notre Dieu, * avec les Apôtres tu jubiles, Pleine de grâce immaculée; * la première, ô Mère de Dieu, tu as reçu * l'annonce du salut comme principe de toute joie.

t.2

«Chante, 0 mon âme, le cantique de Moïse: * Le Seigneur est mon secours, ma protection, * c'est lui qui m'a sauvé, * il est mon Dieu et je veux le glorifier.

Sur la croix corporellement * tu as souffert, impassible Divinité, * et ton côté fut transpercé, * ouvrant au monde un flot de sang et d'eau: * tu es notre Dieu, nous te glorifions.

Je vénère ta Crucifixion, * je glorifie ta Mise au tombeau, * me prosternant, je chante ta Résurrection * et je te crie, Seigneur de bonté: * tu es notre Dieu, nous te glorifions.

Le fiel, tu l'as goûté, Seigneur * en qui l'Église trouve sa douceur; * de ton côté que la lance a transpercé * tu fis jaillir notre immortalité: * tu es notre Dieu, nous te glorifions.

Sauveur qui fis lever les morts, * parmi les morts cependant tu fus compté; * et tu goûtas la mort sans que ton corps* ait connu la poussière du tombeau; * tu es notre Dieu, nous te glorifions.

Sion se réjouisse et que le ciel * exulte d'allégresse comme nous: * il est ressuscité, le Christ, * ressuscitant les morts, qui chantent désormais: * Tu es notre Dieu, nous te glorifions.

Joseph enveloppa d'un blanc linceul,* ô Christ, ton corps immaculé * et dans un sépulcre neuf * il te déposa, Sauveur, * toi qui divinement ressuscites les morts.

Devançant la pointe du matin, * les saintes Myrophores ont vu le Christ; * aux Disciples elles ont annonce: * Le Christ est vraiment ressuscité, * venez le chanter avec nous.

Gloire:
Très-sainte Trinité, unique Divinité * sans fin et sans commencement, * Père, Fils et saint Esprit, * accorde au monde le salut: * tu es notre Dieu, nous te glorifions.

Théotokion: En ton sein, ô Vierge immaculée, * tu fis cesser l'antique malédiction; * et tu fis fleurir notre bénédiction * en mettant au monde ton Enfant: * il est Dieu, bien que porteur de notre chair.

« Jour de la Résurrection! * Peuples, rayonnons de joie: * c'est la Pâque, la Pâque du Seigneur! * De la mort à la vie, * de la terre jusqu'au ciel * le Christ notre Dieu nous conduit: * chantons la victoire du Seigneur.

Ode 3

« Venez, buvons tous au flot nouveau * de la source d'immortalité * merveilleusement jaillie * non plus du rocher dans le désert, * mais sur le tombeau du Christ, * notre force et notre joie.

De lumière, maintenant, * est rempli tout l'univers * au ciel, sur terre et aux enfers; * que désormais toute la création * célèbre la Résurrection du Christ, * notre force et notre joie!

Hier, avec toi, ô Christ, j'étais enseveli, * avec toi je me réveille aujourd'hui, * prenant part à ta Résurrection; * après les souffrances de ta crucifixion, * accorde-moi de partager, Sauveur, * la gloire du royaume des cieux.

*

A la vie qui ne connaît plus de couchant * je retourne en ce jour par la bonté * de celui qui est né de toi, ô Vierge immaculée, * et fait luire son éclat sur les confins de l'univers.

Le Dieu que tu as mis au monde dans la chair * est ressuscité des morts comme il l'avait prédit: * l'ayant vu de tes yeux, 0 Vierge immaculée, * danse et jubile, magnifie-le comme Dieu.

t. 2

« Le stérile désert de mon esprit, * Seigneur, rends-le fertile et fécond, * toi qui veilles à la croissance de tout bien, * dans ta divine bonté.

Sur la croix, Jésus, ô mon Sauveur, * tu étendis tes mains percées de clous * pour rassembler tous les peuples égarés * et les ramener vers la connaissance de Dieu.

A Pilate le peuple demanda: * Libère-nous Barabbas le malfaiteur; * et ce juste, élève-le, * crucifie le Seigneur sans péché.

O Christ, lorsque tu fus mis en croix,* la terre trembla, la lumière s'obscurcit, * beaucoup de morts surgirent du tombeau, * vénérant ta puissance, Seigneur.

Se tenant près de la croix, Seigneur Jésus, * la brebis-Mère te criait en gémissant: * Hélas, mon Fils, où va l'Agneau de Dieu * immolé pour le salut de tous?

Devant ta Croix et ta Sépulture me prosternant, * je chante ta Passion et les clous de tes mains, * la lance qui perça ton côté, * et je vénère ta sainte Résurrection.

Ressuscité, tu dépouillas notre Ennemi, * Adam et Eve sont libres, tous les deux, * échappant aux chaînes~nes de la mort * par ta sainte Résurrection.

O Christ, lorsque tu ressuscitas, * verrous et portes de l'Enfer ont éclaté, les chaînes de la mort se sont brisées,* terrifiées par ta puissance, Seigneur.

Que vienne Joseph et qu'il se tienne parmi nous, * disant: I1 est ressuscité, le Dieu que j'ai porté, * Jésus le Rédempteur qui a fait surgir Adam, * par un effet de son amour.

Que les Douze se réjouissent comme nous, * avec les Femmes porteuses de parfums, * avec Joseph et les disciples du Christ * et les saintes femmes qui ont suivi le Jésus.

Gloire:
Avec le Père je chante le Fils, * je chante aussi l'Esprit de vérité, * j'adore l'unique nature, en trois personnes la distinguant * et dans son essence l'unissant.

Théotokion: Bienheureuse: de la racine de Jessé, * ô Vierge sainte, pour notre salut * tu fis éclore dans la chair * ce rameau fleuri qu'est le Christ.

« Venez, buvons tous au flot nouveau * de la source d'immortalité * merveilleusement jaillie * non plus du rocher dans le désert, * mais sur le tombeau du Christ, * notre force et notre joie.

Cathisme, t.2

Les saintes femmes apportèrent, Sauveur, * au sépulcre la myrrhe avec ferveur * et, l'âme réjouie par un Ange resplendissant, * elles t'annoncèrent comme le Dieu de l'univers; * aux Disciples elles criaient joyeusement: * I1 est ressuscité, le Seigneur notre Vie!

Gloire au Père... Maintenant...

Le Chœur de tes Disciples s'unit * à celui des Myrophores dans la joie; * avec elles tous ensemble nous célébrons * cette fête pour glorifier ta sainte Résurrection; * par leurs mérites, Seigneur ami des hommes, nous t'en prions: * accorde à ton peuple la grâce du salut.

Ode 4

« En cette sainte nuit où nous veillons, * que le Prophète inspiré par Dieu * se tienne parmi nous * et qu'il nous montre l'Ange resplendissant * annonçant joyeusement: * Aujourd'hui, c'est le salut du monde, * car il est ressuscité, * le Christ, notre Dieu tout-puissant.

Enfant mâle premier-né * franchissant le sein virginal, * ainsi parut le Christ; * il est l'Agneau que nous mangeons, * notre Pâque immaculée,* n'ayant pas connu la souillure du péché; * il est aussi le sacrifice parfait, * puisqu'il est Dieu en vérité.

I,e Christ, notre Pâque d'expiation, * notre couronne de bénédiction, * selon son bon vouloir, * comme un agneau de sacrifice s'est offert * pour le salut de tous; * et de la tombe il s'est levé, * Soleil de justice faisant briller sur nous * la splendeur de sa clarté.

David, l'ancêtre de Dieu, dansa joyeusement * devant l'arche où le mystère était préfiguré; * et nous qui sommes à présent * le nouveau peuple saint de Dieu, * voyant le symbole réalisé, * réjouissons-nous divinement, * car il est ressuscité, * le Christ, notre Dieu tout-puissant.

*

Celui qui a formé Adam * ton premier père, ô Vierge immaculée, * fut formé de ton sein * et par sa mort il a brisé * la mort causée par le péché; * et sur tous il fait briller, * en ce jour, l'éclat divin * de sa sainte Résurrection.

Le Christ que tu as enfanté, * Vierge sainte, tu l'as vu plus bel encor * se lever resplendissant d'entre les morts;* et toi-même, éblouissante de beauté * par le charme de ta pureté, * avec les Apôtres, en ce jour, * pour le salut du genre humain * glorifie le Seigneur dans la joie.

t. 2

“Le Prophète, voyant la Vierge t'enfanter * proclama hautement: Seigneur, j'ai entendu ta voix * et je suis rempli de crainte, * car tu es venu de Théman, * ô Christ, de la sainte montagne ombragée.

Par ta croix, tu as pillé les antres de l'Hadès, * réveillant les morts et brisant l'empire de la mort: * nous chantons ta Sépulture, * nous prosternant, avec tous les fils d'Adam, * devant ta sainte Résurrection.

Sur la croix, Sauveur, tu as voulu monter, * nous rachetant de l'antique malédiction, * par un effet de ta miséricorde; * délivre-moi aussi du lien de mes passions, * car tout ce que tu veux, tu le peux accomplir.

Sur la croix tu as cloué l'antique malédiction * et sur moi tu fis jaillir la bénédiction * par le sang coulant de tes blessures; * délivre-moi, Sauveur, du lien de mes passions, * car tout ce que tu veux, tu le peux accomplir.

L'Hadès, te rencontrant, Sauveur, * fut irrité dans ses infernales profondeurs, * se voyant forcé de rendre * ceux que jadis il avait engloutis, * tous ces morts dont il devait se priver.

Malgré les scellés posés sur le tombeau * et les soldats mis en faction par les impies, * le Seigneur est ressuscité selon sa parole, * me délivrant du lien de mes passions, * car tout ce qu'il veut, il le peut accomplir.

Ressuscité du tombeau, toi qui pillas l'Enfer, * tu vivifias les morts et par ta résurrection * m'ouvris les immortelles sources: * délivre-moi, Sauveur, du lien de mes passions, * car tout ce que tu veux, tu le peux accomplir.

Que rougissent les méchants, puisque le Christ * est ressuscité, réveillant les morts et leur criant: * «Courage, j'ai vaincu le monde!» * Croyez en lui ou bien restez muets, * vous qui rejetez sa résurrection!

Aux Myrophores tu as dit: Réjouissez-vous! * lorsque du sépulcre tu fus ressuscité, * et tu fis proclamer ta Résurrection par les Apôtres; * délivre-moi, Sauveur, du lien de mes passions, * car tout ce que tu veux, tu le peux accomplir.

Honorons le noble Joseph, partisan de la piété, * membre du Conseil et disciple du Seigneur, * chantons aussi les Myrophores et les Apôtres; * avec eux tous, fidèles, célébrons * joyeusement la Résurrection du Sauveur.

Gloire: L'indivisible gloire de la suprême Divinité, * qui donc serait capable de l'énoncer? * Si elle est une par nature, * la Trinité consubstantielle et sans commencement * en trois personnes se laisse chanter.

Théotokion: Sans cesse, Mère de Dieu et Vierge immaculée, * implore celui qui dans ton sein a demeuré * et que sans semence tu mis au monde, * pour qu'il me délivre du lien de mes passions, car es capable de nous aider comme tu veux.

« En cette sainte nuit où nous veillons, * que le Prophète inspiré par Dieu * se tienne parmi nous * et qu'il nous montre l'Ange resplendissant * annonçant joyeusement: * Aujourd'hui, c'est le salut du monde, * car il est ressuscité, * le Christ, notre Dieu tout-puissant.

Ode 5
« Devançons le point du jour * pour offrir au Seigneur, * au lieu de myrrhe, l'hommage de nos chants, * et nous verrons le Christ se lever, * Soleil de justice qui nous donne à tous * la lumière et la vie.

De ton amour infini * furent témoins ceux que l'Enfer * en ses chaînes retenait captifs; * vers ta lumière, 0 Christ, * ils allaient d'un pas joyeux, * célébrant la Pâque dans l'éternité.

Tenant nos lampes allumées, * comme au-devant de l'Époux, * allons à la rencontre du Christ ressuscité, * et tous ensemble célébrons * en festive procession * la divine Pâque où nous trouvons le salut.

*

Illuminée divinement par les rayons vivifiants * de la Résurrection de ton Fils, * Mère de Dieu et Vierge immaculée, * l'assemblée des fidèles resplendit de beauté.

N'ayant pas ouvert les portes de la Vierge en t'incarnant, * du sépulcre tu n'as pas brisé les scellés, * Roi de gloire, et ta création s'est réjouie * lorsqu'elle a vu ta sainte Résurrection.

t. 2

« De mon âme repoussant l'obscurité, * à la clarté de tes divins commandements * éclaire-moi, ô Dieu Sauveur, * toi l'unique Roi de la paix.

Me dépouillant de l'antique vêtement * que m'avait tissé le semeur d'iniquité,* tu m'as revêtu, Sauveur, * de la robe d'immortalité.

Le péché m'avait, hélas, cousu * comme ceinture des feuilles de figuier,* car pour suivre le conseil du serpent * je n'avais pas gardé ton précepte, Sauveur.

Mon âme, blessée par le péché * et vulnérée par le brigandage des pensées, * le Christ, qui est venu grâce à Marie, * l'a guérie en y versant l'onction de sa pitié.

Se tenant près de la croix du Rédempteur, * la toute-pure Mère de Dieu * maternellement criait en gémissant: * Seule tu me laisses, ô mon Fils et mon Dieu!

Le Serpent, ce prince des méchants, * tu l'as détruit par l'arme de ta Croix * et, Seigneur, par ta Résurrection * tu as brisé l'aiguillon de la mort.

O Mort, où est ton aiguillon, * où est la victoire de l'Enfer? * Exulte, Adam: la mort est abolie * par la vie de celui qui ressuscite les morts.

Les femmes porteuses de parfums, * étant venues près du tombeau * de celui qui porte vie jusqu'aux enfers, * entendirent proclamer la résurrection du Christ.

Célébrant en ce jour le souvenir * des saintes femmes porteuses de parfum * et de tous tes disciples, Seigneur, * nous te chantons, en ta lumineuse Résurrection.

Tous les fidèles, célébrons comme il convient * le noble Joseph d'Arimathie * qui de croix descendit le corps du Christ * et pieusement lui rendit les funèbres honneurs.

Gloire: En trois personnes je t'adore, ô mon Dieu, * je me prosterne devant le Père, devant le Fils * et devant l'Esprit très-saint, * des trois personnes confessant l'unité.

Théotokion: Toi qui, dépassant la nature, as enfanté * sans semence le Christ, notre unique Seigneur, * qui lui-même renouvelle ma nature corrompue, * nous les fidèles, nous t'honorons par des chants.

« Devançons le point du jour * pour offrir au Seigneur, * au lieu de myrrhe, l'hommage de nos chants, * et nous verrons le Christ se lever, * Soleil de justice qui nous donne à tous * la lumière et la vie.

Ode 6

« Au plus profond de la terre tu es descendu, * tu as brisé les éternels verrous * qui nous tenaient captifs, * et le troisième jour, comme Jonas du poisson, * ô Christ, tu es sorti du tombeau.

Sans briser les scellés, * ô Christ, tu t'es levé du tombeau, * toi qui de la Vierge étais sorti * sans briser le sceau de sa virginité, * et tu nous as rouvert* les portes du Paradis.

Hostie vivante, Dieu sauveur, * qui toi-même t'es offert * à ton Père de plein gré, * ressuscitant du tombeau, * tu ressuscites avec toi tout le genre humain.

*

Ce qui jadis était soumis à la mort * et à la poussière du tombeau, * Vierge Mère de Dieu, s'élève désormais * par celui qui de ton sein s'est incarné * vers l'immortelle et l'éternelle vie.

Au plus profond de la terre il est descendu, * celui qui dans ton sein, ô Vierge immaculée, * demeura et s'incarna merveilleusement * et, ressuscité du tombeau, * avec lui ressuscitât tout le genre humain.

t. 2

« Dieu Sauveur, j'enfonce dans l'abîme du péché, * je suis plongé dans l'océan de cette vie, * mais comme Jonas sortit du poisson, * retire-moi du gouffre des passions * et sauve-moi, Seigneur.

Prenez courage, l'Hadès est mis à mort, * car le Christ, par sa mort sur la croix, * a retourné le glaive contre lui: * il gît maintenant, privé de son butin, * dépouillé des morts qu'il avait pris.

L'Enfer est dépouillé, courage, les mortels; * les tombes s'ouvrent, réveillez-vous; * le Christ vous rappelle de l'Enfer: * il est venu racheter le genre humain * de la mort et du tombeau.

Les morts que jadis tu as engloutis, * maintenant je les réclame, rends-les moi, * criait à l'Hadès le Dieu source de-vie * qui est venu racheter le genre humain * de la mort et du tombeau.

Le Christ est ressuscité, pillant notre ennemi; * brisant les chaînes, il a délivré le genre humain; * Adam notre premier père, * dans sa tendresse, il l'a ressuscité, * lui tendant la main, comme Dieu de bonté.

D'un linceul, ô Christ, t'ayant enveloppé, * le noble Joseph te déposa dans le tombeau, * il embauma de précieux parfums * le temple détruit de ton corps immaculé * et roula une pierre à l'entrée du tombeau.

Myrophores, pourquoi vous pressez vous, * pourquoi porter la myrrhe au Dieu vivant? * Selon sa parole le Christ est ressuscité: * séchez vos larmes et désormais * échangez vos pleurs pour la joie.

Gloire: Fidèles, chantons l'unique Trinité, * avec le Père glorifions aussi le Fils, * avec l'Esprit qui lui est consubstantiel * et demeure dans le Père dès le commencement, * divinité partageant la même éternité.

Théotokion: Sans semailles ni labours tu as conçu, * Vierge pure, toi la vigne en vérité, * le Raisin de l'immortalité, * dont le suc jaillit pour nous * en sources d'éternelle vie.

« Au plus profond de la terre tu es descendu, * tu as brisé les éternels verrous * qui nous tenaient captifs, * et le troisième jour, comme Jonas du poisson, * ô Christ, tu es sorti du tombeau.

Kondakion, t. 2

Ordonnant aux Myrophores de se réjouir, * tu as fait cesser les pleurs * d'Eve, la première aïeule, par ta Résurrection, * ô Christ notre Dieu; * aux Apôtres tu donnas l'ordre de proclamer: * Le Sauveur est sorti du tombeau!

Ikos

Venues près de ton sépulcre, Sauveur,* les Myrophores hésitaient, l'une à l'autre se disant: * Qui donc nous roulera la pierre du tombeau? * Mais, regardant, elles virent que la pierre était roulée; * effrayées par l'aspect de l'Ange resplendissant, * elles furent saisies de peur et pensèrent s'enfuir; * mais le jeune homme leur dit: Ne craignez point, * il est ressuscité, celui que vous cherchez; venez, voyez le lieu où reposait le corps de Jésus, * courez chez les Disciples, annoncez-leur: * Le Sauveur est sorti du tombeau!

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Message par Monique » lun. 01 mai 2006 10:58

Matines suite

Synaxaire

Après le Synaxaire du Ménée:

Ce même jour, troisième dimanche de Pâques, nous célébrons la fête des saintes femmes Myrophores; nous faisons aussi mémoire de Joseph d'Arimathie, secret disciple du Seigneur; et nous y ajoutons le souvenir de Nicodème, qui venait de nuit pour écouter Jésus.

Les saintes femmes Myrophores offraient la myrrhe au Christ défunt: à leur mémoire j'offre encore une hymne en guise de parfum.

Ces femmes furent, les premières, témoins de la Résurrection, des témoins véridiques; Joseph et Nicodème furent témoins de l'ensevelissement: tout cela est très important et résume parfaitement le dogme chrétien. Nicodème fut exclu de la synagogue pour
n'avoir pas voulu prendre le parti des Juifs. Joseph, après avoir enseveli le corps du Seigneur, fut jeté par les Juifs dans une fosse, mais il en fut tiré par divine puissance et s'en fut dans son pays d'origine, Arimathie: alors qu'il s'y trouvait, le Christ lui apparut et
confirma pour lui le mystère de la Résurrection.
Malgré tout ce qu'il souffrit de la part des Juifs, il ne put passer ce mystère sous silence, mais hardiment il fit connaître à tous ce qui s'était passé. On dit aussi que Nicodème fut le premier de tous à donner par écrit des détails sur la Passion du Christ et sur sa
Résurrection, parce qu'il était de la synagogue et qu'il connaissait très exactement absolument tout des décisions prises par les Juifs et de leurs paroles. Et, comme nous l'avons dit, pour cette raison qu'ils furent les témoins véridiques de l'ensevelissement, ils ont pris place avec les Femmes qui ont vu la Résurrection. Après la première confirmation apportée par Thomas, voici donc la seconde, qui arriva, dit-on, huit jours après.

Certes, ce sont les femmes qui, les premières, ont vu la Résurrection et l'ont annoncée aux Disciples. I1 fallait en effet que le sexe féminin, le premier qui succomba au péché et reçut comme héritage la malédiction, vît aussi le premier la Résurrection et le premier reçût l'annonce de la joie, lui qui s'était entendu: dire: “Tu enfanteras dans les douleurs.» On les appelle Myrophores pour la raison suivante: comme c'était la fête de Pâques, le sabbat auquel préparait ce vendredi était un grand jour; aussi Joseph et Nicodème se hâtèrent d'ensevelir le corps du Seigneur. Selon la coutume juive, ils l'enduisirent d'aromates, mais pas exactement comme il fallait. Ils répandirent principalement de la myrrhe et de l'aloès, l'enveloppèrent d'un linceul et le déposèrent dans le sépulcre. Pour cela les femmes, en raison de l'amour ardent qu'elles nourrissaient comme ses disciples envers le Christ, achetèrent du parfum de grand prix, se rendirent de nuit, ensemble, par peur des juifs, mais aussi parce que c'était l'usage, pour les femmes, d'aller ensemble, très tôt, pour le pleurer et l'embaumer, pour achever ce qui par manque de temps n'avait pu être accompli. Lorsqu'elles furent arrivées, elles eurent différentes visions: elles virent les deux Anges resplendissants à l'intérieur du tombeau, un autre assis sur la pierre; après quoi elles virent le Christ et se prosternèrent devant lui. Quant à Madeleine, elle l'interrogea comme si c'était le jardinier.
I1 y eut de nombreuses Myrophores, mais les Évangélistes, ne faisant mention que des plus importantes, ont passé les autres sous silence. Les voici donc. La première de toutes est Marie Madeleine, dont le Christ avait chassé sept démons. Après l'Ascension du Christ, elle s'en fut à Rome, à ce qu'on dit, et livra Pilate et les grands prêtres à une nouvelle mort en rapportant à l'empereur Tibère les faits concernant le Christ. Plus tard, elle mourut à Ephèse et fut ensevelie prés de Jean le Théologien. Sous Léon le Sage, son corps fut transféré à Constantinople.

La seconde fut Salomé: elle était fille de Joseph, celui qui devint plus tard l'époux de Marie. Elle-même, elle fut mariée à Zébédée, et c'est d'elle que naquirent Jacques et l'évangéliste Jean. Joseph eut quatre fils: Jacques, celui qu'on appelle le Mineur, José, Simon et Jude; et il eut trois filles: Esther, Thamar et Salomé, l'épouse de Zébédée. Ainsi, lorsque dans l'Évangile on entend parler de Marie, mère de Jacques (le Mineur) et de José (ou Joseph), on doit penser qu'il s'agit de la Mère de Dieu, car elle fut considérée (selon la loi) comme la mère (on dirait de nos jours la belle-mère) des enfants de Joseph. I1 s'en suit que l'évangéliste Jean était le «neveu» du Christ, puisque fils de sa “sœur» (demi-sœur) Salomé.

La troisième myrophore, c'est Jeanne, la femme de Khouzas (ou Khouza), qui était intendant et administrateur de la maison du roi Hérode.

La quatrième et la cinquième étaient Marie et Marthe, les sœurs de Lazare.

La sixième était Marie, femme de Cléophas; les uns disent Clopas, d'autres Cléopas.

La septième était Suzanne. Toutes les autres étaient, comme le rapporte saint Luc (avec Matthieu et Marc), des femmes qui servaient le Christ et ses Disciples, en les aidant de leurs ressources.

Puisqu'elles ont annoncé la Résurrection et contribué à former beaucoup de nos enseignements, du fait qu'elles ont garanti et certifié la Résurrection du Christ, l'Église de Dieu nous a transmis l'usage de les fêter après Thomas, comme les premières qui ont vu le Christ ressuscité des morts et qui ont annoncé à tous le message du salut, qui ont mené d'excellente façon la vie chrétienne et, comme il convenait à des femmes, se sont mises à l'école du Christ.

Par les prières des saintes Myrophores, Christ notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Message par Monique » lun. 01 mai 2006 11:00

Matines suite

Ode 7
« Celui qui de la fournaise libéra les Jeunes Gens * s'est fait homme et a souffert comme un mortel; * par sa Passion il revêt le genre humain * de la splendeur de l'immortalité, * car il est le Dieu de nos Pères, * à lui seul bénédiction et haute gloire.

Les femmes porteuses de parfum, * dans leur sagesse, ô Christ, accoururent jusqu'à toi: * celui que, dans leurs larmes, elles cherchaient parmi les; morts, * c'est le Dieu vivant, qu'elles adorèrent dans la joie, * et de cette Pâque mystique * elles portèrent la nouvelle à tes Apôtres, Seigneur.

De la Mort célébrons la mise à mort,* de l'Enfer, la destruction, * le début de l'éternelle vie, * et chantons dans l'allégresse son auteur, * car il est le Dieu de nos Pères: * à lui seul bénédiction et haute gloire.

Qu’elle est sainte et belle, en vérité, * cette nuit de notre rédemption, * radieuse messagère du jour * rayonnant de la Résurrection, * où, sortant de tombe corporellement, * brilla sur le monde l'éternelle Clarté.

*

En ce jour, 0 Vierge immaculée, * ton Fils, détruisant la mort, * accorde à tout mortel * pour les siècles l'éternelle vie, * car il est le Dieu de nos Pères: * à lui seul bénédiction et haute gloire.

Celui qui règne sur l'entière création, * Pleine de grâce, s'incarna * et dans ton sein il habita; * ayant souffert la mort sur la croix, * comme Dieu tout-puissant il s'est levé, * nous faisant tous ressusciter avec lui.

t. 2

« Dans la fournaise, les Jeunes Gens s'inspirèrent des Chérubins * lorsqu'ils chantèrent: Béni sois-tu, ô notre Dieu, * tu as porté juste sentence, * c'est pour nos fautes que tu nous traites ainsi; * à toi haute gloire, louange éternelle.

Voulant sauver de l'égarement, * Dieu de bonté, l'ouvrage de tes mains, * tu souffris d'être cloué sur une croix, * afin de restaurer, Sauveur, * en ta chair l'image brisée par les passions; * et, détruisant l'Enfer, * tu ressuscitas les morts avec toi.

Élevé de terre sur la croix, * Dieu de tendresse, tu rappelles à toi, * selon ta promesse, tout le genre humain; * en vérité, Seigneur, tu as daigné * souffrir la mort pour nos péchés; * même au Larron tu as ouvert, * Sauveur, les portes du Paradis.

Du sépulcre, le troisième jour, * selon ta parole, tu fis surgir * le temple détruit de ton corps immaculé, * afin de manifester en vérité * la gloire que tu nous partages dans la foi, * libérant les prisonniers * que l'Enfer jadis retenait captifs.

Que disent maintenant les gardes terrassés * comment on déroba celui qu'ils n'ont pas su garder! * S'ils ne l'ont vu ressusciter, * comment peuvent-ils affirmer * qu'on est venu le dérober? * Le tombeau vide en soit témoin * avec le suaire et les bandelettes du Christ!

Quel est ce mort que vous gardez * et pourquoi poser sur la pierre des scellés, * par crainte qu'on puisse dérober? * Voici, en effet, la tombe et les scellés: * comment donc est-il ressuscité, * si le Christ n'est pas le Seigneur Dieu? * Croyez plutôt les justes trépassés * qui ont apparu à plusieurs après leur résurrection.

Gloire: Avec le Père nous glorifions * le Fils unique et l'Esprit saint, * criant d'une incessante voix: * Trinité sainte, aie pitié de nous, * sauve les hommes en ton amour, * Divinité en trois personnes glorifiée * dans les siècles.

Théotokion: En ton sein, ô Vierge immaculée, * comment as-tu logé tel un enfant * le Dieu que révèrent les Anges dans le ciel? * Selon la sagesse de son bon vouloir, * il y demeura pour sauver * tous les hommes issus d'Adam, * pour abroger l'amère condamnation * récoltée sous l'arbre défendu.

« Celui qui de la fournaise libéra les Jeunes Gens * s'est fait homme et a souffert comme un mortel; * par sa Passion il revêt le genre humain * de la splendeur de l'immortalité, * car il est le Dieu de nos Pères, * à lui seul bénédiction et haute gloire.

Ode 8
« Voici le jour parfaitement saint, * unique dans les semaines, seigneur et roi des jours, * la fête des fêtes, * la solennité des solennités; * en lui nous bénissons le Christ * dans les siècles.

De la vigne goûtons le fruit nouveau,* communions à la divine joie * en ce jour insigne de la Résurrection,* prenons part au Royaume du Christ, * le chantant comme Dieu * dans les siècles. Sion, regarde tout à l'entour: * voici tes enfants qui viennent jusqu'à toi * de l'occident, de l'aquilon, * de la mer et de l'orient * comme des astres radieux * pour bénir en toi le Christ * dans les siècles.

O Père tout-puissant, * avec le Verbe et l'Esprit * formant de trois personnes l'unité, * Dieu suprême, en toi nous sommes baptisés * et nous te bénissons * dans tous les siècles.

*

En ce monde est venu le Créateur * grâce à toi, 0 Vierge Mère de Dieu; * détruisant les geôles de l'Enfer, * à nous mortels il donne la résurrection; * aussi nous bénissons le Christ * dans les siècles.

Détruisant toute puissance de la mort,* au jour de sa Résurrection * ton Fils, 0 Vierge, comme un Dieu puissant * nous fit partager sa gloire et sa divinité; * aussi nous célébrons le Christ dans les siècles.

t.2
« A celui qui, dans le buisson ardent, * sur la montagne du Sinaï, devant Moïse préfigura * le prodigieux mystère de la Vierge, * chantez une hymne de bénédiction: * à lui haute gloire dans tous les siècles.

Les rayons du soleil se cachèrent de frayeur * quand ils ont vu les souffrances du Christ, * les morts surgirent et tremblèrent les montagnes, * la terre fut secouée d'effroi * et 1' Hadès fut privé de sa proie.

Jadis, dans la fournaise les Jeunes `' Gens trois fois heureux élevèrent les mains * et, ce faisant, préfiguraient l'image * de la précieuse Croix où tu as ébranlé, * Jésus Christ, la puissance de l'Ennemi.

Mensonge, l'argumentation des incroyants, * car les soldats n'ont rien vu dans leur sommeil. * Qui a roulé la pierre du sépulcre, * si ce n'est le Christ ressuscité, * qui a fait surgir tous les morts avec lui?

Qui donc a desséché le stérile figuier,* qui a guéri la main paralysée * et qui dans le désert a nourri la multitude, * si ce n'est le Christ notre Dieu, * qui a fait surgir tous les morts avec lui?

Qui donc aux aveugles rendit la vue,* qui a guéri les lépreux et les boiteux, * qui a fait passer à pied sec la mer Rouge, * si ce n'est le Christ notre Dieu, * qui a fait surgir tous les morts avec lui?

Qui donc a réveillé de tombe un mort de quatre jours, * qui de la Veuve a fait lever le fils défunt * et qui a libéré le Paralytique de sa couche, * si ce n'est le Christ notre Dieu, * qui a fait surgir tous les morts avec lui?

La pierre elle-même en est témoin, * ainsi que le tombeau gardé par les soldats; * et les scellés posés sur le sépulcre * disent: En vérité, le Christ est ressuscité, * i1 est vivant dans les siècles!

Le Christ est vraiment ressuscité, * l'Enfer est vide, le serpent est écrasé,* Adam retourne en grâce; * malgré les doutes des impies, * tous les hommes sont sauvés par le Christ.

Bénissons le Seigneur, Père, Fils et saint Esprit.

Avec le Père nous glorifions le Fils et l'Esprit saint, * comme un seul Dieu la sainte Trinité, * et nous chantons cette hymne: * Saint, saint, saint es-tu, Seigneur, * dans tous les siècles.

Théotokion: O Vierge, en ton sein tu as porté * le pain du ciel, le froment d'éternité: * sans changement et sans mélange, * de notre pâte tu l'as pétri et mis au jour, * en deux natures un seul Christ, notre Dieu .

« Voici le jour parfaitement saint, * unique dans les semaines, seigneur et roi des jours, * la fête des fêtes,* la solennité des solennités; * en lui nous bénissons le Christ * dans les siècles.

Ode 9
« Resplendis de lumière, * nouvelle Jérusalem, * car la gloire du Seigneur * a brillé sur toi. * Exulte et danse de joie, fille de Sion; * réjouis-toi aussi, sainte Mère de Dieu, * en ce jour où ressuscite ton Fils.

O charme divin, * ô douceur ineffable de ta voix, * car sans mensonge tu nous as promis, * ô Christ, d'être avec nous jusqu'à la fin des temps; * et nous, fidèles dont l'espoir * repose sur cette promesse, * nous exultons de Joie.

O Christ, notre grande Pâque de sainteté, * ô Sagesse des cieux, * Verbe et Puissance de Dieu, * donne-nous de communier avec toi * d'une façon plus réelle encor * au jour sans déclin * de ton Royaume.

*

O Vierge, d'une même voix * nous les fidèles, nous te magnifions: * Réjouis-toi, porte du Seigneur, * réjouis-toi, spirituelle cité, * réjouis-toi qui fis briller sur nous * la lumière de ton Fils * au jour de sa Résurrection.

Exulte et danse de joie, * Pleine de grâce immaculée, * divine porte de Clarté; * car Jésus, s'étant couché dans le tombeau, * s'est levé resplendissant; * plus brillant que le soleil, * il éclaire tout le genre humain.

t. 2

« L'unique Mère de Dieu qui a conçu de merveilleuse façon * le Verbe jaillissant du Père éternellement, * fidèles, nous la magnifions.

Le bon Larron sur la croix te reconnut pour Dieu * et tu en fis un héritier du céleste Paradis * lorsqu'Il te dit: Sauveur tout-puissant, souviens-toi de moi.

Pour nous tu fus outragé par des impies sans foi ni loi, * toi qui gravas les tables de la Loi * pour ton serviteur Moïse sur le mont Sinaï.

Pour nous, Sauveur, tu bus le vinaigre et le fiel, * toi qui donnas ton corps et sang précieux * en nourriture d'éternelle vie.

O Christ, une lance perça ton vivifiant côté, * faisant jaillir sur le monde le sang et l'eau * comme une source d'éternelle vie.

Tu fus compté parmi les morts, toi qui nous vivifies, * dans le sépulcre déposé, toi qui vides les tombeaux, * tu as vaincu l'Hadès et ressuscité Adam.

Jésus, tu ressuscites, et l'Ennemi est enchaîné, * l'Enfer se vide ainsi que les tombeaux, * les morts se lèvent pour t’adorer, Seigneur.

Qui donc dérobe un mort, surtout lorsqu'il est nu? * Ce n'est point fable: le Christ est ressuscité, * brisant les portes et les verrous de l'Enfer.

Gloire à toi, ô Christ, sauveur et source de la vie: * sur les ténèbres de l'erreur tu as fait poindre la clarté, * illuminant toute la terre par ta Résurrection.

Célébrons Joseph, le noble conseiller: * avec les Myrophores et les Disciples du Seigneur, * il atteste également la résurrection du Christ.

Fidèles, célébrons Joseph d'Arimathie* avec Nicodème et les porteuses de parfums: * Le Seigneur, disent-ils, est ressuscité!

Gloire: Père éternel et Fils incréé, * partageant le même trône avec l'Esprit, * en la triple unité de nature et la trinité des personnes, * tu es le seul et véritable Dieu.

Théotokion: Jessé se réjouisse, exulte aussi David! * Voici que la Vierge, comme un rameau planté par Dieu * a fait croître le Christ, éternelle fleur.

“ Resplendis de lumière, * nouvelle Jérusalem, * car la gloire du Seigneur * a brillé sur toi. * Exulte et danse de joie, fille de Sion; * réjouis-toi aussi, sainte Mère de Dieu, * en ce jour où ressuscite ton Fils.

Saint est le Seigneur notre Dieu (3 f.)

Exapostilaire, t. 2
Du sommeil où reposait ton corps, ô mon Roi et mon Seigneur, * le troisième jour tu es ressuscité, * de la fosse faisant surgir Adam, * car il a vaincu la mort, Pâque où nous puisons l'immortelle vie, * Pâque où le monde trouve le salut.

Gloire au Père... Maintenant...

Femmes myrophores, écoutez la nouvelle porteuse d'allégresse: * l'Enfer, ce cruel tyran, je l'ai mis en fuite, * le monde, je l'ai fait surgir du fond de la tombe; * empressez-vous de courir auprès de mes amis, les Disciples, * afin de leur porter bientôt la bonne nouvelle; * car c'est mon vœu que ma créature rayonne d'allégresse, * puisque par elle aussi jadis naquit la peine.

Laudes, t. 2

'Tout ce qui vit et respire et toute la création * te glorifie, Seigneur, * pour avoir détruit la mort par ta croix, * montrant au monde ta Résurrection d'entre les morts, * dans ton amour pour les hommes.

Que disent les Pharisiens * comment les soldats ont perdu le roi qu'ils gardaient * et pourquoi la pierre n'a pas retenu le roc de la vie; * qu'ils produisent le corps * ou adorent le Seigneur ressuscité * et disent avec nous: * Sauveur qui nous combles de ta miséricorde, gloire à toi.

Peuples, réjouissez-vous et soyez dans l'allégresse! * Un Ange s'est assis sur r la pierre du tombeau, * nous annonçant la bonne nouvelle en disant: * Le Christ, sauveur du monde, est ressuscité des morts, * de sa bonne odeur il a rempli l'univers; * peuples, réjouissez-vous et soyez dans l'allégresse. Au jour de ta conception, * un Ange, Seigneur, * dit à la Pleine-de-grâce: Réjouis-toi! * Au jour de ta Résurrection, * un Ange vint rouler * la pierre de ton sépulcre glorieux: * au lieu de la tristesse et de la mort * l'un portait des signes de joie, * l'autre annonçait le Seigneur source-de-vie; * aussi nous te chantons: * Bienfaiteur de l'univers, gloire à toi.

*

Les saintes femmes répandirent * parfums et larmes sur ton sépulcre * et leur bouche s'emplit de joie en proclamant: * Le Seigneur est ressuscité!

Nations et peuples, louez le Christ notre Dieu * qui a voulu souffrir pour nous sur la croix * et demeurer trois jours dans le tombeau; * prosternez-vous devant sa Résurrection d'entre les morts: * par elle furent illuminés les confins de l'univers.

Tu acceptas la croix et le tombeau, * selon ton bon vouloir, 0 Christ; * et, triomphant de la mort, * tu es ressuscité dans la gloire comme Dieu et Seigneur, * donnant au monde l'immortelle vie * et la grâce du salut.

Les impies qui scellèrent le tombeau* nous ont valu merveille plus grande encor; * les gardes le savaient bien: * «En ce jour, dirent-ils, le Christ est sorti du tombeau.» * Mais il répondirent: * «Publiez que pendant votre sommeil * les Disciples sont venus le dérober.» * Qui donc volerait un mort, * surtout lorsqu'il est nu? * Mais, dans sa divine puissance, il est ressuscité, * laissant dans le sépulcre son linceul; * et, sans briser les scellés, * il a triomphé de la mort, * accordant au genre humain * la vie éternelle et la grâce du salut.

Gloire au Père... Eothinon, t. 2

Porteuses de parfums, * les compagnes de Marie * se demandaient comment faire pour atteindre leur but; * mais elles virent la pierre enlevée * et leur apparut un Ange divin, * qui rendit la paix à leur âme troublée: * Car, dit-il, le Seigneur Jésus est ressuscité; * portez-en la nouvelle aux Disciples, ses messagers, * afin qu'ils accourent en Galilée, * où ils le verront ressuscité des morts, * lui, le Seigneur et la Source de vie.

Maintenant... Théotokion

Tu es toute bénie,Vierge Mère de Dieu,* car celui qui a pris chair de toi a triomphé de l'Enfer; * par lui Adam et Eve furent délivrés de la malédiction, * la mort fut mise à mort et nous avons été vivifiés; * c'est pourquoi nous élevons la voix pour chanter: * béni sois-tu, ô Christ notre Dieu, qui l'as voulu ainsi! Gloire à toi.

Grande Doxologie. Tropaire de Résurrection. Litanies et Congé.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Message par Monique » lun. 01 mai 2006 11:02

A LA LITURGIE

Béatitudes, t. 2

Seigneur de miséricorde, souviens-toi de nous, * comme tu t’es souvenu du Larron * en entrant dans le royaume des cieux.

Adam fut chassé du Paradis par le bois, * tandis que le Larron, par la Croix, * s'introduisit dans le royaume des cieux.

La tombe te reçut, Dieu Sauveur, * toi qui vides les tombeaux * et qui fais aux morts le don de la vie.

Illustres Apôtres du Christ, * sans cesse intercédez * auprès de lui, pour qu'il nous sauve des dangers.

On ajoute 4 tropaires tirés de l'ode 6 du canon des Myrophores.

Répondre