Dimanche ton 6

Pas de discussions dans ce forum destiné exclusivement à une mise à disposition de textes issus du cycle liturgique orthodoxe. Pour toute réflexion sur ces textes, merci de vous reporter au forum général.

Modérateur : Auteurs

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Dimanche ton 6

Message par Monique » jeu. 20 juil. 2006 10:06

Dimanche - ton 6


Grandes vêpres du samedi


Lucernaire - ton 6

v. Fais sortir de prison mon âme, pour que je confesse ton Nom.

Tu es monté sur la Croix, ô Christ, / et Tu as remporté la victoire sur les enfers / pour ressusciter avec Toi / ceux qui étaient dans les ténèbres de la mort, / car Tu es libre parmi les morts. / Toi qui de ta lumière fais jaillir la vie, // Sauveur tout-puissant, aie pitié de nous.

v. Les justes sont dans l'attente à mon sujet, jusqu'à ce que Tu m'accordes ma récompense.

Aujourd'hui le Christ a terrassé la mort, / Il ressuscite comme Il l'avait dit, / et Il donne la joie au monde / afin que tous nous chantions : / Source de la vie, Lumière inaccessible, // Sauveur tout-puissant, aie pitié de nous.

v. Des profondeurs je crie vers Toi, Seigneur, Seigneur écoute ma voix.

Seigneur, Tu es présent dans toute la création ; / où donc, pécheurs, fuirions-nous loin de Toi ? / Dans les cieux, mais ils sont ta demeure ; / dans les enfers, mais Tu as terrassé la mort;/ dans les abîmes de la mer, mais jusque-là, ô Maître, s'étend ta main. / C'est auprès de Toi que nous cherchons refuge, / et, prosternés devant Toi, nous Te supplions:// Ressuscité des morts, aie pitié de nous.

Autres stichères, d'Anatole - ton 6

v. Que tes oreilles soient attentives à la voix de ma supplication.

En ta croix nous nous glorifions, ô Christ, / et nous chantons et glorifions ta sainte Résurrection, / car Tu es notre Dieu, // et nous n'en connaissons pas d'autre que Toi*.
* Cf. stichère des Matines du dimanche après l'Évangile.

v. Si Tu tiens compte des iniquités, Seigneur, Seigneur, qui pourra subsister ? Car auprès de Toi est le pardon.

En tout temps bénissant le Seigneur, / nous chantons sa Résurrection ; / car ayant souffert la Croix, // par la mort Il a terrassé la mort*.
* Cf. Stichère des Matines du dimanche après l'Évangile.

v. À cause de ton Nom, je T'ai attendu, Seigneur. Mon âme a attendu ta Parole, mon âme a mis son espérance dans le Seigneur.

Gloire à ta puissance, Seigneur, / car Tu as anéanti celui qui détenait l'empire de la mort ; / Tu nous as renouvelés par ta croix // en nous accordant la vie et l'incorruptibilité.

v. Depuis la garde du matin jusqu'à la nuit, depuis la garde du matin, qu'Israël espère dans le Seigneur.

Ton ensevelissement, Seigneur, / a rompu et brisé les chaînes des enfers ; / Toi qui par ta Résurrection des morts as illuminé le monde, // Seigneur, gloire à Toi.

Sichères à la très sainte Mère de Dieu de Paul l'Amorréen - ton 3

v. Car auprès du Seigneur est la miséricorde, et grande auprès de Lui la délivrance. C'est Lui qui rachètera Israël de toutes ses iniquités.

Voyant la faiblesse de mon corps, / les souffrances de mon âme et la détresse de mon cœur, / rends-moi digne, ô Vierge toute-immaculée, de la protection divine ; // sauve-moi, je te prie, par tes ardentes prières.

v. Louez le Seigneur, toutes les nations, célébrez-Le, tous les peuples.

J'ai péché plus que tout autre, ô Souveraine ; / aussi m'ayant purifié de la multitude de mes transgressions, / accorde-moi, ô Vierge très pure, // de recevoir la miséricorde lors du futur jugement de ton fils et ton Dieu.

v. Car sa miséricorde s'est affermie sur nous, et la vérité du Seigneur demeure dans les siècles.

Purifie-moi de la multitude de mes transgressions, / moi qui t'implore, ô Très-pure, / et par le glaive de la prière / tranche les mouvements instables de mes sens, // afin qu'avec foi et amour je chante ton enfantement sans semence.

Gloire ... et maintenant ...

Théotokion dogmatique - ton 6

Ô Vierge très sainte, / qui ne te dira bienheureuse ? / Qui ne chantera ton enfantement virginal ? / Car c'est le Fils unique qui resplendit éternellement du Père / qui est venu par toi, ô Toute-pure, en s'incarnant ineffablement. / Lui qui est Dieu par nature, / a revêtu pour nous la nature humaine, / sans se diviser en deux personnes, / mais en se faisant connaître dans ses deux natures sans confusion. // Prie-Le, Immaculée et Toute-bienheureuse, d'avoir pitié de nos âmes.
Apostiches - ton 6

Ta Résurrection, ô Christ Sauveur, / les anges la chantent dans les cieux ; / accorde à ceux qui sont sur terre // de Te glorifier avec des cœurs purs*.
* Texte chanté à la procession pascale ; cf. également la finale de la stichère 3 des Laudes des Matines du dimanche, ton 1. Il serait plus littéral de dire : "rends-nous dignes, nous qui sommes sur terre", mais cela alourdit le texte. C'est pourquoi nous avons conservé la formulation traditionnellement admise.

v. Le Seigneur est entré dans son règne, Il s'est revêtu de splendeur.

Tu as brisé les portes d'airain, / Tu as rompu les verrous des enfers / et Tu as ressuscité le genre humain déchu, / car Tu es le Dieu tout-puissant. / C'est pourquoi nous unissons nos voix pour Te chanter : // Seigneur ressuscité des morts, gloire à Toi.

v. Car Il a affermi l'univers qui ne sera pas ébranlé.

Le Christ a voulu nous relever de l'antique chute ; / Il s'est laissé clouer sur la Croix / et déposer dans le sépulcre. / Les femmes myrrhophores tout en larmes Le cherchaient / et disaient en pleurant : / Hélas, Sauveur de l'univers, / comment pouvais-Tu vouloir séjourner dans le tombeau ? / Comment, l'ayant voulu, pouvais-Tu en être dérobé ? / Comment as-Tu été emporté ? / Quel lieu cache ton corps vivifiant ? / Mais, comme Tu l'as promis, ô Maître, / apparais-nous et fais cesser le flot de nos larmes. / Tandis qu'elles pleuraient, un ange leur dit : / Cessez vos pleurs et dites aux apôtres : / le Seigneur est ressuscité // et Il accorde au monde le pardon et la grande miséricorde.

v. À ta maison convient la sainteté, Seigneur, pour la suite des jours.

Tu as voulu Te laisser crucifier, ô Christ, / Tu as dépouillé la mort par ton ensevelissement, / Tu es ressuscité le troisième jour dans la gloire en tant que Dieu // et Tu as accordé au monde la vie éternelle et la grande miséricorde.

Gloire ... et maintenant ... –

Théotokion

Ô Vierge très pure, / le Christ Seigneur, mon créateur et mon libérateur, / est sorti de tes entrailles ; / Il s'est revêtu de ma nature / et a délivré Adam de l'antique malédiction. / C'est pourquoi, Vierge immaculée et Mère de Dieu, / nous te disons sans cesse en vérité la salutation de l'ange : / Réjouis-toi , ô notre Souveraine,/ réjouis-toi, notre secours et notre protection,// toi le salut de nos âmes.


Tropaire - ton 6

Les puissances célestes apparues à ton sépulcre, / les gardes restèrent comme morts ; / Marie debout dans le tombeau / cherchait ton corps très pur. / Tu as dépouillé les enfers / sans en être éprouvé / et Tu es allé au-devant de la Vierge en donnant la vie. // Seigneur ressuscité des morts, gloire à Toi.

Gloire ... et maintenant ... –

Théotokion

Toi qui as appelé ta mère "la Toute-bénie", / Tu es venu, par ta propre volonté, souffrir la Passion, / Tu as resplendi sur la Croix voulant rechercher Adam / et Tu as dit à tes anges : / Réjouissez-vous avec Moi, car la drachme perdue a été retrouvée. // Toi qui as tout ordonné avec sagesse, gloire à Toi.


Matines du dimanche


1er tropaire-cathisme - ton 6

Le tombeau est ouvert, les enfers se lamentent / et Marie de Magdala clame aux apôtres qui se cachent : / Sortez, ouvriers de la vigne, / et proclamez la nouvelle de la Résurrection : / Le Seigneur est ressuscité // et Il accorde au monde la grande miséricorde.

v. Lève-Toi, Seigneur, mon Dieu, que ta main soit exaltée, n'oublie pas tes pauvres à jamais. (Ps 9,33)

Marie de Magdala se tenait devant ton tombeau, Sauveur, / et pensant que Tu étais le jardinier, / tout en larmes elle s'écria : / "Où as-tu caché la Vie éternelle ? / Où as-tu déposé celui qui (siège) sur le trône des chérubins ?", / car ceux qui Le gardaient étaient comme morts de frayeur ; / donnez-moi mon Seigneur, ou clamez avec moi : // Toi qui as été parmi les morts et as ressuscité les morts, gloire à Toi.

Gloire ... et maintenant ...

Gédéon préfigure ta conception / et David raconte ton enfantement, ô Vierge ; / car le Verbe est descendu dans ton sein / comme la pluie sur la toison, / et toi, terre sainte, tu as enfanté sans semence le Christ notre Dieu, le salut du monde, // ô Pleine-de-grâce.


2ème tropaire-cathisme - ton 6

La Vie reposait dans le tombeau / et les scellés étaient apposés sur la pierre ; / les soldats gardaient le Christ comme un roi qui dort ;// mais ayant frappé d'aveuglement ses ennemis, le Seigneur est ressuscité.

v. Je Te confesserai, Seigneur, de tout mon cœur, je raconterai toutes tes merveilles. (Ps 9,2)

Jonas préfigure ton sépulcre, Seigneur immortel, / et Siméon prédit ta divine Résurrection, / car mort Tu es descendu dans le tombeau / et Tu as détruit les portes des enfers ; / sans avoir connu la corruption, / en tant que Maître Tu es ressuscité pour le salut du monde / et Tu as illuminé ceux qui étaient dans les ténèbres, // ô Christ notre Dieu.

Gloire ... et maintenant ...

Ô Vierge Mère de Dieu, prie ton fils, le Christ notre Dieu, / qui par sa propre volonté a été cloué sur la Croix / et qui est ressuscité des morts, // de sauver nos âmes.

Hypakoï - ton 6

Par ta mort volontaire et vivifiante, ô Christ, / Tu as brisé les portes des enfers, car Tu es Dieu ; / Tu nous as ouvert l'antique paradis // et, ressuscité des morts, Tu as délivré notre vie de la corruption.

Antiennes des Degrés - ton 6

1ère antienne

Je lève les yeux vers le ciel, / vers Toi, ô Verbe ; // sois compatissant envers moi afin que je vive pour Toi.

Aie pitié de nous qui sommes méprisés, ô Verbe, // et fais que nous devenions pour Toi comme des vases utiles.

Gloire ...

L'Esprit Saint est la cause de toute chose salutaire ; / lorsqu'Il souffle sur qui Il veut, Il l'arrache de ce qui est terrestre, // Il l'élève, le fait croître et le place dans les hauteurs.

Et maintenant ..., le même.

2ème antienne

Si le Seigneur n'avait été en nous*, / aucun de nous n'aurait pu résister aux ruses de l'Ennemi, // car les vainqueurs seront exaltés.
* Ps 123, 1.

Que mon âme, ô Verbe, ne devienne la proie de leurs dents comme un pas-sereau* ; / hélas, comment pourrais-je échapper à l'Ennemi, // moi qui me complais dans le péché.
*Cf. Ps 123, 6-7.

Gloire ...

Par le Saint Esprit nous recevons tous la déification, / la bienveillance, l'intelligence, la paix et la bénédiction, // car dans son action, Il est égal au Père et au Verbe.

Et maintenant ..., le même.

3ème antienne

Ceux qui mettent leur confiance dans le Seigneur* / sont redoutables pour les ennemis et admirables devant tous, // car ils élèvent leurs regards.
* Ps. 124,1.

Ils ne tendent pas leurs mains vers l'iniquité, Sauveur, / ceux qui ont la part des justes, // car Tu es leur secours.
* Cf. Ps 124,3.

Gloire ...

La puissance du Saint Esprit domine toute chose ; // les armées célestes et tout souffle sur terre L'adorent.

Et maintenant ..., le même.


Prokimenon - ton 6

Seigneur, réveille ta puissance, / et viens nous sauver.
v. Pasteur d'Israël, sois attentif, Toi qui mènes Joseph comme une brebis. (Ps 79, 3 & 2)


Canon de la Résurrection - ton 6

Le verset avant chaque tropaire est : "Gloire, Seigneur, à ta sainte Résurrection".

Si, comme cela se fait dans la pratique paroissiale, on ne lit que quelques tropaires, le dernier sera toujours précédé, en guise de verset, de l'annonce : "Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit, et maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen."


Ode 1 - Hirmos

Lorsqu'à pied sec Israël eut traversé l'abîme / et vu le pharaon qui le poursuivait englouti dans les flots, / alors il s'écria : // Chantons à Dieu un chant de victoire.

En étendant tes bras sur la Croix, ô très bon Jésus, Tu as empli toutes choses de la bienveillance du Père ; aussi Te chantons-nous un chant de victoire.

A ton ordre, la mort s'approcha de Toi avec crainte comme une servante, ô Maître de la vie, Toi qui par elle nous accordes la vie éternelle et la résurrection.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion
Ô Très-pure, ayant sans semence accueilli en ton sein ton Créateur qui, au delà de tout entendement, s'est incarné ainsi qu'Il l'a voulu, Tu es vraiment devenue la souveraine de tous*.
* Litt. "de toutes les créatures".


Ode 1 -
Canon de la Croix et de la Résurrection - ton 6

Les hirmi du canon de la Croix et de la Résurrection du ton 6 sont les mêmes que ceux du canon du Samedi Saint. Dans la pratique, on ne chante que l'hirmos du premier canon. Les hirmi des canons suivants sont donnés pour indiquer la mélodie sur laquelle seront chantés les tropaires, comme cela est encore en usage dans l'église grecque, où le canon est entièrement chanté. Dans les églises slaves, cela ne se fait plus qu'à Pâques.

Le verset avant chaque tropaire est : "Gloire, Seigneur, à ta croix vénérable et à ta Résurrection"

Comme un accusé, par sa propre volonté le Juge se présente devant le tribunal inique de Pilate et d'une main impie Il reçoit un soufflet au visage, Lui qui est Dieu et devant qui tremblent la terre et le ciel.

Ô Sauveur, Tu as étendu tes bras divins sur ta croix très pure et vivifiante et Tu as rassemblé les nations, Maître et Seigneur, afin qu'elles Te connaissent et vénèrent ta glorieuse crucifixion.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Staurothéotokion
Versant des flots de larmes, la Toute-pure se tenait auprès de ta croix, ô Christ notre Sauveur ; elle voyait les gouttes de ton sang couler de ton côté et glorifiait ton incomparable miséricorde.


Ode 1 -
Canon de la très sainte Mère de Dieu - ton 6

Les hirmi du canon de la très sainte Mère de Dieu sont les mêmes que ceux du canon de la Résurrection.
Le verset avant chaque tropaire est : "Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous."

En goûtant au fruit de l'arbre défendu, Ève a introduit la malédiction ; mais la Toute-pure l'a abolie en enfantant le Christ, prémice de la bénédiction.

Toi qui enfantas le Christ, la perle venue du rayonnement divin, dissipe, ô Toute-pure, les ténèbres de mes passions et la honte de mes péchés par l'éclat de ta splendeur.

Jacob, avec les yeux de l'esprit, avait vu la préfiguration de Dieu, Attente des nations, Celui qui s'est incarné de toi, et qui par sa médiation nous a délivrés.

Pour remédier à la faiblesse des princes de la lignée de Juda, ô Toute-pure, un chef, ton fils et Dieu, est sorti* pour régner maintenant en vérité sur les confins de la terre.
* Mi 5,1 ; Mt 2,6.

Puis on ajoute le Canon des Ménées suivi de la Katavassia.


Ode 3 - Hirmos

Il n'est de saint que Toi, / Seigneur, mon Dieu ; / Tu exaltes la force de tes fidèles, ô Très-bon, // et Tu nous affermis sur le roc de la confession de ton Nom.

Voyant Dieu crucifié dans sa chair, toute la création chancela de frayeur, mais elle fut fermement retenue par la main toute puissante* de celui qui a été crucifié pour nous.
* Litt. "la main qui contient tout".

Anéantie par la mort, la misérable mort gît sans souffle, n'ayant pas supporté sa rencontre avec la vie divine ; le fort est mis à mort et la résurrection est donnée à tous.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion
Le miracle de ton divin enfantement, ô Très-pure, dépasse toutes les lois de la nature ; car d'une manière surnaturelle tu as conçu Dieu en ton sein et, l'ayant enfanté, tu demeures toujours vierge.

Ode 3 -
2ème canon

Ayant séjourné trois jours au tombeau, Tu as, par ta divine Résurrection, relevé ceux qui étaient morts et qui, délivrés de la condamnation, exultaient de joie en clamant : Tu es venu Seigneur, notre Libérateur.

Gloire à ta Résurrection, ô notre Sauveur ; Tu nous as délivrés de la corruption des enfers et de la mort, car Tu es tout-puissant ; aussi dans nos chants nous Te disons : Il n'est de saint que Toi, Seigneur ami des hommes.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion
Voyant celui qui est né de toi blessé par la lance, tu as été blessée en ton cœur, ô Toute-sainte et Immaculée ; et dans l'effroi tu disais : Que T'a-t-il rendu*, ô mon Fils, ce peuple sans loi.
* Cf. Ps 115,3.

Ode 3 -
3ème canon

De ton sein, ô Mère de Dieu toute pure, le Très-bon a indiciblement pris ma chair corruptible et mortelle, et se l'unissant pour les siècles, Il l'a rendue incorruptible.

Les chœurs des anges ont tremblé d'effroi en voyant Dieu s'incarner de toi, ô Vierge, et en tant que Mère de Dieu ils te vénèrent sans cesse dans leurs chants.

Le prophète Daniel fut stupéfait en te voyant, ô Mère de Dieu, montagne spirituelle, dont s'est détachée sans l'aide de mains (d'homme) la Pierre qui a brisé avec force les idoles des démons.

Aucune parole humaine, aucune langue ne peut te louer dignement, ô Vierge, car de toi, ô Très-pure, le Christ Donateur de vie a voulu s'incarner sans semence.


Ode 4 - Hirmos

"Le Christ est ma force, mon Dieu, mon Seigneur." / Tel est le chant digne de Dieu / que la sainte Église proclame à pleine voix, // appelant à célébrer d'un cœur pur la fête du Seigneur.

L'arbre de la vraie vie, ô Christ, a fleuri ; la Croix a été plantée et, abreuvée du sang et de l'eau de ton côté très pur, elle nous a donné la vie.

Jamais plus le serpent ne viendra me tromper en me suggérant de devenir semblable à Dieu ; car le Christ qui divinise la nature humaine a désormais ôté les embûches et m'a ouvert le chemin de la vie.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion
En vérité, ô Mère de Dieu et toujours vierge, les mystères de ton divin enfantement sont indicibles et ineffables pour ceux qui sont sur terre et dans les cieux.

Ode 4 -
2ème canon

Nous vénérons ta croix précieuse, ô Christ, les clous, la lance avec le roseau et la couronne d'épines, par lesquels nous avons été délivrés de la corruption des enfers.

Le sépulcre T'a reçu, ô Sauveur, Toi qui volontairement T'es montré mort pour nous, mais il ne put Te retenir, ô Verbe ; car en tant que Dieu, Tu es ressuscité afin de sauver le genre humain.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Staurothéotokion
Mère de Dieu toujours vierge, toi qui as enfanté pour les hommes le Christ notre Sauveur, délivre-nous des dangers et des tourments, nous qui accourons avec foi sous ta divine protection.


Ode 4 -
3ème canon

Nous te chantons, ô Très-pure et Toute-immaculée, car c'est par toi que nous avons été sauvés ; aussi nous t'invoquons avec piété : Ô Toujours-vierge, toi qui as enfanté Dieu, tu es bénie.

Tu as enfanté, ô Vierge toute bienheureuse, la Lumière sans déclin qui dans sa chair illumine ceux qui sont dans les ténèbres de l'existence, et pour ceux qui te chantent, ô Toujours-vierge, tu as fait jaillir la joie.

Par toi, ô Toute-sainte, la grâce a fleuri et la loi a pris fin, car, ô Toute-pure et toujours vierge, tu as enfanté le Seigneur qui nous accorde le pardon.

D'avoir goûté à l'arbre m'a rendu mortel, mais l'Arbre de vie, apparu de toi, ô Toute-pure, m'a ressuscité et m'a rendu héritier des délices du paradis.


Ode 5 - Hirmos

Je T'implore, ô Très-bon, / illumine de ton divin éclat les âmes des serviteurs qui veillent avec amour, / afin qu'ils Te connaissent, ô Verbe de Dieu, // comme le vrai Dieu qui nous rappelle des ténèbres du péché.

Maintenant les chérubins me cèdent le passage et l'épée flamboyante recule devant moi, en Te voyant, Sauveur, ouvrir au larron le chemin du paradis, Toi le vrai Dieu et Verbe de Dieu.

Je ne craindrai plus, ô Christ et Maître, de retourner à la terre, car, dans ta grande miséricorde, Tu m'a relevé de la terre de l'oubli pour m'élever dans les hauteurs de l'incorruptibilité par ta Résurrection.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion
Ô Souveraine du monde, pleine de bonté, sauve ceux qui te reconnaissent en tant que Mère de Dieu, car tu es notre protectrice invincible, toi qui as véritablement enfanté Dieu.


Ode 5 –
2ème canon

Séduit en Éden par le fruit de l'arbre, l'ancêtre du genre humain est tombé dans la corruption, désobéissant à ton commandement, ô Seigneur très bon ; mais étant obéissant au Père, ô Sauveur, par la Croix Tu lui as rendu sa beauté première.

Par ta mort, ô Très-bon, l'empire de la mort a été aboli, une source de vie a jailli pour nous et l'immortalité nous a été donnée ; c'est pourquoi avec foi nous vénérons ton ensevelissement et ta Résurrection par laquelle, en tant que Dieu, Tu as illuminé le monde entier.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. (Sraurothéotokion)
Le Seigneur qui habite dans les cieux et qui a créé toutes choses, est ineffablement venu demeurer dans ton sein, ô Toute-immaculée, glorifiant en toi celle qui est plus élevée que les cieux et plus sainte que les ordres immatériels ; c'est pourquoi nous qui sommes sur terre, maintenant nous te magnifions.


Ode 5 -
3ème canon

Resplendissant de l'éclat de ta pureté, ô digne de toute louange, tu as été la demeure du divin Maître ; toi seule a été véritablement la Mère de Dieu, qui L'a porté dans tes bras comme un enfant.

Portant la beauté spirituelle de ton âme radieuse, ô Toute-pure, tu es devenue l'Épouse de Dieu, marquée du sceau de la virginité ; et par l'éclat de ta pureté tu illumines le monde.

Que se lamente l'assemblée des impies qui refusent de proclamer clairement que tu es la Mère de Dieu, car tu as été véritablement pour nous la porte de la Lumière divine qui dissipe les ténèbres de nos péchés.



Ode 6 - Hirmos

Voyant l'océan de l'existence agité par la tempête des passions, / je me hâte vers ton havre de paix et je Te crie : / Délivre ma vie de la corruption, // ô Très-miséricordieux.

Lors de ta crucifixion, Maître, les clous ont aboli la malédiction qui pesait sur nous ; transpercé au côté par la lance, Tu as déchiré la charte* qui condamnait Adam et Tu as libéré le monde.
* Cf. ton 2, lucernaire 2.

Par tromperie, Adam a été précipité dans le gouffre des enfers ; mais Toi, ô Dieu, miséricordieux par nature, Tu es descendu le chercher et, l'ayant porté sur tes épaules, Tu l'as ressuscité avec Toi.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion
Ô Souveraine très pure, toi qui as enfanté le Seigneur pour guider les hommes*, apaise le trouble incessant de mes violentes passions et accorde à mon cœur la sérénité.
*Litt. "toi qui as enfanté pour les hommes le Seigneur en tant que timonnier".

Ode 6 -
2ème canon

De même que jadis la foule des Hébreux ne craignit pas de tuer les prophètes, ces mystérieux rayons de la vérité ; de même maintenant, poussée par la jalousie, elle a demandé la mort du Seigneur que ceux-là avaient alors annoncé ; mais pour nous sa mort est devenue vie.

Tu as été détenu dans le tombeau, Sauveur, mais non retenu, bien que ce soit volontairement que tu aies goûté la mort, ô Verbe ; mais en tant que Dieu immortel, Tu es ressuscité, relevant avec Toi ceux qui étaient prisonniers dans les enfers, et Tu as changée en joie la tristesse des femmes.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion
Lors de ta Passion, c'est l'aspect de ta chair qui apparut déshonoré et tenu pour rien* aux yeux des hommes, alors que Tu T'étais montré à David dans la splendeur de la beauté** de ton être divin ; et la Vierge disait : Ô mon Fils et mon Dieu, Toi qui as brisé la puissance des ennemis par le sceptre de ton règne, ressuscite du tombeau.
* Cf. Is 53,3.
** Cf. Ps 44,4.


Ode 6 -
3ème canon

Grand parmi les prophètes, Moïse t'a appelée Arche (sainte) et Table (des propositions), Chandelier et Vase (de la manne), figurant ainsi que par toi, ô Vierge et Mère, s'est incarné le Très-haut.

La mort a été mise à mort et la corruption issue de la condamnation d'Adam anéantie après avoir pris ton enfant, ô Souveraine ; car tu as mis au monde la Vie qui délivre de la corruption ceux qui te chantent.

La loi perd sa vigueur et l'ombre passe, par la grâce apparue pour moi, au delà de toute raison et de tout entendement, de l'enfantement du Dieu et Sauveur qui vient de toi, Vierge toute digne de nos chants.



Kondakion - ton 6
De sa main, source de vie, / le Donateur de vie a ressuscité tous les morts du fond des ténèbres, / Lui, le Christ Dieu, qui a accordé la résurrection à l'homme qu'Il avait façonné, // car Il est le Sauveur, la Résurrection et la Vie de tous, Lui, le Dieu de l'univers.

Ikos

Fidèles, nous chantons et nous nous prosternons devant ta croix et ta sépulture, ô Donateur de vie. Dieu immortel, tout-puissant, Tu as enchaîné les enfers, Tu as brisé les portes de la mort, Tu as renversé l'empire des enfers et Tu as ressuscité avec Toi tous les morts. C'est pourquoi les hommes Te glorifient avec amour, Toi qui es ressuscité, qui as vaincu l'empire funeste de l'Ennemi, qui as délivré le monde de la tromperie et des flèches du serpent et qui as ressuscité tous ceux qui croient en Toi. Aussi nous chantons avec piété ta Résurrection, par laquelle Tu nous as sauvés*, car Tu es le Dieu de l'univers.
* Le début de cette phrase ne se trouve que dans le texte grec. Par ailleurs nous avons regroupé, dans chacune des deux dernières phrases, les propositions qui se rapportent aux thèmes de la lutte du Christ avec les enfers, pour faire ressortir plus clairement en fin de phrase le thème de la résurrection en Christ de tous les fidèles.



Ode 7 - Hirmos

L'ange fit de la fournaise une source de rosée pour les saints adolescents, / mais sur l'ordre de Dieu le feu brûla les chaldéens / et força le tyran à clamer : // Dieu de nos pères, Tu es béni.

Le soleil se lamente sur ta Passion, ô Maître, et se revêt de ténèbres ; en plein jour, la lumière s'obscurcit sur toute la terre et clame : Dieu de nos pères, Tu es béni.

Ta descente dans les abîmes les a revêtus de lumière ; le premier ancêtre apparut empli de joie et d'allégresse, et il exultait en clamant : Dieu de nos pères, Tu es béni.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion
Par toi, ô Mère de Dieu, une lumière éclatante resplendit sur le monde entier, car tu as enfanté Dieu, le Créateur de tous ; prie-Le, ô Toute-pure, de nous accorder, à nous les fidèles, la grande miséricorde.


Ode 7 –
2ème canon

Ô étrange événement ! Celui qui a délivré Israël de la servitude de Pharaon, est volontairement crucifié par lui, et Il délie les chaînes des péchés ; c'est Lui que dans la foi nous chantons : Dieu libérateur, Tu es béni.

Les enfants des impies sans loi Te crucifièrent, Sauveur, sur le Calvaire, Toi qui pour notre salut as brisé les portes d'airain et les verrous ; aussi nous Te chantons : Dieu libérateur, Tu es béni.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion
Ô Vierge très pure, tu as enfanté Celui qui libère Ève de l'antique condamnation et qui délie Adam ; aussi avec les anges nous te chantons ainsi que ton fils, et clamons : Dieu libérateur, Tu es béni.


Ode 7 -
3ème canon

La fournaise qui préfigurait ton enfantement, n'a pas consumé les trois adolescents, de même que le feu divin ne t'a pas consumée en venant demeurer en toi ; aussi tu (nous) as tous appris à clamer : Dieu de nos pères, Tu es béni.

Illuminés par l'éclat de ton rayonnement, les confins de la terre te disent bienheureuse, ô Mère toute pure, ainsi que tu l'avais prédit, et (inspirés) par la grâce ils clament dans leurs chants : Dieu de nos pères, Tu es béni.

Le serpent perfide planta dans ma chair ses crocs funestes ; mais ton fils, ô Mère de Dieu, l'a anéanti et m'a donné la force de clamer : Dieu de nos pères, Tu es béni.

Tu es l'arche par qui est puifiée la nature humaine, toi la seule bienheureuse en Dieu, car tu portes dans tes bras le Dieu qui est assis sur les épaules des chérubins et tu clames : Dieu de nos pères, Tu es béni.
* Litt. : "propitiatoire", c-à-d. "ce qui enlève les péchés" ; cf. Ex 25,17-22.


Ode 8 - Hirmos

De la flamme Tu fis jaillir la rosée sur les saints adoles-cents / et par l'eau Tu as consumé le sacrifice du juste Elie./ Car Tu accomplis tout, ô Christ, par ta seule volonté.// Nous T'exaltons dans tous les siècles.

Avant la lecture du dernier tropaire, à la place de "Gloire ... et maintenent..." on annonce : "Bénissons le Seigneur, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant ..."

Le peuple de Judée qui jadis tuait les prophètes a maintenant mis Dieu à mort par jalousie lorsqu'il T'éleva sur la Croix, Toi le Verbe de Dieu que nous exaltons dans tous les siècles.

Sans quitter la voûte céleste, Tu es descendu aux enfers, ô Christ, pour relever avec Toi tous les hommes qui gisaient sur le fumier, et qui T'exaltent dans tous les siècles.

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Théotokion
C'est de la Lumière que Tu as conçu le Verbe donateur de lumière, et l'ayant ineffablement enfanté tu as été glorifiée ; car c'est en toi, ô Vierge, que l'Esprit divin est venu demeurer. Aussi nous te chantons dans tous les siècles.


Ode 8 -
2ème canon

Que toute oreille frémisse (en apprenant) comment le Très-haut descendit volontairement sur la terre pour détruire la puissance des enfers par la Croix et l'ensevelissement et appeler tous à clamer : Enfants, bénissez-Le, prêtres, chantez-Le, peuples, exaltez-Le dans tous les siècles.

La tyrannie des enfers a pris fin et désormais tout son empire est anéanti, car sur terre le Dieu qui est au-dessus de tous a été cloué sur la Croix et a brisé sa puissance ; enfants, bénissez-Le, prêtres, chantez-Le, peuples, exaltez-Le dans tous les siècles.

Combien est ineffable ton amour pour les hommes, ô Christ, et indicibles tes bienfaits ! Car me voyant en perdition dans la prison des enfers, Tu m'as délivré en souffrant la Passion ; aussi Te bénissons-nous, Maître de l'univers, et T'exaltons dans tous les siècles.


Ode 8 -
3ème canon

Dans un vêtement doré, comme une reine, ton fils t'a placée à sa droite, ô Très-pure, t'ayant illuminé de l'éclat de l'Esprit ; c'est Lui que nous exaltons dans tous les siècles.

Celui qui a fixé le monde par sa seule volonté, a pris chair de ton sein très pur, voulant la recréer ; c'est Lui que nous exaltons dans tous les siècles.

Tu as été, ô Toute-pure, la demeure divine où le Verbe s'est uni à mon humanité, ayant resplendi manifestement de l'éclat de la virginité ; aussi nous te chantons dans tous les siècles.

Le chandelier doré t'a préfigurée, toi qui as indiciblement reçu la Lumière inaccessible qui de sa connaissance illumine toutes choses ; aussi, ô Très-pure, nous te chantons dans les siècles.

Avant la Katavassia, le chœur chante le verset :

Louons, bénissons, adorons le Seigneur, Le chantant et L'exaltant dans tous les siècles.

Après la Katavassia et l'annonce : "Magnifions dans nos hymnes la Mère de Dieu, Mère de la Lumière." le chœur chante le Magnificat.


Ode 9 - Hirmos

Il n'est pas possible à l'homme de voir Dieu / car les chœurs des anges eux-mêmes n'osent Le contempler. / Cependant par toi, ô Toute-pure, / le Verbe incarné est apparu aux hommes. / Nous Le magnifions // et, avec les puissances célestes, nous Te proclamons bienheureuse.

Bien qu'ayant souffert la Passion dans ta chair, Tu es demeuré étranger aux passions, ô Verbe de Dieu ; mais ayant délivré l'homme de ses passions, Tu as crucifié les passions*, ô notre Sauveur, Toi le seul impassible et tout-puissant.
* Il y a là un jeu de mots qu'il faudrait littéralement traduire par : "Tu fus passion pour les passions".

Tout en assumant la corruption de la mort, Tu as préservé ton corps de la corruption, ô Maître, et ton âme vivifiante et divine ne fut pas laissée dans les enfers ; mais ressuscitant comme si Tu sortais du sommeil, Tu nous as relevés avec Toi.

Très sainte Trinité, notre Dieu, gloire à Toi. - Trinitaire
Tous nous glorifions* avec des lèvres pures Dieu le Père et le Fils sans commencement comme Lui, et nous vénérons la force ineffable et très glorieuse du très saint Esprit ; car Une est la Trinité toute-puissante et indivisible.
* Litt. : "nous tous les hommes".

Ode 9 -
2ème canon

Même descendu dans le tombeau comme un mort, ô Donateur de vie, Tu as détruit la puissance des enfers, ô Christ, ressuscitant avec Toi les morts qu'il avait engloutis et en tant que Dieu, Tu as accordé la résurrection à tous ceux qui te magnifient avec foi et amour.

Que la création se réjouisse et qu'elle fleurisse comme le lys, car le Christ est ressuscité des morts en tant que Dieu ; clamons donc : Ô mort, où est maintenant ton aiguillon ? Enfers, où est votre victoire ? Celui qui a relevé notre force t'a terrassé*, car Il est miséricordieux.
* Litt. : "t'a précipité dans la terre".

Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous. - Staurothéotokion
Tu portes celui qui porte tout, ô très pure Souveraine, et tu tiens dans tes mains comme un enfant celui qui nous délivre des mains de l'Ennemi belliqueux et tu vois élever sur le bois de la Croix celui qui nous relève du gouffre du péché.


Ode 9 -
3ème canon

C'est par toi maintenant, ô Toute-pure, que l'étoile de Jacob resplendissant de l'éclat de la divinité, le Christ, Dieu le Verbe incarné, a brillé pour ceux qui étaient retenus dans les ténèbres; illuminés par Lui, avec les puissances célestes nous te proclamons bienheureuse.

Fortifiés par ta puissance et ta grâce, de tout mon cœur je T'offre mon chant ; reçois-le, ô Vierge très pure, et donne-moi en retour la grâce très lumineuse qui vient des trésors inaltérables, ô Toute-bienheureuse en Dieu.

Ô Vierge, tu as été manifestement pour la nature divine le métier sur lequel le Verbe s'est tissé le vêtement de son corps, en déifiant mon image ; et s'en étant revêtu, Il a sauvé tous ceux qui te magnifient d'un cœur pur.

Maintenant, par ton indicible et ineffable enfantement, ô Vierge toute pure, la résurrection a été donnée aux morts ; car la Vie s'étant revêtu de la chair qui vient de toi, a resplendi pour tous et a détruit en vérité la tristesse causée par la mort.



Laudes - ton 6

v. Exécuter sur les peuples le jugement écrit, telle est la gloire de tous ses saints.

Ta croix, Seigneur, est la vie et la résurrection de ton peuple. / Et nous qui mettons en elle notre espérance, / à Toi, le Ressuscité, nous chantons : // Ô notre Dieu, aie pitié de nous.

v. Louez Dieu dans ses saints, louez-Le au firmament de sa puissance.

Ta sépulture, ô Maître, / a ouvert le paradis au genre humain. / Et, délivrés de la corruption, / à Toi, Ressuscité, nous chantons:// Ô notre Dieu, aie pitié de nous.

v. Louez-Le pour ses hauts faits, louez-Le selon sa grandeur infinie.

Chantons, avec le Père et l'Esprit, / le Christ ressuscité des morts / et clamons-Lui : Tu es notre vie, // Tu es notre résurrection, aie pitié de nous.

v. Louez-Le au son de la trompe, louez-Le sur la harpe et la cithare.

Tu es ressuscité du tombeau le troisième jour, / selon les Écritures, / et Tu as relevé avec Toi notre premier ancêtre ; / aussi le genre humain Te glorifie // et chante ta Résurrection.
Autres stichères, d'Anatole - ton 6

v. Louez-Le par le tambourin et la danse, louez-Le au son des cordes et des instruments.

Grand et redoutable est le mystère de ta Résurrection, Seigneur : / Tu es sorti du tombeau comme un époux de la chambre nuptiale, / par la mort Tu as terrassé la mort / afin de libérer Adam. / C'est pourquoi les anges exultent dans les cieux / et, sur la terre, les hommes glorifient // ta miséricorde envers nous, ô Ami des hommes.

v. Louez-Le avec les cymbales retentissantes, louez-Le avec les cymbales de jubilation, que tout souffle loue le Seigneur.

Hommes sans loi, où sont les scellés / et les deniers que vous avez donnés aux soldats ? / Le Trésor n'a pas été dérobé, / mais Il est ressuscité, car Il est tout-puissant ; / vous vous êtes couverts de honte en reniant le Christ, / le Seigneur de gloire, / qui a souffert, qui a été enseveli / et qui est ressuscité des morts ; // (venez), adorons-Le.

v. Lève-Toi, Seigneur, mon Dieu, que ta main soit exaltée, n'oublie pas tes pauvres à jamais. (Ps 9,33)

Le sépulcre étant scellé, comment avez-vous pu être volés, / vous qui avez mis des gardes et posé des scellés ? / Le Roi est entré, les portes étant fermées. / Montrez-Le nous mort, ou adorez-Le en tant que Dieu / et chantez avec nous : // Gloire, Seigneur, à ta croix et à ta Résurrection.

v. Je Te confesserai, Seigneur, de tout mon cœur, je raconterai toutes tes merveilles. (Ps 9,2)

Portant la myrrhe, les femmes myrrhophores en pleurs, / arrivèrent à ton sépulcre vivifiant, Seigneur, / pour embaumer ton corps très pur ; / mais elles trouvèrent un ange lumineux assis sur la pierre / qui s'adressa à elles en disant : / Pourquoi pleurez-vous Celui qui de son côté a fait jaillir la vie pour le monde ? / Pourquoi cherchez-vous l'Immortel dans le tombeau comme un mort ? / Courez plutôt annoncer à ses disciples / la joie universelle de sa glorieuse Résurrection. / Nous ayant nous aussi illuminés par elle, // accorde-nous, Sauveur, le pardon et la grande miséricorde.

Répondre