Dimanche du jugement ou de carnaval

Pas de discussions dans ce forum destiné exclusivement à une mise à disposition de textes issus du cycle liturgique orthodoxe. Pour toute réflexion sur ces textes, merci de vous reporter au forum général.

Modérateur: Auteurs

Dimanche du jugement ou de carnaval

Messagepar Monique » Ven 26 Jan 2007 14:53

DIMANCHE DE CARNAVAL OU DU JUGEMENT
(traduction père Denis Guillaume)

LE SAMEDI SOIR A VÊPRES

Lucernaire

On chante 10 stichères: 6 de 1'Octoèque et 4 du Triode.

t. 6

Lorsque tu viendras pour rendre un juste jugement, * juste Juge, sur ton trône de gloire tu siègeras; * un fleuve de -feu coulera devant ton tribunal, * les puissances des cieux t'assisteront, * les hommes, remplis d'effroi, seront jugés, * chacun selon ses actions; * à cette heure, 0 Christ, épargne-nous, * réservant le sort des élus * aux fidèles qui t'implorent, en raison de ton amour.

Les livres seront ouverts * et les secrets manifestés * devant le redoutable tribunal, * et toute la vallée des Larmes retentira * d'un terrible gémissement, * lorsqu'elle verra les pécheurs * envoyés par ton juste jugement * ˆ l'éternelle punition * et pleurant l'irrémédiable sort; * c'est pourquoi, Dieu de tendresse, nous te prions: * épargne-nous qui te chantons, unique Bonté.

Les trompettes retentiront * et s'ouvriront les tombeaux: * tout tremblants, les hommes en sortiront: * ceux qui ont fait le bien seront dans la joie, * dans l'attente de la récompense qu'ils recevront; * ceux qui ont fait le mal hurleront de terreur, * envoyés au châtiment et séparés des élus. * Seigneur de gloire, fais-nous grâce, dans ta bonté, * laisse-nous jouir du sort de tes amis.

Je pleure et me lamente quand je parviens à sentir * les ténèbres extérieures, le feu éternel, * l'Enfer, le ver qui ronge, les grincements de dents * et l'incessante douleur qu'éprouveront * ceux qui sans mesure ont péché * au point de t'irriter gravement, Dieu si bon; * hélas, de ces pécheurs je suis le premier, * mais dans ton immense miséricorde, ô Juge, sauve-moi.

Gloire au Père, t. 8

Lorsque les trônes seront érigés et les livres ouverts, * et que Dieu siègera pour juger, * quelle crainte éprouverai-je à ce moment * quand les Anges se tiennent dans la crainte à ses côtés * et qu'un fleuve de feu surgira, * que ferons-nous alors, nous les hommes pécheurs? * Lorsque nous l'entendrons appeler* les bénis de son Père au royaume des cieux * et les pécheurs à l'éternel châtiment, * qui donc pourra supporter sa terrible condamnation? * Mais toi, mon seul Sauveur, hâte-toi de me convertir avant la fin, * ô Roi des siècles, aie pitié de moi.

Maintenant... Théotokion dogmatique du ton occurrent.

Litie

Gloire au Père, t. 7

Connaissant les préceptes du Seigneur, * efforçons-nous d'y conformer notre vie: * aux pauvres donnons de: quoi manger, * donnons à boire à ceux qui ont soif, * revêtons ceux qui n'ont pas de vêtement, * accueillons chez nous les étrangers, * visitons les malades et les prisonniers, * afin que nous dise, a nous aussi, * celui qui jugera le monde entier: * Venez, les bénis de mon Père, * pour recevoir en héritage * le royaume qui vous est préparé.

Maintenant... Théotokion

Vierge souveraine, nous trouvons refuge sous ta protection, * nous tous, les habitants de la terre, et nous te louons: * Mère de Dieu, notre espérance, * délivre-nous de la multitude de nos péchés, * pour le salut de nos âmes.

Apostiches

Après les stichères de l'Octoèque, selon le ton occurrent:

Gloire au Père, t. 8

Hélas, 0 mon âme avilie, * jusques à quand persisteras-tu dans le péché, * jusques à quand resteras-tu dans l'inaction? * Que ne songes-tu à l'heure terrible de la mort, * ne crains-tu pas le redoutable tribunal du Sauveur, * comment vas-tu te défendre, comment te disculper? * Tes œuvres sont là comme pièces à conviction, * tes actions témoignent contre toi; * d'ailleurs, ô mon âme, le temps suit son cours: * devance-le, si tu peux, et crie dans la foi: * j'ai péché, Seigneur, j'ai péché, mais je connais ton amour et ta pitié; * 0 bon Pasteur, ne me prive pas * de me tenir à ta droite, par un effet de ta bonté.

Maintenant...

O Vierge inépousée dont Dieu prit chair ineffablement, * Mère du Dieu très-haut, * ô Tout-immaculée, reçois notre supplication; * toi qui obtiens pour les hommes la rémission de leurs péchés, * exauce-nous maintenant et intercède pour notre salut.




LE DIMANCHE MATIN

A L'ORTHROS

Au Polyéléos on ajoute le ps. 136: Près des fleuves de Babylone.

Après le psaume 50:

Gloire au Père, t. 8

Ouvre-moi les portes de la pénitence, Seigneur source de vie, * dans ton saint temple veille mon esprit, * portant le temple très impur de mon corps, * mais dans ta bonté purifie-moi, * en ta grande tendresse et ton amour compatissant.

Maintenant Théotokion 7

Conduis-moi sur le chemin du salut, ô Mère de Dieu, * car j'ai souillé mon âme par le péché * et dans l'indolence j'ai dépensé toute ma vie, * mais par tes saintes prières * délivre-moi de toute impureté.

t.6

Aie pitié de moi, 0 Dieu, * en ta grande bonté, * en ton immense miséricorde efface mon péché.

Me souvenant de la multitude de mes mauvaises actions, * pécheur que je suis, * je redoute le jour terrible du jugement, * mais espérant ta pitié et ta compassion, * je m'écrie comme David: * Aie pitié de moi, 0 Dieu, * en ta grande bonté.


Canons: de la Résurrection, de la Mère de Dieu (6), et du Triode (8), œuvre de Théodore. Catavasies: les hirmi.

Ode 1

« Le Seigneur est mon secours, ma protection, * c'est lui qui m'a sauvé, * il est mon Dieu, et je veux le glorifier, * le Dieu de mon père, et je l'exalterai, * car il s'est couvert de gloire. »

Je tremble à la pensée * de ton ineffable parousie: * ce terrible jour, dans la crainte je le vois, * où tu siègeras, Dieu tout-puissant, * pour juger les vivants et les morts.

Lorsque tu viendras, ô notre Dieu, * entouré par les puissances des cieux, * avec les Anges par milliers, * 0 Christ, accorde-moi aussi * d'aller à ta rencontre dans le ciel.

Allons, mon âme, songe * à cette heure et à ce jour * où Dieu apparût aux yeux de tous; * fassent tes pleurs et tes gémissements * qu'il te trouve pure à l'heure du jugement!

Je redoute la terrible géhenne * et le feu qui ne s'éteint, * le ver qui ronge, les grincements de dents; * ô Christ, efface, pardonne mes péchés * et place-moi parmi tes élus.

Puissé-je entendre ta voix * qui appelle à la joie tous les Saints * et trouver, moi aussi, * misérable que je suis, * l'ineffable repos de ton royaume dans les cieux!

En justice ne me cite pas, * me rappelant au devoir, * scrutant mes actions et redressant mes torts; * mais, dans ta pitié, ferme les yeux sur mes forfaits * et sauve-moi, Dieu tout-puissant.

Gloire: Dieu unique en trois personnes, * universelle Seigneurie, * principe et fin de toutes choses, * toi-même, sauve-nous, * Père, Fils et saint Esprit.

Maintenant: Quel fils fut enfanté * sans le germe paternel? * Celui qu'engendre le Père sans mère dans le ciel: * ô merveille inouïe, * la Vierge enfante l'Homme-Dieu.


Ode 3

« Seigneur, affermis mon cœur * sur la pierre de tes commandements, * pour qu'il ne chancelle pas, * car tu es le seul Saint et le seul Seigneur. »

Le Seigneur vient qui donc supportera * la crainte de sa vue? * Et son visage, qui pourra le contempler? * Prépare-toi, 0 mon âme, * à le rencontrer

Devançons Dieu par nos gémissements, * avec lui réconcilions-nous avant la fin, * car nous nous tiendrons à découvert * devant son redoutable tribunal.

Aie pitié de moi, Seigneur, * aie pitié, je t’en supplie, * lorsque tu viendras avec tes Anges saints * rendre à chacun selon ses œuvres.

Comment échapperai-je, Seigneur, * à ton juste courroux, * car j'ai désobéi à tes commandements, * mais à l'heure du jugement épargne-moi.

Pauvre âme, reviens vers Dieu * dans les larmes et les gémissements, * avant que ne prenne fin la célébration de cette vie, * avant que le Seigneur ne te ferme la porte du banquet.

J'ai péché, Seigneur, comme nul autre des mortels, * plus que tout homme j'ai failli, * mais avant de me juger * fais-moi grâce, en ton amour.

Gloire: Dieu unique, Trinité, * nature incréée, sans commencement, * sauve nous qui dans la foi * nous prosternons devant ta majesté.

Maintenant: Sans semence, Vierge immaculée, * tu fis germer le Verbe de vie * qui dans ton sein s'est incarné * et s'est fait homme sans changement: * divine Mère, gloire à ton enfantement.

Cathisme I, t 1

Redoutable est le tribunal, * juste ton jugement et mauvaises mes actions; * mais toi, Dieu de tendresse, * viens me sauver et me délivrer du châtiment; * ô Maître, préserve-moi du sort des réprouvés * et rends-moi digne de me tenir à ta droite, juste Juge.

Ton Dieu, ton Créateur et celui de tous, * en ton sein, ô Vierge immaculée, * par l'œuvre de l'Esprit divin * tu l'abritas et sans souillure l'enfantas; * et nous qui le glorifions, * ô Vierge, nous te chantons, * rédemption du monde et palais du Roi de gloire.

Cathisme II, t. 6

Je pense au jour terrible du jugement * et je pleure mes mauvaises actions; * comment me défendrai-je devant le Roi immortel, * comment oserai-je regarder mon Juge, malheureux que je suis? * Père très-bon, Fils unique et saint Esprit, * aie pitié de moi, Seigneur.

Gloire au Père...

Dans la vallée des Larmes, * en ce lieu que tu as choisi, * Dieu de tendresse, pour siéger * et rendre un juste jugement, * ne dévoile pas les secrets de mon cœur, * pour que devant les Anges je n'aie pas à rougir, * mais épargne-moi, ô mon Dieu, * aie pitié de moi, Seigneur.

Maintenant... Théotokion
Espérance du monde, Vierge Mère de Dieu, * je réclame ta protection qui seule inspire le respect, * aie pitié du peuple qui se presse à tes côtés, * implore Dieu pour qu'il nous montre son amour * en délivrant nos âmes de tout châtiment, * ô Vierge entre toutes bénie.

Ode 4

« Le Prophète, Seigneur, * apprenant ta venue, * fut saisi de stupeur, * car tu as voulu naître d'une Vierge * et te montrer parmi les hommes, * et il dit: l'ai entendu ta voix * et je suis rempli de crainte, * gloire à ta puissance, Seigneur. »

Déjà s'approche le jour, * devant ta porte se tient le jugement; * 0 mon âme, réveille-toi, * car en ce jour les princes et les rois, * les riches et les pauvres se rassembleront * et tout homme recevra * ce que méritent ses actions.

Chacun selon son rang, * moines et pontifes seront jugés; * les vieillards et les jeunes gens, * le maître et le serviteur * subiront le même jugement, * les veuves et les vierges pareillement; * en ce jour malheur à celui * qui n'aura pas mené une sainte vie!

Inflexible est ton jugement, * point de fraude à ton tribunal; * ce n'est pas l'adresse des rhéteurs * ni la déposition des témoins * qui feront incliner le fléau * de la balance d'équité, * car tu connais, ô Dieu, * tous les secrets de nos cœurs.

Que je n'aille au pays de Lamentation * et ne voie le lieu d'obscurité, * ô Christ et Verbe de Dieu, * que je n'aie pieds et poings liés * et ne sois rejeté * de la salle du festin, * car j'ai souillé pour mon malheur * l'habit des noces éternelles.

Lorsque le monde sera jugé * et que tu sépareras * les justes d'avec les pécheurs, * compte-moi, je t'en prie, * comme une de tes brebis, * sépare-moi d'avec les boucs, * Ami des hommes, pour que j'entende ta voix, * ta parole de bénédiction.

A l'heure du jugement, * quand les livres seront ouverts * et tes œuvres manifestées, * 0 mon âme, que feras-tu, * comment te défendre au tribunal, * puisque tu ne pourras apporter * devant le Christ, ton créateur, * les fruits d'une juste vie?

Lorsque j'entends * le mauvais riche se lamenter * dans le feu du châtiment, * je pleure et me lamente, moi aussi, * car je méri
te la même condamnation, * et je te prie, Dieu Sauveur: * à l'heure du jugement * aie pitié de moi.

Gloire: Comme la lumière et les rayons * issus du soleil, * du Père je glorifie * le Fils et l'Esprit, * du Fils l'éternelle génération, * de l'Esprit saint la procession, * éternelle et divine Trinité * devant qui se prosterne toute la création.

Maintenant: Comme vierge tu as conçu * et vierge tu es demeurée, * conservant la virginité * en enfantant l'Homme-Dieu * qui unit les deux natures en lui seul; * mystère merveilleux, * virginale maternité * qui dépasse l'entendement!

ode 5

« La nuit, je veille devant toi, Seigneur ami des hommes, * je t'en prie, illumine-moi, * conduis-moi sur la route de tes commandements * et apprends-moi, Dieu Sauveur, à faire ta volonté. »

Ineffables seront la crainte et le tremblement, * car le Seigneur viendra * et toute œuvre humaine sera jugée: * tout homme alors devra se repentir amèrement.

Je suis emporté par le fleuve de feu, * je suis rongé et consumé * par les grincements de dents et l'abîme ténébreux: * comment pourrai-je alors trouver grâce auprès de Dieu?

Seigneur, épargne ton serviteur, * oh! ne le livre pas * à l'appétit des cruels bourreaux, des anges de malheur, * auprès desquels il est vain de chercher le repos.

Les princes et les chefs seront examinés, * les riches et les humbles pareillement, * les grands et les petits de même façon; * malheur à celui qui ne sera pas préparé !

Pardonne, Seigneur, efface et remets * toutes mes fautes contre toi, * devant tes Anges ne me condamne pas * à la peine éternelle de l'opprobre et du feu.

Seigneur, épargne l'ouvrage de tes mains; * j'ai péché, pardonne-moi, * car tu es le seul dont la nature soit immaculée, * tu es le seul sans péché.

Gloire: De ta nature je chante l'unicité, * je célèbre ton éternelle, insaisissable et royale majesté, * ta divine et parfaite unité, * Trinité créatrice du monde, sa lumière et sa vie.

Maintenant: En ton enfantement, ô Vierge immaculée, * les lois de la nature sont abolies, * car sans semence tu as conçu * le Dieu d'avant les siècles, par le Père engendré.

Ode 6

« J'ai crié de tout mon cœur * vers le Dieu de tendresse, * il écoute mon appel du plus profond de l'Enfer, * et à la fosse il rachète ma vie. »

En ton redoutable avènement, * ô Christ, lorsque tu viendras depuis le ciel, * les trônes seront érigés, les livres seront ouverts; * alors, Seigneur, épargne l'ouvrage de tes mains.

Devant le tribunal divin * nulle aide n'aura d'effet, * ni ruse ni intérêt, ni gloire ni amitié, * si ce n'est, ô mon âme, le pouvoir de tes actions.

Les princes et les chefs seront jugés, * les riches et les pauvres mêmement, * ton père et ta mère ne pourront te secourir, * ni ton frère te sauver du châtiment.

O mon âme, tremble à la pensée * du juge et de la terrible accusation, * prépare déjà ton plaidoyer * pour échapper à l'éternelle condamnation.

Puissé-je ne pas entendre, Seigneur, * la parole qui loin de toi me chassera! * Ne m'envoie pas au feu de la malédiction, * mais que j'entende avec les Justes la voix de ton appel!

Seigneur, délivre-moi des portes de l'Enfer, * de l'obscure ténèbre et du chaos, * des infernaux séjours, du feu qui ne s'éteint, * de toute sorte d'éternelle affliction.

Gloire: Je chante la divinité * du Père, du Fils et de l'Esprit, * leur triple unité, leur unique majesté, * en sa trine distinction.

Maintenant: Tu es la porte par qui seul est passé, * par qui est entré, puis est sorti * sans briser le verrou de ta virginité * Jésus, ton Créateur et ton Fils.

Kondakion, t. 1

Lorsque tu viendras, dans la gloire, sur la terre, ô notre Dieu, * la création entière tremblera, * un fleuve de feu coulera devant ton tribunal, * les livres seront ouverts et les secrets manifestés; * en ce jour délivre-moi du feu qui ne s'éteint * et rends-moi digne de me tenir à ta droite, * Juge juste et équitable.

Ikos

Lorsque je songe à ton redoutable jugement, * Seigneur de toute bonté, * ainsi qu'au jour de ta justice, je tremble d'effroi, * car ma conscience m'accuse; * lorsque tu viendras sur ton trône pour siéger, * pour instruire le procès du monde entier, * personne ne pourra nier ses péchés, car la vérité triomphera * et nul n'aura l'audace de contester; * alors crépitera le feu de la géhenne * et les pécheurs grinceront des dents. * Mais toi, Seigneur, avant la fin * aie pitié de moi et veuille m'épargner, * Juge juste et équitable.

Synaxaire

Ce même jour, nous faisons mémoire de la seconde et sévère Parousie de notre Seigneur Jésus Christ.

Lorsque tu descendras, ô Juge universel, et jugeras toute la terre, juge-moi digne aussi d'entendre cet appel: « Venez, les bénis de mon Père. »

Cette mémoire, les très-saints Pères l'ont placée après les deux paraboles, afin qu'après avoir appris par elles l'amour de Dieu envers les hommes, nul ne vive dans l'insouciance en se disant: Dieu est l'ami des hommes et, du moment que je me tiens éloigné du péché, je suis prêt à l'achèvement total. C'est donc ici qu'ils ont placé la mémoire de ce jour redoutable, afin que par la contemplation de la mort et l'attente des châtiments à venir, ceux qui sont disposés à l'insouciance, éprouvant de la crainte, reviennent à la vertu, sans compter sur le seul Ami des hommes, mais considérant aussi que le Juge est juste et qu'il rendra à chacun selon ses œuvres. D'ailleurs, les âmes s'étant avancées, il fallait bien que vînt aussi le Juge. D'une certaine manière, la présente fête prend place maintenant comme le terme de toutes, puisque ce sera aussi la dernière de tous nos semblables. I1 faut en effet considérer qu'on place au dimanche suivant le commencement du monde et la chute d'Adam hors du Paradis. La présente fête marque la fin de tous les jours et la fin du monde. On l'a placée au dimanche de l'Apokréo, pour contenir la gourmandise et la voracité grâce à l'effroi que procure cette fête et pour nous appeler à la compassion envers le prochain. D'ailleurs, puisque c'est après avoir mangé que nous avons été chassés de l'Eden et que nous avons encouru jugement et malédiction, pour cette raison la présente fête trouve place ici, et aussi parce que nous devons, le dimanche suivent, qui commémore Adam, être symboliquement chassés de l'Eden, jusqu'à ce que le Christ, en revenant, nous ramène au Paradis .

La seconde Parousie, cela signifie qu'une première fois il est venu jusqu'à nous, mais simplement et sans gloire; tandis que maintenant c'est avec des merveilles surnaturelles et une gloire éclatante qu'il vient depuis le ciel et avec son corps, afin que tous sachent bien que c'est le même qui est venu la première fois et qui a sauvé le genre humain et qui doit à présent le juger, pour voir s'il a bien gardé ce qu'il lui avait donné. Quand arrivera cette Parousie, personne ne le sait; car le Seigneur l'a caché même à ses Apôtres. D'ici là, certains signes auront dû se manifester, que quelques Saints ont exposés assez largement. On dit qu'il devra s'écouler sept mille ans. Mais avant sa Parousie viendra l'Antéchrist, et il naîtra (au dire de saint Hippolyte de Rome) d'une femme souillée, mais prétendue vierge, appartenant au peuple hébreu, à la tribu de Dan, fils de Jacob; il ira çà et là, imitant le Christ par sa vie: il fera des miracles, ceux que le Christ a faits, et il ressuscitera les morts. Mais tout cela, il le fera de façon imaginaire, qu'il s'agisse de la naissance, de la chair et du reste, comme dit l'Apôtre (2 Thess 2, 9): alors, dit-il, le fils de la perdition se manifestera par toute espèce d'œuvres de puissance, de signes et de prodiges mensongers. Et ce n'est pas que le Diable lui-même se transmuera en chair, comme le dit Jean Damascène, mais un homme, né de la prostitution, recevra tout le pouvoir de Satan et surgira soudainement, au point de sembler à tous bon et bienveillant. N’y aura alors une grande famine, et il subviendra aux besoins des gens; il continuera les saintes Ecritures et pratiquera le jeûne, sera pris de force par les hommes et proclame roi, il entretiendra d'excellentes relations avec les hébreux, se fera établir à Jérusalem et reconstruira leur temple. Avant sept ans, comme dit Daniel, viendront Enoch et Elie, avisant le peuple de ne pas l'accueillir, mais il les fera prendre et torturer, puis il leur coupera la tête. Ceux qui voudront persévérer dans la piété devront fuir au loin; mais il les trouvera dans les montagnes et leur enverra des démons pour les éprouver. Cependant, les sept années « seront abrégées, à cause des élus », et il y aura une grande famine; l'ensemble des éléments sera changé et tous, ils risqueront de disparaître.

Après cela, soudaine comme un éclair venu du ciel, ce sera la Parousie du Seigneur, précédée par sa vénérable Croix, et un fleuve de feu bouillonnant s'avancera devant lui, purifiant de ses souillures toute la terre. Aussitôt l'Antéchrist sera pris, avec ses suppôts, et ils seront livrés au feu éternel. Tandis que les Anges sonneront de la trompette, on se rassemblera des confins de la terre et de tous les éléments, tout le genre humain affluera à Jérusalem, puisque c'est le centre du monde, et des trônes y seront installés pour le jugement. Tous, avec corps et âmes, se transmueront en rejoignant l'incorruptibilité, chacun ayant son aspect unique, et tous les éléments accuseront un changement vers le mieux. Alors, d'une seule parole, le Seigneur séparera les justes des pécheurs, et ceux qui auront fait le bien iront jouir de la vie éternelle. De leur côté, les pécheurs iront vers l'éternel châtiment, et ils n'auront plus de répit. I1 faut savoir que le Christ ne s'enquerra pas sur le jeûne, le dénuement ou les miracles: certes, ces choses-là sont bonnes, mais il y a encore mieux, à savoir la charité et la compassion, Car aux justes comme aux pécheurs il dira six choses: « J'ai eu faim, et vous m'avez donné à manger. J'ai eu soif, et vous m'avez donné à boire J'étais étranger, et vous m'avez accueilli. J'étais nu, et vous m'avez vêtu. J'étais malade, et vous m'avez visité. J'étais prisonnier, et vous êtes venus me voir. Dans la mesure où vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait. »
Et cela, chacun doit le faire selon ses possibilités. « Alors, toute langue proclamera, de Jésus Christ, qu'il est Seigneur, à 1a gloire de Dieu le Père » (Ph 2,11). Quant aux châtiments que nous révèle le saint Evangile, les voici: « il y aura des pleurs et des grincements de dents, le ver qui ronge sans fin, le feu qui jamais ne s'éteint » et l'on sera « jeté dans les ténèbres extérieures ». Mais l'Eglise de Dieu recevra tout te façon radieuse, et par royaume des cieux, on entend les délices, le séjour des saints avec Dieu, l'illumination et l'élévation perpétuelles. Le châtiment, ce sont les ténèbres ou ce qui leur ressemble: la séparation d'avec Dieu, le harcèlement de 1a conscience demandant aux âmes comment elles ont pu, par insouciance ou pour une jouissance éphémère, se priver de la divine illumination.

Par l'amour ineffable dont tu aimes les hommes, ô Christ notre Dieu, juge-nous dignes d'entendre ton appel, compte-nous parmi ceux qui seront placés à ta droite et prends pitié de nous. Amen.

Ode 7

« Nous avons commis le péché, l'iniquité, * l'injustice devant toi; * nous n'avons pas gardé * ni mis en pratique tes commandements: * ne nous rejette pas jusqu'à la fin, * Seigneur, Dieu de nos Pères.

Dans les larmes, venez, prosternons-nous, * fidèles, devant celui qui nous jugera * lorsque les cieux seront ébranlés, * lorsque les étoiles tomberont et la terre chancellera, * afin de trouver grâce finalement * auprès du Dieu de nos Pères.

Sévère est l'examen, terrible le jugement; * au Juge on ne peut rien cacher, * on ne peut le séduire par des présents: * épargne-moi, Seigneur, * et sauve-moi de ta fureur.

Le Seigneur vient pour juger: * qui pourra soutenir son regard? * Pauvre âme, tremble d'effroi, * prépare-toi au départ, * afin de trouver grâce et pitié * auprès du Dieu de nos Pères.

Je tremble devant le feu qui ne s'éteint, * les vers me rongent amèrement, * le mortel Hadès me comble d'effroi, * et je n'ai pas encore la véritable componction, * mais toi, Seigneur, avant la fin * affermis mon âme dans la crainte envers toi.

Je me prosterne devant toi * et je t'apporte comme larmes ma confession: * plus que la Courtisane j'ai failli, * plus que tout homme sur terre j'ai péché; * mais de ta créature, Seigneur, prends pitié, * à ton bercail rappelle-moi.

Fais pénitence, reviens vers le Seigneur, * découvre-lui tes secrètes pensées, * dis à Dieu qui lit dans les cœurs: * Toi seul, Sauveur, tu connais mes secrets, * mais comme le chante David, * aie pitié de moi, Seigneur, en ta grande bonté.

Gloire: Je chante la consubstantielle Trinité, * des trois personnes je célèbre l'Unité: Père, Fils et saint Esprit, * une seule puissance, énergie et volonté, * un seul Dieu trois fois saint, * unique et souveraine royauté.

Maintenant: Dans toute sa beauté, * Dieu s'avance hors de la chambre de ton sein; * comme un prince il a revêtu * la robe de pourpre divinement tissée * et secrètement teinte de ton sang, * 0 Vierge inépousée, * pour régner sur l'univers.

Ode 8

« Celui que tous les Anges glorifient, * devant qui tremblent les Chérubins * et les Séraphins, * que tout ce qui vit et respire * et toute la création * le chante, le bénisse et l'exalte dans tous les siècles! »

Je songe à ta rencontre, Seigneur, * lors de ta seconde et terrifiante venue,* je redoute ton châtiment, * je tremble devant ta fureur. * de cette heure délivre-moi,* sauve-moi pour les siècles.

O Dieu, lorsque tu jugeras l'univers, * quel mortel pourra supporter cette vue? * Le feu qui ne s'éteint * et , le ver qui ronge sans fin * emporteront les damnés, * qu'ils tourmenteront pour les siècles.

Lorsque tu rassembleras tous les vivants * pour les juger, a Christ, en même temps,. immense sera l'effroi, * et grande la détresse et la terreur, * car seules les bonnes actions * seront utiles pour les siècles.

Juge de tous, mon Seigneur et mon , Dieu, * puissé-je alors entendre ton appel, * voir ton immense clarté, * découvrir tes célestes parvis, * contempler ta gloire et ta clarté, * rempli de joie pour les siècles.

Juste Juge et mon Sauveur, * prends pitié et sauve-moi * du juste châtiment par le feu * auquel je serai soumis par un juste jugement; * par le repentir et la vertu * fais que je trouve , grâce avant la fin.

Lorsque tu siégeras pour juger, * 0 Christ, lorsque ta gloire resplendira, * quelle crainte à ce moment, * lorsque flambera la fournaise de feu * et que tout homme tremblera * devant ton redoutable tribunal!

Bénissons le Seigneur, Père, Fils et saint Esprit.

J'adore l'unique divinité, * je chante les trois personnes en Dieu; * elles se , distinguent par leur aspect * sans être séparées ni divisées, * puisqu'en trois personnes c'est une seule divinité, * , le Père, le Fils et le saint Esprit.

Maintenant: Issu de ton sein virginal * comme de la chambre nuptiale sort un époux, * ainsi a brillé le Christ, * lumière pour ceux qui gisaient dans les ténèbres; * et le Soleil de justice s'est levé, * 0 Vierge, pour illuminer l'univers.

Louons, bénissons le Seigneur, prosternons-nous devant lui, * le chantant et l'exaltant tans tous les siècles.

Ode 9

« Sans semence tu as conçu, * ineffable est ton enfantement, * ô Mère inépousée: * virginalement * Dieu s'incarne et renouvelle les lois de la nature; * et selon la vraie foi, * ô Vierge Mère de Dieu, * d'âge en âge nous te magnifions. »

Il s'avance, le Seigneur, * pour le châtiment des pêcheurs * et le salut des justes: * versons des larmes en tremblant, * prenons conscience de ce jour * où le Juge dévoilera * les plus secrètes actions * et les rétribuera comme il se doit.

Moïse trembla d'effroi * lorsqu'il te vit passer de dos; * et moi, malheureux,* comment pourrai-je supporter * de voir ta face directement, * lorsque tu viendras du ciel? * Epargne-moi, Dieu de bonté, * d'un œil favorable regarde-moi.

Daniel appréhendait * l'heure du jugement; * et moi, malheureux, * que souffrirai-je, Seigneur, * quand viendra ce terrible jour? * Avant la fin accorde-moi * de te servir dignement * pour avoir part au royaume des cieux.

Le feu est préparé, * les vers attendent leur proie: * mais pour les justes sont réservées * l'allégresse, la joie, la rémission, * la gloire et la lumière sans déclin; * qui donc aura le bonheur * d'échapper au châtiment * et d'hériter les biens éternels?

Loin de ta face, Seigneur, * ne me rejette pas, dans ta fureur, * que je n'entende ta voix * prononcer la malédiction * et m'envoyer au feu, * mais que je puisse entrer * dans la joie des noces éternelles, * au milieu de tes élus!

Mon âme est vulnérée, * mon corps est languissant, * mon esprit faiblit, * sans force est ma pensée, * la fin est proche, ma vie s'évanouit: * pauvre âme, que feras-tu * quand le Juge viendra * dévoiler tes secrètes actions?

Gloire: O Père qui seul as engendré * ton Fils unique Jésus Christ, * unique Reflet de la seule Lumière * et unique saint Esprit de notre unique Dieu * qui es vraiment Seigneur * et procèdes du Seigneur, * unique et sainte Trinité, * sauve-moi qui te confesse comme Dieu.

Maintenant: La merveille de ton enfantement * me frappe d'admiration, * 0 Vierge immaculée: * comment as-tu conçu sans semence l'Infini? * Dis-moi comment tu restes vierge en enfantant; * 0 Mère qui dans la foi * accueilles en toi le surnaturel, * implore pour nous ton Fils tout-puissant.

Exapostilaire

D'abord l'exapostilaire du dimanche, puis ces exapostilaires du Triode, t. 2:

Songeant au jour terrible du jugement * et de ta gloire ineffable, Seigneur, * je tremble de frayeur et dans la crainte je m'écrie: * Lorsque dans ta gloire divine tu viendras sur terre, 0 Christ, * pour juger le monde entier, * Maître, fais-moi grâce et délivre-moi du châtiment, * juge-moi digne de me tenir à ta droite.

Gloire au Père, t. 3

Voici venir le jour du Seigneur tout-puissant: * qui soutiendra l'effroi de sa venue? * Jour de colère, creuset incandescent, * lorsque le Juge siégera * pour rendre à chacun selon ses œuvres

Maintenant... Théotokion

Je pense à l'heure du jugement, * Seigneur ami des hommes, à ta redoutable venue; * et, tout tremblant, dans ma détresse je te crie: O juste Juge qui seul as pitié, * ramène-moi vers toi * et accueille-moi, à la prière de la Mère de Dieu.

Laudes

On chante 8 stichères: 5 de 1'Octoèque dominical et ces 3 idiomèles du Triode.

t.6

Je médite sur ce terrible jour * où nous serons tous à découvert comme des accusés, * pour comparaître devant le Juge impartial; * alors la trompette retentira hautement, * les fondements de la terre seront ébranlés, * les morts surgiront de leurs tombeaux, * tous les hommes seront comme nouveaux-nés, * tous leurs secrets seront dévoilés devant toi, * ils pleureront et gémiront, * les impénitents seront envoyés au feu extérieur, * mais le troupeau des Justes sera dans la joie * et gagnera dans l'allégresse les célestes parvis.

Je te rends grâce, Seigneur, de tout mon cœur, * j'énonce toutes tes merveilles.

Quelle crainte régnera ce jour-là, * quand le Juge siégera sur son trône terrifiant! * Les livres seront ouverts et les actions manifestées, * les œuvres de ténèbres seront divulguées, * les Anges: feront le tour des nations pour les rassembler: * Venez, tous les princes et les rois, * hommes libres et esclaves, écoutez, * justes et pécheurs, pauvres et riches, apprenez * que le Juge vient juger tout l'univers! * Quel homme pourra soutenir son regard, * quand les Anges l'assisteront * pour dévoiler les gestes, les pensées, les désirs,* ceux du jour et ceux de la nuit? * Oh, quelle crainte, ce jour-là! * O mon âme, devance la fin, * hâte-toi de crier. * Seigneur, je reviens vers toi, * sauve-moi, dans ton unique bonté.

t.8

Lève-toi, Seigneur mon Dieu, et dresse ta main, * ne laisse pas dans l'oubli les malheureux jusqu'à la fin.

Daniel, le prophète, l'homme de désirs, * ayant vu la puissance de Dieu, * de la sorte prophétisa: * Dieu s'assoit , pour juger, * les livres sont ouverts. * O mon âme, si tu jeûnes, ne trompe pas ton prochain; * ne juge pas ton , frère, si tu t’abstiens des aliments, * de peur de brûler comme cire dans le feu où tu iras; * mais puisse le Christ te mener librement * vers son royaume dans les cieux.

Gloire au Père, t. 1
Frères, purifions-nous * par la pénitence, reine des vertus; * voici qu'elle nous procure toutes sortes de biens, * elle panse les blessures des passions, * avec le Maître elle réconcilie les pécheurs; * aussi, l'embrassant avec joie, * crions au Christ notre Dieu: * Ressuscité d'entre les morts, * garde-nous libres de condamnation, * nous qui te glorifions comme le seul sans péché.

Maintenant... `
Tu es toute bénie, Vierge Mère de Dieu, * car celui qui a pris chair de toi ~a triomphé de l'Enfer; * par lui Adam et Eve furent délivrés de la malédiction, * la mort fut mise à mort et nous avons été vivifiés; * c'est pourquoi nous élevons la voix pour chanter: * Béni sois-tu, 0 Christ notre Dieu, qui l'as voulu ainsi! Gloire à toi.

Grande Doxologie et Congé. L'Eothinon se chante au narthex. A Prime, on lit les
Catéchèses de saint Theodore Studite.


A LA LITURGIE ,

Typiques et Béatitudes (avec les tropaires de l'Octoèque et ceux de l'ode 6 du canon du Triode). , Prokiménon du ton occurrent ou le suivant (ton 3).

Prokimenon, t. 3: Il est grand, notre Maître, grande est sa puissance, * à son intelligence il n'est pas de mesure. Verset: Louez le Seigneur: il est bon de psalmodier; que la louange soit agréable à notre Dieu.

Lecture de la première épître du saint apôtre Paul aux Corinthiens (8,8-13;9,1-2)

Frères, (à propos des viandes immolées aux idoles,) ce n'est certes pas un aliment qui nous rapprochera de Dieu: si nous n'en mangeons pas, nous n'aurons rien de moins, et si nous en mangeons, nous n'aurons rien de plus. Mais prenez garde que cette liberté dont vous usez ne devienne pour les faibles une occasion de chute. Car si quelqu'un te voit manger, en toute connaissance, des viandes immolées aux idoles, ne va-t-il pas se croire autorisé, malgré la faiblesse de sa conscience, à en manger lui aussi? Et ainsi tes bonnes raisons feront tomber le faible, ce frère pour qui le Christ est mort. Or, en péchant contre vos frères, en blessant la conscience de qui est faible, c'est contre le Christ que vous péchez. C'est pourquoi, si un aliment doit causer la chute de mon frère, je me passerai de viande à tout jamais, afin que mon frère ne soit pas scandalisé. Ne suis-je pas apôtre? Ne suis-je pas libre? N'ai-je pas vu notre Seigneur Jésus Christ? N'êtes-vous pas mon œuvre dans le Seigneur? Si pour d'autres je ne suis pas apôtre, pour vous du moins je le suis; car c'est vous qui, dans le Seigneur, êtes le sceau de mon apostolat.

Alléluia, t. 8. Versets: 1. Venez, crions de joie pour le Seigneur, acclamons Dieu notre sauveur. 2. Allons devant lui en rendant grâce, avec des psaumes acclamons-le.
Evangile selon saint Matthieu, péricope 106 (25, 31-46). Le Seigneur dit: Lorsque le Fils de l'homme viendra dans sa gloire.

Chant de communion: Louez le Seigneur du haut des cieux, * louez-le au plus haut des cieux.
Monique
 
Messages: 788
Inscription: Mer 31 Mars 2004 10:19

Revenir vers Textes liturgiques

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités