Dimanche ton 3

Pas de discussions dans ce forum destiné exclusivement à une mise à disposition de textes issus du cycle liturgique orthodoxe. Pour toute réflexion sur ces textes, merci de vous reporter au forum général.

Modérateur : Auteurs

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Dimanche ton 3

Message par Monique » lun. 26 juin 2006 10:38

Dimanche - ton 3

Grandes vêpres du samedi


Lucernaire - ton 3

v. Fais sortir de prison mon âme, pour que je confesse ton Nom.

Par ta croix, ô Christ Sauveur, / l'empire de la mort fut détruit, / la tromperie du diable, anéantie / et le genre humain, sauvé par la foi, // T'apporte chaque jour ses chants.

v. Les justes sont dans l'attente à mon sujet, jusqu'à ce que Tu m'accordes ma récompense.

Par ta Résurrection, Seigneur, / toute chose fut illuminée / et le paradis, ouvert à nouveau. / Toute la création Te loue // et T'apporte chaque jour ses chants.

v. Des profondeurs je crie vers Toi, Seigneur, Seigneur écoute ma voix.

Je glorifie la force du Père et du Fils, / je chante la puissance du Saint Esprit, / le Dieu en trois personnes indivisibles et non créées, / la Trinité consubstantielle // qui règne dans les siècles des siècles.

Autres stichères, d'Anatole - ton 3

v. Que tes oreilles soient attentives à la voix de ma supplication.

Devant ta croix vénérable / nous nous prosternons, ô Christ, / et nous chantons et glorifions ta Résurrection, // car par tes blessures nous avons reçu la guérison.

v. Si Tu tiens compte des iniquités, Seigneur, Seigneur, qui pourra subsister ? Car auprès de Toi est le pardon.

Nous chantons le Sauveur incarné de la Vierge, / car Il a été crucifié pour nous / et Il est ressuscité le troisième jour // pour nous accorder la grande miséricorde.

v. À cause de ton Nom, je T'ai attendu, Seigneur. Mon âme a attendu ta Parole, mon âme a mis son espérance dans le Seigneur.

Le Christ descendu vers ceux qui étaient dans les enfers leur annonça : / Prenez confiance, dit-Il, / car maintenant J'ai vaincu, Je suis la Résurrection, // et après avoir brisé les portes des enfers, Je vous relèverai.

v. Depuis la garde du matin jusqu'à la nuit, depuis la garde du matin, qu'Israël espère dans le Seigneur.

Nous tenant, indignes que nous sommes, dans ta maison très pure, / nous T'adressons un chant vespéral, / Te criant des profondeurs, ô Christ Dieu : / Toi qui as illuminé le monde par ta Résurrection du troisième jour, // délivre ton peuple des mains de tes ennemis, ô Ami des hommes.

Sichères à la très sainte Mère de Dieude Paul l'Amorréen - ton 7

v. Car auprès du Seigneur est la miséricorde, et grande auprès de Lui la délivrance. C'est Lui qui rachètera Israël de toutes ses iniquités.

Ô Vierge, sois miséricordieuse, diligente et bienveillante / envers moi qui invoque ta grâce divine dans toutes les circonstances de ma vie* ; / car j'ai mis en toi toute la confiance de mon âme / et en toutes choses je mets mon espérance dans ta providence divine ; // aussi rends-moi digne de la gloire future et de la vie en Dieu.
* Litt. : "dans tout ce qui m'arrive en vérité", mais c'est très plat.

v. Louez le Seigneur, toutes les nations, célébrez-Le, tous les peuples.

Ô Vierge, les charbons de mes passions se sont enflammés / par le courroux et la colère, l'ivrognerie et la débauche, / l'avarice et la dureté de mon cœur, les pensées meurtrières*, / l'abattement et le trouble, la vaine gloire et tout ce que ma conscience me reproche ; // je t'en supplie, ô Souveraine, délivre-moi de tous (ces maux) et sauve-moi.
* L'expression n'est pas claire. Le père Denis Guillaume traduit : "la soif de vengeance" ; le slavon dit mot à mot : "mise à mort cruelle" ou "mise à mort du méchant". Toutefois, s'il s'agissait du meurtre en tant que tel, le slavon aurait employé le mot "ubiïstvo" (ainsi que cela se trouve dans l'énumération des péchés de l'épître de saint Paul aux Galates 5,21). D'où notre proposition de "pensées meurtrières". N.B. Ce texte ne figure pas dans l'Octoèque grec.

v. Car sa miséricorde s'est affermie sur nous, et la vérité du Seigneur demeure dans les siècles.

La conscience pure, prosternons-nous tous devant la Mère de Dieu / lui clamant sans cesse du fond du cœur : / Ô très sainte Souveraine, sauve-nous tous / du courroux et de la détresse, des dangers et des chutes, / car tu es notre rempart et notre soutien, // et tu sauves ceux qui accourent sous ta protection.

Gloire ... et maintenant ... -
Théotokion dogmatique - ton 3
Comment ne pas s'émerveiller, ô Très-glorieuse, / de ton enfantement qui unit le divin et l'humain ? / Tu n'as pas connu l'homme, ô Toute-immaculée, / et tu as enfanté un Fils qui n'a pas de père selon la chair, / Celui qui sans mère est engendré par le Père avant les siècles / sans avoir subi de changement, ni de confusion, ni de division, / mais qui a gardé intacte la perfection des deux natures. / Aussi, ô notre Souveraine, Vierge et Mère, / intercède auprès de Lui pour qu'Il sauve les âmes // de ceux qui dans la vraie foi te proclament Mère de Dieu.


Apostiches - ton 3

Par ta Passion, ô Christ, / Tu as assombri le soleil, / et par la lumière de ta Résurrection / Tu as illuminé toute chose ; // reçois notre chant vespéral, ô Ami des hommes.

v. Le Seigneur est entré dans son règne, Il s'est revêtu de splendeur.

Seigneur, ta Résurrection vivifiante a illuminé le monde entier ; / et Tu as rappelé ta créature corrompue. / Aussi, délivrés de la malédiction d'Adam, nous Te clamons : // Seigneur tout-puissant, gloire à Toi.

v. Car Il a affermi l'univers qui ne sera pas ébranlé.

Tu es le Dieu sans changement / bien que Tu aies changé en souffrant dans la chair. / La création, ne pouvant supporter de Te voir suspendu à la Croix, / est bouleversée d'effroi et chante en gémissant ta longanimité. / Mais descendu aux enfers, Tu es ressuscité le troisième jour // et Tu accordes au monde la vie et la grande miséricorde.

v. À ta maison convient la sainteté, Seigneur, pour la suite des jours.

Pour délivrer le genre humain de la mort, / ô Christ, Tu as souffert la mort ; / Tu es ressuscité des morts le troisième jour, / Tu as relevé avec Toi ceux qui T'ont reconnu comme Dieu / et Tu as illuminé le monde. // Seigneur, gloire à Toi.

Gloire ... et maintenant ... - Théotokion

Par la volonté du Père, / tu as conçu sans semence, de l'Esprit divin, le Fils de Dieu / Celui qui sans mère est engendré par le Père avant tous les siècles* / et qui, pour notre salut, est né de toi sans père. / Tu L'as enfanté dans ta chair / et, petit enfant, tu L'as nourri de ton lait. // Aussi supplie-Le sans répit de délivrer nos âmes de tout danger.
* Cf. Théotokion du Lucernaire.


Tropaire - ton 3

Que les cieux se réjouissent, / que la terre soit dans l'allégresse. / Car le Seigneur a déployé la force de son bras*, / par la mort Il a terrassé la mort, / et s'est fait le premier-né d'entre les morts. / Il nous a délivrés des entrailles des enfers // et Il a accordé au monde la grande miséricorde.
* Cf. Magnificat (Lc 1,51).

Gloire ... et maintenant ... - Théotokion

Toi qui fus médiatrice pour le salut du genre humain, / nous te chantons, Vierge Mère de Dieu ; / car dans la chair qu'Il a reçu de toi, / ton fils et notre Dieu a accepté la Passion sur la Croix ;/ Il nous a libérés de la corruption, // car Il est l'Ami des hommes.




Matines du dimanche


1er tropaire-cathisme - ton 3

Prémices de ceux qui se sont endormis, / le Christ s'est relevé d'entre les morts ; / Premier-né de toute la création / et Créateur de tous les êtres, / Il a, en Lui-même, renouvelé notre nature corrompue. / Ô mort, ce n'est plus toi qui règnes, // car le Maître de toutes choses a détruit ton empire.

v. Lève-Toi, Seigneur, mon Dieu, que ta main soit exaltée, n'oublie pas tes pauvres à jamais.

Seigneur, Tu as goûté la mort dans ta chair, / par ta Résurrection Tu en as ôté l'amertume, / Tu as affermi l'homme contre elle / et annulé la victoire de l'antique malédiction ; // Défenseur de notre vie, Seigneur, gloire à Toi.

Gloire ... et maintenant ... - Théotokion

Émerveillé par la beauté de ta virginité et l'éclat de ta pureté, / :Gabriel te clama, ô Vierge : / Quelle louange digne de toi t'offrirai-je ? / De quel nom te nommerai-je ? / Je m'étonne et je tremble, / mais comme cela m'a été ordonné, je m'écrie : // Réjouis-toi, Pleine de grâce.


2ème tropaire-cathisme - ton 3

Seigneur, les enfers furent effrayés / devant ta divinité demeurée sans altération et ta Passion volontaire, / et il se lamentait : / Je tremble devant le corps de ta Personne exempte de corruption, / je vois l'Invisible qui me combat en secret ; / aussi même ceux que je tiens (prisonniers) Te clament : // Gloire, ô Christ, à ta Résurrection.

v. Je Te confesserai, Seigneur, de tout mon cœur, je raconterai toutes tes merveilles.

Nous les fidèles, nous annonçons* le mystère ineffable / de ta crucifixion inconcevable et de ta Résurrection indicible ; / car aujourd'hui la mort et les enfers ont été dépouillés / et le genre humain revêtu d'incorruption ; / aussi Te rendant grâce nous Te clamons : // Gloire, ô Christ, à ta Résurrection.
* Litt. "théologisons".

Gloire ... et maintenant ... - Théotokion

Ô Mère de Dieu, tu as mystérieusement contenu dans ton sein, / le Dieu Inconcevable et Illimité, / consubstantiel au Père et à l'Esprit, / qui sans confusion est l'Un de la Trinité / que par ton enfantement nous avons appris à glorifier dans le monde. / Aussi te rendant grâce nous te clamons : // Réjouis-toi, Pleine de grâce.


Hypakoï - ton 3

L'ange resplendissant remplit d'effroi les myrrhophores par son apparition / et répandit la rosée de ses paroles en disant : / Pourquoi cherchez-vous parmi les morts le vivant ? / Il est ressuscité Celui qui a vidé les tombeaux / et qui immuable, sachez-le, a aboli la corruption ; / aussi dites à Dieu : Que tes œuvres sont redoutables, // car Tu as sauvé le genre humain.


Antiennes des Degrés - ton 3

1ère Antienne

Tu as arraché à Babylone les captifs de Sion ; / à mon tour, ô Verbe, du fond de mes passions attire-moi à la vie. /

Ceux qui sous le vent de midi sèment pour Dieu dans les larmes, // moissonnent dans l'allégresse les gerbes de nourriture éternelle.*
* Cf. Ps 125,5.

Gloire ...

À l'Esprit Saint revient toute action de grâce, / car avec le Père et le Fils Il resplendit // et en Lui toute chose vit et se meut.

Et maintenant ... (le même).

2ème Antienne

Si le Seigneur ne bâtit la maison des vertus, en vain nous fatigons-nous ; / s'Il protège notre âme, personne ne détruira notre ville.* /
* Cf. Ps 126,1.

Fruit de tes entrailles, sous le souffle de l'Esprit, les saints seront pour Toi, ô Christ, ainsi que pour le Père, des fils adoptifs.

Gloire ...

Par le Saint Esprit toute sainteté et sagesse sont révélées ; / Il fait exister toute créature : // rendons-Lui un culte, comme au Père et au Fils, car Il est Dieu.

Et maintenant ... (le même).


3ème Antienne

Ceux qui craignent le Seigneur sont bienheureux, car ils marchent dans ses voies ; / ils mangeront tous les fruits de la vie.* /
* Cf. Ps 127,1.

Réjouis-Toi, Pasteur du troupeau, / voyant autour de ta table tes enfants // portant les rameaux de leurs bonnes œuvres.*
* Cf. Ps 127,4.

Gloire ...

Par le Saint Esprit vient toute la richesse de la gloire, / la grâce et la vie pour toute créature ; // c'est avec le Père et le Verbe qu'Il est célébré.

Et maintenant ... (le même).


Prokimenon - ton 3

Dites parmi les nations : Le Seigneur est entré dans son règne. Car Il a affermi l'univers qui ne sera pas ébranlé.
v. Chantez au Seigneur un chant nouveau, chantez au Seigneur, toute la terre. (Ps 95, 10 & 1)


Canon de la Résurrection - ton 3

Le verset avant chaque tropaire est : "Gloire, Seigneur, à ta sainte Résurrection".

Si, comme cela se fait dans la pratique paroissiale, on ne lit que quelques tropaires, le dernier sera toujours précédé, en guise de verset, de l'annonce : "Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit, et maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen."

Ode 1 - Hirmos

Celui qui jadis, par son ordre divin, / a rassemblé les eaux en une seule masse / et qui a fendu la mer pour le peuple d'Israël,/ c'est Lui notre Dieu, le très-glorieux, // à Lui seul nous chantons, car Il s'est couvert de gloire.

Celui qui a condamné la terre à produire pour le coupable (au prix de) sa sueur des épines en guise de fruits*, c'est Lui notre Dieu qui dans sa chair a reçu la couronne d'épines des mains des malfaiteurs, détruisant la malédiction, car Il s'est couvert de gloire.
* Gn 3,18-19.

Vainqueur et triomphateur de la mort, l'Immortel a été saisi d'effroi*, car Lui qui est notre Dieu, a pris notre chair et notre âme qui connaissent les souffrances ; Il a affronté le tyran et nous a tous ressuscités avec Lui, car Il s'est couvert de gloire.
* Mc 14,33.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

Toutes les nations te glorifient, toi qui as enfanté sans semence et qui es véritablement la Mère de Dieu. C'est Lui notre Dieu qui est descendu dans ton sein sanctifié, afin de prendre notre nature et naître de toi à la fois Dieu et homme.

Ode 1 Canon de la Croix et de la Résurrection - ton 3

Dans la pratique, on ne chante que l'hirmos du premier canon. Les hirmi des canons suivants sont donnés pour indiquer la mélodie sur laquelle seront chantés les tropaire, comme cela est encore en usage dans l'église grecque, où le canon est entièrement chanté. Dans les églises slaves, cela ne se fait plus qu'à Pâques.

Le verset avant chaque tropaire est : "Gloire, Seigneur, à ta croix vénérable et à ta Résurrection"

Hirmos : "Peuples, chantons un chant nouveau ..."

Par son sang divin, le Christ a racheté le genre humain asservi par le tyran ami du péché ; Il l'a déifié et l'a renouvelé, car Il s'est couvert de gloire.

Par sa volonté le Christ, trésor de vie, a goûté la mort en tant qu'homme* ; mais en tant qu'immortel par nature, Il a vivifié les morts, car Il s'est couvert de gloire.
* Litt. "en tant que mortel".


Ode 1 Canon de la très sainte Mère de Dieu - ton 3

Les hirmi du canon de la très sainte Mère de Dieu sont les mêmes que ceux du canon de la Croix et la Résurrection.

Le verset avant chaque tropaire est : "Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous."

Dans les cieux, sur terre et dans les abîmes, tout être*, ô Vierge, fléchit avec respect** le genou devant Celui qui s'est incarné de toi, car Il s'est couvert de gloire.
* Litt. "tout être céleste, terrestre et souterrain".
** Litt. "d'une façon décente ou convenable, ou encore majestueuse". Mais ces termes sont difficiles à inclure dans la phrase.

Combien admirable est l'échange (qui s'est opéré) en toi ! Ayant reçu de toi la chair, Dieu qui dispense les biens en abondance, nous a donné l'Esprit divin, car Il s'est couvert de gloire.
* Litt. "Ô réconciliations qui sont en toi !" Le père Guillaume parle d' "échanges"; est-ce le sens du terme grec ?

Puis on ajoute le Canon des Ménées suivi de la Katavassia.


Ode 3 - Hirmos

Toi qui du non-être as amené toute chose à l'être*, / créée par le Verbe et accomplie par l'Esprit, // Seigneur tout-puissant, affermis-moi dans ton amour.
* Cf. prière de l'oblation de la liturgie de saint Jean Chrysostome.

Par ta croix l'Impie fut couvert de honte, et il tomba dans la fosse qu'il avait creusée, tandis que la puissance* des humbles fut élevée, ô Christ, par ta Résurrection.
* Litt. "la corne".

Comme l'eau recouvre (le fond) des mers, la prédication de la piété (s'est répandue sur) les nations, ô Ami des hommes. Car en ressuscitant des morts, Tu as révélé la lumière de la Trinité.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

Glorieuses sont les choses dites de toi, ô vivante Cité* du Roi éternel, car par toi, ô Souveraine, Dieu est venu vivre parmi ceux qui sont sur terre.
* Ps 86,3.


Ode 3 - 2ème canon


C'est par toi, ô Croix très pure, que (nous avons été) purifiés des sacrifices* offerts aux idoles, car c'est sur toi que Jésus notre Dieu** a étendu les bras.
* En grec "katharma" signifie "purification au moyen d'un sacrifice expiatoire".
** Litt. "le très grand Dieu".

Fidèles nous nous prosternons tous devant toi, le sépulcre qui a contenu la Vie ; car en toi a été enseveli Celui qui est ressuscité, le Christ notre vrai Dieu.

Ode 3 - 3ème canon

Le rameau issu de la racine de Jessé et qui selon la parole des prophètes a fleuri de toi, ô Vierge, c'est le Christ qui a resplendi pour nous ; Seigneur, Tu es saint.

Tu T'es appauvri, (ô Christ), en prenant de la Vierge notre chair, afin que nous* puissions communier à ta divinité ; Seigneur, Tu es saint.
* Litt. "les êtres terrestres".


Ode 4 - Hirmos

Tu nous as manifesté la force de ton amour, Seigneur, / car pour nous, Tu as livré à la mort ton Fils unique. / Aussi Te clamons-nous notre action de grâce : // Gloire à ta puissance, Seigneur.

Dans ta miséricorde, ô Christ, Tu as enduré les plaies et les coups, souffrant avec longanimité l'outrage des soufflets sur les joues et supportant les crachats ; c'est par eux que Tu as accompli mon salut. Gloire à ta puissance, Seigneur.

Ô Toi qui es la Vie, c'est par ton corps mortel que Tu as connu la mort à cause de la détresse des malheureux et du gémissement des pauvres* ; et ayant détruit le destructeur**, ô Très-glorieux, Tu (nous) as tous ressuscités avec Toi, car Tu T'es couvert de gloire.
* Ps 11,6.
** Litt. "Tu as corrompu le corrupteur", mais dans le français actuel "corrompre quelqu'un" a pris un sens tout différent.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

Souviens-Toi, ô Christ, du troupeau que Tu as acquis par ta Passion ; reçois les prières de compassion de ta très glorieuse Mère, et visitant (ce troupeau) dans sa détresse, délivre-Le, Seigneur, par ta puissance.


Ode 4 - 2ème canon

Ô Ami des hommes, Tu as façonné l'homme à ton image, lui qui après la transgression fut mis à mort par le péché ; en Te laissant crucifier au Calvaire, Tu l'as sauvé .

Seigneur, la mort a rendu les morts qu'elle avait engloutis ; l'empire mortifère des enfers a été détruit alors que Tu ressuscitais du tombeau.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

Ô Marie très pure, encensoir d'or, l'un de la sainte Trinité, Dieu le Verbe, est descendu en toi et s'est incarné en toi sans confusion, et Il a empli le monde d'un parfum d'agréable odeur.


Ode 4 - 3ème canon

Ô Maître, Toi qui as établi les montagnes, tel la pierre qu'aucune main n'a taillée Tu es venu de la Vierge, selon la mesure de ton intelligence divine ; gloire à ta puissance, ô Ami des hommes.

(En venant) de la Vierge, ô Maître, Tu as guéri de la maladie notre nature, ayant promptement uni à elle le remède : ta divinité très pure, ô Verbe.

Seigneur, Tu es ma part et l'héritage désiré, Toi qui (en venant) de la Vierge m'as uni à ta Personne (divine), ô Verbe, (alors que) ta Personne prenait chair.


Ode 5 - Hirmos

Avant l'aurore je veille et je T'invoque, Créateur de l'univers, / Toi, la Paix qui dépasse l'entendement ; / car tes préceptes sont pour moi lumière ; // par eux guide mes pas.

Toi qui vois tout et qui juges avec équité toute la terre, par jalousie les impies T'ont livré au juge inique, alors que Tu as délivré Adam de l'antique malédiction.

Par la puissance invincible de ta croix, ô Christ ressuscité des morts, donne ta paix à tes Églises et sauve nos âmes.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

Tu es le tabernacle saint, plus vaste que les cieux, car tu as reçu dans ton sein Celui que toute la création ne peut contenir, le Verbe de Dieu, toi seule est apparue toujours Vierge.


Ode 5 - 2ème canon

Ayant été percé au côté par une lance, ô mon Christ, Tu as délivré de la malédiction celle qui avait été tirée de la côte d'Adam* et par qui les hommes ont été voués à la perdition.
* Litt. "de l'homme".

Étant par nature égal au Père, ô Christ notre Sauveur, Tu as ressuscité des morts le temple sanctifié de ton corps très pur et précieux.


Ode 5 - 3ème canon

Ô Vierge, ton fils est le Verbe de Dieu, le Créateur d'Adam le premier homme ; Il n'est pas une créature, bien qu'en toi Il se soit façonné une chair vivante.

Ô Vierge, ton fils est égal au Père ; Il est le Verbe de Dieu, le Christ notre Seigneur, une Personne parfaite en deux natures en qui (se manifeste) un Dieu parfait et un homme.


Ode 6 - Hirmos

Au fond de l'abîme, entouré de mes péchés*, mon esprit défaille ; / mais étends, ô Maître, ton bras souverain // et, comme Tu as sauvé Pierre, sauve-moi.
* Litt. "Le fond de l'abîme de mes péchés m'a entouré".

Un abîme de miséricorde et de bienfaits m'a entouré lorsque dans ta compassion Tu es descendu T'incarner, ô Maître ; ayant pris la forme d'un serviteur, Tu m'as déifié et Tu m'as fait partager ta gloire.

Le meurtrier a supporté la mort en voyant revenu à la vie Celui qu'il avait mis à mort ; tels sont, ô Christ, les signes de ta Résurrection et de ta Passion victorieuse et très pure.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

Ô Très-pure, qui seule au delà de tout entendement es devenue la médiatrice entre le Créateur et les hommes, prie ton fils d'être miséricordieux envers tes serviteurs pécheurs et d'être leur défenseur.


Ode 6 - 2ème canon

Tu as subi des blessures, et par ta souffrance sur la Croix Tu as ressuscité avec Toi ceux que les enfers avaient blessés ; aussi je T'invoque : Délivre ma vie de la corruption, ô Ami des hommes.

Les portes des enfers s'ouvrent avec crainte devant Toi, et les armes sont enlevées à l'Ennemi ; c'est pourquoi les femmes venant à ta rencontre changèrent en joie leur tristesse.


Ode 6 - 3ème canon

Sans se séparer (du Père)*, (le Christ) vient de la Vierge immaculée ; Il se fait à notre image en devenant homme en son aspect** et en son être sans perdre sa divinité.
* Litt. "Celui qui par son image ne se sépare pas". On pourrait dire : "Celui qui garde son image (divine)", mais c'est à peu de chose près ce qui se trouve à la fin du texte.
** Litt. "image". Il y a dans ce texte une série de jeux de mots autour du substantif "image".

Délivre-moi, ô Toute-pure, de l'abîme des péchés et de la tourmente des passions, car Tu es un havre et un abîme de merveilles pour ceux qui accourent avec foi auprès de Toi.


Kondakion - ton 3

Tu es ressuscité aujourd'hui du tombeau, ô Miséricordieux, / et Tu nous as écartés des portes de la mort. / Aujourd'hui Adam exulte et Ève se réjouit ; / avec eux prophètes et patriarches ne cessent de chanter // la force divine de ta puissance.

Ikos

Que la terre et le ciel exultent aujourd'hui et chantent d'un seul cœur le Christ Dieu, qui a ressuscité de leurs tombeaux ceux qui y étaient prisonniers. Toute la création se réjouit avec eux et offre au Créateur de toutes choses, notre Libérateur, des chants dignes de Lui ; car Il a délivré les hommes des enfers, Lui, le Donateur de vie et Il les a élevés avec Lui aux cieux ; Il a brisé l'orgueil de l'Ennemi et les portes des enfers par le divin pouvoir de sa puissance.


Ode 7 - Hirmos

Comme jadis Tu as couvert de rosée / les trois saints adolescents dans la flamme des chaldéens, / éclaire-nous aussi par le feu lumineux de ta divinité, // nous qui Te clamons : Dieu de nos pères, Tu es béni.

Le voile lumineux du temple se déchira lors de la crucifixion du Créateur, révélant la vérité cachée dans les Écritures aux fidèles qui clament : Dieu de nos pères, Tu es béni.

Alors que Tu fus percé au côté, ô Christ, les gouttes de ton sang divin et vivifiant qui selon ton dessein tombaient sur la terre, ont recréé ceux qui avaient été formés de la terre et qui clament : Dieu de nos pères, Tu es béni.

Très sainte Trinité, notre Dieu, gloire à Toi. - Trinitaire

Avec le Père et le Fils unique, fidèles, glorifions l'Esprit de bonté ; vénérons l'unique Origine*, l'unique Divinité en trois Personnes et clamons : Dieu de nos pères, Tu es béni.
* Même si c'est le mot qui rend avec le plus de précision le texte original, il faut dire que dans le français courant, il n'est pas très heureux. La plupart des gens savent ce que signifie "avoir des principes" et risquent un contresens. Au début de la Genèse et de l'Évangile selon st. Jean "principio" est traduit par "commencement", mais dire "l'unique Commencement" ne serait pas plus clair. Nous proposons ici "l'unique Origine", mais la question reste ouverte.


Ode 7 - 2ème canon

Le soleil s'obscurcit en voyant suspendu à la Croix non un homme*, mais le Dieu incarné à qui nous chantons : Seigneur, Dieu de nos pères, Tu es béni.
* Litt. : Ce n'est pas en voyant simplement un homme suspendu à la Croix que le soleil s'obscurcit, mais le Dieu incarné.

En recevant le Dieu fort, Donateur de l'incorruptibilité, les enfers effrayés rejetèrent les âmes des justes qui clamaient : Seigneur, Dieu de nos pères, Tu es béni.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

Tu as été, ô Très-pure, un trésor précieux de bénédiction pour ceux qui d'un cœur pur confessent que tu es la Mère de Dieu, car c'est de toi que s'est incarné le Dieu de nos pères.


Ode 7 - 3ème canon

Seigneur de gloire qui règnes sur les puissances d'en haut, Toi qui sièges avec le Père et qui es porté dans les bras de la Vierge*, Seigneur, Dieu de nos pères, Tu es béni.
* Litt. "des bras virginaux", c-à-d "d'une vierge".

Terrible est la mort, mais l'ayant rencontrée, Tu l'as anéantie, Toi le Dieu qui T'es incarné de la Vierge* : Seigneur, Dieu de nos pères, Tu es béni.
* Litt. "étant devenu de la Vierge une chair divino-hypostatique".

Ô Mère de Dieu, nous savons tous que tu as enfanté Dieu, l'Un de la Trinité, qui s'est incarné en toi et que tu as mis au monde : Ô Très-pure, béni est le fruit de ton sein.


Ode 8 - Hirmos

Les adolescents se tenaient avec piété / au milieu du feu insoutenable, / sans être atteints par la flamme, / et ils chantaient l'hymne divine : / Bénissez le Seigneur, toutes les œuvres du Seigneur, // et exaltez-Le dans tous les siècles*.
* Même Hirmos qu'à la 8ème ode de la Sainte Rencontre.

Avant la lecture du dernier tropaire, à la place de "Gloire ... et maintenant ..." on annonce : "Bénissons le Seigneur, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant ..."

Le (voile) lumineux du temple se déchira lorsque ta croix fut plantée sur le Calvaire et toute la création, bouleversée d'effroi, fit entendre ce chant : Bénissez le Seigneur, toutes les œuvres du Seigneur, chantez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.

Tu es ressuscité du tombeau, ô Christ, et par la puissance divine de ta croix* Tu as relevé celui qui par la séduction avait été déchu, et qui clame** : Bénissez le Seigneur, toutes les œuvres du Seigneur, chantez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.
* Litt. "le bois". Également il faut remarquer que "le bois" et "la puissance divine" sont présentés comme deux causes distinctes du relèvement de l'homme ; on pourrait donc dire aussi : "par le bois et par ta puissance divine Tu as relevé...", ce qui est plus lourd.
** Litt. : "qui clame et dit".

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

Tu es apparue comme le Temple de Dieu, le Réceptacle vivant et l'Arche (sainte), car c'est toi, ô Mère de Dieu très pure qui as réconcilié le Créateur avec les hommes ; aussi nous qui sommes son œuvre, nous te chantons et t'exaltons dignement dans tous les siècles.


Ode 8 - 2ème canon

Impassible dans sa divinité, le Verbe ne connaît pas la souffrance, mais bien qu'étant Dieu Il souffre dans sa chair ; c'est à Lui que nous chantons : Bénissez le Seigneur, toutes les œuvres du Seigneur, chantez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.

En tant qu'homme mortel, Tu T'es endormi, ô Sauveur, mais en tant qu'immortel, Tu es ressuscité, et Tu sauves de la mort ceux qui clament : Bénissez le Seigneur, toutes les œuvres du Seigneur, chantez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.

Très sainte Trinité, notre Dieu, gloire à Toi. - Trinitaire

Nous rendons dignement un culte à la Divinité en trois Personnes éternellement* unies, et nous chantons : Bénissez le Seigneur, toutes les œuvres du Seigneur, chantez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.
* Le texte slave dit : "indiciblement".


Ode 8 - 3ème canon

Tu as surpassé, ô Mère, les ordres célestes* et tu te tiens auprès de Dieu ; aussi nous bénissons, ô Vierge toute-bénie, ton enfant et l'exaltons dans tous les siècles.
* Litt. "spirituels".

Tu as rendu plus belle encore la beauté de la nature (humaine), en faisant briller la chair de la Divinité. Bénissons, ô Vierge toute-bénie, ton enfant et exaltons-le dans tous les siècles.

Avant la Katavassia, le chœur chante le verset :

Louons, bénissons, adorons le Seigneur, Le chantant et L'exaltant dans tous les siècles.

Après la Katavassia et l'annonce : "Magnifions dans nos hymnes la Mère de Dieu et Mère de la Lumière." le chœur chante le Magnificat.


Ode 9 - Hirmos

Miracle nouveau et digne de Dieu, / le Seigneur franchit véritablement la porte close virginale ; / nu à son entrée dans le sein, / Dieu est apparu revêtu de chair à sa sortie, / et la porte demeure close. // C'est elle, la Mère de Dieu, qu'ineffablement nous magnifions.

Il est redoutable de Te voir, ô Créateur, Toi le Verbe de Dieu élevé sur la Croix, <le Dieu> qui souffre dans sa chair pour ses serviteurs et qui, étendu sans vie dans un tombeau, as délivré les morts des enfers : c'est pourquoi, ô Christ, nous Te magnifions, car Tu es tout-puissant.

Toi qui as été déposé mort dans le tombeau, Tu as délivré les ancêtres de la corruption ; Toi qui as fait fleurir la vie, Tu as ressuscité les morts ; Toi qui as guidé le genre humain vers la lumière, Tu l'as revêtu de l'incorruption divine ; c'est pourquoi nous Te magnifions, Toi la source de la lumière éternelle*.
* Litt. "lumière qui vit toujours".

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion

Tu es apparue comme le temple et le trône, où Dieu, qui demeure au plus haut des cieux, est venu faire sa demeure ; Il est né de toi, qui n'a pas connu l'homme, sans ouvrir la porte de ton sein*, ô Toute-pure ; aussi intercède par tes prières incessantes afin que toutes les nations se soumettent à la paix de Dieu.**
* Litt. "de ton corps".
** Litt. : "aussi fais que par tes prières incessantes les peuples barbares soient promptement et définitivement soumis à notre Empereur."

Ode 9 - 2ème canon

Ô Christ, Tu as fais jaillir l'honneur pour tous les hommes par une mort déshonorante, à laquelle Tu as goûté lors de ta crucifixion, et par ton essence mortelle Tu m'as accordé l'incorruptibilité, car Tu es l'Ami des hommes.

Par ta Résurrection du tombeau, ô Christ, Tu m'as sauvé ; Tu m'as relevé et Tu m'as conduit vers ton Père*, Seigneur, et Tu m'as fait asseoir à sa droite par ton amour miséricordieux.
* Litt. "le Père, ton parent".


Ode 9 - 3ème canon

Emplis de piété, nous* ne sommes jamais rassasiés de t'apporter nos louanges, Ô Vierge ; car à notre amour vient s'ajouter sans cesse l'amour divin, spirituel, puisque c'est la Mère de Dieu que nous magnifions.
* Litt. "fidèles".

Ô Christ, Tu nous as donné (ta mère), celle qui T'as enfanté afin qu'avec constance elle intercède pour nous*. Par ses prières et dans ta miséricorde Tu nous envoies l'Esprit, donateur de bonté, et qui procède du Père.
* L'idée est très difficile à rendre. Le sens est que la prière de la Mère de Dieu ne peut être rejetée (litt. ne peut être "confondue" ou "bafouée") par son fils.


Laudes - ton 3

v. Exécuter sur les peuples le jugement écrit, telle est la gloire de tous ses saints.

Venez, toutes les nations, apprenez la vertu du mystère redoutable ; / le Verbe qui était au commencement, le Christ notre Sauveur, / a été crucifié pour nous ; / par sa propre volonté Il a été enseveli / et Il est ressuscité des morts afin de sauver l'univers. // Aussi adorons-Le.*
* Cf. Sainte Rencontre, Lucernaire 1, 2 & 3.

v. Louez Dieu dans ses saints, louez-Le au firmament de sa puissance.

Toutes tes merveilles, Seigneur, / ont été rapportées par les gardes ; / pourtant le sanhédrin de vanité avait rempli leurs mains d'argent, / pensant cacher ta Résurrection que le monde glorifie. // Seigneur, aie pitié de nous.

v. Louez-Le pour ses hauts faits, louez-Le selon sa grandeur infinie.

Toute chose fut remplie de joie / quand il connut ta Résurrection* ; / car Marie de Magdala, venue à ton tombeau, / a trouvé, assis sur la pierre, un ange aux vêtements lumineux qui lui dit : / Pourquoi cherchez-vous parmi les morts le Vivant ? / Il n'est pas ici, Il est ressuscité comme Il l'avait dit, // Il vous précède en Galilée.
* Litt. "quand il a reçu l'expérience de ta Résurrection.

v. Louez-Le au son de la trompe, louez-Le sur la harpe et la cithare.

Maître, Ami des hommes, / dans ta lumière nous verrons la lumière ; / car Tu es ressuscité des morts / et Tu accordes le salut au genre humain, / afin que toute créature Te glorifie, / Toi le seul sans péché ; // Seigneur, aie pitié de nous.

Autres stichères, d'Anatole - ton 3

v. Louez-Le par le tambourin et la danse, louez-Le au son des cordes et des instruments.

Comme une hymne matinale, les femmes myrrhophores T'apportaient leurs lar-mes ; / elles arrivèrent en hâte à ton sépulcre en portant des parfums, / pour embaumer ton corps très pur. / Un ange assis sur la pierre leur annonça la bonne nouvelle : / Pourquoi cherchez-vous parmi les morts le Vivant ? / Il a terrassé la mort, Il est ressuscité comme Dieu, // à tous Il accorde la grande miséricorde.

v. Louez-Le avec les cymbales retentissantes, louez-Le avec les cymbales de jubilation, que tout souffle loue le Seigneur.

Près de ton tombeau vivifiant, / un ange resplendissant dit aux myrrhophores : / Celui qui a vidé les tombeaux, le Libérateur, / a dépouillé les enfers / et Il est ressuscité le troisième jour, // car Il est le seul Dieu, le Tout-puissant.

v. Lève-Toi, Seigneur, mon Dieu, que ta main soit exaltée, n'oublie pas tes pauvres à jamais. (Ps 9,33)

Venue le lendemain du sabbat, / Marie de Magdala Te cherchait dans le tombeau / et, ne T'ayant pas trouvé, elle se lamentait en pleurant et clamait : / Hélas, mon Sauveur, Tu as été dérobé, ô Roi de l'univers ; / mais les deux anges, messagers de la vie, qui se trouvaient dans le sépulcre lui dirent : / Pourquoi pleures-tu, ô femme ? / Je pleure, dit-elle, car on a enlevé mon Seigneur de sa tombe, / et je ne sais pas où on L'a mis* ? / Mais T'ayant vu, elle se retourna et s'écria : // Mon Seigneur et mon Dieu, gloire à Toi.
* Cf. Jn 20,12-14.

v. Je Te confesserai, Seigneur, de tout mon cœur, je raconterai toutes tes merveilles. (Ps 9,2)

Les Hébreux enfermèrent la Vie dans le tombeau, / tandis que le larron ouvrit aux nations les délices (du paradis) en s'écriant : / Celui qui a été crucifié pour moi est avec moi, / Il a été suspendu avec moi sur le bois (de la Croix) / et Il m'est apparu sur le trône siégeant avec le Père ; / c'est Lui le Christ notre Dieu, // Lui qui possède la grande miséricorde.


Tropaire après la grande Doxologie : voir ton impaire.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités