Ménées de Janvier

Pas de discussions dans ce forum destiné exclusivement à une mise à disposition de textes issus du cycle liturgique orthodoxe. Pour toute réflexion sur ces textes, merci de vous reporter au forum général.

Modérateur : Auteurs

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Ménées de Janvier

Message par Monique » mer. 12 déc. 2007 10:36

1er JANVIER

Circoncision de notre Seigneur Jésus Christ
et mémoire de notre Père dans les saints Basile le Grand.



VEPRES

Premier cathisme: Bienheureux l'homme.

Lucernaire, t. 8

Le Sauveur dans sa condescendance a bien voulu * se laisser envelopper de langes comme un enfant * par amour pour le genre humain; * il n'a pas dédaigné la circoncision de la chair, * celui qui, par sa Mère ayant l'âge de huit jours, * par son Père est éternel et sans début. * Fidèles, à haute voix disons-lui: * Tu es notre Dieu, prends pitié de nous. (2 fois)
Notre Dieu, dans son immense bonté, * sans honte s'est soumis à la circoncision de la chair, * à tous il s'est donné en exemple pour notre salut: * car l'Auteur même de la Loi * accomplit les préceptes de la Loi * et les oracles des Prophètes à son sujet. * Toi qui entoures l'uni- vers de ta main * et qui de langes fus entouré, Seigneur, gloire à toi. (2 fois)
t. 4
Eponyme du royaume par ton nom, * c'est le peuple saint du Christ, le sacerdoce royal * qu'en ton amour de la sagesse et ton savoir * comme pasteur, Père Basile, tu menas; * aussi du diadème de son royaume t'a couronné * le Roi des rois, le Seigneur de l'univers, * le Fils coéterne1 qu'en dehors du temps le Père conçoit; * prie-le de sauver et d'illuminer nos âmes. (2 fois)
Dans la splendeur de tes ornements, * pontife Basile, tu annonças * l'Evangi1e du royaume avec joie; * et tu fis jaillir pour l'Eglise * l'enseignement de l'orthodoxie; * nous confessons désormais à sa lumière * comme un seul Dieu le Père tout-puissant, * le Verbe, Fils unique, et l'Esprit divin * et glorifions en trois personnes l'indivisible Divinité; * prie-la de sauver et d'illuminer nos âmes.
Toi qui fais partie des chœurs célestes * et partages le séjour * des Anges dont tu as imité la condition * par la pure splendeur de ta vie, * Père Basile, puisqu'en ton corps * tu avais déjà renoncé, * tel un incorporel, aux terrestres plaisirs, * auprès du Christ notre Dieu veuille intercéder * pour nous qui jouissons de ta doctrine inspirée, * afin qu'évitant les ténèbres de l'ignorance nous obtenions * le salut et l'illumination de nos âmes.
Gloire au Père, t. 8
En ami de la sagesse, Père saint, * préférant la vie avec Dieu à tous les êtres, * tu fis de ton existence une méditation sur la mort; * te dépouillant des passions de la chair à force de tempérance * et par l'étude divine de la Loi * hors de toute entrave ayant conservé à ton âme sa dignité, * dans l'abondance des vertus * tu soumis à l'esprit tout souci de la chair; * et pour avoir renoncé aux plaisirs d'ici-bas * ainsi qu'au prince de ce monde, te voici en présence du Christ: * demande-lui pour nos âmes la grâce du salut.
Maintenant ...
Le Sauveur dans sa condescendance a bien voulu * se laisser envelopper de langes comme un enfant * par amour pour le genre humain; * il n'a pas dédaigné la circoncision de la chair, * celui qui, par sa Mère ayant l'âge de huit jours, * par son Père est éternel et sans début. * Fidèles, à haute voix disons-lui: * Tu es notre Dieu, prends pitié de nous.

Entrée. Lumière joyeuse. Prokimenon du jour et les Lectures.

Lecture de la Genèse
(17,1-14)
Le Seigneur apparut à Abram et lui dit: Je suis ton Dieu; fais ce qui est agréable à mes yeux et sois irréprochable. J'établirai mon alliance entre nous et je multiplierai ta descendance à l'infini. Abram tomba la face contre terre et Dieu lui parla ainsi: Voici mon alliance avec toi: tu seras le père d'une multitude de nations. Et l'on ne t'appellera plus Abram, mais ton nom sera Abraham, car je fais de toi le père d'une multitude de nations. Je te rendrai extrêmement fécond, je ferai naître de toi des nations, et des rois sortiront de toi. J'établirai mon alliance avec toi et ta postérité, une alliance éternelle, pour être ton Dieu et celui de ta postérité. Je te donnerai, à toi et à tes descendants, le pays où tu séjournes comme étranger, toute la terre de Chanaan, en possession perpétuelle, et je serai votre Dieu. Le Seigneur dit encore à Abraham: Et toi, tu garderas mon alliance, toi et ta postérité, de génération en génération. Et voici l'alliance à observer entre moi et tes descendants de génération en génération: tout mâle parmi vous sera circoncis; vous ferez circoncire la chair de votre prépuce, et ce sera le signe de l'alliance entre moi et vous. A l'âge de huit jours, tout mâle parmi vous sera circoncis, de génération en génération, qu'il soit né dans la maison ou acheté à prix d'argent à quelque étranger qui n'est pas de ta race; on devra circoncire celui qui est né dans la maison et celui qui est acheté à prix d'argent; et mon alliance sera marquée dans votre chair comme une alliance pour toujours. Quant au mâle incirconcis, celui dont on n'aura pas coupé la chair du prépuce, sa vie sera retranchée de sa parenté, pour avoir violé mon alliance.

Lecture des Proverbes
(8,22-30)
Le Seigneur m'a créée au début de ses voies, en vue de ses œuvres. Avant les siècles il m'a fondée, au commencement, avant de former la terre et les abîmes et de faire jaillir les sources des eaux. Avant que les montagnes fussent affermies, avant toute colline, je suis née. Alors le Seigneur fit la terre et les champs, et les confins du monde sous le ciel. Lorsqu'il disposait les cieux, j'étais là, lorsqu'il établissait son trône sur les vents, lorsqu'il affermissait les nuées d'en-haut, lorsqu'il fixait les sources sous le ciel. Lorsqu'il imposa des limites à la mer, pour que les eaux n'en franchissent pas les bords, lorsqu'il fortifia les assises de la terre, j'étais à l'œuvre auprès de lui. Et je faisais ses délices jour après jour, dans l'allégresse de sa présence en tout temps.

Lecture de la Sagesse de Salomon
(Prov. 10,31-32; 11,4,7,19; 1.3,2,9; 8,17; 15,2; 14,33; 22,11;
Eccl. 8,1; Sag. 6,13,12,14.16; 7,30; 8,2-4,7-9,
17-18,21; 9,1-5,10-11,14)
La bouche du juste répand la sagesse, les lèvres des hommes droits distillent la bienveillance. La bouche des sages médite la sagesse, leur justice les délivre de la mort. Le juste, quand il meurt, n'éteint pas l'espérance, car il naît à la vie et l'homme de bien jouit des fruits de la justice. Pour les justes, lumière sans fin, auprès du Seigneur ils trouveront grâce et renom. La langue des prudents distille le savoir, en un cœur raisonnable demeure la sagesse. Le Seigneur chérit les cœurs purs, agréables lui sont les parfaits dans leur voie. La sagesse du Seigneur illumine le visage de l'homme sensé; elle prévient qui la désire avant d'en être connue et se laisse contempler de qui la chérit. Qui la cherche dès l'aurore n'aura pas à peiner, qui veille à cause d'elle échappe vite au souci. Elle-même s'en va partout chercher ceux qui sont dignes d'elle, et leur apparaît avec bienveillance par les chemins. Contre la Sagesse le mal ne saurait prévaloir. C'est pourquoi je me suis épris de sa beauté, je l'ai chérie et recherchée dès ma jeunesse, et me suis efforcé de l'épouser. Car le maître de l'univers l'a aimée, puisqu'elle est initiée à la science de Dieu, décidant de ses œuvres par son choix. Les fruits de ses efforts sont les vertus; sagesse et tempérance, voilà ce qu'elle enseigne, avec justice et vaillance, rien de plus utile aux hommes en leur vie. Désire-t-on encore un savoir étendu? elle connaît le passé et conjecture l'avenir, sait tourner les maximes et déchiffrer les énigmes, prévoit les signes et les prodiges, la succession des époques et des temps; aussi pour tous elle est de bon conseil; car en elle se trouve l'immortalité, qui puise à sa parole acquiert la renommée. C'est pourquoi, me tournant vers le Seigneur, je l'ai prié et lui ai dit de tout mon cœur: Dieu de nos Pères et Seigneur de tendresse, toi qui par ta parole as créé l'univers et qui par ta sagesse as formé l'homme pour dominer sur les créatures sorties de ta main et gouverner le monde en justice et sainteté, donne-moi la Sagesse qui siège avec toi, ne me rejette pas du nombre de tes enfants; car je suis ton serviteur, le fils de ta servante. Envoie ta Sagesse depuis ta sainte demeure, depuis le trône de ta gloire, afin qu'auprès de moi elle m'enseigne ce qui est agréable à tes yeux, qu'elle me guide sur le chemin du savoir et me protège dans le rayonnement de sa gloire. Car les pensées des mortels sont engourdies, et chancelantes sont leurs idées.

Ou bien (usage slave):
Proverbes
10,31-11,12 (voir aux vêpres du 6 Décembre).

Litie, t. 3
Par ta pure conduite ayant fait * de ton âme une demeure pour le Christ source-de-vie, * pontife Basile, tu fis jaillir * sur l'univers les fleuves de tes pieux enseignements; * et le peuple fidèle de l'Eglise, s'y abreuvant, * comme fruit de lèvres confessant notre Dieu, * offre son action de grâce à celui * qui glorifie ton souvenir dans les siècles.
Le saint chrême de la grâce répandu sur toi * t'a consacré pour annoncer l'Evangile du royaume des cieux; * devenu toi-même l'odeur suave du Christ, * tu as comblé l'univers du parfum de sa connaissance; * pontife Basile, accueillant * avec bienveillance la prière de tes serviteurs, * supplie le Christ de répandre la grâce du salut * sur nous qui vénérons ton souvenir.
Revêtu de l'ornement sacerdotal, * Basile, champion de la sainte Trinité, * tu comparus devant le trône du juge, * affrontant le danger pour la foi; * ayant montré l'endurance d'un lutteur, * tu confondis la colère du préfet * enhardi par la force de l'impiété * et lorsqu'il menaça de t'éventrer, * avec ardeur tu préféras ce châtiment * et pour ton intention de mourir en témoin * tu ceignis la couronne des vainqueurs * auprès du Christ qui accorde la grâce du salut.
Gloire au Père, t. 6
La grâce fut répandue sur tes lèvres, * vénérable Père, et tu devins * pasteur de l'Eglise du Christ, * enseignant aux brebis spirituelles * la foi en l'unique divinité * de la consubstantielle Trinité.
Maintenant, t. 8
Le Sauveur a bien voulu dans sa condescendance * se laisser envelopper de langes comme un enfant * par amour pour le genre humain; * il n'a pas dédaigné la circoncision de la chair, * celui qui, par sa Mère ayant l'âge de huit jours, * par son Père est éternel et sans début. * Fidèles, à haute voix disons-lui: * Tu es notre Dieu, prends pitié de nous.

Apostiches, t. 1
Abeille divine et sacrée * de l'Eglise du Christ, * Basile, pontife bienheureux, * ayant pris comme aiguillon le désir de Dieu, * tu perças de cette arme * l'odieux blasphème des hérésies * et pour les âmes des croyants * tu déposas la douceur de la piété; * maintenant que tu parcours * le domaine éternel et ses divines prairies, * souviens-toi de nous en présence de la Trinité consubstantielle.
Ma bouche dira la sagesse et le murmure de mon cœur, l'intelligence.
En toi, Basile, sont réunies * les vertus de tous les Saints: * la douceur de Moïse, le zèle d'Elie, * la confession de Pierre, l'intuition divine de Jean; * comme Paul, tu disais sans cesse: * Qui est faible, que moi aussi je ne le sois? * Qui vient à tomber, qu'un feu ne me brûle? * C'est pourquoi, toi qui partages leur séjour, * intercède pour le salut de nos âmes.
t. 2
La bouche du juste murmure la sagesse et sa langue proclame la justice.
Après avoir étudié * la nature des êtres et constaté * l'instabilité de chacun, * tu découvris qu'immuable est seulement * l'Etre suprême, le Créateur de l'univers; * et plus tu désiras t'unir à lui, * plus tu rejetas le désir * de ce qui passe et disparaît; * Basile, pontife sacré, * intercède auprès de Dieu * pour qu'à son amour nous ayons part, nous aussi.
Gloire au Père, t. 6
Ayant reçu depuis le ciel * la grâce de miracles étonnants * et réfuté l'erreur des faux-dieux * par tes divins enseignements, * bienheureux Basile, tu devins * la gloire et le support des Pontifes sacrés * et parmi tous les Pères le modèle des docteurs; * par le crédit que tu possèdes auprès du Christ, * demande-lui pour nos âmes le salut.
Maintenant, t. 8
Notre Dieu, dans son immense bonté, * s'est soumis sans honte à la circoncision de la chair, * il s'est donné à tous en exemple pour notre salut: * car l'Auteur même de la Loi * accomplit les préceptes de la Loi * et les oracles des Prophètes à son sujet. * Toi qui entoures l'univers de ta main * et qui fus entouré de langes, Seigneur, gloire à toi.

Tropaires, t. 1
Par toute la terre ton message s'est répandu * et ta parole fut reçue dans tout l'univers; * par elle tu as enseigné les divines vérités, * expliqué la nature des êtres et redressé la conduite des humains; * Père saint, Pontife au nom royal, * prie le Christ notre Dieu pour le salut de nos âmes.
Gloire au Père ... Maintenant ...
Sans changement tu assumas la condition humaine, * étant Dieu par nature, Seigneur compatissant; * pour accomplir le précepte de la Loi, * tu as voulu subir la circoncision de la chair * afin de dissiper les ténèbres et d'arracher le voile où s'enveloppent nos passions. * Gloire à ton immense bonté, * gloire à ta miséricorde, ô Verbe de Dieu, * gloire à l'ineffable tendresse qui t'a fait descendre jusqu'à nous.


MATINES

Cathisme I, t. 5
En Basile célébrons * la royale parure de l'Eglise du Christ, * le trésor inépuisable de la doctrine sacrée; * par elle il nous enseigne à vénérer * dans l'unité de nature et la distinction des personnes la sainte Trinité.
t. 1
En présence de la sainte Trinité * intercède pour qu'au jour du jugement, * nous les chantres de ton nom qui vénérons ton souvenir, * nous trouvions grâce, tendresse et pardon de nos péchés, * afin que de bouche et de cœur * nous puissions glorifier le seul Ami du genre humain.
Le Maître du monde, le Créateur de l'univers, * celui qui est uni au Père et à l'Esprit dans le ciel, * est circoncis sur terre comme enfant de huit jours. * Admirables sont tes œuvres, divines en vérité, * Seigneur, car tu acceptes pour nous la circoncision, * puisque tu es l'accomplissement de la Loi.

Cathisme II, t. 8
Ayant puisé le trésor mystique * de l'ineffable sagesse par ta divine contemplation, * tu mis en réserve les flots de la vraie foi pour tous les fidèles * qui réjouissent divinement les cœurs des croyants * mais engloutissent, comme il est juste, les doctrines erronées; * c'est ainsi que tu t'es montré doublement * par tes luttes pour la foi un invincible champion de la Trinité; * pontife Basile, prie le Christ notre Dieu * d'accorder la rémission de leurs péchés * à ceux qui fêtent de tout cœur ta mémoire sacrée.
t. 4
Insondable Océan de tendresse, pour nous, * Seigneur, tu revêtis la forme du serviteur * et dans la chair fus circoncis pour accorder à tous les hommes la grâce du salut.

Après le Polyéléos:
Mégalynaires
Nous te magnifions, * ô Christ source de vie * qui pour nous en ce jour as bien voulu, * pour te soumettre à la Loi, * être circoncis dans ta chair immaculée.
Nous te magnifions, * Père et Pontife Basile, * et ta sainte mémoire, nous la célébrons, * car tu intercèdes pour nous * auprès du Christ notre Dieu.
Versets 1: Acclamez Dieu, tous les habitants de la terre, chantez à la gloire de son nom. 2: Ecoutez ceci, tous les peuples, prêtez l'oreille, tous les habitants de l'univers. 3: A son peuple le Seigneur envoie la rédemption, saint et redoutable est son nom. 4: La bouche du juste murmure la sagesse, et sa langue proclame la justice. 5: Béni soit le nom du Seigneur, dès maintenant et jusque dans les siècles. 6: Tes prêtres se vêtent de justice et tes fidèles jubilent de joie. 7: Béni soit à jamais son nom de gloire, dans les siècles des siècles. 8: Heureux les habitants de ta maison, ils te louent dans les siècles des siècles.

Cathisme, t. 8
Par la puissance de tes enseignements divins * ayant abattu les sombres hérésies, * tu as englouti l'arrogance d'Arius; * tu prêchas aux hommes la divinité de l'Esprit, * par l'élévation de tes mains tu as mis à mort les ennemis, * rejetant le culte proposé par Sabellius * et détruisant la doctrine de Nestorius; * pontife Basile, prie le Christ notre Dieu * d'accorder la rémission de leurs péchés * à ceux qui fêtent de tout cœur ta mémoire sacrée.
La grâce de tes paroles divines et la sublimité de tes enseignements * sont pour nous l'échelle qui nous fait monter vers Dieu; * possédant pour instrument la trompette de l'Esprit, * tu t'en servis pour annoncer les dogmes divins. * Tu demeures à présent dans un lieu de fraîcheur, * ayant reçu la récompense de tes combats; * pontife Basile, prie le Christ notre Dieu * d'accorder la rémission de leurs péchés * à ceux qui fêtent de tout cœur ta mémoire sacrée.
Le Maître et Créateur de l'univers, * ayant pris chair de ton sein pur, * fit de toi, Toute-sainte, la protectrice des humains; * aussi nous réfugions-nous tous auprès de toi, * notre Dame, en demandant le pardon de nos péchés, * et nous te prions d'être sauvés en l'au-delà * des peines éternelles, de tout châtiment * et du prince de ce monde; c'est pourquoi nous te crions: * Intercède auprès de ton Fils et notre Dieu, * pour qu'il accorde le pardon de leurs péchés * aux fidèles se prosternant devant le Christ ton Enfant.

Anavathmi, la 1e antienne du ton 4: Dès ma jeunesse ...

Prokimenon, t. 4: Ma bouche dira la sagesse, et le murmure de mon cœur, l'intelligence. Verset: Ecoutez ceci, tous les peuples, prêtez l'oreille, tous les habitants de l'univers.
Que tout ce qui vit et respire loue le Seigneur.
Evangile et Psaume 50.
Gloire au Père ... Par les prières de saint Basile ,..
Maintenant .,. Par les prières de la Mère de Dieu … Aie pitié de moi, ô Dieu …
t. 6
La grâce fut répandue sur tes lèvres, * vénérable Père, et tu devins * pasteur de l'Eglise du Christ, * enseignant aux brebis spirituelles * la foi en l'unique divinité * de la Trinité consubstantielle.

Canon de la fête, œuvre d'Etienne, puis le canon du Saint, œuvre de Jean Damascène. Catavasies de la Théophanie.

Ode 1, t. 2
« Venez, tous les peuples, chantons pour notre Dieu, * le Christ qui divisa la mer * pour le peuple qu'il soustrait * à la servitude des Egyptiens, * car il s'est couvert de gloire. »
L'ogdoade, image des siècles à venir, * est illuminée et sanctifiée, * ô Christ, par ta pauvreté volontaire; * car en elle, selon la Loi, * tu fus circoncis dans la chair.
Dans l'octave de son enfantement * le Christ reçoit la circoncision; * il en repousse l'ombre en ce jour, * faisant surgir la clarté * de la grâce, nouvelle loi.

*

C'est ta voix qu'il nous eût fallu, * saint Basile, pour nous aider * dans l'entreprise de chanter * ton éloge, mais accorde-nous * abondamment la grâce dans ton indulgence.
Utilement, avec le glaive de l'Esprit, * Basile, tu as circoncis * les passions de l'âme et du corps * et toi-même tu t'es offert * en sacrifice à ton Seigneur.
En ton amour de la philosophie, * tu corrigeas les élans passionnés * de la chair qui voulait prendre le dessus; * Père Basile, désormais * tu demeures dans le royaume sans fin.
Cheminant par la voie raboteuse des vertus, * du ciel tu as atteint * le sol uni et sans rugosités * et es devenu pour tous * un modèle à imiter.
Initié aux mystères ineffables, * tu servis toi-même d'initiateur * au royal sacerdoce du Christ, * en faisant briller sur nous * la lumière de la sainte Trinité.
Qui pourrait décrire justement * ta conception dépassant l'entendement? * C'est Dieu que tu as mis au monde, * Toute-sainte, le Sauveur universel * qui nous est apparu dans la chair.
« De l'abîme il découvre les profondeurs, * à pied sec il conduit ses serviteurs, * en la mer il engloutit les ennemis, * le Seigneur puissant dans les combats, * car il s'est couvert de gloire. »
« Israël s'engage sur les vagues de la mer * qui en terre ferme alors lui apparaît; * mais les sombres flots, comme un tombeau liquide, * couvrirent les officiers des Egyptiens * par la puissante force de la main du Seigneur. »

Ode 3
« Seigneur, affermis nos cœurs en ton amour, * toi qui sur la croix fis disparaître le péché, * et plante la crainte de ton nom * dans les cœurs de ceux qui te louent. »
Le Verbe, Dieu suprême, ayant pris chair, * fut circoncis pour accomplir la Loi; * ce faisant, il nous accorde les prémices * de la divine grâce et de la vie immortelle.
Le Christ, en son incarnation, * accomplit la Loi au lieu d'y déroger: * le huitième jour il a daigné * se faire circoncire de plein gré.

*


De toute science ayant fait le plein, * non seulement de celle misérable d'ici-bas, * mais surtout de celle d'en-haut, * Basile, tu remplis le monde de clarté.
Fortifié par la crainte du Seigneur * - principe de sagesse - en vérité, * saint Basile, tu t'envolas * sur les ailes de la sagesse suprême que tu aimais.
Basile, tu montas par ta sagesse * vers la pratique des vertus, qui te permit * d'accéder à la divine contemplation * et tu fus initié à la connaissance des êtres.
Ta mémoire lumineuse, Père saint, * vient en occurrence avec la fête pleine de clarté * de la naissance du Christ, dont tu révélas * l'ineffable mystère par tes enseignements.
Sans semence dans ton sein tu as conçu * et mis ineffablement au monde le Dieu fait chair * que les Puissances célestes n'osent regarder, * Mère pure et toujours-vierge.
« Le Seigneur qui donne force à nos rois * et exalte la puissance de ses oints * naît d'une Vierge et se laisse baptiser. * Aussi, fidèles, crions-lui: * Nul n'est saint comme toi, ô notre Dieu, * nul n'est juste comme toi, Seigneur. »
« Nous tous qui sommes libres des antiques rets, * puisque sont brisées les dents des fauves dévorants, * ouvrons la bouche pour des chants de joie, * tressant une guirlande de nos hymnes pour louer * le Verbe qui se plaît à nous combler de ses dons. »

Cathisme, t. 8
Ouvrant ta bouche à la parole de Dieu, * tu en fis jaillir la sagesse, héraut de la clarté, * et par le monde tu semas les divines pensées; * ratifiant la doctrine des Pères saints, * à l'instar de saint Paul tu fus un champion de la foi; * tu devins aussi le concitoyen des Anges, * bienheureux Père, et leur confident; * pontife Basile, prie le Christ notre Dieu * d'accorder la rémission de leurs péchés * à ceux qui fêtent de tout cœur ta mémoire sacrée.
t. 3
Sous les flots de tes enseignements * tu irriguas le monde entier, * et tu semas la bonne doctrine de la foi, * Basile, car en toi reposa le Christ, la source de vie; * pontife inspiré, par le crédit que tu possèdes auprès de lui * prie-le de nous accorder la grâce du salut.
Kondakion de la fête, t. 3
Le Seigneur de l'univers * daigne subir la circoncision * et retranche, dans sa bonté, * les fautes qui couvraient l'humanité; * en ce jour il donne au monde le salut. * Au plus haut des cieux se réjouit le pontife du Créateur, * l'initiateur des divins mystères, saint Basile le Grand, * qui porte la lumière du Christ notre Dieu.

Ode 4
« Seigneur, j'ai perçu le plan de ton salut * et je t'ai glorifié, * seul Ami des hommes. »
Elle a pris fin, la circoncision, * depuis que le Christ a voulu se faire circoncire * pour sauver dans la grâce la multitude des nations. La vie sans fin des siècles à venir * est préfigurée par le huitième jour * où le Christ Seigneur fut circoncis.

*

L'Eglise, son Epouse, se couvre de beauté, * comme pour l'enfantement du Christ, * en ta mémoire, Pontife bienheureux.
Te glorifiant d'être un enfant de Dieu, * Basile, tu refusas en ta piété de ramener * au rang de créature la Divinité.
Sans te rendre, tu combattis pour Dieu, * Basile, car en tout * tu étais soumis à ses commandements.
A son Eglise tu fus donné par Dieu, * bienheureux Basile, * comme enceinte et rempart fortifié.
En toi, Basile, les ennemis de Dieu * ont pu voir la cognée les retranchant * et le feu dévorant toute erreur.
Vierge pure, nous te supplions, * toi qui sans semence mis au monde notre Dieu, * d'intercéder sans cesse pour tes serviteurs.
« Ta voix, Seigneur, il l'entendit, * celui que tu nommas "Voix criant dans le désert ", quand sur les eaux innombrables tu tonnas * pour rendre témoignage à ton Fils; * tout entier possédé par l'Esprit qui descendait, * il s'écria: Tu es le Christ, * sagesse et puissance de Dieu. »
« Purifié par le feu de la divine contemplation, * le Prophète chantant le renouveau de tout mortel * de sa voix que fait vibrer l'Esprit * annonce l'ineffable incarnation * du Verbe qui brisa la force des puissants. »

Ode 5
« Toi qui es la source de clarté * et le créateur des siècles, * Seigneur, dirige-nous * à la clarté de tes commandements: * nous ne connaissons nul autre Dieu que toi. »
Seigneur qui, sans qu'on puisse l'expliquer, * es issu d'une Mère vierge * et nullement n'as dédaigné * de revêtir la forme des mortels, * tu accomplis la Loi loyalement dès l'enfance.
A la nuit peut être comparée, * comme ayant chéri l'obscurité de la Loi, * celle qui enfanta Israël: * c'est d'elle que, se levant, le Christ, * lumière du monde, est apparu.

*

L'Eglise célèbre en vérité * en ce jour double fête: la Circoncision * du Maître paru sur terre comme enfant * et la mémoire du serviteur, * le sage Basile trois fois heureux.
Le Christ, insaisissable clarté * que tu abritas, Vénérable, fit de toi * une lampe lumineuse pour l'univers; * aussi, Basile, nous chantons * ta mémoire sacrée.
Ni Moïse le Législateur * ni Joseph avant la Loi * n'a donné telle mesure d'aliments * comme toi, Basile, puisque tu offris * en festin la propre chair de notre Dieu.
Expliquant la genèse de l'univers * succinctement décrite * par Moïse au Sinaï, * bienheureux Basile, tu l'as développée * en puisant pour tous aux trésors de notre Dieu.
Vierge pure qui as enfanté le Christ, * le Créateur de l'univers, * nous te crions: Réjouis-toi * qui fis lever la divine clarté sur nous * et pus loger en toi le Dieu infini.
« Principe de vie, Jésus vient effacer * la sentence qui fut prise contre Adam: * bien que Dieu n'ait pas besoin de purification, * pour le coupable il se purifie dans le Jourdain; * il y détruit l'inimitié et procure à tous * une paix qui surpasse tout esprit. »
« Lavés, par la spirituelle purification, * du venin de l'ennemi fangeux et ténébreux, * abordons la voie nouvelle et sans erreur * qui nous mène à l'ineffable joie * dont seuls s'approchent ceux que Dieu réconcilie.

Ode 6
« L'abîme sans fond de mes péchés * m'encercle, mais toi, Seigneur, * comme le prophète Jonas, * à la fosse arrache ma vie. »
A son terme est arrivée la Loi, * car elle est accomplie par le Christ enfant * qui accepte la circoncision * pour effacer la malédiction de la Loi.
Les sabbats et la circoncision, * orgueil du peuple hébreu, ont cessé * sur l'ordre du Christ manifesté * et le printemps de la grâce a resplendi.

*

Les âmes des pauvres consumées de faim, * tu les as rassasiées, et les cœurs des affamés, * Basile, tu les as comblés * d'allégresse divine.
Tu as nourri les âmes affamées * de la nourriture des cieux, * ce pain des Anges qu'est la parole * dont tu fus le meilleur intendant.
Laborieux comme une abeille, tu récoltas, * saint Basile, la fleur de toutes les vertus; * en elles devenu très adroit, * tu méritas d'être dit bienheureux.
Tu t'empressas de rompre avec le monde, * Père Basile, et de vivre en Dieu; * quittant ce qui passe et disparaît, * tu acquis sagement ce qui demeure à jamais.
C'est toi, divine Mère inépousée, * toi la mère toujours-vierge, ô Marie, * que préfigure le buisson du Sinaï * s'unissant au feu sans en être consumé.
« La voix du Verbe, le chandelier de la Clarté, * l'étoile du matin et du Soleil le précurseur * crie au désert à tous les peuples: Repentez-vous, * venez vous purifier de vos péchés, * car voici que s'avance le Christ, * le rédempteur du monde. »
« Le Père proclame de sa bienheureuse voix * bien-aimé celui qu'il profère de son sein: * Celui-ci, dit-il, étant mon Fils consubstantiel, * lumineusement issu du genre humain, est à la fois * mon Verbe vivant et par condescendance un mortel. »

Kondakion, t. 4
Pour l'Eglise tu t'es montré comme inébranlable fondement, * faisant part à tout mortel de l'inscrutable Seigneurie * et la marquant du sceau de tes enseignements, vénérable Basile, révélateur du ciel.

Ikos
Bouche de la sagesse et socle des enseignements, * calice de la tempérance, Basile le Grand, * tu as brillé pour tous les hommes * de clarté spirituelle. * Venez donc et tenons-nous * dans la maison de notre Dieu, * contemplant avec ardeur * les merveilles dont nous sommes charmés; * illuminés par la splendeur de sa vie, * réchauffés par son souffle purificateur, * imitons sa foi, son ardeur, * ainsi que son humilité; * par elles en toute vérité * il devint une demeure de notre Dieu; * chantons-le en disant: Vénérable Basile, révélateur du ciel.

Synaxaire
Le 1er Janvier, nous fêtons la Circoncision selon la chair de notre Seigneur, Dieu et Sauveur Jésus Christ.
Le Christ est circoncis, la Loi est retranchée,
afin qu'après la Loi la Grâce nous échée.
Ce même jour, mémoire de notre Père dans les saints Basile le Grand, archevêque de Césarée en Cappadoce.
Bien que mourant, Basile vit dans le Seigneur;
de lui-même en ses livres survit le meilleur.
L'impérissable gloire au ciel te fut donnée
en Janvier, saint Basile, la prime journée.
Par ses saintes prières, ô notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen.

Ode 7
« Les Jeunes Gens, méprisant le culte impie * de la statue d'or élevée * dans la plaine de Doura, * au milieu des flammes psalmodiaient, * couverts d'une fraîche rosée: * Béni sois-tu, Dieu de nos Pères! »
Splendide et pleine de clarté * est la naissance du Christ * qui nous montre aussi en ce jour * le mystère du renouveau en l'avenir, * car selon la Loi le Sauveur est circoncis * non comme Dieu mais en mortel, accomplissant la Loi.
Le Créateur, pour accomplir sa propre Loi, * vient se soumettre en ce jour * à la circoncision de la chair, * retranchant ainsi l'hiver du péché * et nous permettant de lui chanter: * Béni sois-tu, Dieu de nos Pères!

*

L'image du Père, c'est le Fils * et celle du Fils, c'est l'Esprit saint; * et toi, Basile, tu es le pur miroir de l'Esprit, * la demeure de l'entière Trinité; * bienheureuse est ta mémoire, et qui la glorifie * se voit comblé de gloire en retour.
Ayant plongé ton esprit, Basile, * dans les insondables profondeurs de Dieu * et cueilli la science comme perle de grand prix, * tu enrichis l'univers de sagesse * et lui appris à proclamer: * Béni sois-tu, Dieu de nos Pères!
Trésor des pauvres, père des orphelins, * protecteur des veuves, consolateur des affligés, * saint Basile, tu fus aussi * le gouvernail des fortunés, * le pédagogue des jeunes, le bâton des vieillards, * et pour les Moines un modèle de vertu.
Basile et Grégoire, couple saint * qui avez uni d'un même souffle votre esprit * pour ne former qu'une âme en vos corps * indissolublement dans l'amour divin, * intercédez à présent * auprès du Christ pour votre troupeau.
Basile, ayant purifié ton cœur * de toute souillure d'ici-bas, * grâce à l'Esprit que tu aimais * tu sondas le domaine de l'Esprit; * et, chantant la Trinité, en ami tu t'écriais: * Béni sois-tu, Dieu de nos Pères!
Moïse sur la montagne du Sinaï, * t'a vue d'avance, Vierge pure, comme un buisson * portant sans brûlure l'évidente splendeur * de l'ineffable nature de Dieu * unie à l'épaisseur de notre chair * et demeurant en ses personnes un seul Dieu.
« Les nobles Jeunes Gens se promenant * dans la fournaise de feu * restèrent sains et saufs sous un souffle de fraîcheur, * protégés par l'Ange descendu; * au milieu des flammes couverts de rosée, * dans l'action de grâce ils se mirent à chanter: * Seigneur qui plus que tous es digne de nos chants, * tu es béni, Dieu de nos Pères. »
« Dans le fleuve il a brûlé la tête des dragons, * celui qui apaisa le gigantesque feu * de la fournaise où se trouvaient les Jeunes Gens; * et l'indélébile noirceur due au péché, * il la nettoie sous la rosée de l'Esprit. »

Ode 8
« Celui dont l'ineffable sagesse a créé tout l'univers, * le Verbe de Dieu qui le conduisit * du non-être à l'existence, * toutes ses œuvres, bénissez-le comme Seigneur. »
Le huitième jour le Maître est circoncis comme un enfant * et reçoit le nom de Jésus; * car il est vraiment * le Sauveur et Seigneur du monde.
Au huitième jour de la naissance du Christ * est unie, comme il se doit, * la mémoire glorieuse du Pontife saint: * la célébrant avec foi, nous chantons le Seigneur.

*

Celui dont l'ineffable providence nous donna * en ce monde Basile, lumière de la foi, * pour claironner la connaissance de Dieu, * toutes ses œuvres, bénissez-le comme Seigneur.
Celui qui dans l'abondance de ses dons * fit du sage Basile son habitation * et par lui fut annoncé fidèlement, * toutes ses œuvres, bénissez-le comme Seigneur.
Nous qui sans cesse, Basile, jouissons * de tes discours divins, * célébrant ta mémoire, nous chantons: * Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur.
Sur le monde, Basile, tu répandis * les rayons de tes discours illuminant * notre culte de la Trinité consubstantielle, * chantant: Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur.
Le Dieu et Verbe intemporel * issu du Père avant les siècles et se levant * de la Vierge en ces temps ultimes, * toutes ses œuvres, bénissez-le comme Seigneur.
«Mystère inouï que la rosée * jaillissant à Babylone dans le feu! * Mais les flots du Jourdain à leur tour * devaient accueillir le feu de la divinité * et couvrir le Créateur baptisé dans sa chair, * que les peuples bénissent et exaltent dans tous les siècles. »
« La création connaît la liberté: * les enténébrés deviennent fils de la clarté; * seul gémit le prince des ténèbres; * loin de la misère, l'héritage des nations * bénisse maintenant son Auteur! »

Ode 9
Magnifie, ô mon âme, * la Toute-vénérable, * la Reine des Anges.
« L'astre divin qui avant l'aurore s'est levé * et vécut parmi nous * corporellement, * de tes entrailles virginales * tu lui donnas corps ineffablement: * Vierge bénie et Mère de Dieu, nous te magnifions. »
Magnifie, ô mon âme, * celui qui dans la chair * est circoncis pour accomplir sa propre Loi.
Magnifie, ô mon âme, * celui qui reçoit * la circoncision le huitième jour.
Dépassant les limites de notre humanité, * le Christ naît de la Vierge * surnaturellement * et, comme l'ordonne la lettre de la Loi, * il est circoncis dans la chair, * pour qu'en lui la Loi fût accomplie.
En ce jour le Seigneur * est circoncis dans sa chair * comme un enfant, pour accomplir sa propre Loi.
En ce jour le Seigneur * est circoncis dans sa chair * et reçoit le nom de Jésus.
Venez, célébrons en toute sainteté * la fête onomastique * de notre Maître, le Christ; * car en ce jour * il reçoit divinement le nom de Jésus; * magnifions aussi la mémoire du Pontife sacré.

*

Magnifie, ô mon âme, * le sommet des Pontifes, * Basile le Grand.
Magnifie, ô mon âme, * l'archevêque de Césarée, * Basile le Grand.
Basile, en fidèle brebis * du Christ, suprême Pasteur, * tu suivis ses traces porteuses de vie; * car tu livras ton âme entre les mains du tyran, * bienheureux Père, en t'exposant au danger * pour l'Eglise noblement.
Magnifie, ô mon âme, * le splendide luminaire * qui éclaire le monde habité.
Magnifie, ô mon âme, * celui qui orna de splendeur * la sainte Eglise du Christ.
Voyant la très-sainte Eglise du Christ * parée de la splendeur * de ton pontificat, * le funeste tyran tomba foudroyé, * Basile, car il ne put supporter * l'Esprit saint que tu faisais resplendir.
A la place de: Gloire au Père ...
Magnifie, ô mon âme, * le Dieu en trois personnes, * l'indivisible majesté.
Basile, tu fus digne de partager * la chaire des Apôtres et le chœur des saints Martyrs, * la tente des Patriarches, * l'allégresse des Prophètes et les délices des Saints, * car tu vénéras la Mère de Dieu * et servis la très-sainte Trinité.
A la place de: Maintenant ...
Magnifie, ô mon âme, * celui qui nous rachète * de l'antique malédiction.
Celui qui bâtit ses chambres hautes sur les eaux, * qui assèche les abîmes et fait trembler la mer, * Vierge pure, le seul Seigneur, * ayant pris chair de ton sein, * quitte Bethléem pour rejoindre le Jourdain * et s'y faire baptiser en sa chair.
« Toute langue hésitera * à prononcer l'éloge digne de toi * et l'esprit le plus subtil éprouve le vertige * à te chanter, Mère de Dieu; * mais dans ta bonté reçois l'hommage de notre foi * et l'élan de notre amour qui monte vers toi, * car tu es la protectrice du peuple chrétien: * nous te magnifions. »
« Merveille qui dépasse tout esprit, * ton enfantement, Epouse immaculée; * par toi, Mère bénie, ayant trouvé le salut, * nous t'offrons un chant d'action de grâces mérité * et comme Bienfaitrice t'acclamons. »

Exapostilaire (t. 3)
Dans ton amour de la sagesse, tu as circoncis * le voile de ton âme, Père saint, * et tes miracles ont fait de toi * un vrai soleil pour le monde; * tu éclairas les âmes des croyants, * pontife inspiré, initiateur de la sainte Trinité, * sage Basile, qui vénérais la Mère de Dieu.
En sa chair il est circoncis, * celui qui accomplit la Loi comme enfant de huit jours; * le Créateur des siècles est enveloppé * dans ses langes de mortel, * et le voici nourri de lait, * le Dieu qui maintient l'univers par sa toute-puissance * et le dirige selon sa volonté.

Laudes, t. 5
Il souffre la circoncision dans sa chair, * celui que le Père engendre sans déchirure ni flux * comme Verbe de façon ineffable * et comme Dieu né de Dieu * demeure éternellement * dans l'immuable divinité; * et puisqu'il se conforme à la Loi, * celui qui la transcende nous sauve tous de la malédiction de la Loi * et nous offre la bénédiction céleste. * Aussi, célébrant la suprême bonté de sa condescendance, nous le chantons * et pleins de reconnaissance le glorifions, * implorant de lui pour nos âmes la grâce du salut.
Devenu fils de Dieu par adoption * en la seconde naissance du Baptême divin, * tu confessas le Fils et Verbe de Dieu * avant les siècles consubstantiel et coéternel * au Père en vérité par nature, * Vénérable, et par la splendeur de tes discours * tu fermas les bouches indiscrètes des impies hérétiques; * aussi tu habitas le royaume d'en-haut, * régnant avec celui qui par nature est l'unique souverain, * le Christ qui dans sa largesse de roi * accorde au monde la grâce du salut.
A l'intérieur du saint temple des cieux * tu t'avanças en pontife sacré, * ayant mis comme ornement la pratique des vertus * et la divine contemplation, * ces principes de sagesse; et maintenant, * Vénérable, à l'autel d'en-haut comme prêtre célébrant * l'immatérielle liturgie en présence de Dieu, * Basile, pontife bienheureux, * souviens-toi, dans ton immense compassion, * de ceux qui vénèrent ta mémoire sacrée * et intercède pour nous auprès du Christ * qui donne au monde la grâce du salut.
Dès l'enfance entièrement consacré * et dédié totalement au Seigneur, * illuminé par les rayons d'une sagesse qui transcende tout savoir, * tu éclairas la connaissance des êtres: * tu expliquas brillamment et tu décrivis sagement * le bon ordre des êtres et posas les fondements d'une plus profonde théologie; * aussi te proclamant comme divin prédicateur et docteur, * flambeau qui sur l'Eglise répand sa clarté, * nous chantons le Christ qui donne au monde la grâce du salut.
Gloire au Père, t. 6
La grâce fut répandue sur tes lèvres, * vénérable Père, et tu devins * pasteur de l'Eglise du Christ, * enseignant aux brebis spirituelles * la foi en l'unique divinité * de la Trinité consubstantielle.
Maintenant, t. 8
Le Sauveur dans sa condescendance a bien voulu * se laisser envelopper de langes comme un enfant * par amour pour le genre humain; * il n'a pas dédaigné la circoncision de la chair, * celui qui, par sa Mère ayant l'âge de huit jours, * par son Père est éternel et sans début. * Fidèles, à haute voix disons-lui: * Tu es notre Dieu, prends pitié de nous.

Grande doxologie.
Tropaires du Saint et de la fête. Litanies et Congé.

Si le Supérieur le désire, les frères reçoivent une onction avec l'huile sainte de la lampe de saint Basile, tandis qu'on chante les stichères de la Litie.

Si ce jour tombe un dimanche:
Le samedi soir à Vêpres: Premier cathisme Bienheureux l'homme. Au Lucernaire: 3 stichères dominicaux du ton, 3 de la fête, 4 du Saint. Gloire au Père: du Saint. Maintenant: dogmatique du ton. Entrée, prokimenon et les 3 lectures.
Apostiches de l'Octoèque. Gloire au Père: du Saint. Maintenant: de la fête. Tropaire du ton, du Saint et de la fête (s'il y a artoclasie, tropaire du Saint, 2 fois, et Réjouis-toi, 1 fois).
A Matines: Tropaire du ton, 2 fois, puis du Saint et de la fête. Cathisme du ton. Evangile du dimanche avant l'Epiphanie. Evloghitaria de la Résurrection. Canons du ton, de la fête et du Saint. Catavasies de la Théophanie. Après la 3e et la 6e odes, du Ménée. A la 9e ode on chante Plus vénérable. Exapostilaires du ton, du Saint et de la fête. A Laudes, 4 stichères du ton et 4 du Saint. Gloire: Eothinon, Maintenant: Tu es toute-bénie. Grande doxologie. Tropaire de la Résurrection. Litanies et Congé.
Dernière édition par Monique le mer. 12 déc. 2007 17:02, édité 1 fois.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Office d'action de grâces pour le début de l'année civile

Message par Monique » mer. 12 déc. 2007 10:41

Office d'action de grâces pour le début de l'année civile

Dans les Eglises qui suivent l'ancien style, cet office est célébré le 1er Janvier du nouveau calendrier (19 Décembre) et l'on se met à genoux pour la prière qui précède le Te Deum.

P. Béni soit notre Dieu en tout temps, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.
L. Amen. Trisagion et Prière du Seigneur.
P. Car à toi appartiennent le règne, la puissance et la gloire ...
L. Amen. Kyrie eleison (12 fois). Gloire au Père ... Maintenant ... Venez, adorons, prosternons-nous devant Dieu, notre Roi.
Venez, adorons, prosternons-nous devant le Christ, notre Roi et notre Dieu.
Venez, adorons, prosternons-nous devant le Christ lui-même, notre Roi et notre Dieu.

Psaume 64
A toi revient la louange, ô Dieu, dans Sion et l'hommage t'est rendu à Jérusalem. Exauce ma prière: jusqu'à toi viendra toute chair. Les paroles des pécheurs sont plus fortes que nous, mais toi, tu effaces nos impiétés. Heureux celui que tu as élu, celui que tu as pris, Seigneur, avec toi: il demeure en tes parvis. Rassasions-nous des biens de ta maison: saint est ton temple, merveille de justice. Exauce-nous, ô Dieu notre Sauveur, espoir des extrémités de la terre et de qui se trouve au loin sur la mer; toi qui maintiens les montagnes par ta force, qui te ceins de puissance, qui agites les flots de la mer et soulèves ses ondes avec fracas. Les peuples sont en rumeur; pris d'effroi devant tes prodiges, ceux qui vivent aux confins. Tu combles de tes délices les portes du matin et du soir. Tu visites la terre et tu l'abreuves, tu la combles de richesses; le fleuve de Dieu regorge d'eau, tu prépares la nourriture pour ton peuple. Ainsi tu prépares la terre, tu arroses ses sillons; tu multiplies ce qui germe en son sein, sous tes averses elle croît dans l'allégresse et la joie. Sur la couronne de l'année tu répands les bienfaits de ta bénédiction; les traces de tes pas distillent l'abondance. Les pacages du désert ruissellent d'eau, les collines sont bordées d'allégresse. Les prairies se revêtent de troupeaux, les vallées se drapent de froment; alors retentissent les cris de joie et les chansons.
Gloire au Père ... Maintenant ...
Alléluia, alléluia, alléluia, gloire à toi, ô Dieu (3 fois).

Litanie
D. En paix prions le Seigneur. Ch. Kyrie eleison.
Pour la paix qui vient d'en haut et pour le salut de nos âmes prions le Seigneur.
Pour la paix du monde entier, la prospérité des saintes Eglises de Dieu et pour l'union de tous prions le Seigneur.
Pour ce saint temple et pour ceux qui y pénètrent avec foi, respect et crainte de Dieu prions le Seigneur.
Pour notre archevêque (ou évêque) N., pour l'ordre vénérable des prêtres, pour les diacres qui servent dans le Christ, pour tout le clergé et le peuple prions le Seigneur.
Pour tous les chrétiens fidèles et orthodoxes prions le Seigneur.
Pour cette ville (ou ce village ou ce saint monastère), pour toute ville et village, le pays tout entier et les fidèles qui y demeurent prions le Seigneur.
Pour qu'il accueille avec bonté notre présente action de grâces et la prière de ses indignes serviteurs à son autel céleste et qu'il nous prenne en pitié, prions le Seigneur.
Pour que nos prières lui soient agréables et qu'il nous pardonne ainsi qu'à tout son peuple toutes nos fautes volontaires et involontaires commises l'an passé, prions le Seigneur.
Pour qu'il bénisse le début et le cours de cette année dans la grâce de son amour pour les hommes, qu'il nous accorde des jours de paix, un temps favorable, une vie sans péché, dans la santé et l'abondance, prions le Seigneur.
Pour qu'il détourne de nous sa colère, qu'ont méritée nos péchés, prions le Seigneur.
Pour que nous échappions à toute passion funeste pour nos âmes, à tout vice malsain, et que sa crainte divine soit plantée dans nos cœurs pour l'accomplissement de ses préceptes, prions le Seigneur.
Pour qu'en nos cœurs se renouvelle l'esprit de droiture, que nous soyons affermis dans la vraie foi et nous empressions d'accomplir les bonnes œuvres et de suivre tous ses préceptes, prions le Seigneur.
Pour que disparaisse toute hérésie et apostasie, que partout s'implante la vraie doctrine et la piété, que tous ceux qui ont perdu la foi reviennent à la connaissance de la vérité et s'unissent à la sainte Eglise, prions le Seigneur.
Pour que la sainte Eglise et nous tous, nous soyons délivrés de tout mal, de tout danger, de toute inquiétude, de tous les ennemis visibles et invisibles; et pour que ses fidèles soient sans cesse gardés en paix, en santé, en longévité, sous la protection de ses Anges, prions le Seigneur.
Protège-nous, sauve-nous, aie pitié de nous et garde-nous, ô Dieu, par ta grâce.
Faisant mémoire de notre Dame, la très-sainte, très-pure, toute bénie et glorieuse Mère de Dieu et toujours-vierge Marie, ainsi que de tous les Saints, confions-nous nous-mêmes, les uns les autres, et toute notre vie au Christ notre Dieu.
Ch. A toi, Seigneur.
P. Car à toi reviennent toute gloire, tout honneur et toute adoration, Père, Fils et saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.
Ch. Amen.

t. 4 Le Seigneur est Dieu, il nous est apparu, béni soit celui qui vient au nom du Seigneur.
Versets 1: Rendez grâce au Seigneur, car il est bon, car éternel est son amour. 2: Toutes les nations m'ont entouré, au nom du Seigneur je les ai repoussées. 3: C'est là l'œuvre du Seigneur, une merveille à nos yeux.

Tropaire, t. 4
Dans l'action de grâces pour tes immenses bienfaits envers nous, tes indignes serviteurs, * te glorifiant, Seigneur, nous te louons, nous te disons notre gratitude et te bénissons, * nous chantons et magnifions la tendresse de ton cœur * et t'exprimons notre amour en disant: * Bienfaiteur et Sauveur, gloire à toi.
Gloire au Père, t. 3
Ayant joui, Seigneur, de tes bienfaits * et de tes dons gratuits, comme d'inutiles serviteurs, * de tout cœur nous accourons vers toi * pour te dire notre gratitude autant qu'il se peut * et, te glorifiant comme Créateur et Bienfaiteur, * nous te chantons: ô notre Dieu plein de tendresse, gloire à toi.
Maintenant, t. 2
Auteur de l'entière création * qui as soumis à ton pouvoir les moments et les temps, * bénis la couronne de l'année * que ta bonté nous donne de commencer; * garde en paix le peuple fidèle qui t'appartient * et par l'intercession de ta Mère, Seigneur, sauve-nous.

D. Soyons attentifs! P. Paix à tous.
Ch. Et à ton esprit. D. Sagesse! soyons attentifs!

Prokimenon, t. 4: Je chanterai pour le Seigneur, mon bienfaiteur, * et jouerai pour le nom du Seigneur, le Très-Haut. Verset: Mon cœur exulte d'allégresse en ton salut.

Lecture de la première épître du saint apôtre Paul à Timothée
(2,1-6)
Mon enfant Timothée, je recommande avant tout qu'on fasse des demandes, des prières, des supplications, des actions de grâces pour tous les hommes, pour les rois et pour tous ceux qui détiennent l'autorité, afin que nous puissions mener une vie calme et paisible, en toute piété et dignité. Cela est bon et agréable aux yeux de Dieu notre Sauveur, qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. Car Dieu est unique, unique aussi le médiateur entre Dieu et les hommes, le Christ Jésus, qui est homme lui-même et pour tous s'est livré en rançon. A lui honneur et gloire dans les siècles des siècles. Amen.

P. Paix à toi qui as lu.
L. Et à ton esprit.
D. Sagesse!
L. Alléluia, alléluia, alléluia.
D. Et pour qu'il nous soit donné d'écouter dignement le saint Evangile, prions le Seigneur notre Dieu. Ch. Kyrie eleison (3 fois).
D. Sagesse, debout! écoutons le saint Evangile.
P. Paix à tous. Ch. Et à ton esprit. Le Prêtre lit l'Evangile.

Lecture du saint Evangile selon saint Luc
(4, 16-22)
Ch. Gloire à toi, Seigneur, gloire à toi. D. Soyons attentifs!
En ce temps-là, Jésus vint à Nazareth, où il avait été élevé, et selon sa coutume il entra dans la synagogue le jour du sabbat. Il se leva pour faire la lecture, et on lui remit le livre du prophète Isaïe; déroulant le livre, il trouva le passage où il est écrit: «L'Esprit du Seigneur est sur moi, car il m'a consacré par l'onction, il m'a envoyé porter la bonne nouvelle aux pauvres, panser les cœurs meurtris, annoncer aux captifs la délivrance, aux aveugles la vue, proclamer une année de grâce du Seigneur.» Ensuite il roula le livre, le remit au serviteur et s'assit; et tous ceux qui se trouvaient dans la synagogue avaient les regards fixés sur lui. Alors il se mit à leur dire: Cette parole de l'Ecriture que vous venez d'entendre s'accomplit aujourd'hui. Et tous lui rendaient témoignage: ils étaient en admiration devant les paroles pleines de grâce qui sortaient de sa bouche.
Ch. Gloire à toi, Seigneur, gloire à toi.

Le Diacre dit la litanie. Le Chœur répond par un triple Kyrie eleison.
Disons tous de toute notre âme et de tout notre esprit disons:
Seigneur tout-puissant, Dieu de nos Pères, nous t'en prions, écoute et prends pitié.
Aie pitié de nous, ô Dieu, dans ton immense miséricorde, nous t'en prions, écoute et prends pitié.
Nous te prions encore pour notre archevêque (ou évêque) N. et pour tous nos frères dans le Christ.
Nous te prions encore pour notre roi N., pour toute sa maison royale, pour les autorités de ce pays et pour tous les chrétiens fidèles et orthodoxes.
Avec crainte et tremblement à cause de notre indignité, rendant grâce à ta miséricorde, Maître, Sauveur et Seigneur, pour les bienfaits qu'en abondance tu as répandus sur nous, tes serviteurs, nous nous prosternons devant toi notre Dieu, nous t'offrons notre louange et te crions humblement: délivre de tout mal tes serviteurs et sans cesse, dans ta compassion, comble-nous de tes biens selon notre désir; nous t'en supplions ardemment, écoute et prends pitié.
Bénis de ta grâce la couronne de la nouvelle année et fais cesser pour nous toute hostilité, désordre ou guerre civile; accorde-nous la paix, une ferme et sincère charité, le bon ordre et la dignité, une vie remplie de bonnes œuvres; nous t'en prions, Seigneur très-bon, écoute et prends pitié.
Puisses-tu ne pas te souvenir de nos innombrables iniquités ni des actions mauvaises que nous avons commises l'an passé, et ne pas nous châtier selon nos œuvres, mais dans ta miséricorde et ta compassion te souvenir de nous, Seigneur de tendresse, nous t'en prions, écoute et prends pitié.
Accorde-nous, tôt ou tard, les pluies en leur saison, la rosée féconde, les vents modérés, le climat favorable et l'ardeur du soleil, Seigneur de tendresse, nous t'en prions, écoute et prends pitié.
Souviens-toi de ta sainte Eglise, pour l'affermir, la fortifier, l'agrandir et la pacifier; garde-la pour les siècles sans faille devant la puissance de l'Enfer et l'assaut des ennemis visibles et invisibles, Seigneur tout- puissant, nous t'en prions, écoute et prends pitié.
Au cours de l'année qui vient et tous les jours de notre vie, délivre-nous de la famine, des épidémies, des tremblements de terre, des inondations, de la grêle, des incendies, des invasions et de la guerre civile, de toute blessure mortelle, de toute affliction et de tout inquiétude, Seigneur de tendresse, nous t'en prions, écoute et prends pitié.

Le Prêtre:
Exauce-nous, Dieu notre Sauveur, espoir des extrémités de la terre et de qui se trouve au loin sur la mer; sois indulgent, ô Maître, pour nos péchés et prends pitié de nous, car tu es un Dieu plein de miséricorde et d'amour pour les hommes, et nous te rendons gloire, Père, Fils et saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

Ch. Amen. D. Prions le Seigneur. Ch. Kyrie eleison.
Le Prêtre:
Maître et Seigneur notre Dieu, source de vie et d'immortalité, auteur de toute la création visible et invisible, qui as soumis à ton pouvoir les temps et les années, et diriges l'univers par la sagesse et la suprême bonté de ta providence, nous te rendons grâces pour les bienfaits dont tu nous as comblés dans les jours passés de notre vie; et nous t'en prions, Seigneur de tendresse, bénis de ta grâce la couronne de l'année qui commence. Du haut du ciel accorde tes biens à tout ton peuple: santé, salut et prospérité. Délivre ta sainte Eglise, cette ville et ce pays de toute adversité, et donne-leur la paix et la tranquillité. Père éternel, avec ton Fils unique et ton très-saint, bon et vivifiant Esprit, Dieu qu'en l'unité de nature nous glorifions, rends-nous dignes de t'offrir en tout temps notre action de grâces et de chanter pour ton nom très-saint:
Gloire à toi, ô Dieu, notre Bienfaiteur, dans les siècles des siècles.
Ch. Amen.

Et l'on chante la grande Doxologie, ou bien ce Te Deum, œuvre de saint Ambroise, évêque de Milan.

Te Deum
A toi, notre Dieu, la louange de nos chants, * à toi notre action de grâces, Seigneur.
Père d'avant les siècles, c'est toi * que la terre entière magnifie. A toi tous les Anges du ciel * et toutes les puissances d'en-haut, A toi les Chérubins, les Séraphins * crient sans que cesse leur voix: Saint, saint, saint, Seigneur Dieu Sabaoth, * de ton immense gloire sont remplis la terre et les cieux.
L'illustre chœur des Apôtres, * le vénérable groupe des Prophètes Te chantent en l'éclatante compagnie des Martyrs * et la sainte Eglise te confesse par tout l'univers,
Père d'immense majesté * avec ton véritable, unique Fils Digne de toute adoration * et l'Esprit saint consolateur.
Tu es le Roi de gloire, ô Christ, * du Père tu es le Fils éternel. Prenant l'humanité pour la sauver, * tu n'as pas dédaigné le sein virginal.
Ayant brisé l'aiguillon de la mort, * tu ouvris aux croyants le royaume des cieux.
Assis à la droite du Père en sa gloire, * tu reviendras comme juge, nous le croyons.
Viens en aide à tes serviteurs, nous t'en prions, * que tu rachetas au prix de ton sang.
Rends-les dignes de régner * en la gloire éternelle avec tes Saints. Sauve, Seigneur ton peuple et bénis ton héritage, * conduis-le, exalte-le dans les siècles.
Chaque jour nous te bénissons, louant ton nom * toute l'éternité et dans les siècles des siècles.
Daigne, Seigneur, en ce jour nous garder sans péché, * pitié pour nous, Seigneur, pitié pour nous.
Vienne sur nous ta miséricorde, Seigneur, * comme sur toi repose notre espoir.
En toi notre espérance, Seigneur: * puissions-nous ne pas rougir dans les siècles. Amen.

D. Sagesse! P. Très-sainte Mère de Dieu ... Ch. Plus vénérable ... P. Gloire à toi ... Ch. Gloire au Père ... P. Que le Christ notre vrai Dieu ... Puis on chante les souhaits de longues années aux autorités ecclésiastiques et civiles.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

2 janvier

Message par Monique » mer. 12 déc. 2007 11:51

2 JANVIER

Avant-fête de l'Epiphanie; et mémoire de notre
Père dans les saints Sylvestre, pape de Rome.


Pour la mémoire de notre vénérable Père Séraphim de Sarov voir son office au 19 Juillet.


VEPRES

Lucernaire, t. 4

Entonnons pieusement * des chants d'avant-fête en l'honneur * du Baptême sacré de notre Dieu; * il doit en effet s'approcher * de son Précurseur en sa chair humaine * et lui demander le Baptême du salut * pour recréer tous les fidèles qui recevront * la sainte illumination et leur part de l'Esprit.
Le Christ est révélé, * Dieu se manifeste clairement, * comme d'avance David l'avait écrit; * il s'approche du serviteur, * lui demandant de le baptiser; * fleuve Jourdain, sois au comble de la joie; * montagnes et collines, terre et mer, bondissez, * cœurs des hommes, exultez en recevant la clarté spirituelle.
Toi le fleuve de paix * et, selon l'Ecriture, le torrent * des délices, Seigneur tout-puissant, * comment le fleuve t'accueille en ses eaux, * lorsque tu entres sans vêtement, * toi qui habilles les cieux de nuages * et mets à nu la perversité de l'ennemi * pour donner aux mortels l'incorruptible vêtement?
t. 8
Père Sylvestre, pontife de Dieu, * l'éclat du sacerdoce t'éclairant, * tu illuminas les fidèles de tes clairs enseignements, * pour qu'ils adorent en trois personnes l'unique divinité; * et tu chassas les ténèbres des hérésies; * aussi nous fêtons en ce jour dans l'allégresse * ta mémoire porteuse de clarté.
Père Sylvestre, porteur de Dieu, * tu apparus en colonne de feu * précédant saintement la multitude sacrée; * tu fus aussi la nuée d'ombre dérobant * à l'erreur les croyants de l'Egypte * et les faisant passer vers la terre de Dieu * chaque jour par tes infaillibles enseignements; * c'est pourquoi nous vénérons ta mémoire sacrée.
Père Sylvestre, héraut de Dieu, * sous les flots de tes prières tu étouffas * irrémédiablement par tes miracles sacrés * le dragon aux formes variées; * tu conduisis la multitude des païens vers Dieu, * tu renversas jusqu'à terre l'arrogance des Hébreux, * opérant en leur présence des prodiges étonnants; * aussi, te vénérant, nous te disons bienheureux.
Gloire au Père …Maintenant, t. 6
Le Christ, la vérité, * vient au Jourdain se faire baptiser * par saint Jean qui lui dit: * C'est moi qui ai besoin d'être baptisé par toi * et c'est toi qui viens à moi? * moi, le chaume, je n'ose toucher au feu; * Maître, sanctifie-moi par ta divine épiphanie.

Apostiches, t. 1
Lumineuse était la fête passée, * plus encore l'est celle qui vient; * la première avait un Ange pour l'annoncer, * la seconde, un Précurseur pour l'apprêter. * En l'une, par le sang versé, * Bethléem gémit, privée d'enfants; * en l'autre les eaux sont bénies * et les fonts baptismaux font renaître de nombreux fils. * Alors, une étoile te révéla aux savants, * maintenant, le Père te montre à l'univers. * Sauveur qui as pris chair et qui viens à présent * te manifester clairement, Seigneur, gloire à toi.
t. 2
Je me souviendrai de toi depuis la terre du Jourdain et de l'Hermon.
Jésus se purifie dans le Jourdain * ou plutôt nous purifie de nos péchés; * il marche vers son Baptême en effet * dans le but d'effacer la cédule écrite contre Adam * et il dit à l'adresse de Jean: * Baptiste, empresse-toi de servir * l'étrange mystère à son début, * hâte-toi de tendre la main, * touche la tête de celui * qui écrase la tête du dragon * pour ouvrir le Paradis * que la faute a fermé par ruse du serpent * lorsque le fruit de l’arbre fut jadis goûté.
t. 3
Les eaux te virent, Ô Dieu, les eaux te virent et furent en émoi,
Lumineuse était la fête passée, * plein de gloire est le jour s'approchant: * en l'une les Mages ont adoré le Sauveur, * en l'autre un serviteur choisi baptise le Seigneur; * là, des bergers passant la nuit dans les champs * ont vu et admiré l'unique Fils * qu'ici le Père proclame de sa voix.
Gloire au Père … Maintenant …
Venez, tous les fidèles, quittant la Judée, * traversons le désert du Jourdain * pour y voir en ce jour celui qui est apparu pour nous dans la chair * demander le Baptême dans les flots du Jourdain * et le Baptiste s'y refuser et lui dire plein d'effroi: * De ma main terrestre je n'ose toucher le feu divin; * la mer s'est enfuie, le Jourdain a reculé, Sauveur, devant toi: * comment étendrai-je la main sur le chef qui fait trembler les Séraphins? * Le Jourdain se retira * lorsqu'il reçut d'Elisée le manteau d'Elie: * ne va-t-il pas tomber dans l'abîme et le chaos * en te voyant sans vêtement dans ses flots? * ne va-t-il pas me brûler, * rendu bouillant au contact de ton feu? * Mais le Jourdain dit à Jean: * Baptiste, que tardes-tu à baptiser mon Seigneur? * Pourquoi donc empêcher la purification de tant de gens? * Il a déjà sanctifié l'entière création: * laisse-le me sanctifier moi aussi, * ainsi que la nature des eaux; * n'est-ce pas pour cela même qu'il s'est manifesté?

Tropaires, t. 4
La justice de tes œuvres a fait de toi * pour ton troupeau une règle de foi, * un modèle de douceur, * un maître de tempérance; * c'est pourquoi tu as obtenu par ton humilité l'exaltation * et par ta pauvreté la richesse. * Sylvestre, pontife sacré, * prie le Christ notre Dieu * de sauver nos âmes.
Gloire au Père … Maintenant ...
Prépare-toi, Zabulon, * pare-toi, Nephtali; * fleuve du Jourdain, arrête-toi, * accueille avec allégresse le Maître qui vient se faire baptiser. * Adam et Eve, exultez, * ne vous cachez plus comme jadis au Paradis; * car, vous voyant nus, le Seigneur s'est montré * pour vous revêtir du premier vêtement. * Le Christ se manifeste pour renouveler l'entière création.


COMPLIES

Triode, avec l'acrostiche: Le second jour, et Dyode, avec l'acrostiche: Le troisième jour.

Ode 1, t. 2
« Houleuse et infranchissable était la mer, * mais Dieu lui ordonna de s'abaisser * pour y conduire à pied sec le peuple d'Israël: * Chantons le Seigneur, * car il s'est couvert de gloire. »
L'ineffable condescendance du Sauveur * a lui sur le monde lorsque la Vierge l'a fait briller; * maintenant le Christ lui-même vient * accomplir un autre mystère au Jourdain * pour la seconde naissance des mortels.
Maintenant la Voix du Verbe, le Précurseur, * pour servir son œuvre redoutable vient au Jourdain, * car le Christ en la richesse de sa divinité * à travers l'Esprit veut enrichir * par le don du Baptême le pauvre Adam.

Ode 8
« Le septuple feu, sans cesse alimenté, * recula tout tremblant devant les nobles Jeunes Gens * dont le corps reflétait la pureté du cœur; * et l'ardente flamme s'affaiblit au chant de l'hymne éternelle: * Chantez le Seigneur, toutes ses œuvres, * exaltez-le dans tous les siècles. »
En vous je reconnaîtrai mes instruments de choix * lorsque la marque de mon don en vous sera scellée * dans l'éclat baptismal de la triple clarté, * dit le Christ aux cœurs appesantis, * et pour cela je vais vous accorder * la voie nouvelle du salut, la liberté et la vie.
Le Précurseur dit au Rédempteur: * Ce qui s'accomplit en toi est à l'inverse de l'ordre naturel; * d'ordinaire c'est l'inférieur qui est béni du supérieur; * aussi je crains de poser la main sur ton chef, * car il ne convient pas au chaume d'approcher le feu; * sanctifie plutôt ton serviteur.

*

Pour avoir méprisé l'ordre du tyran
Rejetant l'indolence et le sommeil, * tenons nos âmes éveillées * et, pour celui qui dans les eaux * vient les purifier, nous chanterons: * Toutes les œuvres du Seigneur, bénissez le Seigneur.
Qu'en la plus haute contemplation * ne nous manque pas la pratique des vertus, * afin qu'en l'une et l'autre resplendissant * nous chantions pour qui nous purifie: * Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur.
L'ayant fait doublement fructifier * par la pratique des vertus, * dans la foi, comme fidèles serviteurs, * portons notre talent à qui nous l'a donné, * le Maître qui vient se faire baptiser pour le renouveau.
« Pour avoir méprisé l'ordre du tyran, * les trois nobles Jeunes Gens * furent mis dans la fournaise, * mais ils chantèrent pour rendre gloire à Dieu: * Toutes les œuvres du Seigneur, bénissez le Seigneur. »

Ode 9
« Par toi, Ô Christ, fut magnifiée * la Mère de Dieu qui t'enfanta: * de son sein, Ô notre Créateur, * tu as pris chair pour souffrir comme nous, * mais tu as effacé nos péchés * et nous qui d'âge en âge la disons bienheureuse, nous te magnifions. »
Rejetant la souillure des passions, * recevons dignement * la parfaite connaissance du Baptême divin, * car le Créateur, en se laissant plonger dans les eaux, * vient nous accorder la merveilleuse purification * et montre à tous la nouvelle condition.
Regardant vers le Christ qui s'humilie * volontairement jusqu'à prendre la forme du serviteur, * humilions-nous maintenant * sous sa puissante main, * nous élevant en esprit pour honorer * par nos œuvres pures celui qui est baptisé.

*

Toi dont le sein put contenir
Rejetant la pesante souillure du péché, * montrons-nous en toute pureté * au Maître qui dans les flots divins nous purifie.
Nous purifiant dans le flot de nos pleurs, * venez, approchons-nous du Christ * qui vient se faire baptiser dans le Jourdain.
Ayant fêté ta Naissance avec les Mages et les Bergers, * nous t'honorons maintenant qui viens te faire baptiser: * Sauveur, accueille nos chants.
« Toi dont le sein put contenir le Dieu infini * et nous enfanta la Joie de l'univers, * nous te chantons, Vierge Mère de Dieu. »


MATINES

Cathisme I, t. 1
Ami des hommes, Jésus, revêtant ma pauvreté, * tu es venu te mêler aux gens de ta maison * et demander à l'un de tes serviteurs * d'être baptisé par lui; * aussi, te voyant, Jean s'écria: * Comment te baptiserai-je, impeccable Seigneur et suprême bonté?
En sa bonté, le Christ va venir * vers le cours du fleuve Jourdain * pour recréer par la grâce notre nature dans ses flots. * Divin Précurseur, reçois-le plein de joie * et baigne dans les eaux celui qui l'a voulu ainsi, * le seul Ami des hommes, Jésus.

Cathisme II, t. 4
Se faisant pauvre, de riche qu'il était, * dans l'immense tendresse de son cœur * pour nous enrichir, nous que jadis * notre intempérance avait appauvris, * le Seigneur va venir aux eaux du Jourdain * pour être baptisé devant tous par saint Jean. * Fidèles, chantons sa profonde humilité.
En ce jour s'accomplit la parole d'Isaïe: * Préparez la voie, frayez les chemins du Seigneur, * car voici que la trompette * amie du désert a retenti, * appelant tout homme, comme il est écrit, l'illustre Jean; * aussi, tous ensemble, accourons * et nous verrons les merveilles de Dieu.

Canon d'avant-fête (t. 2), alphabétique à l'exception des hirmi, signé Joseph dans la 9e ode,. puis le canon du Saint (t. 8), avec l'acrostiche: Bienheureux, donne- moi de te chanter avec foi. Joseph.

Ode 1, t. 2
« Houleuse et infranchissable était la mer, * mais Dieu lui ordonna de s'abaisser * pour y conduire à pied sec le peuple d'Israël: * Chantons le Seigneur, * car il s'est couvert de gloire. »
Pressentant la venue du Seigneur, * le divin Précurseur s'avance depuis le désert, * proclamant: La rédemption * s'approche de nous, la voici; * repentez-vous, purifiez-vous dans les eaux.
Je suis plongé dans les flots de mes péchés, * mais toi, Verbe coéternel au Père, tout entier * purifie-moi dans les eaux du repentir, * toi dont le baptême, en ton immense bonté, * donne aux fidèles l'éternelle rédemption.
Terre de Zabulon, resplendis, * selon l'Ecriture, en voyant la lumière sans déclin; * la voici présente dans les flots du Jourdain; * célèbre le suprême Dieu en disant: * Chantons pour le Seigneur qui s'est couvert de gloire.
Le divin prophète et précurseur, * voyant les foules qui l'entouraient, leur disait: * Qui vous a suggéré de vous soustraire à la colère à venir? * Produisez les fruits du repentir * et vous trouverez le salut dans la grâce.
t. 8
« Le bâton que Moïse avait taillé * a séparé l'élément qu'on ne pouvait diviser, * le soleil a vu un sol qu'il n'avait jamais vu, * les eaux ont englouti le perfide ennemi, * Israël est passé par l'infranchissable océan, * tandis qu'on entonnait: Chantons pour le Seigneur, * car il s'est couvert de gloire. »
Sylvestre, devenu par adoption * dans la grâce le fils du Père divin * et par la vie pure que tu embrassas * ayant fait briller ton âme de divine clarté, * tu es parti vers la lumière sans déclin * en disant: Chantons pour le Seigneur, * car il s'est couvert de gloire.
Magnanime, tu dominas les passions * et soumis ta chair à l'Esprit * par tes labeurs ascétiques; * aussi, par excellence devenant * une demeure de la sainte Trinité, * tu humilias les esprits du mal en chantant * pour le Seigneur qui s'est couvert de gloire.
Ayant mis ta confiance en la divine Loi * et brillant par la connaissance de l'Ecriture inspirée, * tu enseignas la vérité * aux philosophes païens, * leur apprenant à confesser le Christ avec le Père et l'Esprit * en disant: Chantons pour le Seigneur, * car il s'est couvert de gloire.
Bienheureux Sylvestre, tu prêchas * l'unique personne du Christ incarné * qui possède double volonté * ainsi que double énergie * et déifie ceux qui lui disent dans la foi: * Chantons pour le Seigneur, * car il s'est couvert de gloire.
Pour réunir les êtres d'en-bas * à ceux d'en-haut, le seul Dieu de l'univers * a pénétré dans les entrailles inépousées; * paru dans la similitude de notre chair * et renversant le rempart de la haine, * il nous a procuré la paix * et nous a donné la vie, la divine rédemption.

Ode 3, t. 2
« Seigneur, affermis nos cœurs en ton amour, * toi qui sur la croix fis disparaître le péché, * et plante la crainte de ton nom * dans les cœurs de ceux qui te louent. »
Le Christ est apparu, disait le Précurseur, * le voici qui marche vers les rives du Jourdain; * hâtons-nous d'aller à sa rencontre * pour être illuminés dans la pureté de nos cœurs.
Cherchant la brebis perdue dans les ravins, * tu vêtis ma pauvreté de ta richesse * et te levas pour être baptisé, * toi l'universelle Rédemption.
Terre et ciel, maintenant dansez de joie, * car le Bienfaiteur universel est baptisé; * dans les eaux il engloutit la multitude * de nos immenses péchés.
t. 8
« Plante ta crainte, Seigneur, * dans les cœurs de tes serviteurs * et sois un ferme rempart * pour tous ceux qui t'invoquent en vérité. »
Ayant purifié ton esprit, * tu devins un pontife sacré * par la sainte onction que tu reçus; * Père théophore, nous te célébrons.
Bienheureux Père, tu fis connaître clairement * par tes éloquentes démonstrations * le Dieu incarné qui étendit ses mains sur la croix * et tu brisas l'arrogance des Hébreux.
Dans la grandeur de ton pouvoir miraculeux, * tu mets en fuite les péchés, * pontife Sylvestre, et purifies * de leurs maladies les fidèles qui t'en prient.
Vierge et pure, tu l'es restée, * Toute-sainte, après l'enfantement, * car c'est le Verbe Dieu que tu as enfanté * à notre ressemblance, excepté le péché.

Cathisme, t. 8
Divin pontife Sylvestre, comme un fleuve de piété * tu irriguas la terre entière par les flots de tes enseignements, * sous la pluie de tes miracles tu lavas la souillure des passions, * un torrent de délices est devenu ton héritage mérité; * réunis en ce jour nous t'honorons pieusement * et dans la foi nous t'adressons notre chant: * Pontife inspiré, prie le Christ notre Dieu * d'accorder la rémission de leurs péchés * à ceux qui fêtent de tout cœur ta mémoire sacrée.
Invisible Dieu, Verbe que nul esprit ne peut saisir, * tu es né du Père, dépassant la nature et l'entendement, * puis de la Vierge en ces ultimes temps, * sans changer ce que tu étais auparavant, * et tu viens aussi vers les flots du Jourdain * te faire baptiser maintenant dans la chair, * toi qui as bien voulu sauver divinement le genre humain.

Ode 4, t. 2
« Tu es issu de la Vierge non comme un ange ou un ambassadeur, * mais comme le Seigneur revêtu de notre chair, * tu as sauvé tout mon être; * c'est pourquoi je te crie: * Gloire à ta puissance, Seigneur. »
Le plus grand des prophètes, le Précurseur, contemple émerveillé * ton arrivée, Sauveur et Bienfaiteur; * et, se diminuant, te crie: Seigneur, * je suis le chaume et toi, tu es le feu, * ne me consume pas!
Tu le vois, c'est par ma volonté * que je me tiens dans ces eaux; * avance donc, prophète Jean, * baptise-moi, afin que je produise la grâce * par cette eau pour le genre humain.
Frappé de crainte, Jean lui répondit: * En ton corps j'ai reconnu * la nuée qui cache le Soleil; * toi que les eaux entourent comme d'un manteau, * comment te vois-je sans vêtement ?
La nature humaine resplendit * et reçoit la rédemption * qui la sauve des ténèbres du péché; * par ma nudité elle reçoit d'en haut * le vêtement divin de l'immortalité.
t. 8
« Seigneur, j'ai perçu le mystère de ton œuvre de salut, * j'ai médité sur tes actions et glorifié ta divinité. »
Sylvestre, Père saint, * tu fus un pontife inspiré * consacrant les prêtres dans l'Esprit divin * et répandant sur les peuples la lumière de Dieu.
Avec l'aide de l'Esprit, * bienheureux Père, chassant les maladies, * tu guéris aussi les passions incurables, * détournant de l'erreur les esprits égarés.
Repoussant les doctrines erronées, * Sylvestre, tu fis paître ton troupeau * en répandant les eaux de la piété * sur le pâturage de la connaissance de Dieu.
La grâce de l'Esprit saint * fut répandue sur tes lèvres; c'est pourquoi, * bienheureux Père, Dieu t'a consacré * comme prêtre de son peuple.
Guéris les blessures de mon cœur, * et de mon âme, ô Vierge immaculée, * dirige les mouvements, * pour qu'elle accomplisse la divine volonté.

Ode 5, t. 2
« Toi qui es la source de clarté et le créateur des siècles, Seigneur, * dirige-nous à la clarté de tes commandements: * nous ne connaissons nul autre Dieu que toi. »
Ranimant nos cœurs désolés, * depuis le désert * parut le Précurseur, * qui s'écriait: Repentez-vous, * voici qu'approche le royaume de Dieu.
Jadis l'ont annoncé la Loi * et la troupe sainte des Prophètes inspirés: * le Christ est venu nous recréer * par le baptême divin *, nous qui avions vieilli dans nos nombreuses transgressions.
Contemplant le mystère redoutable et prodigieux, * Jean déclare en ce jour: * Voici donc qu'à présent * la Source d'immortalité vient demander * à la goutte d'eau le baptême divin!
t. 8
« Pourquoi m'as-tu repoussé loin de ta face, Lumière inaccessible? * Malheureux que je suis! * les ténèbres extérieures m'ont enveloppé; * fais-moi revenir, je t'en supplie, * et dirige mes pas vers la lumière de ta loi. »
Par la trame de tes discours * tu délias toute chaîne de vanité * et tu lias à la divine foi * ceux qui étaient enchaînés à l'erreur, * leur ouvrant, bienheureux Père, l'esprit * en leur expliquant les Ecritures sacrées.
Ton cœur devint immaculé * selon les préceptes du Maître universel; * l'ayant chéri, tu maîtrisas la chair * et, possédant en abondance la grâce des miracles, * tu guéris, Père saint, les maladies * et les plus graves blessures dont les âmes ont à souffrir. Père théophore, grâce aux remèdes puissants * de tes paroles, en médecin, tu arrêtas * cette maladie funeste aux âmes et consumant les cœurs, * l'hérésie amère d'Arius le furieux, * et tu la mis en fuite * par la puissance du saint Esprit.
Réjouis-toi, qui seule as enfanté * le Tout-puissant lorsqu'il s'appauvrit dans la chair, * réjouis-toi, ô Vierge immaculée, * redressement du monde déchu, * salut des fidèles qui fis cesser notre deuil, * réjouis-toi, suprême trône de Dieu.

Ode 6, t. 2
« L'abîme sans fond de mes péchés * m'encercle, mais toi, Seigneur, * comme le prophète Jonas, * à la fosse arrache ma vie. »
Ami des hommes, fais pleuvoir sur nous * la rémission de nos péchés, * toi qui as englouti par amour * les fautes des mortels dans les flots du Jourdain.
Océan de la justice, ô Christ, * à présent tu viens engloutir * le dragon dans le fleuve du Jourdain * et laver la faute d'Adam.
Ô Christ, toi le fleuve d'immortalité, * comment les eaux d'un fleuve peuvent t'accueillir ? * s'écriait le Précurseur * en glorifiant ta miséricorde infinie.
t. 8
« Je répands ma supplication devant Dieu, * au Seigneur j'expose mon chagrin, * car mon âme s'est emplie de maux * et ma vie est proche de l'Enfer, * au point que je m'écrie comme Jonas: * De la fosse, Seigneur, délivre-moi. »
Par tes prières, Bienheureux, tu enfermas dans la prison éternelle, * pour qu'il n'en sorte plus, le funeste dragon * qui détruit ceux qui l'approchent, par jalousie, * et tu posas comme portes et verrous, * saint Pontife, le sceau de la Croix.
Le son de tes paroles melliflues * par toute la terre a retenti * et jusqu'au bout de l'univers ont resplendi * la lumière de tes enseignements, * l'éclat de tes miracles, Bienheureux, * et le saint exemple de tes bonnes actions.
Bienheureux Pontife, répandant * chaque jour en abondante pluie * les guérisons et les charismes divins * de l'Esprit créateur et très-saint, * tu guéris dans la grâce les croyants * qui s'approchent de toi d'un cœur sincère.
De ton mystère découvrant la profondeur, * ô Vierge, les Prophètes divins * dans la lumière de l'Esprit saint * l'ont annoncé d'avance; * et nous-mêmes, dans l'allégresse nous le croyons, * maintenant que nous le voyons réalisé.

Kondakion de l'avant-fête, t. 4
Descendu en ce jour dans les flots du Jourdain, * le Seigneur dit à Jean: * Ne crains pas de me baptiser: * je suis venu en effet * sauver Adam le premier Père.

Ikos
Baptiste, je ne te demande pas * de dépasser les limites; * je ne t'ordonne pas de m'adresser l'exhortation * que tu fais aux pécheurs, aux transgresseurs de la Loi; * baptise-moi seulement * sans rien dire, mais attendant les effets du Baptême; * car tu recevras pour cela la dignité * que n'eurent jamais les Prophètes: * en effet, je te ferai le plus grand * de tous les hommes sur terre; * aucun d'eux ne m'a vu clairement * si ce n'est en figures, en ombres, en visions; * maintenant tu me vois devant toi: * je suis venu en effet * sauver Adam le premier Père.

Kondakion du Saint, t. 2
Ta bouche, tu l'as remplie de la sagesse de Dieu * et tu éclairas pour nous la connaissance de la sainte Trinité; * Sylvestre, tu renversas l'impiété des tyrans * par la fronde de tes paroles sacrées: * intercède pour nous en présence du Seigneur.

Ikos
Richement tu ornas la chaire du Coryphée des Apôtres divins * et fus digne d'admiration comme liturge de Dieu; * à l'Eglise par tes divins enseignements * tu donnas la beauté, la force, la grandeur; * tel un astre rayonnant de clarté, * tu enseignas dans l'éclat de tes vertus * le culte de la sainte Trinité, * indivisible et unique divinité, * Sylvestre, et tu chassas les hérésies funestes: * intercède pour nous en présence du Seigneur.

Synaxaire
Le 2 Janvier, mémoire de notre Père dans les saints Sylvestre, pape de Rome.
Pour confondre le Mage, le pape de Rome
Sylvestre ressuscite une bête de somme.
Vivant après la mort et dans le ciel inscrit,
à son Maître, le deux, il remet son esprit.
Par ses saintes prières, ô notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen.

Ode 7, t. 2
« Les Jeunes Gens, méprisant le culte impie * de la statue d'or élevée * dans la plaine de Doura, * au milieu des flammes psalmodiaient, * couverts d'une fraîche rosée: * Béni sois-tu, Dieu de nos Pères! »
Mettant sur moi ton vêtement sacré, * sur moi que dépouilla le conseil de l'ennemi, * nu, tu as voulu entrer dans les eaux, * Seigneur, en ton immense bonté; * je chante la tendresse de ton cœur * et me prosterne devant la merveille de ton salut.
Qu'il est grand envers nous, ô Christ, * le dessein de ton salut! * Ineffable pauvreté, * condescendance qui dépasse tout esprit! * disait, lorsqu'il te vit sans vêtement, * celui à qui tu demandas de te baptiser.
Comme lampe, ô Christ, tu allumas * ta vénérable chair au milieu du Jourdain * pour chercher l'image enfouie * par les passions et le péché; * l'ayant trouvée, tu la fis resplendir * de ton Baptême; c'est pourquoi nous te chantons.
t. 8
« Les Jeunes Gens venus de Judée * à Babylone foulèrent jadis * par leur foi dans la Trinité * la flamme de la fournaise en chantant: * Dieu de nos Pères, béni sois-tu. »
Juste Père, comme un palmier * dans la maison du Seigneur, tu fis pousser * les fruits de la justice * dont se nourrissent ceux qui t'honorent, en chantant: * Dieu de nos Pères, béni sois-tu.
Par la force de tes éloquentes démonstrations * tu triomphas des vains penseurs incroyants, * et tu chantais dans l'allégresse, * Sylvestre très digne de nos chants: * Dieu de nos Pères, béni sois-tu.
Pour les siècles demeure ta gloire, Père saint, * avec tous les Justes, ta mémoire sacrée; * en leur compagnie souviens-toi de nous, * les fidèles qui chantons: * Dieu de nos Pères, béni sois-tu.
L'illustre Pontife éclairé * par la splendeur de l'Esprit * dissipa les ténèbres du mal * et illumina ceux qui chantent: * Dieu de nos Pères, béni sois-tu.
Vierge digne d'admiration, * tu as porté le Dieu d'avant les siècles, * lorsqu'il se fit semblable à nous dans son immense bonté, * afin de sauver ceux qui chantent: * Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Ode 8, t. 2
« Le Dieu qui dans la fournaise descendit * pour venir en aide aux enfants du peuple hébreu * et changer la flamme en une fraîche rosée, * toutes ses œuvres, chantez-le comme Seigneur, * exaltez-le dans tous les siècles ».
La voix de celui qui crie dans le désert, * ce fut bien saint Jean * convertissant les cœurs * de ceux qui se repentent avec ardeur * pour glorifier le Maître et Seigneur * manifesté au Jourdain.
Tu es le fleuve de délices, Créateur, * toi qui fis les sources et l'océan. * Comment tu marches dans les eaux? * qu'est-ce donc que tu cherches à laver, * toi l'universelle purification * de qui te chante, ô Christ, dans les siècles?
Ô Maître, tu viens te faire baptiser * dans les flots du Jourdain, * car tu t'efforces d'assécher le cours * de la perversité de l'ennemi, * de refouler la houle des passions * et de faire jaillir la grâce et le pardon pour les fidèles.
Créateur des temps et des moments * qui par miséricorde t'es soumis au temps, * toi le Fils intemporel * du Père qui précède tout commencement, * tu es venu laver les antiques péchés * de l'univers dans les flots du Jourdain.
t. 8
« Devenus par ta grâce vainqueurs * du tyran et de la flamme, les Jeunes Gens * si fort attachés à tes commandements * s'écrièrent: Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur, * exaltez-le dans tous les siècles.
En trois personnes professant * l'unique nature de l'unique divinité, * bienheureux Père, tu chantais sans cesse: * Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur, * exaltez-le dans tous les siècles.
Tu méritas d'être appelé * vrai maître de vérité, toi qui flétris * l'hérésie mensongère en chantant: * Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur, * exaltez-le dans tous les siècles.
Tu fus le coryphée de la sainte assemblée, * Pontife qui ornas le trône * du Coryphée des Apôtres en chantant: * Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur, * exaltez-le dans tous les siècles.
Ornant ton cœur de divines vertus, * tu atteignis la suprême splendeur et t'es uni * aux chœurs célestes pour chanter: * Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur, * exaltez-le dans tous les siècles.
Nous les humaines générations, * selon tes divines paroles nous te disons * toujours-bienheureuse et nous chantons: * Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur, * exaltez-le dans tous les siècles.

Ode 9, t. 2
« Le Dieu et Verbe en sa sagesse inégalée * est venu du ciel * renouveler Adam déchu * pour avoir mangé le fruit de perdition; * d'une Vierge sainte il a pris chair pour nous; * et nous fidèles, à l'unisson * dans nos hymnes nous le magnifions. »
Bienfaiteur, lorsque Jean te vit * venir à lui et, plein d'humilité, * lui demander le Baptême, * saisi d'effroi, il refusa, * n'osant pas te toucher de sa main, * toi qui fais fumer les monts * dès que tu les touches, Seigneur.
Hirondelle de toute pureté * annonçant le printemps spirituel, * tel fut le Baptiste pour ceux * qui traversaient l'hiver de leurs nombreux péchés * et se trouvaient sans cesse exposés * dans leurs funestes passions * à la tempête de ces vents contraires, les esprits hostiles.
Reflet de la gloire paternelle ayant brillé * sur ceux qui se trouvaient assis * dans les ténèbres du malheur, * Seigneur, toi le Soleil sans déclin * qui viens illuminer le genre humain * par ton saint Baptême, ô Dieu Sauveur, * en nos hymnes nous te magnifions.
Ô mon âme, te voyant sans fruits, * la cognée de la mort * à ta racine se trouvant * menace de te retrancher * comme l'arbre; aussi ne reste pas * infructueuse, mais dans l'ardeur du repentir * crie à Dieu: J'ai péché, sauve-moi.
La voix de celui qui crie dans le désert * fut entendue des cœurs stériles et désolés: * Réjouissez-vous, voici le Christ; * il porte le pardon à tous. * Que toute mer soit sanctifiée, * avec les sources, les cours d'eau, * les plaines, les vallées, tout ce que domine le soleil.
t. 8
« Hautement nous te reconnaissons pour la Mère de Dieu: * par toi nous avons trouvé le salut; * ô Vierge immaculée, * avec les chœurs des Anges nous te magnifions. »
Toi-même, par la mortification des plaisirs, * tu te sacrifias de tout cœur * pour être l'agréable victime, Bienheureux, * de celui qui souffrit la mort pour nous.
Comme divin coryphée * des Pères saints, tu affermis * la sainte doctrine et tu fermas * aux hérétiques leurs bouches impies.
Sylvestre, pontife inspiré, * pour avoir mis en fuite brillamment * les ennemis incorporels, * te voilà réuni aux chœurs des Anges dans le ciel.
Sur le monde s'est levée * comme un soleil resplendissant * ta mémoire illuminant, * Père et Pontife, les fidèles qui te louent.
Ô Vierge amie du bien, * sur mon âme mise à mal par le péché * veuille répandre tes bienfaits, * toi qui mis au monde le Dieu de bonté.

Exapostilaire (t. 3)
La voix de celui qui crie dans le désert * a retenti; montagnes, bondissez! * Exulte de joie, tout le genre humain, * car le Verbe éternel, ayant pris chair, * vient se faire baptiser, par les mains qu'il a créées, * dans le Jourdain pour effacer le péché du monde.
Comment les eaux d'un fleuve vont te recevoir, * Ami des hommes qui du néant fis les fleuves et les mers? * Comment de sa main le Précurseur osera toucher, * Seigneur, ton chef immaculé? * Ô Verbe, dans la crainte nous chantons * la profondeur de ton sublime abaissement.

Laudes, t. 6
Oeuvre de Théophane, portant l'acrostiche: Chants de Théophane pour l'Epiphanie; continue aux Laudes des 3, 4 et 5 Janvier.
Puissances angéliques, avancez * de Bethléem vers les flots du Jourdain; * Précurseur, prends les devants et quitte le désert. * Fleuve, dans l'allégresse prépare-toi; * que la terre entière exulte de joie: * dans sa miséricorde, le Christ * vient effacer la faute d'Adam.
Quittant Bethléem en esprit * et nous rendant au Jourdain avec le Christ, * venez, dans la pureté de nos lèvres et de nos cœurs * avec allégresse chantons, * nous, toutes les familles des nations, * lui disant dans notre foi: * Bénie soit ta venue, notre Dieu, gloire à toi.
Grand et terrible mystère, en vérité: * aux hommes s'est fait semblable notre Dieu, * et lui, l'impeccable, étranger au péché, * il demande en ce jour * d'être baptisé par saint Jean * dans les flots du Jourdain. * Bénie soit ton épiphanie, notre Dieu, gloire à toi.
Fleur de David issue de la Vierge, * le Christ est venu vers les flots du Jourdain * laver les fautes du premier Père dans les eaux. * Adam et Eve, dansez de joie, * exulte d'allégresse le ciel, * et tous les peuples, disons: * Bénie soit ta venue, notre Dieu, gloire à toi.
Gloire au Père ...
Jean frémit à l'idée de t'imposer la main, * mais son âme exulte lorsqu'il saisit * que tu as bien voulu incliner la tête, Seigneur, * après avoir revêtu la forme du serviteur, * pour délivrer de la servitude de l'ennemi * tous les mortels qui s'écrient: * Bénie soit ta venue, notre Dieu, gloire à toi.
Maintenant ...
Pour accomplir les visions prophétiques, * que toute la terre se réjouisse à présent, * que les montagnes bondissent de joie! * Selon l'Ecriture, Jourdain, * remonte ton cours et tremble à la face du Seigneur, * car le Dieu fait homme est venu * purifier les mortels de la faute d'Adam.

Apostiches, t. 6
Plus brillante que le soleil * était la fête passée, * celle de la Naissance du Christ; * lumineuse et pleine de clarté * s'annonce la fête qui vient, * celle de sa divine Epiphanie. * En la première les Bergers * avec les Anges ont glorifié * le Dieu fait homme en se prosternant devant lui. * En la seconde saint Jean, * touchant de sa droite le Seigneur, * lui dit avec crainte: * Sanctifie-moi ainsi que les eaux, * toi qui seul accordes la grâce du salut.
Je me souviendrai de toi depuis la terre du Jourdain et de l'Hermon.
Fleuve du Jourdain, prépare-toi: * voici que le Christ notre Dieu * vient se faire baptiser par saint Jean * pour écraser dans tes eaux * sous le poids de sa divinité * la tête des dragons invisibles. * Désert du Jourdain, réjouis-toi, * dans l'allégresse, montagnes, bondissez, * car voici la Vie éternelle * qui vient rappeler Adam. * Et toi, saint Jean, Précurseur, * proclame de ta voix qui crie dans le désert: * Préparez les chemins du Seigneur, * redressez les sentiers de notre Dieu.
Les eaux te virent, ô Dieu, les eaux te virent et furent en émoi.
Que le désert du Jourdain se réjouisse, * qu'il fleurisse comme lis, * car en lui s'est fait entendre la voix du crieur: * Préparez le chemin du Seigneur, * car celui qui soupèse les monts * et met dans sa balance les vallons, * le Dieu qui remplit l'univers, * est baptisé par un serviteur; * celui qui donne les richesses s'appauvrit. * Eve s'était fait dire: Tu enfanteras dans les douleurs; * et maintenant la Vierge a entendu: * Pleine de grâce, réjouis-toi, * le Seigneur est avec toi, * celui qui accorde la grâce du salut.
Gloire au Père ... Maintenant, t. 8
Baptiste Jean qui dès le sein m'as reconnu comme l'Agneau, * dans le fleuve sois mon serviteur, * accomplis ton office avec les Anges du ciel; * de ta main étendue * touche ma tête immaculée; * et lorsque tu verras les montagnes trembler * et le Jourdain remonter son cours, proclame avec eux: * Toi qui pris chair de la Vierge pour nous sauver, gloire à toi.

Le reste de l'office de Matines, comme d'habitude, et le Congé.
Dernière édition par Monique le mer. 12 déc. 2007 17:00, édité 1 fois.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

3 janvier

Message par Monique » mer. 12 déc. 2007 16:44

3 JANVIER

Avant-fête de l'Epiphanie; et mémoire du saint prophète Malachie et du saint martyr Gordius.

VEPRES

Lucernaire, t. 8

Seigneur, je choisis en ta présence * ton Prophète comme intercesseur: * par ses prières et par son intercession, * Dieu de tendresse et compassion, * efface les péchés d'une âme sans espoir, * toi qui possèdes par essence et par nature la suprême bonté.
Prophète, voyant réalisées * les paroles de ta langue inspirée, * admirant leur vérité, je te dis bienheureux; * en effet tu as fait retentir * l'univers de ton éclatante voix, * annonçant la venue salvifique du Seigneur.
Par ta vie angélique tu fus * un Ange du ciel sur terre * en conformité avec ton nom de Messager, * joignant à la beauté corporelle * la splendeur de ton âme, bienheureux Malachie.

*

Ayant vu se lever les ténèbres de l'erreur, * tu pris la fuite, Gordius, * et t'éloignas, dans l'attente de Dieu; * te formant à toute peine * et t'exerçant dans le jeûne * afin d'éprouver ta puissance, saint Martyr, * tu t'élanças de toi-même * comme un lutteur au-devant de l'ennemi.
Plein de confiance, tu atteignis la multitude des ennemis, * Gordius très-digne de nos chants, * sans tenir compte du spectacle des impies: * debout, au milieu du théâtre, * en orateur spontané * tu annonces le Christ à haute voix, * Créateur et Seigneur, * avec le Père et l'Esprit * partageant même gloire et même éternité.
Décapité par le glaive, tu passas * de cette vie à l'autre vie, * de la mortelle à l'immortelle condition, * de la corruption à ce qui demeure en l'au-delà, * sans attendre une mort naturelle, mais choisissant * de mourir par ta propre décision. * Admirables combats que les tiens; * par eux, victorieux martyr Gordius, tu magnifias * le seul compatissant, le Christ notre Dieu.
Gloire au Père … Maintenant, t. 4
Etrange merveille, en vérité: * celui qui baptise dans l'Esprit saint et dans le feu * au Jourdain vient recevoir le baptême de Jean. * Ce n'est pas un Dieu seulement, * ni un homme tout simplement, * mais l'Un en deux natures, le propre Fils unique de Dieu; * en son humanité, il demande le baptême à un mortel, * en sa divinité, il vient enlever * le péché du monde, * lui qui accorde à tous la grâce du salut.

Apostiches, t. 6
Voici, l'illumination des croyants, * voici, celui qui nous procure le pardon * doit se rendre aux flots du Jourdain * pour laver les hommes de la souillure du péché * et refaire notre nature broyée.
Je me souviendrai de toi depuis la terre du Jourdain et de l'Hermon.
Lorsqu'il te vit, Seigneur, * venir et réclamer le baptême de toi, * le Précurseur te demanda dans la crainte: * Mon créateur et mon Dieu, * comment te baptiser, toi le seul immaculé?
Les eaux te virent. ô Dieu.
les eaux te virent et furent en émoi.

Allons, fidèles, en esprit * vers les flots du Jourdain * contempler la grande merveille clairement, * car le Créateur de l'univers * s'y voit manifesté et se fait baptiser.
Gloire au Père ... Maintenant, t. 5
Le Christ notre Dieu vient se faire baptiser * dans le fleuve du Jourdain, * désirant nous purifier de nos péchés * par sa divine épiphanie * dans son amour pour les hommes et son unique bonté.

Tropaires, t. 4
Ton Martyr, Seigneur, pour le combat qu'il a mené * a reçu de toi, notre Dieu, la couronne d'immortalité; * animé de ta force, il a terrassé les tyrans * et réduit à l'impuissance l'audace des démons; * par ses prières sauve nos âmes, ô Christ notre Dieu.
Prépare-toi, Zabulon, * pare-toi Nephtali; * fleuve du Jourdain, arrête-toi, * accueille avec allégresse le Maître qui vient se faire baptiser. * Adam et Eve, exultez, * ne vous cachez plus comme jadis au Paradis; * car, vous voyant nus, le Seigneur s'est montré * pour vous revêtir du premier vêtement. * Le Christ se manifeste pour renouveler l'entière création.


COMPLIES

Triode I (t. 2), avec l'acrostiche: Le quatrième jour, je chanterai. Triode II (t. 6), avec l'acrostiche: L'avant-veille.

Ode 3, t. 2
« Tu m'as affermi sur la pierre de la foi, * tu m'as fait triompher devant mes ennemis, * et mon esprit exulte de joie en chantant: * Nul n'est saint comme toi, ô notre Dieu, * nul n'est juste comme toi, Seigneur. »
C'est en vain qu'Hérode a voulu faire périr * de façon injuste les enfants * qui devaient trouver la liberté, * car le Christ, notre rédempteur, en se faisant baptiser * accorde à tous la vie immortelle.
Le terrible conseil d'Hérode a fait périr * la troupe innocente des enfants * et Bethléem en fut remplie de sang; * maintenant, pour l'Eglise le Christ vient faire surgir * par son Baptême une multitude d'enfants.

Ode 5, t. 6
« Seigneur, je veille devant toi * qui dans ta miséricorde t'es abaissé, sans subir de changement, * jusqu'à vouloir être baptisé de la main d'un serviteur; * après ma chute accorde-moi la paix, * Verbe de Dieu, dans ton amour pour les hommes. »
Emondés en nos cœurs, * purifiés par la communion au mystère du salut divin, * allons à la rencontre du Christ, * fidèles, pour nous purifier tous * dans les flots du Jourdain.
Amis, voyez le chandelier du Soleil, * la voix du Verbe, l'ami de l'Epoux, * dire aux peuples: Repentez-vous, * allez à la rencontre du Créateur, * hâtez-vous de vous purifier.

Ode 8, t. 2
« Pour obéir à l'ordre du tyran, * sept fois plus que de coutume on fit monter le feu, * mais les Jeunes Gens, méprisant l'ordre impie, * au milieu de la flamme se mirent à chanter: * Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur, * exaltez-le dans tous les siècles. »
Versant toutes les larmes de nos yeux, * purifions toute souillure de nos âmes, croyants, * et dans la lumière nous verrons la triple clarté * puisque, le Christ venant se faire baptiser, * le Père lui rendra témoignage depuis le ciel * et sous forme de colombe resplendira la venue de l'Esprit saint.
Pour effacer toute larme de nos yeux * le Christ vient faire cesser dans les eaux * la douleur de nos âmes affligées de tant de maux * et par la seconde naissance renouveler * les hommes vieillis à cause du péché, * qui le chantent dans tous les siècles.
Les âmes se trouvent sanctifiées * dans le bain du Baptême, don de Dieu, * ainsi que dans le feu de l'Esprit purifiant les passions, * brûlant comme paille toute perversité funeste * et dans la componction donnant la grâce de chanter: * Ô Christ, nous t'exaltons dans tous les siècles.
t. 6
Méprisant le terrible Hérode
Secouant le sommeil du péché des yeux de notre âme, * fidèles, écartons les vices de nos cœurs * et dans nos chaudes larmes lavons nos esprits * afin de contempler l'épiphanie * du Christ que nous glorifions dans tous les siècles.
Point de vaines paroles ou de mauvaises pensées, * mais dans la méditation de la parole de Dieu * offrons des hymnes au Verbe qui pour nous * illumine ceux des ténèbres en se montrant dans la chair * et que la création entière bénit, le glorifiant dans les siècles.
L'abîme de sagesse du mystère caché se découvre aux mortels, * la profondeur des jugements divins se révèle aux croyants, * puisque sur terre, pour recréer le genre humain, * notre Dieu paraît dans la chair * que la création entière bénit et glorifie dans les siècles.
Ce que tu refuses, Jean, fais-le vite, obéis-moi, * laisse là tes scrupules, car c'est ainsi qu'il nous faut * accomplir toute justice en vérité, * dit le Seigneur au serviteur * que l'entière création bénit et glorifie dans les siècles.
« Méprisant le terrible Hérode, cette image du péché, * venez, fidèles, allons tous au Jourdain * voir le Christ notre Rédempteur * dans les flots où le Précurseur le baptise dans sa chair, * lui que la création entière bénit et glorifie dans les siècles. »

Ode 9, t. 2
« Venez et purifions nos cœurs * et nos lèvres, afin de magnifier * la sainte Mère de l'Emmanuel, * la Vierge tout-immaculée: * c'est elle qui présente à son Fils notre prière: * Christ notre Dieu, prends pitié de nos âmes et sauve-nous. »
Que nul ne soit ingrat envers le Christ * et ne méprise follement sa grâce et sa bonté, * oubliant sa longanimité; * mais dans la crainte et l'allégresse servons-le * et dans nos hymnes chantons-lui: * Christ notre Dieu, prends pitié de nos âmes et sauve-nous.
Le Précurseur dit à la foule des insoumis: * Engeance de vipères, qui donc vous a suggéré * de vous soustraire à la colère à venir? * produisez plutôt * les dignes fruits du repentir, en disant: * Christ notre Dieu, prends pitié de nos âmes et sauve-nous.
Ô comble de l'ingratitude et de l'aveuglement! * le Christ que les étrangers ont adoré comme Rédempteur, * lui exprimant par des cadeaux leur vénération, * ses proches cherchent * follement à le tuer quand il paraît. * Christ notre Dieu, prends pitié de nos âmes et sauve-nous.
t. 6
Plus vénérable que les Chérubins
Corrigeant la faute criminelle d'Adam, * voici le nouvel Adam qui paraît, * nous accordant par le Baptême * la liberté de la seconde naissance, de merveilleuse façon.
Accomplissant les Prophètes et la Loi * ainsi que toute justice, le Sauveur de l'univers * se laisse imposer la main du serviteur, * arrachant ainsi l'humanité à la servitude de l'ennemi.
Sur les nations a lui la grande clarté, * sur ceux des ténèbres a resplendi la lumière de Dieu * et pour ceux qui jadis étaient assis dans l'ombre de la mort * voici que s'est levé le Soleil de gloire, le Christ.
L'armée des Anges se tenait à l'entour * du Rédempteur baptisé dans le Jourdain * et, tremblant de crainte, ils chantaient * le grand mystère de l'ineffable condescendance de Dieu.
« Plus vénérable que les Chérubins * et plus glorieuse que les Séraphins, * ô Vierge qui as enfanté le Verbe de Dieu, * tu es vraiment la Mère de Dieu, nous te magnifions. »


MATINES

Cathisme I, t. 3
Celui qui est infini par sa divinité * et matériellement enclos dans les limites du corps * va venir dans les flots du Jourdain pour se faire baptiser. * Purifions nos esprits pour l'accueillir, * car il veut recréer le genre humain. * Avec crainte chantons au Christ: gloire à ton épiphanie.
Lorsqu'aux eaux du Jourdain, Sauveur, tu t'es manifesté * pour être baptisé dans ta chair, * les armées des Anges s'étonnèrent de voir * le Maître de la création s'approcher d'un serviteur; * et le Père éternel te proclama depuis le ciel. * Dans l'allégresse chantons au Christ: gloire à ton épiphanie.

Cathisme II, t. 5
Les chœurs des Anges frémirent en voyant * le Verbe partageant même gloire avec le Père et l'Esprit * s'incarner par amour et se faire baptiser; * et le fleuve du Jourdain, * plein de crainte et de respect, * fit volte-face et remonta son cours * pour nous conduire non vers la pente des passions mais la hauteur du salut.
Le Verbe coéternel au Père et à l'Esprit, * ayant déjà pris notre nature par amour, * s'empresse également de se faire baptiser pour nous; * marchons à sa rencontre d'un cœur pur, * lui disant: Béni es-tu, Bienfaiteur, * Christ Sauveur, toi qui viens nous sanctifier.

Canon d'avant-fête (t. 4), alphabétique, signé Joseph dans la 9e ode, puis les canons des Saints, œuvres de Théophane: celui du Prophète (t. 8), avec l'acrostiche: La gloire de Malachie me puisse glorifier! et celui du Martyr (même ton), avec l'acrostiche: Je chante avec des hymnes le martyr Gordius.

Ode 1, t. 4
« Ma bouche s'ouvrira * et s'emplira de l'Esprit saint: * j'adresse mon poème à la Mère du Roi; * et l'on me verra, en cette fête solennelle, * chanter avec allégresse toutes ses merveilles. »
Toi qui ordonnas la création des océans * et suspendis la terre sur les eaux, * Seigneur ami des hommes, t'abaissant, * tu viens te faire baptiser dans un cours d'eau * pour me laver de la souillure des passions.
Ayant choisi la pauvreté pour m'enrichir, * moi qui m'étais ruiné par l'abondance de mes péchés, * ô Christ, tu viens aussi demander * le Baptême dans les eaux du Jourdain, * toi le seul sans péché.
Ami des hommes, renouvelant * le monde vieilli par le péché, * tu viens faire renaître merveilleusement * les hommes par l'eau et par l'Esprit; * aussi nous glorifions ton épiphanie.
Chantant d'avance ce mystère dans l'Esprit, * David déclare: Qu'as-tu, * mer, à t'enfuir et toi, Jourdain, * à retourner en arrière, t'apercevant * de la présence en tes flots du Christ sans vêtement?
t. 8
« Le bâton que Moïse avait taillé * a séparé l'élément qu'on ne pouvait diviser, * le soleil a vu un sol qu'il n'avait jamais vu, * les eaux ont englouti le perfide ennemi, * Israël est passé par l'infranchissable océan, * tandis qu'on entonnait: Chantons pour le Seigneur, * car il s'est couvert de gloire. »
Toi qui exultes avec les Anges là-haut, * partageant leur allégresse et leur joie * et justement comblé de la divine clarté, * Prophète inspiré, * sauvegarde par ton intercession * les fidèles célébrant * ta sainte mémoire par des hymnes au Seigneur.
Reproduisant la beauté d'un Ange par ton âme * et brillant de splendeur corporelle, * Prophète saint, tu as reçu * le suprême rayonnement de la clarté divine * et dans la joie tu t'es mis à psalmodier: * Chantons pour le Seigneur, * car il s'est couvert de gloire.
Menant sobrement ta vie, * resplendissant dans l'harmonie des vertus * et te distinguant par ta bonté, * tu t'es montré, Bienheureux, * un prophète de la vérité qui psalmodiais pieusement: * Chantons pour le Seigneur, * car il s'est couvert de gloire.
Pure Mère du Dieu tout-puissant, * Souveraine ayant surgi de la race des rois, * toi qui seule as enfanté * dans la chair, de façon merveilleuse, * le Dieu régnant sur l'univers, * sauve-moi du péril, moi qui chante pour ton Fils: * Car il s'est couvert de gloire.

*

« Chantons une hymne de victoire au Seigneur * qui a mené son peuple à travers la mer Rouge autrefois, * car il s'est couvert de gloire. »
Bienheureux Gordius, en témoin de la vérité, * du haut du ciel par tes prières * accorde-moi la grâce et la clarté.
Chantons pour le Seigneur qui a donné, * avec la force d'affronter les ennemis, * à son Martyr la couronne des vainqueurs.
Illustre Gordius, tu l'emportas * sur la fureur du tyran, car tu avais * pour force et pour armure celles du Roi de l'univers.
Ayant accru dans l'ascèse, * illustre Gordius, la vigueur de ta foi, * c'est de plein gré que tu marchas vers les combats.
Divine Epouse, tu es la demeure * de cette eau qui pour tout homme jaillit * en l'immortalité et leur donne la vie.


Ode 3, t. 4
« Garde sous ta protection, * ô Mère de Dieu et Source intarissable de la Vie, * tous les chantres qui t'honorent de leurs hymnes; * dans ta divine gloire * accorde-leur la couronne des vainqueurs. »
Tout le genre humain, réjouis-toi * tel un désert assoiffé: * voici l'eau vive qui paraît * pour t'abreuver abondamment de sa grâce, * le Christ, le renouveau universel.
Pour chercher mon âme, cette brebis errante, * ô Christ, tu t'avances sur les eaux; * y descendant, tu engloutis mes péchés * et de l'abîme du mal * tu me retires en ta bonté.
Pour ne pas te voir sans vêtement * le soleil, ô Verbe, cache ses rayons; * et moi que la ruse du serpent a dépouillé, * par ton Baptême tu viens me faire endosser * le vêtement du salut.
t. 8
« Tu es le rempart de ceux qui accourent vers toi, * les habitants des ténèbres trouvent en toi leur clarté * et mon âme te chante, Seigneur. »
Tu exultes en voyant tes prophéties * désormais parfaitement accomplies, * prophète inspiré, bienheureux Malachie.
Portant sur ses ailes la guérison, * s'est levé le Soleil spirituel, * celui de la justice, selon ta prophétie.
En toi je place tout espoir * et vers toi j'élève dans la joie, * Vierge toute-pure, mon âme et mon esprit.

*

« Nul n'est saint comme le Seigneur, * nul n'est juste comme notre Dieu * que chante toute la création, * et nul n'est saint * comme toi, Seigneur ami des hommes. »
Considérant l'instabilité de ce monde fluctuant * et la consistance des biens éternels, * Martyr très-digne de nos chants, * plein de courage, Gordius, * tu pénétras sans trembler sur le stade des combats.
Bienheureux Gordius, rejetant * la vanité de ce monde passager, * tu t'assuras ce qui demeure pour toujours * et, fuyant la compagnie des humains, * tu as trouvé celle des Anges divins.
Tu quittas les soucis terrestres * pour trouver la vie céleste, saint Martyr; * car, ne supportant pas de voir * l'arrogance de l'erreur, * tu pris le large et t'enfuis au désert.
Nul n'est sans tache comme toi, * Souveraine immaculée, nul n'est pur * comme toi qui dans ton sein * fus capable d'abriter * le Dieu d'amour, le Créateur de l'univers.


Cathisme, t. 8
Possédant comme trésor la grâce de la prophétie, * tu fus divinement initié par l'Esprit * à la connaissance de l'avenir, prophète Malachie; * tu as prédit à tous les hommes la venue du Christ * et le rappel vers Dieu de toutes les nations. * C'est pourquoi nous célébrons ta sainte mémoire et, pleins d'amour, te chantons, * te disant bienheureux, Prophète illustre, et te criant dans la foi: * Intercède auprès du Christ notre Dieu * pour qu'il accorde le pardon de leurs péchés * à ceux qui fêtent de tout cœur ta mémoire sacrée.
Enflammé par l'amour de Jésus, saint Martyr, * selon ta propre décision et de plein gré * tu t'es livré toi-même à la mort; * au milieu du stade, sans y être invité, * tu te présentas pour dire aux tyrans: Me voici. * Ayant dénoncé l'erreur avec courage, tu fus décapité, * Martyr illustre, et passas vers la vie sans fin. * Prie le Christ notre Dieu d'accorder le pardon de leurs péchés * à ceux qui fêtent de tout cœur ta mémoire sacrée.
Le chœur des Prophètes annonce dans la joie * le Baptême du Christ qui fait sourdre la vie. * Isaïe nous invite à puiser l'eau qui nous purifie. * L'Ancêtre divin décrit comment la mer s'enfuit * devant le Dieu qui par bienveillance vient sauver le genre humain.


Ode 4, t. 4
« L'ineffable projet divin * de ta virginale incarnation, * Dieu très-haut, le prophète Habacuc * l'a saisi et s'écria: * Gloire à ta puissance, Seigneur. »
L'effroi saisit le ciel * et les armées des Anges te voyant * t'approcher servilement * de ton propre serviteur * et lui demander le Baptême, Seigneur.
Jean, exulte, car le Seigneur, * le rédempteur universel, * vient s'incliner humblement sous ta main, * afin que ma bassesse soit relevée * par son Baptême divin.
Ami des hommes, ayant incliné les cieux, * tu es descendu sur la Vierge * et, demandant le Baptême, à présent * tu inclines la tête devant saint Jean. * Gloire à ta miséricorde infinie.
Ô Verbe, déliant * les immenses liens de mes péchés, * tu t'empresses de venir aux eaux du Jourdain * pour t'y faire baptiser, Seigneur. * Gloire à ta miséricorde infinie.
t. 8
« Seigneur, j'ai perçu * le mystère de ton œuvre de salut, * j'ai médité sur tes actions * et glorifié ta divinité. »
Bienheureux Prophète, devenu * l'interprète de la divine bonté, * tu annonças à toutes les nations * l'avènement de la rédemption.
Initié par l'Esprit * à l’incarnation surnaturelle du Verbe, * bienheureux prophète Malachie, * tu annonças l'ineffable mystère.
A toi je confie * toute l'attente de mon salut * et la conduite de ma vie, * Vierge Mère comblée de grâce par Dieu.

*

« Ô Verbe, le Prophète inspiré par Dieu * a reconnu ta future incarnation * de la montagne ombragée, * l'unique Mère de Dieu, * et dans la crainte il glorifiait ta puissance. »
Obéissant aux paroles du Christ, * tu quittas avec allégresse * l'armée périssable pour servir * dans celle du Roi des cieux, * bienheureux Gordius, saint martyr couronné.
Les montagnes des tyrans se sont écroulées * et les collines des idoles ont fondu * en se brisant contre l'ardeur * de ton courage au combat, * saint Martyr que le Christ a couronné.
Fortifié par la divine puissance de la Croix, * tu crias à haute voix au peuple impie: * Pour ceux qui ne me cherchent pas je me trouve ici * et devant ceux qui oublient de m'interroger, * plein de confiance, je comparais maintenant.
Bienheureux Martyr, tu soulevas * contre toi l'implacable fureur * du tyran frappé de stupeur * par la sublime élévation * de ton âme et de ton esprit.
Epouse et Mère de Dieu, * délivre-moi, ô Marie, * des périls et du péché, * et guide-moi par tes prières * vers le havre tranquille du salut.


Ode 5, t. 4
« L'univers est transporté * par ta divine gloire, ô Vierge inépousée, * car tu as porté dans ton sein * le Dieu transcendant * et tu mis au monde un Fils intemporel * qui accorde le salut * à ceux qui chantent ta louange. »
Ayant pris en pitié le genre humain * qui s'était éloigné de Dieu, * le Verbe s'est lui-même incarné * et par le Baptême divin * il le réconcilie divinement * afin de le ramener * vers sa première dignité.
Puisque nous avions connu la mort * à cause de nos transgressions, * tu es venu, plein de compassion, * Source de vie, nous vivifier * dans les flots du Jourdain; * aussi nous glorifions fidèlement * ton amour ineffable et ton épiphanie.
Ô Verbe, méditant * sur l'œuvre sublime de ton salut, * toute âme est dans l'admiration * car, pour recréer l'univers, * tu entres sans vêtement * dans les flots du Jourdain, * toi qui te drapes de lumière comme d'un manteau.
t. 8
« Toi qui fis briller jusqu'au bout de l'univers * sur la nuit de l'ignorance la connaissance de Dieu, * au matin éclaire-moi, Seigneur, * de ton amour pour les hommes. »
Prophète Malachie, * illuminé par le saint Esprit, * tu annonças le redoutable jour * de la venue du Christ.
Celui qui ôte la souillure des âmes, * celui qui nettoie dans la grâce * comme en la potasse des foulons * t'a glorifié, saint prophète Malachie.
Par ton enfantement vivifiant * tu as brisé la force de la mort, * Vierge tout-immaculée, * et fait sourdre une vie dont est banni tout chagrin.

*

Avec la force d'un lion * entrant dans le théâtre sans trembler, * tu ne tins pas compte des insensés, * ces pierres sans âme, Martyr bienheureux.
Initié aux enseignements * de l'Ecriture divinement inspirée, * martyr Gordius, tu as trouvé * tout ce qui pouvait te conduire au salut.
Comme vague sur le rocher, * le tyran qui éprouva * la fermeté de ta résistance, Gordius, * s'est brisé sur ta constance.
Vierge toute-pure, * celui qui a pris chair de ton sein * a fait briller sur le monde * les clartés de la connaissance de Dieu.


Ode 6, t. 4
« Célébrant cette divine et sainte fête de la Mère de Dieu, * venez, fidèles, battons des mains, * glorifiant le Dieu qu'elle a conçu. »
Vous, jadis assis en la ténèbre, * voyant venir la lumière, soyez au comble de la joie; * voici, le Seigneur est apparu, * prenant pour vêtement les flots du Jourdain.
Comment te verra venir le Précurseur * et lui demander le Baptême divin? * Comment, Sauveur, les flots du Jourdain t'accueilleront, * toi qui es vraiment le fleuve du pardon?
Que dans l'allégresse les nuées * fassent pleuvoir la spirituelle joie! * Voici, le Sauveur vient se faire baptiser, * dissipant les nuages de nos cœurs.
t. 8
« Je répands ma supplication devant Dieu, * au Seigneur j'expose mon chagrin, * car mon âme s'est emplie de maux * et ma vie est proche de l'Enfer, * au point que je m'écrie comme Jonas: * De la fosse, Seigneur, délivre-moi. »
Ton esprit, dont la sagesse fut éclairée * par la propre lumière de Dieu, * en s'éloignant des choses d'ici-bas * fut digne de connaître l'avenir; * aussi as-tu prophétisé * l'appel des nations et la fin de la Loi.
Celui que nous cherchions de tout cœur, * le Seigneur, est venu en vérité * dans ce temple que lui-même il s'est sagement * bâti de la Vierge bénie, * comme sous l'éclairage divin * l'a prédit le glorieux Malachie.
L'éternel Fils unique du Père, * l'unique Enfant qui a pris corps de la Vierge, * fut enfanté ineffablement, * conservant à sa Mère la virginité, * car il était le vrai Dieu, * malgré la nature humaine qu'il avait assumée.

*

« Comme tu sauvas le Prophète * des profondeurs de l'abîme, ô Christ notre Dieu, * sauve-moi aussi de mes péchés, * dans ton amour pour les hommes, * et, je t'en prie, prends le gouvernail de ma vie. »
Le sacrifice est accompli, * l'offrande agréable t'est présentée: * voici, baigné de son sang, * ô Maître, Gordius s'immolant * à l'imitation de ta Passion volontaire.
Celui qui trouble les esprits * te promettait la gloriole d'un moment, * à toi, Gordius, qui acquérais * les richesses de la gloire sans fin * et le trésor de la vie immortelle.
Ayant dirigé vers Dieu * ton espérance, Gordius, * tu dépassas l'instabilité de la vie; * et, retranché par le glaive, * tu es passé vers les immenses étendues.
Relève mon esprit * mis à mort sous la tempête des passions, * ô Vierge, toi qui enfantas * la vie éternelle, le Christ * qui procure la guérison à tous les hommes.


Kondakion de l'avant-fête, t. 4
Descendu en ce jour dans les flots du Jourdain, * le Seigneur dit à Jean: * Ne crains pas de me baptiser: * je suis venu en effet * sauver Adam le premier Père.

Kondakion du Prophète, t. 3
Rempli de la sagesse divine qui surpasse tout savoir, * sublime prophète Malachie, * tu révélas à tous les hommes celui qui est lui-même Sagesse de Dieu * en sa descente depuis le ciel jusqu'ici-bas; * c'est pourquoi nous te vénérons, célébrant avec foi ta mémoire sacrée.

Kondakion du Martyr, t. 2
Soldat invincible au combat, * porteur de couronne qui n'as pas fléchi sous les tourments, * tous ensemble, nous te chantons, saint Gordius, * astre sublime ayant brillé de l'Orient, * divine splendeur des Témoins de Jésus Christ.

Ikos
Le Verbe coéternel au Père, la Sagesse de Dieu, * la source de parole, l'abîme de savoir, * le chef de file des Athlètes victorieux, * le Témoin de la vérité, le Maître de toute vie, * je l'invoque pour qu'il me donne de chanter, * comme il est juste et selon ses mérites, les vertus * du Martyr dont la clarté s'est levée de l'Orient, * et qui triompha de la fureur du tyran, * la divine splendeur des Témoins de Jésus Christ.

Synaxaire
Le 3 Janvier, mémoire du saint prophète Malachie.
S'il a pu se louer d'avoir le nom d'un Ange,
aux Anges Malachie se flatte plus encor
d'être uni pour chanter la divine louange.
Son âme, un trois janvier, s'envola de son corps.
Ce même jour, mémoire du saint martyr Gordius.
Qui donc surpasserait le valeureux hoplite
Gordius, qui vers la mort sans peur se précipite?
Au jour du trois janvier l'épée le décapite.
Par leurs saintes prières, ô notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen.


Ode 7, t. 4
« Ils n'adorèrent pas la créature au lieu du Créateur, * les fidèles du Dieu très-haut, * mais affrontèrent généreusement * le feu qui les menaçait; * et ils chantaient dans la fournaise: * Seigneur digne de louange, * Dieu de nos Pères, béni sois-tu. »
Alors que le péché m'avait brisé * et que je reposais, Seigneur, * dans les ténèbres de la transgression, * dans ta miséricorde et ta bonté * tu m'as pris en compassion * et dans les eaux du Jourdain * tu es venu te faire baptiser.
Quel est ce spectacle étonnant? * s'écriaient les Anges en chœur; * celui qui a créé * les fleuves et les étangs par sa volonté * va se faire envelopper * par les flots du Jourdain * pour qu'Adam se renouvelle en eux.
Ineffable hauteur, * incommensurable profondeur, * telle est ton œuvre de salut * qui surpasse en vérité * l'intelligence de tout esprit, * car tu recrées les mortels par eau et par l’Esprit très-saint.
t. 8
« Dans la fournaise les Jeunes Gens * foulèrent la flamme avec ardeur * et changèrent le feu en une fraîche rosée; * et ils criaient: Seigneur notre Dieu, * tu es béni dans les siècles.
Du Maître de l'univers * tu as prédit l'auguste venue, * bienheureux prophète Malachie, * t'écriant: Seigneur notre Dieu, * tu es béni dans les siècles.
Dieu de tendresse, reçois * l'intercession du prophète Malachie * en faveur des fidèles chantant * et s'écriant: Seigneur notre Dieu, * tu es béni dans les siècles.
A tout mon être, sans confusion, * en ta personne, Verbe de Dieu, * tu t'es entièrement uni; * en naissant de la Vierge tu l'assumas; * Seigneur Dieu, tu es béni dans les siècles.

*
« Toi qui dans la fournaise jadis * couvris de rosée les Jeunes Gens * et préservas la virginité de ta Mère après l'enfantement, * Seigneur Dieu de nos Pères, tu es béni. »
Possédant la gloire des Martyrs, * tu exultes avec les Anges dans le ciel, * portant couronne et chantant pour le Christ: * Seigneur Dieu de nos Pères, tu es béni.
Avec l'audace de la foi * tu couvris de honte les impies * lorsque tu chantas à pleine voix: * Seigneur Dieu de nos Pères, tu es béni.
Intercède maintenant * pour que soient délivrés de leurs péchés * les fidèles célébrant ta mémoire et disant au Christ: * Seigneur Dieu de nos Pères, tu es béni.
Sous le flot des guérisons * tu émousses les épines venimeuses du péché, * divine Mère toute-pure et bénie * qui as mis au monde sans semence notre Dieu.


Ode 8, t. 4
« Les nobles Jeunes Gens de la fournaise furent délivrés * par celui qui est né de la Mère de Dieu; * ce qui jadis n'était qu'une image * maintenant devient réalité; * puisqu'il rassemble tout l'univers * qui continue de chanter: * Louez le Seigneur, toutes ses œuvres, * à lui haute gloire, louange éternelle. »
La voix du Père, depuis le ciel, * attestera que tu es son Fils consubstantiel, * toi qui pénètres dans les eaux * et leur communiques ta bénédiction, * Christ béni, et l'Esprit saint * va t'annoncer à tous * comme Dieu incarné.
Création, exulte en apprenant * la sainte épiphanie de notre Dieu, * Anges, chantez, mer, réjouis-toi, * bondissez de joie, les sources et les étangs, * et vous, fleuves, acclamez * mystiquement par des hymnes le Christ * qui va vous faire resplendir de ses bénédictions.
Célébrons en chants de laude le Christ * qui se manifeste dans les eaux * pour recréer en elles * notre nature brisée * et broyer les têtes des ennemis invisibles. * Toutes ses œuvres, chantez le Seigneur, * exaltez-le dans tous les siècles.
Merveille surpassant toutes celles de jadis: * celui qui transcende l'entière création, * notre Dieu, est créé et façonné * dans le sein de la divine Mère et, selon sa volonté, * il nous renouvelle et nous recrée * de façon plus merveilleuse encor * par l'eau et par l'Esprit, comme unique bienfaiteur.
t. 8
« Devenus par ta grâce vainqueurs * du tyran et de la flamme, les Jeunes Gens * si fort attachés à tes commandements * s'écrièrent: Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur, * exaltez-le dans tous les siècles. »
Eloignant tout reflet matériel, * Prophète, tu parus en pur miroir * du rayonnement divin et tu chantais: * Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur, * exaltez-le dans tous les siècles.
Spectateur de la gloire ineffable, * Prophète bienheureux, tu fus le héraut * des mystères célestes, et sans cesse tu chantais: * Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur, * exaltez-le dans tous les siècles.
Reconnaissant en toi la Mère de la Vie * et la Génitrice de Dieu, selon la vraie foi * nous te disons bienheureuse tous en chœur, * pure Vierge Mère, bénissant aussi ton Enfant * et l'exaltant dans tous les siècles.

*

« Dans la fournaise les Jeunes Gens * foulèrent la flamme et l'erreur * et psalmodiaient: Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur, * exaltez-le dans tous les siècles. »
La grâce invisible t'accompagnant, saint Martyr, * t'éclaira et te remplit de bravoure pour chanter: * Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur, * exaltez-le dans tous les siècles.
Courant de toutes tes forces, victorieux Martyr, * tu atteignis le but désiré du royaume pour chanter: * Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur, * exaltez-le dans tous les siècles.
Seigneur, pour les siècles sans fin * demeure la gloire de tes Martyrs * et leur renommée immortelle; aussi nous te bénissons * sans cesse et t'exaltons dans tous les siècles.
Ayant conçu dans la chair le Verbe incorporel, * tu détournas l'antique malédiction de la mère des vivants, * ô Vierge, car tu mis au monde la bénédiction; * aussi nous te chantons dans tous les siècles.


Ode 9, t. 4
« Que tout fils de la terre exulte en esprit, * tenant sa lampe allumée, * que les Anges dans le ciel célèbrent avec joie * la sainte fête de la Mère de Dieu * et lui chantent: Réjouis-toi, * ô bienheureuse et toujours-vierge, sainte Mère de Dieu. »
Voici, l'Agneau qui ôte les péchés de l'humanité * est venu demeurer parmi nous; * demandant le Baptême au serviteur, il se présente comme celui qui sert, * car il veut nous affranchir * de la servitude de l'ennemi * et nous faire retrouver notre ancienne beauté.
Dieu s'est laissé voir en sa bonté * manifestement incarné; * il vient aussi revêtir les ondes du Jourdain, * lui qui en vérité * revêt de nuages le ciel; * fêtons tous ensemble d'avance * dans l'allégresse sa vénérable Epiphanie.
Exulte d'allégresse, prépare-toi, * Jourdain, à recevoir * l'eau jaillissant en la vie éternelle; * fleuves, dansez de joie maintenant * que vous voyez entrer dans l'eau * le torrent de délices pour assécher * toute effusion du mal.
Le jour salutaire a brillé pour nous * qui ne cessions de dormir en la nuit des passions, * car voici venu le Christ, * le Soleil de justice, le Seigneur, * tel qu'il est et tel que nous le concevons, * pour incliner sa tête vers le serviteur * et recevoir de plein gré le Baptême en sa chair.
Les Chérubins et tout être dans le ciel * sont pris d'effroi, ô Vierge immaculée, * en voyant celui que tu as enfanté * d'insaisissable façon * par miséricorde ineffable devenir semblable à nous * et se faire baptiser dans la chair; aussi nous célébrons * dans l'allégresse sa divine Epiphanie.
t. 8
« Toute oreille fut saisie d'étonnement * devant l'ineffable condescendance de Dieu; * car le Très-Haut a bien voulu descendre dans un corps * et devenir un homme dans le sein virginal; * pure Mère de Dieu, nous les fidèles, nous te magnifions. »
Voici venue du Prophète * la fête vénérable et porteuse de clarté: * elle éclaire de sa splendeur prophétique * les fidèles réunis pour chanter * et fait jaillir les guérisons sur toute âme.
Par la puissance vivifiante de ta main, * Ami des hommes, sauvegarde ton Eglise * par les prières de ton serviteur qui nous a révélé * d'avance ton incarnation par laquelle * la rédemption et le salut ont brillé sur les fidèles.
Je récolte le fruit mûr de la vie * sans être lésé par l'arbre du savoir, * car tu as fait croître l’arbre de vie, le Christ * qui nous a fait connaître les chemins de la vie: * Vierge toute-pure, nous proclamons ta divine maternité.

*

« Celui qui révéla au Législateur * sur la montagne dans le buisson ardent * le mystérieux enfantement de la Toujours-vierge * en vue de notre salut, * par nos hymnes incessantes nous le magnifions. »
Prie le Maître de prendre en pitié * les fidèles qui t'honorent, Gordius, * et célèbrent ta festivité * vénérable et porteuse de clarté, * ornement et joyau des Martyrs.
Rassasié maintenant, * Gordius, par les délices sans fin, * la vision divine et la lumière sans couchant, * dans les demeures éternelles * tu récoltes les fruits de tes combats.
Ce jour qui t'a vu combattre en martyr, * le temps n'a pu le ternir, * il n'est pas non plus tombé dans l'oubli, * mais pour les fidèles te chantant * il se lève brillant comme soleil.
Ayant méprisé comme objet de rebut * la gloire qui passe et disparaît, * tu savoures à présent, saint Martyr, * devant le trône du Seigneur * la joie véritable et la gloire sans fin.
Sauvés de l'antique malédiction, * ô Vierge, par ton enfantement divin, * comme il est juste, nous chantons * dans l'action de grâces, tous en chœur: * Notre espérance, Mère de Dieu, réjouis-toi.


Exapostilaire (t. 3 )
De Gordius, l'illustre et saint martyr, * ce jour a vu le combat * dont nous célébrons la brillante mémoire maintenant, * car il a souffert pour le Christ. * Tous ensemble, levons-nous dans la joie, * amis des Martyrs, pour récolter les fruits des vertus.
Quittant la récente merveille de Bethléem, * dans l'ardeur de notre âme courons au Jourdain; * et là, nous verrons le mystère qui nous inspire l'effroi: * en sa divinité le Christ vient en effet * sans vêtement pour me couvrir * de la tunique du royaume des cieux.

Laudes, t. 6
Ayant pour trône le ciel, * le Seigneur est venu sur terre * lorsqu'il prit chair en la Vierge; * puis, s'avançant vers le Jourdain, * il demande à Jean l'universelle purification. * Familles de la terre, chantons-lui: * Bénie soit ton épiphanie, notre Dieu, gloire à toi.
Le Christ est venu vers les flots du Jourdain * demander le Baptême, lui qui efface les péchés. * Que la terre exulte de joie * et que l'allégresse comble les cieux! * Réjouis-toi, Eglise des nations, * épouse du Roi, proclame dans la foi: * Bénie soit ton épiphanie, notre Dieu, gloire à toi.
Montagnes, distillez la douce joie; * nations, battez des mains en esprit; * que le désert fleurisse à présent! * Jourdain, prépare ton accueil; * Baptiste, viens servir dans la joie le mystère du Rédempteur; * et nous, tous les peuples, chantons: * Bénie soit ton épiphanie, notre Dieu, gloire à toi.
La Lumière issue de la Lumière en dehors du temps * est apparue à ceux qui gisaient dans la nuit * pour les illuminer en balayant les ténèbres du péché. * Danse d'allégresse, Adam; * Eve, jubile: voici le Christ, la rédemption; * et toi David, psalmodie: * Bénie soit ton épiphanie, notre Dieu, gloire à toi.
Gloire au Père ...
L'astre de Jacob s'est levé sur le monde * et, prenant sur lui le péché * qui brûlait l'humanité, * il l'engloutit dans les eaux du Jourdain, * rayonnant de sa divine splendeur * pour illuminer les nations par la connaissance de Dieu. * Bénie soit ton épiphanie, notre Dieu, gloire à toi.
Maintenant ...
Accomplissant la Loi dans sa chair, * le Christ est venu au Jourdain * commencer le salut en sa miséricorde; * voici qu'il incline son chef * s'écriant devant le Baptiste * dans la foi: Tous ensemble disons: * Bénie soit ton épiphanie, notre Dieu, gloire à toi.


Apostiches, t. 2
Passons de Bethléem * aux rives du Jourdain: * c'est là qu'en effet * déjà la lumière commence * à briller pour ceux des ténèbres.
Je me souviendrai de toi
depuis la terre du Jourdain et de l'Hermon.

Pays de Zabulon, * gens de Transjordane, écoutez: * voici qu'il est tout près, * le Christ, le salut, * la lumière, la rédemption.
Les eaux te virent, ô Dieu,
les eaux te virent et furent en émoi.

Jourdain, toi aussi, * prépare tes flots: * celui qui baptise dans le feu * s'approche en effet * pour renouveler sa créature brisée.
Gloire au Père ... Maintenant
Le Reflet paternel * de la divine gloire s'est montré * dans les flots du Jourdain; * par le Baptême il purifie * la souillure de nos âmes.

Le reste de l'office de Matines, comme d'habitude, et le Congé.
Dernière édition par Monique le mer. 12 déc. 2007 16:58, édité 1 fois.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

4 janvier

Message par Monique » mer. 12 déc. 2007 16:52

4 JANVIER

Avant-fête de l'Epiphanie;
Synaxe des soixante-dix Apôtres;
et mémoire de notre vénérable Père Théoctiste,
higoumène du monastère de Cucume en Sicile.



VEPRES

Lucernaire, t. 6

Cléopas, Andronique, Sylvain, Agabus, * Ananie et Philippe, Prochore et Nicanor, * Sosthène et Rufus, avec Stachys et Lin, * Etienne, Timon, Hermas et Phlégon, * Marc et Luc, Sosipatros, * Tychique et Philémon, Gaïus et Jason, * par des cantiques sacrés * nous les fidèles, nous vous disons bienheureux.
Narcisse et Trophime, César et Zénas, * Aristarque, Silas, avec Marc et Gaïus, * Hermès, Asyncrite, Céphas, Apollos, * Clément et Juste, avec Eraste et Quartus, * Luc, Onésiphore, Evode et Carpos, * Jacques et Matthias, Aristobule et Urbain, * avec Aristarque et Tychique soient dignement vénérés.
Pudens, Hérodion, Philologue, Artémas, * Radion, Olympas, Apelle, Amplias, * Patrobe et Tite, Tertius et Thaddée, * admirable Epénète, Achaïcus, Aquilas, * Lucius, Barnabé, Fortunat, * Crescens et Apollos si digne de nos chants, * hérauts sacrés de notre Dieu, nous voulons vous honorer.
t. 2
Lorsque ton âme, Bienheureux, * fut blessée d'amour divin, * prenant ta croix, tu suivis le Crucifié dans la joie; * et, mortifiant dans la tempérance le souci de la chair, * tu accueillis en toi la vivante énergie de l'Esprit * pour mettre fin à l'hiver des maladies * par la chaleur de tes prières agréables à Dieu; * aussi d'une même voix nous te disons bienheureux.
Lorsque par tes prières assidues * et par tes jeûnes continus * tu purifias l'œil de ton âme, Père saint, * tu devins un temple de la divinité au triple feu * et, recevant du sacerdoce la sainte onction, * tu pénétras dans le sanctuaire pour offrir * en sacrifice celui qui s'est immolé pour toi * par ineffable condescendance envers nous.
Père Théoctiste, ayant montré * en ton âme pure douceur et résignation, * tu héritas la terre que les doux reçoivent en partage; * et, déifié avec Dieu par communion, * tu savoures la vraie joie, * les délices et la jubilation; * en mémoire constamment * garde les fidèles célébrant de tout cœur * et vénérant ta sainte dormition.
Gloire au Père ... Maintenant, t. 3
Lumineuse était la fête passée, * plein de gloire est le jour s'approchant: * en l'une les Mages ont adoré le Sauveur, * en l'autre un serviteur choisi baptise le Seigneur; * là, des bergers passant la nuit dans les champs * ont vu et admiré l'unique Fils * qu'ici le Père proclame de sa voix.

Apostiches, t. 2
Prophète, tu dois servir * de chandelier à la Clarté, * d'éclat au Soleil, * d'ami à l'Epoux, * de Précurseur au Verbe de Dieu.
Je me souviendrai de toi
depuis la terre du Jourdain et de l'Hermon.

Voici qu'au Jourdain * est venue l'illumination * et s'est montrée la rédemption; * venez, tous ensemble purifions-nous * et chantons l'avant-fête dans la joie.
Les eaux te virent, ô Dieu,
les eaux te virent et furent en émoi.

Par toi, ô Mère de Dieu, * me sont venus tous les biens: * la divine incarnation, * l'illumination du Jourdain * et ma communion à la divine clarté.
Gloire au Père ... Maintenant, t. 6
Le Christ, la vérité, * vient au Jourdain se faire baptiser * par saint Jean qui lui dit: * C'est moi qui ai besoin d'être baptisé par toi * et c'est toi qui viens à moi! * Moi, le chaume, je n'ose toucher au feu; * Maître, sanctifie-moi par ta divine épiphanie.


Tropaire, t. 3
Saints Apôtres du Seigneur, * intercédez auprès du Dieu de miséricorde * pour qu'à nos âmes il accorde le pardon de nos péchés.
t. 4
Prépare-toi, Zabulon, * pare-toi, Nephtali, * fleuve du Jourdain, arrête-toi, * accueille avec allégresse le Maître qui vient se faire baptiser. * Adam et Eve, exultez, * ne vous cachez plus comme jadis au Paradis; * car, vous voyant nus, le Seigneur s'est montré * pour vous revêtir du premier vêtement. * Le Christ se manifeste pour renouveler l'entière création.


COMPLIES

Canon d'avant-fête, avec l'acrostiche: Je chante une hymne longue pour le grand jeudi.

Ode 1, t. 6
« Grâce au bâton de Moïse la mer Rouge se divise en deux * et les sources de l'abîme sont asséchées: * pour le peuple sans armes un passage est ouvert, * mais les équipages de Pharaon y trouvent leur tombeau, * et vers Dieu s'élève le chant * qui célèbre la victoire du Christ notre Dieu. »
L'insondable Sagesse de Dieu, * cause de tout bien et source de vie, * en la sainte Mère inépousée * a bâti sa maison * et vient maintenant vers les flots du Jourdain * demander le Baptême pour recréer les mortels.
Initiant tous les hommes, la Sagesse de Dieu * invite à la lumière ceux qui viennent des nations, * et ceux qui gisaient dans les ténèbres de l'ignorance, sans clarté, * elle les conduit mystiquement vers la connaissance de la vérité * par le Baptême qui purifie les cœurs * et par l'Esprit créateur.
Ecoutons maintenant les prophéties * que l'Esprit vient d'accomplir, * car celui qui baptise dans l'Esprit et dans le feu, * le Christ, se rend au Jourdain. * Avancez vers lui et soyez illuminés, * votre visage n'aura pas à rougir.

Ode 3
« Le Seigneur, Roi de tous et Dieu créateur, * sans changement a revêtu notre humaine pauvreté; * et dans les flots où il va pénétrer, * étant lui-même l'Eau, il crie aux foules rassemblées: * Puisez l'eau jaillissante de la vie, * vous y trouverez l'aliment de votre foi. »
Pour sauver les âmes aussi bien que les corps * tu viens offrir la grâce du Baptême, Sauveur; * c'est pourquoi tu nous l'accordes maintenant, * et grâce pour grâce, t'écriant: * Puisez l'eau jaillissante de la vie, * vous y trouverez l'aliment de votre foi.
Il court à sa perte, l'insensé, * celui qui ne connaît pas Dieu; * par ses inconvenances il se prive de tout bien * et de toute espérance de salut: * puissions-nous échapper à son sort, * nous tous qui avons la connaissance du Christ!

Ode 4
« Prévoyant ton mystère ineffable, ô Christ, * le Prophète d'avance déclara: * La grâce du Baptême, tu l'as établie solidement * sur nous qui la recevons avec foi * pour la rédemption de nos péchés. »
Tu te hâtes vers le Baptême qui va faire jaillir * le pardon sur tous les mortels * ployant sous le poids de leurs funestes péchés * et tu promets à ceux que la vie accable de maux * d'accorder par pitié le repos à leurs âmes.
Prenant ma chair, tu m'as communiqué ta divinité; * toi, l'image immuable de ton Père, en effet * tu prends place en l'ouvrage de tes mains, * te montrant semblable aux hommes à l'exception du péché, * Verbe Sauveur, pour que tes semblables en soient purifiés.
Les signes de ton empreinte, Sauveur, * sont le calice, l'onction et l'Esprit, * les charismes mystiques et les aimables présents de tes dons; * le Père t'envoya en effet dans le monde * comme propitiateur, Fils unique.
Ode 5
« Tenu par le lien de la crainte, le Précurseur * se refuse à baptiser le Christ, * voyant dans les eaux sans vêtement * celui qui bâtit ses chambres hautes sur les eaux. »
La Sagesse de Dieu qui retient les grandes eaux, * qui dompte les abîmes et met un frein à la fureur des flots * vient au Jourdain et reçoit * le Baptême des mains de son propre serviteur.
Ayant formé le premier Adam, le Christ par le Baptême vient le purifier; * celui qui revêt le ciel de nuages et se drape de clarté * se laisse voir sans vêtement dans les flots du Jourdain, * et celui qui maintient l'univers se laisse imposer la main.

Ode 6
« J'enfonce dans l'abîme du péché * et, ne pouvant plus souffrir la colère des flots, * comme Jonas je te crie: * A la fosse rachète ma vie. »
Les cieux, te connaissant comme Seigneur, * racontent ta gloire à ta naissance, Sauveur; * mais à ton Baptême à présent * le Père te proclame son Fils bien-aimé.
Que tout homme souillé se lave dans les flots de ses pleurs * et s'approche avec crainte du Christ * qui dans le feu et l'Esprit saint * vient purifier la nature des humains.

Ode 7
« Jadis dans la fournaise de Babylone les Jeunes Gens * ne craignaient point le feu où ils furent jetés, * mais ils marchaient dans les flammes, tout couverts de rosée, * et ils chantaient: Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni. »
Hochant la tête, que nul perfidement * ne se mette à détester son prochain, * méditant de lui rendre le mal pour le mal, * mais dans la charité vénérons l'épiphanie du Seigneur.
Vous tous, les amis du Christ, * acceptez de souffrir un peu pour celui * qui, formé et paru à notre image, vient aussi * recevoir le Baptême pour que son image soit purifiée.
Quiconque descend avec moi et dans le Baptême est enseveli * jouira de même avec moi * de la gloire de la résurrection, dit le Christ * à la rencontre duquel nous voulons marcher dans la foi.

Ode 8
« Pour obéir à la loi de leurs Pères, les nobles Jeunes Gens * affrontèrent la mort et du roi de Babylone méprisèrent l'ordre insensé; * tous ensemble, dans le feu qui ne pouvait les consumer, * ils chantèrent dignement la louange du Tout-puissant: * Toutes ses œuvres, chantez le Seigneur, * exaltez-le dans tous les siècles. »
Invités à Bethléem au festin de notre Dieu, * ayant joui de son verbe et glorifié * son incarnation avec les Anges, les Mages et les Bergers, * à présent cheminons mystiquement vers le Jourdain * pour voir le grand mystère que vient accomplir * le Christ que nous exaltons dans tous les siècles.
Observant le résumé des Prophètes et de la Loi, * en embrassant la charité soyons les imitateurs * du Christ qui par amour extrême a pris chair * et par le Baptême nous réconcilie avec le Père et nous enseigne à chanter: * Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur, * exaltez-le dans tous les siècles.
Il accueillit celui qui dans les cieux * venait effacer les péchés de tous, * mais saisi de crainte il s'opposa: * C'est moi qui ai besoin d'être baptisé par toi, * disait l'ami à l'Epoux, la voix au Verbe, le chandelier au Soleil * que nous exaltons dans tous les siècles.

Ode 9
« A l'immortelle et sainte table * du Seigneur en l'humble grotte de Bethléem * ayant d'abord goûté, maintenant * courons vers le Jourdain * contempler le mystère étonnant * où nous est offerte la suprême splendeur. »
Allez de Bethléem au pays du Jourdain, * vous qui êtes friands de merveilles; * là vous verrez les œuvres accomplies de mystérieuse façon: * car le Verbe, ayant pris chair, * vient renouveler la nature d'Adam * après l'avoir assumée.
Engendré par le Père avant les siècles, Créateur, tu es né * en ces ultimes temps, * ayant pris chair sans changement, * de la Vierge pure, la Servante de Dieu; * puis, en deux natures restant le Dieu que tu es, * tu renouvelles Adam par le feu de l'Esprit.
En tant qu'homme tu t'es manifesté, * et ce ne fut pas apparence mais réalité, * en demandant comme l'un de nous * le Baptême, toi par nature seul immaculé, * car tu es venu ensevelir dans les eaux * les péchés des hommes, en te faisant baptiser.


MATINES

Cathisme I, t. 4
Voici, le Christ vient au Jourdain * et s'écrie à l'adresse du Précurseur: * Dans les eaux du fleuve baptise celui * qui efface tout péché du monde; * étends la main sur ma tête divine: * d'une main avide en effet * je suis venu corriger la transgression.
Fidèles, voyant venir divinement * vers le Baptême le Maître et le Roi de l'univers, * chantons-le et préparons * avec amour les chemins de nos coeurs, * nettoyant la souillure des péchés funestes; * voici qu'il vient en effet * sauver le genre humain dans les flots du Jourdain.

Cathisme II, t. 8
Réjouis-toi, saint Baptiste du Seigneur, * car le Christ est venu se faire baptiser par toi; * tu trembles comme un serviteur, car le Maître incline la tête vers toi; * touche le divin chef de celui qui touche l'univers de sa main, * le Dieu qui sauve dans sa bienveillance le genre humain.


Canon d'avant-fête (t. 6), alphabétique, œuvre de Joseph, puis le canon des Apôtres (t, 4), avec l'acrostiche: Je veux louer les autres disciples du Christ, Joseph; et celui du Saint (t. 2), œuvre de Théophane.

Ode 1, t. 6
« Lorsqu'Israël eut cheminé sur l'abîme, * comme en terre ferme, * et vu le Pharaon persécuteur * englouti dans les flots, * alors il s'écria: * Chantons une hymne de victoire en l'honneur de notre Dieu. »
Se réjouisse la création * et que chantent les familles des nations: * Jésus, le Roi de toute terre, vient * pour que nous soyons purifiés * dans les flots du Jourdain.
Dans les entrailles virginales, Seigneur, * c'est la pourpre des rois * qu'en ta chair tu as revêtue; * mais tu t'avances vers le cours du fleuve dépouillé, * revêtant notre nudité.
Toi le Fils du Père sans commencement, * dans ta miséricorde, Seigneur, * tu viens simplement vers le fils de Zacharie * lui demander le baptême pour faire de nous * dans la grâce des fils de Dieu.
t. 4
« Ma bouche s'ouvrira * et s'emplira de l'Esprit saint: * j'adresse mon poème à la Mère du Roi; * et l'on me verra, en cette fête solennelle, * chanter avec allégresse toutes ses merveilles. »
Disciples du Christ qui * s'est manifesté pour nous dans un corps de chair, * illustres Apôtres, vous avez illuminé * le monde entier grâce aux rayons de la foi, * en réduisant les ténèbres des sans-Dieu.
Laissant la confusion et l'instabilité * de ce qui passe et disparaît, * Crescens et Prochore ont suivi le Christ * avec Andronique, Thaddée et Nicanor * pour devenir des flambeaux divins.
Glorieux Apôtres, avec la force de l'Esprit * vous avez lutté contre les forces du Mauvais, * et ceux qui étaient pris * par la folie de l'impiété, * vous les avez comblés de force et de savoir divin.
Le Seigneur qui s'est manifesté * dans la même chair que nous * fut prêché par Amplias, Philippe et Stachys, * ces apôtres et hiérarques divins, * vrais serviteurs de ce qui dépasse notre esprit.
Vénérons le palais divin * où demeure le Roi selon sa volonté * et chantons l'Inépousée, * l'unique Mère de Dieu, * grâce à laquelle nous voici déifiés.
t. 2
« Dans l'abîme jadis fut culbutée * par la puissance invincible * toute l'armée de Pharaon * et maintenant le Verbe fait chair * a supprimé le poids de nos péchés, * le Seigneur que nous glorifions, car il s'est couvert de gloire. »
Ce torrent de délices qu'est le Christ * vient en serviteur * se baigner dans les ondes du Jourdain; * exultez, montagnes, et vous, collines, soyez bordées d'allégresse, * et que les âmes avilies * se préparent à la divine pureté.
En ce jour ta mémoire pleine de clarté * a fait briller sur nous, * Théoctiste, la justice de tes actions * comme rayons de soleil pour dissiper * l'obscurité de nos passions; * la célébrant avec amour et foi, nous te disons bienheureux.
T'élevant sur les ailes de l'amour du Christ, * tu as dépassé * le monde et sa confusion; * aussi as-tu rejoint * les rudes peines de l'ascèse et tu vécus * dans la tempérance comme un Ange du ciel.
Venez, dans la pureté de notre esprit * disons bienheureuse la Vierge immaculée; * et chantons la beauté de Jacob qu'a chérie * le Seigneur Dieu qui l'a choisie; * il en a fait sa demeure de sainteté, * plus vénérable que l'entière création.


Ode 3, t. 6
« Nul n'est saint * comme toi, Seigneur mon Dieu; * tu as exalté la force des fidèles, dans ta bonté, * et tu nous as fondés * sur le roc inébranlable * de la confession de ton nom. »
Dieu qui domines l'univers, * te voici portant l'image du serviteur; * en ta miséricorde tu es venu dans la chair * vers ton serviteur pour nous tirer * par le Baptême divin * de la servitude de l'ennemi.
Pourquoi es-tu venu dans les eaux, * et pour quelle purification? Quelle souillure veux-tu laver * dans ta miséricorde et ta bonté? * Ô Verbe, je chante * ta condescendance qui dépasse tout esprit.
Cherchant la brebis * que le loup cruel * avait déchirée par ruse, ô Christ, * tu arrives aux flots du Jourdain * pour dire au Précurseur: * Baptise-moi, je t'en prie.
t. 4
« Garde sous ta protection, * ô Mère de Dieu et Source intarissable de la Vie, * tous les chantres qui t'honorent de leurs hymnes; * dans ta divine gloire * accorde-leur la couronne des vainqueurs. »
Comme fleuves le Verbe de Dieu * vous envoya par toute la terre, * saints Apôtres, pour la combler * des flots de l'Esprit divin * et dans la grâce éteindre le brasier des sans-Dieu.
Chantons le divin Timon * avec Silas et Sylvain * et faisons l'éloge fidèlement * de l'illustre Epénète, d'Urbain et d'Agabus, * hérauts du Christ en vérité.
Vous qui étiez déjà bienheureux, * puisque vous avez eu pour Maître * la suprême béatitude, notre Dieu, * vous avez donné aux misérables de jadis * leur part de divine félicité.
Pure avant que d'enfanter, * Vierge Mère, tu l'es demeurée * pendant puis après l'enfantement, * car tu mis au monde le Dieu * que le chœur des Apôtres a prêché avec splendeur.
t. 2
« Tu m'as affermi sur la pierre de la foi, * tu m'as fait triompher devant mes ennemis, * et mon esprit exulte de joie en chantant: * Nul n'est saint comme toi, ô notre Dieu, * nul n'est juste comme toi, Seigneur. »
Celui qui fit les abîmes à son commandement * et bâtit ses chambres hautes sur les eaux * vient se faire baptiser dans les eaux: * éveille-toi, mon âme, purifie-toi de tes passions * pour lui présenter le fruit de tes vertus.
Comme rose au doux parfum, par les soins de l'Esprit, * tu fleuris sur le pré de l'ascèse, * Théoctiste, pour combler de bonne odeur * ceux qui chantent chaque jour à notre Dieu: * Nul n'est saint comme toi, Seigneur.
Comme olivier florissant dans la maison du Seigneur * tu as poussé afin d'illuminer, * Théoctiste, grâce à l'huile de tes efforts, * les visages de ceux qui psalmodient: * Nul n'est saint comme toi, Seigneur.
Nombreux, ceux qui me traquent et me traitent de haut; * dans la douleur se consume ma vie; * j'enfonce dans l'abîme du péché; * notre Dame, sauve-moi, ne m'abandonne pas: * ma protectrice invincible, c'est toi.

Cathisme, t. 3
Inébranlables colonnes de l'Eglise et fondements de la foi, * Disciples de notre Dieu, gardez-la sans faille, * écartant loin d'elle les pièges de l'erreur * et demandant chaque jour au Christ notre Dieu * de nous accorder la grâce du salut.
t. 1
De manière agréable à Dieu * ayant fait paître le troupeau du Seigneur, * utilisant ta parole comme chalumeau, * Théoctiste porteur-de-Dieu, tu le menas * au pâturage de l'impassible vie * et le guidas vers Dieu, lui assurant le salut; * tu es passé vers lui pour recevoir * la récompense que tes efforts ont méritée. * Gloire à celui qui t'a donné ce pouvoir, * gloire à celui qui t'a couronné, * gloire à celui qui opère en tous, le salut par tes prières.
Jésus étant né de la Vierge Marie * et par Jean baptisé dans le Jourdain, * l'Esprit descendit sur lui, * sous forme de colombe se montrant. * Aussi, avec les Anges le Prophète s'écria: * Gloire à ta venue, ô Christ, * gloire à ta royauté, * gloire à ton œuvre de salut, seul Ami des hommes.


Ode 4, t. 6
« Le Christ est ma force, * mon Seigneur et mon Dieu! * tel est le chant divin * que la sainte Eglise proclame * et d'un cœur purifié * elle fête le Seigneur. »
Lorsqu'il te vit, Seigneur, * le Jourdain remonta son cours; * et notre nature qui descendait * le courant grossi par les passions * remonta vers les cieux, * se retournant pour t'adorer.
Le soleil fut stupéfait * de te voir, divin Maître, * dans la nudité de ta chair, * toi le Soleil illuminant * notre nature dépouillée * par la ténébreuse transgression.
Voici, la purification, * voici, la rédemption, * la nouvelle création de tous, * l'illumination, est venue chez les siens; * devenons ses familiers * par la pureté de notre vie.
t. 4
« L'ineffable projet divin * de ta virginale incarnation, * Dieu très-haut, le prophète Habacuc * l'a saisi et s'écria: * Gloire à ta puissance, Seigneur. »
Pénétrant comme chevaux dans la mer, * les saints Disciples du Sauveur * ont piétiné l'océan des nations * et sauvé les croyants * par l'eau et par le saint Esprit.
Sur terre comme soleil ont resplendi * Pudens, Apelle, Philologue, Hérodion, * Patrobe ainsi que Rufus; * ils ont illuminé les croyants, * les sauvant des ténèbres de l'ignorance.
Ayant tendu son arc, * comme flèches aiguës le Dieu d'amour * vous envoya briser celles de l'ennemi * et guérir par la grâce de Dieu * ceux qui furent cruellement vulnérés.
Offrons notre louange au Rédempteur * en chantant Rodion, * ce divin prédicateur, * le sage Asyncrite et l'illustre Hermès, * ainsi que Lin et Gaïus.
Le bienheureux chœur de ceux qui jadis * prophétisèrent dans l'Esprit * en leurs oracles divins, * Toute-pure, t'appelle justement * la Porte et la Montagne ombragée.
t. 2
« Tu es issu de la Vierge non comme un ange ou un ambassadeur, * mais comme le Seigneur revêtu de notre chair, * tu as sauvé tout mon être; * c'est pourquoi je te crie: * Gloire à ta puissance, Seigneur. »
Les sueurs de tes efforts ont distillé, * admirable Père, la douceur * pour chasser l'amertume des Démons * et dissiper l'âpreté des maladies, * Théoctiste digne de nos chants.
Divinisé par d'incessantes purifications, * vénérable Père, tu devins * pour les Moines un lumineux flambeau, * un modèle exact, un guide sûr, * un inébranlable donjon.
Théoctiste, l'océan des passions, * tu l'as ouvert grâce au bâton de la foi, * vénérable Père, et tu as englouti * l'invisible Pharaon, * pour atteindre la terre promise.
Nuit et jour, en mon angoisse je crie vers toi * et je suis sauvé * en m'évadant de mes passions, * délivré des tentations du Diable, * Toute-pure, par ta sainte médiation.


Ode 5, t. 6
« Dieu très-bon, illumine, je t'en prie, * de ton éclat divin * les âmes de tes amants qui veillent devant toi, * afin qu'ils te connaissent, ô Verbe de Dieu, * toi, le Dieu véritable * qui nous fais revenir des ténèbres du péché. »
Offrons au Christ comme fruits * la pureté de notre vie; * car en sa grâce il vient purifier * dans les eaux la souillure de nos péchés, * lui, le seul bienfaiteur, * l'impeccable Seigneur.
Peuple qui étais assis * dans les ténèbres du malheur, * vois la Lumière sans déclin * qui se manifeste pour toi * resplendir de sa divine splendeur * et chante la grâce du Christ manifesté.
Accomplissant le grand mystère, * Seigneur qui nous combles de grands dons, * tu es venu vers ton Précurseur, * de tous les Prophètes le plus grand, * pour exalter ineffablement * par le Baptême l'humanité amoindrie.
t. 4
« L'univers est transporté * par ta divine gloire, ô Vierge inépousée, * car tu as porté dans ton sein, le Dieu transcendant * et tu mis au monde un Fils intemporel * qui accorde le salut * à ceux qui chantent ta louange. »
Comme les Apôtres ayant reçu * le pouvoir de lier et délier, * vous avez délivré ceux que retenaient * les chaînes de l'infidélité; * aussi dans l'allégresse nous fêtons, * illustres Disciples, votre mémoire fidèlement.
Par des cantiques sacrés * vénérons Aristarque, Tertius et Jason, * Sosthène, César et Marc, * Sosipatros, Quartus et Luc, * Apelle le divin, * Epaphrodite, Eraste et Clément.
Comme les Douze, glorieux Apôtres, * le Seigneur, vous envoya * déraciner toute impiété * et planter la connaissance de Dieu * clairement en tout homme; * intercédez pour nos âmes.
Illumine les yeux de mon cœur; * ô Vierge, fais briller sur moi * un rayon de repentir; * délivre-moi de l'éternelle obscurité, * Porte de la Clarté, refuge de tout chrétien * qui te chante avec foi.
t. 2
« Lumière de qui se trouve en la ténèbre, * ô Christ Sauveur, salut des sans-espoir, * devant toi je veille, Prince de la paix: * illumine-moi de tes rayons; * je ne connais point d'autre Dieu que toi. »
Avec le soc de tes prières, Père saint, * tu as labouré la terre de ton cœur * pour y semer la parole comme grain * et récolter en abondance les fruits * nourrissant l'âme des fidèles te chantant.
Sans cesse tenant ton esprit en éveil, * Père saint, tu endormis les passions où l'âme se corrompt, * te hâtant vers l'aurore divine, * vers la splendeur de la lumière sans déclin, * là où demeurent ceux qui exultent de joie.
Resplendissant de la clarté que tu portais * et comblé par les charismes de l'Esprit, * tu as montré aussi à tous * une conduite pleine de pureté, * vivant comme un Ange dans ton corps.
Tu fus la Porte de l'Orient venu d'en haut, * le trône élevé du Roi, ô Vierge immaculée, * l'Echelle qui s'élève jusqu'au ciel, * sur laquelle est descendu le Christ * pour converser avec les mortels exilés.


Ode 6, t. 6
« Lorsque je vois * l'océan de cette vie * soulevé par la tempête des tentations, * j'accours à ton havre de paix * et je te crie, ô Dieu de bonté: * A la fosse rachète ma vie. »
Toi l'unique Seigneur, * toi que remplissent comme un fleuve * les ondes mystiques de la paix, * tu viens demander au fleuve * à la gouttelette de te baptiser, * toi le seul sans péché.
Le chœur des Anges est émerveillé * lorsque il aperçoit d'en haut * dépouillé de tout vêtement * celui qui revêt de nuages le ciel * et s'écrie: Combien grande, Seigneur, * est ta condescendance envers les hommes!
L'Infini s'est anéanti, * voici que l'Invisible * s'est manifesté dans un corps; * fleuve du Jourdain, réjouis-toi, * fais le plein de tes eaux pour baigner * l'universel Renouveau.
t. 4
« Célébrant cette divine et sainte fête * de la Mère de Dieu, * venez, fidèles, battons des mains, * glorifiant le Dieu qu'elle a conçu. »
Apôtres, comme vivantes nuées * vous avez répandu sur le monde entier * l'eau salutaire de la vie * pour arroser les cœurs des croyants.
La puissance de vos paroles divines a vaincu * l'éloquence des rhéteurs * et rendu sages ceux qu'avait aliénés * la connaissance de l'erreur.
Comme Disciples du Verbe soient magnifiés * Trophime et le divin Pudens, * Aristarque et l'illustre Philémon, * Onésiphore et l'excellent Tychique.
Je te chante, seule digne de nos chants, * je te glorifie, toi que Dieu a glorifiée, * et je te dis bienheureuse puisque Dieu lui-même l'a dit, * toi que les humains déclarent telle d'âge en âge.
t. 2
« Encerclé par l'abîme de mes péchés, * j'invoque l'abîme insondable de ta compassion: * de la fosse, mon Dieu, relève-moi. »
Tu as soumis les esprits du mal * en devenant la demeure de l'Esprit saint * qui t'insuffla sa force, bienheureux Théoctiste.
Sous ta houlette, vénérable Père, tu as nourri * avec l'herbe de l'ascèse ton troupeau spirituel * et l'as conduit vers le céleste bercail.
Celui qui étendit les cieux à son commandement * a fait de toi un autre ciel, pure Génitrice de Dieu, * et sortant de toi est apparu à ceux des ténèbres.


Kondakion, t. 2
Fidèles, célébrons en ce jour * le chœur des septante Disciples du Christ; * par eux nous avons tous appris en effet * le culte de l'indivisible Trinité: * ils sont les chandeliers de la divine Foi.

Ikos
Fidèles, en des cantiques sacrés * acclamons les soixante-dix Apôtres d'un même chœur: * Etienne, Prochore et Silas, * Amplias, Nicanor, Timon et Parménas, * Apelle, Jacques, Philippe, Aristarque et Matthias, * Hérodion, Crescens et Phlégon, * Barnabé, Lin, Olympas, Ananie, * Luc, Asyncrite et tous les autres; * ils sont les chandeliers de la divine Foi.

Synaxaire
Le 4 Janvier, Synaxe des saints et glorieux soixante-dix Apôtres.
De glorifier ensemble les Soixante-dix
c'est justice, selon l'équitable Thémis.
Le quatrième jour tous ensemble, nous autres,
nous célébrons le chœur des illustres Apôtres.
Ce même jour, le vénérable Théoctiste, higoumène du monastère de Cucume en Sicile, achève sa vie dans la paix.
Théoctiste, «créé-par-Dieu» (tel est ton nom),
l'Incréé t'a paré de l'éternel renom.
Par leurs saintes prières, ô notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen.


Ode 7, t. 6
« Dans la fournaise l'Ange répandit la rosée * sur les nobles Jeunes Gens, * mais le feu brûla les Chaldéens * sur l'ordre de Dieu * et le tyran fut forcé de chanter: * Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni. »
Comment les eaux d'un fleuve te recevront, * toi, le torrent de délices, Jésus Christ? * Comment le Précurseur * étendra la main sur toi * qui l'as formé de ta main * et nous arraches à l'emprise du Mal?
Seigneur, toi le fleuve de bonté, * comment viens-tu vers le cours du Jourdain? * C'est que tu veux abreuver * aux flots de l'immortalité * ceux qui furent soumis à la mort * pour l'amère nourriture suggérée par la malveillance du Serpent.
Que les montagnes distillent la joie, * que les collines bondissent en jubilant; * que les fleuves battent des mains, * car le Christ est apparu, * il vient dans le fleuve pour engloutir * les péchés des mortels.
t. 4
« Ils n'adorèrent pas la créature au lieu du Créateur, * les fidèles du Dieu très-haut, * mais affrontèrent généreusement * le feu qui les menaçait; * et ils chantaient dans la fournaise: * Seigneur digne de louange, * Dieu de nos Pères, béni sois-tu. »
Avec la parole pour filet, * vous avez tiré du gouffre de l'impiété * les nations disséminées * et par des signes prodigieux * vous les avez affermies, * saints Apôtres, dans de sages pensées, * vous les guides des errants.
Vers le havre de suprême sérénité * ayant embarqué ceux qui naviguaient * sur les ondes du malheur, * vous êtes devenus leurs sauveurs, * vous les habiles timoniers * qui chantiez: Seigneur, * Dieu de nos Pères, béni sois-tu.
Tous ensemble disons bienheureux * Evode et Carpos, Tychique et Céphas * avec Justus et Artémas * et l'illustre Zénas, * comme Disciples du Christ, * et chantons: Seigneur, * Dieu de nos Pères, béni sois-tu.
Rendus par l'Esprit saint * semblables à des éclairs, * Apôtres du Christ, vous avez sauvé * ceux que la nuit de l'ignorance retenait * et les avez conduits * vers la lumière de la vie pour chanter: * Dieu de nos Pères, béni sois-tu.
Vierge tout-immaculée, * tu es la propitiation * des pécheurs invétérés, * ayant enfanté de merveilleuse façon * celui qui ôte le péché du monde, le Christ * auquel nous chantons: Seigneur, * Dieu de nos Pères, béni sois-tu.
t. 2
« Sur l'ordre impie d'un injuste tyran * la flamme s'éleva très haut, * mais le Christ a répandu sur les Jeunes Gens * la rosée de l'Esprit saint: * à lui bénédiction et haute gloire! »
Sous l'effusion de tes larmes tu as éteint, * bienheureux Théoctiste, la fournaise des passions * et tu fis jaillir les ondes vives des miracles; * par elles, Père digne de nos chants, * sont effacées les maladies des âmes et des corps.
Ayant imité David en sa douceur, * tu acquis la pureté de l'impassible Job, * la foi d'Abraham, la sincérité de Jacob * et l'ardeur de Pierre; toi qui dans le ciel * demeures avec eux, souviens-toi de nous tous.
Ô Mère qui as enfanté pour nous * la Vie personnifiée qui par sa mort détruit la mort, * ranime aussi par tes prières * mon être mis à mort par le débordement du mal, * Vierge pure, bénie et de gloire comblée.


Ode 8, t. 6
« De la flamme, pour tes Saints, tu as fait jaillir la rosée * et, par l'eau, tu as fait flamber le sacrifice du Juste, * car tu accomplis toutes choses par ta seule volonté: * ô Christ, nous t'exaltons dans tous les siècles. »
Elisée ouvrit les eaux du fleuve à l'aide du manteau, * esquissant d'avance la grâce du Baptême divin * que le Christ a lui-même opérée * en y entrant lui le seul bienfaiteur.
Le glorieux Prophète indiqua la grâce du Baptême jadis * lorsqu'à l'aide du sel il assainit les eaux * qui, d'infertiles qu'elles étaient, ramenèrent la fécondité * par la puissance de notre Dieu manifesté.
Tout ravin sera comblé des dons divins, * les collines rebelles seront abaissées, * ce qui est tortueux sera redressé * par l'Epiphanie du Dieu incarné.
t. 4
« Les nobles Jeunes Gens furent délivrés de la fournaise * par celui qui est né de la Mère de Dieu; * ce qui jadis n'était qu'une image * maintenant devient réalité, * puisqu'il rassemble tout l'univers qui continue de chanter: * Louez le Seigneur, toutes ses œuvres, * à lui haute gloire, louange éternelle. »
Sous le soc de la parole ayant renouvelé * les cœurs en friches, Apôtres dignes de nos chants, * vous y avez semé la semence du salut * pour faire croître sagement * l'épi de la foi au centuple, * Disciples du Seigneur, et récolter * la multitude des sauvés.
Jacques, Etienne et Cléopas, * le sage Narcisse et Barnabé, * Apelle, Aristobule et Marc, * ces Apôtres du Christ, * par de divins éloges vénérons-les, * disant à haute voix: Louez le Seigneur, * exaltez-le dans tous les siècles.
Portant comme cuirasse la Croix, * avec courage vous vous êtes avancés * vers toutes les phalanges du Dragon, * saints Apôtres, et les ayant anéanties * vous avez reçu dans la foi * ceux qu'il tenait captifs * et les avez conduits au Seigneur vivifiant.
Merveille surpassant toutes celles de jadis: * divine Epouse tout-immaculée, * comment tu restes vierge en enfantant? * Tu as fait naître en effet * le Verbe coéternel au Père, pour lequel nous chantons: * Toutes ses œuvres, louez le Seigneur, * exaltez-le dans tous les siècles.
t. 2
« Le Dieu qui descendit dans la fournaise * pour venir en aide * aux enfants du peuple hébreu * et changer la flamme en une fraîche rosée, * toutes ses œuvres, chantez-le comme Seigneur, * exaltez-le dans tous les siècles. »
Ayant passé ta vie en l'innocence, * Père saint, tu renversas * la perversité de l'Ennemi * par la perfection de ton esprit, * Théoctiste qui chantais à pleine voix: * Louez le Seigneur, exaltez-le.
Près des âmes se trouve la cognée * menaçant de les retrancher; * ô mon âme, hâte-toi, * coupe les épines des passions, * offre au Seigneur tes fruits en leur saison; * les prières du Théophore t'assurent le salut.
Entre toutes les générations * le Christ t'a choisie pour demeure * ô Mère de Dieu, * nous renouvelant après la chute * par union au bien suprême; c'est pourquoi * nous te chantons dans tous les siècles.


Ode 9, t. 6
« Aux hommes il est impossible * de voir Dieu, sur qui les Anges mêmes * n'osent fixer leur regard, * mais aux mortels s'est manifesté le Verbe fait chair * grâce à toi, ô Toute-pure, * et lorsque nous le magnifions * avec les armées célestes * nous te proclamons bienheureuse. »
Ô Christ qui formas l'homme de tes mains, * sous la main du Précurseur * tu t'inclines en homme, t'humiliant * afin de m'exalter, moi qui jadis * fus abaissé et perdu; * c'est pourquoi je glorifie * le redoutable mystère * de ton œuvre de salut.
La purification des âmes * se prépare: voici venue * la délivrance du mal, * la divine illumination; * fleuve du Jourdain, réjouis-toi, * création tout entière, exulte de joie, * terre et mer, acclamez, glorifiez * le Christ, suprême bonté.
Plénitude de tous les biens, * Dieu suprême, tu viens * dire à ton serviteur comblé de sainteté, * que ta condescendance remplit de stupeur: * Approche, baptise-moi, * je veux remplir en effet * de pureté, de sainteté, * la nature des mortels.
t. 4
« Que tout fils de la terre exulte en esprit, * tenant sa lampe allumée, * que les Anges dans le ciel célèbrent avec joie * la sainte fête de la Mère de Dieu * et lui chantent: Réjouis-toi, * ô bienheureuse et toujours-vierge, sainte Mère de Dieu. »
Ô Christ, guéris nos passions * par les prières des Apôtres qui t'ont chéri * au point de t'annoncer à toutes les nations * comme Dieu, Seigneur et Créateur de l'univers * et de chasser les ténèbres des faux-dieux * par la lumière de leur prédication.
Sur le monde resplendirent comme des éclairs * Luc, Hermès et Matthias * ainsi que Marc, Ananie et Olympas; * ils ont illuminé l'ensemble des croyants; * en ce jour, fidèles, vénérons-les * par des cantiques saints et sacrés.
Debout dans la maison de notre Dieu, * fidèlement disons bienheureux * les saints docteurs et prédicateurs, * angéliques esprits, trésors précieux, * sauveurs, défenseurs et protecteurs * de qui vénère leur mémoire sacrée.
De l'immatérielle clarté de l'Esprit ont brillé * Aquilas, Achaïus, Fortunat et l'illustre Carpos * avec les soixante-six autres serviteurs * et sacro-saints Disciples du Christ; * sur tous les cœurs ils répandent la clarté * de leur mémoire, en ce jour.
L'éclatante lumière de ton Enfant * a brillé sur toute la terre pour l'éclairer; * pour le prince des ténèbres elle fut la perdition, * toute-pure Génitrice de Dieu, * gloire des Anges et salut de tous les humains * dont la voix ne cesse de chanter pour toi.
t. 2
« Le Fils du Père sans commencement, notre Seigneur et notre Dieu, * ayant pris chair de la Vierge, * nous est apparu * pour illuminer les ténèbres * et rassembler ce qui était dispersé: * ô Mère de Dieu toute digne de louange, nous te magnifions. »
Théoctiste, tu fus selon ton nom * une pure créature de Dieu, * et de ton âme tu n'as pas altéré la beauté * par la souillure du péché, * mais tu l'embellis par la croissance des vertus; * c'est pourquoi nous te glorifions.
Paré de toutes les vertus, * rayonnant de charité, * resplendissant de tant de biens, * tu es passé vers tes Pères, * vénérable Théoctiste, dans un âge avancé, * engrangé comme froment dans les célestes greniers.
En ce jour les brebis de ton bercail * célèbrent en jubilant * la mémoire lumineuse de ta dormition; * Père trois fois heureux, depuis le ciel * où tu es passé, tu ne cesses de les bénir, * toi qui te tiens avec les Anges devant Dieu.
C'est la Vie que tu as enfantée * pour la rédemption des mortels: * Vierge pure et tout-immaculée, * vivifie mon âme mise à mort par le péché * dans ta compassion, toi le seul secours * de qui se réfugie sous ta protection.


Exapostilaire (t. 3)
Laissant le monde, les Soixante-dix, * ô Verbe et Maître, par amour * devinrent tes disciples et dans la foi * purifièrent de toute erreur le monde entier.
Le Fils né du Père avant les siècles en dehors du temps * et d'une Femme ayant pris chair de merveilleuse façon * vient se faire baptiser * pour que le monde naisse une seconde fois.

Laudes, t. 6
Celui qu'annonça la voix criant dans le désert, * le Christ, est venu aux flots du Jourdain * et dit au Précurseur: «Allons, plonge-moi dans les eaux, * baptise-moi qui descends sur terre; * je suis venu en effet * laver Adam de sa faute passée. » * Bénie soit ton épiphanie, notre Dieu, gloire à toi.
Jamais je ne sonderai la hauteur du ciel; * vais-je compter les étoiles ou mesurer l'univers? * Moi, le précurseur, comment pourrai-je toucher * de ma main ta tête, Seigneur? * Comment baptiserai-je celui qui maintient la création? * C'est pourquoi je te crie: * Bénie soit ton épiphanie, notre Dieu, gloire à toi.
Partageant un même trône avec le Père et l'Esprit, * j'ai pour escorte les armées angéliques, * mais dans l'étroitesse de la grotte je me suis exilé * en naissant à Bethléem par amour; * aussi tu peux étendre maintenant * sur moi ta droite pour qu'en moi * je lave également les péchés du monde entier.
Pour dissoudre les péchés au temps de Noé, * par ta parole tu ouvris les cataractes des cieux: * comment le Jourdain supportera de te voir? * Déjà il remonte son cours; * l'entière création t'a reconnu * et moi, Seigneur, je te crie: * Bénie soit ton épiphanie, notre Dieu, gloire à toi.
Gloire au Père ...
Pour que le bon plaisir de mon Père fût accompli * je suis venu revêtir la pauvreté sur terre; * le ciel est mon trône, la terre, l'escabeau de mes pieds; * et pourtant j'incline la tête devant toi; * c'est pour cela que je suis arrivé; * baptise-moi pour qu'en moi * soient effacés les péchés des mortels.
Maintenant ...
Toi qui jadis par la colonne et la nuée * as conduit Israël et lui donnas la rosée au désert, * toi, l'Ineffable par nature qui domines l'univers, * comment as-tu revêtu la forme du serviteur? * Moi, le chaume, vais-je toucher à ton feu? * Toi-même, baptise-moi: * c'est moi qui ai besoin d'être purifié par toi.


Apostiches, t. 2
Le Reflet paternel * de la divine gloire s'est montré * dans les flots du Jourdain; * par le Baptême il purifie * la souillure de nos âmes.
Je me souviendrai de toi
depuis la terre du Jourdain et de l'Hermon.

Accueille en serviteur, * Prophète saint Jean, * le Rédempteur de l'univers * et baptise le Créateur * pour que les mortels puissent naître à nouveau.
Les eaux te virent, ô Dieu,
les eaux te virent et furent en émoi.

Voici qu'au Jourdain * est venue l'illumination * et s'est montrée la rédemption; * venez, tous ensemble purifions-nous * et chantons l'avant- fête dans la joie.
Gloire au Père ... Maintenant ...
Le Christ en ce jour * accorde aux mortels * la rédemption salutaire, * de toute âme purifiant les péchés * au feu du Baptême divin.

Le reste de l'office de Matines, comme d'habitude, et le Congé.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

5 janvier

Message par Monique » jeu. 13 déc. 2007 13:25

5 JANVIER

Avant-fête de l'Epiphanie; et mémoire des saints martyrs Théopempte et Théonas, et de la vénérable Synclétique.

VEPRES

Lucernaire, t. 4

Chantons les saints Théopempte et Théonas: * obéissant aux préceptes du Christ * et renversant toute injuste adoration, * ils ont servi le culte saint et sacré, * confessant généreusement * devant les tyrans l'unique Dieu et Seigneur, * et ont reçu du ciel la couronne des vainqueurs.
Délaissant le terre à terre de la vie, * la gloire qui se fane, la jouissance des plaisirs, * en un mot ce qui passe et disparaît, * vous vous êtes attachés au Christ * brûlant d'une flamme charmante pour ce qu'il a de bel et de bon; * et vous vous êtes offerts comme roses au doux parfum; * alors vous avez reçu la couronne du royaume éternel.
Vous détournant des choses d'ici-bas, * vous avez surpassé le monde visiblement * pour vous unir à l'assemblée des premiers-nés; * vous chantez le cantique éternel avec les Anges, * vous tenant face à face avec le Seigneur; * car, ayant abattu le mensonge des faux-dieux, * vous avez renversé la folie des tyrans en martyrs.
t. 1
Ayant chéri en vérité * la gloire des Pères saints, * pour toi-même tu désiras * la renommée immortelle; c'est pourquoi, * t'éloignant des plaisirs, * tu soumis ton corps à toutes peines * et maintenant pour tes efforts * tu reçois la récompense en régnant avec le Christ.
Celui qui accepta de livrer le juste Job * le réclamant au Diable, * voulant aussi t'éprouver comme l'or, * laissa ton corps souffrir la violence du Mauvais; * mais toi, tu confondis * le démon tentateur * par ta constance au milieu des douleurs * et tu reçus la couronne des vainqueurs.
Ayant chéri, la beauté du Christ * comme d'un époux * et désireuse de l'épouser, * à travers tes efforts ascétiques, * tu choisis comme parure * toutes les formes du bien; * et c'est pourquoi maintenant * dans son palais tu règnes avec lui.
Gloire au Père ... Maintenant, t. 6
Fleuve du Jourdain, prépare-toi: * voici que le Christ notre Dieu * vient se faire baptiser par saint Jean * pour écraser dans tes eaux * sous le poids de sa divinité * la tête des invisibles dragons. * Désert du Jourdain, réjouis-toi, * dans l'allégresse, montagnes, bondissez, * car voici la Vie éternelle * qui vient rappeler Adam. * Et toi, saint Jean, Précurseur, * proclame de ta voix qui crie dans le désert: * Préparez les chemins du Seigneur, * redressez les sentiers de notre Dieu.


Apostiches, t. 6
Terre entière et tout mortel, * exultez d'allégresse et de joie: * le torrent de délices est baptisé * dans le fleuve pour assécher l'effusion du mal * et fait jaillir la divine rémission.
Je me souviendrai de toi
depuis la terre du Jourdain et de l'Hermon.

Comme source de lumière, Jésus, * n'ayant nul besoin d'être baptisé dans la chair, * vient cependant aux flots du Jourdain * pour soient illuminés que ceux des ténèbres; * allons à sa rencontre, fidèles, de tout cœur.
Les eaux te virent, ô Dieu,
les eaux te virent et furent en émoi.

Portant la forme du serviteur, * tu viens te faire baptiser, * ô Christ, par un serviteur dans les flots du Jourdain, * pour nous racheter de l'antique esclavage du péché, * nous sanctifier et nous illuminer.
Gloire au Père ... Maintenant ...
Que se réjouisse le désert du Jourdain, * qu'il fleurisse comme lis, * car en lui s'est fait entendre la voix du crieur: * Préparez le chemin du Seigneur, * car celui qui soupèse les monts * et met dans sa balance les vallons, * le Dieu qui remplit l'univers * est baptisé par un serviteur; * celui qui donne les richesses s'appauvrit. * Eve s'était fait dire: Tu enfanteras dans les douleurs; * et maintenant la Vierge a entendu: * Pleine de grâce, réjouis-toi, * le Seigneur est avec toi, * celui qui accorde la grâce du salut.

Tropaire, t. 4
Le Jourdain retourna en arrière jadis, * frappé par le manteau d'Elisée, * et les eaux se divisèrent de part en part * après l'assomption d'Elie. * Les flots lui devinrent un ferme chemin * à l'exacte image du Baptême * par lequel nous traversons * le cours fluctuant de la vie. * Le Christ se manifeste au Jourdain pour sanctifier les eaux.


COMPLIES

Canon d'avant-fête, avec l'acrostiche: Et aujourd'hui je chante le grand sabbat, et les hirmi des quatre premières odes ne faisant pas partie de l'acrostiche.

Ode 1, t. 6
« Jadis sous les flots de la mer * le Seigneur ensevelit le Pharaon persécuteur, * et maintenant le Jourdain * enveloppe le Sauveur dans ses flots, * il couvre celui qui accomplit * en sa nature humaine ma purification; * car il s'est couvert de gloire. »
Pour toi, Seigneur, je chanterai * un chant de lumières, ô mon Dieu, * et une ode d'avant-fête en même temps * pour ta divine Théophanie * par laquelle tu me fais le don * de la seconde naissance, * me ramenant vers la divine splendeur.
Les êtres de la terre et des cieux, * Dieu Sauveur, te voyant * précéder les siècles là-haut * et te manifester ici-bas, * s'émerveillèrent grandement * et se mirent à chanter * ta condescendance dépassant tout esprit.
Pour remplir de ta gloire l'univers * tu t'abaissas totalement * jusqu'à la forme du serviteur; * et tu inclines maintenant * ta tête sous la main du servant, * comme celui qui sert, pour m'accorder * purification et renouveau.

Ode 3
« Seigneur qui suspendis la terre sur les eaux, * la création, voyant ta chair couverte par les flots, * trembla de frayeur et s'écria: * Nul n'est saint comme toi, ô notre Dieu. »
Aux Prophètes tu montras ta Théophanie d'abord en figures * et maintenant tu fais connaître concrètement * aux hommes les mystères cachés, * m'accordant en ce jour la seconde naissance par ton épiphanie.
Le Jourdain a courbé ses ondes comme un dos * pour recevoir avec crainte le Créateur * baptisé en son corps et sanctifiant qui s'écrie: * Nul n'est saint comme toi, ô notre Dieu.
En suprême viatique pour le salut * le Christ accorde le Baptême à tous ceux * qui perçoivent sa divine clarté et chantent avec joie: * Nul n'est saint comme toi, ô notre Dieu.

Ode 4
« Prévoyant ta venue au Baptême, Sauveur, * le prophète Habacuc dans son trouble te cria: * Contre la mer tu es monté sur tes chevaux * bouleversant les grandes eaux. »
Par ta manifestation corporelle * la terre est sanctifiée, les eaux sont bénies, * le ciel s'illumine et le genre humain * est délivré de l'amère servitude de l'ennemi.
Sur un ordre divin maintenant le Précurseur * du désert vient au Jourdain en disant: * Repentez-vous, voici qu'approche le royaume des cieux * appelant tous les hommes à la gloire de Dieu.
Celui qui jadis changea la mer en lieu sec * et fit jaillir les sources du rocher * transforme à présent les flots du Jourdain * en creuset pour faire fondre les péchés sous le feu de l'Esprit.

Ode 5
« Contemplant. déjà la lumière sans déclin * qu'en ta bonté, ô Christ, tu nous as montrée par ta venue, * le prophète Isaïe veillait devant toi * et s'écria au milieu de la nuit: * Dans le baptême venez laver et purifier * vos corps et vos âmes par l'eau et l'Esprit. »
Créateur, tu renouvelles les mortels, * devenant toi-même nouvel Adam, * opérant notre renaissance merveilleusement * par l'eau, par le feu et l'Esprit, * refaçonnant ta créature de façon admirable * par le Baptême divin, sans la fondre ou la broyer.
Tu renouvelles notre âme par l'Esprit * et par l'eau tu sanctifies nos corps, * recréant l'homme, cet être composé; * en ta sage providence tu appliques en effet * à l'une et à l'autre le remède qui convient, * en médecin de l'âme et du corps.
Sauveur issu de l'Inépousée, * Verbe né du Père avant les siècles, * tu es venu en homme * vers le fils de la Stérile demander le Baptême; * mais l'Eglise, tu l'as rendue par l'eau et l'Esprit * mère de nombreux enfants, de stérile qu'elle était.

Ode 6
« Saisi de crainte, le Baptiste divin * ne fut point retenu par la peur; en effet * s'il refusa de s'approcher, comme chaume, du feu, * oyant dire: Laisse faire, il courut accomplir * en serviteur l'ordre donné, pour obéir au Fils éternel, * lorsque la voix du Père lui rendit témoignage depuis le ciel. »
Obéissant à l'édit de César, * tu fus inscrit, mais non asservi; * si tu allèges notre servitude, en effet * tu payes le didrachme et te soumets de bon gré; * et nous qui étions vendus à la loi du péché, * tu nous as libérés, nous faisant tes fils par adoption.
Elle n'est pas selon le monde, ta royauté, * puisque par nature tu es Roi; * même si, né dans la chair de la lignée de David, * tu as reçu son trône royal, * éternelle est ta puissance, car tu règnes toujours * avec le Père et l'Esprit dans les siècles, Sauveur.
Il s'attribuait aussi la royauté, * le Prince de ce monde, commandant aux esprits dans les eaux, * mais ta purification le fait suffoquer, * il est anéanti comme jadis «Légion» dans le lac; * et l'œuvre de tes mains qui lui était asservie, * par ta main puissante, Sauveur, tu l'as affranchie.

Ode 7
« Ô merveille ineffable! * Celui qui libéra de la fournaise les Jeunes Gens * incline la tête et demande au serviteur * le Baptême, afin de purifier * ceux qui lui chantent: Rédempteur * notre Dieu, tu es béni. »
Il préfigure ton Baptême, * le cours du Jourdain jadis ouvert par un manteau, * puisqu'est ainsi déchirée la tunique des passions * et le vêtement de la condition immortelle * est préparé pour ceux qui disent à pleine voix: * Christ notre Dieu, tu es béni.
Bienheureux est le fleuve * qui reçut le Créateur baptisé, * car il devient la source des eaux vivifiantes * pour le salut de tous ceux * qui chantent avec nous: Rédempteur * notre Dieu, tu es béni.
Représentant par le symbole * de la triple immersion dans l'eau * la divine descente dans la mort, * nous sommes ensevelis avec le Christ par le Baptême * pour communier à sa Résurrection le troisième jour * et lui crier: Tu es béni.
Unique est la grâce * du Père, du Fils et de l'Esprit * rendant parfaits ceux qui chérissent fidèlement * le don du Baptême divin * et reçoivent le pouvoir de devenir enfants de Dieu * pour lui crier: Tu es béni.

Ode 8
« Que les cieux frémissent d'effroi, * que tremble la terre en ses fondements, * car voici enveloppé dans les eaux * celui qui par l'eau fit flamber le sacrifice du Juste jadis. * Jeunes gens, bénissez le Seigneur * et vous, prêtres, louez-le, * peuple, exalte-le dans tous les siècles. »
Le Christ vient accorder par le Baptême * la rédemption à tout fidèle; * car il y purifie Adam, * relève l'homme déchu, * confond le Tyran qui l'a fait tomber, * ouvre les cieux, fait descendre l'Esprit * et donne de communier à la vie immortelle.
Elle prend fin, l'erreur de l'ennemi, * car une voix crie au désert: * Préparez le chemin du Seigneur, * redressez tous ses sentiers; * tout ravin (l'humble nature des mortels) * s'élèvera pour que soient humiliés * les monts et les collines des ennemis.
Ô merveille ineffable! * Grâce divine, condescendance inouïe! * voici que par l'eau me purifie * et m'illumine par le feu * et me rend parfait par l'Esprit saint * le Créateur et Maître au Jourdain * portant ma nature à l'exception du péché.

Ode 9
« Ne versez pas de vaines larmes, * vous étouffant au nœud coulant du désespoir, * vous les mortels chargés de péchés; * mais dans la componction de l'âme avancez * vers le seul Pur qui tous nous purifie * et par le Baptême nous accorde le pardon. »
En ta merveilleuse naissance * tu fus admirable, ô Verbe de Dieu, * en naissant de la Vierge d'étonnante façon; * et maintenant tu es magnifié, car tu accomplis * ce grand mystère où la piscine baptismale devient * mère aux nombreux fils qu'elle enfante par l'Esprit.
Par ta sainte naissance, * Verbe de Dieu, la terre fut sanctifiée * et par l'étoile les cieux racontèrent ta gloire; * maintenant la nature des eaux est bénie * par ton Baptême selon la chair, et le genre humain * retourne à sa noblesse de jadis.
La terre entière se réjouisse, * le ciel exulte, bondisse l'univers, * que les fleuves battent des mains, * les sources, les étangs, les abîmes et la mer * s'unissent dans la joie, car le Christ * vient purifier Adam et le sauver par le Baptême divin.


MATINES

Cathisme 1, t. 1
Réjouis-toi, fleuve du Jourdain, * car en toi vient librement le Créateur de l'univers * pour recevoir, en la tendresse de son cœur, * le Baptême de la main d'un serviteur; * exulte, Adam; Eve, danse de joie, * première aïeule, car la rédemption de tous est venue, la divine et suprême bonté.
Le torrent de délices, le Seigneur, * s'avance vers les eaux du fleuve pour se faire baptiser, * désireux de m'abreuver aux flots de l'immortalité; * lorsqu'il le vit, saint Jean s'écria: * Comment puis-je étendre la main sur ton chef * devant qui tremble tout l'univers?

Cathisme II, t. 3
Chantons tous comme Dieu de bonté * l'Insaisissable qui s'appauvrit dans la chair * et vint au Baptême pour nous reformer en lui; * magnifions sa condescendance infinie * et disons-lui dans la gratitude de nos cœurs: * Gloire, Seigneur, à ta divine Epiphanie.
Ayant revêtu la nudité d'Adam, * Dieu de tendresse, tu vas déposer * le vêtement de ta gloire corporellement * dans le fleuve du Jourdain. * Ô merveille qui suscite l'étonnement: * comment l'eau va-t-elle te recevoir, * toi qui selon l'Ecriture bâtis tes chambres hautes sur les eaux? * Jésus notre bienfaiteur, nous chantons ensemble ta divine Epiphanie.


Canon d'avant-fête (t, 1), œuvre de Joseph, puis le canon de la Sainte (t. 2) et celui desMartyrs (t.7)

Ode 1, t. 1
Le Christ vient au monde, glorifiez-le
« Sauvé de l'amère servitude, Israël * comme terre ferme a traversé la mer * et, voyant sombrer les ennemis, * dans l'allégresse il chante pour son Dieu * qui fit merveille par son bras puissant: * Car il s'est couvert de gloire. »
Le Christ vient au baptême, glorifiez-le, * le Christ descend au Jourdain, allez à sa rencontre; * dans les eaux voici que le Christ * ensevelit nos péchés par bonté; * chantons-le dans l'allégresse, * car il s'est couvert de gloire.
Dans l'allégresse, que les nues * fassent pleuvoir la joie éternelle, * car le Christ Jésus s'avance * pour engloutir des fleuves de péchés * dans les eaux du Jourdain, en accordant * à tous les hommes l'illumination.
Voici que vient paraître la clarté, * voici, se manifeste le pardon, * voici, le Sauveur vient éclairer * de sa divine splendeur * ceux que les ténèbres retenaient; * purifions nos coeurs pour l'accueillir avec joie.
t. 2
« Venez, tous les peuples, chantons pour notre Dieu, * le Christ qui divisa la mer * pour le peuple qu'il soustrait * à la servitude des Egyptiens, * car il s'est couvert de gloire. »
J'entreprends avec confiance de tresser * une couronne de cantiques * pour honorer ton souvenir, * mais je suis impur et sans inspiration: * donne-moi par tes prières de parler avec sagesse et pureté.
Elevant tout ton esprit vers la hauteur de Dieu * et reconnaissant * l'immense abîme de ses biens * ainsi que l'excellence de ses voluptés, * tu t'éloignas de tous les tiens.
Pour t'élever sur les ailes de l'esprit * vers le Dieu très-haut, * dans la tempérance et les efforts * tu allégeas ton corps rivé aux choses d'ici-bas, * désirant plutôt te charger de gloire.
Demeurant ce qu'il était, le Christ * en s'incarnant de ton sein, * à nous mortels formés de boue, * nous donna ce que d'abord nous étions, * divine Génitrice, en nous délivrant de nos péchés.
t. 7
« Chantons pour le Seigneur * qui a jeté à l'eau toute l'armée de Pharaon: * à lui notre hymne de victoire, * car il s'est couvert de gloire. »
Venez, fidèles, célébrons * d'un même chœur le glorieux souvenir * des victorieux Martyrs en glorifiant le Christ * par des cantiques spirituels.
Les victorieux Martyrs du Christ, * ces fermes champions de la foi, * ayant pris les armes contre l'impiété, * ont triomphé de l'ennemi.
Le persécuteur impie, * étranger à la foi du Christ, * en sa fureur cruelle contre les Martyrs * fut anéanti par leur foi.
Les brebis de ton bercail, * Génitrice de notre Dieu, * sauve-les de tout danger * en implorant le Sauveur.

Ode 3, t. 1
Avant les siècles
« Que nul mortel se glorifie * en sa richesse ou son savoir, * mais en sa foi dans le Seigneur, * disant au Christ notre Dieu * conformément à la vraie foi * et sans cesse lui chantant: * Maître, veuille m'affermir * sur le roc de tes commandements. »
Celui qui dès avant les siècles * siège avec le Père et l'Esprit, * ayant pris chair, comme il le sait, * de la Vierge ces temps derniers, * le Christ, vient se faire baptiser * pour donner à tous * l'immortalité par la divine immersion.
Désireux d'ensevelir * dans les ondes nos péchés, * le Christ notre Dieu * en la tendresse de son cœur * s'avance vers les flots * du Jourdain pour nous tirer * de notre corruption * et nous recréer par le Baptême divin.
Du premier père voulant couvrir * l'infamante nudité, * tu te dépouilles librement * et toi-même t'enveloppes, ô Christ, * des flots du Jourdain, * toi qui bâtis sur les eaux * tes chambres hautes, Seigneur * qui seul nous prends en pitié.
t. 2
« Seigneur, affermis nos cœurs en ton amour, * toi qui sur la croix fis disparaître le péché, * et plante la crainte de ton nom * dans les cœurs de ceux qui te louent. »
Couverte de plaies, tu n'as pas épargné ta chair, * irrésistiblement poussée * vers les peines de l'ascèse, * par lesquelles tu repoussas le tentateur.
Tu as choisi la voie étroite et resserrée * qui procure en Dieu la vie incorruptible, * méprisant la route large, car rien n'est pire * pour qui est doué de bon sens.
La fleur de ta joue ardente a disparu * sous le chancre et les macérations * et la flamme de tes yeux * s'éteignit sous les flots de tes pleurs.
Toute-pure, le Verbe qui en toi s'est incarné, * pour effacer toute souillure en notre chair * et donner l'exemple de la plus grande pureté, * se laisse baptiser dans les eaux.
t. 7
« Mon cœur est affermi dans le Seigneur, * ma force s'exalte en mon Dieu, * et ma bouche s'élargit devant mes ennemis. »
Acclamons les divins Athlètes victorieux, * ces défenseurs de la foi, de la piété, * Théopempte et Théonas si dignes de nos chants.
Servant de règle, d'exemple, de modèle pour les Saints, * les sublimes Témoins du Seigneur * furent aussi leurs guides au combat.
Imitant leur vie vertueuse, * ensemble les Martyrs s'écriaient devant le tribunal: * Nous sommes tous des chrétiens.
Né de la Vierge sans qu'on puisse l'expliquer, * Ami des hommes, selon ton bon plaisir tu apparus * et tu renouvelas le monde, Seigneur.

Cathisme, t. 5
Ayant surpassé l'endurance des Ascètes, * désormais tu jouis d'une insigne demeure dans les cieux, * comblée de la plus brillante splendeur; * avec courage ayant suivi l'étroit chemin, * tu as vaincu les choses d'ici-bas, * tu es devenue semblable aux Anges, et maintenant * tu partages leur gloire pour toujours.
t. 1
Théopempte, déjà Pontife ici-bas, * a rejoint les célestes hiérarchies par ses souffrances; * ayant violé l'ordre impie des tyrans, * il subit les tortures et s'écrie dans la joie: * L'unique Dieu que j'adore est celui * qui engloutit les fautes des mortels dans les flots du Jourdain.
La grande pluie vient au cours du Jourdain * pour recevoir le baptême dans la chair, * mais aussitôt le divin Précurseur ici demande étonné: * Comment te baptiser, toi le seul sans péché * et comment vais-je étendre la main * sur la tête qui fait trembler de crainte l'univers?

Ode 4, t. 1
Comme le rameau fleuri de la racine de Jessé
« L'admirable prophète Habacuc * entendit jadis ta voix, * ô Christ, et dans la crainte s'écria: * Seigneur, tu es venu de Théman, * Dieu saint, de la montagne ombragée * pour sauver ceux qui te sont consacrés; * gloire à ta puissance, Seigneur. »
Venez puiser l'eau de la vie: * voici qu'arrive maintenant * le vrai Fleuve de la paix * pour assécher les flots bourbeux des incroyants * et faire sourdre l'illumination * sur ceux qui chantent pour lui: * Gloire à ta puissance, Seigneur.
Terre assoiffée, réjouis-toi, * genre humain, stérile désert, * car se manifeste maintenant * le torrent de délices dissolvant * les scories de nos péchés dans le Jourdain; * aussi, fidèles, chantons-lui: * Gloire à ta puissance, Seigneur.
La voix du crieur prophétique a retenti * dans les consciences désolées: * Préparez, dit-elle, les droits chemins * pour le Christ qui vient refaçonner * par le Baptême divin * nos cœurs vieillis dans le péché, * mettant fin à l'antique condamnation.
t. 2
« Tu es issu de la Vierge non comme un ange ou un ambassadeur, * mais comme le Seigneur revêtu de notre chair, * tu as sauvé tout mon être; * c'est pourquoi je te crie: * Gloire à ta puissance, Seigneur. »
Toi dont le corps se distinguait par sa beauté, * tu devins pour beaucoup * une cause de dégoût; * alors, te soustrayant à leur vue, * tu communias à la divine beauté.
Comme Job, tu supportas la corruption du corps; * pas un mot ne t'échappa * pour demander la mort; * mais, laissant faire la nature et le temps, * tu partis pour la demeure de Dieu.
Tu quittas parents, famille et possessions * pour te diriger * vers le Christ et vers lui seul, * trésor inviolable qui ne s'épuise pas; * avec lui tu participes à la gloire d'en-haut.
Ô Vierge, ton enfantement * a délivré Adam de la corruption, * ce produit de l'homme dont fut exemptée * ta conception surhumaine; * aussi délivre-moi du mal qui me corrompt.
t. 7
« J'ai entendu ta voix * et je suis rempli de crainte, * j'ai reconnu ton œuvre admirable, Seigneur. »
Les sublimes Témoins du Christ * ont abreuvé l'univers de leurs paroles divines * et par eux l'erreur fut abolie.
C'est l'inviolable trésor qu'ont découvert * les Martyrs victorieux, car ici-bas * ils méprisèrent les richesses, la gloire et les honneurs.
Pour armure ayant celle du Christ, * avec elle les Martyrs ont terrassé * toute la cruauté du tyran.
Vierge pure, Mère sans tache et bénie, * de toute vicissitude les menaçant * sauve les chantres de ton nom.

Ode 5, t. 1
Dieu de paix et Père de tendresse
« Ô Christ, fais briller ta lumière sans déclin * sur le cœur de qui te chante dans la foi, * nous donnant ta paix qui surpasse tout esprit, * afin que, de la nuit et de l'obscurité * courant vers la lumière de tes commandements, * Ami des hommes, nous te glorifiions. »
Ô Christ qui es vraiment le Roi de Paix,* tu as brisé le mur de haine qui nous séparait, * en te faisant semblable à nous sur terre dans la chair; * aussi, lorsqu'il te vit venir, * saint Jean fut pris de crainte en recevant * l'ordre d'imposer la main sur toi.
Venu broyer les têtes des dragons, * le Christ avance vers les eaux * et dit au Baptiste tout tremblant: * Etends sur moi la main, * touche ma tête, cesse d'avoir peur, * accomplis ce qui t'est commandé.
Le Prophète dans l'Esprit divin * montra la grâce du Baptême jadis, * frappant de son manteau les ondes du Jourdain, * qui s'ouvrirent pour nous amener * vers la seconde naissance en Dieu, * lorsqu'en elles est apparu le Christ.
t. 2
« Toi qui es la source de clarté * et le créateur des siècles, * Seigneur, dirige-nous * à la clarté de tes commandements: * nous ne connaissons nul autre Dieu que toi. »
Mère sage et glorieuse, tu devins * le temple du Verbe qui habite les cœurs purs; * dans les nombreuses peines de l'ascèse * tu fis resplendir en effet * la beauté de ton âme.
Sous tant de peines tu as mortifié la chair * que la grâce naturelle faisait déjà rougir, * mais tu resplendis plus encor * de la lumière des vertus * éclairant l'icône de ton âme.
Ayant consumé la substance de ton corps * au feu d'amour de ton âme pour le Christ, * tu partages maintenant * l'allégresse des Incorporels * dans la vision immatérielle de ton Dieu.
Ce sont les têtes des dragons infernaux * se cachant dans les eaux que brise maintenant, * Toute-pure, le Chef de tout croyant, * que sans semence en vérité * tu fis naître de ton sein.
t. 7
« Dans l'attente du matin * pour ta gloire et ta louange, ô Verbe de Dieu, * inlassablement nous célébrons * l'image de ta Croix, * cette arme que tu nous donnes pour nous sauver. »
Les Athlètes victorieux, * qui l'emportèrent en soldats de la foi * sur les tourments que leur ont infligés * dans leur haine les impies, * ensemble ont reçu la couronne.
Ni mensonge ni flatterie * ni la gloire des hommes ici-bas * ne purent vous couper, * saints Martyrs, le chemin de la foi; * aussi vous jubilez maintenant.
Puisque vous êtes constamment * devant le trône de la gloire du Seigneur, * intercédez avec les Anges * pour qu'il accorde le pardon de leurs péchés * aux fidèles qui chantent pour vous.
Pleine de grâce, Vierge immaculée * qui enfantas d'ineffable façon * dans le temps le Verbe intemporel, * intercède auprès de lui * pour qu'il sauve nos âmes.

Ode 6, t. 1
De ses entrailles, comme il l'avait reçu
« Tout entier je suis la proie de mes passions * et le monstre inique m'engloutit; * de la fosse, ô Dieu, retire-moi * comme jadis tu fis pour Jonas, * et donne-moi dans la foi * d'être libéré de mes passions, * pour que je t'offre en esprit de vérité * un sacrifice de louange. »
Manifestant la tendresse de son cœur, * le Christ, l'immuable Dieu, * vient dans la forme de celui qui sert * demander au serviteur * le Baptême pour tirer * l'humanité de la servitude; * mais sa venue le comble de frayeur * et la crainte le diminue.
Comment les eaux du fleuve accueilleront * ta venue, irrésistible Feu? * Comment les Anges du haut des cieux * contempleront ta nudité? * Comment saint Jean étendra-t-il * la main sur toi, Verbe de Dieu, * toi qui de terre l'as créé, * Seigneur précédant tous les temps?
La mer se retirant des deux côtés * préfigurait le passage divin * du nouveau peuple que forma * en venant au fleuve dans la chair * celui qui merveilleusement * fit jaillir les ondes du rocher; * glorifions en lui le Dieu * qui recrée notre nature broyée.
t. 2
« Encerclé par l'abîme de mes péchés, * j'invoque l'abîme insondable de ta compassion: * de la fosse, mon Dieu, relève-moi. »
Rayonnante de l'éclat du saint Esprit, * tu méprisas les jouissances des désirs charnels, * car l'amour du bien t'avait percée de ses flèches.
Ta mémoire porteuse de clarté lointaine * a resplendi en ce jour sur les âmes enténébrées, * ornement des Moines et des Ascètes.
Tu as gardé la pureté virginale, * chérissant les noces immortelles de ton merveilleux époux, * le Christ, dont l'amour te brûlait.
Pour que nous soyons comblés de gloire, * le Seigneur de gloire est venu vers l'homme diffamé: * le purifiant en son humanité, ton Fils l'a glorifié.
t. 7
« Du sein de l'Hadès cria Jonas: * A la fosse rachète ma vie! * Et nous-mêmes, nous crions: * Aie pitié de nous, Sauveur tout-puissant. »
Sur le stade combattant, * les Martyrs ont abrogé l'erreur des faux-dieux * et ont balayé de la terre * l'impiété par leurs souffrances.
Le persécuteur de notre foi, * l'Ennemi, envoya ses serviteurs * armés du glaive pour vous immoler * comme des agneaux, illustres Martyrs.
Lorsqu'ils virent les tyrans * munis du glaive, sans peur les Martyrs * se sont écriés en chœur: * Juge, nous sommes les soldats du Christ.
Ne cesse pas d'intercéder * auprès de ton Fils, notre Dieu, * pour qu'il sauve tes chantres de tout danger, * Mère pure et toujours-vierge.

Kondakion, t. 4
Descendu en ce jour dans les flots du Jourdain, * le Seigneur dit à Jean: * Ne crains pas de me baptiser: * je suis venu en effet * sauver Adam le premier Père.

Ikos
Abîme de sagesse infinie, * source intarissable de charismes, Seigneur, * en océan d'où coule la vie * tu répands sur le monde le pardon; * tu viens maintenant dans les flots du Jourdain * demander le Baptême, toi le seul immaculé; * dans ta miséricorde tu effaces les fautes des mortels, * dans la nature assumée tu opères la rémission des péchés; * ô Christ, tu es venu en effet * sauver Adam le premier Père.

Synaxaire
Le 5 Janvier, mémoire des saints martyrs Théopempte et Théonas. Théopempte s'écrie: J'achève le combat,
puisqu'enfin sous le glaive ma tête s'abat.
«Ils m'ont mis au profond de la fosse» s'écrie
Théonas, citant le psaume qu'il s'approprie.
Théopempte le cinq prit congé de la vie.
Ce même jour, mémoire de sainte Synclétique.
Affranchie de la vie, le cinq l'est hic et nunc
Synclétique, qui serve du mal ne fut onc.
Par leurs saintes prières, ô notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen.

Ode 7, t. 1
Les Jeunes Gens élevés dans la piété
« En la fournaise ardente comme en un festin nuptial * pénétrèrent jadis les Jeunes Gens * dont la sainteté fut manifeste en leur piété; * d'une même voix ils ont chanté: * Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni. »
Le Christ, notre salut, est apparu, * il nous apporte l'illumination; * le ciel se réjouisse et les nuées * distillent la justice pour qui chante en vérité: * Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.
La toison que d'avance Gédéon * a vu remplir un bassin d'eau * indiquait ton Baptême, ô Christ, * que, baptisé, tu donneras à ceux qui psalmodient: * Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.
Elisée assainissant par le sel * les eaux qui provoquaient l'avortement * préfigura les fonts baptismaux, * source de fécondité pour ceux qui psalmodient: * Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.
t. 2
« Sur l'ordre impie d'un injuste tyran * la flamme s'éleva très haut, * mais le Christ a répandu sur les Jeunes Gens * la rosée de l'Esprit saint: * à lui bénédiction et haute gloire! »
L'Adversaire dans sa malveillance avait pensé * pouvoir affaiblir la force de ton âme par les maladies, * mais rencontrant en toi la sagesse et la patience de Job, * il fut blessé et repoussé * par l'endurance avec laquelle tu supportas les tourments.
Ton âme, ayant quitté la tempête de la vie, * aborda au calme port, * chargée du fret divin * de ta sagesse et des vertus; * là tu te reposes de tant de malheurs.
Sagement tu guidas la vie commune en conseillant * de ne jamais changer de lieu; * car la récompense s'acquiert au prix de grands efforts; * par tes paroles et ton exemple tu n'as pas craint * de rendre aux moniales ce service en vérité.
La nature des eaux me lave du péché * en accueillant de merveilleuse façon, * ô Vierge, ton Enfant; * divine Epouse, la purification du divin Créateur de la lumière * nettoie ceux qui étaient souillés de tant de péchés.
t. 7
« Couvrant de rosée la fournaise ardente, Sauveur, * tu sauvas les Jeunes Gens qui te chantaient: * Béni es-tu dans les siècles, * Dieu de nos Pères. »
Ensemble vous avez connu la fin de vos tourments, * mis à mort par le glaive alors que vous chantiez * pour le Christ avec les femmes et les enfants: * Béni es-tu, Dieu de nos Pères.
Les saints Martyrs ont exulté de joie * lorsqu'ils virent le glaive qui les achevait; * alors ils s'écrièrent dans la foi: * Béni es-tu, Dieu de nos Pères.
De terre a disparu l'arrogance des impies: * à terre sont tombés les dieux * qui se brisèrent devant la confession * et la divine fermeté des Martyrs.
De tout malheur, ô Vierge immaculée, * sauve et garde ton troupeau, * Mère de Dieu bénie et toute-digne de nos chants, * seule protection du genre humain.

Ode 8, t. 1
La fournaise qui distille la rosée
« La fournaise où le feu devint rosée * préfigura jadis * un miracle où la nature est dépassée; * car le feu ne brûlant pas les Jeunes Gens * manifeste la manière dont le Christ * vint au monde sans semence, virginalement; * et c'est pourquoi nous chanterons: * L'entière création bénisse le Seigneur * et l'exalte dans tous les siècles! »
Adressons à haute voix * notre louange au Seigneur: * il est venu et s'est manifesté, * sans vêtement il entre dans les eaux, * celui qui de nuées revêt le ciel, * il vient se faire baptiser, * purifiant ceux qui chantent avec nous: * L'entière création bénisse le Seigneur * et l'exalte dans tous les siècles!
En esprit allons au Jourdain * afin d'y contempler * le spectacle prodigieux’ un serviteur tout tremblant * qui entonne avec respect: * L'entière création bénisse le Seigneur * et l'exalte dans tous les siècles!
Dans les ondes du Jourdain * cette braise allumée * qu'Isaïe a contemplée d'avance * va consumer entièrement * les scories de nos péchés * et recréer ceux qui étaient brisés; * c'est pourquoi nous chanterons: * L'entière création bénisse le Seigneur * et l'exalte dans tous les siècles!
t. 2
« Le Dieu qui descendit dans la fournaise * pour venir en aide * aux enfants du peuple hébreu * et changer la flamme en une fraîche rosée, * toutes ses oeuvres, chantez-le comme Seigneur, * exaltez-le dans tous les siècles. »
Bienheureuse, vers la terre des humbles en vérité * tu désiras te rendre, * là où les Anges et les Saints, * les Ascètes et les Vierges, tous en choeur, * demeurent pour l'éternité, * chantant le Christ dans les siècles.
Toi qui sur toutes l'emportas * par ta beauté naturelle, * sur ton âme tu veillas * pour en vaincre les passions; * aussi, ayant éteint la lampe de ta beauté corporelle, * avec l'huile de l'ascèse c'est ton âme que tu allumas.
Par ton esprit vigilant auprès de Dieu * et ton âme ardente, * glorieuse Sainte, tu finis * par endormir les intrigues du Menteur * qui déclare sage tout péché, * et depuis ta dormition tu vis pour les siècles.
Désireux de recréer le genre humain, * comme un homme ton Fils * se hâte vers le fleuve du Jourdain, * par amour extrême, pour se faire baptiser, * bien que sans souillure, et engloutir * les péchés dont les hommes sont souillés.
t. 7
« Le Roi de gloire, le seul éternel, * devant qui tremblent les Puissances des cieux * et que les Anges n'osent regarder, * vous, les prêtres, louez-le, * peuple, exalte-le dans tous les siècles. »
Le Roi de gloire, le seul compatissant, * les Martyrs l'ont sagement confessé; * aussi ont-ils reçu la récompense des vainqueurs, * tandis qu'ils chantaient vaillamment: * Peuple, exalte le Christ dans tous les siècles.
Fermement les Athlètes du Christ * par une lutte courageuse s'opposèrent aux tyrans; * ils ont vaincu le mensonge des faux-dieux, * tandis qu'ils chantaient vaillamment: * Peuple, exalte le Christ dans tous les siècles.
Avec la résistance du diamant * les nobles hoplites ont mis en échec * les menaces et les supplices des tyrans, * chantant dans l'allégresse: Vous les prêtres, bénissez, * peuple, exalte le Christ dans tous les siècles.
Le Verbe éternel, le seul compatissant, * né de la Vierge ces derniers temps, * celui qui a sauvé le genre humain, * vous, les prêtres, bénissez-le, * peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Ode 9, t. 1
Je vois un mystère étrange
« Ineffable est le mystère de la Vierge: * car elle est le Ciel * et le trône des Chérubins; * elle est la chambre pleine de clarté * du Christ notre Dieu * et Seigneur tout-puissant; * et comme Mère de Dieu * pieusement nous la magnifions. »
Je vois un mystère étrange * qui dépasse l'entendement: * volontairement Jésus * vient au fleuve du Jourdain * dire à Jean: Mon ami, * j'ai besoin de ta main * au moment où j'accomplis * ce mystère, pour que mon peuple soit sauvé.
Fleurisse le désert du Jourdain, * et vous qui étiez assis * dans les ténèbres, exultez * en voyant la grande clarté * qui est apparue pour vous: * venu de Galilée, le Christ * consent à être baptisé * dans sa chair par un serviteur.
Se réjouisse le Jourdain, * qu'il danse maintenant de joie; * saint Jean, exulte aussi, * jubile, entière création: * voici qu'est apparu le Christ, * il se dépouille et vient se faire baptiser, * revêtant le genre humain * de la tunique d'immortalité.
Tu as conçu sans corruption, * Vierge tout-immaculée, * celui que nul ne peut saisir; * et tu enfantes, dépassant * la nature et l'entendement, * le Dieu dont la parole et le vouloir * soutiennent sagement l'univers; * prie-le sans cesse de nous sauver.
t. 2
« Le Fils du Père sans commencement, notre Seigneur et notre Dieu, * ayant pris chair de la Vierge, * nous est apparu * pour illuminer les ténèbres * et rassembler ce qui était dispersé: * ô Mère de Dieu toute-digne de louange, nous te magnifions. »
Resplendissante des grâces de la virginité, * tu t'es parée glorieusement, * prenant pour diadème la vie ascétique; * double est ainsi la couronne * que t'a remise ton merveilleux Epoux * dont l'amour a transpercé ton coeur.
Synclétique, tu n'as pas été déçue * dans l'espoir des biens futurs * que tu nourrissais en ton coeur; * car tu savoures maintenant * près du Sauveur la récompense de tes efforts * pour laquelle tu as pratiqué l'ascèse en tout point.
Vénérable, tu revêtis le Christ, ta force et ton rempart, * et tu as abaissé jusqu'à terre * l'injustice et la forfanterie * de qui s'était vanté de te vaincre; * c'est pourquoi Jésus, l'arbitre des combats, * t'a remis la couronne des vainqueurs.
En toi la chute du premier aïeul * a trouvé son point d'arrêt, * n'ayant pas la force d'aller plus loin; * par le Baptême de ton Fils désormais * tout mal est submergé; aussi nous te glorifions * comme la cause de notre purification.
t. 7
« Conservant ta virginité, * tu enfantas de merveilleuse façon: * seule entre toutes les femmes tu es bénie * et par nos hymnes nous te magnifions. »
Par leur foi les saints Martyrs * ayant terrassé tout serviteur des faux-dieux * ont mené leur course à bonne fin * et fortifié notre foi.
Les Martyrs * méprisant toute chose d'ici-bas * ont combattu ensemble fidèlement avec ardeur * et reçu de Dieu le charisme des guérisons.
Noblement les saints Martyrs * cuirassés par la croix du Seigneur * ont enfoncé les rangs de l'ennemi * et reçu couronne dans le ciel.
Toi qui as conçu dans ton sein * le Verbe que nul ne peut cerner * et qui sans semence l'enfantas, * intercède sans cesse pour le salut de nos âmes.

Exapostilaire (t. 3)
Tu as reçu au milieu des supplices, * pontife Théopcmpte, la force de Dieu; * en elle tu as conduit Théonas vers la foi, * ce compagnon de lutte que nous glorifions avec toi depuis ce jour.
Toi qu'en la chair a fait surgir la Vierge à Bethléem, * tu te hâtes maintenant vers le Jourdain * pour effacer les souillures des mortels * en conférant à ceux des ténèbres la divine clarté par le Baptême.

Laudes, t. 6
Baptiste, pourquoi te méprends-tu * sur l'oeuvre de salut que j'accomplis? * Laisse donc l'ancien et pense au nouveau; * crois en la condescendance de Dieu, * avance-toi pour me servir; * dans sa miséricorde le Christ est venu * pour effacer la faute d'Adam.
Prenant sur tes épaules nos péchés, * Jésus, tu es venu vers les flots du Jourdain, * mais je redoute le mystère de ta venue; * comment m'ordonnes-tu de te baptiser? * c'est toi qui viens me purifier; * comment veux-tu recevoir le Baptême par ma main, * toi, Seigneur, qui purifies l'univers?
De ma nature nul ne saisit la raison: * ayant revêtu la forme du serviteur, * je suis venu au Jourdain; * ne me résiste donc pas; * viens, approche-toi sans crainte; * proclame, en imposant sur ma tête la main: * Bénie soit ton épiphanie, notre Dieu, gloire à toi.
Verbe de Dieu, ta pauvreté * dépasse la mesure de mon esprit! * En toi je reconnais celui qui par amour * pour moi, le déchu, a revêtu Adam * et renouvelle ses descendants; * aussi j'obéis à ton ordre et dans la foi je te crie: * Bénie soit ton épiphanie, notre Dieu, gloire à toi.
Gloire au Père ...
Servant son Maître avec crainte et tremblement, * Jean se réjouit en son âme * et s'écrie dans l'allégresse: * Partagez ma joie, toutes les générations depuis le prime aïeul, * car l'objet de notre attente, le Christ, * est venu au Jourdain dans sa miséricorde * pour effacer la faute d'Adam.
Maintenant ...
Celui qui est né de la Vierge à Bethléem * et fut baptisé dans le fleuve du Jourdain, * peuples, chantons-le et disons-lui: * Roi de l'entière création, * permets-nous d'atteindre également * sans reproche, dans la pureté de nos coeurs et la foi, * ta sainte Résurrection des morts le troisième jour.

Apostiches, t. 2
Voici notre Roi, * celui qu'attendait * Israël, le voici; * peuples, d'allégresse exultez: * la lumière se manifeste en effet.
Je me souviendrai de toi depuis la terre
du Jourdain et de l'Hermon.

Notre Dieu se laisse voir * aux terrestres dans la chair; * sur ceux des ténèbres maintenant * la lumière est apparue * et sur tous la grâce s'est levée.
Les eaux te virent, ô Dieu,
les eaux te virent et furent en émoi.

Prophète, tu dois servir * de chandelier à la Clarté, * d'éclat au Soleil, * d'ami à l'Epoux, * de Précurseur au Verbe de Dieu.
Gloire au Père ... Maintenant, t. 8
Baptiste Jean qui dès le sein m'as reconnu comme l'Agneau, * dans le fleuve sois mon serviteur, * accomplis ton office avec les Anges du ciel; * de ta main étendue * touche ma tête immaculée; * et lorsque tu verras les montagnes trembler * et le Jourdain remonter son cours, proclame avec eux: * Toi qui pris chair de la Vierge pour nous sauver, Seigneur, gloire à toi.

Le reste de l'office de Matines, comme d'habitude, et le Congé.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Office des Grandes Heures

Message par Monique » jeu. 13 déc. 2007 15:39

OFFICE DES GRANDES HEURES

Si l'Epiphanie tombe un dimanche ou un lundi, l'office des Heures est célébré le vendredi.

PRIME

P. Béni soit notre Dieu en tout temps, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.
L. Amen. Gloire à toi, notre Dieu, gloire à toi.
Roi céleste, Consolateur, Esprit de vérité, toi qui es partout présent et qui remplit tout, trésor des grâces et donateur de vie, viens fais ta demeure en nous, purifie-nous de toute souillure, et sauve nos âmes, Toi qui es bonté.

Saint Dieu, saint fort, saint immortel, aie pitié de nous (3 f.).
Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.
Très sainte Trinité, aie pitié de nous. Seigneur, purifie nous de nos péchés. Maître, pardonne-nous nos iniquités. Saint, visite nous et guéris nos infirmités, à cause de ton nom.

Kyrie eleison (3 f.). Gloire au Père ... Maintenant...

Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour, pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés, et ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du Malin.

P. Car à toi appartiennent le règne, la puissance et la gloire, Père, Fils et saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.
L. Amen.
Kyrie eleison (12 f.). Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.
Venez, adorons, prosternons-nous devant Dieu, notre Roi.
Venez, adorons, prosternons-nous devant le Christ, notre Roi et notre Dieu.
Venez, adorons, prosternons-nous devant le Christ lui-même, notre Roi et notre Dieu.

Psaume 5
Seigneur, prête l'oreille à mes paroles, écoute mes soupirs. Sois attentif à la voix de mon appel, ô mon Roi et mon Dieu. Oui, c'est.vers toi que je prie, Seigneur! Au matin tu écoutes ma voix, au matin je me tiens devant toi et je reste aux aguets. Car tu n'es pas un Dieu qui prenne plaisir au mal, et ce n'est pas chez toi que séjourne le méchant. Les impies ne peuvent soutenir ton regard; tu détestes, Seigneur, tous ceux qui font le mal. Tu fais périr tous les menteurs; l'homme de sang et de fraude répugne au Seigneur. Et moi, dans l'abondance de ta miséricorde, j'accède à ta maison, vers ton temple sacré je me prosterne, pénétré de ta crainte. Seigneur, guide-moi dans ta justice à cause de tes ennemis, redresse mon chemin devant toi. Car en leur bouche il n'est point de vérité, leur cœur est insensé, leur gosier est un sépulcre béant, leur langue profère la tromperie. Juge-les, ô Dieu, qu'ils tombent dans leurs intrigues! Pour leurs crimes sans nombre, chasse-les, Seigneur, pour leur révolte contre toi. Qu'en toi jubilent tous ceux qui t'espèrent, qu'ils exultent à jamais! Chez eux tu feras ta demeure, en toi se glorifient les amants de ton nom. Car tu bénis le juste, Seigneur, et comme une armure nous entoure ta faveur.

Psaume 22
Le Seigneur est mon berger, je ne manque de rien; sur des prés d'herbe fraîche il me fait reposer; vers les eaux du repos il me mène pour y refaire mon âme. Il me guide par le juste chemin pour l'amour de son nom; passerais-je un ravin de ténèbres, je ne crains aucun mal; près de moi ton bâton, ta houlette sont là qui me consolent. Devant moi tu apprêtes une table face à mes adversaires; d'une onction tu me parfumes la tête et ma coupe déborde. Grâce et bonheur m'accompagnent tous les jours de ma vie; ma demeure est la maison du Seigneur en la longueur des jours.

Psaume 26
Le Seigneur est ma lumière et mon salut: de qui aurais-je crainte? Le Seigneur est le rempart de ma vie: devant qui tremblerais-je? Quand s'avancent contre moi les méchants pour dévorer ma chair, ce sont eux, mes oppresseurs, mes ennemis, qui chancellent et succombent. Qu'une armée vienne camper contre moi, mon cœur est sans crainte; qu’une guerre éclate contre moi, alors même je garde confiance. La seule grâce qu'au Seigneur je demande, celle que je recherche, c'est d'habiter la maison du Seigneur tous les jours de ma vie, de contempler la beauté du Seigneur, de visiter son temple saint. En sa tente il me cache au jour de malheur, il m'abrite au secret de son tabernacle, il m'élève sur le roc. Voici qu'il exalte ma tête à présent au-dessus des ennemis dont je suis entouré. Et je viens dans son tabernacle pour offrir un sacrifice d'ovation; je veux chanter, je veux jouer pour le Seigneur. Exauce ma voix, Seigneur, lorsque je crie vers toi: aie pitié de moi et exauce-moi! Pour toi parlait mon cœur: je chercherai le Seigneur! Ma face t'a cherché, c'est ta face que je cherche, Seigneur. Ne détourne pas ta face loin de moi, dans ta colère ne t'écarte pas de ton serviteur. Sois mon secours, ne m'abandonne pas, ne me dédaigne pas, ô Dieu, mon Sauveur. Si mon père et ma mère m'abandonnent, le Seigneur est là qui me reçoit. Place-moi, Seigneur, sur le chemin de ta loi, guide-moi par le droit chemin, à cause de mes ennemis. Ne me livre pas à la merci des oppresseurs, car des témoins injustes se sont levés contre moi, ajoutant le mensonge à l'iniquité. Je le crois, je verrai les biens du Seigneur sur la terre des vivants. Espère le Seigneur, courage, que s'affermisse ton coeur; espère le Seigneur.
Gloire au Père ... Maintenant ...
Alleluia, alleluia, alleluia, gloire à toi, ô Dieu (3 f.). Kyrie eleison (3 f.).
Gloire au Père ...

Tropaire, t. 4
Le Jourdain retourna en arrière jadis, * frappé par le manteau d'Elisée, * et les eaux se divisèrent de part en part * après l'assomption d'Elie; * les flots lui devinrent un ferme chemin * à l'exacte image du Baptême * par lequel nous traversons * le cours fluctuant de la vie. * Le Christ se manifeste au Jourdain pour sanctifier les eaux.
Maintenant ...
Comment t'appellerons-nous, ô Pleine de grâce? * Ciel? car tu as fait briller le Soleil de justice; * Paradis? car tu as fait fleurir a la Vie immortelle; * Vierge? car tu l'es demeurée sans faille; * Mère? car tu as porté dans tes bras * comme un enfant le Seigneur de l'univers; * intercède auprès de lui pour qu'il sauve nos âmes.

Stichères, t. 8
Œuvre de Sophrone, patriarche de Jérusalem. S'il y a deux choeurs, on chante 2 fois chaque stichère.
En ce jour est sanctifiée la nature des eaux; * le Jourdain arrête son cours * et retient ses propres flots à la vue du Maître s'y baignant.
Je me souviendrai de toi depuis la terre
du Jourdain et de l'Hermon.
Les eaux te virent, Ô Dieu,
les eaux te virent et furent en émoi.

Tu descends dans le fleuve, ô Christ notre Roi, * et te hâtes de recevoir * en ton humanité le baptême des serviteurs * de la main du Précurseur * à cause de nos péchés, * Ami des hommes et Dieu de bonté.
Gloire au Père ... (Maintenant ...)
A la voix criant dans le désert: * Préparez les voies du Seigneur, * tu vins, ô Christ, prenant l'aspect du serviteur, * demander le baptême, toi le seul sans péché. * Les eaux te virent et prirent peur; * le Précurseur, saisi d'effroi, s'écria: * Est-ce au chandelier d'illuminer la Clarté? * Est-ce à l'esclave d'imposer la main sur le Seigneur? * Sanctifie-moi en même temps que les eaux, * Sauveur qui effaces le péché du monde.

Prokimenon, t. 4: Le Seigneur tonne, et du ciel on entend la voix du Très-Haut. Verset: Je t'aime, Seigneur, ma forteresse; le Seigneur est mon rocher, mon refuge et mon libérateur.

Lecture de la Prophétie d'Isaïe
(35, 1-10)
Ainsi parle le Seigneur: Réjouis-toi, terre déserte et assoiffée; exulte le désert, qu'il fleurisse comme un lis! Le désert du Jourdain se couvrira d'abondantes fleurs et jubilera de joie; la gloire du Liban lui sera donnée, ainsi que la splendeur du Carmel; et mon peuple verra la gloire du Seigneur, la magnificence de Dieu. Fortifiez les mains défaillantes, affermissez les genoux chancelants, dites aux coeurs bouleversés: Courage, ne craignez pas; voici, notre Dieu va rendre justice et rétribuer, c'est lui qui viendra nous sauver. Alors se dessilleront les yeux des aveugles, et s'ouvriront les oreilles des sourds. Alors le boiteux bondira comme un cerf, et la langue des muets retentira clairement; car l'eau jaillira au désert, le torrent dans la terre assoiffée. Les domaines sans eau deviendront des prairies, au pays de la soif il y aura des sources d'eau. Les oiseaux s'y ébattront, ce sera un séjour enchanteur, avec des lacs et des roseaux. Un chemin pur s'y trouvera, qu'on nommera chemin de sainteté; aucun impur n'y passera, point de chemin pour l'impur; même les simples y marcheront sans s'égarer. Là, point de lion, nulle bête féroce ne le prendra, aucune ne s'y montrera; mais les rachetés y marcheront, par là reviendront ceux que rassemble le Seigneur. Ils iront à Sion jubilant d'allégresse, la tête couronnée d'une joie éternelle; sur leur visage, liesse et jubilation, l'allégresse les comblera, tandis que cessera tout gémissement, toute peine et tout chagrin.

Lecture des Actes des Apôtres
(13,25-33)
En ces jours-là, lorsque Jean achevait sa course, il disait: Je ne suis pas celui que vous croyez; mais voici venir après moi celui dont je ne suis pas digne de délier la sandale. Frères, vous les enfants de la race d'Abraham, et vous tous qui craignez Dieu, c'est à vous qu'est envoyé ce message de salut. En effet, les habitants de Jérusalem et leurs chefs ont accompli sans le savoir les oracles des Prophètes qu'on lit chaque sabbat. Sans trouver d'accusation qui lui valut la mort, ils le condamnèrent et demandèrent à Pilate de le faire périr. Et lorsqu'ils eurent accompli tout ce qui était écrit de lui, ils le descendirent de la croix et le mirent au tombeau. Mais Dieu l'a ressuscité des morts. Pendant de nombreux jours il est apparu à ceux qui étaient montés avec lui de Galilée à Jérusalem, ceux-là mêmes qui devant le peuple sont maintenant ses témoins. Nous aussi, nous vous annonçons cette bonne nouvelle, que la promesse faite à nos Pères, Dieu l'a accomplie envers nous, leurs enfants: il a ressuscité Jésus.
Sagesse! debout! écoutons le saint Evangile …

Lecture du saint Evangile selon saint Matthieu
(3, 1-16)
En ce temps-là parut Jean le Baptiste, prêchant dans le désert de Judée et disant: Repentez-vous, car il est proche, le royaume des cieux! Jean est celui qu'avait désigné cet oracle du prophète Isaïe: «Voix de celui qui crie dans le désert: Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez ses sentiers.» Lui-même, il portait un vêtement fait de poils de chameau et une ceinture de cuir autour des reins; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. Alors s'en allaient vers lui les gens de Jérusalem, et toute la Judée, et toute la région du Jourdain; et, confessant leurs péchés, ils se faisaient baptiser par lui dans les eaux du Jourdain.

Selon ta parole dirige mes pas, et que le mal n'ait pas d'emprise sur moi. De l'oppression des hommes délivre-moi, pour que j'observe ta loi.
Illumine ton serviteur à la clarté de ton visage et apprends-moi tes volontés.
Que ma bouche s'emplisse de ta louange, Seigneur, pour que je chante ta gloire, tout le jour ta suprême majesté!

Trisagion et Prière du Seigneur.

Kondakion, t. 4
Descendu en ce jour dans les flots du Jourdain, * le Seigneur dit à Jean: * Ne crains pas de me baptiser; * je suis venu en effet * sauver Adam le premier Père.

Kyrie eleison (40 f.).

Toi qui en tout temps et à toute heure, au ciel et sur terre, es adoré et glorifié, Christ Dieu, le longanime, le riche en pitié, le très-miséricordieux, qui aimes les justes et qui as pitié des pécheurs, qui appelles tous les hommes au salut par la promesse des biens à venir; toi, Seigneur, à cette heure, agrée aussi nos requêtes et dirige notre vie selon tes commandements. Sanctifie nos âmes, rends chastes nos corps. Redresse nos raisonnements, purifie nos pensées. Et délivre-nous de toute tribulation, de tout mal et de toute douleur. Entoure-nous de tes saints Anges comme d'un rempart, afin que gardés par leur renfort et sous leur conduite, nous parvenions à l'unité de foi et à la connaissance de ta gloire inaccessible, car tu es béni dans les siècles des siècles. Amen.

Kyrie eleison (3 f.). Gloire au Père ... Maintenant ... Plus vénérable que les Chérubins et plus glorieuse que les Séraphins, ô Vierge qui as enfanté le Verbe de Dieu, tu es vraiment la Mère de Dieu, nous te magnifions. Au nom du Seigneur, Père, bénis.
P. Que Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse, faisant luire sur nous sa face, et qu'il ait pitié de nous!
Ô Christ, lumière véritable illuminant et sanctifiant tout homme venant en ce monde, que brille sur nous la lumière de ta face, pour qu'en elle nous voyions ta lumière inaccessible; et dirige nos pas vers l'accomplissement de tes commandements, par les prières de ta Mère très-pure et de tous les Saints. Amen.


TIERCE

Venez, adorons, prosternons-nous devant Dieu, notre Roi.
Venez, adorons, prosternons-nous devant le Christ, notre Roi et notre Dieu.
Venez, adorons, prosternons-nous devant le Christ lui-même, notre Roi et notre Dieu.

Psaume 28
Rapportez au Seigneur, fils de Dieu, rapportez au Seigneur gloire et louange. Rapportez-lui la gloire de son nom, adorez-le dans son parvis de sainteté. La voix du Seigneur retentit sur les eaux, le Dieu de gloire fait gronder le tonnerre, le Seigneur est sur les grandes eaux. Voix du Seigneur en sa force, voix du Seigneur en sa majesté. Voix du Seigneur qui fracasse les cèdres, qui fracasse les cèdres du Liban. Il fait bondir comme un veau le Liban, comme fils de licorne est son bien-aimé. Voix du Seigneur partageant les flammes du feu, voix du Seigneur qui secoue le désert, qui secoue le désert de Cadès. Voix du Seigneur qui fait sortir les cerfs, le Seigneur dépouille les futaies; et dans son temple tout homme dit sa gloire. Le Seigneur va demeurer dans les eaux débordantes, le Seigneur va siéger comme Roi pour toujours. Le Seigneur donne force à son peuple, le Seigneur bénit son peuple dans la paix.

Psaume 41
Comme languit une biche après les sources d'eau, ainsi languit mon âme vers toi, mon Dieu. Mon âme a soif de Dieu, du Dieu fort et vivant; quand pourrai-je aller voir la face de Dieu? Je n'ai de pain que mes larmes, le jour, la nuit, moi qui chaque jour entends dire: Où est-il, ton Dieu? Je me suis souvenu, dans l'effusion de mon âme: j'irai là où se trouve le tabernacle merveilleux, dans la maison du Seigneur, parmi les cris de liesse et de louange, au milieu des festives acclamations. Pourquoi t'affliger, ô mon âme, et pourquoi me troubler? Espère en Dieu: je le louerai encore, mon Sauveur et mon Dieu. Mon âme serait-elle troublée, je me souviendrai de toi depuis la terre du Jourdain et de l'Hermon, depuis l'humble montagne. L'abîme appelle l'abîme, au fracas de tes ondées, la masse de tes flots et de tes vagues a passé sur moi. De jour, le Seigneur m'accorde sa grâce, la nuit, je chante un cantique pour lui, une prière vers le Dieu de ma vie. Je veux dire à Dieu, mon soutien: pourquoi m'oublier? pourquoi m'en irai-je attristé, quand m'opprime l'ennemi? Jusqu'à me rompre les os, mes oppresseurs m'insultent; chaque jour ils me disent: où est-il, ton Dieu? Pourquoi t'affliger, ô mon âme, et pourquoi me troubler? Espère en Dieu: je le louerai encore, mon Sauveur et mon Dieu.

Psaume 50
Aie pitié de moi, ô Dieu, en ta grande bonté, en ton immense miséricorde efface mon péché. Lave-moi de toute iniquité, et de ma faute purifie-moi. Car je connais mes transgressions, et ma faute est constamment devant moi. Contre toi seul j'ai péché, ce qui est mal à tes yeux, je l'ai fait; en sorte que tu seras juste dans ta sentence, sans reproche dans ton jugement. Oui, je suis né dans l'iniquité, pécheur ma mère m'a conçu. Et pourtant tu aimes la droiture, tu m'as instruit des profonds mystères de ta sagesse. Purifie-moi avec l'hysope et je serai net; lave-moi, et je serai blanc plus que neige. Rends-moi la joie et l'allégresse, pour qu'exultent mes os humiliés. Détourne ton regard de mes péchés, efface toutes mes iniquités. Ô Dieu, crée en moi un cœur pur, renouvelle en mon cœur un esprit de droiture. Ne me rejette pas loin de ta face, ne retire pas de moi ton Esprit saint. Rends-moi la joie de ton salut, et que me soutienne un esprit souverain! J'enseignerai tes voies à ceux qui les transgressent, et vers toi reviendront les pécheurs. Délivre-moi du sang versé, Seigneur Dieu de mon salut, et ma langue célébrera ta miséricorde. Seigneur, ouvre mes lèvres et ma bouche annoncera ta louange. Si tu avais voulu des sacrifices, je t'en aurais offert, mais tu ne prends point plaisir aux holocaustes. Le sacrifice agréable à Dieu, c'est un esprit brisé: d'un cœur contrit et humilié Dieu n'a point de mépris. Seigneur, dans ta bienveillance, accorde à Sion le bonheur et rebâtis Jérusalem en ses murailles. Alors tu te plairas aux justes sacrifices, holocauste et parfaite oblation; alors on offrira des victimes sur ton autel.
Gloire au Père … Maintenant ...
Alléluia, alléluia, alléluia, gloire à toi, ô Dieu (3 f.). Kyrie eleison (3 f.).
Gloire au Père ...

Tropaire, t. 4
Le Jourdain retourna en arrière jadis, * frappé par le manteau d'Elisée, * et les eaux se divisèrent de part en part * après l'assomption d'Elie; * les flots lui devinrent un ferme chemin * à l'image exacte du Baptême * par lequel nous traversons * le cours fluctuant de la vie. * Le Christ se manifeste au Jourdain pour sanctifier les eaux.
Maintenant ...
Mère de Dieu, tu es la Vigne, en vérité, * qui a fait croître le fruit de vie; * notre Dame, nous t'en prions: * au milieu des Apôtres et de tous les Saints * intercède pour le salut de nos âmes.

Stichères, t. 8
La main du Baptiste et Précurseur, * du Prophète vénéré * plus que tous les Prophètes de jadis, * trembla lorsqu'il te vit, Agneau de Dieu * qui enlèves le péché du monde; * il s'écria dans l'angoisse qui le prit: * Je n'ose toucher, ô Verbe, ton chef; * toi-même, Seigneur compatissant, * puisses-tu me sanctifier, m'illuminer; * du monde, Seigneur, tu es en effet * la vie, la lumière et la paix.
t. 4
Je me souviendrai de toi
depuis la terre du Jourdain et de l'Hermon.
Les eaux te virent, ô Dieu,
les eaux te virent et furent en émoi.

La Trinité se révèle à nous indivisible * en ce jour, notre Dieu: * le Père fait entendre en faveur de son Fils * son témoignage éclatant; * du ciel, sous forme de colombe, descend l'Esprit; * le Fils incline sa tête immaculée * devant le Précurseur et, baptisé, * l'Ami des hommes libère de la servitude l'humanité.
Gloire au Père … (Maintenant ) t. 5
Seigneur, venu au Jourdain dans la chair * pour être baptisé en l'humaine condition, * afin d'illuminer nos âmes égarées * en nous sauvant des pièges et des intrigues du dragon, * tu fus l'objet du témoignage paternel * et sur toi descendit sous forme de colombe l'Esprit saint. * En nos âmes fais ta demeure désormais, * Ami des hommes et Seigneur compatissant.

Prokimenon, t. 5: Les eaux te virent, ô Dieu, les eaux te virent et furent en émoi. Verset: Ma voix s'élève, je crie vers le Seigneur, ma voix s'élève vers Dieu, qu'il exauce ma prière!

Lecture de la Prophétie d'Isaïe
(1, 16-20)
Ainsi parle le Seigneur: Lavez-vous, purifiez-vous. Otez la méchanceté de vos âmes, cessez de faire le mal devant mes yeux; apprenez à faire le bien, recherchez le droit, secourez l'opprimé; rendez justice à l'orphelin, défendez la veuve. Venez et discutons, dit le Seigneur. Vos péchés seraient-ils comme l'écarlate, je les rendrai blancs comme neige; seraient-ils comme la pourpre, je les blanchirai comme laine. Si vous vous décidez à m'obéir, vous mangerez les produits du terroir; si vous vous obstinez dans la révolte, l'épée vous dévorera. C'est la bouche du Seigneur qui le déclare.

Lecture des Actes des Apôtres
(19, 1-8)
En ces jours-là, tandis qu'Apollos était à Corinthe, Paul, après avoir traversé le haut-pays, parvint à Ephèse. Il y trouva quelques disciples et leur dit: Avez-vous reçu l'Esprit saint quand vous avez embrassé la foi? Ils lui répondirent: Nous n'avons pas même entendu dire qu'il y ait un Esprit saint. Il leur demanda: Quel baptême avez-vous donc reçu? Ils répondirent: Le baptême de Jean. Paul dit alors: Jean a baptisé du baptême de repentance, disant au peuple de croire en celui qui venait après lui, c'est-à-dire en Jésus Christ. A ces mots, ils se firent baptiser au nom du Seigneur Jésus. Lorsque Paul leur eut imposé les mains, l'Esprit saint vint sur eux, et ils se mirent à parler en langues et à prophétiser. En tout, ces hommes étaient une douzaine environ. Pendant trois mois, Paul se rendit à la synagogue, où il parlait avec assurance et persuasion de ce qui concerne le Royaume de Dieu.

Lecture du saint Evangile selon saint Marc
(1, 1-8)
Commencement de l'Evangile de Jésus Christ, Fils de Dieu. Comme il est écrit dans les Prophètes: «Voici que j'envoie mon ange devant ta face, pour préparer ton chemin devant toi; voix de celui qui crie dans le désert: Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez ses sentiers. » Jean se mit à baptiser dans le désert, proclamant un baptême de repentance pour la rémission des péchés. Vers lui s'en allait tout le pays de Judée, ainsi que les habitants de Jérusalem, et tous se faisaient baptiser par lui dans les eaux du Jourdain, en confessant leurs péchés. Jean était vêtu de poil de chameau et d'une ceinture de cuir autour des reins; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. Et il prêchait ainsi: Il vient après moi, celui qui est plus puissant que moi; de ses sandales je ne suis pas digne, même courbé à ses pieds, de délier la courroie. Moi, je vous ai baptisés dans l'eau, lui, il vous baptisera dans le saint Esprit.

Le Seigneur Dieu est béni, béni soit le Seigneur de jour en jour! Sur le droit chemin nous conduise le Dieu de notre salut! Notre Dieu est un Dieu de délivrance.

Trisagion et Prière du Seigneur.

Kondakion, t. 4
Descendu en ce jour dans les flots du Jourdain, * le Seigneur dit à Jean: * Ne crains pas de me baptiser; * je suis venu en effet * sauver Adam le premier Père.
Kyrie eleison (40 f.).
Toi qui en tout temps ...
Kyrie eleison (3 f .). Gloire au Père ... Maintenant ... Plus vénérable que les Chérubins ... Au nom du Seigneur, Père, bénis.
P. Que Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse, faisant luire sur nous sa face, et qu'il ait pitié de nous!
Seigneur Dieu, Père tout-puissant, Seigneur, Fils unique, Jésus Christ, avec le saint Esprit une seule Divinité, une seule Puissance, aie pitié de moi pécheur; et par les jugements connus de toi, sauve-moi, ton indigne serviteur; car tu es béni dans les siècles des siècles. Amen.


SEXTE

Venez, adorons, prosternons-nous devant Dieu, notre Roi.
Venez, adorons, prosternons-nous devant le Christ, notre Roi et notre Dieu.
Venez, adorons, prosternons-nous devant le Christ lui-même, notre Roi et notre Dieu.

Psaume 73
Pourquoi, Seigneur, nous rejeter jusqu'à la fin, t'irriter contre les brebis de ton bercail? Souviens-toi de ton peuple, que tu acquis dès l'origine; tu rachetas le sceptre de ton héritage, ce mont Sion, où tu fis ta demeure. Lève tes mains contre leur insolence achevée, contre le mal qu'en ton sanctuaire a fait l'ennemi. Tes adversaires se pavanaient au milieu de ta festive assemblée; ils ont mis leurs insignes au fronton de l'entrée, des signes qu'on n'avait, jusque là, pas connus. Leurs cognées en plein bois abattaient les vantaux, et par la hache et par la masse ils martelaient; ils ont livré au feu ton sanctuaire, profané jusqu'à terre la demeure de ton nom. Avec leurs congénères ils ont dit en leur cœur Venez, faisons cesser dans le pays toutes les fêtes de Dieu. Nos signes ont disparu, il n'est plus de prophètes, personne n'aura plus connaissance de nous. Jusques à quand, ô Dieu, nous insultera l'ennemi? L'adversaire va-t-il outrager ton nom à jamais? Pourquoi retenir ainsi ta main, garder ta droite cachée dans ton sein? Mais Dieu est notre Roi depuis toujours, au milieu de la terre il accomplit le salut. C'est toi qui affermis la mer en ta puissance, qui brisas les têtes des dragons dans les eaux. C'est toi qui écrasas la tête du dragon, le donnas en pâture aux peuples d'Ethiopie. C'est toi qui as ouvert les sources et les torrents, desséchas les fleuves d'Ethan. A toi le jour, à toi aussi la nuit, c'est toi qui agenças les astres et le soleil; c'est toi qui as fixé les bornes de la terre; l'été, le printemps, c'est toi qui les formas. Rappelle-toi, Seigneur, l'ennemi blasphème, un peuple insensé outrage ton nom. Ne livre pas aux fauves une âme te louant; et la vie de tes pauvres, ne l'oublie pas jusqu'à la fin. Regarde à ton alliance: la mesure est comble; les antres du pays sont des repaires de brigands. Que l'opprimé ne rentre pas couvert de honte, alors le pauvre et l'indigent pourront louer ton nom. Lève-toi, ô Dieu, défends ta cause, rappelle-toi l'insensé qui te blasphème tout le jour. N'oublie pas la voix suppliante de tes serviteurs; l'insolence de tes ennemis ne cesse de monter.

Psaume 76
Ma voix s'élève, je crie vers le Seigneur, ma voix s'élève vers Dieu, qu'il exauce ma prière! Au jour de ma détresse j'ai cherché le Seigneur, la nuit tendant les mains vers lui, et n'ai pas été déçu. Mon âme refusait toute consolation; je me suis souvenu de Dieu pour ma joie; je méditais et mon esprit défaillait. Mes yeux devançaient les veilles de la nuit; j'étais troublé, je ne pouvais parler. Je pensais aux jours d'autrefois, et d'années séculaires me souvenais; la nuit, je murmurais en mon cœur je méditais et mon esprit interrogeait: Est-ce pour les siècles que nous rejette le Seigneur, qu'il cesse d'ajouter à sa faveur? Va-t-il nous retrancher son amour à jamais, d'âge en âge cessant de nous parler? Dieu va-t-il oublier d'avoir pitié de nous, en sa colère mettre fin à la tendresse de son cœur. Et j'ai dit: je débute à présent; voici qu'elle est changée, la droite du Très-Haut. Je me souviens des œuvres du Seigneur, je me souviens d'autrefois, de tes merveilles; je contemple toutes tes œuvres, et sur tes hauts faits je médite. Ô Dieu, saintes sont tes voies: quel dieu est grand comme notre Dieu? Tu es le Dieu qui fait des merveilles; parmi les peuples tu as manifesté ta puissance, par ton bras tu as racheté ton peuple, les fils de Jacob et de Joseph. Les eaux te virent, ô Dieu, les eaux te virent et furent en émoi; les abîmes se sont troublés, en plein fracas de leurs eaux; les nuées firent entendre leur voix, tes flèches ont traversé les airs. Voix de ton tonnerre en son roulement! tes éclairs ont brillé sur le monde, la terre a frémi et tremblé. Sur la mer est passé ton chemin, ton sentier, sur les eaux innombrables; et tes traces, nul ne les connut. Tu guidas ton peuple comme brebis, par la main de Moïse et d'Aaron.

Psaume 90
Qui demeure à l'abri du Très-Haut repose à l'ombre du Dieu du ciel; au Seigneur il dira: Tu es mon rempart et mon refuge, mon Dieu en qui je me fie. C'est lui qui te délivre du filet de l'oiseleur et de la langue perverse. Il te couvrira de ses ailes, tu trouveras sous son pennage un refuge; comme une armure t'enveloppe sa fidélité. Tu ne craindras ni les terreurs de la nuit, ni la flèche qui vole de jour, ni la peste qui marche en la ténèbre, ni le démon qui dévaste à midi. Qu'il en tombe mille à tes côtés, qu'il en tombe dix mille à ta droite, tu ne seras pas atteint. Il suffit que tes yeux regardent, tu verras le châtiment des pécheurs; car le Seigneur est ton espoir, tu as choisi le Très-Haut pour asile. Le malheur ne peut fondre sur toi, ni le fléau approcher de ta tente: car à ses anges il ordonne à ton sujet de te garder en toutes tes voies. Sur leurs mains ils te porteront, pour qu'à la pierre ton pied ne heurte; sur la vipère et le serpent tu marcheras, tu fouleras le lion et le dragon. Puisqu'il espère en moi, je l'affranchis, je le protège car il connaît mon nom; il m'appelle et moi, je lui réponds, dans la détresse je suis avec lui. Je veux le délivrer, le glorifier, de longs jours je veux le rassasier, et je ferai qu'il voie mon salut.
Gloire au Père.. Maintenant ...
Alléluia, alléluia, alléluia, gloire A toi, Ô Dieu (3 f.). Kyrie eleison (3 f.).
Gloire au Père ...

Tropaire, t. 4
Le Jourdain retourna en arrière jadis, * frappé par le manteau d'Elisée, * et les eaux se divisèrent de part en part * après l'assomption d'Elie; * les flots lui devinrent un ferme chemin * à l'exacte image du Baptême * par lequel nous traversons * le cours fluctuant de la vie. * Le Christ se manifeste au Jourdain pour sanctifier les eaux.
Maintenant ...
Comme nous n'avons pas l'audace de parler, * à cause du grand nombre de nos péchés, * intercède auprès de celui qui est né de toi, * Vierge Mère de Dieu, * car la prière d'une Mère a le pouvoir * d'obtenir la bienveillance du Seigneur; * ô Toute-vénérable, ne méprise pas * la supplication des pécheurs, * car il est plein de miséricorde et il peut nous sauver, * celui qui dans sa chair accepta de souffrir pour nous.

Stichères, t. 8
Ainsi parle le Seigneur à saint Jean: * Allons, Prophète, baptise-moi, * bien que je sois ton Créateur et celui * qui dans la grâce illumine et purifie l'univers; * touche ma tête divine, sans hésiter, * Prophète, laisse faire pour l'instant; * je suis venu pour accomplir toute justice, en effet, * n'hésite pas, car je viens anéantir * l'hostile prince des ténèbres qui se cache dans les eaux, * pour délivrer de ses filets le monde entier, * lui accordant par amour l'éternelle vie.
t. 6
Je me souviendrai de toi depuis la terre
du Jourdain et de l'Hermon.
Les eaux te virent, Ô Dieu,
les eaux te virent et furent en émoi.

En ce jour la psalmodie prophétique * se trouve réalisée, car elle a dit: * La mer a vu et s'est enfuie, * le Jourdain remonte son cours * en présence du Seigneur, * en présence du Dieu de Jacob * venu recevoir le baptême d'un serviteur, * afin que, purifiées de la souillure des faux- dieux, * nos âmes puissent en être illuminées.
Gloire au Père ... (Maintenant ...) t. 5
Pourquoi rebrousser tes ondes, Jourdain? * pourquoi les empêcher de couler * au lieu de poursuivre ton cours naturel? * - Je ne puis, dit-il, supporter le feu dévorant; * devant l'extrême condescendance je tremble, interdit; * ce qui est pur, je n'ai pas coutume de le laver; * jamais on ne m'apprit à purifier l'Immaculé, * je ne sais nettoyer que les vases souillés; * voici qu'il m'enseigne à brûler les ronces du péché, * le Christ qui vient en moi se faire baptiser; * Jean témoigne avec moi, lui la voix du Verbe s'écriant: * Voici l'Agneau de Dieu, qui efface le péché du monde. * Fidèles, à haute voix disons-lui: * Dieu qui te manifestes pour notre salut, Seigneur, gloire à toi.

Prokimenon, t. 4: La voix du Seigneur retentit sur les eaux, sur les grandes eaux. Verset: Rapportez au Seigneur, fils de Dieu, rapportez au Seigneur gloire et louange.

Lecture de la Prophétie d'Isaïe
(12, 3-6)
Ainsi parle le Seigneur: Vous puiserez de l'eau avec joie aux sources du salut. Et vous direz, ce jour-là: Louez le Seigneur, invoquez son nom; annoncez parmi les peuples ses exploits, rappelez que son nom est sublime. Chantez le Seigneur, car il a fait des merveilles, annoncez-le par toute la terre. Criez de joie et d'allégresse, habitants de Sion: au milieu d'elle est exalté le Saint d'Israël.

Lecture de l'Epître du saint apôtre Paul aux Romains
(6, 3-11)
Frères, nous tous qui avons été baptisés dans le Christ, c'est dans sa mort que nous avons été baptisés. Par le baptême nous avons donc été ensevelis avec lui dans la mort, afin que, comme le Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, nous vivions, nous aussi, dans une vie nouvelle. Si par une mort semblable à la sienne nous sommes devenus un même être avec lui, nous le serons aussi par la résurrection. Comprenons-le, notre vieil homme a été crucifié avec lui pour que fût détruit ce corps de péché, afin que nous cessions d'être asservis au péché. Et si nous sommes morts avec le Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui, sachant que le Christ, une fois ressuscité des morts, ne meurt plus, la mort n'a plus d'emprise sur lui. Car sa mort fut une mort au péché, une fois pour toutes; mais sa vie est une vie pour Dieu. Vous donc aussi, considérez-vous comme morts au péché et comme vivants pour Dieu dans le Christ Jésus notre Seigneur.

Lecture du saint Evangile selon saint Marc
(1, 9-11)
En ce temps-là, Jésus vint de Nazareth de Galilée et il fut baptisé par Jean dans le Jourdain. Au moment où il remontait de l'eau, il vit les cieux s'ouvrir et l'Esprit comme une colombe descendre sur lui; et des cieux vint une voix: Tu es mon Fils bien-aimé, en toi j'ai mis toute mon affection.

Que bien vite tes miséricordes nous préviennent, Seigneur, en l'extrême misère où nous sommes réduits! Viens à notre secours, ô Dieu notre Sauveur, à cause de la gloire de ton nom. Seigneur, délivre-nous et fais-nous grâce pour nos péchés, à cause de ton nom.

Trisagion et Prière du Seigneur.

Kondakion, t. 4
Descendu en ce jour dans les flots du Jourdain, * le Seigneur dit à Jean: * Ne crains pas de me baptiser; * je suis venu en effet * sauver Adam le premier Père.

Kyrie eleison (40 t.).
Toi qui en tout temps ...
Kyrie eleison (3 f.). Gloire au Père ... Maintenant ... Plus vénérable que les Chérubins ... Au nom du Seigneur, Père, bénis.
P. Que Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse, faisant luire sur nous sa face, et qu'il ait pitié de nous!
Dieu, Seigneur des Puissances et artisan de toute la création, qui dans l'immensité de ton incomparable miséricorde as envoyé ton Fils unique notre Seigneur Jésus Christ pour le salut du genre humain, et qui par sa précieuse Croix as déchiré la cédule de nos fautes et triomphé en lui des principautés et des puissances des ténèbres, toi, Seigneur ami des hommes, accepte ces prières de reconnaissance et de demande de la part des pécheurs que nous sommes. Protège-nous contre toute chute funeste et ténébreuse et contre tous ceux qui cherchent à nous nuire, nos ennemis visibles et invisibles. Perce notre chair des clous de ta crainte et n'incline pas nos cœurs vers des discours ou des raisonnements de méchanceté, mais blesse nos âmes de ton désir, afin que levant toujours les yeux vers toi, guidés par la lumière qui vient de toi et les regards rivés sur toi, Lumière inaccessible et éternelle, nous t'adressions une louange et une action de grâce incessante, Père éternel, ainsi qu'à ton Fils unique et à ton très-saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.


NONE

Venez, adorons, prosternons-nous devant Dieu, notre Roi.
Venez, adorons, prosternons-nous devant le Christ, notre Roi et notre Dieu.
Venez, adorons, prosternons-nous devant le Christ lui-même, notre Roi et notre Dieu.

Psaume 92
Le Seigneur règne, revêtu de majesté, le Seigneur règne, ceint de puissance. Tu fixas l'univers, inébranlable, ton trône est stable pour toujours; tu existes de toute éternité. Les fleuves ont élevé, Seigneur, les fleuves ont élevé leur voix; les fleuves soulèvent leurs flots mugissants, dans le fracas des grandes eaux. Admirables sont les vagues de la mer, plus admirable encore le Seigneur dans les hauteurs. Ton témoignage est vraiment digne de foi; à ta demeure convient la sainteté, Seigneur, pour la suite des jours.

Psaume 113
Quand Israël sortit d'Egypte et la maison de Jacob du milieu d'un peuple barbare, Juda devint le sanctuaire du Seigneur, Israël devint son royaume. La mer, à cette vue, s'enfuit, le Jourdain retourne en arrière. Les montagnes de sauter comme béliers, les collines comme jeunes agneaux. Qu'as-tu, mer, à t'enfuir, et toi, Jourdain, à retourner en arrière? Pourquoi, montagnes, sauter comme béliers, et vous, collines, comme jeunes agneaux? La terre tremble devant la face du Seigneur, devant la face du Dieu de Jacob, qui change la pierre en nappes d'eau et du rocher fait sourdre les flots. Non pas à nous, Seigneur, non pas à nous, mais à ton nom rapporte la gloire, pour ton amour et ta fidélité. Que jamais les nations ne disent: Où est-il, leur Dieu? Notre Dieu est au ciel et sur la terre, tout ce qui lui a plu, il l'a fait. Les idoles des nations ne sont qu'or et argent, une œuvre faite de main d'homme. Elles ont une bouche et ne parlent pas, elles ont des yeux et ne voient pas, elles ont des oreilles et n'entendent pas, elles ont un nez et ne sentent pas. Elles ont des mains et ne peuvent toucher, elles ont des pieds et ne peuvent marcher; de leur gorge ne sort aucun son. Que leur ressemblent ceux qui les font, quiconque met en elles sa foi! La maison d'Israël a mis son espoir dans le Seigneur; il est leur secours et bouclier. La maison d'Aaron a mis son espoir dans le Seigneur; il est leur secours et bouclier. Les craignant-Dieu ont mis leur espoir dans le Seigneur; il est leur secours et bouclier. Le Seigneur, se souvenant, nous a bénis; il a béni la maison d'Israël, il a béni la maison d'Aaron. Il a béni ceux qui craignent le Seigneur, les petits avec les grands. Que le Seigneur vous donne accroissement, à vous, ainsi qu'à vos enfants! Bénis soyez-vous du Seigneur, qui a fait le ciel et la terre! Le ciel, c'est le ciel du Seigneur; la terre, il l'a donnée aux fils d'Adam. Ce ne sont pas les morts qui te loueront, Seigneur, ni tous ceux qui descendent aux enfers; mais nous, les vivants, nous bénirons le Seigneur dès maintenant et jusque dans les siècles.

Psaume 85
Incline, Seigneur, ton oreille et exauce-moi, pauvre et malheureux que je suis; garde mon âme, car je suis ton fidèle, ô Dieu, sauve ton serviteur qui espère en toi. Prends pitié de moi, Seigneur, vers toi je crie tout le jour; réjouis l'âme de ton serviteur, car j'élève mon âme vers toi. Car tu es bon, Seigneur, et tu pardonnes, plein d'amour pour tous ceux qui t'invoquent. Ecoute ma prière, Seigneur, sois attentif à la voix de ma supplication. Au jour de l'angoisse je crie vers toi, car tu m'exauces, Seigneur; parmi les dieux, nul n'est comme toi, et rien ne ressemble à tes œuvres. Toutes les nations que tu as faites viendront se prosterner devant toi, Seigneur, et rendre gloire à ton nom; car tu es grand et tu fais des merveilles, toi seul, tu es Dieu. Enseigne-moi, Seigneur, tes voies, que je suive le chemin de ta fidélité, que mon cœur se réjouisse dans la crainte de ton nom. De tout cœur je te rends grâces, Seigneur mon Dieu, je glorifie ton nom à jamais. Car ta miséricorde est grande pour moi, tu m'as tiré du plus profond des enfers. Contre moi ont surgi des orgueilleux, des forcenés pourchassent mon âme; point de place pour toi devant eux! Mais toi, Dieu de tendresse et de pitié, Seigneur lent à la colère, plein d'amour et de vérité, tourne vers moi ton regard et me prends en pitié. Donne à ton serviteur ta force, et ton salut au fils de ta servante. Accorde-moi un signe de faveur, et que mes ennemis le voient, qu'ils en rougissent! Car toi, Seigneur, tu m'aides et me consoles.
Gloire au Père ... Maintenant ...
Alleluia, alleluia, alleluia, gloire à toi, ô Dieu (3 f.). Kyrie eleison (3 f.).
Gloire au Père ...

Tropaire, t. 4
Le Jourdain retourna en arrière jadis, * frappé par le manteau d'Elisée, * et les eaux se divisèrent de part en part * après l'assomption d'Elie; * les flots lui devinrent un ferme chemin * à l'exacte image du Baptême * par lequel nous traversons * le cours fluctuant de la vie. * Le Christ se manifeste au Jourdain pour sanctifier les eaux.
Maintenant ...
Toi qui es né de la Vierge et souffris la croix pour nous, * qui par ta mort vainquis la mort et nous montras ta Résurrection, * ne dédaigne pas ceux que ta main a façonnés; * montre-nous ton amour, ô Dieu de miséricorde, * exauce les prières de celle qui t'enfanta * et sauve, Sauveur, le peuple qui espère en toi.

Stichères, t. 7
La stupeur a saisi ceux qui virent * le Créateur de la terre et des cieux * se dévêtir pour recevoir dans le fleuve * le baptême de la main d'un serviteur * afin d'opérer notre salut * en agissant comme celui qui sert; * de crainte et d'allégresse dans le ciel * les Anges furent saisis, tous en chœur. * Avec eux nous nous prosternons devant toi: * sauve-nous, Seigneur notre Dieu.
t. 2
Je me souviendrai de toi depuis la terre
du Jourdain et de l’Hermon.
Les eaux te virent, Ô Dieu,
les eaux te virent et furent en émoi.

Lorsque le Seigneur de gloire, * le Précurseur vint jusqu'à lui * s'écria à cette vue: * Voici venu le Sauveur * qui tire le monde de la corruption, * voici qu'il nous délivre de l'affliction; * celui qui nous accorde la rémission de nos péchés, * voici qu’il est venu par amour, * naissant sur terre d'une Vierge immaculée; * et, d'esclaves que nous étions, * il fait de nous des fils de Dieu; * des ténèbres il fait sortir le genre humain * afin de l'illuminer * par l'eau de son Baptême divin. * Venez, d'un même chœur * glorifions-le avec le Père et l'Esprit saint.
Gloire au Père ... Maintenant, t. 5
Le stichère suivant est d'abord lu solennellement par le canonarque au milieu de l'église. Quand il dit: Manifeste ta présence parmi nous, on fait trois grandes métanies. Ensuite le Diacre dit les souhaits de longues années. Après quoi le stichère est chanté à nouveau par les deux chœurs.
La main dont tu as touché la tête du Seigneur, * avec laquelle tu nous as montré le Sauveur, * Baptiste, en notre faveur tends-la vers lui * à cause de l'assurance dont tu jouis largement, * car selon son témoignage * de tous les Prophètes tu fus le plus grand. * Et les yeux dont tu vis le saint Esprit * descendu sous forme de colombe, * Baptiste, tourne-les vers lui pour qu'il nous montre sa faveur. * Manifeste ta présence parmi nous, * manifeste ta présence parmi nous, * manifeste ta présence parmi nous * en patronnant la fête et nos hymnes en son honneur.

Souhaits de longues Années
A tous les saints patriarches orthodoxes, à nos vénérés métropolites, archevêques et évêques, et à tout le clergé, accorde, Seigneur, de longues années.
Ch. Longues années ...
A notre souverain le roi N. et à son épouse la reine N. accorde, Seigneur, longue et paisible vie, santé de l'âme et du corps, secours et protection, et garde-les, Seigneur, de longues années.
Ch. Longues années ...
Aux autorités de ce pays et à tous les chrétiens fidèles et orthodoxes accorde, Seigneur, paix et prospérité, l'abondance des fruits de la terre et de longues années.
Ch. Longues années ... Dans un monastère:
A notre higoumène (ou archimandrite) N. accorde ton salut, ô Christ notre Dieu, comme à toute notre fraternité dans le Christ, garde en paix ce saint monastère et affermis ce temple saint pour les siècles des siècles.
Ch. Accorde ton salut, ô Christ notre Dieu (3 fois).

Prokimenon, t. 3: Le Seigneur est ma lumière et mon salut, de qui aurais-je crainte? Verset: Le Seigneur est le rempart de ma vie, devant qui tremblerais-je?

Lecture de la Prophétie d'Isaïe
(49,8-15)
Ainsi parle le Seigneur: Au temps favorable je t'exaucerai, au jour du salut je serai ton secours. Je t'ai formé, puis désigné comme alliance du peuple. Je relèverai le pays, je te restituerai les héritages dévastés. Je ferai sortir les captifs, et ceux qui gisent dans les ténèbres, je les conduirai vers la clarté. Tout le long de la route ils auront leur pâture et sur tous les chemins trouveront leur logis; ils ne ressentiront ni la faim ni la soif, ils ne seront en butte au vent brûlant ni au soleil, car celui qui les prend en pitié les guidera, il les conduira vers les eaux jaillissantes. Je changerai toute montagne en chemin et tout sentier en pâture. Voici, les uns viendront de loin, d'autres du nord et du couchant, d'autres du pays des Perses. Se réjouissent les cieux, exulte la terre; que les montagnes fassent éclater la joie, les collines la justice; car Dieu a pris son peuple en pitié, il console les humiliés de son peuple. Sion disait: Le Seigneur m'a délaissée, le Seigneur m'a oubliée. Une femme peut-elle oublier son enfant, n'avoir point de tendresse pour le fruit de son sein? Quand bien même une femme l'oublierait, moi je ne t'oublierai pas, dit le Seigneur tout-puissant.

Lecture de l'Epître du saint apôtre Paul à Tite
(2,11-14; 3,4-7)
Tite mon enfant, elle est apparue, la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, nous enseignant à renoncer à l'impiété et aux convoitises de ce monde, pour vivre dans le siècle présent avec tempérance, justice et piété, attendant la bienheureuse espérance et la manifestation glorieuse de notre grand Dieu et Sauveur Jésus Christ, qui s'est livré pour nous afin de nous racheter de toute iniquité et de purifier un peuple qui lui appartienne en propre, zélé pour le bien. Et lorsque sont apparus la bonté de Dieu notre Sauveur et son amour pour les hommes, ce n'est pas en vertu des œuvres de justice accomplies par nous, mais selon sa miséricorde qu'il nous a sauvés par le bain de la régénération et de la rénovation en l'Esprit saint. Cet Esprit, il l'a répandu sur nous à profusion, par Jésus Christ notre Sauveur, afin que, justifiés par la grâce du Christ, nous obtenions en espérance l'héritage de la vie éternelle.

Lecture du saint Evangile selon saint Luc
(3,1-18)
L'an quinze du principat de Tibère César, Ponce Pilate étant gouverneur de Judée, Hérode tétrarque de Galilée, Philippe son frère tétrarque du pays d'Iturée et de Trachonitide, Lysanias tétrarque d'Abilène, sous le pontificat d'Anne et Caïphe, la parole de Dieu fut adressée à Jean, fils de Zacharie, dans le désert. Il parcourut alors toute la région du Jourdain, proclamant un baptême de repentance pour la rémission des péchés, ainsi qu'il est écrit au livre des oracles du prophète Isaïe: «Voix de celui qui crie dans le désert: Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez ses sentiers; tout ravin sera comblé, toute montagne et colline seront abaissées; ce qui est tortueux sera redressé, les chemins raboteux seront nivelés; et toute chair verra le salut de Dieu. » Il disait donc aux foules qui venaient se faire baptiser par lui: Engeance de vipères, qui vous a suggéré de vous soustraire à la colère à venir? Produisez donc les dignes fruits du repentir, et n'allez pas dire en vous-mêmes: Nous avons pour père Abraham! Je vous le dis en effet, des pierres que voici Dieu est capable de susciter des enfants à Abraham. Déjà même, à la racine des arbres se trouve la cognée: tout arbre qui ne produit pas de bon fruit va donc être coupé et jeté au feu! Les foules lui demandaient: Eh bien, que faut-il que nous fassions? Il leur répondait: Que celui qui a deux tuniques partage avec celui qui n'en a pas, et que fasse de même celui qui a de quoi manger! Des publicains vinrent aussi se faire baptiser et lui dirent: Maître, que faut-il que nous fassions? Il leur répondit: N'exigez rien au-delà de ce qui vous est fixé! A leur tour des soldats lui demandèrent: Et nous, que faut-il que nous fassions? Il leur répondit: Ne molestez personne, dénoncez pas faussement et contentez-vous de votre solde! Comme le peuple était dans l'attente et que tous se demandaient en leur cœur si Jean n'était pas le Christ, il prit la parole et leur dit à tous: Moi, je vous baptise dans l'eau, mais il vient, celui qui est plus puissant que moi; de ses sandales je ne suis pas digne de délier la courroie; lui, il vous baptisera dans l'Esprit saint et le feu. Il tient en main la pelle à vanner pour nettoyer son aire et il recueillera le froment dans son grenier; quant à la paille, il la brûlera au feu qui ne s'éteint! Ainsi et par bien d'autres exhortations il annonçait au peuple la Bonne Nouvelle.

Ne nous rejette pas jusqu'à la fin, à cause de ton saint nom; ne détruis pas ton alliance, n'écarte pas de nous ta miséricorde, à cause d'Abraham ton bien-aimé, d'Isaac ton serviteur et d'Israël ton élu.

Trisagion et Prière du Seigneur.

Kondakion, t. 4
Descendu en ce jour dans les flots du Jourdain, * le Seigneur dit à Jean: * Ne crains pas de me baptiser; * je suis venu en effet * sauver Adam le premier Père.

Kyrie eleison (40 f.).
Toi qui en tout temps ...
Kyrie eleison (3 f.). Gloire au Père ... Maintenant ... Plus vénérable que les Chérubins ... Au nom du Seigneur, Père, bénis.

P. Que Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse, faisant luire sur nous sa face, et qu'il ait pitié de nous!
Maître et Seigneur Jésus Christ notre Dieu, qui t'es montré patient devant nos fautes et nous as conduits jusqu'à l'heure présente, où sur la vivifiante Croix tu as ouvert au bon Larron la porte du Paradis et par ta mort as détruit la mort, prends pitié de nous pécheurs, tes indignes serviteurs: car nous avons péché, nous avons commis l'iniquité, et nous ne sommes pas dignes de lever les yeux et de regarder en haut, vers le Ciel, ayant abandonné la voie de ta justice et marché selon les désirs de notre cœur. Mais nous implorons ton ineffable bonté. Fais-nous grâce, Seigneur, dans ton immense miséricorde et sauve-nous pour l'amour de ton saint Nom, car nos jours ont fui dans la vanité. Arrache-nous à la main de l'adversaire, efface nos péchés, mortifie nos pensées charnelles, afin que, dépouillés du vieil homme, nous revêtions le nouveau, et vivions pour toi, notre Maître et défenseur; et que, dans l'accomplissement de tes préceptes, nous parvenions au repos éternel, là où tous les justes demeurent dans la joie. Car tu es en vérité la joie et l'allégresse de ceux qui t'aiment, Christ notre Dieu, et nous te rendons gloire, ainsi qu'à ton Père éternel et à ton très-saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.


TYPIQUES

Psaume 102
Bénis le Seigneur, ô mon âme, et tout ce qui est en moi bénisse son saint nom! Bénis le Seigneur, ô mon âme, n'oublie aucun de ses bienfaits. Lui qui pardonne toutes tes iniquités, qui te guérit de toute maladie; qui rachète à la fosse ta vie, qui te couronne d'amour et de tendresse; qui rassasie de biens tes années et renouvelle ta jeunesse comme celle de l'aigle. Le Seigneur qui fait œuvre de justice, qui fait droit à tous les opprimés, fit connaître ses voies à Moïse, aux enfants d'Israël ses volontés. Le Seigneur est tendresse et miséricorde, lent à la colère et plein d'amour. Sa colère ne dure pas jusqu'à la fin, son ressentiment n'est pas éternel. Il n'agit pas envers nous selon nos fautes, ne nous rend pas selon nos péchés. Comme est la hauteur des cieux sur la terre, puissant est son amour pour qui le craint; comme est loin l'Orient de l'Occident, il éloigne de nous nos péchés. Comme est la tendresse d'un père pour ses fils, tendre est le Seigneur pour qui le craint; car il sait de quoi nous sommes façonnés, il se souvient que nous sommes poussière. L'homme! ses jours sont comme l'herbe, il fleurit comme la fleur des champs. Sur lui qu'un souffle passe, le voilà disparu, et le lieu où il fut ne le connaît plus. Mais la miséricorde du Seigneur est de toujours à toujours, pour ceux qui le craignent. Et sa justice s'étend aux fils de leurs fils, pour ceux qui gardent son alliance et se souviennent d'accomplir ses volontés. Le Seigneur a mis son trône dans les cieux, sa royauté s'étend sur l'univers. Bénissez le Seigneur, tous ses Anges, puissants messagers qui exécutez ses ordres, obéissant à la voix de sa parole. Bénissez le Seigneur, toutes les Puissances des cieux, serviteurs de sa gloire, instruments de sa volonté. Bénissez le Seigneur, toutes ses œuvres, partout où s'étend son empire. Bénis le Seigneur, ô mon âme.
Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit.

Psaume 145
Loue, ô mon âme, le Seigneur, je veux louer le Seigneur tant que je vis, je veux jouer pour mon Dieu tout au long de mes jours. Ne mettez pas votre foi dans les princes, un fils de la glaise ne peut sauver. Il rend le souffle, il retourne à sa glaise, en ce jour-là périssent ses pensées. Heureux qui a l'appui du Dieu de Jacob et son espoir dans le Seigneur son Dieu. Il a fait le ciel et la terre, et la mer et tout ce qu'ils renferment. Il garde à jamais la vérité, il rend justice aux opprimés, il donne du pain aux affamés. Le Seigneur délie les enchaînés, le Seigneur rend les aveugles voyants, le Seigneur redresse les courbés, le Seigneur aime les justes. Le Seigneur protège l'étranger, il soutient l'orphelin et la veuve, mais détourne la voie des impies. Le Seigneur règne pour les siècles, ton Dieu, ô Sion, d'âge en âge.
Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

Fils unique et Verbe de Dieu qui es immortel et qui pour notre salut as voulu t'incarner de la sainte Mère de Dieu et toujours-vierge Marie, qui sans changement t'es fait homme, as été crucifié, Christ Dieu, et par ta mort as triomphé de la mort, l'Un de la sainte Trinité glorifié avec le Père et le saint Esprit, sauve-nous.

Béatitudes
Dans ton royaume, souviens-toi de nous, Seigneur, quand tu entreras dans ton royaume.
Heureux ceux qui ont une âme de pauvre, car ils possèdent le royaume des cieux.
Heureux les affligés, car ils seront consolés.
Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage.
Heureux ceux qui ont faim et soif de justice, car ils seront rassasiés. Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde. Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu.
Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu.
Heureux les persécutés pour la justice, car ils possèdent le royaume des cieux.
Heureux êtes-vous si l'on vous insulte, si l'on vous persécute, si l'on vous calomnie de toute manière à cause de moi.
Soyez dans la joie et l'allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux.
Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.
Souviens-toi de nous, Seigneur, quand tu entreras dans ton royaume. Souviens-toi de nous, ô Roi, quand tu entreras dans ton royaume. Souviens-toi de nous, Dieu saint, quand tu entreras dans ton royaume.
Le chœur céleste te chante et proclame: * Saint, saint, saint le Seigneur Sabaoth, * le ciel et la terre sont remplis de ta gloire.
Qui regarde vers lui resplendira,
et sur son visage point de honte.
Le chœur céleste te chante et proclame: * Saint, saint, saint le Seigneur Sabaoth, * le ciel et la terre sont remplis de ta gloire.

Gloire au Père ...

Le chœur des saints Anges et Archanges, avec toutes les Puissances des cieux, * te chante et proclame: Saint, saint, saint le Seigneur Sabaoth * le ciel et la terre sont remplis de ta gloire.

Maintenant ...

Je crois en un seul Dieu, Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre, de toutes choses visibles et invisibles. Et en un seul Seigneur Jésus Christ, Fils unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles. Lumière de lumière, vrai Dieu de vrai Dieu, engendré, non créé, consubstantiel au Père par qui tout a été fait. Qui pour nous hommes et pour notre salut est descendu des cieux, a pris chair du saint Esprit et de la Vierge Marie et s'est fait homme. Il a aussi été crucifié pour nous sous Ponce Pilate, a souffert et a été enseveli, et le troisième jour est ressuscité selon les Ecritures. Et il est monté au ciel, est assis à la droite du Père, et viendra de nouveau avec gloire pour juger les vivants et les morts, et dont le règne n'aura pas de fin. Et en l’Esprit saint, Seigneur donateur de vie, qui procède du Père, qui est adoré et glorifié avec le Père et le Fils, qui a parlé par les Prophètes. Je crois en l'Eglise une, sainte, catholique et apostolique. Je confesse un seul Baptême pour la rémission des péchés. J'attends la résurrection des morts, et la vie du siècle à venir. Amen.

Remets, pardonne, efface, Seigneur, nos fautes volontaires et involontaires, commises en action et en parole, consciemment ou par ignorance, la nuit ou le jour, dans notre esprit ou notre cœur, pardonne-les, car tu es bon et ami des hommes.

Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour, pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés, et ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du Malin.

P. Car à roi appartiennent le règne, la puissance et la gloire, Père, Fils et saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

Kondakion, t. 4
Descendu en ce jour dans les flots du Jourdain, * le Seigneur dit à Jean: * Ne crains pas de me baptiser; * je suis venu en effet * sauver Adam le premier Père.

Kyrie eleison (12 f.).
Gloire au Père ... Maintenant ...

Toi plus vénérable que les Chérubins et incomparablement plus glorieuse que les Séraphins, qui sans corruption as enfanté Dieu le Verbe, tu es véritablement Mère de Dieu, nous te magnifions.

Au nom du Seigneur, Père, bénis.
P. Que Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse, faisant luire sur nous sa face, et qu'il ait pitié de nous!
Trinité toute-sainte, consubstantielle majesté, indivisible royauté, source de tous biens, accorde ta bienveillance au pécheur que je suis, confirme et instruis mon cœur, écarte de moi toute souillure; illumine mon intelligence pour que sans cesse je te chante et glorifie, t'adorant et disant: Un seul Saint, un seul Seigneur, Jésus Christ, pour la gloire de Dieu le Père. Amen.

Si on ne célèbre pas la liturgie :
Ch. Que le nom du Seigneur soit béni dès maintenant et à jamais! (3 fois)
Gloire au Père ... Maintenant ...

Psaume 33
Je bénirai le Seigneur en tout temps, sa louange sera sans cesse en ma bouche. C'est en Dieu que mon âme se loue; qu'ils écoutent, les humbles, qu'ils jubilent! Magnifiez avec moi le Seigneur, exaltons tous ensemble son nom. Je cherche le Seigneur, il me répond, et de toutes mes frayeurs me délivre. Qui regarde vers lui resplendira, et sur son visage point de honte. Quand le pauvre crie vers lui, Dieu l'écoute, et de toutes ses angoisses il le sauve. Il campe, l'Ange du Seigneur, autour de ses fidèles qu'il délivre. Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur, bienheureux l'homme qui espère en lui. Craignez le Seigneur, vous les saints, car rien ne manque à ceux qui le craignent. Les riches connaîtront la gêne et la disette, mais ceux qui cherchent le Seigneur ne manqueront d'aucun bien. Venez, fils, écoutez-moi, je vous enseignerai la crainte du Seigneur. Où est l'homme qui désire la vie, qui aime voir des jours heureux? Garde ta langue du mal, tes lèvres des paroles trompeuses; renonce au mal, pratique le bien, recherche la paix et poursuis-la. Les yeux du Seigneur sont tournés vers les justes, ses oreilles, attentives à leur prière; mais le Seigneur tourne sa face contre les méchants, pour ôter de la terre leur mémoire. Les justes crient: le Seigneur les écoute, et de toutes leurs angoisses il les délivre. Des cœurs brisés le Seigneur est proche, il sauve les esprits humiliés. Nombreuses sont les tribulations des justes, mais le Seigneur les délivre de tout mal. Le Seigneur garde tous leurs os, pas un ne sera brisé. Misérable sera la mort des pécheurs, les ennemis du juste seront châtiés. Le Seigneur vient racheter l'âme de ses serviteurs: ils ne failliront point, ceux qui espèrent en lui.

D. Sagesse!
Ch. Il est vraiment digne de te bénir, Mère de Dieu, toujours bienheureuse et tout-immaculée et la Mère de notre Dieu.
P. Très-sainte Mère de Dieu, intercède pour nous.
Ch. Plus vénérable que les chérubins et plus glorieuse que les Séraphins, ô Vierge qui as enfanté le Verbe de Dieu, tu es vraiment la Mère de Dieu, nous te magnifions.
P. Gloire à toi, Christ Dieu, noire espérance, gloire à toi.
Ch. Gloire au Pète et au Fils et au saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen. Kyrie eleison (3 f.). Père, bénis.
P. Que le Christ notre vrai Dieu, par les prières de sa très-sainte Mère, des saints et illustres Apôtres et de tous les Saints, ait pitié de nous et nous sauve, car il est bon et ami des hommes.
Ch. Amen.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

6 janvier Théophanie

Message par Monique » jeu. 13 déc. 2007 16:55

6 JANVIER

La sainte Théophanie
de notre Seigneur, Dieu et Sauveur Jésus Christ.



VEPRES

Après les prières initiales, le Psaume 103 et la grande Litanie de paix, pas de lecture du Psautier.
Le samedi soir ou le dimanche soir, premier cathisme: Bienheureux l'homme.

Lucernaire, t. 2

Voyant notre Lumière, celui qui éclaire tout homme * s'approcher de lui pour être baptisé, * le Précurseur se réjouit en son âme tandis que tremble sa main; * il le montre et dit aux peuples: * Voici le Rédempteur d'Israël, * celui qui nous libère de la corruption! * Ô Seigneur sans péché, * Christ notre Dieu, gloire à toi. (2 fois)
C'est un serviteur qui baptise le Rédempteur * et par sa présence l'Esprit lui rend témoignage; * ce que voyant, les armées angéliques frémissent d'effroi; * le Père fait entendre sa voix du ciel: * Celui sur qui le Précurseur impose la main, * c'est mon Fils bien-aimé, en lui je me complais! * Christ notre Dieu, gloire à toi. (2 fois)
Les flots du Jourdain * te reçurent, toi qui es la Source, * le Paraclet descendit sous forme de colombe; * il incline la tête, celui qui fit pencher les cieux, * le limon de la terre crie à celui qui l'a façonné: * Pourquoi m'imposer ce qui est trop haut pour moi? * C'est moi qui ai besoin de ton Baptême. * Ô Seigneur sans péché, * Christ notre Dieu, gloire à toi. (2 fois)
Voulant sauver l'homme égaré, * tu n'as pas dédaigné de revêtir l'aspect du serviteur, * car il te convenait, Seigneur notre Dieu, * d'assumer l'humaine condition pour nous; * Rédempteur, en te laissant baptiser dans ta chair, * tu nous as jugés dignes du pardon; * c'est pourquoi nous te crions: * Christ notre Dieu et Bienfaiteur, gloire à toi. (2 fois)
Gloire au Père ... Maintenant ...
Tu as écrasé la tête des démons * en inclinant la tête devant le Précurseur * et, descendu dans les flots, * tu as illuminé l'univers, * pour qu'il te glorifie, Sauveur, * illumination de nos âmes.

Entrée avec l'Evangile. Lumière joyeuse. Prokimenon du jour et Lectures.

1
Lecture de la Genèse

(1,1-13)
Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. La terre était informe et vide, les ténèbres couvraient l'abîme, et l'esprit de Dieu planait sur les eaux. Dieu dit: Que la lumière soit! et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne, et il sépara la lumière des ténèbres. Dieu appela la lumière Jour et les ténèbres Nuit. Il y eut un soir et il y eut un matin: ce fut le premier jour. Dieu dit: Qu'il y ait un firmament au milieu des eaux, et qu'il les sépare les unes des autres! Et il en fut ainsi: Dieu fit le firmament, et il sépara les eaux qui sont au-dessous du firmament de celles qui sont au-dessus. Dieu appela le firmament Ciel, et il vit que cela était bon. Il y eut un soir et il y eut un matin: ce fut le second jour. Dieu dit: Que les eaux qui sont au-dessous du ciel se rassemblent en un seul lieu et qu'apparaisse le continent! Et il en fut ainsi. Les eaux qui sont au-dessous du ciel se rassemblèrent en un seul lieu et le continent apparut. Dieu appela le continent Terre et la masse des eaux Mers, et Dieu vit que cela était bon. Dieu dit: Que la terre produise de la verdure, des herbes portant semence selon leur espèce et des arbres fruitiers donnant sur la terre des fruits contenant leur semence! Et il en fut ainsi. La terre produisit de la verdure, des herbes portant semence selon leur espèce et des arbres fruitiers donnant sur la terre des fruits contenant leur semence, et Dieu vit que cela était bon. Il y eut un soir et il y eut un matin: ce fut le troisième jour.

2
Lecture de l'Exode

(14,15-18,21-23,27-29)
Le Seigneur dit à Moïse: Pourquoi ces cris? Dis aux enfants d'Israël de se mettre en marche. Et toi, lève ton bâton, étends ta main sur la mer pour la fendre; et que les fils d'Israël y pénètrent à pied sec! Moi, je vais endurcir le cœur de Pharaon et de tous les Egyptiens, pour qu'ils s'y engagent après vous; alors je triompherai glorieusement de Pharaon et de toute son armée, de ses chars et de sa cavalerie; et tous les Egyptiens sauront que je suis le Seigneur, lorsque j'aurai triomphé de Pharaon, de ses chars et de ses cavaliers. Moïse étendit sa main sur la mer: le Seigneur la fit refouler toute la nuit par un fort vent d'est, et il la mit à sec. Les eaux se fendirent et les enfants d'Israël passèrent à pied sec au milieu de la mer, tandis que les eaux formaient comme une muraille à leur droite et à leur gauche. Les Egyptiens les poursuivirent: tous les chevaux de Pharaon, ses chars et ses cavaliers s'engagèrent à leur suite au milieu de la mer. Moïse étendit sa main sur la mer, qui reprit sa place habituelle au point du jour. Les Egyptiens s'enfuirent avec le courant et le Seigneur les culbuta au milieu de la mer. Les eaux, dans leur reflux, submergèrent les chars et les cavaliers, toutes les forces de Pharaon, qui s'étaient engagées à la suite d'Israël dans le lit de la mer. Il n'en resta pas un seul. Quant aux fils d'Israël, ils avaient marché à pied sec au milieu de la mer.

3
Lecture de l'Exode

(1;,22 - 16,1)
Moïse fit partir les fils d'Israël de la mer Rouge et les conduisit vers le désert du Shour; ils y marchèrent trois jours sans trouver de point d'eau. Ils parvinrent à Mara, dont ils ne purent boire l'eau, car elle était amère: d'où le nom d'Amertume donné à ce lieu. Le peuple murmura contre Moïse en disant: Que boirons-nous? Alors Moïse cria vers le Seigneur; celui-ci lui montra un morceau de bois; Moïse l'ayant jeté dans l'eau, elle s'adoucit. C'est là que Dieu donna au peuple préceptes et jugements, c'est là qu'il l'éprouva; puis il dit: Si tu écoutes bien la voix du Seigneur ton Dieu et fais ce qui est juste à ses yeux, si tu prêtes l'oreille à ses commandements et observes toutes ses lois, je ne t'affligerai d'aucun de ces maux dont j'ai frappé les Egyptiens; car je suis le Seigneur, celui qui te guérit. Ils arrivèrent ensuite à Elim, où se trouvaient douze sources d'eau et soixante-dix palmiers; et ils campèrent là, près de l'eau. Puis ils partirent d'Elim et tout l'ensemble des fils d'Israël atteignit le désert de Sin, situé entre Elim et le Sinaï.

On se lève pour le tropaire suivant:
t. 5
Toi qui fis le monde, * dans le monde tu es apparu * afin d'illuminer ceux qui étaient assis dans les ténèbres. * Seigneur ami des hommes, gloire à toi.
Que Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse, faisant luire sur nous sa face, et qu'il ait pitié de nous!
Afin d'illuminer ceux qui étaient assis dans les ténèbres. * Seigneur ami des hommes, gloire à toi.
Sur la terre on connaîtra tes voies, parmi toutes les nations ton salut.
Afin d'illuminer ceux qui étaient assis dans les ténèbres. * Seigneur ami des hommes, gloire à toi.
Que les peuples te rendent grâce, Seigneur, que tous les peuples te rendent grâce!
Afin d'illuminer ceux qui étaient assis dans les ténèbres. * Seigneur ami des hommes, gloire à toi.
Que nous bénisse notre Dieu, que le craignent tous les confins de l'univers!
Afin d'illuminer ceux qui étaient assis dans les ténèbres. * Seigneur ami des hommes, gloire à toi.
Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.
Toi qui fis le monde, * dans le monde tu es apparu * afin d'illuminer ceux qui étaient assis dans les ténèbres. * Seigneur ami des hommes, gloire à toi.

4
Lecture du livre de Josué, fils de Noun

(3,7-8,15-17)
Le Seigneur dit à Josué: Aujourd'hui même je vais commencer à t'exalter aux yeux de tous les fils d'Israël, afin qu'ils le sachent: comme j'étais avec Moïse, je serai de même avec toi. Et maintenant tu vas donner cet ordre aux prêtres qui portent l'arche d'alliance: Quand vous arriverez au bord du Jourdain, arrêtez-vous dans ses eaux! Dès que les prêtres portant l'arche d'alliance du Seigneur furent arrivés au Jourdain et que leurs pieds touchèrent le bord de l'eau (or le Jourdain débordait tout le long de ses rives comme aux jours où l'on moissonne le froment), alors les eaux d'amont s'arrêtèrent en s'amoncelant sur une très grande distance, depuis la ville d'Adom jusqu'aux environs de Cariathiarim, tandis que les eaux descendant vers la mer d'Araba, ou mer Salée, achevèrent de s'écouler. Le peuple attendait vis-à-vis de Jéricho. Les prêtres qui portaient l'arche d'alliance du Seigneur se tenaient immobiles sur la terre sèche au milieu du Jourdain; et tous les fils d'Israël passèrent à pied sec, jusqu'à ce que tout le peuple eût achevé de passer le Jourdain.

5
Lecture du quatrième livre des Rois

(2,6-14)
Elie dit à Elisée: Reste ici, je te prie, car le Seigneur m'envoie au Jourdain! Elisée répondit: Par la vie du Seigneur et par la tienne, je ne te quitterai pas! Et ils s'en allèrent tous deux. Cinquante fils de prophètes arrivèrent et se tinrent à distance vis-à-vis, pendant que tous deux se trouvaient au bord du Jourdain. Alors Elie prit son manteau, le roula et frappa les eaux, qui se divisèrent de part en part, et tous deux traversèrent à pied sec. Lorsqu'ils eurent passé, Elie dit à Elisée: Demande; que puis-je faire pour toi avant d'être enlevé d'auprès de toi?
Elisée répondit: Que me revienne une double part de ton esprit! Elie reprit: Tu demandes une chose difficile; cependant, si tu me vois tandis que je serai enlevé d'auprès de toi, cela t'arrivera; sinon, cela n'arrivera pas. Or, tandis qu'ils marchaient en conversant, voici qu'un char de feu et des chevaux de feu les séparèrent l'un de l'autre, et Elie monta au ciel dans un tourbillon. A cette vue, Elisée s'écria: Mon Père, mon Père! Char et cavalerie d'Israël! Puis il ne le vit plus et, saisissant son vêtement, il le déchira en deux. Il ramassa le manteau qu'Elie avait laissé tomber et revint se tenir sur le bord du Jourdain. Tenant le manteau qu'Elie avait laissé tomber, il en frappa les eaux, mais les eaux ne furent pas divisées. Elisée dit alors: Où est le Seigneur, le Dieu d'Elie? Où est-il? Elisée frappa les eaux une seconde fois: les eaux se divisèrent et il passa à pied sec.

6
Lecture du quatrième livre des Rois

(5,9-14)
Naaman, chef de l'armée du roi de Syrie, vint avec son char et ses chevaux et s'arrêta à la porte de la maison d'Elisée. Celui-ci lui envoya un messager pour lui dire: Va te baigner sept fois dans le Jourdain, ta chair redeviendra saine et tu seras purifié. Naaman fut irrité; il s'en alla en disant: Eh bien, je m'étais dit: sûrement il va sortir à ma rencontre, invoquer le nom du Seigneur son Dieu, il imposera sa main sur ma lèpre, pour en délivrer ma chair. Est-ce que les fleuves de Damas, l'Abana et le Pharphar, ne valent pas mieux que le Jourdain et toutes les eaux d'Israël? Ne pourrais-je pas m'y baigner pour être purifié? Déjà il tournait bride et partait avec fureur. Mais ses serviteurs s'approchèrent et lui dirent: Père, si le Prophète t'avait prescrit quelque chose de difficile, ne l'aurais-tu pas fait? Combien plus, lorsqu'il te dit: Baigne-toi et tu seras purifié! Alors Naaman descendit et se baigna sept fois dans le Jourdain comme l'avait prescrit l'homme de Dieu: sa chair reprit la fra1cheur d'une chair d'enfant, et il fut purifié.

Tropaire, t. 6
C'est aux pécheurs, aux publicains * qu'en l'immensité de ton amour * tu as voulu te montrer; * pour qui donc aurait brillé ta clarté, * si ce n'est pour qui hante les ténèbres? Dieu Sauveur, gloire à toi.
Le Seigneur règne, revêtu de majesté, le Seigneur règne, ceint de puissance. Tu fixas l'univers, inébranlable, ton trône est stable pour toujours; tu existes de toute éternité.
Pour qui donc aurait brillé ta clarté, * si ce n'est pour qui hante les ténèbres? Dieu Sauveur, gloire à toi.
Les fleuves ont élevé, Seigneur, les fleuves ont élevé leur voix; les fleuves soulèvent leurs flots rougissants, dans le fracas des grandes eaux.
Pour qui donc aurait brillé ta clarté, * si ce n'est pour qui hante les ténèbres? Dieu Sauveur, gloire à toi.
Admirables sont les vagues de la mer, plus admirable encore le Seigneur dans les hauteurs. Ton témoignage est vraiment digne de foi.
Pour qui donc aurait brillé ta clarté, * si ce n'est pour qui hante les ténèbres? Dieu Sauveur, gloire à toi.
A ta demeure convient la sainteté, Seigneur, pour la suite des jours.
Pour qui donc aurait brillé ta clarté, * si ce n'est pour qui hante les ténèbres? Dieu Sauveur, gloire à toi.
Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.
C'est aux pécheurs, aux publicains * qu'en l'immensité de ton amour * tu as voulu te montrer; * pour qui donc aurait brillé ta clarté, * si ce n'est pour qui hante les ténèbres? Dieu Sauveur, gloire à toi.

7
Lecture de la Prophétie d'Isaïe

(1, 16-20)
Ainsi parle le Seigneur: Lavez-vous, purifiez-vous. Otez la méchanceté de vos âmes, cessez de faire le mal devant mes yeux; apprenez à faire le bien, recherchez le droit, secourez l'opprimé; rendez justice à l'orphelin, défendez la veuve. Venez et discutons, dit le Seigneur. Vos péchés seraient-ils comme l'écarlate, je les rendrai blancs comme neige; seraient-ils comme la pourpre, je les blanchirai comme laine. Si vous vous décidez à m'obéir, vous mangerez les produits du terroir; si vous vous obstinez dans la révolte, l'épée vous dévorera. C'est la bouche du Seigneur qui le déclare.

8
Lecture de la Genèse

(32,2-11)
Levant les yeux, Jacob vit l'armée de Dieu déployée: à sa rencontre venaient les Anges de Dieu. Jacob dit en les voyant: L'armée de Dieu, la voici! Et il donna à ce lieu le nom de Déploiement. Jacob envoya devant lui des messagers à son frère Esaü, au pays de Séïr, dans la campagne d'Edom. Il leur donna cet ordre: Voici ce que vous direz à mon maître Esaü: Ainsi parle ton serviteur Jacob: J'ai séjourné chez Laban, j'y suis resté jusqu'à présent. J'ai des brebis, des bœufs et des ânes, des serviteurs et des servantes; j'en fais porter la nouvelle à mon maître Esaü, pour trouver grâce à tes yeux. Les messagers revinrent auprès de Jacob en disant: Nous sommes allés vers ton frère Esaü; voici qu'il marche à ta rencontre, et il a quatre cents hommes avec lui. Jacob fut inquiet et fort effrayé. Alors il divisa en deux troupes les gens qui étaient avec lui, ainsi que les bœufs, les chameaux et les brebis. Il se disait: Si Esaü se dirige vers l'une des troupes et l'attaque, la seconde pourra se sauver. Jacob dit ensuite: Dieu de mon Père Abraham, Dieu de mon Père Isaac, Seigneur qui m'as dit: «Retourne au pays de ta naissance et je te ferai du bien », je suis indigne de toutes les faveurs et de toute la bonté que tu as montrées envers ton serviteur; car je n'avais que mon bâton pour passer le Jourdain.

9
Lecture de l'Exode

(2,5-10)
La fille de Pharaon descendit au fleuve pour se baigner, tandis que ses suivantes se promenaient sur la rive. Elle aperçut une corbeille au milieu des roseaux et l'envoya prendre par sa servante. Elle l'ouvrit et vit un enfant qui pleurait dans la corbeille. Touchée de compassion, elle dit: C'est un enfant des Hébreux. La sœur de l'enfant dit alors à la fille de Pharaon: Veux-tu que j'aille te quérir, parmi les femmes des Hébreux, une nourrice qui t'allaitera ce petit? - Va, lui répondit la fille de Pharaon. La jeune fille s'en alla donc quérir la mère du petit. La fille de Pharaon lui dit: Prends soin de cet enfant et allaite-le moi; je te donnerai ton salaire. La femme prit l'enfant et l'allaita. Lorsqu'il eut grandi, elle le ramena à la fille de Pharaon, qui le traita comme un fils et lui donna le nom de Moïse, car, dit-elle, « Je l'ai sauvé des eaux ».

10
Lecture du livre des Juges

(6,36-40)
Gédéon dit à Dieu: Si vraiment tu veux délivrer Israël par ma main, comme tu l'as dit, voici, je vais étendre sur l'aire une toison; s'il y a de la rosée sur la toison seulement et que tout le sol reste sec, alors je saurai que tu délivreras Israël par ma main, comme tu l'as dit. Et il en fut ainsi. Gédéon se leva de bonne heure le lendemain, il pressa la toison et en fit sortir la rosée, une pleine coupe d'eau. Gédéon dit à Dieu: Ne t'irrite pas contre moi si je parle encore une fois. Permets que je fasse une dernière fois l'épreuve de la toison: qu'il n'y ait de sec que la seule toison et qu'il y ait de la rosée sur tout le sol alentour. Et Dieu fit ainsi en cette nuit-là: la toison seule demeura sèche et il y eut de la rosée sur tout le sol alentour.

11
Lecture du troisième livre des Rois

(18,30-39)
Elie dit au peuple: Approchez-vous de moi. Et tout le peuple s'approcha de lui. Elie prit douze pierres, selon le nombre des douze tribus issues de Jacob, à qui le Seigneur avait dit: Israël sera ton nom. Il dressa les pierres au nom du Seigneur et rétablit l'autel qui avait été renversé. Il fit un fossé, capable de contenir deux boisseaux de grain, tout autour de l'autel. Il disposa le bois sur l'autel qu'il avait érigé, dépeça la victime de l'holocauste, la plaça sur le bois et l'entassa sur l'autel. Puis il dit: Apportez-moi quatre jarres d'eau et versez-les sur l'holocauste et sur le bois. Et ils firent ainsi. Il dit: Doublez! et ils doublèrent; puis: Triplez! et ils triplèrent. L'eau se répandit autour de l'autel et même le fossé fut rempli d'eau. Puis Elie cria vers le ciel et dit: Seigneur, Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, exauce-moi aujourd'hui en envoyant le feu, afin que tout ce peuple sache que tu es le seul Seigneur, le Dieu d'Israël, et que je suis ton serviteur; que pour toi j'accomplis tout cela et que toi-même tu fais revenir le cœur de ce peuple vers toi. Alors le feu du Seigneur tomba du ciel: il consuma l'holocauste et le bois; le feu absorba l'eau qui se trouvait dans le fossé, il lécha même les pierres et la poussière du sol. Et tout le monde tomba face contre terre en disant: Vraiment le Seigneur est Dieu, c'est lui qui est Dieu!

12
Lecture du quatrième livre des Rois

(2, 19-22)
Les hommes de la ville de Jéricho dirent à Elisée: La situation de la ville est bonne, comme ta Seigneurie peut le voir, mais les eaux sont malsaines et privent d'enfants le pays. Elisée leur dit: Apportez-moi une aiguière neuve et mettez-y du sel. Et ils firent ainsi. Il alla vers la source des eaux, il y jeta le sel et dit: Ainsi parle le Seigneur: J'assainis ces eaux; il n'en proviendra plus ni mort ni avortement! Et les eaux furent assainies jusqu'à ce jour, selon la parole qu'avait dite Elisée.

13
Lecture de la Prophétie d'Isaïe

(49,8-15)
Ainsi parle le Seigneur: Au temps favorable je t'exaucerai, au jour du salut je serai ton secours. Je t'ai formé, puis désigné comme alliance du peuple. Je relèverai le pays, je te restituerai les héritages dévastés. Je ferai sortir les captifs, et ceux qui gisent dans les ténèbres, je les conduirai vers la clarté. Tout le long de la route ils auront leur pâture et sur tous les chemins trouveront leur logis; ils ne ressentiront ni la faim ni la soif, ils ne seront en butte au vent brûlant ni au soleil, car celui qui les prend en pitié les guidera, il les conduira vers les eaux jaillissantes. Je changerai toute montagne en chemin et tout sentier en pâture. Voici, les uns viendront de loin, d'autres du nord et du couchant, d'autres du pays des Perses. Se réjouissent les cieux, exulte la terre; que les montagnes fassent éclater la joie, les collines la justice; car Dieu a pris son peuple en pitié, il console les humiliés de son peuple. Sion disait: Le Seigneur m'a délaissée, le Seigneur m'a oubliée. Une femme peut-elle oublier son enfant, n'avoir point de tendresse pour le fruit de son sein? Quand bien même une femme l'oublierait, moi je ne t'oublierai pas, dit le Seigneur tout-puissant.

Si l'on doit célébrer la Liturgie de S. Basile, le Diacre dit la petite Litanie, suivie de l'ecphonèse du Prêtre:
Car tu es saint, ô notre Dieu, et nous te rendons gloire, Père, Fils et saint Esprit, maintenant et toujours ...
D. ... et dans les siècles des siècles. Le Chœur chante le Trisagion.
Prokimenon, t. 3: Le Seigneur est ma lumière et mon salut, de qui aurais-je crainte? Verset: Le Seigneur est le rempart de ma vie, devant qui tremblerais-je?

Lecture de la première épître du saint apôtre Paul aux Corinthiens
(9, 19-27)
Frères, bien que libre à l'égard de tous, je me suis fait l'esclave de tous, pour en gagner le plus grand nombre. Je me suis fait Juif avec les Juifs, pour gagner les Juifs; sujet de la Loi avec les sujets de la Loi, pour gagner les sujets de la Loi. Je me suis fait un sans-loi avec les sans-loi, - moi qui ne suis pas sans une loi de Dieu, étant sous la loi du Christ, - afin de gagner ceux qui le sont. Je me suis fait tout à tous, pour en sauver à tout prix quelques-uns. Et tout cela, je le fais pour l'Evangile, afin d'avoir part à ses biens. Ne savez-vous pas que dans les courses du stade, tous courent, mais un seul remporte le prix? Courez donc de manière à le remporter. Tous les athlètes s'imposent une tempérance absolue; eux, c'est pour obtenir une couronne périssable, mais nous, pour la couronne qui ne se fanera pas. C'est bien ainsi que je cours, et non pas comme sans but; c'est ainsi que je combats, et non pour battre l'air; je mortifie mon corps et je l'asservis, de peur qu'après avoir prêché à d'autres, je ne sois moi-même réprouvé.

Alleluia, t. 3. Versets 1: Mon cœur a fait jaillir un verbe bel et bon; et je dis: mon œuvre est pour le Roi. 2: Tu es beau, le plus bel enfant des hommes, la grâce est répandue sur tes lèvres; aussi tu es béni du Seigneur à jamais.

Lecture du saint Evangile selon saint Luc: L'an quinze du principat de Tibère César ... Voir l'Evangile de None.

Liturgie de S. Basile. Mégalynaire: En toi exulte. Communion: Louez le Seigneur. Après la prière de l'ambon, bénédiction des eaux.
Si la veille de l'Epiphanie tombe un samedi ou un dimanche, la Liturgie, celle de S. Jean Chrysostome, ayant déjà été célébrée après l'office de Matines ou des Heures, on achève ainsi les Vêpres: après l'Evangile, litanie triple et litanie de demandes; bénédiction des eaux; après le congé, on chante le tropaire et le kondakion de la fête.
En dehors du samedi et du dimanche, on célèbre les Vêpres avec la Liturgie de S. Basile; et le soir, c'est avec les Grandes Complies que commence l'office de la vigile nocturne.

BÉNÉDICTIONS DES EAUX
On se rend en procession, avec cierges et encens, là où se trouvent les eaux à bénir, en chantant les idiomèles suivants, œuvre de Sophrone, patriarche de Jérusalem.

t. 8
La voix du Seigneur retentit sur les eaux: * Venez, recevez tous * du Christ qui vous est apparu * l'Esprit de sagesse, l'Esprit d'intelligence, * l'Esprit de crainte de Dieu.
En ce jour est sanctifiée la nature des eaux; * le Jourdain arrête son cours * et retient ses propres flots à la vue du Maître s'y baignant.
Tu descends dans le fleuve, ô Christ notre Roi, * et te hâtes de recevoir * en ton humanité le baptême des serviteurs * de la main du Précurseur * à cause de nos péchés, * Ami des hommes et Dieu de bonté.
Gloire au Père ... Maintenant ...
A la voix criant dans le désert: * Préparez les voies du Seigneur, * tu vins, ô Christ, prenant l'aspect du serviteur, * demander le baptême, toi le seul sans péché. * Les eaux te virent et prirent peur; * le Précurseur, saisi d'effroi, s'écria: * Est-ce au chandelier d'illuminer la Clarté? * Sanctifie-moi en même temps que les eaux, * Sauveur qui du monde effaces le péché.
D. Sagesse!

Lecture de la Prophétie d'Isaïe
(35, 1-10)
Ainsi parle le Seigneur: Réjouis-toi, terre déserte et assoiffée; exulte le désert, qu'il fleurisse comme un lis! Le désert du Jourdain se couvrira d'abondantes fleurs et jubilera de joie; la gloire du Liban lui sera donnée, ainsi que la splendeur du Carmel; et mon peuple verra la gloire du Seigneur, la magnificence de Dieu. Fortifiez les mains défaillantes, affermissez les genoux chancelants, dites aux cœurs bouleversés: Courage, ne craignez pas; voici, notre Dieu va rendre justice et rétribuer, c'est lui qui viendra nous sauver. Alors se dessilleront les yeux des aveugles, et s'ouvriront les oreilles des sourds. Alors le boiteux bondira comme un cerf, et la langue des muets retentira clairement; car l'eau jaillira au désert, le torrent dans la terre assoiffée. Les domaines sans eau deviendront des prairies, au pays de la soif il y aura des sources d'eau. Les oiseaux s'y ébattront, ce sera un séjour enchanteur, avec des lacs et des roseaux. Un chemin pur s'y trouvera, qu'on nommera chemin de sainteté; aucun impur n'y passera, point de chemin pour l'impur; même les simples y marcheront sans s'égarer. Là, point de lion, nulle bête féroce ne le prendra, aucune ne s'y montrera; mais les rachetés y marcheront, par là reviendront ceux que rassemble le Seigneur. Ils iront à Sion jubilant d'allégresse, la tête couronnée d'une joie éternelle; sur leur visage, liesse et jubilation, l'allégresse les comblera, tandis que cessera tout gémissement, toute peine et tout chagrin.

Lecture de la Prophétie d'Isaïe
(55,1-13)
Ainsi parle le Seigneur: Vous tous qui êtes altérés, venez à la source des eaux; même si vous n'avez pas d'argent, venez! venez manger et boire, sans argent, le blé, le vin et l'huile, sans payer. Car voici ce que dit le Seigneur tout-puissant: vous puiserez de l'eau avec joie aux sources du salut; et vous direz, ce jour-là: chantez le Seigneur, proclamez son nom, annoncez sa gloire parmi les nations, rappelez que son nom est sublime. Ecoutez-moi et vous mangerez bien et votre âme sera comblée de délices; prêtez l'oreille et votre âme vivra. Je vais conclure avec vous une alliance éternelle. Et vous invoquerez le Seigneur, puisqu'il est proche. Que le méchant abandonne sa voie et l'homme injuste, ses criminelles pensées! Revenez à moi et j'aurai pitié de vous, et j'effacerai vos péchés. Car mes pensées ne sont pas les vôtres, dit le Seigneur, mais comme est la hauteur des cieux sur la terre, hautes sont mes voies au-dessus des vôtres et mes pensées au-dessus de vos pensées. Comme la pluie et la neige tombent du ciel et n'y remontent pas sans avoir arrosé la terre, sans l'avoir fécondée et fait germer, sans donner le grain à semer et le pain à manger, ainsi la parole qui sort de ma bouche ne me revient pas sans avoir produit son effet, sans avoir exécuté ma volonté et accompli sa mission. Oui, vous partirez avec joie et serez ramenés en sécurité. Montagnes et collines éclateront devant vous en cris de joie et tous les arbres de la campagne vous applaudiront de leurs rameaux. Au lieu d'épines croîtra le cyprès, au lieu d'orties poussera le myrte; et ce sera pour le renom du Seigneur un titre impérissable à jamais, dit le Seigneur notre Dieu, le Saint d'Israël.

Lecture de la Prophétie d'Isaïe
(12,3-6)
Ainsi parle le Seigneur: Vous puiserez de l'eau avec joie aux sources du salut. Et vous direz, ce jour-là: Louez le Seigneur, invoquez son nom; annoncez parmi les peuples ses exploits, rappelez que son nom est sublime. Chantez le Seigneur, car il a fait des merveilles, annoncez-le par toute la terre. Criez de joie et d'allégresse, habitants de Sion: au milieu d'elle est exalté le Saint d'Israël.
Prokimenon, t. 3: Le Seigneur est ma lumière et mon salut, de qui aurais-je crainte. Verset: Le Seigneur est le rempart de ma vie, devant qui tremblerais-je?

Lecture de la première épître du saint apôtre Paul aux Corinthiens
(10, 1-4)
Frères, je ne veux pas que vous l'ignoriez: nos pères ont tous été sous la nuée, tous ont passé à travers la mer, tous ont été baptisés en Moïse dans la nuée et dans la mer, tous ont mangé le même aliment spirituel et tous ont bu le même breuvage spirituel; car ils buvaient à un rocher spirituel qui les accompagnait; et ce rocher, c'était le Christ.
Alleluia, t. 4. Versets 1: La voix du Seigneur retentit sur les eaux. 2: de gloire fait gronder le tonnerre, le Seigneur est sur les grandes eaux.

Lecture du saint Evangile selon saint Marc
(1,9-11)
En ce temps-là, Jésus vint de Nazareth de Galilée et il fut baptisé par Jean dans le Jourdain. Au moment où il remontait de l'eau, il vit les cieux s'ouvrir et l'Esprit comme une colombe descendre sur lui; et des cieux vint une voix: Tu es mon Fils bien-aimé, en toi j'ai mis toute mon affection.

Le Diacre dit la litanie, le Chœur répond Kyrie eleison.
En paix prions le Seigneur.
Pour la paix qui vient d'en haut et pour le salut de nos âmes prions le Seigneur.
Pour la paix du monde entier, la prospérité des saintes Eglises de Dieu et pour l'union de tous prions le Seigneur.
Pour ce saint temple et pour ceux qui y pénètrent avec foi, respect et crainte de Dieu, prions le Seigneur.
Pour notre archevêque (ou évêque) N., pour l'ordre vénérable des prêtres, pour les diacres qui servent dans le Christ, pour tout le clergé et le peuple prions le Seigneur.
Pour (notre roi N. et pour) tous les chrétiens fidèles et orthodoxes prions le Seigneur.
Pour cette ville (ou ce village ou ce saint monastère), pour toute ville et village, le pays tout entier et les fidèles qui y demeurent prions le Seigneur.
Pour qu'il nous accorde un temps favorable, l'abondance des fruits de la terre et des jours de paix, prions le Seigneur.
Pour les voyageurs, les navigateurs, les prisonniers, les malades, les affligés, et pour le salut de tous, prions le Seigneur.
Pour que cette eau soit sanctifiée par la puissance, l'action et la présence de l'Esprit saint, prions le Seigneur.
Pour que descende sur ces eaux l'action purificatrice de la très- sainte Trinité, prions le Seigneur.
Pour qu'elles soient douées de la même bénédiction et vertu rédemptrice que les eaux du Jourdain, prions le Seigneur.
Pour que la présence du saint Esprit nous illumine de la lumière de connaissance et de piété, prions le Seigneur.
Pour que cette eau nous procure la sanctification, la rémission des péchés, pour la guérison de l'âme et du corps, prions le Seigneur.
Pour qu'elle devienne une eau jaillissant en l'éternelle vie, prions le Seigneur.
Pour qu'elle soit capable de détourner toute embûche des ennemis visibles et invisibles, prions le Seigneur.
Pour ceux qui en puisent et en font provision pour sanctifier leur demeure prions le Seigneur.
Pour qu'elle purifie l'âme et le corps de tous ceux qui en puisent et en goûtent avec foi, prions le Seigneur.
Pour que nous puissions être remplis de sainteté en buvant de ces eaux, par l'invisible manifestation de l'Esprit saint, prions le Seigneur.
Pour que le Seigneur notre Dieu exauce la supplication des pécheurs que nous sommes et nous prenne en pitié, prions le Seigneur.
Pour être délivrés de tout mal, de tout danger, de toute inquiétude, prions le Seigneur.
Protège-nous, sauve-nous, aie pitié de nous et garde-nous, ô Dieu, par ta grâce.
Faisant mémoire de notre Dame, la très-sainte, très-pure, toute bénie et glorieuse Mère de Dieu et toujours-vierge Marie ainsi que de tous les Saints, offrons-nous nous-mêmes, les uns les autres, et toute notre vie au Christ notre Dieu.
Ch. A toi, Seigneur.

Pendant que le Diacre dit la litanie, le Prêtre lit à voix basse cette prière:
Seigneur Jésus Christ, Fils unique, toi qui es dans le sein du Père, Dieu véritable, source de vie et d'immortalité, lumière issue de la lumière, qui es venu dans le monde pour l'illuminer, éclaire nos intelligences par ton saint Esprit, accepte que nous te rendions gloire et action de grâces pour tes merveilles et tes hauts faits dès l'origine et pour ton œuvre de salut en ces temps ultimes; ayant, pour nous sauver, revêtu la faiblesse et la pauvreté de notre nature en t'accommodant de la mesure de notre servitude, toi le Roi de l'univers, tu as daigné en outre être baptisé dans le Jourdain par une main de serviteur, afin de nous conduire, en sanctifiant la nature des eaux, Seigneur sans péché, à la seconde naissance par l'eau et par l'Esprit et nous rendre notre première liberté. Célébrant la mémoire de ce mystère divin, Seigneur ami des hommes, nous t'en prions: répands sur nous, tes indignes serviteurs, selon ta divine promesse, l'eau purificatrice, ce don de ta miséricorde, pour que nos prières de pécheurs concernant cette eau soient agréées de ta bonté et que par elle nous soit accordée la grâce de ta bénédiction, à nous et à tout ton peuple fidèle, pour la gloire de ton saint Nom digne d'adoration. Car à toi reviennent toute gloire, tout honneur et toute adoration, ainsi qu'à ton Père éternel et à ton très-saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

A la fin de la litanie diaconale, le Prêtre élève la voix pour la prière suivante, œuvre de Sophrone, patriarche de Jérusalem.

Trinité transcendant tous les êtres par ton excellence et ta suprême divinité, Tout-puissant qui vois tout, Invisible que nul ne peut saisir, Créateur des êtres spirituels et doués de raison, pure essence du Bien, Lumière inaccessible qui, venant dans le monde, illumines tout homme, éclaire-moi aussi, ton indigne serviteur; illumine les yeux de mon intelligence, afin que j'ose célébrer tes bienfaits et ta puissance infinis. Agrée ma prière pour le peuple ici présent; puissent mes fautes ne pas empêcher la venue de ton saint Esprit; accorde-moi plutôt de pouvoir, sans être condamné, te crier et te dire aussi maintenant, suprême Bonté: Nous te glorifions, Seigneur ami des hommes, Tout-puissant, Roi d'avant les siècles. Nous te glorifions, Auteur de l'entière création. Nous te glorifions, Fils unique de Dieu que sans père une Mère a conçu et qui sans mère du Père es issu. Au cours de la fête passée, c'est comme enfant que nous t'avons vu; en la présente fête nous contemplons ta perfection, comme le Parfait, né du Parfait, se manifestant notre Dieu. Car ce jour est pour nous celui de la Fête: le chœur des Saints est assemblé avec nous, les Anges s'unissent à la festivité humaine. En ce jour la grâce du saint Esprit, sous forme de colombe, est descendue sur les eaux. En ce jour le soleil sans déclin s'est levé, le monde est éclairé par la lumière du Seigneur. En ce jour la lune éclaire aussi le monde par la clarté de ses rayons. En ce jour les astres lumineux embellissent l'univers en rayonnant de tous leurs feux. En ce jour les nuées distillent depuis le ciel une rosée de justice pour l'humanité. En ce jour l'Incréé veut que sa propre créature lui impose la main. En ce jour le Prophète et Précurseur vient au-devant du Maître, mais il approche en tremblant, voyant Dieu s'abaisser jusqu'à nous. En ce jour les flots du Jourdain acquièrent la vertu de guérir par la présence du Seigneur. En ce jour un courant mystique abreuve l'entière création. En ce jour les fautes des humains sont lavées par les eaux du Jourdain. En ce jour le Paradis s'est ouvert pour les hommes et le Soleil de justice répand sur nous sa clarté. En ce jour l'eau amère, comme au temps de Moïse, pour le peuple est changée en eau douce par la présence du Seigneur. En ce jour nous mettions fin à l'antique lamentation et nous fûmes sauvés, en nouvel Israël. En ce jour nous étions délivrés des ténèbres pour resplendir clairement de la connaissance de Dieu. En ce jour la grisaille du monde est dissipée par l'épiphanie de notre Dieu. En ce jour l'entière création brille comme lampe allumée depuis le ciel. En ce jour l'erreur fut abolie, l'avènement du Maître nous traçant la voie du salut. Ce jour est une fête en haut comme ici-bas, les êtres de ce bas monde rencontrent ceux des hauteurs. En ce jour les vrais croyants élèvent leur voix joyeuse en une sainte festivité. En ce jour le Maître se hâte vers le baptême pour relever l'humanité. En ce jour l'Immuable s'incline vers son propre serviteur pour nous libérer de la servitude. En ce jour nous avons acquis le royaume des cieux, ce règne du Seigneur qui n'aura pas de fin. En ce jour la terre et la mer ont partagé la joie du monde, un monde que l'allégresse a rempli. Les eaux te virent, ô Dieu, les eaux te virent et furent en émoi. Le Jourdain retourna en arrière, voyant le feu de la divinité descendre en un corps et venir jusqu'à lui. Le Jourdain retourna en arrière, lorsqu'il vit l'Esprit saint descendre sous forme de colombe et voler autour de toi. Le Jourdain retourna en arrière, voyant l'Invisible se laisser voir, le Créateur ayant pris chair, le Maître sous la forme de serviteur. Le Jourdain retourna en arrière, et les montagnes bondissaient voyant Dieu dans la chair. Les nuées firent entendre leur voix, s'émerveillant que soit venu, Lumière de Lumière, le vrai Dieu né du vrai Dieu. En ce jour de fête nous voyons au Jourdain le Seigneur y engloutir les chaînes de l'Enfer, l'aiguillon de l'erreur, la mort que la désobéissance nous valut, et donner au monde le Baptême du salut. C'est pourquoi, moi aussi, bien que pécheur et indigne de te servir, après avoir rappelé tes merveilles et tes hauts-faits, saisi de crainte et plein de componction, je m'écrie:
Tu es grand, Seigneur, tes œuvres sont admirables, et nulle parole ne suffira pour chanter tes merveilles. (3 fois)
C'est toi qui as voulu conduire toutes choses du non-être à l'existence; par ta puissance tu soutiens l'univers, par ta providence tu diriges le monde. Des quatre éléments tu composas la création, des quatre saisons tu couronnas le cycle de l'année. Elles tremblent devant toi, les célestes puissances spirituelles: c'est toi que chante le soleil, c'est toi que la lune glorifie; c'est avec toi que s'entretiennent les astres, c'est à toi que la lumière obéit; devant toi frémissent les océans et les sources sont tes servantes. Tu déployas les cieux comme une tente, tu affermis la terre sur les eaux; la mer, tu l'entouras de sable, et l'air, tu le répandis pour qu'on le respirât. Les puissances angéliques te servent dans le ciel, les chœurs des Archanges se prosternent devant toi; les Chérubins aux yeux innombrables et les Séraphins aux six ailes qui font cercle autour de toi et volent à l'entour de ta majesté se couvrent la face par crainte de ta gloire inaccessible. Toi le Dieu que nul espace ne peut circonscrire, toi le Dieu ineffable et sans commencement, tu es venu sur terre, prenant forme d'esclave et ressemblance avec les hommes; car tu n'as pas souffert, Seigneur, dans la tendresse de ton cœur, de voir le genre humain sous la tyrannie du démon, mais tu es venu et tu nous as sauvés. Nous reconnaissons ta grâce, nous proclamons ton amour, sans cacher tes bienfaits. Tu as libéré notre nature dès le germe, par ta naissance tu as sanctifié le sein virginal; toute la création te chanta lorsque tu apparus. Car toi, ô notre Dieu, tu t'es montré sur la terre et tu as conversé avec les hommes. C'est toi aussi qui sanctifias les eaux du Jourdain, envoyant du ciel ton saint Esprit, et tu as écrasé la tête des dragons qui s'y cachaient.
Toi donc, Ami des hommes et notre Roi, viens aussi maintenant par l'effusion de ton saint Esprit et sanctifie cette eau. (3 fois)
Et donne-lui la même bénédiction et vertu rédemptrice qu'à celle du Jourdain. Fais-en une source d'immortalité, un trésor de sanctification, pour la rémission des péchés, la guérison des maladies et la perte des démons; qu'elle soit inaccessible aux puissances ennemies et remplie de pouvoir angélique! Afin que tous ceux qui en prennent et en boivent trouvent en elle la purification de leur âme et de leur corps, le remède à leurs passions, la sanctification de leur maison et toute sorte de profit. Car c'est toi notre Dieu, celui qui par l'eau et l'Esprit renouvelas notre nature vieillie dans le péché. C'est toi notre Dieu, qui au temps de Noé submergeas le péché sous les eaux. C'est toi notre Dieu, qui par la mer fis passer de la servitude de Pharaon à la liberté, sous la conduite de Moïse, la nation des Hébreux. C'est toi notre Dieu, qui fendis la roche au désert, au point que les eaux coulèrent en torrents pour abreuver ton peuple assoiffé. C'est toi notre Dieu, qui par l'eau et le feu fis qu'Elie détourna Israël de l'erreur de Baal.
Toi-même, Seigneur, encore à présent, sanctifie cette eau par ton saint Esprit. (3 fois)
Et donne à tous ceux qui vont la toucher, s'en oindre ou en goûter, sanctification, bénédiction, purification et santé.
Sauve, Seigneur, tes serviteurs (notre roi N. et tous) les chrétiens fidèles et orthodoxes. (3 fois)
En paix garde-les sous ta protection; accorde-leur ce qu'ils demandent pour leur salut et la vie éternelle.
Souviens-toi, Seigneur, de notre archevêque (ou évêque) N., de l'ordre presbytéral, des diacres qui servent dans le Christ, de tout le clergé et du peuple présent, ainsi que de nos frères absents pour un juste motif; en ton immense miséricorde aie pitié d'eux et de nous. Afin que par les éléments, par les Anges et les hommes, par le monde visible et invisible soit glorifié ton nom très-saint, avec le Père et le saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

Ch. Amen.
P. Paix à tous. Ch. Et à ton esprit.
D. Inclinez la tête devant le Seigneur. Ch. Devant toi, Seigneur.

Le Prêtre dit cette prière à voix basse:
Incline, Seigneur, ton oreille et exauce-nous, toi qui daignas être baptisé dans le Jourdain et sanctifias les eaux; bénis chacun de nous lorsqu'en inclinant la tête nous signifions par là notre dépendance envers toi; fais que nous soyons entièrement sanctifiés par notre communion à cette eau et par son aspersion; puisse-t-elle nous procurer, Seigneur, la santé de l'âme et du corps!
A haute voix:
Car tu es notre sanctification, ô Christ notre Dieu, et nous te rendons gloire, action de grâce et adoration, ainsi qu'à ton Père éternel et à ton très-saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.
Ch. Amen.

Le Prêtre, prenant la précieuse Croix, bénit les eaux par trois fois en plongeant puis élevant la Croix verticalement et entonnant chaque fois ce tropaire.

Tropaire, t. 1
Dans le Jourdain lorsque, Seigneur, tu fus baptisé, * à l'univers fut révélée la sainte Trinité; * en ta faveur se fit entendre la voix du Père * te désignant comme son Fils bien-aimé; * et l'Esprit sous forme de colombe * confirma la vérité du témoignage. * Christ notre Dieu qui t'es manifesté, * illuminateur du monde, gloire à toi. (3 fois)
Le Prêtre essuie la croix; puis, la tenant de la main gauche, il asperge le peuple avec l'eau bénite. Chacun s'approche, baise la croix, reçoit une aspersion sur ta tête et boit un peu d'eau. Pendant ce temps, le Chœur répète le tropaire Dans le Jourdain. Puis on rentre au sanctuaire en chantant ce stichère:
t. 6
Fidèles, chantons * les grands bienfaits de Dieu envers nous: * à cause de notre faute, en effet, * il s'est fait homme pour accomplir * notre purification dans le Jourdain, * lui le seul pur, le seul immaculé, * me sanctifiant ainsi que les eaux * et broyant la tête des dragons * qui se cachaient dans les ondes. * Frères, avec allégresse puisons donc de cette eau, * car la grâce de l'Esprit * est invisiblement donnée aux fidèles y puisant * par le Sauveur de nos âmes, le Christ notre Dieu.
Si l'on a célébré la Liturgie, on chante: Que le nom du Seigneur soit béni ... 3 fois; et l'on achève la Liturgie. Sinon, finale des Vêpres. Après le Congé de la Liturgie ou des Vêpres, on chante au milieu de l'église le tropaire de la fête, t. 1: Dans le Jourdain. Gloire au Père ... Maintenant ... et le kondakion, t. 4: En ce jour de l'Epiphanie. Puis, si on ne l'a déjà fait à None, les souhaits de longues années.

Litie, t. 4
Celui qui se revêt de la lumière comme d'un manteau * a daigné pour nous devenir comme nous; * en ce jour il se couvre des flots du Jourdain, * non qu'il en ait besoin pour se purifier, * mais pour nous offrir en lui-même le renouveau. * Merveille! sans flamme il refond * et de nouveau façonne sans broyer, * il sauve ceux qui en lui sont illuminés, * le Christ notre Dieu, le Sauveur de nos âmes.
Te voyant venir à lui, * toi qui du monde purifies * le péché par l'Esprit et le feu, * le Baptiste avec crainte et tremblement * te déclare: Je n'ose pas * toucher ta tête immaculée; * toi-même, Seigneur, sanctifie-moi * par ton Epiphanie, seul Ami des hommes.
Venez, imitons les Vierges sages; * venez, allons au-devant du Seigneur qui paraît, * car il s'avance vers Jean comme l'Epoux. * Le Jourdain fut stupéfait de le voir et s'arrêta. * Jean s'écria: Je n'oserai pas * toucher la tête du Seigneur immortel! * Sous forme de colombe, l'Esprit * descendit sanctifier les eaux. * Et du ciel une voix déclara: * «Celui-ci est mon Fils, il est venu * en ce monde sauver le genre humain.» Seigneur, gloire à toi.
Le Christ est baptisé, * il remonte des eaux; * avec lui c'est le monde qu'il fait sortir; * il voit s'ouvrir les cieux que jadis * Adam ferma pour lui et ses descendants. * De sa divinité l'Esprit est le témoin, * car il accourt vers son égal; * et la voix du Père descend du ciel, * car c'est de là que provient * l'objet du témoignage, le Sauveur de nos âmes.
La main du Baptiste trembla * lorsqu'il toucha ta tête immaculée; * le fleuve du Jourdain rebroussa son chemin, * car il n'osait pas te servir; * si Josué, fils de Noun, lui avait jadis * inspiré du respect, * comment son propre Créateur * ne lui aurait-il inspiré l'effroi? * Mais tu accomplis tout le plan du salut * pour sauver le monde, Seigneur, * par ton Epiphanie, seul Ami des hommes.
Gloire au Père, t. 8
Seigneur, désireux d'accomplir * ce que tu avais établi de toute éternité, * dans toute la création tu pris les ministres de ton mystère: * parmi les Anges Gabriel, * dans l'humanité la vierge Marie, * dans les cieux l'étoile et d'entre les fleuves le Jourdain; * en lui tu effaças le péché du monde. * Sauveur de nos âmes, gloire à toi.
Maintenant ...
En ce jour est illuminée la création, * en ce jour l'univers se réjouit * sur la terre comme au ciel; * les Anges se mêlent aux humains, * car la présence du Roi * amène aussi l'escorte de son armée. * Accourons donc vers le Jourdain, * voyons comment le Précurseur * baptise le chef non-fait-de-main-d'homme du Seigneur sans péché. * Avec l'Apôtre chantons d'un même chœur: * La grâce de Dieu s'est manifestée à nos yeux, * pour tous les hommes elle est la source du salut, * elle apporte aux fidèles la lumière et la vie.

Apostiches, t. 2
Sur les bords du Jourdain * te voyant venir jusqu'à lui, * le Précurseur te disait, ô Christ notre Dieu: * Est-ce vers ton serviteur que tu viens, * toi qui es sans tache, Seigneur? * Au nom de qui vais-je te baptiser? * Du Père? mais tu le portes en toi! * Du Fils? mais tu l'es, dans la chair! * De l'Esprit saint? mais ta bouche l'insuffle aux fidèles! * Dieu qui te manifestes, aie pitié de nous.
La mer, à cette vue, s'enfuit,
le Jourdain retourne en arrière.

Les eaux te virent, Seigneur, * les eaux te virent et prirent peur: * vers ta gloire en effet * les Chérubins, les Séraphins * n'osent porter leurs regards, * mais dans la crainte te servant, * les uns te portent, les autres glorifient * ta puissance, Seigneur; * avec eux nous proclamons * ta louange, en disant: * Dieu qui te manifestes, aie pitié de nous.
Qu'as-tu, mer, à t'enfuir, et toi,
Jourdain, à retourner en arrière?

En ce jour le Créateur du ciel et de la terre * vient en son corps au Jourdain * demander le baptême, lui le seul sans péché, * afin de purifier le monde de l'erreur de l'ennemi, * et le Maître de l'univers * est baptisé par un serviteur; * mais il confère au genre humain * par cette eau même sa pureté; * aussi chantons-lui: * Dieu qui te manifestes, Seigneur, gloire à toi.
Gloire au Père ... Maintenant, t. 8
Voyant le Soleil issu de la Vierge * demander le baptême dans le Jourdain, * le chandelier né de la Stérile lui cria dans la crainte et la joie: * C'est à toi de me sanctifier, ô Maître, par ta sainte Epiphanie!

Tropaire, t. 1
Dans le Jourdain lorsque, Seigneur, tu fus baptisé, * à l'univers fut révélée la sainte Trinité; * en ta faveur se fit entendre la voix du Père * te désignant comme son Fils bien-aimé; * et l'Esprit sous forme
de colombe * confirma la vérité du témoignage. * Christ notre Dieu qui t'es manifesté, * illuminateur du monde, gloire à toi. (3 fois)

Si l'on fait la Vigile, bénédiction des pains.


MATINES

Cathisme I, t. 3
Sauveur, lorsqu'au Jourdain tu te manifestais * et tandis que le Précurseur te baptisait, * tu fus attesté comme le Fils bien-aimé; * ainsi fut révélé que tu partages l'éternité du Père; * et sur toi l'Esprit saint descendit aussi; * illuminés en lui, nous glorifions la divine Trinité.

Cathisme II, t. 4
Jourdain, qu'as-tu vu pour t'effrayer ainsi? * - J'ai vu, dit-il sans vêtement l'Invisible et j'ai tremblé; * et comment ne pas frémir et disparaître devant lui? * A sa vue les Anges eux-mêmes ont frémi; * le ciel fut saisi de stupeur et la terre a tremblé; * la mer s'est retirée, et de même a fait tout ce qu'on voit ou ne voit pas. * Le Christ se manifeste au Jourdain pour sanctifier les eaux.

Après le Polyéléos:
Mégalynaire
Nous te magnifions, * ô Christ source de vie * qui pour nous en ce jour te laisses baptiser * par le Précurseur * dans les flots du Jourdain.
Versets 1: Que Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse, faisant luire sur nous sa face, et qu'il ait pitié de nous! 2: Le Seigneur tonne, et du ciel on entend la voix du Très-Haut. 3: Les fleuves ont élevé, Seigneur, les fleuves ont élevé leur voix. 4: Je me souviendrai de toi depuis la terre du Jourdain et de l'Hermon. 5: La mer, à cette vue, s'enfuit, le Jourdain retourne en arrière. 6: Les eaux te virent, ô Dieu, les eaux te virent et furent en émoi: 7: Sur la mer est passé ton chemin, ton sentier sur les eaux innombrables. 8: Que tes œuvres sont grandes, Seigneur! tu les fis toutes avec sagesse.
Gloire au Père ... Maintenant ...
Alleluia, alleluia, alleluia, gloire à toi, ô Dieu (3 fois).

Cathisme, t. 4
Tu sanctifias les flots du Jourdain * et brisas la force du péché, ô Christ notre Dieu; * tu t'inclinas sous la main du Précurseur * et sauvas de l'erreur le genre humain; * c'est pourquoi nous t'en prions: sauve ce monde qui est tien.

Anavathmi, la 1e antienne du ton 4: Dès ma jeunesse ...

Prokimenon, t. 4: La mer a vu et s'est enfuie, le Jourdain a remonté son cours.
Verset: Qu'as-tu, mer, à t'enfuir, et toi, Jourdain, à retourner en arrière?

Evangile et Psaume 50.
Gloire au Père, t. 2: L'univers en ce jour * d'allégresse est comblé: * le Christ en effet * se manifeste au Jourdain.
Maintenant ... L'univers en ce jour ...
Aie pitié de moi, ô Dieu ...
t. 6
Dieu le Verbe est apparu au genre humain dans la chair; * il se tenait dans le Jourdain pour être baptisé * et le Précurseur lui demanda: * Comment étendrai-je la main * et toucherai-je le chef qui gouverne l'univers? * Même si tu es le Fils de la Vierge, * tu es aussi le Dieu d'avant les siècles, je le sais; * tu marches sur terre, toi que chantent les Séraphins; * moi, l'esclave, je n'ai pas appris à baptiser un Maître. * Dieu sans limites, Seigneur, gloire à toi.

Canon l, œuvre de Cosmas, avec l'acrostiche: Le Baptême nettoie les fautes des humains.
Canon II, ïambique, œuvre de saint Jean Damascène, avec l'acrostiche en distiques héroélégiaques: L'excellent Serviteur du Maître universel, baptisant en ce jour le Feu spirituel, engloutit dans les eaux les torts de notre race; puisse-t-il nous donner pour ces hymnes la grâce!
A la fin de chaque ode, catavasie: les deux hirmi.

Ode 1, t. 2
« De l'abîme il découvre les profondeurs, * à pied sec il conduit ses serviteurs, * en la mer il engloutit les ennemis, * le Seigneur puissant dans les combats, * car il s'est couvert de gloire. »
Adam corrompu par le péché, * il le reforme dans les flots du Jourdain * et fracasse la tête des dragons qui s'y cachaient, * le Roi des siècles, le Seigneur, * car il s'est couvert de gloire.
En sa chair matérielle revêtu * de la flamme immatérielle de la divinité, * il s'enveloppe aussi des flots du Jourdain, * celui qui a pris chair de la Vierge, le Seigneur, * car il s'est couvert de gloire.
Celui qui ôte la souillure des humains, * en se purifiant dans le Jourdain * pour ceux dont il a pris la ressemblance tout en restant ce qu'il était, * illumine les hôtes des ténèbres, le Seigneur, * car il s'est couvert de gloire.

*

« Israël s'engage sur les vagues de la mer * qui ferme lui apparaît alors en terre; * mais les sombres flots, comme un tombeau liquide, * couvrirent tous les officiers des Egyptiens * par la puissante force de la main du Seigneur. »
Au moment où l'aurore lumineuse se lève sur les mortels, * venant du désert vers les rives du Jourdain, * Maître du soleil, tu inclinas ton chef * pour arracher au pays des ténèbres l'ancêtre du genre humain * et de toute souillure purifier la création.
Verbe éternel, celui qu'avec toi tu plonges dans les flots, * tu le renouvelles, car l'erreur l'a corrompu; * et la voix du Père proclame ineffablement: * Celui-ci est mon Fils bien-aimé, * par nature égal à moi.


Ode 3
« Le Seigneur qui donne force à nos rois * et exalte la puissance de ses oints * naît d'une Vierge et se laisse baptiser. * Aussi, fidèles, crions-lui: * Nul n'est saint comme toi, ô notre Dieu, * nul n'est juste comme toi, Seigneur. »
Toi qui jadis étais stérile et sans enfants, * Eglise du Christ, en ce jour réjouis-toi, * car des fils te sont nés par l'eau et par l'Esprit, * qui désormais proclament dans la foi: * Nul n'est saint comme toi, ô notre Dieu, * nul n'est juste comme toi, Seigneur.
A haute voix le Précurseur crie dans le désert: * Préparez les voies du Christ, * redressez les chemins de notre Dieu * en proclamant dans votre foi: * Nul n'est saint comme toi, ô notre Dieu, * nul n'est juste comme toi, Seigneur.

*

« Nous tous qui sommes libres des antiques rets, * puisque sont brisées les dents des fauves dévorants, * ouvrons la bouche pour des chants de joie, * tressant une guirlande de nos hymnes pour louer * le Verbe qui se plaît à nous combler de ses dons. »
Celui qui dans la création planta la mort * sous l'apparence d'une bête malfaisante * est assombri par la parousie charnelle * et s'attaque au Maître comme aurore paraissant * pour écraser la tête maudite du Serpent.
Il attire à lui la nature créée par Dieu * mais enfouie dans les entrailles du Tyran; * il la fait renaître en reformant le genre humain, * le Seigneur accomplissant son œuvre puissamment, * car il est venu pour la sauver.
Hypakoï, t. 5
Lorsque tu illuminas par ton Epiphanie l'univers, * alors s'enfuit l'amère incrédulité * et le Jourdain remonta son cours, nous élevant jusqu'au ciel; * Christ notre Dieu, garde-nous désormais * dans la sublimité de tes divins commandements * par l'intercession de ta Mère, et prends pitié de nous.


Ode 4
« Ta voix, Seigneur, il l'entendit, * celui que tu nommas "Voix criant dans le désert ", * quand sur les eaux innombrables tu tonnas * pour rendre témoignage à ton Fils; * tout entier possédé par l'Esprit qui descendait, * il s'écria: Tu es le Christ, * sagesse et puissance de Dieu. »
Qui donc a jamais vu, s'écria le Héraut, * se purifier le Soleil par nature si clair, * pour que j'ose te baigner dans les eaux, * Reflet de la gloire du Père, empreinte de l'Eternel, * et que moi, le chaume, je touche au feu de ta divinité? * Car tu es le Christ, * sagesse et puissance de Dieu.
Moïse, te rencontrant, manifesta * la piété que Dieu lui inspirait, * car dès qu'il perçut ta voix dans le buisson, * il détourna son regard aussitôt; * et moi, comment pourrais-je te regarder et poser sur toi la main? * Car tu es le Christ, * sagesse et puissance de Dieu.
Bien que doué d'une âme, de parole et de raison, * j'ai pour toi le respect des êtres inanimés; * si je te baptise, j'aurai pour accusateurs * la montagne fumant au contact de ton feu, * la mer qui se retire et le Jourdain qui remonte son cours; * car tu es le Christ, * sagesse et puissance de Dieu.

*

« Purifié par le feu de la divine contemplation, * le Prophète chantant le renouveau de tout mortel * de sa voix que fait vibrer l'Esprit * annonce l'ineffable incarnation * du Verbe qui brisa la force des puissants. »
Verbe lumineux que le Père a envoyé * pour dissiper les funestes ombres de la nuit, * tu viens aussi déraciner la faute des mortels * et par ton baptême, Bienheureux, * illuminer tes fils aux flots du Jourdain.
En personne voyant le Verbe glorieux, * le Héraut l'annonce clairement à la création: * Celui qui est avant moi, bien qu'il me suive selon la chair, * par divine puissance a surgi semblable à nous * pour détruire notre ennemi, le péché.
S'élançant vers leur pâturage nourricier, * le Verbe chasse de leurs antres les dragons, * abattant leurs cercles si nombreux; * et celui qui frappe au talon le genre humain, * il l'engloutit pour sauver la création.


Ode 5
« Principe de vie, Jésus vient effacer * la sentence qui fut prise contre Adam: * bien que Dieu n'ait pas besoin de purification, * pour le coupable il se purifie dans le Jourdain; * il y détruit l'inimitié et procure à tous * une paix qui surpasse tout esprit. »
Une foule innombrable s'étant rassemblée * pour être baptisée par Jean, * celui-ci se tenait au milieu et disait: * Qui vous a appris, rebelles, à éviter la colère à venir? * Produisez donc des fruits dignes du Christ; * déjà par sa présence il nous donne la paix.
Celui qui a planté la création, * au milieu de nous se tenant comme l'un de nous, * prend possession des cœurs et, tenant en main * le van purificateur, il vanne sagement, * brûlant ce qui est stérile sur l'aire du monde entier * pour accorder la vie éternelle à qui porte du fruit.

*

« Lavés, par la purification spirituelle, * du venin de l'ennemi fangeux et ténébreux, * abordons la voie nouvelle et sans erreur * qui nous mène à l'ineffable joie * dont seuls s'approchent ceux que Dieu réconcilie. »
Le Créateur, voyant dans les ténèbres du péché, * tenu par de solides liens, celui qu’il façonna de ses mains, * le hisse sur ses épaules, * pour le laver dans le bouillonnement des grandes eaux * de l'antique déshonneur qu'Adam s'était causé par son méfait.
Courons de tout l'élan de notre foi * vers les sources immaculées de ce flot sauveur, * fixant nos yeux sur le Verbe qui nous offre * d'un sein pur le breuvage étanchant la soif de Dieu * comme un doux remède pour guérir le monde de son mal.


Ode 6
« La voix du Verbe, le chandelier de la Clarté, * l'étoile du matin et du Soleil le précurseur * crie au désert à tous les peuples: Repentez-vous, * venez vous purifier de vos péchés, * car voici que s'avance le Christ, * le rédempteur du monde. »
Né du Dieu et Père immatériellement, * de la Vierge, sans souillure, le Christ prend chair * dont le Précurseur nous enseigne qu'il ne peut * délier la courroie, c'est-à-dire l'union * du Verbe et de notre nature, puisqu'il est venu * racheter les mortels de l'erreur.
C’est dans le feu du dernier jour que le Christ * plongera qui se défie * sans croire qu'il est Dieu; * mais dans l'Esprit il renouvelle par la grâce de l'eau * ceux qui reconnaissent sa divinité. * en les délivrant de leurs péchés.

*

« Le Père proclame de sa voix bienheureuse * bien-aimé celui qu'il profère de son sein: * Celui-ci, dit-il, étant mon Fils consubstantiel, * lumineusement issu du genre humain, est à la fois * mon Verbe vivant et par condescendance un mortel. »
Le Prophète qui pendant trois jours * dans les entrailles du monstre marin fut englouti mystérieusement * en ressortit pour nous montrer d'avance * la seconde naissance nous délivrant * du dragon tueur d'hommes, à la fin des temps.
Du ciel s'entr'ouvrent les brillants rideaux * et le Prophète voit l'Esprit * qui procède du Père et demeure dans le Verbe * descendre comme colombe d'ineffable façon * et il apprend aux peuples à courir vers leur Maître.


Kondakion, t. 4
En ce jour de l'Epiphanie * l'univers a vu ta gloire, * car, Seigneur, tu t'es manifesté * et ta lumière resplendit sur nous; * c'est pourquoi en pleine connaissance nous te chantons: * Tu es venu et t'es manifesté, * Lumière inaccessible.

Ikos
Pour la Galilée des nations, * le pays de Zabulon * et la terre de Nephtali, * comme dit le Prophète, une grande lumière a brillé, c'est le Christ; * ceux qui étaient dans les ténèbres ont vu l'éblouissante clarté * jaillissant de Bethléem, * ou plutôt le Seigneur né de la Vierge Marie, * le Soleil de justice, rayonne sur tout l'univers. * Fils d'Adam, venez tous, * pour réchauffer notre nudité, revêtons-le, * puisque, pour couvrir qui était nu * et briller sur les cœurs enténébrés, * il. est venu et s'est manifesté, lumière inaccessible.

Synaxaire
Le 6 Janvier, la sainte Théophanie de notre Seigneur, Dieu et Sauveur Jésus Christ.
Le Baptême du Christ, ayant ouvert les cieux,
par cette déchirure fait entrer tous ceux
qui ont gardé sans tache leur tunique neuve.
Le six, le Précurseur baptise Christ au fleuve.
A lui la gloire et la puissance dans les siècles des siècles. Amen.


Ode 7
« Les nobles Jeunes Gens se promenant * dans la fournaise de feu * restèrent sains et saufs sous un souffle de fraîcheur, * protégés par l'Ange descendu; * au milieu des flammes couverts de rosée, * dans l'action de grâce ils se mirent à chanter: * Seigneur qui plus que tous es digne de nos chants, * tu es béni, Dieu de nos Pères. »
Les Puissances angéliques au Jourdain * se tenaient comme au ciel * avec crainte et admiration, * contemplant l'extrême condescendance de Dieu, * puisque celui qui tient en mains * les eaux du firmament se tenait * dans les ondes avec son corps, * lui, le Dieu de nos Pères.
La nuée et la mer ont préfiguré * autrefois la merveille du Baptême divin; * car en elles le peuple de l'exode jadis * fut baptisé par le Législateur, * la mer étant la figure de l'eau * et la nuée, celle de l'Esprit; * initiés par elles, nous chantons: * Béni es-tu, Dieu de nos Pères.
Nous tous, les croyants, pour en avoir reçu l'initiation * sans cesse louant Dieu, * avec les Anges glorifions * le Père, le Fils et le saint Esprit, * la consubstantielle Trinité, * en trois personnes unique Dieu * pour lequel nous chantons: Béni es-tu, * Seigneur, Dieu de nos Pères.

*

« Dans le fleuve il a brûlé la tête des dragons. * celui qui apaisa le gigantesque feu * de la fournaise où se trouvaient les Jeunes Gens; * et l'indélébile noirceur due au péché, * il la nettoie sous la rosée de l'Esprit. »
Image de toi, la flamme ardente des Assyriens * que tu arrêtas, la changeant en rosée, * car tu t'enveloppes d'eau pour y brûler, * ô Christ, le funeste prédateur qui s'y cachait, * celui qui invite au chemin de perdition.
Le Jourdain se divisant jadis, * le peuple d'Israël par ce passage traversa * te préfigurant, ô Tout-puissant * qui presses maintenant ta création * à travers les ondes vers l'immuable voie du bien.
Nous savons que tu fis venir jadis, * hélas, pour que tous périssent, le déluge destructeur, * toi qui fais des merveilles infinies; * et maintenant tu engloutis le péché, * ô Christ, pour le bonheur et le salut des mortels.


Ode 8
« Mystère inouï que la rosée * jaillissant à Babylone dans le feu! * Mais les flots du Jourdain à leur tour * devaient accueillir le feu de la divinité * et couvrir le Créateur baptisé dans sa chair, * que les peuples bénissent et exaltent dans tous les siècles. »

(Voir la suite en fin des Ménées de janvier)
Dernière édition par Monique le lun. 14 janv. 2008 12:09, édité 1 fois.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

7 janvier

Message par Monique » ven. 14 déc. 2007 14:57

7 JANVIER

Synaxe du vénérable et illustre
prophète, précurseur et baptiste Jean.


VEPRES

Lucernaire, t. 2

Voyant notre Lumière, celui qui éclaire tout homme, * s'approcher de lui pour être baptisé, * le Précurseur se réjouit en son âme tandis que tremble sa main; * il le montre et dit aux peuples: * Voici le Rédempteur d'Israël, * celui qui nous libère de la corruption! * Ô Seigneur sans péché, * Christ notre Dieu, gloire à toi.
C'est un serviteur qui baptise le Rédempteur * et par sa présence l'Esprit lui rend témoignage; * ce que voyant, les armées angéliques frémissent d'effroi; * du ciel le Père fait entendre sa voix: * Celui sur qui le Précurseur impose la main, * c'est mon Fils bien-aimé, en lui je me complais! * Christ notre Dieu, gloire à toi.
Les flots du Jourdain * te reçurent, toi qui es la Source, * sous forme de colombe descendit le Paraclet; * il incline la tête, celui qui fit pencher les cieux, * le limon de la terre crie à celui qui l'a façonné: * Pourquoi m'imposer ce qui est trop haut pour moi? * C'est moi qui ai besoin de ton Baptême. * Ô Seigneur sans péché, * Christ notre Dieu, gloire à toi.
t. 1
Illustre Précurseur du Christ, * Baptiste divin, * en te disant bienheureux * nous glorifions le Christ qui inclina devant toi * sa tête au Jourdain * et sanctifia le genre humain. * Prie-le donc d'accorder à nos âmes * la paix et la grâce du salut.
Saint Jean, vénérable Précurseur, * tu as pu voir, venue d'en-haut, * l'ineffable gloire du Père, le Fils, dans les eaux; * et comme une colombe tu vis descendre l'Esprit * qui illumine et purifie * les confins de l'univers; * aussi, te chantant comme initié de la sainte Trinité, * nous vénérons ta divine festivité.
Fortifié par la divine grâce du Christ, * Baptiste et Précurseur, * tu nous l'as montré comme Agneau * qui vient enlever tout péché du monde; * dans l'allégresse, tu dirigeas * vers lui deux Disciples en ce jour; * prie-le donc d'accorder à nos âmes * la paix et la grâce du salut.
Gloire au Père, t. 6
Vivant chandelier, * Précurseur du Sauveur. * enfant de la Stérile, ami du Fils virginal * que dès le sein tu adoras en tressaillant * et que tu baptisas dans les flots du Jourdain, * intercède auprès de lui, Prophète, nous t'en prions, * pour qu'en l'au-delà nous échappions à tout danger.
Maintenant ...
Dieu le Verbe est apparu au genre humain dans la chair; * il se tenait dans le Jourdain pour être baptisé * et le Précurseur lui demanda: * Comment étendrai-je la main * et toucherai-je le chef qui gouverne l'univers? * Même si tu es le Fils de la Vierge, * tu es aussi le Dieu d'avant les siècles, je le sais; * tu marches sur terre, toi que chantent les Séraphins; * moi, l'esclave, je n'ai pas appris à baptiser un Maître. * Dieu sans limites, Seigneur, gloire à toi.

Entrée. Lumière joyeuse.

Prokimenon, t. 7: Notre Dieu est au ciel et sur la terre: selon son bon plaisir il a créé toutes choses. Versets 1: Quand Israël sortit d'Egypte et la maison de Jacob du milieu d'un peuple barbare, Juda devint le sanctuaire du Seigneur. 2: La mer, à cette vue, s'enfuit, le Jourdain retourne en arrière. 3: Qu'as-tu, mer, à t'enfuir, et toi, Jourdain, à retourner en arrière?

Le samedi soir, on chante le prokimenon, t. 6: Le Seigneur règne, revêtu de majesté, avec ses versets, et le grand prokimenon: Notre Dieu, avec ses versets, se chante aux vêpres de la fête.

Apostiches, t. 4
Lorsque Jean le Précurseur * te vit, Seigneur, venir à lui, * stupéfait, en fidèle serviteur * plein de crainte il s'écria: * Quelle humilité, quel abaissement! * quelle pauvreté, Seigneur, tu revêts, * toi qui par miséricorde et riche bonté * relèves l'homme de son abaissement, en revêtant l'humanité.
La mer, à cette vue, s'enfuit,
le Jourdain retourne en arrière.

Viens donc à moi, puisqu'en ce jour * j'accomplis ce mystère, répondit * au Précurseur le Sauveur de l'univers, * et toi-même accomplis sans crainte * le redoutable office de serviteur; * c'est pour renouveler en effet * Adam brisé par le péché * qu'en mon humanité je suis baptisé, * bien que par nature immaculé, * dans les eaux du Jourdain * où tu me vois à présent.
Qu'as-tu, mer, à t'enfuir,
et toi, Jourdain, à retourner en arrière?

Qui sur terre a jamais vu * le Soleil se purifier * et celui qui revêt le ciel de nuées * se dépouiller entièrement * et l'Auteur des sources et des fleuves descendre à l'eau? * Je suis effrayé, Seigneur, par l'œuvre ineffable de ton salut; * n'accable donc pas ton serviteur par un ordre terrifiant; * telle tut la réponse de Jean.
Gloire au Père ...
En amant de l'Esprit, * en hirondelle chantant la grâce divinement, * Précurseur, tu annonças clairement * au genre humain l'œuvre salutaire de son Roi * brillamment surgi de l'Immaculée * pour rappeler vers lui les mortels; * et tu repoussas les bornes du séjour ténébreux * en dirigeant vers la vie qui n'a pas de fin * les cœurs de ceux qu'en la pénitence tu baptisais, * bienheureux Prophète inspiré.
Maintenant ...
Venez, imitons les Vierges sages, * venez, allons au-devant du Seigneur qui paraît, * car il s'avance vers Jean comme l'Epoux. * Le Jourdain fut stupéfait de le voir et s'arrêta. * Jean s'écria: Je n'oserai pas * toucher la tête du Seigneur immortel! * Sous forme de colombe, l'Esprit * descendit sanctifier les eaux. * Et du ciel une voix déclara: * «Celui-ci est mon Fils, il est venu * en ce monde sauver le genre humain.» Seigneur, gloire à toi.

Tropaire, t. 2
La mémoire du Juste s'accompagne d'éloges, * mais à toi, Précurseur, suffit le témoignage du Seigneur; * vraiment tu t'es montré en effet * de tous les Prophètes le plus grand; * aussi tu fus digne de baptiser dans les eaux * celui qu'ils avaient annoncé; * ayant lutté sur terre pour le vrai, * tu annonças jusqu'aux Enfers, plein de joie, * le Dieu manifesté dans la chair, * qui enlève le péché du monde * et nous accorde la grâce du salut.
Gloire au Père ... Maintenant, t. 1
Dans le Jourdain lorsque, Seigneur, tu fus baptisé, * à l'univers fut révélée la sainte Trinité; * en ta faveur se fit entendre la voix du Père * désignant comme son Fils bien-aimé; * et l'Esprit sous forme de colombe * confirma la vérité du témoignage. * Christ notre Dieu qui t’es manifesté, * illuminateur du monde, gloire à toi.


MATINES.

Cathisme I, t. 1
Jésus étant né de la Vierge Marie * et baptisé par Jean dans le Jourdain, * l'Esprit descendit sur lui, * sous forme de colombe se montrant. * Aussi, avec les Anges le Prophète s'écria: * Gloire à ta venue, Christ, * gloire à ta royauté, * gloire à ton œuvre de salut, seul Amis hommes.

Cathisme II, t. 4
Te voyant dans les flots du Jourdain * lorsque tu voulus être baptisé, * ô Christ, le sublime Précurseur * s'écria plein de joie: * Tu es venu et t'es manifesté, Lumière inaccessible.

Canons I et II de la fête; puis le canon du Précurseur, œuvre de Théophane, avec l'acrostiche: Accueille mes éloges, Baptiste du Christ.


Ode 1, t. 2
« Houleuse et infranchissable était la mer, * mais Dieu lui ordonna de s'abaisser * pour y conduire à pied sec le peuple d'Israël: * chantons le Seigneur, * car il s'est couvert de gloire. »
Plongé que je suis dans la houle des passions, * viens me sauver par tes prières, Précurseur; * car toi-même tu fus le vase pur et sacré * de l'absence-de-passions, * consacré dès l'enfance au Seigneur.
L'Ange rayonnant qui se tient devant Dieu * vint annoncer à ton Père Zacharie, * alors qu'il faisait son service sacerdotal, * que tu serais, Bienheureux, * le Précurseur et l'ami du Seigneur.
Dans le sein de ta mère déjà * tu fus rempli de l'Esprit saint, * Vénérable Prophète, et dans la joie * tu annonças le fruit de la Vierge en tressaillant * et te prosternas devant lui.
Celui qui ouvrit le merveilleux chemin * jadis inaccessible à tous les humains * et baptisa le Christ dans les flots du Jourdain, * c'est le divin Précurseur du Seigneur: * chantons sa louange, acclamons-le.
Temple sacré de la virginité * qui portas dans ton sein le Verbe lieu, * Vierge pure, immaculée, par ton intercession * sauve ceux qui t’invoquent et accourent vers toi, * mettant fin aux dangers les menaçant.
« Israël s'engage sur les vagues de la mer * qui lui apparaît alors en terre ferme; * mais les sombres flots, comme un tombeau liquide, * couvrirent tous les officiers des Egyptiens * par la puissante force de la main du Seigneur. »


Ode 3
« Tu m'as affermi sur la pierre de la foi, * tu m'as fait triompher devant mes ennemis, * et mon esprit exulte de joie en chantant: * Nul n'est saint comme toi, ô notre Dieu, * nul n'est juste comme toi, Seigneur. »
Ayant fait cesser l'opprobre de la stérilité, * tu reconnus son divin Fils en la Vierge * et tressaillis d'allégresse dans le sein maternel, * compagnon des Anges, Précurseur du Christ, * initiateur de la grâce.
Tu préparas les chemins du Seigneur, * Prophète qui marchais devant sa face; * pour tous tu brillas comme chandelier, * choisi entre tous pour indiquer * le reflet de la gloire paternelle paraissant pour nous dans un corps.
Comme l'aurore tu te levas pour annoncer * le Soleil de justice aux cœurs enténébrés; * car tu fus le héraut, le Précurseur * du salut de tous et leur disais: * Allez au Christ dans la foi et vous serez sauvés.
Ayant accueilli l'ineffable Joie, * sans semence tu conçus, Mère de Dieu, * ton Maître venu pour rappeler à lui * la terre entière; et pour lui nous chanterons: * Nul n'est saint comme toi, Seigneur.
« Nous tous qui sommes libres des antiques rets, * puisque sont brisées les dents des fauves dévorants, * ouvrons la bouche pour des chants de joie, * tressant une guirlande de nos hymnes pour louer * le Verbe qui se plait à nous combler de ses dons. »


Kondakion de la fête, t. 4
En ce jour de l'Epiphanie * l'univers a vu ta gloire, * car, Seigneur, tu t'es manifesté * et ta lumière resplendit sur nous; * c'est pourquoi en pleine connaissance nous te chantons: * Tu es venu et t'es manifesté, * Lumière inaccessible.

Ikos
Dieu n'a pas méprisé * celui qui par ruse fut dépouillé au Paradis * et de la sorte avait perdu * son vêtement tissé par Dieu; * car d'en haut vint la voix sainte appelant * de nouveau le premier homme créé: * Où es-tu, Adam? ne te cache donc plus! * je veux te voir même pauvre et dépouillé; * n'aie pas honte de ta nudité, * car je me suis fait semblable à toi; * malgré ton désir, tu n'es pas devenu Dieu, * mais moi, le voulant, je me suis fait chair; * approche donc et apprends à chanter: * Tu es venu et t'es manifesté, * Lumière inaccessible.

Cathisme, t. 1
La grande pluie vient au cours du Jourdain * pour recevoir le baptême dans la chair, * mais aussitôt le divin Précurseur lui demande étonné: * Comment te baptiser, toi le seul sans péché * et comment vais-je étendre la main * sur la tête qui fait trembler de crainte l'univers?
t. 4
Librement sur terre est venu * et s'est incarné pour nous * selon son bon plaisir l'insaisissable Dieu * qui souffrit d'être baptisé, lui notre propre illumination; * c'est pourquoi le Précurseur s'adresse à lui en disant: * Je n'ose pas toucher ta tête, Sauveur, * car je perçois ton mystère infini. * Verbe qui règles toute chose pour notre avantage, Seigneur, gloire à toi.


Ode 4
« Je te chante, Seigneur, car j'ai ouï ta voix * et suis rempli d'effroi, * car tu es venu jusqu'à moi, * vers la brebis perdue que tu cherchais, * et c'est pourquoi je glorifie * ta condescendance envers moi. »
De par le Maître tu fus envoyé * pour nettoyer dans l'eau les cœurs souillés, * les préparant à recevoir le Christ, * celui qui ôte le péché * et fait cesser l'égarement * grâce aux clartés de la connaissance de Dieu.
Pour que je guérisse de la morsure venimeuse du serpent, * intercède, Bienheureux qui au Jourdain * baptisas le Christ dans les eaux, * là où le Sauveur écrasa * la perversité * des dragons qui s'y cachaient.
Paré de la sagesse de Dieu, * tu es venu, Prédicateur du Christ, * car tu as été la voix * criant: Repentez-vous; * et comme prophète tu annonças * celui qui fit de toi le plus grand de tous les hommes.
Toi qui menais ton étonnante vie * sur un sentier que nul homme n'avait battu, * excellent Prophète, aux eaux du Jourdain * tu es venu pour écouter * la voix du Père et contempler * la parousie de l'Esprit.
Le Seigneur, l'artisan de toute création, * selon notre nature se laisse façonner; * Toute-pure, en pénétrant * dans ton sein immaculé, * il a revêtu la forme des humains * pour que son image fût sauvée.
« Purifié par le feu de la divine contemplation, * le Prophète chantant le renouveau de tout mortel * de sa voix que fait vibrer l'Esprit * annonce l'ineffable incarnation * du Verbe qui brisa la force des puissants. »


Ode 5
« Lumière de qui se trouve en la ténèbre, * ô Christ Sauveur, salut des sans-espoir, * devant toi je veille, Prince de la paix: * illumine--moi de tes rayons, * je ne connais point d'autre Dieu que toi. »
Resplendissant de vertu surnaturelle * et pour avoir reçu la céleste initiation, * tu vins au fleuve du Jourdain * baptiser et purifier par l'eau * ceux qui fidèlement s'approchèrent de toi.
Devant baptiser la plus pure des clartés, * tu fus toi-même un instrument de pureté; * choisi par Dieu pour être le plus grand de tous * et le plus vénérable des Prophètes, tu méritas * de voir celui que tu avais prophétisé.
Envoyé devant la face du Seigneur * pour montrer aux hommes le droit chemin, * le Précurseur touche en tremblant * le chef du Maître qu'il baptise en lui disant: * Je ne connais point d'autre Dieu que toi.
Clairement s'est montré en Fils de Dieu * ton Fils, ô Vierge, qui accomplissait * des œuvres divines par sa seule volonté; * aussi nous tous en vérité * hautement te proclamons Mère de Dieu: * nous n'en connaissons nulle autre que toi.
« Lavés, par la purification spirituelle, * du venin de l'ennemi fangeux et ténébreux, * abordons la voie nouvelle et sans erreur * qui nous mène à l'ineffable joie * dont seuls s'approchent ceux que Dieu réconcilie. »


Ode 6
« Encerclé par l'abîme de mes péchés, * j'invoque l'abîme insondable de ta compassion: * de la fosse, mon Dieu, rélève-moi. »
Précurseur, voix du Verbe, tu es venu, * tu t'es levé comme l'étoile du matin * pour annoncer clairement le Soleil de justice.
Les soucis de la terre, tu les ignoras, * c'est l'espérance des cieux qui fut ton seul trésor, * tu passas ta vie sur la terre comme un Ange, Bienheureux.
Le sceau des Prophètes, c'est toi nous le savons, * toi qui fais le joint entre l'Ancien et le Nouveau; * et nous te disons Baptiste et Précurseur du Christ notre Sauveur.
Inexplicable est vraiment ta conception, * nul croyant ne peut saisir ton ineffable enfantement: * c'est l'objet de notre foi, seule Epouse de Dieu.
« Le Père proclame de sa bienheureuse voix * bien-aimé celui qu'il profère de son sein: * Celui-ci, dit-il, étant mon Fils consubstantiel, * lumineusement issu du genre humain, est à la fois * mon Verbe vivant et par condescendance un mortel. »


Kondakion, t. 6
Le Jourdain effrayé par ta venue corporelle * remonta son cours en tremblant; * accomplissant son office spirituel, * Jean, dans sa crainte, se fit tout petit; * l'armée des Anges était saisie de stupeur, * te voyant dans le fleuve baptisé selon la chair; * quant à ceux des ténèbres, ils furent éclairés, * te chantant, Seigneur qui te manifestes et illumines l'univers.

Ikos
Pour Adam aveuglé en l'Eden * parut le Soleil à Bethléem; * il lui ouvrit les pupilles de ses yeux, * les nettoyant dans les eaux du Jourdain; * pour celui que les ténèbres assombrissaient * la lumière se lève qui jamais ne s'éteindra; * pour lui désormais plus de nuit, * tout resplendit comme jour; * l'Aurore suprême s'est levée pour lui: * à la brise du soir il s'était caché, l'Ecriture le dit, * mais il a trouvé la clarté pour l'éveiller; * celui qui avait déchu vers le soir * échappe à la ténébreuse obscurité * et parvient au Matin * qui se manifeste et illumine l'univers.

Synaxaire
Le 7 Janvier, Synaxe du saint et illustre Prophète, le Précurseur et Baptiste Jean.
De mes lèvres, Prophète au sommet de la gloire,
comment pourrais-je accroître ton suprême rang?
celles du Christ t'ont dit sur terre le plus grand!
Le sept, du Précurseur nous louons la mémoire.
Par les prières de ton Précurseur, Christ notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen.


Ode 7
« Le buisson brûlant sans être consumé * et l'ardente flamme source-de-rosée, * divine Epouse, préfigurent ton mystère; * car ton sein n'a pas brûlé au feu divin qu'il a reçu; * c'est pourquoi nous chanterons au fruit de tes entrailles: * Béni es-tu, Seigneur, Dieu de nos Pères. »
Tu célébras le Baptême et tu as accompli, * Précurseur, le Mystère que Dieu t'avait confié, * puis comme un agneau sans défaut * tu fus offert en victime de sacrifice; * aussi nous chantons d'un même chœur avec toi: * Béni soit le Dieu de nos Pères.
Devenu le nouvel Elie, * avec franchise, Précurseur, * tu repris les rois impies; * tu menas la vie immatérielle comme ton modèle, * bienheureux Prophète; et nous chantons avec toi: * Béni soit le Dieu de nos Pères. ,
Précurseur, toi qui surpasses en dignité * les Prophètes et les Apôtres du Christ, * puisque Dieu lui-même te fit cet honneur, * tu t'es révélé l'accomplissement de la Loi et les prémices de la nouvelle grâce; * c'est pourquoi nous chantons avec toi, Bienheureux: * Béni soit le Dieu de nos Pères.
Par des hymnes tous ensemble célébrons * avec la piété qui convient * la très-pure Dame ayant porté l'unique Fils, * le Dieu qui se fit voir à nous les hommes; * d'une même voix, fidèles, chantons-lui: * Béni sois-tu, Dieu de nos Pères.
« Dans le fleuve il a brûlé la tête des dragons, * celui qui apaisa le gigantesque feu * de la fournaise où se trouvaient les Jeunes Gens; * et l'indélébile noirceur due au péché, * il la nettoie sous la rosée de l'Esprit. »


Ode 8
« Jadis à Babylone la fournaise ardente a divisé la force de son action * et selon le décret divin * elle consuma les Chaldéens, * mais répandit sa rosée sur les fidèles qui chantaient: * Toutes les œuvres du Seigneur, bénissez le Seigneur. »
Toi qui sur terre déjà parus l'égal * des Anges par ta remarquable vie * et le plus grand de tous les hommes, * bienheureux Jean, dans l'allégresse nous te glorifions et nous chantons: * Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur.
A toi, Prophète, fut révélée * en trois personnes consubstantielles l'unique divinité: * par la voix du Père en effet * et la venue de l'Esprit tu as connu * à son baptême le Verbe éternel de notre Dieu.
En aurore spirituelle, vénérable Jean, * issu de la stérile, tu précédas en l'annonçant * le Soleil qui de la Vierge s'est levé; * et tu prêchas l'Agneau qui par amour * enlève le péché du monde.
Bienheureux qui veilles maintenant * sur nous du haut du ciel, par ton intercession * garde ceux qui suivent ta divine prédication * et persévèrent en tes enseignements sacrés, * Précurseur, en ta doctrine de salut.
Tu as conçu l'éternel reflet * de la gloire du Père ineffablement, * le Verbe d'avant les siècles qui était au commencement * et qui par toi, Vierge pure, est devenu * sans changement le premier-né de la création.
« La création connaît la liberté: * les enténébrés deviennent fils de la clarté; * seul gémit le prince des ténèbres; * loin de la misère, l'héritage des nations * bénisse maintenant son Auteur! »


Ode 9
On ne chante pas le Cantique de la Mère de Dieu, mais la 9e ode de la fête avec ses mégalynaires, puis l'ode suivante, avec le refrain: Baptiste du Christ, intercède pour nous.
L'astre divin qui avant l'aurore s'est levé
Depuis le désert, la voix du Précurseur * montre le Verbe qui dans un corps vient parmi nous * et s'apprête dans la joie * à baptiser, lors de sa venue, * celui qui dans la foi * purifie les âmes du péché.
La Grâce et la Loi ont fait de toi * clairement leur vénérable médiateur: * de celle-ci tu fus le scellé, * de celle-là le commencement, * toi que le Verbe préféra à tout prophète * et qui transcendes les choses visibles à présent.
Celui qui fut l'émule des Incorporels * se réjouit maintenant * avec les Anges dans le ciel; * devant le trône du Seigneur * il jubile, en demandant * pour ses chantres le pardon et le salut.
Il se fait homme par extrême compassion, * le Rédempteur de l'univers, * il accepte la naissance dans la chair; * par amour des hommes la Bonté suprême * s'incarne de ton sein virginal, * bienheureuse Génitrice de Dieu.
« Merveille qui dépasse tout esprit, * ton enfantement, Epouse immaculée; * par toi, Mère bénie, ayant trouvé le salut, * nous t'offrons un chant d'action de grâces mérité * et comme Bienfaitrice t'acclamons. »
Exapostilaire (t. 3)
Le Maître t'a déclaré prophète surpassant tous les prophètes de jadis * et parmi les fils de femme le plus grand de tous; * car celui qu'avaient annoncé tous les Prophètes et la Loi, * le Christ, tu l'as vu dans la chair; * et, l'ayant baptisé, tu devins plus vénérable qu'eux tous.
Dans les flots du Jourdain le Sauveur est apparu, * plein de grâce et de vérité, * illuminant ceux qui dormaient dans les ténèbres et dans l'ombre de la mort, * car elle est venue, elle est apparue, * la Lumière et l'inaccessible Clarté.


Laudes, t. 1
Lumière de lumière, * le Christ notre Dieu * en sa divine épiphanie * a resplendi sur le monde: * peuples, prosternons-nous devant lui. (2 fois)
Nous, tes serviteurs, ô Christ, * comment pourrons-nous t'honorer dignement, * toi le Maître qui nous as tous renouvelés * dans les eaux?
Baptisé dans le Jourdain, * tu sanctifias les eaux, Dieu Sauveur, * en acceptant qu'un serviteur t'impose les mains * pour guérir le monde de toute passion. * Grand est le mystère de ton salut! * Seigneur ami des hommes, gloire à toi.
La vraie lumière est apparue, * à tous elle fait don de sa clarté. * Le Christ est baptisé avec nous, * lui qui surpasse tout être en pureté; * il insuffle la sanctification dans les eaux, * qui pour les âmes deviennent purification; * à la terre appartient ce que l'on voit, * mais ce que l'on conçoit est plus haut que les cieux; * par l'ablution vient le salut, * par l'eau nous vient l'Esprit, * par l'immersion notre montée jusqu'à Dieu. * Merveilles que tes œuvres, Seigneur, gloire à toi.
Celui qui revêt le ciel de nuées * revêt en ce jour les flots du Jourdain; * et celui qui enlève le péché du monde * opère également ma propre purification; * d'en haut témoigne l'Esprit consubstantiel * qu'il est le Fils unique du Père très-haut; * disons-lui: Toi qui es apparu et qui nous sauves, * Christ notre Dieu, gloire à toi.
Gloire au Père, t. 6
Comme un ange tu es issu des douleurs de la Stérile, saint Jean, * au sortir des langes tu habitas le désert * et de tous les Prophètes tu fus le scellé; * car celui qu'ils avaient vu de multiples façons, * celui qu'en énigmes ils avaient annoncé, * tu fus digne de le baptiser au Jourdain. * Tu entendis la voix du Père depuis le ciel * attester sa divine filiation * et sous forme de colombe tu vis l'Esprit * porter cette voix sur le baptisé. * Toi qui surpasses tous les Prophètes de jadis, * intercède sans cesse pour nous * qui célébrons ta mémoire avec foi.
Maintenant, t. 2
Le Christ en ce jour * vient se faire baptiser au Jourdain; * en ce jour le Précurseur * touche la tête du Seigneur; * les Puissances des cieux sont dans l'effroi * à la vue du mystère étonnant; * la mer prend la fuite à cette vue, * le Jourdain remonte son cours * et nous, les baptisés, nous crions: * Gloire à Dieu qui s'est montré * et sur terre est apparu * pour illuminer le monde entier.

Grande Doxologie, Tropaires du Précurseur et de la fête. Litanies et Congé.

Si ce jour tombe un dimanche: Le samedi soir à Vêpres: Premier cathisme Bienheureux l'homme. Au Lucernaire: 3 stichères dominicaux du ton, 4 de la fête et 3 du Précurseur. Gloire au Père: du Précurseur. Maintenant: Dogmatique du ton. Prokimenon du jour. Litie de la fête. Apostiches du dimanche, Gloire: du Précurseur, Maintenant: de la fête. Tropaires du dimanche, du Précurseur et de la fête (s'il y a artoclasie, Réjouis-toi 1 fois, tropaires de la fête et du Précurseur).
A Matines: Tropaire du ton, 2 fois, puis du Précurseur et de la fête. Cathismes du ton. Canons du ton, de la fête et du Précurseur. Catavasies de la fête. A la 9e ode on chante Plus vénérable. Exapostilaires du dimanche, du Précurseur et de la fête. A Laudes, 4 stichères du ton et 4 de la fête. Gloire: Eothinon, Maintenant: Tu es toute-bénie. Grande doxologie. Tropaire dominical. Litanies et Congé.

Là où c'est l'usage, on chante après le Polyéléos le Mégalynaire suivant:
Nous te magnifions, * Ô Christ source de vie, * et nous vénérons ton Baptiste saint Jean, * par lequel en ta chair tu fus pour nous baptisé * dans les flots du Jourdain.
Versets comme pour le mégalynaire du 6 Janvier.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

8 janvier

Message par Monique » lun. 07 janv. 2008 11:02

8 JANVIER

Mémoire de notre vénérable Père Georges le Khozébite
et de notre vénérable Mère Dominique (Domnique).


VEPRES

Lucernaire, t. 4

L'acropole de ton âme, Bienheureux, * ne fut pas ébranlée par l'assaut des pensées: * tu posas en effet devant elle comme rempart * ta fermeté ascétique * pour te garder du Diable qui nous combat * sans blessure et sans mal; * aussi es-tu présent devant le Maître de l'univers, * couronné à la manière des vainqueurs.

Ni la longueur du chemin * ni les difficultés rencontrées en ces lieux * ne purent éteindre l'ardeur de ton pèlerinage vers Dieu; * car une fois arrivé, * tout à la joie de vivre en ces lieux * que foulèrent les pas de notre Dieu, * tu n'avais d'autre souci que d'atteindre également * par les peines de l'ascèse la Sion céleste.

Révélant ainsi la profondeur de ton amour, * tu versas des larmes de componction * au point que la terre en fut baignée; * et tu essuyais de tes cheveux * le socle où se posèrent les pieds du Christ; * pensant à celui que tu aimais, * le voyant comme présent et suivant en esprit la trace de ses pas, * tu fis briller ton âme de la plus pure contemplation.

*

Tu t'es levée de l'Occident, * Bienheureuse, vers l'Orient * comme une étoile de première clarté * rayonnante de tes œuvres inspirées par la vertu * pour éclairer de tes miracles resplendissants * l'âme et l'esprit des croyants; * aussi nous te disons bienheureuse et célébrons ton souvenir, * magnifiant le Christ qui t'a glorifiée saintement.

Percée par les flèches de l'amour du Christ, * illustre Dominique, tu l'as suivi, * refusant une gloire qui ne dure qu'un temps, * renonçant aux plaisirs de la chair * ainsi qu'à toute autre jouissance de cette vie; * aussi dans la chambre toute brillante de clarté * t'a fait demeurer l'ami des hommes, Jésus, * le Sauveur de nos âmes.

Reproduisant en toi-même * la Passion de ton Seigneur et Créateur, * en créature du Verbe douée de raison * tu corrigeas l'irraisonnable égarement des passions; * aussi, vierge digne d'être chantée, * rectifiant ta ressemblance avec lui, * tu apparus en vérité * comme la pure image de Dieu.

Gloire au Père ... Maintenant, t. 1

Celui qui revêt le ciel de nuées * revêt en ce jour les flots du Jourdain; * et celui qui enlève le péché du monde * opère également ma propre purification; * l'Esprit consubstantiel témoigne d'en haut * qu'il est le Fils unique du Père très-haut; * disons-lui: Toi qui es apparu et qui nous sauves, * Christ notre Dieu, gloire à toi.


Apostiches, t. 6

Lumière brillant de toi-même, Jésus, * et répandant sur les hommes ta clarté, * lorsque tu fus baptisé dans les flots du Jourdain, * étant consubstantiel à ton Père, tu resplendis * de toute la divine clarté; * et l'entière création, * illuminée par elle, te chante, ô Christ: * Bénie soit ton épiphanie, notre Dieu, gloire à toi.

La mer, à cette vue, s'enfuit,
le Jourdain retourne en arrière.


Pour que la divine gloire nous comble en tout temps, * venez en esprit, * purifions nos sentiments; * et, voyant le Christ baptisé en sa chair * pour écraser la tête du Séducteur, * chantant de tout notre art disons-lui: * Bénie soit ton épiphanie, notre Dieu, gloire à toi.

Qu'as-tu, mer, à t'enfuir,
et toi, Jourdain, à retourner en arrière?


D'un flot de vie tu nous abreuves, Jésus, * dans le fleuve du Jourdain * par compassion pour nous qui sommes consumés, * Ami des hommes, par notre soif de toi; * c'est ainsi que, désaltérés * à ta source immortelle et porteuse de clarté, * ô Christ, nous te chantons: * Bénie soit ton épiphanie, notre Dieu, gloire à toi.

Gloire au Père ... Maintenant, t. 2

Sur les bords du Jourdain * te voyant venir jusqu'à lui, * le Précurseur te disait, ô Christ notre Dieu: * Est-ce vers ton serviteur que tu viens, * toi qui es sans tache, Seigneur? * Au nom de qui vais-je te baptiser? * Du Père? mais tu le portes en toi! * Du Fils? mais tu l'es, dans la chair! * De l'Esprit saint? mais ta bouche l'insuffle aux fidèles! * Dieu qui te manifestes, aie pitié de nous.

Tropaire, t. 1

Dans le Jourdain lorsque, Seigneur, tu fus baptisé, * à l'univers fut révélée la sainte Trinité; * en ta faveur se fit entendre la voix du Père * te désignant comme son Fils bien-aimé; * et l'Esprit sous forme de colombe * confirma la vérité du témoignage. * Christ notre Dieu qui t'es manifesté, * illuminateur du monde, gloire à toi.


MATINES

Cathisme I, t. 4

Josué, fils de Noun, faisant passer * dans le fleuve du Jourdain * le peuple et l'arche de Dieu, * ébauchait le bienfait à venir: * c'est l'image de notre propre recréation, * la figure de notre véritable régénération * que le mystique passage de tous les deux * esquisse pour nous dans l'Esprit. * Le Christ se manifeste au Jourdain pour sanctifier les eaux.

Cathisme II, t. 8
L'illuminateur du monde, le Christ, est baptisé; * d'en haut le Père rend témoignage en disant: * Celui-ci est mon Fils en qui j'ai mis ma complaisance, écoutez-le; * c'est celui qui par amour illumine l'univers, * celui qui, baptisé, sauve en Dieu le genre humain.


Canon I de la fête; puis le canon de saint Georges (t. 4) et celui de sainte Dominique (t. 2), avec l'acrostiche: Je chante Dominique, servante du Bien. Joseph.

Ode 1, t. 4
« Ma bouche s'ouvrira * et s'emplira de l'Esprit saint: * j'adresse mon poème à la Mère du Roi; * et l'on me verra, en cette fête solennelle, * chanter avec allégresse toutes ses merveilles. »

Implore ce Principe de sagesse qu'est Jésus * de me donner sa grâce, lorsque sans inspiration * j'ouvre la bouche, afin que dignement * je célèbre, saint Georges, ton souvenir * dans l'allégresse par des cantiques divins.

Tu vécus sur terre comme incorporel; * aussi es-tu maintenant réuni * aux chœurs des Anges dans le ciel, * chantant le Créateur en des hymnes célébrant le Trois-fois-saint * et recevant son illumination.

Ce monde, tu l'as compté pour rien, * car tes pensées le transcendaient; * ayant pratiqué l'ascèse dans le monde où fut élevé le Christ, * tu es passé vers le monde sans fin * pour t'unir aux chœurs des premiers-nés.

Ouvrant la bouche, je me suis proposé * de te chanter, Vierge pure qui enfantas * la Sagesse personnifiée; * mais ne pouvant le faire en mon impureté, * comme il est juste, je demande, Toute-pure, ton secours.

t. 2
« Dans l'abîme jadis fut culbutée * par la puissance invincible * toute l'armée de Pharaon, * et maintenant le Verbe fait chair * a supprimé le poids de nos péchés, * le Seigneur que nous glorifions, car il s'est couvert de gloire. »

Sur les ailes de l'amour divin * tu échappas aux pièges de la chair; * c'est pourquoi je t'en supplie, * moi que le Serpent traque par ses ruses, * délivre-m'en par tes prières, * vénérable Dominique.

Dans l'allégresse tu suivis le Christ, * pas à pas sur le chemin * de ses préceptes divins; * étant vierge et pure, au chœur des Vierges tu t'adjoignis; * aussi, nous les fidèles, nous te vénérons * tous ensemble, Mère digne d'admiration.

Sans jamais t'endormir dans le sommeil du mal, * mais sans cesse vigilante pour des œuvres de clarté, * c'est vers la lumière sans couchant, * que tu es passée, Glorieuse, * auréolée par les splendeurs de l'au-delà * et répandant sur tes chantres la clarté.

Vierge et pure, tu l'es demeurée, * Mère de Dieu, surnaturellement * avant comme après l'enfantement; * aussi Dominique, t'ayant chérie, * à ta suite par l'Esprit divin * fut chastement conduite vers ton Fils, le Roi de tous.

Ode 3, t. 4
« Garde sous ta protection, * ô Mère de Dieu et Source intarissable de la Vie, * tous les chantres qui t'honorent de leurs hymnes; * dans ta divine gloire * accorde-leur la couronne des vainqueurs. »

Baigné de tes larmes, tu purifias * ta chair de la fange du monde * et dans l'ascèse tu submergeas * sous leurs flots torrentiels * le flux déversé par les démons.

Tu as fait briller ta vie * par la pureté, la justice, la sainteté; * et par les peines de l'ascèse tu acquis * l'héritage de la vie impassible, * saint Georges, divinement bienheureux.

Bienheureux, épris d'amour divin * pour les lieux saints de Sion, * tu fis route afin d'y résider * et tu y demeuras jusqu'à la mort, * accablant de peines ta chair.

Celui qui te chante, Vierge immaculée, * ce pécheur indigne de pardon, * dirige-le sur le chemin du repentir, * divine Epouse qui as enfanté * le Verbe ôtant le péché du monde.

t. 2
« Comme un lis a fleuri le désert et de même fleurira * l'Eglise stérile des nations * à ton avènement, Seigneur: * en lui mon cœur s'est affermi. »
Dominique, tu sauvas du naufrage les navigateurs * en jetant de l'huile sur la mer avec ta bénédiction, * changeant ainsi la tempête en calme plat.

Toi qui brillais d'un éclat immatériel, * un Ange de lumière au Pontife t'annonça, * lorsque tu allais vers la cité reine sur un ordre de Dieu.
Munie de la voile des tempérants, * tu abordas au port de l'absence-de-passions * et devins un havre pour qui se perd dans l'abîme du mal.

Donne force à ma faiblesse, Vierge immaculée * ayant enfanté la puissance du Très-Haut * de qui tout homme tient le don d'exister * et par qui la mémoire de Dominique fut magnifiée.

Cathisme, t. 4
Dominique, tu crucifias la chair et les passions * et reportas tout désir vers le Christ ton Epoux; * l'incorruptible Couronne te fut donnée pour cela * et dans les chœurs des Anges tu as pris place, intercédant * sans cesse auprès de Dieu pour qui vénère ton nom.

Tu sanctifias les flots du Jourdain * et brisas la force du péché, ô Christ notre Dieu; * tu t'inclinas sous la main du Précurseur * et sauvas de l'erreur le genre humain; * c'est pourquoi nous t'en prions: sauve ce monde qui est tien.

Ode 4, t. 4
« Celui qui siège glorieusement * sur le trône de la divinité * est venu sur la nuée légère: * c'est Jésus, notre divin Sauveur; * et de sa main toute pure * il a sauvé ceux qui lui chantent: * Ô Christ notre Dieu, gloire à ta puissance. »

Pour ton âme, Bienheureux, * les jeûnes furent les aliments * dont tu l'as nourrie noblement; * et dans la joie de l'âme tu te tiens * maintenant devant le Créateur universel * qui dans l'allégresse t'appela * aux divines délices d'en-haut.

Comme un ciel tu apparus * orné d'étoiles, tes actions, * et portant comme soleil le Seigneur * dont ton âme a resplendi * comme lune à son éclat, * puis il te donna de communier * à sa gloire auprès de lui.

Le Maître descendu * pour nous du haut du ciel * a trouvé Sion * pour séjour vraiment divin; * toi-même avec amour tu l'habitas * et comme échelle t'en servis * pour monter vers la céleste Sion.

Celui qui siège éternellement * dans le sein du Père, maintenant * qu'il s'est montré siégeant dans tes bras * bien que nul espace ne le puisse contenir, * après sa naissance t'a laissée * toujours-vierge, toi qui l'enfantas, * incorruptible en vérité.

t. 2
« Tu es issu de la Vierge non comme un ange ou un ambassadeur, * mais comme le Seigneur revêtu de notre chair, * tu as sauvé tout mon être; * c'est pourquoi je te crie: * Gloire à ta puissance, Seigneur. »

Tu as brillé par l'éclat des guérisons, * repoussant les ténèbres des passions * et les phalanges des démons; * Dominique, tu as illuminé * tous les fidèles qui s'approchèrent de toi.

Voici que ton Epoux, le Roi du ciel, * glorieuse Mère, te glorifie * devant le roi de la terre * frappé d'étonnement * par tes miracles et la pureté de ta vie.

Exauçant tes prières, le Seigneur * clairement t'indiqua le lieu * où tu érigeas * une maison propice à la méditation * et tu chassas, Dominique, les esprits du mal.

Adam dépouilla la tunique de la mort * lorsque Dieu est né de toi * et désormais pour seul habit * il revêtit celui que tissa * le Verbe ayant pris corps en ton sein.

Ode 5, t. 4
« L'univers est transporté * par ta divine gloire, ô Vierge inépousée, * car tu as porté dans ton sein * le Dieu transcendant * et tu mis au monde un Fils intemporel * qui accorde le salut * à ceux qui chantent ta louange. »

Les Anges et tous les Moines en chœur * étaient vraiment stupéfaits * de voir la rigueur de tes efforts * et la dureté de ta vie: * comme une pierre en effet * insensible aux peines, tu vécus * jusqu’à la perfection des vertus.

Sur toute âme a resplendi * le rayonnement de ce grand Saint; * en tous il a versé jusqu'au bord * sa lumière pour les délivrer * de l'obscurité des passions, * comme un très pur soleil suscitant * de salutaires évolutions.

Tu t'es exilé de ta patrie, * plus que tes proches par ta vie * ayant aimé le Christ * qui pour les hommes se fit étranger; * ainsi tu fus digne de lui, * saint Georges, et méritas * la grâce d'en-haut.

Vierge pure, tu fis resplendir * de beauté l'ensemble des mortels; * tu t'es montrée plus vaste en effet * que la céleste voûte en enfantant * le Verbe Dieu, celui qui étendit * comme une tente les cieux * et façonna les mortels.

t. 2
« Toi qui es la source de clarté * et le créateur des siècles, * Seigneur, dirige-nous * à la clarté de tes commandements: * nous ne connaissons nul autre Dieu que toi. »

De ton âme ayant ouvert le sillon * avec l'araire de l'oraison, * grâce à tes labeurs tu moissonnas, * Dominique, de multiples fruits * que tu déposas dans les célestes greniers.

Illuminant ton esprit si pur, * grâce à la puissance de l'Esprit créateur, * comme proche tu voyais * ce qui est lointain et prédisais * les événements du futur.

Un Pontife, dans la force de l'Esprit, * te consacre par l'onction divine du service, * t'ordonnant de paître le troupeau * des âmes consacrées, * Dominique, vierge sage pour Dieu.

Mère de Dieu, tu as enfanté * le saint Seigneur de l'univers * que de toute son âme chérissait * Dominique qui domina les funestes passions, * ô Vierge, en te chantant.

Ode 6, t. 4
« Le Prophète Jonas priant dans le ventre du poisson * préfigura les trois jours au tombeau en criant: * A la fosse rachète ma vie, * Jésus, Seigneur des puissances et mon Roi. »

Vers Dieu tu as crié avec d'intarissables pleurs * et comme du monstre il t'a tiré * d'une vie misérable pour te diriger * vers les sources calmes et sans cesse jaillissantes de la vie en Dieu.

Le chœur des vertus a fait de toi, Bienheureux, * un rempart solidement assis sur quatre angles et ne craignant pas * les projectiles des ennemis spirituels: * en ta fermeté tu as vaincu le tentateur.

Comme brebis tu marchas vers la sainte Khozéba; * mais de tes œuvres te servant comme d'un bâton, * c'est vers l'Eden que tu dirigeas * les brebis qui habitaient en ce lieu.

En mortel le Seigneur a demeuré dans ton sein, * permettant à mon humanité de gagner le séjour immortel, * ô Vierge, car il a détourné les yeux * de mes œuvres iniques et de mes péchés.

t. 2
« Encerclé par l'abîme de mes péchés, * j'invoque l'abîme insondable * de ta compassion: * de la fosse, mon Dieu, relève-moi. »

Tu as érigé le sanctuaire consacré * au divin prophète Zacharie; * avec lui, Dominique, tu exultes * dans le temple saint du Seigneur.

Tu fus un fleuve intarissable de guérisons * noyant la fièvre ardente des passions * et répandant la salutaire sanctification, * mystique épouse, vierge portant le nom du Seigneur.

Vénérable, resplendissante de beauté * et rayonnante de virginal éclat, * c'est ainsi que ton Epoux, * le Seigneur, te fit venir vers lui.

A mon image, pour moi se fit enfant * la Toute-perfection, pour me renouveler * en m'ôtant les rides des passions * grâce à toi, très-sainte Epouse de Dieu.

Kondakion, t. 4
En ce jour de l'Epiphanie * l'univers a vu ta gloire, * car, Seigneur, tu t'es manifesté * et sur nous resplendit ta lumière; * c'est pourquoi en pleine connaissance nous te chantons: * Tu es venu et t'es manifesté, * Lumière inaccessible.

Ikos
Par miséricorde je me suis penché, compatissant, * et suis venu vers ma créature, étendant les mains * pour t'embrasser: ne me crains donc pas; * pour toi qui es nu, je me dépouille et me laisse baptiser. * Me voyant, le Jourdain s'entr'ouvre et saint Jean * prépare mes voies dans les eaux et dans les cœurs. * Voici ce qu'en actes plus qu'en mots * dit à l'homme le Sauveur. * Il est venu, et du fleuve l'approchent ses pas, * mais pour le Précurseur il s'est manifesté * lumière inaccessible.

Synaxaire
Le 8 Janvier, mémoire de notre vénérable Mère Dominique.
La céleste Domnique, abandonnant la terre,
vers le ciel est montée, comme vers l'hyménée.
Le huit marque la fin de cette vie austère:
Domnique clôt les yeux, suivant sa destinée.
Ce même jour, mémoire de notre vénérable Père Georges le Khozébite.
Pour Georges, qui sema dans les larmes,
le temps est venu d'à présent moissonner en chantant.
Par leurs saintes prières, ô notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen.

Ode 7, t. 4
« Ils n'adorèrent pas la créature au lieu du Créateur, * les fidèles du Dieu très-haut, * mais affrontèrent généreusement * le feu qui les menaçait; * et ils chantaient dans la fournaise: * Seigneur digne de louange, * Dieu de nos Pères, béni sois-tu. »

Sous le poids de tes labeurs ascétiques, * tu n'as pas donné prise aux pensées sataniques; * mais tu gardas l'esprit serein, * appliqué au Seigneur * qui a le pouvoir de sauver; * ainsi tu repoussas * tout assaut de l'ennemi.

Couchant par terre et t'adonnant * aux jeûnes, aux veilles de la nuit, * Bienheureux, tu mortifias * tes membres terrestres, * intercédant pour nous * qui te chantons de tout cœur.

Vivement tu désiras * voir le sépulcre de l'Eternel * et devant lui te prosterner; * arrivé là, tu décidas * de rechercher la vénérable mort * au moyen de l'ascèse pour t'unir * à celui qui l'a subie par compassion.

Ils n'ont pas adoré la créature, ceux * qui te savent la Mère du Créateur; * mais, comme Dieu véritable reconnaissant * le Verbe qui s'est levé de toi, * ô Vierge, ils peuvent s'écrier: * Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

t. 2
« Sur l'ordre impie d'un injuste tyran * la flamme s'éleva très-haut, * mais le Christ a répandu sur les Jeunes Gens * la rosée de l'Esprit saint: * à lui bénédiction et haute gloire! »

Ton esprit, sans cesse déifié * par ton inclination vers les choses de Dieu, * devint lui-même lumineux; * aussi tu repoussas les assauts de la chair, et tu chantais: * A lui bénédiction et haute gloire!

Le Dieu suprême qui reposait en toi * te découvrit ses mystères divins: * tu vis venir un Ange saint, * Vénérable, pour sanctifier * la nature des eaux dans l'Esprit.

Devenue un temple de l'Esprit, * toi qui vivais tout près du temple saint, * tu entendis la voix t'enseignant les divins mystères, * Vénérable, et t'apprenant * le trépas de l'empereur.

Ma force, mon chant et mon salut, * Vierge immaculée, c'est le Seigneur * qui t'a choisie d'avance * comme Epouse inépousée et Mère toute-pure; * pour tes serviteurs ne cesse pas de le prier.

Ode 8, t. 4
« Les nobles Jeunes Gens de la fournaise furent délivrés * par celui qui est né de la Mère de Dieu; * ce qui jadis n'était qu'une image * maintenant devient réalité, * puisqu'il rassemble tout l'univers qui continue de chanter: * Louez le Seigneur, toutes ses œuvres, * à lui haute gloire, louange éternelle. »

A tes paupières tu n'as point donné de repos * ni de sommeil à tes yeux, * vénérable Père, jusqu'à faire de toi * une demeure suffisamment ornée * pour le Seigneur tout-puissant * que chantent ses œuvres à l'unisson, * l'exaltant dans tous les siècles.

Pour tes immenses peines tu as trouvé, * Bienheureux, le Paradis * que le Seigneur a préparé * pour ceux qui l'aiment de tout cœur, * royaume commun à tous ceux * qui s'écrient sans cesse: Chantez le Christ, * exaltez-le dans tous les siècles.

Le monastère de Khozéba, * saint Georges, a trouvé en toi * une règle de vie, un modèle très exact, * gloire des Moines, toi qui recherchais * toute sorte d'œuvres conformes à la vertu; * et ceux qui ont vécu divinement * exultent avec toi dans tous les siècles.

Celui qui possède une seule nature, la divinité, * en toi, divine Mère, s'est montré, * par amour ineffable, composé, * lorsqu'en tes entrailles il incarna * sa propre divinité; * et nous, sachant que tu es la Mère de Dieu, * nous te chantons dans tous les siècles.

t. 2
« Le Dieu qui descendit dans la fournaise * pour venir en aide * aux enfants du peuple hébreu * et changer la flamme en une fraîche rosée, * toutes ses œuvres, chantez-le comme Seigneur, * exaltez-le dans tous les siècles. »

Sous les brocarts de tes miracles et parée de tes vertus, * Dominique, tu montas * vers la splendeur de ton Epoux, * dans le palais du Christ ton Roi, * le chantant et l'exaltant * dans tous les siècles.

Brebis précieuse ayant suivi le Christ, * au bercail céleste * où se trouvent rassemblées * les brebis marquées du signe de l'Agneau, * sainte Dominique, tu allas * demeurer dans la joie.

Par un signe tout-puissant de Dieu * ayant appris que tu allais * déposer l'enveloppe de ton corps, * en ton âme pure tu offris * un chant d'action de grâce à l'Auteur de l'univers, * entre les mains duquel tu remis ton esprit.

Celui qui transcende tous les êtres, notre Dieu, * de tes entrailles pour nous * reçoit le don d'exister, * voulant renouveler notre être corrompu, * ô Vierge, par tendresse et par amour, * lui qui est glorifié dans tous les siècles.

Ode 9, t. 4
« Que tout fils de la terre exulte en esprit, * tenant sa lampe allumée, * que les Anges dans le ciel célèbrent avec joie * la sainte fête de la Mère de Dieu * et lui chantent: Réjouis-toi, * ô bienheureuse et toujours-vierge, * sainte Mère de Dieu. »

Tu méprisas les délices de la vie, * Père digne d'admiration, * pour la jouissance et la gloire du ciel; * ainsi par la dureté de ta vie * et l'abondance de tes pleurs * tu t'empressas d'éteindre la fournaise des passions, * Georges, parmi les Moines pur joyau.

En vérité maintenant * tu te trouves devant Dieu * auquel tu voulais déjà * par ton ascèse appartenir * et dont tu savoures la vision; * donne donc à ceux qui t'honorent l'illumination * et la communion aux choses de Dieu.

Vers la lumière sans déclin, * glorieux, tu fus tiré * des ténèbres de cette vie; * et devant la lumière au triple éclat du Tout-puissant * te voici avec les armées célestes, Bienheureux; * là, tu jouis de son rayonnement * et nous éclaires, nous tous qui te chantons.

Dieu, voulant me déifier entièrement, * tout entier s'unit à toi; * et le mystère que nul ne peut saisir, * voici qu'il s'ouvre pour tous; * en Vierge pure tu conçois * et Dieu se laisse voir en la chair; * nous qui le vénérons, à présent, ô Marie, * nous te disons bienheureuse, comme toi-même l'as prédit.

t. 2
« Le Dieu et Verbe en sa sagesse inégalée * est venu du ciel * renouveler Adam déchu * pour avoir mangé le fruit de perdition; * d'une Vierge sainte il a pris chair pour nous; * et nous fidèles, à l'unisson * dans nos hymnes nous le magnifions. »

Les chœurs célestes, en ta vénérable dormition * entraînant ton âme sainte, * parurent aux yeux de tous * pour te conduire, au milieu des chants sacrés, * vers l'admirable demeure de Dieu, * illustre Dominique, en ce lieu * où la fête résonne en cris joyeux.

Telle un sarment portant beaucoup de fruits * sur la vigne de Dieu * tu fis pousser pour nous * les raisins de la componction * d'où jaillit le vin des guérisons * pour réjouir l'âme et le cœur * de ceux qui te vénèrent avec foi.

Du péché dont nos âmes sont souillées, * des passions corporelles * et de tout complot de l'ennemi * par tes prières délivre-nous * qui de tout cœur nous réfugions, * Dominique, sous ta protection, * célébrant ta sainte et vénérable festivité.

Comme rayon de soleil nous éclairant, * comme splendide épouse du Christ * et tourterelle aimant la pureté, * comme olivier et comme cèdre, * comme la colombe choisie, * toi qui appartiens au Seigneur, et c'est ton nom, * tous ensemble nous te glorifions.

Epargne-moi, Seigneur, épargne-moi, * lorsque tu viendras * prononcer mon jugement; * ne me condamne pas au feu, * ne me corrige point dans ton courroux; * laisse-toi fléchir, ô Christ, par la Vierge qui t'a mis au monde, * par les Anges si nombreux et les Moines en chœur.

Exapostilaire (t. 3)
Ayant méprisé les choses corruptibles d'ici-bas, * vénérable Dominique, en ton zèle enflammé pour le Christ, * tu désiras les biens incorruptibles du ciel; * aussi le Christ t'a couronnée de la couronne qui ne se corrompt jamais.

Dans les flots du Jourdain le Sauveur est apparu, * plein de grâce et de vérité, * illuminant ceux qui dormaient dans les ténèbres et dans l'ombre de la mort, * car elle est venue, elle est apparue, * la Lumière et l'inaccessible Clarté.


Apostiches, t. 2

Voici qu'est accompli * le grand mystère qui suscite l'effroi; * car le Maître de l'univers * pour la purification des mortels * est baptisé de la main d'un serviteur!

La mer, à cette vue, s'enfuit,
le Jourdain retourne en arrière.


La voix du Père, depuis le ciel, * a dit: Celui-ci * est mon Fils bien-aimé * qui dans les flots du Jourdain * en sa chair est baptisé maintenant.

Qu'as-tu, mer, à t'enfuir,
et toi, Jourdain, à retourner en arrière?


Les Anges en chœur, * voyant leur Maître assumer * la ressemblance des serviteurs * et se faire baptiser dans les eaux, * en leurs hymnes exprimèrent la stupeur.

Gloire au Père ... Maintenant ...

Voici qu'au Jourdain * est venue l'illumination * et s'est montrée la rédemption; * venez, tous ensemble purifions-nous * et chantons cette fête dans la joie.

Le reste de l'office de Matines, comme d'habitude, et le Congé.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

9 janvier

Message par Monique » lun. 07 janv. 2008 11:54

9 JANVIER

Mémoire du saint martyr Polyeucte.

VEPRES

Lucernaire, t. 8

Seigneur, bien qu'en ton humanité tu fusses au Jourdain en présence de Jean, * tu n'as pas quitté le trône du Père où tu sièges avec lui; * et, pour nous te laissant baptiser, * tu délivras le monde asservi à l'ennemi, * dans ton amour pour les hommes et la tendresse de ton cœur.

Seigneur, bien qu'en ton humanité tu revêtes les flots du Jourdain, * par sa descente l'Esprit * du haut du ciel a témoigné en ta faveur * et la voix du Père te rend témoignage comme au Fils; * manifeste ta présence et donne l'immortalité à nos âmes.

Seigneur engendré par le Père avant les siècles, * toi l'Immuable, tu vins * en ces temps ultimes prendre forme de serviteur * et renouveler ta propre image en Créateur; * car, baptisé, tu donnas l'immortalité à nos âmes.

t. 1
Comme David, de la fosse du malheur, * le Christ te retira, saint Martyr, * de la fange et du bourbier * où t'égarait l'adoration des faux-dieux; * car il affermit tes pas * sur le roc de sa connaissance, mystiquement; * intercède auprès de lui * pour qu'il nous accorde le salut.

Ni l'amour conjugal * ni l'affection pour tes enfants * ni le respect de ton beau-père, saint Martyr, * ni l'opulence, la fortune et les biens * ne purent ébranler * la fermeté dans la foi * que ton âme montra pour le Christ, * bienheureux Polyeucte, en vérité.

Avant même la grâce du combat * que tu menas, Bienheureux, * les œuvres de justice furent ton véritable ornement; * c'est pourquoi par la suite tu méritas * de devenir pour le Christ * un fidèle Témoin * lorsqu'en sa mort selon ta foi * tu fus baptisé dans ton sang.

Gloire au Père, t. 1
En ce jour l'armée des Anges exulte de joie * en souvenir de Polyeucte le Martyr, * et le genre humain dans la foi * célèbre cette fête et proclame allégrement: * Réjouis-toi, illustre Saint * ayant fait échouer * les pièges et les ruses de Bélial * et reçu du Christ ta couronne de vainqueur; * réjouis-toi, vaillant soldat * du grand Roi, notre Sauveur, * toi qui renversas les autels des faux-dieux, * réjouis-toi, ornement des Martyrs. * Intercède auprès de Dieu * pour qu'il sauve de tout mal * les fidèles célébrant * ta mémoire vénérable en tout temps.

Maintenant, t. 2
En ce jour le Créateur du ciel et de la terre * vient en son corps au Jourdain * demander le baptême, lui le seul sans péché, * afin de purifier le monde de l'erreur de l'ennemi, * et le Maître de l'univers * est baptisé par un serviteur; * mais il confère au genre humain * par cette eau même sa pureté; * aussi chantons-lui: * Dieu qui te manifestes, Seigneur, gloire à toi.


Apostiches, t. 6

Toi que nul ne peut saisir, * tu es venu dans les eaux * incliner la tête sous la main du Précurseur; * et, sanctifiant le monde, tu l'affranchis * de la servitude par ton baptême, toi le seul sans péché.

La mer, à cette vue, s'enfuit,
le Jourdain retourne en arrière.


Ô Christ, du plus haut des cieux * te rendent témoignage le Père et l'Esprit * comme au Fils bien-aimé; * ainsi, par ton baptême au Jourdain * fut connu le mystère de la sainte Trinité.

Qu'as-tu, mer, à t'enfuir,
et toi, Jourdain, à retourner en arrière?


Sauveur, comme Dieu tu sanctifias * non seulement tout le cours du Jourdain, * mais aussi la nature même des eaux; * c'est pourquoi le genre humain te glorifie * et célèbre ta divine Epiphanie.

Gloire au Père ... Maintenant, t. 4

Celui qui se revêt de la lumière comme d'un manteau * a daigné pour nous devenir comme nous; * en ce jour il se couvre des flots du Jourdain, * non qu'il en ait besoin pour se purifier, * mais pour nous offrir en lui-même le renouveau. * Merveille! sans flamme il refond * et de nouveau façonne sans broyer, * il sauve ceux qui sont illuminés en lui, * le Christ notre Dieu, le Sauveur de nos âmes.


Tropaire, t. 4

Ton Martyr, Seigneur, pour le combat qu'il a mené * a reçu de toi, notre Dieu, la couronne d'immortalité; * animé de ta force, il a terrassé les tyrans * et réduit à l'impuissance l'audace des démons; * par ses prières sauve nos âmes, ô Christ notre Dieu.

t. 1
Dans le Jourdain lorsque, Seigneur, tu fus baptisé, * à l'univers fut révélée la sainte Trinité; * en ta faveur se fit entendre la voix du Père * te désignant comme son Fils bien-aimé; * et l'Esprit sous forme de colombe * confirma la vérité du témoignage. * Christ notre Dieu qui t'es manifesté, * illuminateur du monde, gloire à toi.


MATINES

Cathisme I, t. 4
Emu de compassion, ô notre Dieu, * tu es parti à la recherche de la brebis errante et perdue, * Ami des hommes, dans la tendresse de ton amour; * aussi es-tu venu au Jourdain * révéler le mystère de la sainte Trinité; * et nous fidèles, nous te chantons en disant: * Tu es venu et t'es manifesté, Lumière inaccessible.

Cathisme II, t. 8
Le Maître de l'univers nous est apparu mystiquement * dans les flots du Jourdain pour y fondre tout péché * dans sa miséricorde et sa suprême bonté; * l'entière création exulte, puisqu'est baptisé le Christ, le Seigneur, * qui a bien voulu sauver en Dieu le genre humain.


Canon II de la fête; puis celui du Saint, œuvre de Théophane, avec l'acrostiche: Martyr, accorde-moi ta grâce d'oraison.

Ode 1, t. 8
« Le bâton que Moïse avait taillé * a séparé l'élément qu'on ne pouvait diviser, * le soleil a vu un sol qu'il n'avait jamais vu, * les eaux ont englouti le perfide ennemi, * Israël est passé par l'infranchissable océan, * tandis qu'on entonnait: Chantons pour le Seigneur, * car il s'est couvert de gloire. »

Comblé par les délices désirées, * empli de bienheureuse splendeur, * admis avec les Anges dans leur chœur, * Polyeucte, sauve tous ceux * qui célèbrent ta sainte festivité * et chantent pour le Seigneur: * Car il s'est couvert de gloire.

Ta mémoire auguste et porteuse de clarté * dans tout son éclat divin s'est levée * pour clairement illuminer * les fidèles qui te célèbrent, * bienheureux Polyeucte, noble soldat du Christ, * et chantent pour le Seigneur: * Car il s'est couvert de gloire.

Tendu par la force de l'Esprit * et revêtu de la puissance divine, Bienheureux, * inflexible tu t'avanças * pour combattre le Maudit * et, dans ta force l'ayant abattu, * de tout cœur tu proclamais: Chantons pour le Seigneur, * car il s'est couvert de gloire.

Celui qui était d'abord incorporel, * tu l'as enfanté dans la chair, * Vierge toute-pure, Mère de Dieu, * demeurant vierge immaculée; * et ton Fils s'est appauvri pour nous dans sa riche bonté; * il sauve ceux qui chantent pour lui: * Car il s'est couvert de gloire.


Ode 3
« Tu es le rempart de ceux qui accourent vers toi, * les habitants des ténèbres trouvent en toi leur clarté * et mon âme te chante, Seigneur. »
Tu changeas ta sagesse en piété, * Polyeucte, ayant reçu depuis le ciel * le pouvoir de contempler le Sauveur.

Désireux de remporter le trophée, * tu méprisas tous les biens d'ici-bas * et méritas l'héritage du ciel.

Friand d'une gloire qui dépasse notre esprit, * tu pris avec courage ton élan * et renversas l'infamie des faux-dieux.

Notre Dame, dirige mes pas * afin que par les mérites de ma vie * je chemine en direction de ton Fils.


Cathisme, t. 5
En bon soldat du Dieu de l'univers, * fortifié par la grâce du Christ, * tu te transformas entièrement en son amour * grâce à Néarque, ton fidèle compagnon; * aussi, après avoir loyalement combattu, * comme il est juste, tu as reçu du Seigneur, * martyr Polyeucte, la couronne des vainqueurs.

Enveloppé par les flots du Jourdain, * toi qui te revêts de merveilleuse clarté, * Verbe de Dieu, tu recréas la nature des humains * brisée par la funeste désobéissance d'Adam; * c'est pourquoi nous te chantons * et glorifions ensemble ta sainte Epiphanie.


Ode 4
« C'est toi ma force, Seigneur, * toi ma puissance, * toi mon Dieu et mon allégresse; * sans quitter le sein du Père, * tu as visité notre pauvreté; * aussi avec le prophète Habacuc je te crie: * Gloire à ta puissance, seul Ami des hommes. »

Par la confession de ta foi * tu t'es offert au Maître en acceptant * par amour pour lui l'immolation, * Martyr plein de gloire et de vertus; * et, délivré de tout reproche, désormais * tu chantes pour le Sauveur: * Gloire à ta puissance, Ami des hommes.

La douceur de la foi t'a charmé; * sur les ailes de l'amour divin tu volas * dans la pure et la sincère charité; * enflammé de désir pour le royaume d'en-haut, * désormais tu chantes au Seigneur: * Gloire à ta puissance, Ami des hommes.

Par les mêmes sentiments * lié à Néarque surnaturellement, * instruit par ses paroles te guidant * vers la foi en la sainte Trinité, * martyr Polyeucte, tu méritas * la splendeur si désirée * qu'avec amour ont cherchée les Martyrs.

Tu as rejoint la nombreuse armée des Martyrs; * tu as reçu l'inébranlable royaume des cieux; * à peine immolé, tu l'as gagné * sur les flots de ton sang; * tu es monté dans l'allégresse qui n'a pas de fin * et dans la lumière sans déclin, * jouissant d'une grande renommée.

Le Dieu céleste, ayant voulu ressembler * à ceux de la terre, en fit les hôtes des cieux; * en leur nature passible ayant souffert, * il leur a permis de devenir, * par communion, impassibles comme lui; * et la Vierge inépousée qui l'enfanta, * la sachant Mère de Dieu, nous la glorifions.


Ode 5
« Pourquoi m'as-tu repoussé * loin de ta face, Lumière inaccessible? * Malheureux que je suis! * les ténèbres extérieures m'ont enveloppé; * fais-moi revenir, je t'en supplie; * et dirige mes pas vers la lumière de ta loi. »

Pour obtenir la jouissance sans fin, * tu méprisas les charmes de la vie, * la naturelle parenté, * la gloire, les plaisirs et même la vie, * et tu n'as pas été déçu * dans ton espérance, Bienheureux.

Initié aux mystères sacrés * de la divine contemplation, * dans la fermeté de tes convictions * tu marchas vers l'ultime combat, * Polyeucte, et te montrant victorieux * tu méritas la couronne qui demeure toujours.

La nature t'ayant doué * de pensées hostiles au mal, tu rejetas * un culte tout à fait impie * et tu renversas les vaines idoles * dans la ferveur de ton zèle pour la foi * et l'ardeur qui te comblait par divine inspiration.

Redisant les paroles * que tes lèvres ont prononcées, * Vierge sainte, nous te disons bienheureuse en vérité, * car le Seigneur fit des merveilles pour toi * et celui qui est né de ton sein * t'a magnifiée comme la Mère de Dieu.


Ode 6
« L'abîme de mes fautes, la houle du péché * me troublent et me poussent violemment * vers le gouffre du désespoir; * tends vers moi ta puissante main * et comme Pierre sur les flots * sauve-moi, ô divin Nautonier. »

Tu méritas de rejoindre les Anges en leur chœur, * Martyr digne de toute admiration * qui menas ta vie à leur imitation; * sans cesse intercède avec eux * pour que soient délivrés, Bienheureux, * de toute épreuve les chantres de ton nom.

Athlète aux multiples combats, * tu t'endormis du sommeil des bien-aimés * lorsque par le glaive tu fus décapité * et maintenant dans les cieux * tu possèdes l'héritage sans fin * avec les Martyrs, dont tu partages le séjour.

Pour te conformer au Sauveur * tu t'es uni à la Passion * de celui qui affronta pour nous * les souffrances de la Croix * et, selon sa promesse, avec lui maintenant * tu règnes, Bienheureux, dans les siècles sans fin.

Toi qui possèdes la compassion * pour avoir enfanté le Verbe notre Ami, * sauve-nous de la violence et du malheur; * en toi seule en effet, * Souveraine toute-pure, nous les croyants, * nous possédons l'invincible protection.


Kondakion, t. 4
Le Maître, inclinant sa tête au Jourdain, * broya les têtes des dragons; * et la tête du Martyr victorieux, * lorsqu'elle fut retranchée, * couvrit de honte le perfide Séducteur.

Ikos
Dans le fleuve du Jourdain le Créateur de l'univers, * inclinant la tête, se laisse baptiser; * écrasant de manière invisible les têtes des dragons, * il fortifie les mortels contre l'ennemi plein d'orgueil * qui fit tomber Adam au Paradis * en lui donnant à manger le fruit de l'arbre jadis * et le soumit, contre son attente, à la mort. * Aussi le martyr Polyeucte maintenant * ne s'est pas soumis aux flatteries féminines, * mais inclinant la tête a souffert vaillamment: * lorsqu'elle fut retranchée, il couvrit de honte le perfide Séducteur.

Synaxaire
Le 9 Janvier, mémoire du saint martyr Polyeucte.
De son vœu le plus cher Polyeucte s'acquitte,
par ta grâce souffrant, ô Verbe, dans sa chair.
Oui, le neuvième jour, lorsqu'on le décapite,
pour lui se réalise son vœu le plus cher.
Par ses saintes prières, ô notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen.


Ode 7
« La condescendance de Dieu * troubla le feu à Babylone autrefois; * c'est pourquoi les Jeunes Gens * dans la fournaise dansaient d'un pas joyeux, * comme en un pré fleuri, et ils chantaient: * Dieu de nos Pères, béni sois-tu. »

Seigneur, tu as montré * ta puissance à ton propre serviteur; * c'est pourquoi de lui-même avec empressement * il marcha vers les combats * et remporta la victoire en chantant: * Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Illustre et solennelle s'est levée, * Martyr, ta sainte festivité; * car elle porte la clarté * de l'Epiphanie de ton Seigneur * et rayonne sur les fidèles chantant: * Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Tu as trouvé l'inviolable trésor, * la dignité qui demeure toujours * et dont on ne peut déchoir; * tu as reçu la gloire perdurant * dans les siècles, toi qui chantes, Bienheureux: * Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Celui qui est sans cesse pensé * de manière ineffable par le Père éternel, * ô Vierge, l'ayant conçu comme Fils * tu l'enfantas dans la chair * pour sauver les fidèles chantant: * Dieu de nos Pères, béni sois-tu.


Ode 8
« Sept fois plus que de coutume, * dans sa fureur le tyran des Chaldéens * fit chauffer la fournaise pour les fidèles du Seigneur; * mais lorsqu'il les vit sauvés * par une force plus puissante, il s'écria: * Jeunes gens, bénissez votre créateur et votre rédempteur * et vous, prêtres, louez-le, * peuple, exalte-le dans tous les siècles. »

En ce jour est célébrée * ta mémoire hautement désirée, * Polyeucte, victorieux martyr; * agréable au Christ en effet, * tu fus une victime agréée * de celui qui fut immolé et sacrifié pour toi, * celui que les jeunes gens bénissent et que les prêtres chantent, * que les peuples exaltent dans tous les siècles.

En athlète, jusqu'au sang, * Polyeucte, ayant montré sur terre * ta résistance de lutteur, * tu es allé demeurer dans la chambre lumineuse des cieux, * après avoir été plongé * dans le baptistère de ton propre sang; * et désormais tu chantes: Prêtres, bénissez, * peuple, exalte le Maître dans tous les siècles.

Mon âme mise à mort par le péché, * relève-la grâce au crédit * , dont tu jouis comme martyr, * la rendant docile comme il convient * aux divins commandements * et la ramenant vers la vertu pour qu'elle puisse chanter: * Prêtres, bénissez le Seigneur, * peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Réjouis-toi, puisque par toi * nous possédons la joie éternelle, * réjouis-toi qui d'Eve fis cesser le deuil * et convertis en liesse la tristesse d'Adam, * réjouis-toi qui enfantas le Dieu incarné, * Vierge Mère de Dieu, protectrice des croyants * qui t'exaltent dans tous les siècles.


Ode 9
« Toute oreille fut saisie d'étonnement * devant l'ineffable condescendance de Dieu; * car le Très-Haut a bien voulu descendre dans un corps * et devenir un homme dans le sein virginal; * pure Mère de Dieu, nous les fidèles, nous te magnifions. »

Amis des Martyrs, venez tous, * chantons le Martyr que Dieu a couronné, * car le Très-Haut l'a glorifié en sa lumineuse Epiphanie, * en ce jour saint il lui a remis une couronne d'honneurs * après l'avoir paré de divines vertus.

En martyr, sous les flots de ton sang * tu noyas l'auteur funeste du mal, * Bienheureux, et tu as réjoui, * en l'abreuvant, l'Eglise du Christ * qui chante dans la foi ta félicité éternelle.

Viens à mon aide, saint Martyr, * me délivrant de toute épreuve et danger, * m'affranchissant des liens de l'hérésie * et par tes prières faisant sortir de sa dure prison * celui qui d'un cœur pur te célèbre, Bienheureux.

Le principe et l'accomplissement * de la Loi et des Prophètes, le Christ, * Vierge pure, tu l'as enfanté lorsque pour nous * dans son amour sans limites il a voulu s'incarner * et sauver les fidèles qui sans cesse te magnifient.


Exapostilaire (t. 3)
Ayant acquis le trésor céleste si désiré * par ton âme, selon ton vœu le plus cher, * ainsi que la gloire et la splendeur en Dieu, * tu as reçu de la main du Très-Haut * la divine couronne dans les chœurs des Martyrs * comme Témoin de la suprême vérité.

Tu es venu sous la forme du serviteur, * Verbe intemporel, demander le baptême en simple mortel; * de stupeur furent frappés la terre et le ciel, * les chœurs des Anges et la nature des eaux; * et, saisi d'épouvante, le Précurseur * accomplit son office, tout craintif et plein de joie.


Apostiches, t. 6
Dis-le nous, prophète Isaïe, * quelle est cette voix * qui s'écrie dans le désert: * «Puisez l'eau d'allégresse qui va vous purifier »? * C'est Jean qui baptise près du désert * et proclame: Le Christ va venir! * Bénie soit ton épiphanie, notre Dieu, gloire à toi.

La mer, à cette vue, s'enfuit,
le Jourdain retourne en arrière.


Miséricorde qui dépasse notre esprit * et qu'on ne peut exprimer! * Comment, par son baptême, le Créateur * devant la créature peut incliner * sa divine tête immaculée? * Gloire à celui qui paraît dans le monde et nous donne la vie. * Nous bénissons ton épiphanie, notre Dieu, gloire à toi.

Qu'as-tu, mer, à t'enfuir,
et toi, Jourdain, à retourner en arrière?


Nous éloignant des passions terrestres, * venez, en esprit, purifions nos sentiments * et, voyant le Christ en sa chair * baptisé par Jean le Précurseur, * entonnant une hymne avec lui, * fidèles, tous ensemble chantons: * Bénie soit ton épiphanie, notre Dieu, gloire à toi.

Gloire au Père ... Maintenant ...

Depuis le fleuve du Jourdain * la grâce du Baptême a versé * pour nous les délices de la vie; * et nous qui fûmes illuminés * par le Baptême, disons: * Gloire à celui qui paraît dans le monde et nous donne la vie. * Nous bénissons ton épiphanie, notre Dieu, gloire à toi.

Le reste de l'office de Matines, comme d'habitude, et le Congé.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

10 janvier

Message par Monique » lun. 07 janv. 2008 15:51

10 JANVIER

Mémoire de notre Père dans les Saints Grégoire, évêque de Nysse;
du vénérable Dométien, évêque de Mélitène,
et du vénérable prêtre Marcien, économe de la Grande Eglise.



VEPRES

Lucernaire, t. 5

Grégoire, Père vénérable et rempli de sainteté, * chalumeau vibrant au souffle du Paraclet, * ta langue fut l’instrument très clair de la foi; * chandelier resplendissant de la divine clarté, * héraut de vérité, fondement de la théologie, * source d'où jaillirent les sublimes enseignements, * versant les flots de ta doctrine melliflue, * lyre à la voix divine charmant * l'esprit des fidèles par tes cantiques inspirés; * prie le Christ qui dans les flots du Jourdain * a recréé le monde entier, * supplie-le de sauver le genre humain.

Grégoire, Père vénérable et très-digne d'honneur, * hâche coupant leur élan aux hérétiques, * glaive à double tranchant du Paraclet, * serpe retranchant les sauvages rejetons, * feu consumant comme broussailles les hérésies, * pelle à vanner du véritable cultivateur * passant au crible toute doctrine selon son poids * ou selon sa légèreté, * lisière précise nous dirigeant sur les chemins du salut; * prie le Christ qui dans les flots du Jourdain * a recréé le monde entier, * supplie-le de sauver le genre humain.

Grégoire, Père vénérable et bienheureux, * bouche faisant jaillir * les sentences de la félicité éternelle, * puisant aux intarissables et divines sources du salut, * expliquant à tous les termes de l'oraison, * règle menant droit sur la vertu; * illuminé par la divine contemplation, * éclairé par la splendeur de la Triade incréée, * dont tu fus l'invincible défenseur; * prie le Christ qui a recréé le monde entier * dans les flots du Jourdain, * supplie-le de sauver le genre humain.

t. 1
Celui qui jadis menaçait * de prendre toute la terre en ses mains * et se vantait d'effacer l'océan * apparut en ce jour pour les fidèles * comme un oiseau, un jouet, * un ridicule moucheron * qui se donnait un aspect effrayant * en fondant sur le serviteur de Jésus Christ.

Fidèles, Dométien * nous invite en ce jour * à sa table pour un festin divinement savoureux; * autour de lui rassemblons-nous de bon cœur; * célébrons avec lui * en cette fête ses vertus, * suppliant le Sauveur de nos âmes * d'accorder au monde la paix.

En fidèle serviteur, * tu fis produire, Bienheureux, * par la grâce deux fois plus * au talent que le Christ t'avait confié; * aussi tu l'entendis te dire: C'est bien, * qu'il t'advienne comme au bon serviteur; * entre donc dans la joie de ton Seigneur, * recevant le prix de tes efforts.

Gloire au Père, t. 4
A tes paroles de sagesse unissant * l'éclat d'une incomparable vertu, * Grégoire de Nysse, en l'une et l'autre tu resplendis, * émerveillant le peuple par l'éclat divin de ta voix * et le délectant par le charme de ton savoir, * lui exposant très sagement la Trinité comme un seul Dieu; * et par l'orthodoxie de ta doctrine combattant * les hérésies introduites par l'étranger, * sur les confins du monde tu rétablis l'autorité de la vraie foi; * en présence du Christ, avec les serviteurs incorporels, * demande-lui pour nos âmes la paix et la grâce du salut.

Maintenant ...

La main du Baptiste trembla * lorsqu'il toucha ta tête immaculée; * le fleuve du Jourdain rebroussa son chemin, * car il n'osait pas te servir; * si Josué, fils de Noun, lui avait jadis * inspiré du respect, * comment son propre Créateur * ne lui aurait-il inspiré l'effroi? * Mais tu accomplis tout le plan du salut * pour sauver le monde, Seigneur, * par ton Epiphanie, seul Ami des hommes.


Apostiches, t. 2
Que l'entière création * entonne un chant nouveau * pour le Christ qui est né * de la Vierge et fut baptisé * en ce jour dans les flots du Jourdain.

La mer, à cette vue, s'enfuit,
le Jourdain retourne en arrière.


Que le Prophète et Précurseur * comme trompette s'écrie: * Produisez pour le Seigneur * baptisé dans les eaux * les fruits de vos bonnes actions.

Qu'as-tu, mer, à t'enfuir,
et toi, Jourdain, à retourner en arrière?


Brillamment depuis le ciel * l'Esprit consubstantiel, * prenant l'aspect d'une colombe, * se laisse voir ineffablement * pour accourir au-dessus du Christ.

Gloire au Père, t. 4

Ayant mené sainte vie, * Grégoire, divin révélateur, * tu éclairas ton action par la divine contemplation; * car, chérissant la sagesse par amour de Dieu, * sur ses lèvres tu puisas richement la grâce de l'Esprit saint; * et, distillant la douceur de tes paroles comme abeille son miel, * pour toujours tu réjouis de pensées divines l'Eglise de Dieu; * aussi dans le ciel où tu demeures selon ton rang * comme Pontife intercède sans cesse pour nous * qui célébrons ta mémoire sacrée.

Maintenant ...

Te voyant venir à lui, * toi qui purifies * le péché du monde par l'Esprit et le feu, * le Baptiste avec crainte et tremblement * te déclare: Je n'ose pas * toucher ta tête immaculée; * toi-même, Seigneur, sanctifie-moi * par ton Epiphanie, seul Ami des hommes.


Tropaire, t. 4
Dieu de nos Pères, * dont la clémence agit toujours envers nous, * n'éloigne pas de nous ta miséricorde, * mais par leurs supplications * gouverne notre vie dans la paix.

t. 1
Dans le Jourdain lorsque, Seigneur, tu fus baptisé, * à l'univers fut révélée la sainte Trinité; * en ta faveur se fit entendre la voix du Père * te désignant comme son Fils bien-aimé; * et l'Esprit sous forme de colombe * confirma la vérité du témoignage. * Christ notre Dieu qui t'es manifesté, * illuminateur du monde, gloire à toi.


MATINES

Cathisme I, t. 3
En ce jour le Maître est venu dans les eaux * se faire baptiser par le divin Précurseur; * d'en haut le Père a témoigné: * Celui-ci est mon Fils bien-aimé; * et l'Esprit est apparu, sous l'étrange aspect d'une colombe, sur lui.

Cathisme II, t. 4
De l'Epiphanie voici le temps: * le Christ nous est apparu au fleuve du Jourdain; * venez, fidèles, puisons * l'eau qui efface nos péchés; * car le Christ est venu dans la chair * à la recherche de la brebis emportée par le loup; * l'ayant trouvée, dans la tendresse de son cœur * il la ramène au Paradis. * Le Christ se manifeste au Jourdain pour illuminer le monde entier.


Canon I de la fête, puis le canon de saint Grégoire (t. 5), œuvre du moine Jean, et celui de saint Dométien (t. 1).

Ode 1, t. 3
« Dans la mer Rouge cheval et cavalier * furent précipités * par celui qui brise les combats, * le Christ élevant ses mains, * le Sauveur que célèbre Israël * lorsqu'il chante l'hymne de victoire. »

Abîme de sagesse, ô Christ, * trésor de connaissance * et bonté personnifiée, * répands sur moi ta clarté, * pour qu'en mes hymnes je puisse chanter * Grégoire, ce flambeau de ton Eglise, Seigneur.

Grégoire, brillante parure des Docteurs, * reçois ce pauvre chant * que j'offre par amour * à ta mémoire, Père saint; * en ce jour où elle est célébrée, * procure-moi la bienveillance du Christ.

Par l'abondance de tes sages discours, * Initiateur sacré, * tu nous enseignes à glorifier, * Grégoire, l'unité * des trois personnes en la divine Trinité * partageant même trône et dignité.

Que nous guide la seule foi * et non les preuves ou l'énoncé * de tes merveilles qui dépassent notre esprit, * virginale Génitrice de Dieu, * car tu enfantas l'insaisissable Dieu, * le Verbe qui revêtit l'humanité.

t. 1
« Ta droite victorieuse, magnifique en sa force, * s'est couverte de gloire, * car, ô Seigneur immortel, * grâce à ta puissance, * elle a broyé les ennemis * en ouvrant pour Israël * une voie nouvelle au profond de la mer. »

L'insurrection de la chair * et l'assaut des passions, * la guerre qu'elles ont suscitée * en mon âme, calme-les, * vénérable Père, et garde-moi * en de paisibles conditions.

Enflammé par ton amour * et ton inflexible désir * de la suprême sagesse, tu as soumis la chair * et de la terre t'es détaché * pour devenir comme Dieu * par communion à celui qui l'est.

L'admirable Dométien, * de terre s'élevant un peu, * marcha de hauteur en hauteur, * d'une moindre à la parfaite vertu, * et dans son cœur il disposa * des chemins d'ascension.

Le Seigneur, ayant plongé * dans les ondes la condition charnelle * qu'il avait reçue * de tes entrailles immaculées, * ô Vierge, accomplit le salut * qui nous arrache à l'emprise de l'ennemi.


Ode 3, t. .5
« Sur le néant tu as fixé la terre selon ton ordonnance * et malgré son poids tu l'as fermement suspendue; * affermis ton Eglise, ô Christ, * sur le roc inébranlable de tes commandements, * dans ton unique bonté et ton amour pour les hommes. »

La chair et ses soulèvements, * tu les as soumis à la guide de l'esprit, * et l'esprit lui-même au Roi de tous; * sans faux pas ayant suivi la voie des commandements, * Grégoire, tu méritas de devenir la demeure de la Trinité.

A l'action tu ajoutas la contemplation; * aussi le Christ te mit en main * les rênes de l'Eglise, qu'irréprochablement * comme évêque, et des meilleurs, * bienheureux Grégoire, tu dirigeas.

Progressant vers la montagne des vertus, * Grégoire, et dans ton cœur * ayant disposé les ascensions, * de terre tu montas, en une course continue, * avant de quitter ta Chair, vers la céleste cité.

Sans épousailles tu devins Mère de ce Dieu * en qui brille inaltérée la splendeur paternelle; * des mères tu n'as pas connu les douleurs * et, puisque tu as enfanté le Verbe fait chair, * selon la vraie foi nous te disons Mère de Dieu.

t. 1
« Toi qui seul connais la faiblesse de la nature humaine, * lui étant devenu semblable dans ta compassion, * revêts-moi de la force d'en-haut, * pour que je chante devant toi: * Seigneur de gloire, tu es saint * et sans égale est ta bonté. »

L'antiquissime ennemi * dans sa force ne pouvant pas * faire chanceler ton âme bien armée, * pour venir à bout de ta patience se transforma * en ce qu'il y a de plus petit * parmi la gent ailée.

Dans son orgueil démesuré * le terrible dragon est justement * tenu pour rien, alors il prend l'aspect, * pour accroître sa faiblesse, d'un moucheron, * mais le voici foulé aux pieds * par les justes qui annoncent la paix.

Sans semence né de toi, le Seigneur, * le Fils avant les siècles engendré, * Vierge Mère, a recréé le monde et mis à mort * par son baptême le serpent * qui se cachait dans les eaux; * et il a sauvé le genre humain de la corruption.


Cathisme, t. 3
Ayant hérité la divine illumination * et mené, dans l'ascèse, la vie immatérielle, * tu resplendis par la vigilance du sacerdoce conforme à ton nom; * puisque par ton clair et merveilleux enseignement * tu as affermi le monde dans la vraie foi; * vénérable Père, intercède auprès du Christ notre Dieu * pour qu'il nous accorde la grâce du salut.

t. 1
Consacré par l'onction sacerdotale que Dieu t'avait donnée, * Père saint, tu la fis resplendir * de la divine beauté de tes vertus * et ta parfaite soumission au Christ; * ayant conduit ta course à bonne fin, * avec les Anges tu chantes dans les cieux: * Gloire à ta miséricorde, Sauveur, * gloire à ta royauté, * gloire à ton œuvre de salut, seul Ami des hommes.
Jésus étant né de la Vierge Marie * et par Jean baptisé dans le Jourdain, * l'Esprit descendit sur lui, * sous forme de colombe se montrant. * Aussi, avec les Anges le Prophète s'écria: * Gloire à ta venue, ô Christ, * gloire à ta royauté, * gloire à ton œuvre de salut, seul Ami des hommes.


Ode 4, t. 5
« Comprenant ton divin abaissement, * le prophète Habacuc dans son trouble te cria, ô Christ: * Tu es venu pour le salut de ton peuple, * pour sauver ceux qui te sont consacrés. »

Par ta vie et ta parole tu t'es montré * une colonne lumineuse, enflammé que tu étais * par le zèle ardent de la vraie foi * pour conduire le nouvel Israël.

Ayant reçu la grâce de l'Esprit saint, * tu déchiras le simple vêtement * qu'est la lettre pour la Loi * et nous découvris la beauté cachée de son esprit.

La prière que Dieu même nous livra * et qui nous vint de sa divine bouche en abrégé, * Grégoire, initié aux choses de Dieu, * pour l'Eglise tu l'as développée clairement.

Sans épousailles, virginalement * dans ton sein tu as conçu et sans douleurs tu enfantas * et tu restas vierge après l'enfantement, * car c'est Dieu que tu fis naître en la chair.

t. 1
« Montagne ombragée par la grâce de Dieu, * Habacuc t'a reconnue de son regard de voyant. * De toi, a-t-il prédit, * sortira le Saint d'Israël * pour notre salut * et notre restauration. »

Aux Hébreux qui dans la Loi vénèrent Dieu * tu montras, Bien- heureux, * que la Loi est l'ombre de la grâce * et l'Evangile, le mystère de la vraie théophanie, * tandis que tu chantais au Christ: * Gloire à ta puissance, Seigneur.

Astre rayonnant depuis l'Orient, * tu fis briller l'Eglise de ta vive clarté, * annonçant par tes sages explications * comme Soleil de justice le Christ * et lui disant à haute voix: * Gloire à ta puissance, Seigneur.

Tu t'es empressé de briser * tout lien avec le mal * et les attaches d'ici-bas; * tu resplendis de lumière sur l'ensemble de ta patrie, * sur laquelle tu déversas * de l'or en abondance et quantité de trésors.

Le Verbe, bien qu'invisible comme Dieu, * ayant assumé d'une femme * la nature humaine, se laisse voir * et dans le fleuve se purifie, * bien qu'étranger au péché, * pour effacer la faute de l'homme déchu.


Ode 5, t. 5
« Seigneur qui te revêts de lumière comme d'un manteau, * devant toi je veille et vers toi monte mon cri: * illumine les ténèbres de mon âme, * ô Christ, en vertu de ton amour. »

Comme un feu tu as brûlé les ronces enchevêtrées * des discours hérétiques * et sur l'âme des croyants, * bienheureux Grégoire, tu répandis la clarté.

D'Eunome tu dénonças les anomalies * et les paroles difficiles à réfuter; * quant aux fortes mailles de ses filets, * tu les as rompues comme toiles d'araignée.

Grégoire, excellent pontife, tu as dénoncé * la suprême impiété de Macédonius * outrageant sans pudeur l'Esprit divin * comme s'il était exclu de ses dons.

Sans semence, tu enfantas pour nous, * ô Mère de Dieu, le Christ, justice et rédemption, * et tu libéras de la malédiction * la nature du premier père.

t. 1
« Par l'éclat de ton avènement * tu as illuminé les confins de l'univers * en les éclairant, ô Christ, * par la splendeur de ta Croix; * fais briller aussi la lumière de la divine connaissance * dans les cœurs qui te chantent selon la vraie foi. »

Le Maître de la création * ayant porté son regard sur la terre, * les assises en furent ébranlées * au point qu'hélas elle trembla; * mais ton âme courageuse, Père saint, * ne se détourna pas de l'oraison.

Père digne de nos chants, * tu ne supportais pas d'ouïr * ceux qui blasphèment et profèrent tout haut * d'injustes propos par folie; * mais avec ton pastoral tu les fis revenir * et tu as guéri leur mal.

Tu ne concédas aucunement * que fût prêchée la doctrine erronée * de l'unique nature en Christ, * mais grâce au filet de tes enseignements * tu repêchas ceux qui s'y étaient plongés * et les ramenas vers la clarté.

Par le sel jadis Elisée * adoucit les eaux, d'amères qu'elles étaient; * mais ton Fils et notre Dieu, * divine Mère, par son baptême dans les eaux * a fait cesser la douleur * et l'amertume du péché.


Ode 6, t. 5
« Quand souffle sur mon âme la tempête dévastatrice, * ô Christ et Seigneur, apaise l'océan de mes passions * et délivre-moi du mal, * ô Dieu de miséricorde. »

Toi dont l'esprit était doué d'humilité * et qui manifestais envers tous de la douceur, * Grégoire, tu t'es montré combatif * envers ceux qui voulaient diminuer la gloire du Christ.

L'étrange division de la Trinité * que prônait Arius en son bavardage effronté, * Grégoire, tu l'as renversée * entièrement par tes sages discours.

Lui qui pensait, dans son ignorance, qu'en la Trinité * les personnes, au lieu d'être unies, sont confondues, * Sabellius fut réfuté en ennemi de Dieu * par toi, Grégoire bienheureux.

Ô Vierge, tu as enfanté * et vierge après l'enfantement tu demeuras; * Vierge et Mère, tu portas en vérité * celui qui porte l'univers en ses mains.

t. 1
« Le fond de l'abîme nous entourait * et nous n'avions personne pour nous délivrer, * nous étions comptés comme brebis d'abattoir. * Sauve ton peuple, ô notre Dieu, * car tu es la force des faibles * et leur relèvement. »

Comme du filet de l'oiseleur * furent sauvés les peuples en danger de mort * et l'essaim de leurs douleurs * par tes prières fut chassé au loin; * car en toi ils avaient, * Père vénérable, leur premier protecteur.

Par la prière tu arrêtas * les progrès de l'épidémie, * Père saint, en accourant * bien vite vers la Vierge Mère du Rédempteur; * car en pasteur tu ne souffrais pas * que ton troupeau fût en danger.

Les chœurs des Anges furent stupéfaits * de voir l'Invisible enfanté * par la Vierge dans la chair * et celui que glorifient les Incorporels * descendre dans le fleuve du Jourdain * pour s'y faire baptiser.


Kondakion, t. 1
De ton âme tenant le regard éveillé, * au monde tu fus révélé comme un pasteur vigilant; * grâce au bâton de ta sagesse, Pontife bienheureux, * tu éloignas les hérésies comme des loups, * gardant ainsi sans dommage ton troupeau, * Grégoire, vénérable docteur.

Ikos
Par insouciance, malheureux que je suis, * j'ai sombré dans le sommeil de la mort; * éveille-moi, toi le pasteur vigilant, * endors les passions qui me tyrannisent cruellement, * afin que, rétabli, je chante purement * la lumineuse dormition * par laquelle le Maître de l'univers t'a justement glorifié * comme très fidèle serviteur, * comme un ami, un doctissime révélateur de la doctrine sacrée, * un sage économe des trésors qu'il t'a confiés, * de ce dépôt que tu gardas intact, * Grégoire, vénérable docteur.

ou bien:

Kondakion, t. 2
De l'Eglise il fut un Pontife divin, * de la Sagesse, l'hymnographe vénéré; * Grégoire de Nysse, cet esprit vigilant, * exultant avec les Anges désormais * et jouissant de la divine clarté, * sans cesse auprès de Dieu intercède pour nous tous.

Ikos
Ô Verbe qui dans le monde as resplendi * plus que soleil de ton éclat merveilleux, * réjouissant des rayons de ta clarté, * Sauveur, l'ensemble de l'univers, * toi qui daignas te laisser baptiser * en mortel dans les eaux du Jourdain, * lave aussi l'impureté de mon cœur, * la souillure de mes péchés si nombreux, * m'accordant ainsi la grâce de chanter * le docte Pontife, l'initié de tes mystères sacrés; * c'est lui que je choisis comme avocat devant toi, * le suppliant de sans cesse intercéder pour nous tous.

Synaxaire
Le 10 Janvier, mémoire de notre Père dans les Saints Grégoire, évêque de Nysse.
Il n'a point la Piérie, mais l'Eden, pour séjour,
Grégoire, cette muse ayant eu siège à Nysse.
La sombre mort l'a pris, mais afin qu'il s'unisse
à la Calté vivante, le dixième jour.
Ce même jour, mémoire de notre vénérable Père Dométien, évêque de Mélitène.
Dométien à la vie incorruptible naît,
si corruptible fut cette vie qu'il menait.
Ce même jour, mémoire de notre Père dans les Saints le prêtre Marcien, économe de la Grande Eglise.
Grande gloire lui vint au ciel, lorsqu'il partit,
Marcien dont le renom déjà n'était petit.
Par leurs saintes prières, ô notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen.


Ode 7, t. 5
« Le Très-Haut, le Seigneur Dieu de nos Pères, * détourna la flamme et couvrit de rosée les Jeunes Gens * qui chantaient d'une même voix: * Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni. »

Uni par amour à la splendeur * de la divinité brillant d'un triple éclat, * tel un miroir tu réfléchis sur tous, * Grégoire, les rayons de sa clarté.
Tel un père, tu laissas en héritage * le trésor de tes paroles afin de purifier * la conduite spirituelle et de parfaire le savoir * en ceux qui chantent fidèlement: Seigneur, tu es béni.

Comme prime Intelligence et Cause tu as prêché * le Père qui engendre le Verbe divin * et de qui procède l'Esprit saint, * à la Trinité chantant: Seigneur, tu es béni.

En deux natures, ô Vierge immaculée, * du Dieu fait homme tu as enfanté * l'unique personne à qui nous chantons tous: * Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

t. 1
« Nous les fidèles, nous reconnaissons en toi, * ô Mère de Dieu, * la fournaise spirituelle * et de même qu'il a sauvé les trois Jeunes Gens, * le Très-Haut a renouvelé * en ton sein le monde entier, * le Seigneur Dieu de nos Pères, * digne de louange et de gloire. »

Clairement s'est accomplie * l'infaillible promesse pour les croyants, * car le divin Dométien * selon ses mérites a reçu * la grâce de mettre fin aux maladies * et de chasser les démons, * lui qui annonçait le Dieu * digne de louange et de gloire.

Celui qui sur terre fut * avec nous pour vivre dans la chair * a transmis à ceux qui l'ont suivi * et de tout cœur l'ont aimé * le charisme des guérisons, * lui qui est digne d'être loué, * le Dieu de nos Pères, le Seigneur * hautement glorifié.

Le divin Dométien * a renversé les enseignements * de Sévère, cette hérésie * contraire à la piété; * divinement il exposa * l'invulnérable foi, * l'orthodoxie, en annonçant le Dieu * digne de louange et de gloire.

De la nature paternelle ne s'est pas sevré * le Verbe de Dieu * lorsqu'en la Vierge il a pris chair, * mais il la conserva rigoureusement * inaltérable en son incarnation; * et du Père il a reçu * le témoignage l'attestant, * lui le Christ hautement glorifié.


Ode 8, t. 5
« Pour toi, Dieu créateur, * dans la fournaise les Jeunes Gens * formèrent un chœur avec tout l'univers et chantaient: * Toutes ses œuvres, louez le Seigneur, * exaltez-le dans tous les siècles. »

C'est toute la clarté * du Paraclet qu'en ton âme tu reçus, * bienheureux Père, Vénérable qui chantais: * Toutes ses œuvres, louez le Seigneur, * exaltez-le dans tous les siècles.

Des fleuves de savoir * sur nous jaillissent de ton sein, * bienheureux Père, selon la divine parole du Christ; * car la grâce pour le monde a fait de toi * une source inépuisable dans tous les siècles.

Merveille en vérité, * ces deux frères unis par la chair et le sang * et par la même pensée sur les choses de Dieu: * Basile et Grégoire qu'avec la même vénération * nous honorons dans tous les siècles!

Ô Vierge ayant conçu * ineffablement le Verbe en homme et Dieu * et vierge étant restée, nous les œuvres du Seigneur, * à juste titre nous te bénissons * et t'exaltons dans tous les siècles.

t. 1
« Dans la fournaise, comme en un creuset, * brillèrent les enfants d'Israël * par l'éclat de leur piété plus pure que l'or fin * et ils se mirent à chanter: * Bénissez le Seigneur, toutes ses œuvres, * à lui haute gloire, louange en tous les siècles. »

Tu surmontas toute loi * de la condition humaine * et de Dieu, sommet de tes désirs, * tu t'es approché, en chantant pour lui: * Bénissez le Seigneur, toutes ses œuvres, * à lui haute gloire, louange en tous les siècles.

Obéissant au précepte divin, * tu distribuas tes richesses largement, * d'un esprit docile, à qui était dans le besoin, * admirable Père, et tu chantais: * Bénissez le Seigneur, toutes ses œuvres, * à lui haute gloire, louange en tous les siècles.

Tu fus la source, Dométien, * laissant jaillir intarissablement * les torrents de délices, le breuvage des guérisons, * un fleuve de paix pour ceux qui chantaient: * Bénissez le Seigneur, toutes ses œuvres, * à lui haute gloire, louange en tous les siècles.

Déjà dans la fournaise symboliquement, * ô Vierge, t'ébauchèrent les Jeunes Gens * et Moïse te préfigura dans le buisson; * Isaïe te vit enfanter virginalement * le Seigneur de gloire que nous exaltons * dans tous les siècles.


Ode 9, t. 5
« Isaïe, danse d'allégresse, * car la Vierge a mis au monde un fils, * de son sein est né l'Emmanuel: * parmi nous Dieu se fait homme, * il a pour nom Soleil levant, * et nous qui le glorifions, * ô Vierge, nous te disons bienheureuse. »

De tes paroles et de tes œuvres * ne pouvant louer dignement, * saint Grégoire, la splendeur, * notre esprit confesse * son illustre défaite clairement; * mais il fait l'éloge de toi, * bien qu'il dépasse ses capacités.

Pontife remarquable, * en présence maintenant * de la sainte Trinité * avec le chœur des Apôtres, * des Prophètes, des Martyrs, * des Justes et des Patriarches, souviens-toi de nous * qui célébrons, saint Grégoire, ton souvenir.

Du haut du ciel regarde, * Pontife, pour la protéger, * vers l'Eglise du Christ; * donne la victoire aux fidèles, * brise les chaînes des captifs * et par ton intercession * sauve, Grégoire, ceux qui recherchent ta protection.

Toi qui mis au monde, Vierge pure, * l'Auteur de l'entière création, * sur tout homme de ce fait * tu détiens l'empire, * douée d'incomparable supériorité * dépassant notre nature; c'est pourquoi, * nous prosternant devant ton Fils, nous te glorifions.

t. 1
« Pour image de ton enfantement * nous avons le buisson ardent * qui brûlait sans être consumé; * en nos âmes nous te prions d'éteindre * la fournaise ardente des tentations, * pour qu'alors, ô Mère de Dieu, * sans cesse nous te magnifiions. »

Tu as cessé de désirer * les biens désirables, Père saint, * puisque tu possèdes le plus parfait; * la demeure des Patriarches et des Justes t'a reçu, * ainsi que les chœurs des Vénérables; avec eux * supplie en notre faveur * le Seigneur tout-puissant.

Comme d'un trésor précieux * ta patrie s'est emparée * de ton corps d'illustre combattant * pour le cacher avec émotion * dans son sein maternel, * car elle n'a pas supporté * que cet avantage passât aux étrangers.

Viens à mon aide, sois pour moi * le secours en cette vie * contre les épreuves et le malheur; * apaise la tempête des passions * qui se lève contre moi, * guide-moi vers le havre de sérénité * sous le vent de tes prières, Bienheureux.

Jusqu'à toi dura la mort, * Etre suprême, Fils de Dieu, * qui pour nous sauver as bien voulu * devenir semblable à nous * en naissant de l'Inépousée * et nous refondre dans les eaux * par le feu de ton Baptême divin.


Exapostilaire (t. 3)
Le très-docte Grégoire, ce bon Pasteur, * l'évêque de Nysse, celui qui mena la même vie * que son frère Basile le Grand, * par des hymnes et des cantiques tous ensemble honorons-le.

Dans les flots du Jourdain le Sauveur est apparu, * plein de grâce et de vérité, * illuminant ceux qui dormaient dans les ténèbres et dans l'ombre de la mort, * car elle est venue, elle est apparue, * la Lumière et l'inaccessible Clarté.


Apostiches, t. 2
Maintenant le Sauveur * fait le don aux mortels * de la merveilleuse purification, * refondant les âmes sans feu * et sans les broyer les façonnant de nouveau.

La mer, à cette vue, s'enfuit,
le Jourdain retourne en arrière.


Aux sources du salut, * peuples, venez, empressez-vous, * dans l'allégresse puisez * l'eau qui procure la vie en Dieu * et la rédemption de nos âmes.

Qu'as-tu, mer, à t'enfuir,
et, toi, Jourdain, à retourner en arrière?


La lumière est venue, * la grâce est apparue, * voici la rédemption, * le monde est illuminé; * d'allégresse tous les peuples soient comblés!

Gloire au Père, t. 1

Noble combattant de l'orthodoxie, * toi qui souffris en bon soldat du Christ notre Dieu * et fus agréable au Maître des combats, * pour l'Eglise mène encore à présent, * Grégoire, le bon combat * afin de lui garder * comme inébranlable fondement * tes sages enseignements.

Maintenant ...

Baptisé dans le Jourdain, * tu sanctifias les eaux, Dieu Sauveur, * en acceptant qu'un serviteur t'impose les mains * pour guérir le monde de toute passion. * Grand est le mystère de ton salut! * Seigneur ami des hommes, gloire à toi.

Le reste de l'office de Matines comme d'habitude, et le Congé.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

11 janvier

Message par Monique » mar. 08 janv. 2008 11:59

11 JANVIER

Mémoire de notre vénérable Père Théodose le Cénobiarque.

VEPRES

Premier Cathisme: Bienheureux l'homme.

Lucernaire, t. 5

Vénérable Père porteur-de-Dieu Théodose, * tu menas en ta vie temporelle le grand combat, * dans les hymnes, les jeûnes et les veilles de la nuit * devenant pour tes disciples un modèle; * maintenant tu exultes avec les Anges incorporels, * glorifiant sans cesse le Christ, * Verbe Dieu né de Dieu et Rédempteur, * qui inclina la tête devant le Précurseur * et sanctifia la nature des eaux. * Intercède auprès de lui, supplie-le, * vénérable Père, d'accorder à son Eglise la paix, * la concorde et la grâce du salut. (2 fois)

Vénérable Père porteur-de-Dieu Théodose, * trouvant ton âme pure selon son vœu, * la grâce de l'Esprit saint demeura * en toi comme une pure clarté; * et, par son œuvre brillamment éclairé, * tu glorifies sans cesse le Christ, * l'Un en deux natures, le Fils, * comme la voix du Père l'attesta * lorsque de sa main le Précurseur le baptisa. * Intercède, auprès de lui supplie-le, * vénérable Père, d'accorder au monde la paix, * la concorde et la grâce du salut. (2 fois)

Vénérable Père porteur-de-Dieu Théodose, * tu méritas vraiment la vie bienheureuse * que tu as trouvée par l'ascèse et la pureté; * c'est comme vivant que tu passas vers la vie de l'au-delà, * demandant à tous les frères de se réjouir * et glorifiant sans cesse avec les Anges le Christ, * celui qui prit chair ineffablement de la Vierge, * puis engloutit nos péchés * par son Baptême dans les flots du Jourdain. * Intercède auprès de lui, supplie-le, * vénérable Père, d'accorder au monde la paix, * la concorde et la grâce du salut. (2 fois)

Gloire au Père, t. 2
Comme cité du Dieu vivant * le cours du fleuve a réjoui, * vénérable Père, ton âme sacrée, * tandis que l'Eau de la rémission, * le Christ notre Dieu, traversait le Jourdain, * faisant jaillir pour le monde entier la parole de foi; * bienheureux Théodose, supplie-le * d'accorder le salut à nos âmes.

Maintenant ...
Tu as écrasé la tête des dragons * en inclinant la tête devant le Précurseur * et, descendu dans les flots, * tu as illuminé l'univers, * pour qu'il te glorifie, Sauveur, * illumination de nos âmes.

Entrée. Lumière joyeuse. Prokimenon du jour et Lectures.

Lecture de la Sagesse de Salomon
(3, 1-9)
Les âmes des justes sont dans la main de Dieu et nul tourment ne les atteindra. Aux yeux des insensés ils ont paru mourir, leur sortie de ce monde a passé pour malheur, leur départ d'auprès de nous a semblé un échec, mais ils sont dans la paix. S'ils ont, aux yeux des hommes, connu le châtiment, leur espérance était porteuse d'immortalité; et pour avoir souffert un peu, ils recevront de grands bienfaits, car Dieu les a soumis à l'épreuve et les a trouvés dignes de lui; comme l'or au creuset il les a éprouvés et comme un holocauste il les a agréés; au jour de sa visite ils resplendiront, ils courront comme étincelles dans le chaume; ils jugeront les nations, domineront les peuples et sur eux le Seigneur régnera pour toujours; ceux qui se fient en lui comprendront que c'est vrai et ceux qui sont fidèles demeureront en lui; sa grâce et son amour sont pour ceux qui le servent, la visite de Dieu pour ceux qu'il a choisis.

Lecture de la Sagesse de Salomon
(5, 15 - 6, 3)
Les justes vivront à jamais, leur récompense est aux mains du Seigneur; c'est le Très-Haut qui en prend soin. Aussi recevront-ils de la main du Seigneur la couronne de gloire et le diadème de beauté; de sa droite il les couvrira, de son bras les protégera. Pour armure il prendra son ardeur jalouse, il armera la création pour châtier ses ennemis; pour cuirasse il revêtira la justice, il mettra pour casque un jugement sans feinte, il prendra pour bouclier son invincible sainteté et comme un glaive aiguisera son courroux; avec lui l'univers combattra les impies, comme traits bien lancés jailliront les éclairs, comme d'un arc les nuées voleront vers le but, la fronde lancera des grêlons de colère, les flots de l'océan feront rage contre eux, et sur eux les torrents passeront sans merci, le souffle du Puissant s'élèvera contre eux et les dispersera comme fait l'ouragan; l'iniquité rendra toute terre déserte, le mal renversera le trône des puissants. Ecoutez donc, ô rois, et comprenez, instruisez-vous, souverains des terres lointaines, prêtez l'oreille, vous qui gouvernez les multitudes et vous glorifiez du nombre de vos peuples: c'est le Seigneur qui vous a donné le pouvoir, la souveraineté est dans les mains du Très-Haut.

Lecture de la Sagesse de Salomon
(4,7-15)
Le juste, même s'il meurt avant l'âge, trouvera le repos. La vieillesse honorable n'est pas celle, en effet, que donnent de longs jours, elle ne se mesure pas au nombre des années. C'est la sagesse qui tient lieu de cheveux blancs, c'est une vie sans tache qui compte pour vieillesse. S'il a su plaire à Dieu, au point d'en être aimé, c'est par lui qu'il fut emporté du milieu des pécheurs où il vivait. Il a été enlevé, de peur que le mal ne corrompît son jugement. Car la fascination du mal obscurcit le bien et le tourbillon de la convoitise gâte une âme ingénue. Devenu parfait en peu de temps, il a fourni une longue carrière; son âme était agréable au Seigneur, aussi l'a-t-il retirée en hâte d'un milieu dépravé. Les foules voient et ne comprennent pas, et ceci ne leur vient pas à l'esprit: Sa grâce et son amour sont pour ceux qui le servent, la visite de Dieu pour ceux qu'il a choisis.


Apostiches, t. 4
Regarde comment j'ai revêtu * ton image, dit le Seigneur, * l'ouvrage de mes mains, par ineffable abaissement. * Qu'y a-t-il d'étrange, mon ami, * à ce que je m'incline dessous ta main * comme un de tes semblables, un serviteur, * et que, me dépouillant, je revête les eaux? * car je désire par compassion * revêtir ceux qui sont nus * de l'incorruptible vêtement pour les siècles.

La mer, à cette vue, s'enfuit,
le Jourdain retourne en arrière.


Tu te laisses voir en un corps * et le sein qui t'a reçu * n'a pas été consumé par le feu, * car la fournaise déjà * le préfigura en gardant les Jeunes Gens sans brûlure; * moi qui suis le chaume, comment tendrai-je la main * vers toi, Seigneur, qui es le feu, * Maître que révère avec tremblement * tout être sur la terre comme au ciel, * Sauveur de nos âmes, Jésus tout-puissant.

Qu'as-tu, mer, à t'enfuir,
et toi, Jourdain, à retourner en arrière?


Lave-moi dans les eaux du Jourdain, * bien que n'ayant pas la moindre souillure, dit le Seigneur; * alors la nature humaine qu'a souillée * la faute commise par Adam * sera purifiée et renouvelée; * par mon baptême tous les hommes en effet * renaîtront par l'eau et l'Esprit.

Gloire au Père, t. 8
Tous les moines, nous t'honorons, Théodose, Père saint, * comme notre guide spirituel; * nous avons appris par toi à marcher sur le droit chemin; * bienheureux es-tu d'avoir servi le Christ * en brisant la puissance de l'Ennemi, * compagnon des Anges, des Justes et des Saints; * supplie avec eux le Seigneur * d'avoir pitié de nos âmes.

Maintenant ...
Les chœurs des Anges étaient frappés d'étonnement * lorsqu'ils te virent, Sauveur, en ce jour * dépouillé dans les eaux du Jourdain * et, inclinant ton chef immaculé, * recevoir le baptême de Jean; * mais par un effet de ta pauvreté volontaire * le monde fut enrichi. Seigneur, gloire à toi.


Tropaire, t. 8
Par les flots de tes larmes tu as fait fleurir le désert stérile, * par tes profonds gémissements tu fis produire à tes peines cent fois plus, * par tes miracles étonnants tu devins un phare éclairant le monde entier: * vénérable Père Théodose, prie le Christ notre Dieu * de sauver nos âmes.

t. 1
Dans le Jourdain lorsque, tu fus baptisé, Seigneur,* à l'univers fut révélée la sainte Trinité; * en ta faveur se fit entendre la voix du Père * te désignant comme son Fils bien-aimé; * et l'Esprit sous forme de colombe * confirma la vérité du témoignage. * Christ notre Dieu qui t'es manifesté, * illuminateur du monde, gloire à toi.



MATINES

Cathisme I, t. 4
Josué, fils de Noun, faisant passer * dans le fleuve du Jourdain * le peuple et l'arche de Dieu, * ébauchait le bienfait à venir; * c'est l'image de notre propre recréation, * la figure de notre véritable régénération * que le mystique passage de tous les deux * esquisse pour nous dans l'Esprit. * Le Christ se manifeste au Jourdain pour sanctifier les eaux.

Cathisme II, t. 4
De l'Epiphanie voici le temps: * le Christ nous est apparu au fleuve du Jourdain; * venez, fidèles, puisons * l'eau qui efface nos péchés; * car le Christ est venu dans la chair * à la recherche de la brebis emportée par le loup; * l'ayant trouvée, dans la tendresse de son cœur * il la ramène au Paradis. * Le Christ se manifeste au Jourdain pour illuminer le monde entier.

Après le Polyéléos:

Cathisme, t. 3
Elevant bien haut tes divines mains, * vénérable Père, tu semblais une colonne porteuse de clarté, * resplendissant des rayons de tes prières, Bienheureux; * tu as rejoint le ciel sur les ailes de ton esprit * et, par communion aux ineffables mystères, devenu tout brillant, * tu implores désormais le Christ notre Dieu * pour qu'il nous accorde la grâce du salut.
En ce jour le Maître est venu dans les eaux du Jourdain * se faire baptiser par le divin Précurseur; * d'en haut le Père a témoigné: * Celui-ci est mon Fils bien-aimé; * et l'Esprit est apparu, sous l'étrange aspect d'une colombe, sur lui.

Anavathmi, la 1e antienne du ton 4: Dès ma jeunesse ..,

Prokimenon, t. 4: Elle est précieuse devant le Seigneur, la mort de ses amis. Verset: Que rendrai-je au Seigneur pour tout le bien qu'il m'a fait?
Que tout ce qui vit et respire loue le Seigneur.

Evangile et Psaume 50.
Gloire au Père ... Par les prières de Théodose ...
Maintenant ... Par les prières de la Mère de Dieu ... Aie pitié de moi, Ô Dieu ...
t. 6
Père vénérable, * par toute la terre a retenti * la renommée de tes justes actions: * par elles tu as trouvé dans les cieux * la récompense de tes efforts; * tu as détruit les phalanges des démons * et tu as rejoint les chœurs des Anges, * pour en avoir imité la pure vie. * Par le crédit que tu possèdes auprès du Christ notre Dieu * demande-lui pour nos âmes la paix.


Canon II de la fête; puis le canon du Saint.

Ode 1, t. 2
« Dans l'abîme jadis fut culbutée * par la puissance invincible * toute l'armée de Pharaon, * et maintenant le Verbe fait chair * a supprimé le poids de nos péchés, * le Seigneur que nous glorifions, car il s'est couvert de gloire. »

Comme un Sage commandant nos compagnies, * Père Théodose, entonne divinement * ce cantique pour le Christ notre Dieu * qui est venu sauver le monde entier * et qui a glorifié avec lui * ta mémoire sacrée.
C'est du désert que le Précurseur du Christ, * le fils d'Elisabeth descendante d'Aaron, * est venu; mais Théodose, * qui par l'Esprit est arrivé * à la naissance dans les fonts baptismaux, * est devenu citoyen du désert pour suivre Jésus.

Par le baptême du Christ dans le Jourdain * l'arrogance de la synagogue est abattue, * mais dans l'Eglise voici plantée * la vie angélique; * et sans regarder en arrière, tu la menas, * bienheureux Théodose.

Par l'ascèse, vénérable Père, ayant pris part * aux souffrances de celui * qui fut mis en croix pour nous, * tu méritas d'avoir aussi l'aspect * de sa résurrection et tu devins, * Théodose, l'héritier de sa gloire.

Le chœur des vierges saintes par inspiration divine * te chante, souveraine Mère de Dieu, * comme la plus belle entre les femmes, * puisqu'embellie par la splendeur de la divinité; * car tu enfantas ineffablement * le Verbe, l'auteur de toute beauté.

« De l'abîme il découvre les profondeurs, * à pied sec il conduit ses serviteurs, * en la mer il engloutit les ennemis, * le Seigneur puissant dans les combats, * car il s'est couvert de gloire. »


Ode 3
« Comme un lis a fleuri le désert et de même fleurira * l'Eglise stérile des nations à ton avènement, Seigneur; * en lui mon cœur s'est affermi. »

Le Seigneur qui établit ses chambres hautes sur les eaux * en un corps humain vient au fleuve du Jourdain; * mon cœur s'est affermi en lui.

Celui qui brilla de lumière divine dans le Jourdain * pour les hommes sur la terre, Théodose, a fait de toi * un don de Dieu, un fils béni, plein de nobles sentiments.

Le monde et ce qui s'y trouve, tu l'as abandonné, * vénérable Père Théodose, en imitant * le dépouillement du Maître accompli au Jourdain.

Sur tes épaules ayant pris la croix du Sauveur, * bienheureux Théodose, tu courus vers son tombeau * comme biche vers les sources d'eau salutaires.

Les Anges furent pris d'étonnement, * les hommes s'émurent en ton enfantement, * et nous, fidèles, te vénérons comme la Mère de Dieu.

« Le Seigneur qui donne force à nos rois * et exalte la puissance de ses oints * naît d'une Vierge et se laisse baptiser. * Aussi, fidèles, crions-lui: * Nul n'est saint comme toi, ô notre Dieu, * nul n'est juste comme toi, Seigneur. »


Kondakion de la fête, t. 4
En ce jour de l'Epiphanie * l'univers a vu ta gloire, * car, Seigneur, tu t'es manifesté * et ta lumière resplendit sur nous; * c'est pourquoi en pleine connaissance nous te chantons: * Tu es venu et t'es manifesté, * Lumière inaccessible.

Ikos
Je cherche à te céder le rang de Baptiste, Seigneur, * car il te convient mieux qu'à moi; * en effet c'est moi qui ai besoin * d'être baptisé par toi. * Mais tu viens à moi et me devances en demandant * ce que justement je veux te demander. * Ami des hommes, que désires-tu des humains? * pourquoi inclines-tu la tête sous ma main? * Elle n'a pas coutume d'étreindre le feu, * ce n'est pas au riche qu'elle saurait prêter, en sa pauvreté, * ni contre le fort que sa faiblesse va lutter; * mais elle sert aux pécheurs, selon leurs besoins. * Tu es en effet la lumière inaccessible.

Cathisme, t. 8
Ornant ton âme de ces divins joyaux * que sont la tempérance, les efforts et l'oraison, * tu devins un compagnon des Anges, Père bienheureux; * tu reçus le don des miracles en vérité * pour guérir les maladies des fidèles te vénérant; * chassant en outre la multitude des démons, * tu accordes aux hommes leur guérison, * bienheureux Théodose digne de toute admiration. * Intercède sans cesse auprès du Christ notre Dieu, * pour qu'il accorde la rémission de leurs péchés * à ceux qui célèbrent de tout cœur ta mémoire sacrée.

Le Jourdain par ses flots se fait serviteur, * Jean étend une main corruptible, lorsque tu apparais * dans la chair au baptême, invisible Seigneur; * mais de crainte le premier a remonté son cours, * le second a touché l'Incorruptible avec tremblement. * Toi, l'Agneau de Dieu, la Source de vie éternelle, * tu as sanctifié les hommes, les sources et la mer; * car la Trinité a répandu son éclat: * d'en haut le Père te nomme Fils bien-aimé * et l'Esprit saint s'est uni à ta descente ici-bas.


Ode 4
« Tu es issu de la Vierge non comme un ange ou un ambassadeur, * mais comme le Seigneur revêtu de notre chair, * tu as sauvé tout mon être; * c'est pourquoi je te crie: * Gloire à ta puissance, Seigneur. »
Dans les eaux tu écrasas la tête des dragons * et par l'Esprit, ô Verbe de Dieu, * tu as renouvelé toute mon humanité; * c'est pourquoi je te crie: * Gloire à ta puissance, Seigneur.

Imitant l'obéissance et l'admirable humilité * du Christ qui inclina * la tête devant le Précurseur, * Père Théodose, tu es monté * vers la tour inébranlable des vertus.

Par ton culte plein de dévotion * envers la Vierge Mère du Christ notre Dieu * tu as reçu l'invincible grâce de l'Esprit, * Père Théodose, et tu as renversé * les ennemis invisibles.

L'illustre grotte où les Mages furent accueillis, * Théodose, a fait de toi * celui qui porte comme dons * au Christ baptisé pour nous * la foi, l'espérance et l'amour.

Fortifié par les souffrances du Seigneur, * Père Théodose, tu supportas avec amour * le martyre spirituel * en combattant le ténébreux * prince de ce monde.

Sans semence en ton sein tu as conçu * et dans la chair tu as fait naître le Seigneur * qui sauve le monde par tes prières; * c'est pourquoi nous te crions: Réjouis-toi, * Souveraine toujours-vierge.

« Ta voix, Seigneur, il l'entendit, * celui que tu nommas " Voix criant dans le désert ", * quand sur les eaux innombrables tu tonnas * pour rendre témoignage à ton Fils; * tout entier possédé par l'Esprit qui descendait, * il s'écria: Tu es le Christ, * sagesse et puissance de Dieu. »


Ode 5
« Tu es devenu le médiateur entre Dieu et les hommes, ô Christ notre Dieu: * par toi, ô Maître, nous avons quitté la nuit de l'ignorance * pour aller vers ton Père, source des lumières, * auprès duquel nous avons accès désormais. »

A celui qui dans les flots nous a renouvelés, * bienheureux Théodose, ayant suspendu ton esprit, * tu affermis sagement ton corps abattu, * grâce aux efforts soutenus de ton ascèse.

De ta vie ayant fait une continuelle méditation sur la mort, * dans ton empressement à partir vers celui * qui s'est manifesté pour nous dans la chair, * tu préparas le tombeau pour toi-même.

Ton disciple, l'illustre Basile, * imitant la mort volontaire du Christ, * plein d'allégresse inaugura * le tombeau nouvellement creusé.

Voici, comme Isaïe l'avait prédit, * toute-pure Mère de Dieu, dans ton sein tu as porté * et, dépassant la nature, as enfanté, * divine Génitrice, le Christ notre Dieu.

« Principe de vie, Jésus vient effacer * la sentence qui fut prise contre Adam: * bien que Dieu n'ait pas besoin de purification, * pour le coupable il se purifie dans le Jourdain; * il y détruit l'inimitié et procure à tous * une paix qui surpasse tout esprit. »


Ode 6
« Encerclé par l'abîme de mes péchés, * j'invoque l'abîme insondable de ta compassion: * de la fosse, mon Dieu, relève-moi. »

Ô Christ, par ta résurrection tu nous as donné l'immortalité; * c'est pourquoi Basile, ton illustre serviteur, * bien que mourant, se manifeste encore vivant.

Le Dieu qui purifie le monde est baptisé pour moi, * lui qui s'est conformé à mon humanité * et qu'en deux natures, bienheureux Théodose, tu prêchas.

C'est la douceur de l'allégresse, Théodose, qu'ont distillée * les sources de tes pleurs pour le Christ notre Dieu * qui changea les larmes des Myrophores en sainte joie.

Rends-moi digne de ta divine compassion, * toi qui enfantas le Seigneur compatissant * dont le sang nous a sauvés de la mort.

« La voix du Verbe, le chandelier de la Clarté, * l'étoile du matin et du Soleil le précurseur * crie au désert à tous les peuples: Repentez-vous, * venez vous purifier de vos péchés, * car voici que s'avance le Christ, * le rédempteur du monde. »


Kondakion, t. 8
Planté dans les parvis de ton Seigneur, * tu fis croître les agréables fleurs de tes brillantes vertus * et tu multiplias le nombre de tes enfants dans le désert, * les abreuvant aux flots de tes larmes, pasteur des divines bergeries; * c'est pourquoi nous te chantons: Réjouis-toi, Père Théodose.

Ikos
Par nature tu fus un homme, Père saint, * mais tu t'es montré le concitoyen des Anges; * car tu as vécu en incorporel sur la terre, * rejetant, sage Père, tout souci de la chair; * c'est pourquoi tu reçois les présentes salutations de notre part:
Réjouis-toi, héritier de la piété paternelle, * réjouis-toi, car d'une pieuse mère tu fus le rameau, * réjouis-toi, qui transformas le désert en cité, * réjouis-toi, pour l'univers tu as brillé comme un flambeau.
Réjouis-toi, qui dès l'enfance suivis le Christ, * réjouis-toi, qui mortifias les désirs de la chair, * réjouis-toi, qui procurais aux moines le salut, * réjouis-toi, exhortateur des indolents.
Réjouis-toi, qui tiras les multitudes de l'erreur, * réjouis-toi, dont les miracles coulent à flots, * réjouis-toi, qui de tout pauvre eus le souci, * réjouis-toi, notre protecteur et défenseur.
Réjouis-toi, Père Théodose.

Synaxaire
Le 11 Janvier, mémoire de notre vénérable Père Théodose le Cénobiarque.
De la vie sort Théodose le Cénobiarque,
ce vénérable guide de la vie commune:
les Moines en commun pleurent cette infortune.
Le onze, au vrai bercail le bon Pasteur le parque.
Par ses saintes prières, ô notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen.


Ode 7
« Sur l'ordre impie d'un injuste tyran * la flamme s'éleva très haut, * mais le Christ a répandu sur les Jeunes Gens * la rosée de l'Esprit saint: à lui bénédiction et haute gloire! »

Seigneur, en ton baptême tu as uni * le flot brûlant le péché * et la flamme couvrant le genre humain de rosée; * Verbe de Dieu, suprêmement exalté, * à toi bénédiction et haute gloire!

A celui qui fit une fournaise du Jourdain * te sacrifiant toi-même, Vénérable, comme encens * et recevant la flamme des cieux, * signe infaillible de la divine volonté, * tu fondas pour les âmes l'enceinte du salut.

Sous ton habile commandement * l'héritage de Moïse, vénérable Père, dut céder * devant la grâce manifestée; * et, terrassant les ennemis invisibles, * ton peuple hérita la cité céleste.

Théodose, qui t'édifias toi-même * en demeure de celui qui engloutit les fautes dans les eaux, * tu as construit un temple agréable à Dieu, * ordonnant qu'en plusieurs langues y fût chantée * une louange continue.

Imitant le courage des Jeunes Gens * tu méprisas la menace du tyran soufflant le feu * et tu dirigeas sagement l'Eglise du Christ, * pour laquelle celui-ci a bien voulu * se laisser voir crucifié en la chair.

Toi seule, demeurant vierge, tu montras * la conception immaculée, l'incorruptible enfantement, * car tu as conçu le Dieu suprême * qui s'est fait homme pour la rédemption * et le salut des croyants.

« Les nobles Jeunes Gens se promenant * dans la fournaise de feu * restèrent sains et saufs sous un souffle de fraîcheur, * protégés par l'Ange descendu; * au milieu des flammes couverts de rosée, * dans l'action de grâce ils se mirent à chanter: * Seigneur qui plus que tous es digne de nos chants, * tu es béni, Dieu de nos Pères. »


Ode 8
« Jadis à Babylone la fournaise ardente a divisé la force de son action * et selon le décret divin * elle consuma les Chaldéens, * mais répandit sa rosée sur les fidèles qui chantaient: * Toutes les œuvres du Seigneur, bénissez le Seigneur. »

Jadis à Babylone la fournaise préfigura les ondes du Jourdain * brûlant les ennemis * par le Baptême divin, * mais couvrant de rosée les fidèles chantant: * Toutes les œuvres du Seigneur, bénissez le Seigneur.

Avant ton départ ayant pris congé des passions corporelles, * Théodose, pour le tirer des eaux * dans le puits où il était tombé * tu apparais au jeune homme s'écriant: * Toutes les œuvres du Seigneur, bénissez le Seigneur.

Sur un ordre divin du Christ baptisé dans le Jourdain * la bénédiction de tes mains * pour la terre aride est devenue * eau fertile et chaleur du soleil, * car une graine a produit abondance de blé sans culture.

Ayant pénétré dans la nuée spirituelle de la divine clarté, * bienheureux Théodose, tu en rapportas * les tables gravées en ton cœur par le doigt de Dieu * pour donner à tes disciples ta doctrine de piété * comme livre de vie.

La femme touchant ton vêtement pour imiter * l'inébranlable foi de l'Hémorroïsse d'autrefois * dissipa son mal comme ténèbre à ta clarté, * bienheureux Père, car tu étais un instrument de choix * pour le Christ qui se manifeste au Jourdain.

Le Dieu fait homme a demeuré en ton sein * sans être séparé de son Père dans les cieux; * sans semence, ô Vierge, tu l'as conçu, * ineffablement, ô Mère, tu l'as enfanté; * tu es vraiment le salut pour nous tous.

« Mystère inouï que la rosée * jaillissant à Babylone dans le feu! * Mais les flots du Jourdain à leur tour * devaient accueillir le feu de la divinité * et couvrir le Créateur baptisé dans sa chair, * que les peuples bénissent et exaltent dans tous les siècles. »


Ode 9
« Le Fils du Père sans commencement, notre Seigneur et notre Dieu, * ayant pris chair de la Vierge, * nous est apparu * pour illuminer les ténèbres * et rassembler ce qui était dispersé: * ô Mère de Dieu toute digne de louange, nous te magnifions. »

Théodose, tu prêchas la foi des conciles sacro-saints * en nombre égal aux Evangiles du Christ; * prêt à verser ton sang avec le zèle d'un martyr, * tu t'es montré un Témoin * non sanglant de la foi.

Justement la justice condamna l'injuste roi * en l'exilant de la terre * où tu passais en étranger * et pour le blasphème de ses lèvres * chassa cette âme impie * et priva de vie l'ennemi de la vie.

Nous souvenant de tes enseignements, * c'est en deux natures que nous prêchons le Christ, * sachant qu'il y a deux volontés, * selon les natures, et deux énergies * et qu'elles sont autonomes dans ce Dieu * qui fut baptisé selon la chair.

Don excellent venu du Père des lumières * selon ton nom, tu t'es montré * le médecin des âmes et des corps, * nourrissant en abondance et abreuvant tous ceux * qui éprouvaient la faim et la soif, * vêtant qui était nu et relevant les déchus.

Sans cesse porte tes regards vers ton troupeau, * vénérable Père, et souviens-toi * de ta promesse envers nous: * nous avons fixé sur elle * l'ancre de notre espérance comme au plus solide roc, * nous qui t'avons pour médiateur auprès du Christ.

Comme l'aurore tu t'es trouvée au point du jour, * en la nuit de cette vie, * resplendissante de virginal éclat * pour nous montrer à son lever * le Soleil de justice spirituel, * très auguste Mère de Dieu.

« Toute langue hésitera * à prononcer l'éloge digne de toi * et l'esprit le plus subtil éprouve le vertige * à te chanter, Mère de Dieu; * mais dans ta bonté reçois l'hommage de notre foi * et l'élan de notre amour qui monte vers toi; * car tu es la protectrice du peuple chrétien: * nous te magnifions. »


Exapostilaire (t. 3)
Ayant purifié ton esprit du trouble des passions, * vénérable Père, tu as reçu clairement * les divines splendeurs de la divinité * dépassant toute lumière par sa triple clarté, * bienheureux Théodose, toi le joyau des Moines saints; * Père théophore, désormais ne cesse pas d'intercéder pour nous.

Merveilles que tes œuvres, Sauveur tout-puissant! * Toi le Dieu d'avant les siècles, tu es descendu dans le sein virginal, * ô Maître, et t'es fait chair sans changement, * puis dans les eaux du Jourdain purifias * la nature humaine de la faute dont les âmes étaient souillées.


Laudes, t. 5
De toi-même ayant fait la demeure des saintes vertus, * Théodose, tu fus digne de visiter et d'habiter * le divin temple de la Mère de ce Dieu * dont tu aimas contempler la splendeur; * et maintenant tu vois la magnificence et l’ineffable beauté * de la demeure véritable qu’a fondée le Très-Haut; * c'est là qu'il établit ceux qui regardent vers lui de tout cœur. * Vénérable Père, supplie-le * d'accorder à nos âmes la grâce du salut.

Purifié par les peines de l'ascèse, Bienheureux, * tu devins l'imitateur de ton Maître; * ainsi tu guéris de sa douleur * celle qui toucha la frange de ton habit; * tu as nourri au désert * ceux que la famine éprouvait, * leur procurant les ressources du trésor épuisable, * car toi-même tu étais un don de Dieu, selon ton nom. * Et tu prêchas la foi orthodoxe, Père saint, * tenant pour rien la fureur du tyran. * Vénérable Père, supplie le Christ * d'accorder à nos âmes la grâce du salut.

Pour Dieu ayant allumé la flamme d'un amour * durable, chaleureux et fervent, * tu as reçu du ciel en retour * le feu te révélant la divine volonté: * construire un temple très-saint, * une école de vertu, où les âmes puissent méditer; * tu l'entrepris avec foi et l'achevas; * et c'est là, Bienheureux, * que repose ton corps de lutteur aux multiples combats, * relique recevant de grands honneurs. * Vénérable Père, supplie le Christ * d'accorder à nos âmes la grâce du salut.

Théodose, vers le tabernacle merveilleux, * vers la maison de Dieu, tu es allé, * ton âme comblée d'allégresse et de joie, * là où résonnent les cris de fête, Bienheureux, * dans le concert de la douce et joyeuse célébration, * pour prendre part à l'ineffable liesse, aux festins délicieux, * l'unique objet de ton désir, pour lequel * tu mortifias la chair; et désormais * tu l'as trouvé, toi aussi, dans la splendeur * de la divine sainteté. * Vénérable Père, supplie le Christ * d'accorder à nos âmes la grâce du salut.

Gloire au Père, t. 2
L'échelle des vertus, * le modèle montré à ceux de la terre mystiquement, * comme joyau des Ascètes acclamons-le; * car il vécut dans l'ascèse vraiment * comme Antoine le Grand, * faisant preuve d'une immense humilité; * ayant conduit son peuple en pasteur, * il le fit entrer dans la sainte bergerie, * là où se trouve le chœur des Saints. * Disons-lui donc avec ardeur: * A présent aussi n'oublie pas, * bienheureux Théodose, ton troupeau, * mais auprès du Seigneur, nous t'en prions, * intercède et sauve-nous.

Maintenant ...
Le Christ en ce jour * vient se faire baptiser au Jourdain; * en ce jour le Précurseur * touche la tête du Seigneur; * les Puissances des cieux sont dans l'effroi * à la vue du mystère étonnant; * la mer prend la fuite à cette vue, * le Jourdain remonte son cours * et nous, les baptisés, nous crions: * Gloire à Dieu qui s'est montré * et sur terre est apparu * pour illuminer le monde entier.

Grande Doxologie. Tropaires du Saint et de la fête. Litanies et Congé.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

12 janvier

Message par Monique » mar. 08 janv. 2008 12:08

12 JANVIER

Mémoire de la sainte martyre Tatienne.


VEPRES

Lucernaire, t. 2

Fidèles, à présent * chantons d'un esprit purifié * une hymne d'après-fête pour le Baptême du Christ; * car en sa chair il est venu au Jourdain, * celui qui est uni en tout temps par nature divine * au Père et à l'Esprit; * il interpelle Jean et lui dit: * Baptiste, viens ici, baptise-moi, * car je désire effacer * ce qui souille la nature des humains, * dans mon amour pour les hommes.

Tous les Anges dans le ciel * te servent en Roi divin, * ô Christ, avec tremblement; * les Chérubins n'osent pas * lever vers toi leurs regards, * et tu m'ordonnes, Seigneur, * de toucher ton divin chef: * moi, le chaume, lui dit Jean, * je suis saisi de frayeur, * craignant que ne me brûle le feu * de ta redoutable divinité.

De la Vierge ayant pris chair, * je suis venu dans les flots du Jourdain * recréer la nature d'Adam, * répondit au Baptiste le divin Rédempteur; * approche de moi comme du Christ, * par nature je le suis en effet; * Jean, baptise-moi dans la chair, * pour que je puisse écraser * ici-même les têtes des dragons, * moi qui enlève tout péché * de ce monde, en Seigneur votre Dieu.

*

Lorsqu'illuminée richement * par la clarté de l'Esprit, * tu méprisas la fortune pour n'aimer * que la seule richesse des cieux, * tu revêtis la fermeté des Martyrs * et marchas vers les cruels tourments; * aussi tu renversas l'ennemi * et tressas la couronne de victoire pour ton front, * Tatienne, bienheureuse auprès de Dieu maintenant.

Lorsque, vierge pure, tu éteignis * les passions de la chair * et la flamme du péché * sous la rosée de l'Esprit saint * qui agissait divinement dans ton âme, * alors tu fermas la gueule des lions * au milieu du stade où tu livras * courageusement ton corps aux tourments; * aussi, tu renversas l'ennemi * et tressas la couronne de victoire pour ton front, * Tatienne, bienheureuse auprès de Dieu maintenant.

Ni le glaive ni le feu * ni les tourments, l'affliction, * ni la faim ni toutes sortes de châtiments * n'affaiblirent ton amour pour le Seigneur; * car le recherchant en ton cœur de flamme * tu méprisas toutes les choses visibles en même temps, * sainte Martyre, pour demeurer * dans la chambre nuptiale de Dieu, * comme épouse du Roi de l'univers.

Gloire au Père ... Maintenant, t. 5
Te voyant dépouillé dans les eaux * et demander le baptême, Créateur, * le genre humain fut saisi de crainte et de stupeur. * Le Précurseur fut pris lui-même de tremblement, * n'osant point s'approcher de toi; * la mer prit la fuite, le Jourdain ramena son cours en amont; * les montagnes sursautèrent à ta vue, * les Puissances angéliques s'extasièrent en disant: * Merveille! le Sauveur s'est dépouillé, * car il désire vêtir l'humanité * du vêtement de salut dans la nouvelle création.


Apostiches, t. 6
Avec le Prophète maintenant * crions au Seigneur: * Tu t'es manifesté, Sauveur et Créateur; * par amour pour nous dans le Jourdain, * Verbe, tu as broyé la tête des dragons * pour illuminer de ta clarté, * ô Christ, ceux qui étaient aveuglés. * Bénie soit ton épiphanie, notre Dieu, gloire à toi.

La mer, à cette vue, s'enfuit,
Le Jourdain retourne en arrière.


Par ton Baptême, ô Verbe, tu nous as donné * la force contre l'ennemi, * à nous qui vénérons de tout cœur * ton œuvre de salut librement accomplie * pour délivrer les mortels * de la malédiction transmise depuis l'Eden; * c'est pourquoi nous chantons: * Bénie soit ton épiphanie, notre Dieu, gloire à toi.

Qu'as-tu, mer, à t'enfuir,
et toi, Jourdain, à retourner en arrière?


Nous qui par notre faute jadis * avions revêtu en Adam * les tuniques de peau, * les ayant quittées en ce jour * dans les flots du Jourdain * par le Baptême du Seigneur, * nous le glorifions avec les Anges et lui chantons: * Bénie soit ton épiphanie, notre Dieu, gloire à toi.

Gloire au Père ... Maintenant ...
Fidèles, chantons * les grands bienfaits de Dieu envers nous: * à cause de notre faute, en effet, * il s'est fait homme pour accomplir * notre purification dans le Jourdain, * lui le seul pur, le seul immaculé, * me sanctifiant ainsi que les eaux * et broyant la tête des dragons * qui se cachaient dans les ondes. * Frères, avec allégresse puisons donc de cette eau, * car la grâce de l'Esprit * est invisiblement donnée aux fidèles y puisant * par le Sauveur de nos âmes, le Christ notre Dieu.


Tropaire, t. 1
Dans le Jourdain lorsque, Seigneur, tu fus baptisé, * à l'univers fut révélée la sainte Trinité; * en ta faveur se fit entendre la voix du Père * te désignant comme son Fils bien-aimé; * et l'Esprit sous forme de colombe * confirma la vérité du témoignage. * Christ notre Dieu qui t'es manifesté, * illuminateur du monde, gloire à toi.



MATINES

Cathisme I, t. 4
Jourdain, qu'as-tu vu pour t'effrayer ainsi? * - J'ai vu, dit-il, l'Invisible sans vêtement et j'ai tremblé; * et comment ne pas frémir et disparaître devant lui? * A sa vue les Anges eux-mêmes ont frémi; * le ciel fut saisi de stupeur et la terre a tremblé; * la mer s'est retirée, et de même a fait tout ce qu'on voit ou ne voit pas. * Le Christ se manifeste au Jourdain pour sanctifier les eaux.

Cathisme II, t. 8
L'illuminateur du monde, le Christ, est baptisé, * d'en haut le Père rend témoignage en disant: * Celui-ci est mon Fils en qui j'ai mis ma complaisance, écoutez-le; * c'est celui qui par amour illumine l'univers, * celui qui, baptisé, sauve en Dieu le genre humain.


Canon I de la fête ; puis le canon de la Sainte.

Ode 1, t. 2
« Venez, tous les peuples, chantons pour notre Dieu, * le Christ qui divisa la mer * pour le peuple qu'il soustrait * à la servitude des Egyptiens, * car il s'est couvert de gloire. »

Parée de la splendeur joyeuse des Martyrs, * tu t'es présentée devant ton pur Epoux, * sainte Martyre, et désormais * tu lui demandes la rédemption de leurs péchés funestes * pour les chantres de ton nom.

Martyre, tu dédaignas parfaitement * les trésors corruptibles, * car tu recherchais de tout cœur * ceux qui demeurent incorruptibles dans les cieux * et tu pénétras joyeusement sur le stade des martyrs.

Au-devant des supplices, des tourments * et des châtiments les plus variés, * tu marchas impavide; * car, pour t'aider et te donner la force, * tu avais la grâce du Sauveur.

Ô Vierge qui as enfanté * l'impassible divinité, * guéris mon âme blessée par les passions, * arrache-moi au feu éternel, * toi qui possèdes pleinement la grâce de Dieu.


Ode 3
« Tu m'as affermi sur la pierre de la foi, * tu m'as fait triompher devant mes ennemis, * et mon esprit exulte de joie en chantant: * Nul n'est saint comme toi, ô notre Dieu, * nul n'est juste comme toi, Seigneur. »

La houle des supplices déferlant * n'a pas ébranlé la tour de ton cœur, * illustre Martyre, car elle était affermie sur ce roc * qu'est l'amour du Christ, pour lequel tu chantais: * Nul n'est saint comme toi, Seigneur.

Celui qui assuma la faiblesse des humains * donna les ailes de sa puissance à ta fragilité; * alors tu terrassas le dragon impuissant, * sainte Martyre, et t'écrias fidèlement: * Nul n'est saint comme toi, Seigneur.

Bienheureuse, par les flots de ton sang * tu asséchas les torrents de l'impiété; * du fleuve de délices tu jouis maintenant * et dans la clarté sans soir où tu demeures, tu t'écries: * Nul n'est saint comme toi, Seigneur.

Ineffables ta conception et ton enfantement: * par la parole, ô Vierge inépousée, * tu enfantas le Verbe ayant créé les siècles, puis délivré * les confins du monde de l'absence-de-raison; * prie-le sans cesse de nous sauver.


Cathisme, t. 1
Suivant les traces de celui que tu aimais, * vénérable Tatienne, tu imitas de tout cœur * sa mort et sa Passion immaculée; * c'est pourquoi tu méritas d'entrer dans la chambre nuptiale des cieux * auréolée d'une couronne qui ne sera jamais flétrie * et de gloire immortelle.
La grande pluie vient au cours du Jourdain * pour recevoir le baptême dans la chair, * mais aussitôt le divin Précurseur lui demande étonné: * Comment te baptiser, toi le seul sans péché * et comment vais-je étendre la main * sur la tête qui fait trembler de crainte l'univers?


Ode 4
« Je te chante, Seigneur, car j'ai ouï ta voix * et suis rempli d'effroi, * car tu es venu jusqu'à moi, * vers la brebis perdue que tu cherchais, * et c'est pourquoi je glorifie * ta condescendance envers moi. »

Tatienne, possédant déjà * la beauté de l'âme * grâce à l'harmonie de la piété * et par la lumière du martyre plus encor * merveilleusement illuminée, * fut conduite à la demeure de l'Epoux.

Les Anges du ciel envoyés par Dieu * pour te secourir * frappèrent d'aveuglement * les impies qui t'arrachaient * les yeux avec des crocs de fer * et ta fermeté les remplit d'admiration.

Tu confessas loyalement le Christ * et triomphas des impies * qui violaient la loi; * tu lui fus offerte en sacrifice immaculé, * en victime agréable et parfaite, toi qui lui criais: Sauveur, * c'est par amour pour toi que je suis immolée.

Secoué que je suis par la fureur des flots * et par le tumulte du péché, * cruellement battu par les vents, * ces esprits mauvais qui me remplissent d'affliction, * dirige-moi vers le havre de sérénité, * toute-sainte Epouse de Dieu.


Ode 5
« Lumière de qui se trouve en la ténèbre, * ô Christ Sauveur, salut des sans-espoir, * devant toi je veille, Prince de la paix: * illumine-moi de tes rayons; * je ne connais point d'autre Dieu que toi. »

Ayant reçu dans le sein de la conscience la crainte de Dieu, * tu enfantas noblement * l'esprit du témoignage, de la confession de foi et du salut; * combattant avec une admirable fermeté, * tu l'emportas sur les puissances ennemies.

Imitant ta sainte et bienheureuse Passion, * celle qui t'a rejoint dans l'impassible condition * souffre avec zèle dans ses membres déchirés * et te chante, ô Christ, source de vie: * Je ne connais point d'autre Dieu que toi.

Tu resplendis de rayons lumineux, * réjouie par la splendeur de l'Esprit saint * et tu éclaires les cœurs des fidèles, * dissipant les ténèbres du péché, * vénérable Martyre ayant lutté pour le Christ.

Nuée lumineuse du Soleil, éclaire-moi, * dissipant l'obscurité de mes péchés; * j'enfonce dans la fange, donne-moi la main, * relève-moi de terre où me voilà gisant, * toi qui redresses la déchéance d'Adam.


Ode 6
« Encerclé par l'abîme de mes péchés, * j'invoque l'abîme insondable * de ta compassion: * de la fosse, mon Dieu, relève-moi. »

Sachant que tu fus étendu sur le bois, * la sainte Martyre supporte le gibet * et les déchirements du corps * par amour pour toi, Dieu tout-puissant.

Les fauves les plus sauvages t'ont respectée * lorsqu'au milieu du stade tu luttais avec courage * comme Thècle la protomartyre jadis, * dont tu acquis le zèle, toi que chantent nos voix.

Des Anges célestes au milieu de ta prison * te baignèrent de clarté, * te soulageant de tes douleurs * et te glorifiant comme agnelle de Dieu.
Il t'a choisie entre toutes les générations, * Beauté de Jacob aimée du Créateur; * Vierge sainte, il nous est apparu * comme un astre au sortir de ton sein.


Kondakion, t. 4
En ce jour de l'Epiphanie * l'univers a vu ta gloire; * car, Seigneur, tu t'es manifesté * et ta lumière resplendit sur nous; * c'est pourquoi en pleine connaissance nous te chantons: * Tu es venu et t'es manifesté, * Lumière inaccessible.

Ikos
Pourquoi es-tu venu dans les flots? * quelle iniquité veux-tu laver, * toi qui en dehors de tout péché * fus conçu et enfanté? * Tu viens à moi, mais le ciel et la terre me guettent pour voir * si je vais agir avec témérité; * tu me dis: Baptise-moi, * mais d'en haut les Anges m'épient * pour me dire en ce cas: * Connais-toi toi-même! Jusqu'où iras-tu? * Comme dit Moïse, désigne quelqu'un d'autre, Sauveur, * pour ce que tu exiges de moi, * car cela me dépasse, et j'ai peur. * Je t'en prie! Comment pourrai-je te baptiser, * Lumière inaccessible?

Synaxaire
Le 12 Janvier, mémoire de la sainte martyre Tatienne.
Le glaive a procuré la brillante couronne
à Tatienne qu'un nimbe de gloire environne.
Le douze, en épi mûr, Tatienne, on te moissonne.
Par ses saintes prières, ô notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen.


Ode 7
« Sur l'ordre impie d'un injuste tyran * la flamme s'éleva très haut, mais le Christ a répandu sur les Jeunes Gens * la rosée de l'Esprit saint: * à lui bénédiction et haute gloire! »

Invincible, tu souffris les coutelas * et supportas l'ablation de tes mamelles vaillamment, * mais au feu céleste tu brûlas * ceux qui ne voulaient pas servir le Dieu * que glorifie par des hymnes l'entière création.

En son cœur portant le feu divin de ton amour, * ta martyre, ô Christ, ne craignit pas le feu, * puisqu'il te servait lui aussi, * mais reproduisit la vaillance et la fermeté * des Jeunes Gens de jadis.

Les fauves les plus sauvages se soumirent à toi * et sans dommage tu effleuras * la gueule ouverte des lions, * Dieu te glorifiant, toi qui l'as glorifié * en complétant ses souffrances dans ta chair.

Vierge pure ayant enfanté la Vie personnifiée * qui par sa mort a clairement détruit la mort, * mortifie les passions charnelles * en nous fidèles qui te vénérons * comme la divine Mère hautement glorifiée.


Ode 8
« Le Dieu qui dans la fournaise descendit * pour venir en aide * aux enfants du peuple hébreu * et changer la flamme en une fraîche rosée, * toutes ses œuvres, chantez-le comme Seigneur, * exaltez-le dans tous les siècles. »

Tu ajoutas à la splendeur de tes vertus * celle du témoignage * pour te conformer à cet Epoux * qui surpasse tout mortel par sa beauté, * Tatienne, dans l'éclat de l'immortalité * dont tu rayonnais divinement.

Avec les Serviteurs incorporels * tu glorifiais le Créateur dans ta prison, * éclairée par la gloire * de la divine illumination * et demeurant inaccessible à ceux que retenaient * les ténèbres de l'erreur.

L'écrasement de tes membres réduisit à rien * les machinations de l'ennemi; * le sang que tu versas a desséché * les noirs torrents de l'impiété, * vénérable Martyre qui te révélas pour nous * un océan de miracles.

Sauve-nous et prends nous en compassion, * toi qui enfantas ineffablement * pour nous sauver le Dieu compatissant, * pure Vierge Mère, en supprimant * nos passions brûlantes et nos pensées fiévreuses * par ta divine intercession.


Ode 9
« Le Dieu et Verbe en sa sagesse inégalée * est venu du ciel * renouveler Adam déchu * pour avoir mangé le fruit de perdition; * d'une Vierge sainte il a pris chair pour nous; * et nous fidèles, à l'unisson * dans nos hymnes nous le magnifions. »

Après de nombreux tourments, * le juge cruel * te condamna à la décollation; * et, tandis que tu montais, * les armées célestes applaudissaient; * et, pour avoir lutté selon les règles, le Christ * de sa puissante main te couronna.

Aux lumineuses troupes des Martyrs * te voilà réunie; * et, toute proche de Dieu, * tu vois ce que voient les Anges; * comme vierge tu demeures désormais * dans la chambre nuptiale de ton Epoux, * le priant de sauver ceux qui te chantent avec amour.

Tatienne, nous le proclamons, * tu es la source scellée, * le jardin clos, * l'offrande sainte et sacrée, * l'épouse incorruptible du Christ, * la victime, le sacrifice et la brebis, * la splendide colombe du Maître universel.

Toi qui te laisses fléchir par les supplications * de qui t'appelle avec ferveur, * seul refuge des croyants, * notre Dame, sauve et prends en compassion, * garde du malheur et des invasions * les fidèles qui par amour * sans cesse te magnifient.

Par amour pour le Christ tu enduras les tourments, * Tatienne, dans la vaillance de ton cœur, * et courageusement tu détruisis la force des démons; * en chœur nous les fidèles te disons bienheureuse.

Dans les flots du Jourdain le Sauveur est apparu, * plein de grâce et de vérité, * illuminant ceux qui dormaient dans les ténèbres et dans l'ombre de la mort, * car elle est venue, elle est apparue, * la Lumière et l'inaccessible Clarté.


Apostiches, t. 6
Reflet de la Lumière et toi-même Lumière, Jésus, * de ton ineffable rayonnement * tu nous as tous illuminés, * nous qui fûmes aveuglés par le serpent dans l'Eden; * et maintenant qu'au Jourdain nous avons vu la lumière à ta clarté, nous chantons avec foi: * Bénie soit ton épiphanie, notre Dieu, gloire à toi.

La mer, à cette vue, s'enfuit,
le Jourdain retourne en arrière.


Dispensateur des redoutables mystères auxquels tu fus initié, * Précurseur de la Joie et témoin de l'Esprit, * demande au Verbe qui, selon sa volonté, * a daigné se faire baptiser par toi * d'accorder en tout temps la rédemption * à ceux qui chantent pour lui: * Bénie soit ton épiphanie, notre Dieu, gloire à toi.

Qu'as-tu, mer, à t'enfuir,
et toi, Jourdain, à retourner en arrière?


Fidèles, avec sagesse élevons nos cœurs; * empressons-nous vers les flots du Jourdain * afin de voir le Créateur * baptisé en sa chair * par Jean le Précurseur * et, le glorifiant avec lui, nous chanterons: * Bénie soit ton épiphanie, notre Dieu, gloire à toi.

Gloire au Père ... Maintenant ...
Elle dépasse l'entendement, * l'œuvre divine du salut! * Comment le Créateur incline la tête devant l'œuvre de ses mains? * Il nous donne en exemple un modèle d'humilité * pour nos âmes illuminées. * C'est pourquoi nous chantons: * Bénie soit ton épiphanie, notre Dieu, gloire à toi.

Le reste de l'office de Matines comme d'habitude, et le Congé.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

13 janvier

Message par Monique » mar. 08 janv. 2008 14:15

13 JANVIER

Mémoire des saints martyrs Hermyle et Stratonique.

Ce même jour on chante l'office des saints Pères massacrés au Sinaï et Raïthou, à cause de la clôture des saintes Théophanies le 14.


VEPRES

Lucernaire, t. 4

Hermyle le glorieux * et Stratonique le sage-en-Dieu, * ces martyrs admirables, tous les deux, * ayant confessé la Triade incréée, * renversèrent l'erreur des multiples dieux * après maints tourments et châtiments * et, couronnés du diadème des vainqueurs, * ils intercèdent pour que soient données au monde la paix et la grâce du salut.

Hermyle, diacre par choix de l'Esprit saint * et du Verbe devenu le Témoin, * en colorant sous les flots de ton sang * ton ornement diaconal, * tu le rendis plus sacré et plus lumineux; * et désormais tu es passé * dans le royaume spirituel * en chaleureux intercesseur pour qui vénère ton nom.

Ayant supporté d'être tailladés, * sur l'ordre de qui vous jugeait, * vous fûtes jetés dans une manne; * ayant reçu, tous les deux, * noyés dans les eaux, bienheureuse fin, * vous avez habilement étouffé * l'industrieux ennemi; * et dans l'allégresse vous parcourez * désormais le royaume des cieux, * où vous priez pour nous tous, * généreux Athlètes du Christ.

t. 8
Pères saints, vous avez mené grand combat, * supportant l'invasion des barbares noblement * et rendant vos âmes sous le glaive de bon gré; * vous avez ceint la couronne des Martyrs, * vous êtes dignes d'habiter avec les Anges. * Grande fut votre patience, plus grands encor sont vos dons. * Intercédez auprès du Christ * pour qu'il sauve nos âmes.

Vénérables, vous avez lutté pour le Christ; * sans tenir compte de cette vie qui ne dure qu'un temps, * vous avez noblement dompté le souci de la chair; * ayant reçu du glaive votre fin dans le Christ, * vous êtes dignes d'habiter avec les Anges; * aussi nous vénérons votre mémoire et vous prions: * intercédez auprès du Christ * pour qu'il sauve nos âmes.

Pères saints, ayant vécu dans le bien * et noblement imité les combats des Martyrs, * vous avez reçu selon les règles les récompenses du ciel. * Au mépris du glaive, en effet, * comme eux vous avez supporté les tourments * pour ceindre avec eux la couronne des combats. * Intercédez auprès du Christ * pour qu'il sauve nos âmes.

Gloire au Père, t. 8
Pères saints qui méditiez jour et nuit * sur la loi du Seigneur, * vous avez mérité d'être plantés près de l'arbre de vie; * et le fruit de vos peines a fait fleurir * vos couronnes de martyrs. * Grâce au crédit que vous avez auprès du Maître des combats, * pour nous aussi demandez-lui * le pardon et la grâce du salut.

Maintenant ...
En ce jour est illuminée la création, * en ce jour l'univers se réjouit * sur la terre comme au ciel; * les Anges se mêlent aux humains, * car la présence du Roi * amène aussi l'escorte de son armée. * Accourons donc vers le Jourdain, * voyons comment le Précurseur * baptise le chef non-fait-de-main-d'homme du Seigneur sans péché. * Avec l'Apôtre chantons d'un même chœur: * La grâce de Dieu s'est manifestée à nos yeux, * pour tous les hommes elle est la source du salut, * elle apporte aux fidèles la lumière et la vie.


Apostiches, t. 2
Le Reflet paternel * de la divine gloire s'est montré * dans les flots du Jourdain; * par le Baptême il purifie * la souillure de nos âmes.

La mer, à cette vue, s'enfuit,
le Jourdain retourne en arrière.


Accueille en serviteur, * Prophète saint Jean, * le Rédempteur de l'univers * et baptise le Créateur * pour que les mortels puissent naître à nouveau.

Qu'as-tu, mer, à t'enfuir,
et toi, Jourdain, à retourner en arrière?


Voici qu'au Jourdain * est venue l'illumination * et s'est montrée la rédemption; * venez, tous ensemble purifions-nous * et chantons l'Ami des hommes, Jésus.

Gloire au Père, t. 8
Ayant mené dans les peines de l'ascèse la vie angélique, * Pères vénérables, et réduit en servitude le corps, * par la tempérance vous l'avez soumis à l'esprit; * en observant les commandements du Seigneur, * vous avez conservé l'image en sa première beauté * et vous êtes passés des efforts de l'ascèse au combat des martyrs; * ayant reçu double couronne pour ornement, * sans cesse priez le Sauveur pour notre salut.

Maintenant ...
Les chœurs des Anges étaient frappés d'étonnement * lorsqu'ils te virent, Sauveur, en ce jour * dépouillé dans les eaux du Jourdain * et, inclinant ton chef immaculé, * recevoir le baptême de Jean; * mais par un effet de ta pauvreté volontaire * le monde fut enrichi. Seigneur, gloire à toi.


Tropaires, t. 4
Tes Martyrs, Seigneur, pour le combat qu'ils ont mené * ont reçu de toi, notre Dieu, la couronne d'immortalité; * animés de ta force, ils ont terrassé les tyrans * et réduit à l'impuissance l'audace des démons; * par leurs prières sauve nos âmes, ô Christ notre Dieu.
Dieu de nos Pères, * dont la clémence agit toujours envers nous, * n'éloigne pas de nous ta miséricorde, * mais par leurs supplications * gouverne notre vie dans la paix.

t. 1
Dans le Jourdain lorsque, Seigneur, tu fus baptisé, * à l'univers fut révélée la sainte Trinité; * en ta faveur se fit entendre la voix du Père * te désignant comme son Fils bien-aimé; * et l'Esprit sous forme de colombe * confirma la vérité du témoignage. * Christ notre Dieu qui t'es manifesté, * illuminateur du monde, gloire à toi.


MATINES

Cathisme I, t. 3
En ce jour le Maître est venu dans les eaux du Jourdain * se faire baptiser par le divin Précurseur; * d'en haut le Père a témoigné: * Celui-ci est mon Fils bien-aimé; * et l'Esprit est apparu, sous l'étrange aspect d'une colombe, sur lui.

Cathisme II, t. 4
Ayant peuplé le désert dans la piété envers Dieu * et par la tempérance dévasté les passions, * Pères théophores, vous avez produit comme un palmier * le régime nourrissant l'âme des vertus, * apportant aux hommes une douceur qui surpasse le miel; * c'est pourquoi nous magnifions * dans la foi votre mémoire sacrée.

Tu sanctifias les flots du Jourdain * et brisas la force du péché, ô Christ notre Dieu; * tu t'inclinas sous la main du Précurseur * et sauvas de l'erreur le genre humain; * c'est pourquoi nous t'en prions: sauve ce monde qui est tien.


Canon II de la fête; puis le canon des Martyrs (t. 8), avec l'acrostiche: Je célèbre, Sauveur, l'éclat de tes Martyrs. Joseph; et celui des Pères (t. 4), avec l'acrostiche: Célébrer les combats des Pères est pour moi grande gloire. Joseph.

Ode 1, t. 8
« Tous les peuples, chantons pour le Seigneur, * qui engloutit dans la mer Rouge le Pharaon, * une hymne de victoire, * car il s'est couvert de gloire. »

Au firmament de l'Eglise * vous êtes apparus, précieux Martyrs, * comme des astres lumineux * nous éclairant de divine splendeur.
Saints Martyrs, vous avez lui * comme braises enflammées par le feu de l'Esprit * et sous les flots de votre sang * vous avez éteint le brasier des faux-dieux.

Baignés par les ondes du Christ * qui dans les flots du Jourdain * engloutit notre impiété, * vous avez asséché le torrent des sans-Dieu.
Arrête le flot de mes péchés, * toi qui mis fin à la corruption de la mort * par ton enfantement, et donne-moi la componction, * toute. pure Génitrice de Dieu.

t. 4
« Lorsqu'il eut franchi à pied sec * l'abîme de la mer Rouge, * l'antique Israël mit en fuite * au désert la puissance d'Amalec * grâce aux mains de Moïse étendues en forme de croix. »

Par l'ascèse déjà rendus lumineux, * vous vous êtes montrés divins, * bienheureux Pères, lorsque vous avez versé votre sang; * c'est pourquoi vous vous réjouissez * avec les Ascètes du Christ et les Martyrs.

Vous aviez d'abord englouti, * sages Pères, dans l'océan de vos pleurs * le Pharaon spirituel, * puis sous les flots de votre sang l'avez anéanti * et dans les ténèbres l'avez rejeté.

Le Seigneur, la source de clarté, * qui éclaire votre martyre, serviteurs du Christ, * de l'éclat de la patience, avait illuminé * votre ascèse au point de la faire devenir * plus brillante que les rayons du soleil.

Ce ne fut pas l'affliction * ni l'intensité des peines endurées * ni l'éloignement des préoccupations mondaines * ni la sauvage incursion des barbares qui a pu * vous faire perdre l'espérance des biens supérieurs.

Le Seigneur que par nature nul espace ne contient * a trouvé place, notre Dame, dans ton sein * lorsqu'en la tendresse de son cœur * il s'est fait homme pour sauver * par amour ineffable les mortels.


Ode 3, t. 8
« Plante ta crainte, Seigneur, * dans les cœurs de tes serviteurs * et sois un ferme rempart * pour tous ceux qui t'invoquent en vérité. »

Abhorrant l'instabilité de ce qui passe, * vous désiriez la jouissance des biens à venir, * nobles soldats du Seigneur Roi de tous.

Vous avez résisté vaillamment * à l'impie vous ordonnant de renoncer à la foi * et du ciel vous avez reçu la couronne des vainqueurs.

Vous avez renversé les idoles de l'erreur, * infaillibles Témoins du Christ, et vous êtes érigés * en temple et en stèles de la connaissance de Dieu.

L'épée jadis tournée contre moi, * Vierge pure, me laisse entrer maintenant * par respect pour la lance qui transperça, ô Mère, ton Fils.

t. 4
« Ce n'est pas en la sagesse que nous nous glorifions * ni dans la puissance ou les trésors, * mais dans la Sagesse du Père hypostasiée, * car il n'est d'autre Saint que toi, Jésus Christ. »

D'un cœur contrit ayant servi le Seigneur, * vous avez écrasé l'orgueil de l'ennemi, * bienheureux Pères massacrés * par le glaive et mis à mort.

Ayant en vue ce qui demeure éternellement, * vous avez repoussé la vileté * de ce qui est instable et fluctuant; * Moines martyrs, nous vous disons bienheureux.

En esprit de foi ayant suivi le précepte divin, * vous avez supprimé les plaisirs de la chair * dans la tempérance; et maintenant * par le martyre vous avez trouvé la gloire.

Toute-sainte ayant enfanté * le Verbe qui surpasse toute sainteté, * sanctifie les âmes et les corps * de ceux qui te disent bienheureuse, Immaculée.


Cathisme, t. 1
Ensemble vous avez trouvé dans les eaux * votre fin bienheureuse, saints Martyrs, * en elles par grâce de notre Dieu * engloutissant le Démon; * aussi, ayant reçu la couronne en vainqueurs, * vous jubilez avec les chœurs des Anges: * ayez souvenance de nous tous avec eux.

t. 4
En étrangers, en voyageurs, * ayant fixé vos cabanes dans le désert, * vénérables Pères, vous avez réellement * pratiqué le dépouillement ascétique, * revêtant la parure des vertus * et vous conformant aux souffrances du Christ; * et par surcroît vous avez supporté l’immolation barbare.

Celui qui revêt la clarté pour manteau, * le Christ notre Dieu, se drape dans les flots du Jourdain; * le Père lui rend témoignage depuis le ciel * comme à celui qui partage son trône royal * et la gloire de l'Esprit * descend sur terre jusqu'à lui; * il est celui qui nous éclaire et sanctifie.


Ode 4, t. 8
« Seigneur, j'ai perçu * le mystère de ton œuvre de salut, * j'ai médité sur tes actions * et glorifié ta divinité. »

L'irraisonnable folie des impies, * tu l'as flétrie par tes paroles, * Hermyle, saint martyr, * en serviteur du Verbe, de toute ton ardeur.

Ces divins prédicateurs * annonçant en Dieu l'unique nature, * l'unique pouvoir et l'unique seigneurie, * discréditèrent les multiples faux-dieux.

Suspendu et tailladé, * environné de douleurs, * tu demeuras immuable dans ta foi, * saint Hermyle qui témoignas en combattant.

Moi qui me suis endormi dans l'indolence, * ayant le péché pour couverture, * Toute-pure, vers le repentir, * en Mère du Verbe, rappelle-moi.

t. 4
« Te voyant suspendu à la croix, * toi le Soleil de justice, * l'Eglise depuis sa place * en toute vérité s'écria: * Gloire à ta puissance, Seigneur. »

Sans vous laisser vaincre par les passions corporelles * vous avez triomphé de l'ennemi * et, par le glaive mis à mort, * vers la vie céleste, Bienheureux, * vous êtes passés tous ensemble dans la joie.

Mortifiés avant la mort * volontairement par la tempérance, * de force vous avez subi cruelle mort * sous le glaive des impies * avec la conviction de vivre après la mort.

Ayant profité dans l'abstinence comme agneaux * et, comme béliers marqués, * massacrés par les griffes des loups sanguinaires, * Moines du Christ, vous avez gagné * la vie éternelle.

Les prêtres, les vieillards et les jeunes gens * habitant Raïthou et le mont Sinaï * sont devenus des martyrs, * ayant mené sainte vie * et subi mort violente.

Il renouvelle l'humanité, * le Seigneur d'avant les siècles qui se laisse voir * comme enfant né de la Vierge et devient un mortel; * pour lui nous voulons chanter: * Gloire à ta puissance, Seigneur.


Ode 5, t. 8
« Pourquoi m'as-tu repoussé * loin de ta face, Lumière inaccessible? * Malheureux que je suis! * les ténèbres extérieures m'ont enveloppé; * fais-moi revenir, je t'en supplie, * et dirige mes pas vers la lumière de ta loi. »

Les nuages des tourments, * illustres Martyrs, n'ont pas couvert * votre courage qui se révéla * plus resplendissant que soleil, * illuminant les fidèles de l'éclat de votre foi * et dissipant les ténèbres des démons.

Dépassant les capacités humaines * pour vous unir en parfaite pureté * à celui qui dépasse la condition humaine, * Bienheureux, vous avez supporté * dans la fermeté de votre âme les coups, * les écorchures et les châtiments cruels.

Avec force tu t'opposas, * illustre Hermyle, à celui qui te jugeait * et tu fus digne d'entendre une voix * depuis le ciel, bienheureux Martyr * qui t'entretenais affectueusement avec le Maître des combats t'appelant, * avec celui qui donne force aux Martyrs.

Dans la splendeur de ta beauté * et dans l'éclat de ta pureté * tu donnas corps au Verbe merveilleux, * Vierge Mère, et enfantas * le divin Créateur qui fait le don * de l'existence à tous, dans sa riche bonté.

t. 4
« Seigneur, tu es venu * comme la lumière en ce monde, * lumière sainte qui retire de la sombre ignorance * ceux qui te chantent avec foi. »

Le Paradis de délices, c'est bien vous, * ayant en son milieu l'arbre de vie, * le Seigneur qui agréa * comme sacrifice votre sang.

Ayant uni le fleuve de votre sang * aux flots de vos larmes, Pères saints, * c'est le serpent aux multiples aspects * qu'en eux vous avez englouti.

Vous avez mérité de contempler * parmi ses délices notre Dieu * et vous avez reçu, Bienheureux, * pour les coups et les peines la joie éternelle.

Tu as mis au monde * ineffablement notre Dieu et demeuras * vierge après l'enfantement comme avant, * Immaculée que la grâce divine a comblée.


Ode 6, t. 8
« Je répands ma supplication devant Dieu, * au Seigneur j'expose mon chagrin, * car mon âme s'est emplie de maux * et ma vie est proche de l'Enfer, * au point que je m'écrie comme Jonas: * De la fosse, Seigneur, délivre-moi. »

Vous que les ondes vivifiantes avaient comblés, * c'est dans les flots d'un fleuve que vous fûtes jetés; * en eux ayant trouvé votre fin, * vous avez noyé le prince du mal, * illustres Martyrs, et maintenant * vous faites jaillir des torrents de guérisons.

Jetés dans une manne d'osier, * vous fûtes livrés à l'abîme profond, * magnanimes et saints Martyrs, * et de la sorte élevés vers la vie divine * où dans l'allégresse vous avez trouvé * l'éternel objet de votre espoir.

Tandis que tu étais cruellement châtié et fustigé, * martyr Stratonique, tu t'es montré * une colonne de patience inébranlablement dressée * sur le socle de la foi, * faisant disparaître littéralement * l'obstination des oppresseurs.

Les passions de mon âme affaiblie, * ô Vierge, et les souffrances de mon cœur * ainsi que tous les vices de mon esprit, * Mère de Dieu, guéris-les, * apaise aussi, je t'en prie, * la tempête déchaînée de mes passions.

t. 4
« Ton Eglise te crie à pleine voix: * Je t'offrirai le sacrifice de louange, Seigneur; * dans ta compassion tu l'as purifiée * du sang offert aux démons * par le sang qui coule de ton côté. »

Vous qui avez rompu par l'ascèse * les chaînes des passions, * voici que par mort violente * vous êtes déliés de votre corps * pour vous lier d'amour indissoluble au Créateur.

Elevés comme montagne par la sublimité de votre vie, * par la puissance du Christ * vous avez tenu sous vos pieds * celui qui menaçait de s'emparer * des montagnes et de toute la création.

Irrigués par les flots de vos pleurs, * comme une bonne et riche terre vous avez produit * l'épi du témoignage comme fruit * et le Christ le garde, Bienheureux, * dans les greniers éternels.

Apaise la houle de mes passions charnelles, * les endormant par ta prière qui ne dort pas, * ô Vierge, je t'en prie, * et ne me laisse pas m'endormir * dans le profond sommeil du péché.


Kondakion, t. 2
De ce monde ayant fui la confusion, * vous êtes passés vers la sereine condition, * couronnés pour votre sang de Témoins * et pour vos efforts ascétiques; * aussi vous partagez la demeure des Moines et des Martyrs.

Ikos
Sur terre ayant soumis vos membres tout d'abord * à la mortification qui procure la vie, * vous avez reproduit en votre ascèse parfaite * de même qu'à nouveau par votre lutte de martyrs * les souffrances du Christ notre Dieu; * aussi vous a-t-il lui-même remis * double couronne pour vos têtes, Pères saints, * vous préparant le tabernacle céleste et le séjour éternel; * c'est là que vous jubilez maintenant, * partageant la demeure des Moines et des Martyrs.

Synaxaire
Le 13 Janvier, mémoire des saints martyrs Hermyle et Stratonique.
La nasse devient nef: Hermyle et Stratonique
vers l'abîme naviguent tous les deux comme un.
L'Ister a dû noyer, par jugement inique,
le treize, deux Martyrs dont le sort fut commun.
Par leurs saintes prières, ô notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen.


Ode 7, t. 8
« Dans la fournaise les Jeunes Gens * foulèrent la flamme avec ardeur * et changèrent le feu en une fraîche rosée; * et ils criaient: Seigneur notre Dieu, * tu es béni dans les siècles. »

Hermyle, ta langue melliflue * fit couler de ta bouche les paroles pour apaiser * l'amertume que Stratonique avait au cœur, * et ton compagnon de martyre s'écria: * Seigneur notre Dieu, tu es béni.

Ayant pour bâton de puissance, * généreux Martyr, la croix du salut, * tu acceptas avec empressement * la bastonnade et tu chantais: * Seigneur Dieu, tu es béni dans les siècles.

Celui qui de merveilleuse façon * sauva le Prophète enfermé * dans les entrailles du monstre marin * a sauvé des eaux du fleuve après votre fin, * saints Athlètes, vos restes victorieux.

Faisant cesser la malédiction * de la mère des vivants, tu habitas * la Vierge tout-immaculée * offrant la source de bénédiction à ceux qui chantent: * Béni soit, Toute-pure, le fruit de ton sein!

t. 4
« Dans la fournaise de Perse les enfants d'Abraham, * plus que par l'ardeur des flammes embrasés par leur piété, * s'écriaient: Seigneur, tu es béni * dans le temple de ta gloire. »

Eclairés par le rayonnement de la tempérance * et illuminés par vos combats sacrés, * vénérables Martyrs, vous êtes passés en fils du jour * vers la lumière sans déclin.

Vous étant faits étrangers aux plaisirs du monde, * vous êtes devenus merveilleusement les familiers * de celui qui s'est fait voir aux mortels dans la chair * et vous avez hérité les biens qui demeurent sans corruption.

Paul et Jean, Théodule et Nil * et tous les autres qui se sont illustrés * par leur mort et par leur vie, * disons-les bienheureux comme Ascètes et Martyrs.

L'urne contenant la manne en vérité * jadis t'a clairement préfigurée; * toi qui dans ton sein portas la manne de la vie. * Bénie sois-tu parmi les femmes, Souveraine immaculée.


Ode 8, t. 8
« Sept fois plus que de coutume, * dans sa fureur le tyran des Chaldéens * fit chauffer la fournaise pour les fidèles du Seigneur; * mais, lorsqu'il les vit sauvés * par une force plus puissante, il s'écria: * Jeunes gens, bénissez votre créateur et votre rédempteur * et vous, prêtres, louez-le, * peuple, exalte-le dans tous les siècles. »

Tu supportas d'être frappé * et tailladé cruellement, * tandis que les coups pleuvaient sur toi, * illustre Hermyle, et tu guidas * vers les combats de la foi * Stratonique avec lequel tu chantais: * Vous les prêtres, bénissez, * peuple, exalte le Christ dans les siècles.

Inflexibles en vos sentiments et vaillants au combat, * vraiment dignes des dons célestes, * pierres précieuses, tours de défense des croyants, * malgré l'ordre reçu * vous avez refusé tout culte aux pierres taillées, * mais vous chantiez pour le Seigneur, * le Dieu de l'univers: * Peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Labourant tes flancs avec les ongles de fer * et te criblant de coups d'épée sans pitié, * le tyran ne put ébranler * ton esprit soutenu par l'amour de Dieu * et saisissant la beauté du Rédempteur * pour lequel en toute liberté * tu t'écries maintenant dans la joie: * Peuple, exalte-le dans tous les siècles.

Celui qui par nature et en tout * est l'inaccessible perfection * s'est approché de moi en revêtant la chair * reçue de toi, l'Inépousée; * sans cesse prie-le d'annuler * le poids de mes iniquités * et de sauver celui qui chante: Prêtres, bénissez, * peuple, exalte le Christ dans les siècles.

t. 4
« Daniel, étendant les mains, * dans la fosse ferma la gueule des lions; * les Jeunes Gens, pleins de zèle pour leur foi, * ceints de vertu, éteignirent la puissance du feu, * tandis qu'ils s'écriaient: Bénissez le Seigneur, * toutes les œuvres du Seigneur. »

En ce jour le chœur nombreux * des Ascètes ayant brillé * par leur comportement courageux * invite tous les Moines à chanter divinement * pour célébrer avec lui le Christ en psalmodiant: * Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur.

Comme des agneaux vous fûtes immolés, * par le glaive des barbares massacrés; * vous vous êtes offerts en sacrifice parfait * au Verbe qui fut immolé pour nous * et vous demeurez avec les premiers-nés pour chanter: * Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur.

Dépouillés de toute volupté, * vous avez mis à nu l'ennemi pervers * qui dépouilla nos premiers parents, * vénérables Pères, et lorsque vous avez reçu * votre vêtement sacré de martyrs, * vous l'avez couvert de confusion.

Par toi que la divine grâce a comblée * nous est rouvert l'antique Paradis; * l'homme jadis condamné s'y trouve ramené * et voici divinisé en toute vérité * le genre humain s'écriant: * Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur.


Ode 9, t. 8
« Toute oreille fut saisie d'étonnement * devant l'ineffable condescendance de Dieu; * car le Très-Haut a bien voulu descendre dans un corps * et devenir un homme dans le sein virginal; * pure Mère de Dieu, * nous les fidèles, nous te magnifions. »

Ayant traversé, * Témoins du Christ, l'océan des tourments sous sa voile, * vous êtes arrivés au havre du repos, * dans l'assemblée des Justes et le chœur des Martyrs, * là où se trouve la lumière sans déclin * et l'allégresse des festivités spirituelles.

Les Témoins au grand cœur de la vérité claire * veillèrent en attendant le Soleil sans déclin * qui s'est levé avant l'aurore; * ils ont dépassé la nuit profonde des châtiments * et sur nos âmes à présent * ils font rayonner la lumière du salut.

L'Eglise du Christ en ce jour * célébrant la mémoire sacrée * de vos combats, bienheureux Martyrs, * la fête dans la joie et la clarté, * magnifiant le Dieu qui vous a couronnés * et vous a magnifiés comme divins serviteurs.

Vous êtes montés vers l'illustre sommet, * vers la sainte hauteur du martyre en vérité, * et vous avez touché le but de vos désirs, * l'inébranlable royaume de Dieu, * Hermyle et Stratonique, martyrs bienheureux.

Sauveur qui même après l'enfantement * conservas ta Mère vierge comme avant, * lorsque tu viendras juger les œuvres de ma vie, * fais-moi grâce malgré mes fautes, mes iniquités, * Dieu de tendresse, ami des hommes et sans péché.

t. 4
« Le Christ, pierre angulaire que nulle main n'a taillée, * fut taillé de toi, ô Vierge, montagne inviolée; * c'est lui qui réunit les natures séparées: * aussi, pleins d'allégresse et de joie, * Mère de Dieu, nous te magnifions. »

Les Pères du Sinaï et de Raïthou * qui vécurent dans la sainteté * et combattirent pour la foi, * venez les magnifier à haute voix * par des hymnes saintes.

Victorieux Martyrs, combien sont éclatants * vos efforts ascétiques * et combien sont éminents * les combats qui vous ont fait triompher de l'erreur, * admirable lutte qui vous a valu d'être couronnés.

Vous avez consacré au Seigneur * l'âme et le corps dans la sainteté; * les peines de la tempérance vous ont sanctifiés * et sous les flots de votre sang vous avez asséché * l'océan de la perversité barbare.

Bienheureux Pères, votre souvenir brillant, * sur lequel rayonnent comme soleil levant * les peines que vous avez subies pour le Christ, * éclaire tous les cœurs * par la grâce de l'Esprit divin et créateur.

Les Chérubins frémissent de voir * celui qui siège au-dessus d'eux * ineffablement, le Verbe, porté sur le bras * par toi, sa Mère, comme un enfant, * Dame toute-sainte qui surpasses l'entière création.


Exapostilaire (t. 3)
Par les peines de l'ascèse vous avez écrasé * le principe du mal, le Serpent, * et pour finir vous avez souhaité * recevoir la couronne des Témoins, * fierté des Moines et gloire des Martyrs, * festive assemblée des admirables Pères du Sinaï et de Raïthou.

Voici le jour de la lumière sans déclin, * car le Christ, la vérité, * est venu et s'est manifesté; * par des psaumes et des cantiques chantons-le * comme Seigneur et comme Auteur du créé. * Mystère nouveau ! le Créateur d'Adam se rend visible en assumant l'humanité.


Apostiches, t. 6
Venez, fidèles, nous aussi, * dans les sentiments de notre cœur * courons aux flots du Jourdain * et, voyant le Christ baptisé en sa chair * par Jean le Précurseur, * glorifions-le avec lui en disant: * Bénie soit ton épiphanie, notre Dieu, gloire à toi.

La mer, à cette vue, s'enfuit,
le Jourdain retourne en arrière
.

Le rameau de Jessé a produit * l'arche divine et porteuse de manne, d'où sortit * l'éternelle fleur de la vie * qui fit s'arrêter le Jourdain effrayé * et que Jean a touché de sa main * en s'écriant, plein de foi: * Bénie soit ton épiphanie, notre Dieu, gloire à toi.

Qu'as-tu, mer, à t'enfuir,
et toi, Jourdain, à retourner en arrière?


Chantez des cantiques, Puissances des cieux; * mortels, psalmodiez, jubilez d'un même chœur; * car voici, le Seigneur, * le Reflet du Père, vient aux flots du Jourdain * se faire baptiser de la main d'un serviteur; * tous les peuples, écrions-nous: * Bénie soit ton épiphanie, notre Dieu, gloire à toi.

Gloire au Père, t. 8
Bienheureux êtes-vous, vénérables Martyrs du Christ notre Dieu: * vénérables, en effet * pour la justice on vous a persécutés; * Martyrs, car le glaive n'a pu vous séparer * de l'amour de Jésus Christ; * soyez donc dans l'allégresse et la joie, * car votre récompense sera grande dans les cieux.

Maintenant ...
En ce jour est illuminée la création, * en ce jour l'univers se réjouit * sur la terre comme au ciel; * les Anges se mêlent aux humains, * car la présence du Roi * amène aussi l'escorte de son armée. * Accourons donc vers le Jourdain, * voyons comment le Précurseur * baptise le chef non-fait-de-main-d'homme du Seigneur sans péché. * Avec l'Apôtre chantons d'un même chœur: * La grâce de Dieu s'est manifestée à nos yeux, * pour tous les hommes elle est la source du salut, * elle apporte aux fidèles la lumière et la vie.

Le reste de l'office de Matines comme d'habitude, et le Congé.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité