Dimanche ton 5

Pas de discussions dans ce forum destiné exclusivement à une mise à disposition de textes issus du cycle liturgique orthodoxe. Pour toute réflexion sur ces textes, merci de vous reporter au forum général.

Modérateur : Auteurs

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Dimanche ton 5

Message par Monique » ven. 07 juil. 2006 8:53

Dimanche - ton 5


Grandes vêpres du samedi


Lucernaire - ton 5

v. Fais sortir de prison mon âme, pour que je confesse ton Nom.

Par ta croix vénérable, ô Christ, / Tu as confondu le diable, / et par ta Résurrection Tu as émoussé l'aiguillon du péché / et Tu nous as sauvés des portes de la mort : // Fils unique, nous Te glorifions.

v. Les justes sont dans l'attente à mon sujet, jusqu'à ce que Tu m'accordes ma récompense.

Celui qui donna la résurrection au genre humain, / on L'a conduit à l'immolation comme un agneau. / Les princes des enfers ont tremblé devant Lui / et les portes des lamentations furent élevées. / Car le Christ, le Roi de gloire y pénètre / et dit aux enchaînés : Sortez. // Et à ceux qui sont dans les ténèbres : Entrez dans la lumière*.
* Cf. Is 49,9. Litt. "Et à ceux qui sont dans les ténèbres : Montrez-vous". Cependant une version plus explicite de ce verset est attestée par la tradition : cf. Saint Cyrille d'Alexandrie "Sur l'incarnation" SC 97, p.235, 693 b.

v. Des profondeurs je crie vers Toi, Seigneur, Seigneur écoute ma voix.

Ô grande merveille ! / Le Créateur des incorporels a souffert dans sa chair / par amour des hommes. / L'Immortel est ressuscité. / Venez, toutes les familles des nations, adorons-Le;/ car par sa miséricorde nous avons été arrachés à la séduction // et nous avons appris à chanter le Dieu unique en trois personnes.

Autres stichères, d'Anatole - ton 5

v. Que tes oreilles soient attentives à la voix de ma supplication.

Nous T'offrons notre adoration du soir, / à Toi, Lumière sans déclin, / qui, comme dans un miroir, as brillé dans ta chair sur le monde à la fin des temps. / Tu es même descendu jusqu'aux enfers, / Tu en as dissipé les ténèbres / et Tu as montré aux nations la lumière de ta Résurrection : // Donateur de lumière, Seigneur, gloire à Toi.

v. Si Tu tiens compte des iniquités, Seigneur, Seigneur, qui pourra subsister ? Car auprès de Toi est le pardon.

Glorifions le Christ, auteur de notre salut, / car sa Résurrection d'entre les morts a sauvé le monde de l'erreur ; / le chœur des anges se réjouit, / la tromperie des démons disparaît, // Adam est relevé de sa chute et le diable est anéanti.

v. À cause de ton Nom, je T'ai attendu, Seigneur. Mon âme a attendu ta Parole, mon âme a mis son espérance dans le Seigneur.

Les gardes furent instruits par les impies : / Cachez la Résurrection du Christ, / recevez les deniers et dites : / C'est pendant notre sommeil que le mort a été dérobé du tombeau. / Qui a jamais vu, qui a jamais entendu que l'on ait dérobé un mort, / surtout s'il est embaumé et nu, / et qu'il ait laissé dans le tombeau son linceul ?* / Ne vous laissez pas séduire, / apprenez l'enseignement des prophètes / et comprenez que c'est Lui qui est en vérité // le Libérateur du monde et le Tout-puissant.
* Cf. Ton 2, Laudes, 8ème stichère.

v. Depuis la garde du matin jusqu'à la nuit, depuis la garde du matin, qu'Israël espère dans le Seigneur.

Seigneur, Toi qui as dépouillé les enfers, / Toi qui as terrassé la mort / et illuminé le monde par ta croix vénérable, // notre Sauveur, aie pitié de nous.

Sichères à la très sainte Mère de Dieude Paul l'Amorréen - ton 5

v. Car auprès du Seigneur est la miséricorde, et grande auprès de Lui la délivrance. C'est Lui qui rachètera Israël de toutes ses iniquités.

Toi qui surpasses toute créature, / tu es en vérité le trône de chérubins ; / en toi le Verbe de Dieu est venu demeurer voulant recréer notre image / et de toi, ô Toute-pure, Il est sorti incarné* ; / pour nous Il a accepté la mort sur la Croix / et en tant que Dieu nous as donné la résurrection / ayant transformé notre nature condamnée ; / aussi, ô Mère de Dieu, nous prions ton fils, le Créateur, // pour obtenir le pardon et la miséricorde à l'heure du jugement.
* Litt. "dans la chair".

v. Louez le Seigneur, toutes les nations, célébrez-Le, tous les peuples.

Comment t'appellerais-je, ô Mère de Dieu très pure, Temple béni de Dieu ? / Je te nommerais Jardin d'Éden / et Arche de Noé qui a sauvegardé pour Dieu un sanctuaire royal, / tout le peuple saint, l'assemblée du Christ notre Dieu ; / je te comparerais à l'arche (de l'alliance) de Moïse / où se trouvaient le propitiatoire et le bâton fleuri (d'Aaron), / le chandelier, le vase (de la manne) et l'encensoir d'or // (toi) vers qui accourt tout fidèle implorant la grande miséricorde.

v. Car sa miséricorde s'est affermie sur nous, et la vérité du Seigneur demeure dans les siècles.

Seul espoir des désespérés et prompt secours des sans secours, / toi qui as enfanté Jésus, / Lui qui est enclin à la miséricorde, / aie pitié maintenant de ma faiblesse, ô Très-pure / et accorde-moi des pensées de componction ; / noie sous des flots de larmes l'abîme de mes péchés, / chasse au loin la tempête de mes passions insatiables / et remplis mon cœur troublé de paix divine // en priant le Christ de m'accorder la complète rémission de mes péchés.

Gloire ... et maintenant ... -Théotokion dogmatique - ton 5

L'image de l'Épouse inépousée / fut jadis signifiée par la mer Rouge ; / là-bas Moïse divisa les eaux, / ici Gabriel annonça le miracle ; / en ce temps-là Israël traversa à pied sec les abîmes, / maintenant, sans semence, la Vierge enfante le Christ. / La mer après le passage d'Israël est demeurée infranchissable, / l'Immaculée après la naissance de l'Emmanuel demeure sans corruption. / Toi qui es et qui as toujours été, / Tu es apparu en tant qu'homme ; // ô notre Dieu, sauve-nous.


Apostiches - ton 5

Nous Te magnifions, ô Christ Sauveur, / dans nos mélodies et nos chants, / Toi qui T'es incarné sans Te séparer des cieux ; / Tu as accepté la Croix et la mort pour tous les hommes, / car Tu es le Seigneur, Ami des hommes ; / Tu as forcé les portes des enfers // et Tu es ressuscité le troisième jour pour le salut de nos âmes.

v. Le Seigneur est entré dans son règne, Il s'est revêtu de splendeur.

Ô Donateur de vie, / de ton côté transpercé, / Tu as fait jaillir pour tous des flots de pardon, de vie et de salut. / Tu as dans ta chair accepté la mort / et Tu nous as donné l'immortalité ; / Tu as séjourné dans le sépulcre pour nous libérer / et Tu nous as ressuscités avec Toi dans la gloire, car Tu es Dieu. / C'est pourquoi nous Te clamons : // Seigneur, Ami des hommes, gloire à Toi.


v. Car Il a affermi l'univers qui ne sera pas ébranlé.

Étrange est ta crucifixion, ô Ami des hommes, / étrange est ta descente aux enfers, / car Tu les as dépouillés ; / Tu as ressuscité avec Toi dans la gloire / ceux qui y étaient enchaînés, / Tu leur as ouvert le paradis / et Tu les as rendus dignes d'y entrer, car Tu es Dieu. / Accorde à nous qui glorifions ta Résurrection du troisième jour, / le pardon de nos péchés et la vie au paradis, // car Tu es le seul miséricordieux.

v. À ta maison convient la sainteté, Seigneur, pour la suite des jours.

Pour nous Tu as souffert la Passion dans ta chair / et Tu es ressuscité des morts le troisième jour ; / guéris les passions de notre chair, / relève-nous de nos lourdes fautes, ô Ami des hommes, // et sauve-nous.

Gloire ... et maintenant ... - Théotokion

Ô Vierge, toute-vénérable, / tu es le temple, la porte, le palais et le trône du Roi ; / c'est par toi que mon Libérateur, le Christ Seigneur, Soleil de justice, / s'est levé sur ceux qui dormaient dans les ténèbres, pour les illuminer, / eux qu'Il avait, de sa propre main, créés à son image. / Prie-Le sans cesse, ô Digne de toute louange, / toi qui as auprès de Lui l'audace d'une mère, // pour le salut de nos âmes.


Tropaire - ton 5

Fidèles, chantons et adorons, / le Verbe sans commencement comme le Père et l'Esprit, / né de la Vierge pour notre salut, / car Il a bien voulu dans sa chair monter sur la Croix / pour y endurer la mort // et relever les morts par sa glorieuse résurrection.

Gloire ... et maintenant ... - Théotokion

Réjouis-toi, porte infranchissable du Seigneur ; / réjouis-toi, rempart et protection de ceux qui accourent vers toi ; / réjouis-toi, havre qui nous abrite des tempêtes, / toi, l'Inépousée qui as enfanté dans la chair ton Créateur et ton Dieu ; // ne cesse pas d'intercéder pour ceux qui chantent et vénèrent ton enfant.




Matines du dimanche

1er tropaire-cathisme - ton 5

Louons la Croix du Seigneur, / exaltons par nos chants sa sainte sépulture / et glorifions sa Résurrection : / Il a relevé avec Lui les morts de leurs tombeaux, car Il est Dieu ; / Il a dépouillé la mort de son empire / et le diable de sa puissance, // et sa lumière a resplendi sur les habitants des enfers.

v. Lève-Toi, Seigneur, mon Dieu, que ta main soit exaltée, n'oublie pas tes pauvres à jamais.

On T'a désigné comme mort, Toi qui as mis à mort la mort, / Tu as été déposé dans la tombe, Toi qui as vidé les tombeaux ; / sur terre* les soldats gardaient ton sépulcre, / dans les profondeurs Tu as ressuscité ceux qui étaient morts depuis les siècles ; // Seigneur tout-puissant et inconcevable, gloire à Toi.
* Litt. "en haut".


Gloire ... et maintenant ... - Théotokion

Réjouis-toi, montagne sainte par où Dieu seul peut passer ; / réjouis-toi, vivant buisson ardent qui ne se consume pas ; / réjouis-toi, unique pont du monde vers Dieu, qui conduit les morts vers la vie éternelle ; / réjouis-toi, Vierge immaculée, // qui sans connaître l'homme as mis au monde le Sauveur de nos âmes.


2ème Tropaire-cathisme - ton 5

Seigneur, après ta Résurrection au troisième jour, / les apôtres T'ayant adoré, Pierre Te clama : / Les femmes eurent du courage, mais moi j'ai pris peur ; / le larron proclama que Tu étais Dieu, mais moi je T'ai renié ; / me compteras-Tu encore parmi tes disciples, / ou me renverras-Tu pêcher dans les (eaux) profondes ? // Aussi accepte mon repentir, ô Dieu, et sauve-moi.

v. Je Te confesserai, Seigneur, de tout mon cœur, je raconterai toutes tes merveilles. (Ps 9,2)

Seigneur, les impies Te clouèrent entre deux condamnés / et Te percèrent au côté d'une lance, ô Miséricordieux ! / Car Tu as accepté l'ensevelissement, / Toi qui as détruit les portes de la mort / et qui es ressuscité le troisième jour ; / les femmes accoururent pour Te voir / et elles annoncèrent aux apôtres ta Résurrection ; / Sauveur exalté au-dessus de tout et chanté par les anges, // Seigneur qui es béni, gloire à Toi.

Gloire ... et maintenant ... - Théotokion

Mère de Dieu, Épouse inépousée, / toi qui as changé en joie la tristesse d'Ève, / nous te chantons et te vénérons, nous les fidèles, / car tu nous as relevés de l'antique malédiction ; / maintenant intercède sans cesse, ô Toute-sainte et digne de toute louange, // afin que nous soyons sauvés.


Hypakoï - ton 5

L'esprit troublé par la vue de l'ange / et l'âme illuminée par la divine Résurrection, / les (femmes) myrrhophores portèrent la bonne nouvelle aux apôtres : / Annoncez parmi les nations la Résurrection du Seigneur // qui accomplit des miracles et nous accorde la grande miséricorde.


Antiennes des Degrés - ton 5

1ère Antienne

Dans ma tribulation, je Te chante comme David, ô mon Sauveur : / Délivre mon âme des lèvres injustes*. /
* Cf. Ps 119,1-2.

Bienheureuse est la vie pour ceux qui habitent dans le désert, // l'amour divin leur donne des ailes.

Gloire ...

Par le Saint Esprit tout est gouverné, le visible et l'invisible ; // car Il a tout pouvoir, Lui qui en vérité est l'Un de la Trinité.

Et maintenant ... - le même.


2ème Antienne

Vers les montagnes, ô mon âme, élevons-nous ; / allons là d'où me vient le secours*. /
* Cf. Ps 120,1.

Que ta droite qui me protège*, ô Christ, // me garde de tout mensonge.
* Litt. "qui me touche".

Gloire ...

Disons au Saint Esprit, proclamant sa divinité : / Tu es Dieu, Tu es la vie, l'amour, la lumière, l'intelligence ; // Tu es la bonté, Tu règnes pour les siècles.

Et maintenant ... - le même.


3ème Antienne

Quand on m'a dit : "Entrons dans les parvis du Seigneur"*, / au comble de la joie j'ai fait monter ma prière. /
* Cf. Ps 121,1-2.

Dans la maison de David, s'accomplit un redoutable (mystère) ; // là le feu consume tout esprit corrompu.

Gloire ...

Au Saint Esprit revient d'être la source de vie ; / c'est de Lui que tout être vivant reçoit le souffle, // ainsi que du Père et du Verbe.

Et maintenant ... - le même.


Prokimenon - ton 5

Lève-Toi, Seigneur mon Dieu, que ta main soit exaltée, / car Tu régneras dans l'éternité.
v. Je Te confesserai, Seigneur, de tout mon cœur, je raconterai toutes tes merveilles. (Ps 9, 33/37 & 2)



Canon de la Résurrection - ton 5

Le verset avant chaque tropaire est : "Gloire, Seigneur, à ta sainte Résurrection".

Si, comme cela se fait dans la pratique paroissiale, on ne lit que quelques tropaires, le dernier sera toujours précédé, en guise de verset, de l'annonce : "Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit, et maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen."


Ode 1 - Hirmos

Par la force de son bras élevé, / le Christ qui brise les armées, / a dispersé dans la mer Rouge cheval et cavalier ; // Il a sauvé Israël qui chante une hymne de victoire.

N'ayant pas gardé pour Toi, ô Bienfaiteur, d'amour maternel, la synagogue n'a eu que des épines pour Te couronner, ô Christ, Toi qui délivres l'ancêtre du genre humain du châtiment (de la terre qui produit) des épines*.
* Gn.3,18.

Ô Donateur de vie, Toi qui es sans péché, Tu T'es penché pour me relever du gouffre où j'étais tombé, et ayant supporté la puanteur de ma corruption sans en être altéré, Tu m'as parfumé de la myrrhe de ta Divinité.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. (Théotokion)
La malédiction a pris fin, le chagrin a cessé: car la Toute-bénie et pleine de grâce a fait lever la joie sur les fidèles et fleurir le Christ, bénédiction pour tout l'univers.

Ode 1 -
Canon de la Croix et de la Résurrection - ton 5


Les hirmi du canon de la Croix et de la Résurrection sont les mêmes que ceux du canon de l'Ascension. Dans la pratique, on ne chante que l'hirmos du premier canon. Les hirmi des canons suivants sont donnés pour indiquer la mélodie sur laquelle seront chantés les tropaires, comme cela est encore en usage dans l'église grecque, où le canon est entièrement chanté. Dans les églises slaves, cela ne se fait plus qu'à Pâques.
Le verset avant chaque tropaire est : "Gloire, Seigneur, à ta croix vénérable et à ta Résurrection"

Celui qui par sa propre volonté a été cloué sur la Croix dans sa chair et qui a délivré de la condamnation l'homme jadis tombé par le bois, c'est Lui seul que nous chantons, car Il s'est couvert de gloire.

Le Christ, mort et ressuscité du tombeau, a relevé avec Lui l'homme qui était tombé et lui a fait l'honneur de siéger auprès du Père ; c'est Lui seul que nous chantons, car Il s'est couvert de gloire.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. (Théotokion)
Ô Mère de Dieu très pure, prie sans cesse le Dieu qui a pris chair de toi sans se séparer du sein du Père, de sauver de toutes tribulations ceux qu'Il a créés.

Ode 1 -
Canon de la très sainte Mère de Dieu - ton 5


Les hirmi du canon de la très sainte Mère de Dieu sont les mêmes que ceux du canon de la Résurrection.

Le verset avant chaque tropaire est : "Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous."

Ô Très-pure, prie le Christ, la Lumière qui est venue demeurer en toi et qui a illuminé le monde de ses rayons divins, d'illuminer tous ceux qui te chantent, ô Vierge et Mère.

Ô pleine de grâce, ornée par la beauté de tes vertus, tu as accueilli, ô Toute-pure, la splendide beauté de l'éclat de l'Esprit qui embellit tout.

Ô Vierge, toi qui jadis a été représentée au Sinaï par le buisson ardent, tu n'as pas été consumée bien que tu te sois unie au Feu ; vierge tu as enfanté et tu es demeurée vierge au delà de tout entendement, ô Vierge et Mère.

Puis on ajoute le Canon des Ménées suivi de la Katavassia.


Ode 3 - Hirmos

Par ton ordre, ô Christ, / Tu as fixé la terre sur le néant / et Tu l'as fermement suspendue ; / affermis ton Église sur le roc inébranlable de tes commandements, // Toi le seul bon et ami des hommes.

C'est à Toi, ô Christ, qui dans le désert as fait des miracles, que les fils d'Israël ingrats qui avaient sucé le miel du rocher, ont apporté du fiel, et ils T'ont donné du vinaigre en retour du don de la manne.

Ceux qui jadis avaient été protégés par une nuée lumineuse, ont mis au tombeau le Christ, notre Vie ; mais par sa propre volonté Il est ressuscité et a mystérieusement envoyé d'en haut à tous les fidèles l'ombre de l'Esprit.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. (Théotokion)
Ô toi, Mère de Dieu, tu as enfanté sans t'unir à l'homme et sans connaître les douleurs de l'enfantement Celui qui a resplendi du Père immortel ; aussi, toi qui as enfanté le Verbe incarné, dans la vraie foi nous te proclamons Mère de Dieu.

Ode 3 -2ème canon

Ô Christ, Donateur de vie, Tu es ressuscité du tombeau et Tu as délivré de la corruption de la mort ceux qui célèbrent ta crucifixion volontaire.

Les femmes myrrhophores se hâtaient d'embaumer ton corps, ô Christ, mais ne le trouvant pas, s'en retournèrent en chantant ta Résurrection.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. (Théotokion)
Prie sans cesse, ô Vierge très-pure, Celui qui s'est incarné de ton sein, afin qu'Il délivre de la tromperie du diable ceux qui Te chantent.

Ode 3 -3ème canon

Toi qui es l'échelle par laquelle le Très-haut est descendu pour relever la nature (humaine) corrompue, maintenant tu nous apparais visiblement comme étant la Très-pure, car par toi le Très-bon a daigné converser avec les hommes*.
* Litt. "avec le monde".

Ô Vierge, le mystère qui jadis avait été déterminé et prévu avant les siècles par le Dieu qui connaît tout, s'est manifesté dans ton sein, ô Toute-immaculée, en parvenant à son terme maintenant, en ces temps derniers.

Par ton intercession, ô Vierge toute pure, la malédiction de l'antique condamnation a pris fin, car de toi, qui seule embellit le genre humain, le Seigneur très bon est apparu, et Il a répandu sur tous la bénédiction.


Ode 4 - Hirmos

Prévoyant ton divin abaissement/ Habacuc en tremblant Te clamait, ô Christ : / Tu es venu pour le salut de ton peuple, // pour sauver ceux qui Te sont consacrés.

Par le bois Tu as adouci les eaux amères de Mara, ô Très-bon, préfigurant ta croix toute pure qui éteint la saveur du péché.
* Ex.15,23-24.

A cause de l'arbre de la connaissance, ô mon Sauveur, Tu as souffert la Croix, à cause d'un fruit délectable Tu as reçu du fiel et à cause de la corruption de la mort, Tu as répandu ton sang divin.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. (Théotokion)
En dehors de toute union, Tu as conçu sans corruption dans ton sein, sans douleurs Tu as enfanté et Tu es demeurée Vierge après avoir mis au monde Dieu dans la chair.

Ode 4 -
2ème canon


Lorsque sur le Calvaire la Croix fut plantée en terre, les verroux se brisèrent et ceux qui gardaient les portes depuis les siècles s'écrièrent : Gloire à ta puissance, Seigneur.

Lorsque le Sauveur est descendu,comme un mortel, vers ceux qui étaient enchaînés, avec Lui ressuscitèrent tous ceux qui étaient morts depuis les siècles et s'écrièrent : Gloire à ta puissance, Seigneur.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. (Théotokion)
La Vierge a enfanté sans connaître les douleurs de l'enfantement; mais Elle est Mère, tout en demeurant Vierge. C'est Elle que nous invoquons en Lui chantant : Ô Mère de Dieu, Réjouis-Toi.

Ode 4 -
3ème canon


C'est en confessant avec piété, de tout mon cœur et de ma raison, de mon âme et de mes lèvres que tu es en vérité la Mère de Dieu très pure, que je récolte le fruit du salut et que par tes prières, ô Vierge, je suis sauvé.

Celui qui du néant a créé toutes choses, a daigné dans sa bonté se créer de toi, ô Très-pure et Immaculée, pour le salut de ceux qui te chantent avec foi et amour.

Les chœurs célestes chantent ton enfantement, ô Toute-immaculée, et se réjouissent du salut de ceux qui te reconnaissent* en vérité Mère de Dieu et Vierge très pure.
* Litt. "te pensent".

Tu as été appelée par Isaïe : le Bâton d'où a fleuri pour nous, comme une belle fleur, le Christ notre Dieu pour le salut de ceux qui accourent sous ta protection avec foi et amour.


Ode 5 - Hirmos

Avant l'aurore je veille et je T'invoque, / Toi qui T'es revêtu de lumière comme d'un manteau : / Illumine mon âme enténébrée, ô Christ, // Toi le seul miséricordieux.

Le Seigneur de gloire, sous un aspect infamant, est suspendu, déshonoré, à la Croix par sa propre volonté, dans le souci de me procurer d'une manière indicible la gloire divine.

Ayant goûté la mort dans ta chair sans en subir la corruption, Tu m'as revêtu, ô Christ, (d'un vêtement) d'incorruptibilité, quand le troisième jour Tu T'es relevé du tombeau.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. (Théotokion)
Ô Mère de Dieu, en enfantant pour nous sans semence Celui qui est notre Justice et notre Libérateur, le Christ, Tu as délivré de la malédiction notre premier ancêtre.*
* Litt. "la nature de notre premier ancêtre". On pourrait dire encore: "la nature humaine".

Ode 5 -
2ème canon


Tu as étendu tes bras sur le bois de la Croix, ô notre Sauveur, pour rappeler tout à Toi, car Tu es l'Ami des hommes.

Par ton ensevelissement, ô mon Sauveur, Tu as dépouillé les enfers et par ta Résurrection Tu as rempli toutes choses de joie.

Ô Donateur de vie, Tu es ressuscité du tombeau le troisième jour et Tu as fait jaillir pour tous l'immortalité.*
* Ce tropaire ne figure pas dans le texte grec.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous.- Théotokion
Nous Te chantons, ô Mère de Dieu, Toi qui es restée vierge même après ton enfantement, car Tu as enfanté pour le monde, dans la chair, Dieu le Verbe.

Ode 5 -
3ème canon


Tous les prophètes avaient clairement annoncé que tu devais devenir la Mère de Dieu,* car seule tu fus trouvée pure et parfaitement immaculée.
* Dans la mesure où nous traduisons "Theotokos" par "Mère de Dieu", nous avons supprimé la répétition, ainsi que celle de : "ô Très-pure, tu fus trouvée pure".

Nous te reconnaissons, ô Très-pure, comme la Nuée lumineuse emplie d'eau vivifiante qui répand* sur nous qui sommes désespérés, une ondée d'incorruptibilité, le Christ.
* Litt. "fait pleuvoir".

Le Dieu qui est venu demeurer en toi, t'a aimé comme (un être) proche, toi qui es belle, immaculée et scellée par la plus pure virginité, car Il est le seul miséricordieux.


Ode 6 - Hirmos

Christ et Maître, apaise l'océan de mes passions / qu'agite la tempête dévastatrice de mon âme, // et délivre-moi de la corruption, Toi qui es miséricordieux.

L'ancêtre du genre humain est tombé dans la corruption pour avoir goûté la nourriture défendue, mais par ta Passion, ô Christ et Maître, il a été ramené à la vie.

Tu es descendu aux enfers, ô notre Vie, Christ et Maître, Tu as mis à mort le Meurtrier et par la mort Tu as fait jaillir la Résurrection*.
* Litt. : "Tu es devenu corruption pour le corrompu et par la corruption Tu as fait ...".

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. (Théotokion)
La Vierge a enfanté et après l'enfantement Elle est demeurée vierge, car,en vérité, Vierge et Mère, Tu as porté Celui qui porte dans ses bras l'univers.

Ode 6 -
2ème canon


Tu as étendu tes bras pour réunir par ta croix vivifiante l'ensemble des nations qui se tenaient loin de Toi, ô Christ notre Dieu, car Tu es l'Ami des hommes.

Tu as dépouillé la mort et Tu as brisé les portes des enfers ; Adam est délié de ses liens et Te clame: "Seigneur, ta droite m'a sauvé."

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. (Theotokion)
Nous Te glorifions dignement, Toi le buisson ardent, la montagne et l'échelle vivante, la porte du ciel, ô glorieuse Marie, louange des fidèles*.
* Litt. "des orthodoxes".

Ode 6 -
3ème canon


Celui qui est la cause de tout et qui a donné à tous les êtres d'exister, a fait de toi, ô Mère de Dieu toute immaculée, la cause de son incarnation (voulue) pour nous.

Nous savons que tu es pour nous, ô Souveraine toute immaculée, la source qui nourrit les âmes et d'où jaillit la guérison pour ceux qui avec foi accourent sous ta glorieuse protection.

Tu as enfanté le Donateur de vie, cause de notre salut et rédemption éternelle, pour nous qui proclamons que tu es en vérité la Mère de Dieu.


Kondakion - ton 5

Tu es descendu aux enfers, ô mon Sauveur, / Tu as brisé leurs portes, Toi le Tout-puissant, / et avec Toi Tu as ressuscité les morts, ô Créateur ; / Tu as brisé l'aiguillon de la mort / et Adam a été délivré de la malédiction, ô Ami des hommes. // Aussi Te clamons-nous : Seigneur, sauve-nous.

Ikos

Ayant entendu les paroles de l'ange, les saintes femmes cessèrent leurs lamentations et furent emplies de joie et de crainte à la vue de la Résurrection. Et voici que le Christ s'approcha d'elles et leur dit : Réjouissez-vous, ayez confiance, j'ai vaincu le monde et libéré les captifs. Hâtez-vous donc et dites aux disciples que je vous précède dans une ville de Galilée pour proclamer la bonne nouvelle. Aussi Te clamons-nous : Seigneur, sauve-nous.


Ode 7 - Hirmos

Celui qui est exalté, / le Seigneur de nos Pères, / éteignit la flamme et répandit la rosée sur les adolescents // qui d'une seule voix chantaient : Dieu, Tu es béni.

Revêtu de chair, Tu as trompé le serpent le prenant comme à l'hameçon et, par ta puissance divine, Tu l'as précipité en faisant remonter ceux qui clament : Dieu, Tu es béni.

Celui qui a fait exister la terre dans toute son immensité, est enfermé dans un tombeau, Lui qui (même) dans sa chair ne peut être contenu. Aussi tous nous Lui chantons : Dieu, Tu es béni.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. (Théotokion)

Tu as enfanté, Ô Toute-immaculée, le Dieu incarné, Personne unique en deux natures. Aussi tous nous Lui chantons : Dieu, Tu es béni.


Ode 7 -
2ème canon


Celui qui par la Croix a mis un terme à la tromperie des idoles, le Dieu de nos pères, Il est béni.

Celui qui est ressucité des morts et qui a relevé avec Lui ceux qui étaient aux enfers, Lui le Dieu de nos pères, Il est béni.

Par ta mort Tu as détruit la puissance de la mort, Dieu de nos pères, Tu es béni.*
* Ce tropaire ne figure pas dans le texte grec.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. (Theotokion)
Celui qui est né de la Vierge et qui L'a manifestée comme Mère de Dieu, Lui le Dieu de nos pères, Il est béni.

Ode 7 -
3ème canon


Ô Toute-sainte, l'Illimité est demeuré sans changement, lorsque dans sa miséricorde en toi sa Personne s'est unie à la chair, Lui le Dieu de nos pères, le seul béni.

D'une seule voix nous te glorifions, ô Souveraine et Mère de Dieu, épouse toute immaculée et trône de ton Créateur ; c'est à Lui que tous nous chantons : Dieu, Tu es béni.

Ô Vierge, ayant été purifiée par l'Esprit, tu as été la Mère du Roi de l'univers qui t'avait créée ; c'est à Lui que tous nous chantons : Dieu, Tu es béni.

S'étant en toi revêtu d'un vêtement de chair, ô Mère de Dieu très pure, le Seigneur m'a sauvé ; c'est à Lui que tous nous chantons : Dieu, Tu es béni.


Ode 8 - Hirmos

Les adolescents dans la fournaise, / entraînèrent le monde dans une danse / pour Te chanter, Créateur de toutes choses : // Chantez le Seigneur, toutes ses œuvres, et exaltez-Le dans tous les siècles.

Avant la lecture du dernier tropaire, à la place de "Gloire... et maintenant..." on annonce : "Bénissons le Seigneur, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant..."

Ô Christ, Tu as prié pour que s'éloigne la coupe volontaire de ta Passion salvatrice comme non voulue, car ayant deux natures Tu portes deux volontés, les réconciliant pour les siècles.*
* Le texte slave ne parle pas de "réconciliation", mais dit simplement : " ... deux volontés pour les siècles".

Ô Christ, les enfers devenus objet de dérision par ta descente, Toi le Créateur, ont rejeté tous ceux que jadis la tromperie avait mis à mort et qui T'exaltent dans les siècles.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. (Théotokion)

Sur une parole, tu as enfanté, au delà de tout entendement, le Seigneur, à la fois Dieu et homme, tout en demeurant vierge; aussi nous tous, œuvres (du Seigneur), te bénissons, ô Vierge, et t'exaltons dans tous les siècles.

Ode 8 -
2ème canon


Celui qui a volontairement étendu ses bras sur la Croix et qui a délié les liens de la mort, le Christ notre Dieu, prêtres, chantez-Le, peuples, exaltez-Le dans tous les siècles.

Celui qui a resplendi du tombeau comme un époux et qui est apparu aux femmes myrrhophores, leur annonçant la joie, le Christ notre Dieu, prêtres, chantez-Le, peuples, exaltez-Le dans tous les siècles.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. (Théotokion)
Tu es apparue plus élevée que les chérubins, ô Mère de Dieu toute pure, Toi qui as porté dans ton sein Celui qui est porté par eux; c'est Lui que nous glorifions, avec les incorporels, dans tous les siècles.

Ode 8 -
3ème canon


Maintenant cesse l'affliction des premiers ancêtres, car, ô Mère de Dieu, tu as enfanté la joie, (le Christ) ; aussi sans cesse nous te chantons, ô Vierge, et t'exaltons dans tous les siècles.

Ayant formé avec amour un même chœur, l'assemblée des incorporels célèbre avec nous ton enfantement inconcevable, ô Vierge, et l'exalte dans les siècles.

Le Seigneur de l'univers est sorti de toi comme un flot transparent d'immortalité qui lave la souillure de ceux qui te chantent avec foi, ô Vierge, et t'exaltent dans tous les siècles.

Nous confessons que tu es en vérité le trône divin et lumineux, les tables (où fut gravée la loi) de la grâce, car tu as reçu, ô Vierge, le Verbe du Père ; c'est Lui que nous exaltons dans tous les siècles.


Avant la Katavassia, le chœur chante le verset :

Louons, bénissons, adorons le Seigneur, Le chantant et L'exaltant dans tous les siècles.

Après la Katavassia et l'annonce : "Magnifions dans nos hymnes la Mère de Dieu et Mère de la Lumière." le chœur chante le Magnificat.


Ode 9 - Hirmos

Isaïe, réjouis-toi, / la Vierge a conçu et enfanté un fils, l'Emmanuel, / Dieu et Homme, Orient est son Nom : // en Le magnifiant, nous exaltons la Vierge.

Tu as reçu l'homme déchu, ô Christ et Maître, Toi qui du sein virginal T'es uni à lui tout entier, mais sans avoir pris part au péché, et par ta Passion très pure, Tu l'as entièrement délivré de la corruption.
* Le texte slave dit : " ... sans avoir part à un seul péché", alors que le grec rapporte le mot "seul" au Christ.

L'écoulement du sang divin qui jaillissait de ton côté très pur et vivifiant, ô Christ et Maître, a mis fin aux sacrifices des idoles ; aussi toute la terre T'apporte un sacrifice de louange.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. (Théotokion)

Celui que la Vierge très pure et sans péché a mis au monde, ce n'est ni un Dieu incorporel, ni un simple être humain, mais Il est en vérité parfaitement Homme et parfaitement Dieu ; aussi nous Le magnifions avec le Père et l'Esprit.

Ode 9 -
2ème canon


Toi qui sur la Croix as supporté la Passion et qui par la mort as anéanti la puissance des enfers, c'est Toi que nous, les fidèles, magnifions dans la vraie foi.

Toi qui es ressuscité du tombeau le troisième jour, qui as dépouillé les enfers et qui as illuminé le monde, c'est Toi que nous, les fidèles, magnifions d'un seul cœur.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. (Théotokion)

Réjouis-Toi, Mère de Dieu, Toi la mère du Christ notre Dieu, que Tu as enfanté; prie-Le de remettre les fautes à ceux qui Te chantent avec foi.

Ode 9 -
3ème canon


Ce n'est pas de la semence d'un homme doué d'âme et d'esprit, c'est de ton sang immaculé, ô Mère de Dieu toujours vierge, qu'a été formée d'une manière surnaturelle, la chair du Créateur de toutes choses, le Fils unique du Père.

Ô très sainte Vierge, Mère de Dieu, tu as arrêté l'élan irrésistible de la mort qui corrompt, en enfantant dans la chair, en vérité au delà de tout entendement, la Vie éternelle ; les enfers y ayant goûté de leur bouche amère, furent anéantis.

Ton Fils en tant que Maître, siégeant sur son trône, t'a fait asseoir, ô Très-pure, à sa droite, ornée de la lumière des vertus divines resplendissant comme des franges d'or. Il te rend ainsi les honneurs qui te reviennent en tant que Mère toute immaculée.

Ton enfantement est inconcevable, ô Mère de Dieu, tu as conçu sans homme et mis au monde en restant vierge, car c'est Dieu qui est né, et en L'exaltant c'est toi, ô Vierge, que nous magnifions.*
* Ce tropaire ne figure pas dans le texte grec.



Laudes - ton 5

v. Exécuter sur les peuples le jugement écrit, telle est la gloire de tous ses saints.

Seigneur, Tu es sorti du tombeau que les sans-loi avaient scellé, / comme Tu étais né de la Mère de Dieu. / Tes anges incorporels ne purent comprendre ton incarnation / et les soldats qui Te gardaient ne s'aperçurent pas de ta Résurrect-ion. / Les deux merveilles restent scellées pour les instruits, / mais le mystère est révélé à ceux qui le vénèrent dans la foi. / Accorde, à nous qui Te chantons, // la joie et la grande miséricorde.

v. Louez Dieu dans ses saints, louez-Le au firmament de sa puissance.

Seigneur, Tu as brisé les verrous éternels, / Tu as rompu les chaînes et Tu es ressuscité du tombeau / abandonnant ton linceul en témoignage de ton véritable ensevelissement de trois jours. / Tu as précédé tes disciples en Galilée / alors que l'on gardait encore ton tombeau. / Grande est ta miséricorde, Sauveur inconceva-ble, // aie pitié de nous et sauve-nous.

v. Louez-Le pour ses hauts faits, louez-Le selon sa grandeur infinie.

Seigneur, les saintes femmes coururent au sépulcre / pour Te voir, ô Christ qui a souffert pour nous. / Lorsqu'elles furent arrivées, elles trouvèrent un ange / assis sur la pierre qui avait roulé d'effroi, / et l'ange leur dit : Le Seigneur est ressusci-té ; // annoncez aux disciples qu'Il est ressuscité des morts pour sauver nos âmes.

v. Louez-Le au son de la trompe, louez-Le sur la harpe et la cithare.

Seigneur, de même que Tu étais sorti du tombeau scellé, / Tu es entré là où se trouvaient tes disciples, / les portes étant fermées ; / Tu leur as montré sur ton corps les traces des souffrances / que Tu avais endurées, ô Sauveur longanime. / Comme fils de David, Tu as supporté d'être meurtri ; / comme Fils de Dieu, Tu as libéré le monde. / Grande est ta miséricorde, Sauveur inconcevable, // aie pitié de nous et sauve-nous.

Autres stichères d'Anatole - ton 5

v. Louez-Le par le tambourin et la danse, louez-Le au son des cordes et des instruments.

Seigneur, Roi des siècles et Créateur de toutes choses, / Tu as accepté dans ta chair la crucifixion et l'ensevelissement, / pour nous libérer tous des enfers, / car Tu es notre Dieu, // nous n'en connaissons pas d'autre que Toi.

v. Louez-Le avec les cymbales retentissantes, louez-Le avec les cymbales de jubilation, que tout souffle loue le Seigneur.

Seigneur, qui proclamera tes merveilles éclatantes ? / Qui annoncera tes mystères étranges? / Pour nous Tu es devenu homme, car Tu l'as voulu ainsi, / et Tu as manifesté ta toute-puissance : / car par ta croix Tu as ouvert au larron le paradis, / par ton ensevelissement Tu as brisé les verrous des enfers, / et par ta Résurrection Tu as comblé de biens l'univers; // Seigneur miséricordieux, gloire à Toi.

v. Lève-Toi, Seigneur, mon Dieu, que ta main soit exaltée, n'oublie pas tes pauvres à jamais. (Ps 9,33)

De grand matin, les femmes myrrhophores atteignirent ton sépulcre ; / elles cherchaient à Te oindre de myrrhe, / Toi le Dieu et Verbe immortel ; / mais ayant entendu les paroles de l'ange, / elles s'en retournèrent tout en joie / annoncer clairement aux apôtres qu'Il est ressuscité, / Lui la Vie de tous, // accordant au monde le pardon et la grande miséricorde.

v. Je Te confesserai, Seigneur, de tout mon cœur, je raconterai toutes tes merveilles.(Ps 9,2)

Les gardes du sépulcre qui avait contenu Dieu dirent aux impies : / Combien mensonger est votre conseil ! / Vous avez été tentés de faire garder Celui qui est illimité ; / c'est en vain que vous avez peiné ; / voulant cacher la Résurrection du Crucifié, / vous l'avez rendue plus évidente. / Combien mensongère est votre assemblée ! / Pourquoi complotez-vous pour cacher ce qui ne peut l'être ? / Écoutez-nous plutôt et donnez foi à ce qui s'est passé en vérité : / Un ange est descendu des cieux tel un éclair, / il fit rouler la pierre et nous rendit morts de peur ; / il clama aux courageuses femmes myrrhophores : / Ne voyez-vous pas que les gardes sont comme morts, / que les scellés sont rompus et les enfers, vidés ? / Pourquoi cherchez-vous parmi les morts / Celui qui as anéanti la victoire des enfers et brisé l'aiguillon de la mort ? / Allez annoncer promptement la bonne nouvelle de la Résurrection aux apôtres / et clamez sans crainte : // En vérité le Seigneur est ressuscité, Lui qui possède la grande miséricorde.


Tropaire après la grande Doxologie : voir ton 1.



Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités