TRIODE 1

Pas de discussions dans ce forum destiné exclusivement à une mise à disposition de textes issus du cycle liturgique orthodoxe. Pour toute réflexion sur ces textes, merci de vous reporter au forum général.

Modérateur: Auteurs

Messagepar Monique » Jeu 06 Mars 2008 15:37

CINQUIEME SEMAINE DE CAREME

Lundi Vêpres

Lecture des Psaumes 71 - 77

Stichères du Lucernaire - Poème de Joseph

Ton 3 - Tu nous as donné le temps du jeûne - de revenir et de vivre sans plus jamais nous perdre - Verbe de Dieu rends nous dignes de Te plaire - et de Te servir dans la chaleur du recueillement - comme la sage et sainte Prostituée - qui par la myrrhe et les larmes chaudes reçut le pardon des fautes.

Comme l'aveugle du fond du cœur je T'appelle - Fils de Dieu éclaire les yeux de mon cœur - Comme la fidèle Cananéenne je Te dis - Compatissant, aie pitié de moi - Car par les plaisirs aux démons j'ai soumis mon âme - Délivre la des ténèbres des passions - et fais moi vivre en pureté. Que je glorifie ta grande bonté.

Autre - Poème de Théodore
Ton 2 - La grâce lumineuse de la tempérance - a brillé aujourd'hui sur nous, plus claire que le soleil - Elle illumine nos âmes et chasse comme des nuages les passions du péché - Allons tous l'embrasser de toute notre âme - et aller en joie au bout de son stade divin - A son festin dans les réjouissances appelons le Christ - Sanctifie en ta bonté ceux qui l'accomplissent dans la foi.

3 stichères des Ménées

Gloire... Et maintenant...

Théotokion


Prokimenon :Psaume 85
Ton 4 : Enseigne moi ta voie, Seigneur - je marcherai dans ta vérité.
V. : Tends l'oreille, Seigneur, réponds moi.


Lecture de la Genèse (13, 12 - 16)
Abram demeura dans le pays de Canaan, et Lot demeura dans les villes de la plaine. Il dressa ses tentes jusqu'à Sodome.
Or les hommes de Sodome étaient pleins de malice et de péchés contre le Seigneur.
Le Seigneur dit à Abram, après que Lot se fût séparé de lui : Lève les yeux et regarde, du lieu où tu es, vers le nord et le midi, l'orient et l'occident.
Toute la terre que tu vois, je la donnerai à toi et à ta semence dans les siècles.
Je rendrai ta semence comme la poussière de la terre. Celui qui pourra compter la poussière de la terre comptera aussi ta semence.
Lève toi. Va sur la terre en long et en large. Car Je te la donnerai.
Abram leva ses tentes. Il alla et demeura au chêne de Mambré, qui est à Hébron. Il bâtit là un autel au Seigneur.


Prokimenon: Psaume 86
Ton 4 : Le Seigneur aime les portes de Sion - plus que toutes les demeures de Jacob.
V. : Ses fondements sont sur les montagnes saintes.


Lecture des Proverbes (14, 27 - 15, 4)
La crainte du Seigneur est une source de vie, pour détourner des pièges de la mort.
Une nation nombreuse est la gloire du roi. Mais quand manque le peuple, c'est la ruine du prince.
L'homme doux a une grande intelligence. Mais l'homme impatient se couvre de folie.
Un cœur calme est la vie du corps. Mais la jalousie est la carie des os.
Celui qui opprime l'humble, outrage son Créateur. Mais celui qui a pitié du pauvre L'honore.
Le méchant est renversé par sa malice. Mais le juste trouve un refuge dans sa mort.
Dans le cœur intelligent repose la sagesse. On ne peut pas la connaître au milieu des fous.
La justice élève une nation. Mais le péché est la honte des peuples.
Le roi aime le serviteur prudent. Mais il rejette celui qui blasphème.
Une réponse douce apaise la fureur. Mais une parole dure fait monter la colère.
La langue des sages fait bonne la science. Mais la bouche des sots répand la folie.
Les yeux du Seigneur sont en tout lieu. Ils observent les méchants et les bons.
Le repos de la langue est un arbre de vie. Celui qui le garde sera plein de l'Esprit.


Apostiches du Triode
Ton 7 - Comme celui qui tomba sous les voleurs et fut blessé - je suis tombé sous mes fautes et mon âme est meurtrie - Vers qui me réfugier pour recevoir la guérison - sinon vers Toi le médecin des âmes et des corps ? - Dieu, répands sur moi ton grand Amour.

Ton 5 - Déchus par la transgression - de l'ancienne jouissance et des délices du Paradis - nous sommes accablés sous la confusion de notre vie - nous sommes tombés comme au milieu des voleurs - dépouillés par nos fautes de la règle et des louanges des vertus - à moitié morts et loin de tes ordres salutaires - Mais nous Te prions, Maître qui es venu de Marie - qui impassiblement as souffert la Passion - soigne les blessures que nous a faites le péché - verse nous ton incomparable compassion - qui nous guérira dans ton amour de l'homme.

Dieu qui aimes l'homme, qui as reçu la patience des saints martyrs - reçois de nous la célébration - donne nous par leurs prières le grand Amour.

Gloire... Et maintenant...

Mère bénie de Dieu, garde tes serviteurs de tous les périls - afin que nous puissions glorifier en toi l'espérance de nos âmes. [/u]
Monique
 
Messages: 788
Inscription: Mer 31 Mars 2004 10:19

Messagepar Monique » Jeu 06 Mars 2008 16:43

CINQUIEME SEMAINE DE CAREME

Mardi Matines


Première lecture des Psaumes (Psaumes 78 - 85)

Après la deuxième lecture des Psaumes (Psaumes 86 - 91)

Cathismes du Triode
Ton 3 - Par le jeûne dans la chaleur de la foi - brûlons les passions de l'intempérance, fuyons le froid du péché - Par les sources des larmes, éteignons la flamme éternelle - Et disons : Dieu très bon nous avons péché contre Toi - Pardonne, accorde nous le grand Amour.

Gloire...

Par le jeûne…

Et maintenant…

Tu es devenue la divine demeure du Verbe, seule toute Pure Vierge Mère - tu as surpassé les anges en pureté - Par tes prières dans les eaux divines purifie moi - qui suis plus que tous une terre souillée par les fautes de la chair - Sainte, accorde moi le grand Amour.


Après la troisième lecture des Psaumes (Psaumes 92 - 101)
Cathisme
Ton 2 - La grâce du saint jeûne est glorifiée au dessus de tout - Par elle le prophète Elie trouve le char de feu - Moïse reçoit les tables, Daniel a connu le miracle - Elisée a ressuscité un mort, les enfants ont éteint le feu - Tous se sont unis à Dieu. Réjouis en elle, disons : Tu es béni, Christ notre Dieu qui as voulu qu'il en soit ainsi. Gloire à Toi.

Gloire...

La grâce du saint jeûne..

Et maintenant...

Par ton invincible intercession dans les malheurs - contre toute espérance, Mère de Dieu je suis délivré de ceux qui me tourmentent - Car tu viens toujours à ceux qui t'appellent dans la foi - et tu dissipes les épreuves des ennemis qui nous accablent - Nous rendons grâce et te disons : Reçois ma pauvre reconnaissance, Souveraine, tu es en tout mon secours.


Canon - Poème de Joseph
2ème ode
Hirmos
Ton 3 - Ecoutez, terre et ciel - Entendez mes paroles - Car je dirai sur la terre les merveilles de Dieu.

Par la prière continuelle - par la tempérance et la contemplation - donnons à nos âmes des ailes vers l'amour de Dieu.

Fuyons le froid de l'intempérance - chauffons nous tous au feu du jeûne dans l'Esprit divin.

Par le sel des vertus divines - rejette, mon âme, la souillure de la faute - attache toi à Dieu.

En toi seule bénie s'est reposée le Christ - par toi, Il a porté la chair.

Autre - Poème de Théodore
Hirmos
Ton 7: Ecoutez, peuples, les prodiges des œuvres…

Le jeûne pur, les prières, les larmes - la méditation des choses divines nous ont ouvert le chemin - Allons maintenant vers Dieu notre Maître.

Eve fut prise par le fruit - mon âme, veille, ne te laisse pas tromper - si le serpent vient te conseiller - de manger les fruits du plaisir.

Gloire...

Je glorifie les trois Personnes de la forme unique, le Père, le Fils et l'Esprit - l'unique pouvoir de la Divinité - le Royaume et la splendeur de l'univers.

Et maintenant...

Vierge, terrible fut ton enfantement - Dieu né du Père avant le commencement s'est fait homme - conçu en toi sans l'homme dans les derniers temps.

Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi.

Quand elle toucha le bord de ton manteau, mon Christ - Tu as guéri celle qui perdait son sang - Dans la foi je m'attache à ton Amour - Garde moi sauf, loin des passions.

Katavasia - Ecoutez, peuples, les prodiges des œuvres de ma puissance divine - et sachez que seul, Je suis Dieu de l'univers.


8ème ode
Hirmos
Ton 3 - Dieu glorifié dans les hauteurs par les anges - cieux des cieux, terre, montagnes - profondeur et toute la race des hommes - bénissez en Lui le Créateur et le Rédempteur.

Chaque jour le malin cache ses pièges - et cherche à me prendre pour me dévorer - Délivre moi de sa malice, Sauveur qui as sauvé Jonas du monstre.

Purifiés par le jeûne, allons sur la montagne des vertus - écoutons clairement ce que Dieu dira en nous - Il dira la paix, l'illumination, la guérison des blessures de l'âme.

Aveuglé chaque jour par les ténèbres des fautes - je ne peux comprendre tes merveilles, Seigneur - Jésus qui donnes la lumière, ouvre les yeux de mon âme.

Toujours Vierge, sous les pluies de tes compassions - lave les souillures des passions de mon cœur - Donne moi de répandre les larmes qui purifieront mon âme.

Autre Hirmos
Ton 2: Le Seigneur qui couvrit de rosée les enfants…

Il est dit que le feu ne s'éteindra pas - et que le ver n'aura pas de fin - Crains la menace, mon âme. Sers le Christ - et tu trouveras la réjouissance où demeurent tous les bienheureux.

Mon âme brûlante sous la fièvre des désirs - je Te prie, donne lui de Te toucher - relève la comme la belle-mère de Pierre - afin qu'elle Te serve et Te reconnaisse dans tous les siècles.

Bénissons le Père, le Fils et le Saint Esprit

Fidèles, célébrons le Père éternel qui n'a pas de commencement - le Fils qui avec Lui n'a pas de commencement - et l'Esprit qui rayonne de la lumière du Père - les trois Personnes du même Etre - de l'Origine et du Pouvoir unique et tout puissant.

Et maintenant…

Marie, élue de Dieu, apaisement des fidèles - de toi la rédemption s'est répandue sur tous - ne manque pas de prier ton Fils le Seigneur - pour ceux qui te célèbrent.

Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi.

Christ, ouvre les oreilles sourdes de mon âme - Délie ma langue comme jadis celle du sourd et du muet - afin qu'entendant ta voix je puisse chanter - et Te célébrer de ma langue dans les siècles.

Louons, bénissons et adorons le Seigneur…

Katavasia - Le Seigneur qui couvrit de rosée les enfants des Hébreux dans la flamme - et qui brûla en elle les Chaldéens, célébrons Le - Bénissez Le, exaltez Le dans tous les siècles.


9ème Ode
Hirmos
Ton 3 - Vierge tu as conçu dans le sein le feu de la Divinité - Sur la montagne du Sinaï, Moïse te vit dans le buisson - Daniel te vit comme une montagne intacte - Isaïe t'annonça comme le rameau fleuri de la racine de David.

Ayons à l'esprit la flamme du feu qui ne s'éteint pas - Allons maintenant d'une pensée ardente - au feu du repentir enflammer les passions.

La parole enflammée sortant de la bouche de celui qui jeûna - renversa jadis les éléments - imite la, mon âme, et vis dans le bien.

Considère le trône terrible, ma pauvre âme - Sois toujours prête à partir - vers l'accomplissement de la volonté du Rédempteur.

Vierge pure qui as enfanté la lumière - illumine mon âme obscurcie par les ténèbres des plaisirs - afin que dans la crainte et la foi je puisse toujours t'exalter.

Autre
Hirmos
Ton 2: Celle qui surnaturellement a conçu dans la chair…

Rendons au Christ tous les membres de notre chair - comme les armes de la justice - élevons vers Lui des mains saintes, sans colère et sans discussions.

Christ, qui dans la barque apaisas le soulèvement de la mer - arrête la tempête de mes pensées.

Gloire...

J'adore la Nature unique, je célèbre les trois Personnes - le seul Dieu de l'univers - le Père, le Fils et l'Esprit Saint, l'Origine éternelle.

Et maintenant...

La Toute Pure fait un enfant, la Vierge allaite - Comment peux tu ensemble rester vierge et enfanter ? - C'est Dieu qui agit. Ne me demande pas comment.

Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi.

Mon Christ, guéris mon âme - meurtrie par les passions qui m'ont dévasté - et verse moi ton Amour, comme à celui qui tomba aux mains des voleurs.

Katavasia - Celle qui surnaturellement a conçu dans la chair en son sein - le Verbe qui se leva dans la lumière du Père hors du temps - fidèles dans les hymnes qui ne se taisent jamais, exaltons la.


Apostiches du Triode
Ton 7 - Visite mon âme meurtrie et humiliée - Seigneur, médecin des malades, calme port des désespérés - Rédempteur du monde, Tu es venu ramener de la corruption celui qui était tombé - Relève moi de ma chute, en ton grand Amour. (bis)

Au milieu du stade des iniques - les martyrs en joie proclamaient - Seigneur, gloire à Toi.

Gloire... Et maintenant…

Nous te célébrons et nous te glorifions, Mère de Dieu toute blanche - qui as conçu Dieu le Verbe. Gloire à Toi.
Monique
 
Messages: 788
Inscription: Mer 31 Mars 2004 10:19

Messagepar Monique » Jeu 06 Mars 2008 16:46

CINQUIEME SEMAINE DE CAREME

Mardi Sexte


Tropaire de la Prophétie
Ton 3 - Le Dieu de Jacob est notre secours - Il nous protège au jour de la tourmente.

Gloire... Et maintenant...

Le Dieu de Jacob…


Prokimenon: Psaume 87
Ton 6: Je suis pauvre et dans la peine - depuis ma jeunesse.
V. : Seigneur, Dieu de mon salut, le jour j'ai appelé.


Lecture de la Prophétie d'Isaïe (40, 18 - 31)
Ainsi parle le Seigneur : A qui pourrez vous comparer Dieu ? Quelle image mettrez-vous devant Lui ?
Le fondeur coule l'idole. L'orfèvre la couvre d'or et forme les chaînes d'argent.
Celui qui n'a rien choisit une offrande en bois qui ne pourrisse pas. Il cherche un ouvrier savant pour faire une idole qui ne tombe pas.
Ne le savez vous pas ? Ne l'avez vous pas appris ? N'avez vous pas reçu la révélation dès l'origine ? N'avez vous pas compris la fondation de la terre ?
Il est au dessus du cercle de la terre. Ceux qui l'habitent sont comme des sauterelles. Il étend les cieux comme un voile. Il les déploie comme une tente, pour qu'ils soient la demeure.
Il ramène les princes au néant. Il rend comme le vide les juges de la terre.
Ils ne sont même pas plantés, ils ne sont même pas semés, leur tige n'est même pas enracinée dans la terre, qu'Il souffle sur eux et ils sèchent. Le tourbillon les emporte comme la paille.
À qui pourrez vous me comparer qui me ressemble, dit le Saint ?
Levez les yeux en haut et regardez. Qui a créé ces choses ? Celui qui dans l'ordre mène leur monde. Et pas une ne manque devant sa grande force et la puissance de son pouvoir.
Pourquoi dis tu, Jacob, pourquoi dis tu, Israël : Ma vie est cachée au Seigneur, mon jugement échappe à mon Dieu ?
Ne le sais tu pas ? Ne l'as tu pas appris ? Le Seigneur est le Dieu des siècles. Il a créé les limites de la terre. Il ne se lasse pas. Il ne s'épuise pas, son intelligence est insondable.
Il donne la vigueur à celui qui s'épuise. Il accroît la force de celui qui faiblit.
Les enfants se lassent et s'épuisent. Les jeunes hommes faiblissent et tombent.
Mais ceux qui espèrent dans le Seigneur renouvelleront leur force. Il leur viendra des ailes comme aux aigles. Ils courront et ne se lasseront pas. Ils iront et ne seront pas épuisés.


Prokimenon:Psaume 88
Ton 6 : Bienheureux le peuple – qui connaît la jubilation.
V. : Seigneur, ils marcheront à la lumière de ta face.
Monique
 
Messages: 788
Inscription: Mer 31 Mars 2004 10:19

Messagepar Monique » Jeu 06 Mars 2008 16:49

CINQUIEME SEMAINE DE CAREME

Mardi Vêpres

Lecture des psaumes (Psaumes 135 - 143)


Stichères du Lucernaire - Poème de Joseph
Ton 8 - Faisant de la charité notre nourriture - fidèles, jeûnons dans la tempérance des passions - allons vivre comme il plaît à Dieu - qui s'éleva pour nous sur la croix, le côté percé par la lance - et nous jouirons des plus hautes délices éternelles - en glorifiant le Sauveur de nos âmes.

Par l'Arbre jadis nous avions trouvé la mort - Mais maintenant nous retrouvons la vie par l'Arbre de la croix - fidèles mortifions les passions qui nous assaillent - et prions Dieu qui comble de bien l'univers - pour que nous puissions atteindre la Résurrection salutaire - dans la lumière des actions divines et la beauté des vertus - en glorifiant le Sauveur de nos âmes.

Autre - Poème de Théodore
Ton 2 - Seigneur, nous célébrons la croix qui porte la vie - et les saintes souffrances humaines de ta chair - La lance et l'immolation, les risées, les crachats - les coups, les gifles, le manteau de pourpre, la couronne d'épines - par lesquels Tu nous as tous délivrés de la malédiction et nous as sauvés - Nous Te prions. Donne nous d'achever dans la paix le temps du jeûne.

3 stichères des Ménées

Gloire... Et maintenant...

Stavrothéotokion


Prokimenon: Psaume 89
Ton 4: Seigneur Tu as été un refuge pour nous d'âge en âge.
V. : Que sur nous soit la douceur du Seigneur notre Dieu.


Lecture de la Genèse (15, 1 - 15)
La parole du Seigneur fut sur Abram dans une vision. Il dit : Ne crains pas, Abram. Je suis ton bouclier. Ta récompense sera très grande.
Abram dit : Seigneur, Seigneur, que me donneras Tu? Je m'en vais sans enfant. Le fils de ma maison est Damas Eliézer.
Abram dit : Voici, Tu ne m'as pas donné de semence. Voici, le fils de ma maison héritera de moi.
Alors la parole du Seigneur fut sur lui. Il dit : Ce n'est pas lui qui héritera de toi. Mais celui qui sortira de ton corps héritera de toi.
Il le mena dehors et dit : Regarde les cieux et compte les étoiles, si tu peux les compter. Il lui dit : Telle sera ta semence.
Abram eut foi dans le Seigneur, qui le lui imputa à justice.
Il lui dit : Je suis le Seigneur, qui t'ai fait sortir d'Ur en Chaldée pour te donner cette terre en héritage.
Il dit : Seigneur, Seigneur, à quoi connaîtrai-je que j'en hériterai?
Il lui dit : Apporte moi une génisse de trois ans, une chèvre de trois ans, un bélier de trois ans, une tourterelle et une colombe.
Il les Lui amena tous. Il les partagea par le milieu, et il mit chaque part en face de l'autre. Mais il ne partagea pas les oiseaux.
Les rapaces s'abattirent sur les cadavres. Mais Abram les chassa.
Le soleil se coucha. Le sommeil tomba sur Abram. Voici, une terreur, une profonde ténèbre tombèrent sur lui.
Le Seigneur dit à Abram : Sache que ta semence sera étrangère sur une terre qui ne sera pas à elle. Ils seront asservis et opprimés pendant quatre cents ans.
Mais Je jugerai le peuple qu'ils auront servi. Puis ils sortiront avec de grands biens.
Toi, tu t'en iras en paix vers tes pères, tu seras enseveli dans une vieillesse heureuse.


Prokimenon: Psaume 90
Ton 5: Celui qui demeure dans le secret du Très Haut, qui habite à l'ombre du Puissant
V. : Dit au Seigneur : mon espérance, mon refuge, mon Dieu en qui je me confie.


Lecture des Proverbes (15, 7 - 19)
Les lèvres du sage sèment la science. Mais le cœur des fous n'est pas sûr.
Le Seigneur méprise le sacrifice des méchants. Mais Lui plaît la louange des justes.
Le Seigneur méprise le chemin du méchant. Mais Il aime celui qui cherche la justice.
Celui qui abandonne la voie sera durement châtié. Celui qui méprise le blâme mourra.
L'enfer et le tombeau sont devant le Seigneur. Combien plus les cœurs des enfants de l'homme.
Le moqueur n'aime pas qu'on le reprenne. Il ne va pas vers les sages.
Le cœur joyeux a bon visage. Mais quand le cœur est triste, l'esprit est abattu.
Le cœur intelligent cherche la science. Mais la bouche des sots se nourrit de folie
Tous les jours de l'affligé sont mauvais. Mais le cœur bon est toujours une fête.
Mieux vaut peu avec la crainte du Seigneur, qu'un grand trésor avec le trouble.
Mieux vaut manger de l'herbe et avoir l'amour, que manger le bœuf gras et porter la haine.
L'homme violent excite la querelle. Mais l'homme patient apaise la dispute.
Le chemin du paresseux est comme une haie d'épines. Mais est relevé le sentier des hommes droits.


Apostiches
Ton 5 - Banni de ta voie droite par les passions - malheureux je suis tombé dans le gouffre - Le lévite et le prêtre ont refusé de me secourir - Mais Toi Christ, Tu as eu pitié de moi - Par la force de la croix Tu as déchiré ce qu'avait écrit le péché - Tu m'as donné la lumière de l'impassibilité, Tu m'as ramené près du Père - Seigneur incompréhensible, gloire à Toi.

Ton 8 - Descendant de Jérusalem, je suis tombé de tes commande-ments - qu'en elle Tu avais écrits pour les nations - Je suis allé vers Jéricho, emporté dans l'imitation - de ceux que pour leur malice et pour les détruire Tu avais livrés à ton peuple - Dans ma transgression j'ai trouvé les passions qui corrompent l'âme comme des voleurs - Elles m'ont blessé, elles m'ont laissé mourant - mais Toi dont le corps fut percé par les clous et la lance - Toi qui pour les fautes des hommes as accompli en Jérusalem le salut commun par la croix - guéris moi, Seigneur, et sauve moi.

Tes martyrs, Seigneur, oubliant cette existence - et méprisant les tourments pour la vie à venir - reçurent l'héritage et se réjouissent avec les anges - Par leurs prières donne à ton peuple le grand amour.

Gloire… Et maintenant…

Seigneur, Soleil de la justice - quand ils Te virent suspendu à l'Arbre de la croix - le soleil cacha ses rayons, la lune changea sa lumière en ténèbres - et la toute Innocente, ta Mère, souffrait dans son cœur.
Monique
 
Messages: 788
Inscription: Mer 31 Mars 2004 10:19

Messagepar Monique » Jeu 06 Mars 2008 17:00

CINQUIEME SEMAINE DE CAREME

Mercredi Matines


Première lecture des Psaumes (Psaumes 144 - 150)

Après la seconde lecture des Psaumes (Psaumes 1 - 8 ),

Cathismes du Triode
Ton 8 - Adam mangea du fruit de l'Arbre défendu - et récolta les fruits amers de l'intempérance - Mais élevé sur l'Arbre de la croix, Compatissant - Tu l'as délivré de la condamnation malheureuse - Nous T'appelons, Maître, donne nous de nous abstenir du fruit corrupteur - et de faire ta volonté, pour trouver ton amour.

Gloire…

Adam mangea du fruit…

Et maintenant…

Voyant suspendu à la croix au milieu des malfaiteurs - Celui qui prit un corps en ton sang pur - et fut enfanté par toi au delà de l'entendement - tu souffrais dans ton cœur, Vierge vénérable - et implorais maternellement : Hélas, mon Enfant - quelle est cette divine et ineffable providence par laquelle Tu sauves ta créature? - Je célèbre ta miséricorde.


Après la troisième lecture des Psaumes (Psaumes 9 - 17)

Cathismes du Triode
Ton 2 - Célébrant l'Arbre saint de la croix - nous vénérons toujours ton extrême bonté, Christ Dieu - Car en elle Tu as confondu les puissances de l'ennemi - et Tu as donné un signe à ceux qui croient en Toi - Nous T'appelons dans notre action de grâce - Rends nous dignes d'achever dans la joie et la paix le temps du jeûne.

Gloire…

Célébrant l'Arbre saint…

Et maintenant…

La Brebis Te voyant, le Pasteur sans reproche - suspendu à l'Arbre de la croix, implorait maternellement - Le peuple ingrat T'a condamné à mort, mon Fils - qui as étendu la nuée pour son passage - Hélas je suis seule et privée de mon Enfant - mais Ressuscite, brille, Soleil - et je serai glorifiée dans les fils de ceux qui naissent de la terre.


Canon des Ménées et canon du Triode. Poème de Joseph
3ème Ode
Hirmos
Ton 8 - Seigneur Tu as étendu la voûte du ciel et bâti l'Eglise - affermis moi dans ton amour - Cime des désirs, force des fidèles, Dieu qui seul aimes l'homme.

Juste Juge, étendant les mains sur la croix, Tu as condamné la haine - Sauve moi, enfant prodigue condamné par mes fautes, qui T'ai couvert d'amertume, Sauveur patient.

J'ai désiré vivre dans les passions bestiales - et je me suis éloigné de tes commandements, asservi aux étrangers impurs, Sauveur très bon - Mais je reviens maintenant, reçois moi et sauve moi.

Jésus, comme Tu as ouvert autrefois les oreilles du sourd - ouvre les oreilles de mon âme assourdies par mes pensées - et rends moi digne d'écouter ta parole salutaire - Jésus qui seul aimes l'homme.

Je suis entouré, assailli par les malheurs de l'existence - Porte salutaire, Pont vers Dieu, protection des chrétiens - Souveraine toute pure, Vierge, guide moi.

Autre - Poème de Théodore
Hirmos
Ton 2: Dieu qui cultives la beauté…

Christ, montant sur la croix par le cœur de ton amour - Tu m'as tiré du gouffre des passions - Tu m'as relevé vers les cieux.

Christ, étendant tes mains sur la croix - Tu as embrassé toutes les nations qui étaient loin de Toi - Tu les as ramenées près de ta puissance.

Gloire…

Unité des trois Personnes, Trinité plus haute que l'être - Unique Divinité, Père, Fils et Esprit droit - sauve ceux qui Te vénèrent.

Et maintenant…

Qui parmi ceux qui sont nés de la terre - pourrait dignement te célébrer, Vierge Mère - Tu es la seule élue et toute bienheureuse entre les femmes.

Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi.

Jésus élevé sur la croix, le côté percé - Tu as bu le fiel pour moi - qui par la transgression T'ai couvert d'amertume.

Katavasia - Dieu qui cultives la beauté, qui plantes la bonté - rends fécond mon esprit stérile, dans ta miséricorde.


8ème ode
Hirmos
Ton 8 - Le tyran des Chaldéens chauffa sept fois la fournaise sur ceux qui vénéraient Dieu - Mais les voyant sauvés par une puissance plus forte il invoqua le Créateur et le Rédempteur - Enfants bénissez, prêtres célébrez, peuples, exaltez dans tous les siècles.

Je suis pris par l'assoupissement de la négligence - asservi au sommeil sur la couche des passions - Mais tu me vois de ton regard vigilant. Compatis - Christ qui sur la croix as incliné la tête - qui as voulu T'endormir et réduire la nuit du péché, Lumière de la justice.

J'étais dans le baptême paré de l'abondance des grâces - mais j'ai préféré l'indigence du mal et suis allé, malheureux - étranger aux vertus, vers le lointain pays de la malice - Mais fais moi revenir, Sauveur - et donne moi la force d'embrasser ta croix, dans tous les siècles.

Rejette l'ivresse des passions, mon âme - et recherche la purification des larmes dans le vin du jeûne - qui réjouit le cœur, consume les plaisirs - et réduit en cendres les fournaises de la chair - Va vers le Christ qui pour toi fut attaché à l'Arbre - porter sa croix et vivre dans les siècles.

Toute Pure Mère de Dieu - efface les blessures de mon âme, les cicatrices du péché - essuie les à la source du côté de ton Enfant, purifie les dans ses eaux - J'appelle et je me réfugie vers Toi qui as reçu la grâce.

Autre Hirmos
Ton 2: Dieu glorifié dans les cieux…

Jésus crucifié dans la chair - mais qui en Dieu ne souffrit pas - les anges et ceux qui sont nés de la terre Le célèbrent dans tous les siècles.

Par ta crucifixion, Christ, supportant la mort infamante et maudite - Tu nous as sauvés. Tu nous as délivrés de la destruction.

Bénissons le Père, le Fils et le Saint Esprit

Avec les Chérubins, je Te célèbre, ô Trinité - Tu es Saint, Saint, Saint - Divinité unique et simple qui n'as pas de commencement - et incompréhensible à tous.

Et maintenant…

Toutes les générations dans la lumière - te vénèrent de leurs louanges, Vierge pure - Car tu as enfanté le Créateur - Ô le terrible miracle et l'œuvre toute bienheureuse.

Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi.

Christ, Tu as supporté de tout souffrir pour sauver un seul - Je célèbre ta crucifixion, les clous, l'immolation dans tous les siècles.

Louons, bénissons et adorons le Seigneur…

Katavasia - Dieu glorifié dans les cieux par les voix angéliques - nous qui sommes nés de la terre, louons Le dans tous les siècles.


9ème Ode
Hirmos
Ton 8 - Le ciel s'émerveilla, les limites de la terre admirèrent - que Dieu se révélât aux hommes dans un corps - Mère de Dieu, ton sein fut plus vaste que les cieux - Les ordres des anges et des hommes t'exaltent.

Te voyant étendu sur la croix le soleil retira ses rayons - et la terre trembla de Te voir accepter la souffrance - Roi de l'univers impassible de nature - je Te prie, Christ, guéris les passions de mon âme.

Abandonnant les chemins salutaires - je suis allé dans les ténèbres profondes - entouré des plaisirs qui mènent à l'enfer - du gouffre des passions et de la tempête des tentations - je Te prie, par ta croix, Christ, sauve moi dans ton grand amour.

Pris dans l'hiver des tentations - emporté dans les tempêtes des passions - durement assailli par la houle des plaisirs - je suis parvenu à la mer douce - et calme du jeûne - sur elle conduis moi, Compatissant - par ta croix, vers le port du salut.

Vierge, tu as conçu sans semence et sans la volonté de la chair - le Verbe de Dieu qui a créé l'univers - tu L'as enfanté hors de la corruption, hors des douleurs maternelles - Reconnaissant en toi de nos langues et de nos cœurs la Mère de Dieu, nous t'exaltons.

Autre - Hirmos
Ton 2: Mère de Dieu toute pure…

Notre Sauveur, Tu as voulu souffrir la crucifixion - afin de nous libérer de la mort - et de donner à tous la vie.

Par l'arbre je suis mort - par l'Arbre de la croix je retrouve la vie - Cloué sur lui mon Christ a détruit mon ennemi.

Gloire…

Le Fils et l'Esprit Saint qui sont avec le Père - adorons Les d'un même cœur.

Et maintenant…

Miracle paradoxal et nouvelle merveilleuse - Comment telle une mère as-tu enfanté, toute Pure - et telle une vierge n'as-tu pas connu la corruption ?

Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi.

Je célèbre ta lance, tes clous, l'éponge, le roseau - la croix, par lesquels je suis sauvé, Jésus, Dieu.

Katavasia - Mère de Dieu toute pure - ta virginité que ne brûla pas le feu divin - nous l'exaltons dans les hymnes qui ne se taisent jamais.


Apostiches
Ton 3 - Mon âme, abandonnant les vertus - tu es tombée dans le gouffre de la faute au milieu des voleurs - tu es rejetée privée de tout - couverte de la mauvaise odeur des blessures - Appelle le Christ Dieu qui pour toi - fut crucifié et accepta d'être meurtri - Veille sur moi, Seigneur, et sauve moi.

Ton 8 - Blessé par les tentations qui m'ont dévasté - malheureux je suis resté à moitié mort - Seigneur, le chœur des prophètes me voyant mourir, passa - Aucun art humain ne pouvait me guérir - Dans l'humilité de mon cœur, dans ma dure souffrance, je T'appelle - Christ Dieu en ta miséricorde, verse sur moi ton grand amour.

Invincibles martyrs du Christ - qui avez vaincu l'erreur par la puissance de la croix - vous avez reçu la grâce de la vie éternelle - vous n'avez pas craint la menace des tyrans - Soumis à la violence des tourments vous vous réjouissiez - Maintenant votre sang est devenu le remède de nos âmes - intercédez pour notre salut.

Gloire… Et maintenant…

La Toute Pure Te voyant suspendu sur l'Arbre de la croix dans la chair - souffrait en son cœur et implorait - Verbe Jésus, mon Fils tout aimé, mon Seigneur, où pars Tu ? - Ne laisse pas seule, Christ, celle qui T'a enfanté.
Monique
 
Messages: 788
Inscription: Mer 31 Mars 2004 10:19

Messagepar Monique » Jeu 06 Mars 2008 17:02

CINQUIEME SEMAINE DE CAREME

Mercredi Sexte


Tropaire de la Prophétie
Ton 5 - Vois les souffrances que les saints ont endurées pour Toi, Seigneur - et guéris toutes nos douleurs, nous Te prions, dans ton amour de l'homme.

Gloire… Et maintenant…

Vois les souffrances que les saints…


Prokimenon :Psaume 91
Ton 4 : Il est bon de confesser le Seigneur - de chanter ton nom, Très Haut.
V. : D'annoncer le matin ton amour, et dans la nuit ta vérité.


Lecture de la Prophétie d'Isaïe (41, 4 - 14)
Ainsi parle le Seigneur : Moi le Seigneur, Je suis le premier et Je serai avec les derniers.
Les îles verront et craindront. Les confins de la terre seront épouvantés. Ils approcheront. Ils viendront.
Chacun aidera l'autre et dira à son frère : Courage.
Le fondeur encouragera l'orfèvre. Celui qui polit au marteau exhortera celui qui frappe sur l'enclume. Il dira de l'assemblage : Il est bon. Et il le fixera avec des clous, pour qu'il ne tombe pas.
Mais toi, Israël mon serviteur, Jacob que j'ai élu, semence d'Abraham que j'aime,
toi que J'ai pris des confins de la terre, que J'ai appelé des pays lointains, à qui J'ai dit : tu es mon serviteur, Je t'ai élu, Je ne t'ai pas réprouvé,
ne crains pas. Je suis avec toi. Ne t'alarme pas. Car Je suis ton Dieu. Je te rends la force. Je t'aide. Je te tiens par la droite de ma justice.
Voici, tous ceux qui s'enflamment contre toi seront dans le trouble et la confusion. Ils seront comme rien, comme le néant, ceux qui te combattent.
Car Je suis le Seigneur ton Dieu, la force de ta droite, qui te dis : ne crains pas, Je viens à ton aide.
Ne crains pas, petit ver de Jacob, reste des hommes d'Israël. Je viens à ton aide, le Saint d'Israël est ton Rédempteur.


Prokimenon: Psaume 92
Ton 2: Le Seigneur est entré dans son règne - Il s'est revêtu de splendeur.
V. : Le Seigneur s'est revêtu de puissance, Il s'en est entouré.
Monique
 
Messages: 788
Inscription: Mer 31 Mars 2004 10:19

Messagepar Monique » Jeu 06 Mars 2008 17:06

CINQUIEME SEMAINE DE CAREME

Mercredi Vêpres


Lecture des Psaumes (Psaumes 47 - 55)

Stichères du Lucernaire

V Les impies tomberont ensemble dans leurs filets, jusqu'à ce que Je passe.

Ton 8 - Tombé sous les voleurs, mes propres pensées - l'esprit dévasté, malheureux - durement blessé, toute mon âme meurtrie - je gis dépouillé des vertus sur la route de l'existence - Le prêtre me voyant souffrir de mes plaies - se détourna de mon mal inguérissable - Ne supportant pas la souffrance qui corrompt l'âme - le lévite se détourna aussi et passa - Mais Toi, Christ Dieu qui par ton amour de l'homme - as voulu T'incarner non dans la Samarie mais dans la Vierge - donne moi la guérison, versant sur moi ton grand amour.

V. De ma voix j'appelle le Seigneur. De ma voix j'implore le Seigneur.

Tombé sous les voleurs mes propres pensées…

V. Je répands devant Lui ma peine, je découvre devant Lui mon tourment.

S'il est une vertu, s'il est une louange, elle est due aux saints - Ils ont incliné leurs nuques sous le glaive - pour Toi qui as incliné les cieux et es descendu - Ils ont versé leur sang, pour Toi qui T'es dépouillé Toi même - et qui as pris la forme de l'esclave - Ils se sont abaissés jusqu'à la mort, ils ont imité ta pauvreté - Par leurs prières en ta grande compassion, Dieu, aie pitié de nous.

V. Quand mon esprit se consume en moi, - Tu connais ma route.

Poème de Joseph
Ton 8 - Seigneur, Tu as fait de tes saints disciples des cieux spirituels - Par leurs médiations, délivre moi du mal de la terre - Elève ma pensée dans la tempérance et la prudence devant les passions - en ta miséricorde et ton amour de l'homme.

V. Sur le chemin où je marche, ils m'ont caché un piège.

Le temps du jeûne nous aide tous - à mener à bien les actions divines - Pleurons du fond du cœur et appelons le Sauveur - Par tes disciples, Seigneur d'amour - sauve ceux qui célèbrent dans la crainte ton grand amour de l'homme.

V. Regarde à droite et vois on ne me connaît pas.

Poème de Théodore

Ton 8 - Glorieux apôtres vous intercédez pour le monde - vous guérissez les malades et protégez nos santés - Des deux côtés gardez nous qui traversons le temps du jeûne - vivant ensemble dans la paix divine - et l'esprit délivré des passions - afin que nous chantions tous au Christ l'hymne de sa glorieuse Résurrection.

V. Ma fuite est perdue. On n'a pas souci de mon âme.

Poème de Siméon Métaphraste °°, en 24 stichères selon l'alphabet grec.
°° Le Triodion slavon attribue ce poème à saint André de Crète.

Ton 4 - Avec les prostituées et les publicains - j'ai dépensé toute ma vie - Pourrai-je même en ma vieillesse me repentir de mes fautes ? - Créateur de l'univers, Toi qui guéris les malades - Seigneur, avant que je me perde à la fin, sauve moi.

V. Seigneur je T'appelle. J'ai dit : Tu es mon refuge, mon sort sur la terre des vivants.

Je suis accablé sous le poids de la négligence - roulé dans la boue, percé par la flèche du malin - et j'ai souillé ma ressemblance à l'image - Toi qui fais revenir les négligents et délivre les déchus - Seigneur avant que je me perde à la fin, sauve moi.

V. Fais sortir mon âme de la prison, pour que je célèbre ton nom.

Plus que tous j'ai péché, et je suis abandonné - Le souci de la chair s'oppose à mon âme et me couvre de ténèbres - Lumière de ceux qui sont dans les ténèbres et guide des égarés - Seigneur, avant que je me perde à la fin, sauve moi.

V. Les juges viendront m'entourer, quand Tu m'auras récompensé.

Que mon âme vive, disait le prophète - et elle Te louera, Seigneur - Recherche moi, la brebis perdue, compte moi parmi ton troupeau - Donne moi le temps du repentir, pour que je puisse T'implorer - Seigneur, avant que je me perde à la fin, sauve moi.

V. Des profondeurs je T'appelle. Seigneur, entends ma voix.

J'ai péché, j'ai péché, transgressant tes ordres, Christ, Dieu - Pardonne moi dans ta bonté - Que je puisse voir par les yeux de l'âme, fuir les ténèbres - et dans la crainte T'appeler - Seigneur, avant que je me perde à la fin, sauve moi.

V. Que tes oreilles soient attentives à la voix de ma prière.

Les bêtes sauvages m'ont entouré - Mais d'elles, Maître, délivre moi - Car tu veux nous sauver tous et nous mener à la connaissance de la vérité - Créateur, sauve tous les hommes et avec tous sauve moi - Seigneur, avant que je me perde à la fin, sauve moi.

V. Si tu gardes le souvenir des fautes, Seigneur, Seigneur, qui subsistera ? Mais auprès de Toi est le pardon.

Guéris moi en ta bonté - Rédempteur mon Sauveur, ne m'écarte pas - vois moi couché dans les injustices - Mais relève moi en ta toute puissance - afin que je puisse révéler mes œuvres et T'appeler - Seigneur, avant que je me perde à la fin, sauve moi.

V. A cause de ton Nom, j'ai supporté ta rigueur. J'espère dans le Seigneur. Mon âme espère en sa parole.

J'ai caché le talent que Tu m'avais donné. Comme le serviteur ingrat je l'ai enfoui dans la terre - et comme l'inutile je suis condamné et je n'ose rien Te demander - Mais aie pitié de moi dans ta patience quand moi aussi je T'appelle - Seigneur, avant que je me perde à la fin, sauve moi.

V. Depuis la garde du matin jusqu’à la nuit, depuis la garde du matin, qu’Israël espère dans le Seigneur.

Quand elle toucha le bord de ton manteau - Tu as asséché le marais de souffrances de celle qui perdait son sang - D'une foi résolue je vais à Toi recevoir le pardon des fautes - Accueille moi comme elle et guéris ma douleur - Seigneur, avant que je me perde à la fin, sauve moi.

V. Car près du Seigneur est l'amour, et près de Lui l'abondance de la Rédemption. C'est Lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

Tu viendras siéger sur le Trône - Toi qui par la parole as créé le ciel et la terre - Et nous devons tous aller devant Toi révéler nos péchés - Mais avant ce jour reçois moi dans le repentir - Seigneur avant que je me perde à la fin, sauve moi.

V. Louez le Seigneur, toutes les nations. Célébrez Le, tous les peuples.

Regarde moi dans ta miséricorde, pardonne moi, seul Sauveur - Donne à ma pauvre âme les eaux des remèdes - Essuie les souillures de mes œuvres, pour que je chante - Seigneur, avant que je me perde à la fin, sauve moi.

V. Car Son amour est fort sur nous. La vérité du Seigneur demeure dans les siècles.

Le malin a préparé son glaive pour prendre ma pauvre âme - Il m'a fait étranger à la lumière de la connaissance de ta face, Compatissant - Mais en ta force puissante, de ses pièges enlève moi - Seigneur, avant que Je me perde à la fin, sauve moi.

V. Je lève mes yeux vers Toi qui demeures dans les cieux. Comme les yeux des serviteurs vers la main de leurs maîtres, comme les yeux de la servante vers la main de sa maîtresse, ainsi nos yeux vers le Seigneur notre Dieu, jusqu'à ce qu'Il ait compassion de nous.

J'étais tout entier asservi aux passions - J'avais abandonné la loi et les divines Ecritures - Mais guéris moi tout entier en ta bonté - Dieu bon qui pour moi es devenu comme moi - Fais moi revenir, Compatissant qui détruis les passions - Seigneur, avant que je me perde à la fin, sauve moi.

V. Aie pitié de nous, Seigneur, aie pitié de nous. Nous avons tant été rassasiés de mépris. Mon âme a tant été rassasiée de l'outrage des inertes et du mépris des orgueilleux.

La prostituée versa ses larmes sur tes pieds sacrés - nous exhortant à venir recevoir le pardon de nos fautes - Donne moi sa foi, Sauveur, pour moi aussi T'appeler - Seigneur, avant que je me perde à la fin, sauve moi.

V. Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi.

Purifie la souillure de mon âme - Toi qui pour nous T'es appauvri - T'es fait enfant dans la chair - Envoie sur ma faiblesse et mon cœur brisé - Christ, les pluies de ton amour - lave moi de la souillure, guéris moi qui suis malade - Seigneur, avant que je me perde à la fin, sauve moi.

V. Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi.

Donne à mon âme, Maître - la force de Te suivre et de Te servir toujours - Car Tu es mon refuge, ma garde, ma défense, mon secours - Dieu Verbe, rends moi digne de T'appeler en confiance - Seigneur, avant que je me perde à la fin, sauve moi.

V. Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi.

Sois notre rempart indestructible, - Jésus sauveur, Dieu Compatissant - Nous étions tombés dans les œuvres du mensonge - Mais ressuscite la créature en ta bonté - pardonne nous dans ta compassion - Seigneur, avant que je me perde à la fin, sauve moi.

V. Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi.

J'étais le fils prodigue qui dispersa la richesse Et maintenant je suis épuisé par la faim - Dans ta retraite Père bon, je me réfugie - Comme lui reçois moi à ta table - et rends moi digne de T'appeler - Seigneur avant que je me perde à la fin, sauve moi.

V. Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi.

Le malin dans sa jalousie - fit sortir du paradis la première créature - Mais en disant sur l'Arbre de la croix : souviens toi - Le larron a recouvré le Paradis - Dans la foi et la crainte je Te dis aussi : souviens Toi - Seigneur, avant que je me perde à la fin, sauve moi.

V. Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi

Dieu, tends moi la main comme à Pierre et tire moi de l'abîme - Donne moi la grâce et l'amour par l'intercession - de la Mère toujours innocente qui sans semence T'a enfanté, et de tous les saints - Seigneur avant que je me perde à la fin, sauve moi.

V. Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi.

Reçois moi qui Te chante chaque jour - Agneau qui enlèves mon péché - je remets entre tes mains toute mon âme et tout mon corps - Il faut jour et nuit que je T'appelle - Seigneur, avant que je me perde à la fin, sauve moi.

V. Gloire…

Ô ton ineffable miséricorde, Seigneur bon, résigné - Ô infaillible et compatissant, ne m'écarte pas de ta face - que je puisse me réjouir en Toi et Te chanter - Seigneur avant que je me perde à la fin, sauve moi.

Et maintenant…

Ô l'ineffable descente parmi nous - Ô l'étrange et merveilleux enfantement - Ô comment la Vierge peut-elle Te porter - dans ses bras comme un enfant, Dieu Créateur qui dans ta bonté as voulu T'incarner en elle - Seigneur, avant que je me perde à la fin, sauve moi


Prokimenon: Psaume 92
Ton 4 : Dieu de justice, Seigneur, Dieu de justice, parais.
V. : Lève Toi, Juge de la terre.


Lecture de la Genèse (17, 1 - 9)
Abram avait quatre vingt dix neuf ans. Le Seigneur apparut à Abram et lui dit : Je suis Dieu tout puissant. Marche devant ma face et sois parfait.
Je mettrai mon alliance entre Moi et toi. Je te multiplierai à l'infini.
Abram tomba sur sa face. Et Dieu lui parla. Il dit :
Voici mon alliance, que Je fais avec toi. Tu deviendras le père d'une multitude de nations.
On ne t'appellera plus Abram. Ton nom sera Abraham. Car je ferai de toi le père d'une multitude de nations.
Je te ferai croître à l'infini. Je ferai de toi des nations. Et des rois sortiront de toi.
J'établirai mon alliance entre Moi et toi et ta semence après toi de génération en génération. Ce sera une alliance éternelle. Je serai Dieu pour toi et pour ta semence après toi.
Je donnerai à toi et à ta semence la terre où tu séjournes, toute la terre de Canaan, en possession éternelle, et Je serai leur Dieu.
Dieu dit à Abraham : Tu garderas mon alliance, toi et ta semence après toi, de génération en génération.


Prokimenon: Psaume 93
Ton 4: Chantez au Seigneur un chant nouveau - chantez au Seigneur, toute la terre.
V. : Chantez au Seigneur. Bénissez Son Nom. Annoncez de jour en jour son salut.


Lecture des Proverbes (15, 20 - 16, 9)
Le fils sage réjouit son père. L'homme insensé méprise sa mère.
La folie fait la joie de l'homme au cœur vide. Mais l'homme intelligent va droit son chemin.
Les projets échouent quand manque la délibération. Mais de nombreux conseillers les mènent à bien.
L'homme se réjouit, qui répond de sa propre bouche. Et qu'une parole opportune est bonne.
Pour le sage le chemin de la vie mène en haut, afin d'éviter l'enfer en bas.
Le Seigneur renverse la maison des orgueilleux, mais il relève la borne de la veuve.
Le Seigneur déteste les pensées mauvaises. Mais les paroles bienveillantes sont pures.
Celui qui est avide de gagner trouble sa maison. Mais celui qui méprise les présents vivra.
Le cœur du juste médite pour répondre. Mais la bouche des méchants répand le mal.
Le Seigneur s'éloigne des méchants. Mais il écoute les prières des justes.
La lumière des yeux réjouit le cœur. La bonne nouvelle nourrit les os.
L'oreille attentive aux corrections de la vie a sa demeure parmi les sages.
Celui qui rejette l'instruction méprise son âme. Mais celui qui écoute le reproche est maître de son cœur.
La crainte du Seigneur enseigne la sagesse. Et l'humilité précède la gloire.
Les projets du cœur sont à l'homme. Mais la réponse de la langue vient du Seigneur.
Toutes les voies de l'homme sont pures à ses yeux. Mais le Seigneur pèse les esprits.
Confie tes œuvres au Seigneur. Et tu mèneras à bien tes pensées.
Le Seigneur a tout fait pour mener à bien son but, même le méchant pour le jour du malheur.
Le Seigneur déteste le cœur orgueilleux. Peu à peu il sera châtié.
Par la bonté et la fidélité on expie le péché. Par la crainte du Seigneur on évite le mal.
Quand le Seigneur aime la voie d'un homme, Il lui donne d'être en paix même avec ses ennemis.
Mieux vaut peu avec la justice, qu'avoir beaucoup mais injustement.
Le cœur de l'homme médite sa voie. Mais le Seigneur dirige ses pas.


Suite de la liturgie des Présanctifiés.
Monique
 
Messages: 788
Inscription: Mer 31 Mars 2004 10:19

Messagepar Monique » Jeu 06 Mars 2008 17:38

CINQUIEME SEMAINE DE CAREME

Jeudi Matines

Lecture des Psaumes (Psaumes 55 - 63)
Cathismes de l'Octoèque
Après le Psaume 50 :

Grand Canon - Poème d'André de Crète
La lecture des Odes bibliques est omise, et à leur place, devant chaque tropaire, on dit : Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

1ère ode
Hirmos - Le Seigneur s'est fait mon aide et mon protecteur, pour mon salut. C'est mon Dieu et je publierai Sa gloire. Il est le Dieu de nos pères et j'exalterai Sa grandeur car Il a fait éclater sa gloire.

Par où commencerai-je à pleurer les œuvres de ma pauvre existence ? Quelles prémices donnerai-je, ô Christ, à cette imploration ? Mais dans Ta miséricorde, accorde moi la rémission des fautes.
Viens pauvre âme avec ta chair confesse-toi devant le Créateur de l'univers. Fuis l'ancienne déraison et dans le repentir apporte à Dieu tes larmes.
J'ai suivi Adam, la première créature, dans la transgression. Et je me vois par mes fautes dépouillé de Dieu, des délices et du Royaume éternel.
Hélas pauvre âme, pourquoi t'es-tu faite semblable à la première Eve ? Car avec malice tu as regardé, et amèrement tu as été meurtrie. Tu as touché à l'Arbre et tu as mangé dans ton désir la nourriture de la déraison.
Au lieu de l'Eve sensible, l'Eve spirituelle est en moi. La passion qui est dans la chair m'a montré les douceurs et je mange toujours la nourriture amère.
Adam, pour n'avoir pas gardé Ton ordre unique fut justement rejeté de l'Eden. Or que souffrirai-je, moi qui transgresse toujours tes paroles de vie ?
J'ai choisi d'entrer dans le crime de Caïn. Je suis devenu meurtrier de l'âme en ma conscience je l'ai combattue, j'ai fait vivre la chair, dans la malice de mes actions.
Jésus, je n'ai pas imité la justice d'Abel. Jamais je n'ai apporté les dons que Tu reçois ni les actions divines, ni le pur sacrifice ni la vie intègre.
Comme Caïn, pauvre âme, nous avons apporté au Créateur de l'univers des actions souillées, un sacrifice blâmable, une existence inutile aussi nous sommes jugés.
Le Potier, formant l'argile, me donna une chair et des os, le souffle et la vie. Mon Créateur, mon Rédempteur et mon Juge, reçois moi qui me repens.
Sauveur, je Te confesse les fautes que j'ai commises et les plaies de l'âme et du corps qu'ont faites en moi comme des voleurs les pensées meurtrières.
J'ai péché, Sauveur, mais je sais que Tu aimes l'homme Tu frappes et Tu compatis, Tu donnes la chaleur de Ta miséricorde. Tu vois celui qui pleure, Tu viens comme le Père qui rappelle le fils prodigue.
Je suis rejeté devant Tes portes, Sauveur. Quand je serai vieux, ne me repousse pas, vide en enfer. Mais avant la fin, dans Ton amour de l'homme, donne-moi la rémission des fautes.
Celui qui tomba au milieu des voleurs, c'est moi au milieu de mes pensées. Par elles maintenant je suis tout meurtri, je suis couvert de blessures. Mais viens, Christ Sauveur, et guéris moi.
Le prêtre à ma vue se détourna et le lévite me voyant dans le malheur, me laissa dépouillé. Mais, Jésus qui T'es levé de Marie, viens, aie compassion de moi.
Agneau de Dieu qui enlèves les péchés de tous enlève de moi la lourde charge du péché et dans Ta miséricorde donne moi la rémission des fautes.
C'est le temps du repentir, je viens à Toi, mon Créateur. Enlève de moi la lourde charge du péché et dans Ta miséricorde donne moi les larmes du recueillement.
Ne me méprise pas, Sauveur. Ne me rejette pas loin de ta face. Enlève de moi la lourde charge du péché. Dans ta miséricorde donne moi la rémission des fautes.
Toutes mes fautes que j'ai voulues, que je n'ai pas voulues mes fautes visibles et cachées que je connais et que j'ignore Sauveur Dieu pardonne les, et sauve moi.
Sauveur, depuis ma jeunesse j'ai transgressé tes commandements, j'ai passé ma vie dans les passions et la négligence, je T'appelle, ne serait-ce qu'à la fin, sauve moi.
J'ai dépensé dans la perdition l'être de mon âme. Je suis vide des vertus de l'amour de Dieu et j'appelle dans ma faim : Toi qui donnes l'amour, viens, aie pitié de moi.
Devant Toi, Jésus, je me prosterne. J'ai péché contre Toi, pardonne moi. Enlève de moi la lourde charge du péché et dans Ta miséricorde, Dieu, reçois moi qui me repens.
N'entre pas en jugement avec moi découvrant ce que j'ai fait, recherchant les causes et sondant les désirs. Mais dans Ta compassion, Tout-Puissant, écarte mes fautes et sauve moi.

Sainte Mère Marie, prie Dieu pour nous.
Par la divine prévoyance d'en-haut, donne-moi la grâce lumineuse d'échapper aux ténèbres des passions et de chanter de tout mon cœur. Marie, la joie des œuvres droites de ta vie.

Sainte Mère Marie, prie Dieu pour nous.
Soumise aux lois divines du Christ, tu es venue à Lui abandonnant les vertiges des plaisirs et dans l'amour de Dieu tu as acquis comme une seule toutes les vertus.

Saint Père André, prie Dieu pour nous.
Par tes prières, glorieux André, délivre nous des passions infâmes. Unis maintenant au Royaume du Christ, nous Te prions ceux qui te célèbrent dans la foi et le désir.

Gloire... : Trinité au-delà de l'être, adorée dans l'Unité enlève de moi la lourde charge du péché et dans Ta miséricorde donne-moi les larmes du recueillement.

Et maintenant... : Mère de Dieu, espérance et protection de ceux qui te célèbrent enlève de moi la lourde charge du péché Vierge pure, Souveraine, reçois-moi qui me repens.


2ème Ode
Hirmos - Cieux, prêtez l'oreille, car je vais parler et chanter des hymnes au Christ qui s'est incarné dans le sein de la Vierge.

Ciel, écoute, et je parlerai. Terre, entend la voix qui se repent devant Dieu, la voix qui Le célèbre.
Dieu, en Ta compassion porte sur moi Ton regard d'amour et reçois mon ardente confession.
J'ai péché plus que tous les hommes. Seul j'ai péché contre Toi. Mais aie compassion, Dieu Sauveur, de Ta créature.
La tempête des vices m'entoure, Seigneur miséricordieux Mais comme à Pierre, à moi aussi tends la main.
Les larmes de la prostituée, je les verse aussi, Compatissant. Pardonne-moi, Sauveur, dans Ta miséricorde.
J'ai noirci la beauté de l'âme dans les plaisirs des passions Et j'ai rendu à la terre tout mon esprit.
J'ai maintenant déchiré le premier vêtement qu'au commencement le Créateur avait tissé pour moi. Et je suis nu et couvert de honte.
J'ai revêtu le vêtement déchiré que m'avait tissé le serpent par ses conseils, et je suis couvert de honte.
J'ai regardé la beauté de l'Arbre j'ai trompé mon esprit. Maintenant je suis nu et j'ai honte.
Tous les princes du mal ont bâti sur mon dos et prolongé sur moi leur injustice.
J'ai perdu la beauté de la première création et ma noblesse. Maintenant je suis nu et couvert de honte.
La faute a cousu sur moi aussi les tuniques de peau. Elle m'a dépouillé de l'ancien vêtement que Dieu avait tissé.
Je suis couvert du vêtement de la honte comme des feuilles du figuier qui dénoncent mes passions volontaires.
Je suis vêtu du manteau marqué du sang de la honte par le déversement de la vie dans les passions et l'amour des plaisirs.
J'ai sali le vêtement de ma chair, Sauveur et souillé mon être à Ton image et à Ta ressemblance.
Je suis tombé sous le plaisir accablant des passions et la corruption matérielle. Et maintenant l'ennemi m'opprime.
La vie dans l'amour de la matière et de la richesse, je l'ai préférée à la pauvreté. Maintenant j'en porte la lourde charge.
J'ai paré la figure de la chair du vêtement bigarré des passions infâmes et je suis condamné.
Je ne me souciais que de la beauté du dehors et j'ai négligé la demeure intérieure qui est l'image de Dieu.
J'ai porté en moi sous l'ardeur des plaisirs la laideur des passions et j'ai dévasté la beauté de l'esprit.
J'ai perdu dans les passions, Sauveur la beauté de l'ancienne image. Mais recherche la drachme, et trouve-la.
J'ai péché comme la prostituée. Seul j'ai péché contre Toi. Comme la myrrhe, Sauveur, reçois aussi mes larmes.
Dans la perdition je suis tombé, comme David et suis couvert de boue. Mais lave moi aussi, Sauveur, dans les larmes.
Pardonne. Comme le Publicain je T'appelle. Sauveur, pardonne-moi. Aucun des enfants d'Adam n'a comme moi péché contre Toi.
Je n'ai ni larmes, ni repentir, ni contrition. Mais Toi même donne les moi, Sauveur mon Dieu.
Ne me ferme pas la porte alors, Seigneur, Seigneur. Mais ouvre la. Je me repens devant Toi.
Dieu qui aimes l'homme et veux sauver tous les êtres rappelle moi et reçois moi qui me repens, dans ta bonté.
Entends les implorations de mon âme. Reçois les larmes de mes yeux, Sauveur, et sauve moi.

Très Sainte Mère de Dieu, sauve nous.
Vierge Pure, Mère de Dieu, seule toute célébrée prie toujours pour que nous soyons sauvés.

Autre Hirmos
Voyez, voyez que Je suis Dieu qui autrefois dans le désert ai fait pleuvoir la manne et jaillir l'eau du rocher pour mon peuple par ma seule droite et ma puissance.

Voyez, voyez que Je suis Dieu. Ecoute mon âme, la voix du Seigneur. Sépare-toi de la première faute et crains Dieu, qui est ton Juge.
A qui ressembles-tu, mon âme égarée dans les fautes sinon au premier Caïn et à Lamech meurtrissant le corps dans le mal et tuant l'esprit sous la folie des passions.
Tu as négligé tous ceux qui vinrent avant la Loi, mon âme. Tu n'as pas ressemblé à Seth. Tu n'as pas suivi Enosh, ni Enoch qui fut enlevé, ni Noé. Mais tu t'es privée de la vie des justes.
Tu as seule ouvert, mon âme, les cataractes de la colère de ton Dieu. Tu as englouti, comme la terre toute chair, les œuvres et la vie. Et tu es restée hors de l'arche du salut.
J'ai tué un homme pour ma blessure et un enfant pour ma plaie, implorait Lamech. Et toi, mon âme, tu ne trembles pas de salir la chair et de souiller l'esprit.
Ô comme j'ai suivi Lamech, l'ancien meurtrier en tuant l'âme comme un homme et l'esprit comme un enfant et le corps comme mon frère tel Caïn sous l'impulsion des plaisirs.
Tu t'ingéniais, mon âme, en tes désirs, à bâtir une tour et dresser une forteresse. Mais le Créateur a confondu ton projet. Il a renversé tes intentions sur la terre.
Je suis blessé, je suis meurtri. Voici les flèches de l'ennemi qui ont marqué mon âme et mon corps, je T'appelle. Voici les blessures, les ulcères, les déchirements les plaies de mes passions volontaires.
Le Seigneur autrefois de la demeure du Seigneur fit pleuvoir le feu sur l'injustice débordante et brûla Sodome. Mais toi, mon âme, tu as allumé le feu de l'enfer dans lequel amèrement tu devras brûler.
Voyez, voyez, que Je suis Dieu qui sonde les cœurs, qui émonde les pensées qui réfute les actes, qui brûle les péchés qui juge l'orphelin, l'humble et le pauvre.

Sainte Mère Marie, prie Dieu pour nous.
Tu as tendu ta main vers Dieu compatissant, Marie engloutie dans l'abîme du mal et comme Pierre, dans son amour de l'homme, Il te secourut de Sa main Lui qui en tout cherchait ton retour.

Sainte Mère Marie, prie Dieu pour nous.
De toute ton ardeur, en ton désir, tu es allée vers le Christ et tu as quitté l'ancienne voie du péché. Elevée dans les déserts inaccessibles, tu as purement accompli les divins commandements.

Saint Père André, prie Dieu pour nous.
Vois, mon âme, vois l'amour de Dieu, l'amour du Maître pour l'homme. Avant la fin, prosternons nous en larmes devant Lui, disant : Par les prières d'André, Sauveur, aie pitié de nous.

Gloire... : Trinité incréée qui n'as pas de commencement, Unité indivisible reçois-moi qui me repens, sauve-moi qui ai péché. Je suis ta créature, ne m'écarte pas. Mais épargne-moi, délivre moi du feu de la condamnation.

Et maintenant... : Blanche Souveraine, Mère de Dieu espérance de ceux qui vont à toi, port de ceux qui sont dans la tempête appelle sur moi aussi par tes prières le pardon du Compatissant, le Créateur et ton Fils.


3ème Ode
Hirmos - Sur la pierre inébranlable de Tes commandements ô Christ, affermis Ton Eglise.

Eteins le feu qui vient du Seigneur, mon âme avant que le Seigneur ne brûle la terre de Sodome.
Sauve toi vers la montagne, mon âme, comme Lot et pars te réfugier dans Sohar.
Fuis l'incendie, mon âme, fuis l'embrasement de Sodome, fuis la destruction dans l'ardeur du feu de Dieu.
Je me confesse devant Toi, Sauveur j'ai péché contre Toi sans mesure. Délivre-moi, pardonne-moi, dans Ta miséricorde.
Seul j'ai péché contre Toi. Plus que tous, j'ai péché. Ô Christ Sauveur, ne m'abandonne pas.
Tu es le bon Pasteur. Recherche moi, l'agneau égaré. Ne m'abandonne pas.
Tu es Jésus très doux, Tu es mon Créateur. En Toi Sauveur, je serai justifié.

Très Sainte Trinité, notre Dieu, aie pitié de nous.
Dieu, Trinité, Unité sauve nous de l'erreur , des tentations et des malheurs.

Très Sainte Mère de Dieu, sauve nous.
Réjouis toi, sein qui portas Dieu. Réjouis toi, Trône du Seigneur. Réjouis toi, Mère de notre vie.

Autre Hirmos
Affermis, Seigneur, sur la pierre de tes commandements mon cœur ébranlé car Tu es seul Saint et Seigneur.

En Toi qui as détruit la mort, j'ai la source de la vie. Et je T'appelle de tout mon cœur avant la fin j'ai péché, pardonne moi, sauve moi.
J'ai imité l'impudence des hommes du temps de Noé. Dans le cataclysme qui engloutit, j'hérite leur condamnation.
J'ai péché, Seigneur, j'ai péché contre Toi, pardonne moi. Nul n'a péché parmi les hommes, que je n'aie dépassé de mes fautes.
Suivant Cham le parricide, mon âme tu n'as pas couvert, en te retournant, la nudité du prochain.
Tu n'as pas hérité, pauvre âme, la bénédiction de Sem et tu n'as pas eu comme Japhet, une large part dans la terre de l'absolution.
Sors, mon âme, de Charan et de la terre du péché et viens dans la terre où coule l'incorruptibilité de la vie éternelle qu'hérita Abraham.
Tu as appris, mon âme, qu'Abraham autrefois quitta la terre de ses parents et émigra. Imite sa résolution.
Sous le chêne de Mambré, le Patriarche reçut les anges. En sa vieillesse il hérita le fruit de la promesse.
Tu as connu, ma pauvre âme, le nouveau sacrifice. Isaac mystérieusement offert au Seigneur. Imite sa résolution.
Tu as appris, mon âme, qu'Ismaël fut chassé comme une engeance d'esclave. Sois sobre, veille à ne rien souffrir de semblable en suivant tes passions.
Tu es devenue pareille, mon âme, à l'Egyptienne Agar autrefois. Ta volonté asservie, tu as enfanté l'impudence, un nouvel Ismaël.
Tu as connu, mon âme, l'échelle de Jacob révélée de la terre aux cieux. Pourquoi n'as tu pas eu le fondement sûr de l'amour de Dieu ?
Imite le prêtre de Dieu, le roi solitaire l'image du Christ, de sa vie dans le monde parmi les hommes.
Ne deviens pas, mon âme, une colonne de sel. Ne te retourne pas en arrière. Crains l'exemple des hommes de Sodome. Sauve toi en haut, vers Sohar.
Fuis, mon âme, comme Lot, l'incendie du péché. Fuis Sodome et Gomorrhe. Fuis la flamme de tout désir qui ne suit pas la raison.
Pitié, Seigneur, pitié pour moi, je T'appelle quand Tu viendras avec Tes Anges rendre à chacun ce que méritent ses œuvres.
Ne rejette pas, Maître, la prière de ceux qui Te célèbrent. Mais compatis, Toi qui aimes l'homme et à ceux qui la demandent dans la foi, donne l'absolution.

Sainte Mère Marie, prie Dieu pour nous.
Je suis pris dans la tempête et les vagues des fautes. Mère, sauve moi maintenant, conduis-moi vers le port du divin repentir.

Sainte Mère Marie, prie Dieu pour nous.
Sainte qui portes maintenant ta prière suppliante à la Mère de Dieu. Miséricordieuse par ton intercession, ouvre moi les portes divines.

Saint Père André, prie Dieu pour nous.
Par tes prières, à moi aussi, donne l'absolution des fautes. André, prince de la Crète. Car tu as bien montré le chemin du repentir.

Gloire... : Unité simple et incréée, Nature qui n'as pas de commencement célébrée dans la Trinité des Personnes, sauve nous qui dans la foi adorons ta puissance.

Et maintenant... : Mère de Dieu, tu as conçu sans l'homme dans le temps le Fils intemporel du Père, miracle étranger, tu allaitais et restais vierge.

Katavasia - Affermis, Seigneur, sur la pierre de tes commandements mon cœur ébranlé car Tu es seul Saint et Seigneur.


Cathisme Poème de Joseph
Ton 8 - Flambeaux du rayonnement de Dieu, qui avez vu le Sauveur éclairez nous qui sommes dans les ténèbres de l'existence que nous puissions maintenant marcher dignement comme dans le jour à la lumière de la tempérance, chassant les passions nocturnes et voir dans la joie la lumineuse Passion du Christ.

Gloire…
Autre Poème de Théodore
Douze apôtres élus de Dieu, suppliez maintenant le Christ pour que tous parcourent jusqu'au bout le stade du jeûne priant dans le recueillement, vivant de tout leur cœur les vertus. Qu'ainsi nous puissions, rendant gloire et louange parvenir à voir la glorieuse Résurrection du Christ notre Dieu.

Et maintenant…
Mère de Dieu, avec les apôtres supplie le Verbe incompréhensible le Fils de Dieu, inexplicablement né de toi, plus haut que l'intelligence de donner à l'univers la vraie paix, de nous accorder le pardon des fautes avant la fin et de rendre tes serviteurs dignes du Royaume des cieux en son extrême bonté.


4ème Ode
Triode Poème de Joseph
Hirmos
Ton 8 - Seigneur j'ai entendu la parole qui T'annonce et j'ai craint. En ton ineffable bonté, Dieu éternel, Tu es venu T'incarner dans la Vierge. Gloire à Ta descente parmi nous, Christ, gloire à Ta puissance.

Saints apôtres du Christ, priez Dieu pour nous.
Les apôtres illuminés du Christ, qui vécurent dans la tempérance nous aident par leurs médiations divines à traverser le temps du jeûne.

La lyre aux douze cordes, le chœur divin des disciples chanta la mélodie salutaire et confondit les voix de la malice.

Sous les pluies de l'Esprit, bienheureux vous avez arrosé toute la terre et chassé l'orgueil du polythéisme.

Très Sainte Mère de Dieu, sauve nous.
Humilie moi, sauve moi, qui ai vécu dans l'orgueil. Toute Pure qui as enfanté Celui qui releva la nature humiliée.

Autre Triode Poème de Théodore
Hirmos
Ton 8 - J'ai entendu, Seigneur, la parole qui T'annonce, et j'ai craint. J'ai compris Tes œuvres, Maître, et j'ai glorifié Ta puissance.

Saint apôtres du Christ, priez Dieu pour nous.
Vénérable chœur des apôtres, supplie le Créateur de l'univers qu'Il ait pitié de nous qui te célébrons.

Apôtres vous êtes les ouvriers du Christ. Vous avez cultivé le monde entier par la parole divine. Portez lui toujours des fruits.

Apôtres vous étiez la vigne du Christ le Bien Aimé en vérité. Vous avez versé au monde le vin de l'Esprit.

Gloire…
Toute Puissante Trinité de même forme au-delà du commencement Père, Verbe, Esprit Saint, Dieu, Lumière, et Vie, garde ton troupeau.

Et maintenant…
Réjouis toi, Trône de feu. Réjouis toi, Chandelier qui portes le flambeau. Réjouis toi, Montagne de la sanctification, Arche de la vie, sainte Demeure des saints.


Grand Canon
4ème ode
Hirmos
Instruit de ton avènement, Seigneur, de ta naissance virginale et de ta manifestation aux hommes, le prophète eut peur et s'écria : J'ai entendu ta parole et j'ai été saisi d'effroi. Gloire à Ta puissance, Seigneur.

N'écarte pas Tes œuvres, ne rejette pas Ta créature, juste Juge quand seul j'aurais péché plus que tout homme, Seigneur de l'univers qui aimes l'homme, Tu as le pouvoir de pardonner les fautes.
La fin approche, mon âme, elle approche et tu n'y penses pas, tu ne te prépares pas, le temps est court, lève toi. Le Juge est proche, Il est aux portes. Comme un rêve, comme une fleur passe le temps de la vie. Pourquoi nous troublons-nous en vain ?
Réveille toi, mon âme, réfléchis à tes œuvres. Mets-les devant tes yeux et verse tes larmes. Révèle au Christ tes actes et tes pensées. Et tu seras justifiée.
Il n'est pas dans l'existence un péché, une faute, un mal que je n'aie pas faits, Sauveur. J'ai péché en esprit, en paroles, en intention, en actions dans mes pensées, dans mes actes, comme nul autre jamais.
C'est ici que je suis jugé, ici que je suis condamné malheureux, par ma propre conscience plus violente que rien au monde. Mon juge, mon Rédempteur qui me connais épargne-moi, délivre-moi, sauve-moi, Ton serviteur.
L'échelle que vit autrefois le grand Patriarche est l'image, mon âme, de l'action qui monte et de la connaissance qui s'élève. Si tu veux vivre par l'œuvre, la pensée, la vision, renouvelle toi.
Le Patriarche en son indigence endurait la chaleur du jour et supportait le froid de la nuit. Chaque jour il dérobait, gardait les troupeaux, luttait et travaillait pour épouser les deux femmes.
Je vois dans les deux femmes l'action et la connaissance contemplative. Léa est l'action féconde, Rachel la connaissance douloureuse. Car sans les peines, mon âme, ne s'accompliront ni l'action, ni la contemplation.
Veille, mon âme, élève-toi comme le grand Patriarche afin de porter l'action et la connaissance, d'être un esprit qui voit Dieu, d'atteindre dans la contemplation la ténèbre inaccessible et de faire le grand échange.
Le grand Patriarche en engendrant les douze Patriarches posa mystérieusement devant toi, mon âme, l'échelle de la montée active. Dans la sagesse il fit de ses enfants des degrés, et de ses marches des élévations.
Suivant Esaü le méprisé, mon âme tu as rendu au malin les droits d'aînesse de la première beauté et tu es déchue de la bénédiction paternelle. Deux fois tu as été supplantée, dans l'action et la connaissance. Maintenant, repens toi.
Esaü fut appelé Edom pour son extrême prostitution. Toujours enflammé par l'intempérance et souillé par les plaisirs il fut nommé Edom qui signifie : l'ardeur de l'âme dans l'amour du péché.
Tu as appris, mon âme, que Job sur son fumier fut justifié. Mais tu n'as pas recherché son courage, tu n'avais pas la fermeté de sa résolution en tout ce que tu as appris, que tu as su, que tu as éprouvé, tu n'as pas eu la patience.
Celui qui était sur le trône est maintenant ulcéré, nu, sur le fumier. Celui qui était comblé d'enfants et glorieux a soudain perdu ses fils et ses demeures. Son palais était le fumier et ses perles les ulcères.
Couvert de la dignité royale, du diadème et de la pourpre l'homme comblé, le juste, chargé de richesses et de troupeaux soudain se découvrit pauvre, privé de la richesse, de la gloire et du Royaume.
Si lui était juste et irréprochable devant tous et ne put échapper aux pièges et aux fosses du trompeur toi qui aimes le péché, pauvre âme, que feras-tu quand te viendra l'une des choses que tu n'attends pas.
J'ai sali le corps, j'ai souillé l'esprit, je suis tout couvert d'ulcères. Mais ô Christ guéris-moi dans le repentir. Lave-moi, purifie-moi, rends-moi, mon Sauveur, plus blanc que la neige.
Verbe crucifié pour tous, Tu as donné ton corps et ton sang ; ton corps pour me recréer, ton sang pour me laver. Et Tu as rendu l'esprit pour me ramener, ô Christ, à ton Père.
Le Créateur accomplit le salut au milieu de la terre pour nous sauver. Il voulut être crucifié sur l'Arbre, et l'Eden fermé s'est ouvert. La création, ce qui est en haut et ce qui est en bas, et toutes nations sauvées T'adorent.
Que me baigne le sang et que je boive l'eau de l'absolution qui coulent de Ton côté afin que par l'un et l'autre je sois purifié, couvert par leur onction et buvant comme un breuvage Tes paroles de vie.
Je suis dépouillé de la chambre nuptiale, dépouillé des noces et du festin. Ma lampe, sans huile, s'est éteinte. La porte s'est fermée sur moi qui dormais, le festin est mangé. Et moi, pieds et mains liés, dehors je suis rejeté.
L'Eglise a reçu comme un calice Ton côté qui porte la vie d'où la double source de l'absolution et de la connaissance a coulé pour nous en figure de l'ancien Testament et du nouveau et des deux ensemble, notre Sauveur.
Le temps de ma vie est court, plein de peines et de malice. Mais reçois-moi dans le repentir et rappelle-moi dans la connaissance. Que je ne devienne ni la proie ni la nourriture de l'étranger, Sauveur, aie Compassion de moi.
Maintenant mon cœur est orgueilleux, effronté, hasardeux et vain. Ne me condamne pas avec le Pharisien, mais donne moi l'humilité du Publicain seul Compatissant, juste Juge, et avec lui compte moi.
J'ai péché en outrageant le vase de ma chair, je sais, Compatissant. Mais reçois-moi dans le repentir et rappelle-moi dans la connaissance. Que je ne devienne ni la proie ni la nourriture de l'étranger, Sauveur, aie compassion de moi.
J'étais devenu ma propre idole, nuisant à mon âme dans les passions, Compatissant. Mais reçois-moi dans le repentir et rappelle-moi dans la connaissance. Que je ne devienne ni la proie ni la nourriture de l'étranger, Sauveur, aie compassion de moi.
Je n'ai pas écouté ta voix, j'ai transgressé tes Ecritures, Législateur. Mais reçois-moi dans le repentir et rappelle-moi dans la connaissance Que je ne devienne ni la proie ni la nourriture de l'étranger, Sauveur, aie compassion de moi.

Sainte Mère Marie, prie Dieu pour nous.
Portant dans ton corps la vie des anges, Sainte, tu as reçu de Dieu la plus grande grâce en vérité et tu conduis ceux qui te vénèrent dans la foi. Nous te supplions, par tes prières, délivre nous de toutes les tentations.

Sainte Mère Marie, prie Dieu pour nous.
Tombée dans la profondeur des grandes fautes, tu n'es pas restée engloutie. Mais par ta résolution plus forte, tu es remontée merveilleusement vers la plus haute vertu de l'action, Marie qu'admira la nature des anges.

Saint Père André, prie Dieu pour nous.
André, gloire des Pères, qui es devant la Trinité plus que divine ne manque pas de supplier par tes prières pour que soient délivrés de la damnation ceux qui dans leur désir appellent ta protection divine, beauté de la Crète.

Gloire… : Je Te célèbre, Dieu, dans Ta connaissance. En Toi l'Être est indivisible et les Personnes ne se confondent pas. Divinité une et trinitaire, même Royaume, même Trône. Et je Te porte le grand chant de la triple louange au plus haut des cieux.

Et maintenant... : Tu enfantes et tu es vierge. Dans l'un et l'autre tu demeures naturellement vierge. L'Enfant renouvelle les lois de la nature. Le sein conçoit et reste virginal. L'ordre de la nature est dépassé où Dieu veut. Car Il fait ce qu'Il veut.


5ème Ode
Hirmos - Veillant dans une nuit profonde, je T'invoque, Seigneur miséricordieux. Eclaire-moi, ô mon Sauveur. Conduis-moi sur la voie de tes commandements. Enseigne-moi à faire Ta volonté.

J'ai toujours passé dans la nuit mon existence. Car les ténèbres sont venues. Sur moi la nuit du péché est une brume profonde. Mais Sauveur, fais de moi un fils du jour.
Imitant Ruben, malheureux, j'ai dirigé contre Dieu Très-Haut ma volonté inique opposée à la loi, j'ai souillé ma couche, comme lui celle de son père.
Je me confesse devant Toi, Christ Roi. J'ai péché, j'ai péché, comme autrefois les frères de Joseph qui vendirent le fruit de l'innocence et de la chasteté.
L'âme juste fut livrée par ses frères. Pour l'esclavage fut vendu l'homme doux qui figurait le Seigneur. Mais toi, mon âme, tu t'es vendue tout entière à ton mal.
Imite l'esprit juste et sage de Joseph, pauvre âme réprouvée. Ne me damne plus par tes folles impulsions transgressant toujours la loi.
Joseph demeura autrefois dans la fosse, Maître, Seigneur. Il figurait Ton ensevelissement et Ta résurrection. Une telle figure te l'ai-je jamais apportée ?
Tu as appris, mon âme, que l'arche de Moïse fut portée par les eaux sur les vagues du fleuve comme en sa demeure autrefois fuyant le geste amer de la volonté de Pharaon.
Si tu as appris, pauvre âme que les sages-femmes ne tuèrent pas les enfants et quel fut l'acte viril de leur prudence maintenant comme le grand Moïse, nourris la sagesse.
Comme le grand Moïse, pauvre âme, tu as frappé l'esprit égyptien, mais tu ne l'as pas tué. Dis, comment habiteras-tu le désert des passions dans le repentir ?
Le grand Moïse demeura dans les déserts. Viens, mon âme, imite sa vie afin de voir aussi Dieu se révéler dans le buisson.
Figure, mon âme, la verge de Moïse qui frappa la mer et figea l'abîme sous le signe de la croix divine par lui, toi aussi tu pourras faire de grandes choses.
Aaron offrait à Dieu le feu parfait et sans fraude. Mais Ophnès et Phinéas, comme toi mon âme amenèrent une vie souillée, étrangère à Dieu.
Ma pensée lourde comme celle de l'amer Pharaon, ô Maître, je suis devenu dans l'âme et le corps tel Jannès et Jambrès. L'esprit est englouti. Mais viens à mon secours.
J'ai mêlé, malheureux, mon esprit à la boue, ô Maître, lave-moi dans le bain de mes larmes, je Te prie et rends blanc comme la neige le vêtement de ma chair.
Si je sonde mes œuvres, Sauveur, je vois que je dépasse tout homme par mes fautes car j'ai péché, non dans l'ignorance, mais la connaissance du cœur.
Epargne, Seigneur, épargne ta créature, j'ai péché, pardonne moi car seul Tu es pur de nature, hors de Toi nul n'est sans souillure.
Dieu, pour moi Tu as pris ma forme, Tu as fait des miracles. Tu as guéri les lépreux, Tu as délié les paralytiques. Tu as arrêté quand elle toucha ton vêtement, Sauveur, le flux de celle qui perdait son sang.
Imite l'Hémorroïsse, mon âme misérable, accours, retiens les vêtements du Christ, pour être guérie de tes blessures et pour entendre de Lui : Ta foi t'a sauvée.
Imite, mon âme, celle qui s'inclina jusqu'à terre. Va, prosterne-toi aux pieds de Jésus afin qu'Il te redresse et que tu marches droit sur les chemins du Seigneur.
Si profond que soit le puits, ô Maître de tes veines pures verse-moi les eaux que je puisse boire comme la Samaritaine et ne plus avoir jamais soif. Car Tu répands les flots de la vie.
Que mes larmes me soient la fontaine de Siloé, ô Maître, Seigneur afin que je lave moi aussi les yeux de mon âme et que je Te voie en esprit, Lumière d'avant les siècles.

Sainte Mère Marie, prie Dieu pour nous.
D'un amour incomparable, glorieuse tu désirais vénérer l'Arbre de la vie et ton vœu fut exaucé. Rends moi digne de trouver, moi aussi, la gloire d'en-haut.

Sainte Mère Marie, prie Dieu pour nous.
Tu as passé les eaux du Jourdain, tu as trouvé le repos impassible en fuyant la passion de la chair. Nous aussi, délivre-nous, sainte, par tes prières.

Saint Père André, prie Dieu pour nous.
Sage André, l'élu le plus noble des pasteurs de tout mon désir et dans la crainte, je te prie. Que par ton intercession, je découvre le salut et la vie éternelle.

Gloire... : Trinité, nous glorifions en Toi Dieu unique. Tu es Saint, Saint, Saint, Père, Fils et Esprit, Etre simple, Unité toujours adorée.

Et maintenant… : En toi Vierge Mère qui ne connus ni la corruption ni l'homme, Dieu qui créa les siècles a revêtu mon corps. Il s'est uni Lui-même à la nature des hommes.


6ème Ode
Hirmos - J'ai crié de tout mon cœur vers le Dieu de miséricorde Et Il m'a exaucé, ramenant ma vie à Lui en la tirant du fond des enfers et du gouffre de la corruption.

Je T'offre en toute pureté les larmes de mes yeux et les implorations. Sauveur, j'appelle du fond du cœur : Dieu, j'ai péché, pardonne-moi.
Tu t'es dressée, mon âme, contre Ton Seigneur, comme Dathan et Abiram. Mais appelle de tout ton cœur : Epargne-moi. Que ne te recouvre pas le gouffre de la terre.
Comme une génisse irritée sous l'aiguillon, mon âme, tu ressemblais à Ephraïm. Sauve des pièges ma vie, comme la biche ailée par l'action, l'esprit et la vision.
La main de Moïse nous révèle, mon âme comment Dieu peut blanchir et purifier une vie léprosée. Serais-tu couverte de lèpre, ne désespère pas de toi-même.
Sauveur, les vagues de mes fautes revenant comme dans la mer Rouge m'ont soudain recouvert comme autrefois les Egyptiens et les princes des cavaliers.
Tu n'avais dans ton désir aucune reconnaissance mon âme, comme jadis Israël. Car à la manne divine tu as préféré follement dans l'amour des plaisirs la gourmandise des passions.
Tu as préféré la nourriture égyptienne, la viande de porc et les chaudrons à la nourriture céleste, mon âme comme autrefois dans le désert le peuple ingrat.
Tu as préféré, mon âme, les puits des pensées cananéennes à la pierre d'où le fleuve de la sagesse répand les sources de la théologie.
Quand Moïse ton serviteur frappa de sa verge la pierre symboliquement, Sauveur il figurait ton côté vivifiant d'où tous nous puisons le breuvage de la vie.
Recherche et observe, mon âme, comme Josué quelle est la terre de l'héritage et demeure en elle dans la justice.
Lève toi, comme Josué combats Amalek, les passions de la chair et vaincs toujours les Gabaonites, les pensées de mensonge.
Traverse la nature du temps qui s'écoule, comme autrefois l'arche et possède, mon âme, cette terre promise, Dieu l'ordonne.
Comme Tu as sauvé Pierre qui criait : sauve-moi Sauveur, viens me délivrer du monstre. Tends Ta main, enlève moi du gouffre du péché.
Je connais en Toi le port serein, ô Maître, Maître, Christ. Mais viens me délivrer des gouffres insondables de la faute et du désespoir.
Je suis, Sauveur, la drachme royale que jadis Tu as perdue. Mais Verbe, allume le chandelier, ton Précurseur. Recherche et trouve ton image.

Sainte Mère Marie, prie Dieu pour nous.
Pour éteindre la brûlure des passions, Marie toujours tu versais des larmes sur ton âme enflammée. Donne cette grâce à moi aussi ton serviteur.

Sainte Mère Marie, prie Dieu pour nous.
Mère tu as acquis l'impassibilité céleste en menant sur la terre la vie la plus extrême. Par tes prières supplie que soient délivrés des passions ceux qui te célèbrent.

Saint Père André, prie Dieu pour nous.
Je te sais pasteur et prince de la Crète et médiateur de la terre des hommes. Je vais à toi, André, et je t'appelle Père, délivre-moi du gouffre du péché.

Gloire... : Je suis la Trinité simple, indivisible et divisée en Personnes et je suis l'Unité unie par la Nature disent le Père, le Fils et l'Esprit divin.

Et maintenant... : Ton sein nous a enfanté Dieu qui prit notre forme. Il est le Créateur de l'univers. Prie Le, Mère de Dieu, pour que par ton intercession nous soyons justifiés.

Hirmos - J'ai crié de tout mon cœur vers le Dieu de miséricorde. Et Il m'a exaucé, ramenant ma vie à Lui en la tirant du fond des enfers et du gouffre de la corruption.


Kondakion Ton 6
Mon âme, ô mon âme, tu sommeilles, réveille-toi ! Car le terme est proche et le trouble qui va te saisir est imminent. Laisse là ta torpeur, afin que le Christ Dieu te fasse miséricorde. Lui qui est partout présent et qui remplit toutes choses.

Ikos - Voyant ouverte la demeure des guérisons du Christ, et sortir d'elle la santé d'Adam, le diable, frappé, souffrait et se lamentait comme en péril, et il dit à ses amis : Que ferai-je au Fils de Marie ? Il me tue, l'enfant de Bethléem Lui qui est partout présent et qui remplit toutes choses.

Synaxaire :Ce même jour, jeudi de la cinquième semaine du jeûne, selon l'antique tradition, nous chantons l'office du grand canon pénitentiel.
Jésus, donne de vivre dans la contrition à ceux qui Te chantent maintenant le grand canon.
Par l'intercession de saint André, Dieu, aie pitié de nous.


Béatitudes
Ton 6 - Dans ton Royaume, souviens-Toi de nous, Seigneur, quand Tu viendras dans ton Royaume.

Christ, Tu as fait citoyen du Paradis le larron qui T'a dit sur la croix : Souviens-Toi de moi. Moi aussi l'indigne, rends-moi digne de son repentir.

Bienheureux les pauvres en esprit, car le Royaume des cieux est à eux.

Tu as appris, mon âme, que Manoah eut autrefois une vision de Dieu et reçut alors de la stérile le fruit de la promesse, imitons sa piété.

Bienheureux les affligés, car ils seront consolés.

Imitant la négligence de Samson, mon âme tu as perdu la gloire de tes œuvres, tu as livré aux étrangers, par amour du plaisir, la vie sage et bienheureuse.

Bienheureux les doux, car ils hériteront la terre.

Celui qui vainquit les étrangers avec une mâchoire d'âne. Maintenant se perd dans le plaisir passionné. Fuis, mon âme, l'imitation, le geste, la mollesse.

Bienheureux les affamés et assoiffés de justice, car ils seront rassasiés.

Baraq et Jephté les princes de l'armée furent élus juges d'Israël avec la virile Déborah. Affermie par leurs victoires, sois forte, mon âme.

Bienheureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde.

Tu connais, mon âme le courage de Jahel qui jadis transperça d'un pieu Sisera, et donna le salut. Apprends que le pieu est pour toi une figure de la croix.

Bienheureux les cœurs purs car ils verront Dieu.

Offre, mon âme, le sacrifice de louange. Apporte une œuvre plus pure, comme la fille de Jephté et immole au Seigneur, pour victimes les passions de ta chair.

Bienheureux les pacificateurs, car ils seront appelés fils de Dieu.

Considère, mon âme, la toison de Gédéon. Reçois la rosée du ciel, baisse-toi comme le chien et pressant la lettre, bois l'eau qui s'écoule de la loi.

Bienheureux les persécutés pour la justice, car le Royaume des cieux est à eux.

Détache de toi, en te privant, la condamnation du prêtre Héli mon âme qui tolère en toi les passions du cœur comme lui tolérait les iniquités de ses enfants.

Bienheureux serez vous lorsqu'on vous outragera, qu'on vous persécutera et qu'on dira faussement de vous toute sorte de mal à cause de Moi.

Un lévite au temps des Juges, mon âme envoya les membres de sa femme aux douze tribus pour triompher de la haine inique de Benjamin.

Réjouissez vous et soyez dans l'allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux.

Anne la sage priait et remuait ses lèvres pour louer. Or sa voix ne s'entendait pas. Elle était stérile, mais elle enfanta un fils digne de sa prière.

Souviens-Toi de nous, Seigneur, quand Tu viendras dans ton Royaume.

Parmi les Juges fut choisi le fils d'Anne, le grand Samuel que nourrit Armathem dans la maison du Seigneur. Imite-le, mon âme et juge devant les autres tes œuvres.

Souviens-Toi de nous, Maître, quand Tu viendras dans ton Royaume.

David fut élu roi et consacré par la corne de la myrrhe divine. Si tu veux mon âme, le Royaume d'en-haut, verse sur toi la myrrhe des larmes.

Souviens-Toi de nous, Saint, quand Tu viendras dans ton Royaume.

Aie pitié de ta créature, Miséricordieux, compatis à l'œuvre de tes mains. Epargne ceux qui ont péché et moi plus que tous en transgressant les commandements.

Gloire…

Dans l'au-delà du commencement, dans la naissance, dans la procession j'adore le Père qui engendre, je glorifie le Fils engendré, je célèbre l'Esprit Saint qui rayonne avec le Père et le Fils

Et maintenant...

Nous vénérons ton Enfant plus haut que la nature. Nous ne divisons pas la gloire naturelle de ton Fils, Mère de Dieu. Car nous confessons qu'Il est Un dans sa personne et double dans ses natures.


7ème Ode

Hirmos - Nous avons péché et transgressé, nous avons commis l'injustice devant Toi. Nous n'avons ni gardé ni pratiqué tes préceptes. Mais ne nous rejette pas à la fin, ô Dieu de nos Pères.

J'ai péché, je suis tombé, j'ai transgressé ton commandement je suis allé dans les fautes, j'ai ajouté une plaie à mes meurtrissures. Mais aie pitié de moi dans Ta miséricorde, Dieu de nos Pères.
Je T'ai dit, mon Juge, les secrets de mon cœur. Vois mon abaissement, vois mon affliction, viens à mon jugement, maintenant. Aie pitié de nous dans ta miséricorde, Dieu des Pères.
Saül, quand il perdit les ânes de son père, trouva par surcroît le royaume annoncé. Veille, mon âme, à ne pas t'oublier toi-même en préférant tes désirs de bête au Royaume du Christ.
David fut l'ancêtre de Dieu, bien que deux fois il eût péché, percé par la flèche de l'adultère et touché par la lance du châtiment du meurtre. Mais toi mon âme, dans les impulsions que tu médites, tu es malade de la plus lourde des œuvres.
David ajouta jadis une iniquité à l'injustice. Il mêla le meurtre à l'adultère, mais aussitôt montra le double repentir. Ton mal est plus grand, mon âme qui ne te repens pas devant Dieu.
David éleva jadis, écrivant comme en image un hymne où il dénonce l'acte qu'il a fait. Il crie : Aie pitié de moi. Contre Toi seul j'ai péché, Dieu de l'univers, Purifie moi.
Lorsque l'arche revint et que les bœufs la renversèrent, Ouzza conduisait le char et voulut la toucher mais il éprouva la colère de Dieu. Fuis son audace, mon âme, vénère les choses divines.
Tu as appris comment Absalom se révolta contre la nature. Tu connais son geste maudit. Tu sais qu'il profana la couche de David son père. Mais tu as imité dans l'amour du plaisir l'ardeur de ses passions.
Tu as soumis à ton corps ta dignité d'être libre. Trouvant un autre Achitophel, mon âme, tu t'es ralliée aux desseins de l'ennemi. Mais le Christ les a dispersés, pour qu'en tout tu sois sauvée.
Le merveilleux Salomon plein de la grâce de la sagesse n'avait jamais fait le mal contre Dieu mais s'éloigna de Lui. Tu as mené à son image, mon âme, ta vie maudite.
Attiré par les plaisirs de ses passions il se souilla. Hélas celui qui aimait la sagesse aima les prostituées. Il fut étranger à Dieu. Tu l'as imité en esprit, mon âme, dans tes passions honteuses.
Tu as suivi, mon âme, Roboam méprisant la volonté paternelle et Jéroboam le mauvais serviteur et l'apostat. Mais fuis l'imitation et appelle Dieu. J'ai péché. Aie compassion de moi.
Tu as suivi Achab dans la fange, mon âme. Hélas, tu es devenue une demeure des souillures de la chair, un calice infâme des passions. Mais du fond de toi, implore et dis à Dieu tes péchés.
Elie embrasa deux fois les cinquante hommes de Jezabel quand il eut détruit les prophètes de la honte, pour dénoncer Achab. Mais fuis l'imitation des deux, mon âme, et sois forte.
Le ciel s'est fermé sur toi, mon âme, et t'a saisie la faim de Dieu. Car tu as désobéi comme autrefois Achab aux paroles d'Elie le Thesbite. Mais imite la veuve de Sarepta, nourris l'âme du prophète.
Tu as accumulé, mon âme, les crimes de Manassé désirant les passions infamantes et multipliant les outrages. Mais suis ardemment son repentir, et acquiers la contrition.
Je me prosterne devant Toi, je T'apporte mes paroles comme des larmes. J'ai péché comme ne pécha pas la prostituée. J'ai transgressé la loi comme nul autre sur la terre. Mais aie compassion de ta créature, Maître, et rappelle-moi.
J'ai abusé de ton image et perverti ton ordre. Sous les passions toute la beauté s'est obscurcie, la lampe s'est éteinte. Mais compatis, Sauveur, et comme chante David, donne-moi la joie.
Reviens, repens-toi, dévoile ce qui est caché. Dis à Dieu qui sait tout : Sauveur, seul Tu connais mes secrets .Aie pitié de moi, comme chante David, en ton amour.
Mes jours ont passé comme un songe au réveil. Comme Ezéchias, je pleure sur ma couche pour que me soient ajoutées des années de vie. Mais quel Isaïe viendra vers toi, mon âme, sinon le Dieu de l'univers ?

Sainte Mère Marie, prie Dieu pour nous.
Invoquant la Blanche Mère de Dieu tu as repoussé la rage des passions qui te tourmentaient de leur violence et tu as confondu l'ennemi qui frappe au talon. Mais donne maintenant ton secours dans l'affliction, à moi aussi ton serviteur.

Sainte Mère Marie, prie Dieu pour nous.
Le Christ que tu aimais, que tu désirais, pour qui tu consumas ta chair Sainte, prie Le maintenant pour tes serviteurs qui Le vénèrent Qu'Il nous pardonne tous et nous donne la paix.

Saint Père André, prie Dieu pour nous.
Sur la pierre de la foi, par ton intercession fonde moi, père André garde-moi dans la crainte divine donne-moi maintenant le repentir, je te prie délivre-moi du piège des ennemis qui me poursuivent.

Gloire... : Indivisible, Trinité simple Même Etre, sainte Unité Les lumières et la Lumière, les trois saintes, l'unique sainte la Trinité, Dieu, est célébrée Chante, glorifie, mon âme, la Vie et les Vies, le Dieu de l'univers.

Et maintenant... : Nous te célébrons, nous te bénissons, nous te vénérons, Mère de Dieu Tu as conçu Dieu le Fils, l'Un de la Trinité indivisible. Et à nous qui sommes sur la terre tu as ouvert ce qui est dans les cieux.


8ème Ode
Triode
Hirmos
Ton 8 - Le Roi de gloire qui n'a pas de commencement que révèrent les puissances des cieux devant qui tremblent les ordres des Anges, prêtres célébrez-Le, peuple exaltez-Le dans tous les siècles.

Saints Apôtres du Christ, priez Dieu pour nous.

Comme les braises du feu immatériel, Apôtres, brûlez la matière de mes passions et allumez en moi maintenant, l'amour de la divine charité.

Saints Apôtres du Christ, priez Dieu pour nous.

Vénérons les trompettes sonores du Verbe. Par elles sont tombés les murs sans fondement de l'ennemi et furent posés les remparts de la connaissance de Dieu.

Saints Apôtres du Christ, priez Dieu pour nous.

Brisez les idoles des passions de mon âme vous qui avez renversé les temples et les colonnes de l'ennemi apôtres du Seigneur, temples sanctifiés.

Très Sainte Mère de Dieu, sauve nous.

Tu as reçu en toi Celui que par nature rien ne peut contenir. Tu as porté Celui qui porte tout, Vierge pure tu as allaité Celui qui nourrit la création le Christ qui donne la Vie.

Autre Triode,
même Hirmos
Saints Apôtres du Christ, priez Dieu pour nous.

Par l'édification de l'Esprit, Apôtres du Christ vous avez bâti toute l'Eglise. En elle vous bénissez le Christ dans les siècles.

Saints Apôtres du Christ, priez Dieu pour nous.

Les Apôtres sonnèrent la trompette des dogmes et détruisirent toute l'erreur des idoles exaltant le Christ dans tous les siècles.

Saints Apôtres du Christ, priez Dieu pour nous.

Apôtres qui êtes bien partis pour le Royaume, citoyens des cieux qui veillez sur le monde délivrez des périls ceux qui toujours vous célèbrent.

Très Sainte Trinité, notre Dieu, gloire à Toi.

Triple Soleil, toute lumineuse divine Origine, Nature de même gloire sur le même trône, Père Créateur de l'univers, Fils et Esprit divin, je Vous célèbre dans les siècles.

Très Sainte Mère de Dieu, sauve nous.

Comme le plus élevé et vénérable des trônes peuples célébrons toujours la Mère de Dieu qui seule après l'enfantement fut Mère et Vierge.


Grand Canon
8ème ode
Hirmos
Ton 6 - Que tout souffle et toute la création chantent, bénissent et exaltent dans tous les siècles Celui que les Puissances célestes glorifient et que les Chérubins et les Séraphins servent en tremblant.

Aie pitié, Sauveur, de celui qui a péché. Réveille mon esprit pour le retour. Reçois celui qui se repent. Aie compassion de celui qui appelle. J'ai péché contre Toi, sauve moi. J'ai transgressé la loi, aie pitié de moi.
Elie qui menait le char porté sur lui comme sur les vertus vers le ciel fut conduit plus haut que les choses terrestres. Réfléchis mon âme, à son élévation.
Les eaux du Jourdain pour Elisée se partagèrent autrefois sous le manteau d'Elie. Dans ton intempérance, mon âme, tu n'as pas connu cette grâce.
Elisée prit jadis le manteau d'Elie. Il reçut du Seigneur une double grâce. Dans ton intempérance, mon âme, tu n'as pas connu cette grâce.
La Sunamite reçut jadis le juste en sa bonté. Mais toi, mon âme, tu n'as hébergé ni l'étranger ni le voyageur. Tu seras rejetée du lieu des noces, dehors, dans les larmes.
Tu as toujours imité, mon âme, la souillure de Guéhasi. Quitte son amour de l'argent, serait-ce en ta vieillesse. Fuis le feu de l'enfer. Et sors de ton mal.
Suivant Ozias, mon âme, tu avais en toi le double de sa lèpre. Car folles sont tes pensées et injustes tes actes. Laisse ce que tu tiens et va au repentir.
Tu as appris, mon âme, que les Ninivites se repentirent sous le sac et la cendre. Tu ne les as pas imités. Mais tu fus pire que tous ceux qui tombèrent avant et après la Loi.
Tu as appris, mon âme, que Jérémie dans la fosse de boue accablait de ses plaintes la cité de Sion et appelait les larmes. Imite sa vie implorante, et tu seras sauvée.
Jonas partit pour Tarsis prévoyant le retour des Ninivites. Car il était prophète, il connaissait la miséricorde de Dieu. Efforce-toi de ne pas démentir la prophétie.
Tu as appris, mon âme, comment Daniel, dans la fosse, ferma la gueule des fauves. Et tu sais comment les enfants autour d'Azarias éteignirent par leur foi la flamme brûlante de la fournaise.
Fais venir à toi, mon âme, pour leur exemple, toutes les figures de l'Ancien Testament. Imite les actions divines de ceux qui aimaient Dieu. Et fuis les péchés des malins.
Sauveur, juste juge, aie pitié de moi délivre-moi du feu et de la menace que je dois justement affronter dans le Jugement. Pardonne-moi avant la fin, dans la vertu et le repentir.
Comme le larron je Te crie : Souviens-Toi de moi comme Pierre je verse des larmes amères. Comme le Publicain j'appelle : Pardonne-moi, Sauveur. Comme la prostituée, je pleure. Reçois ma plainte, comme autrefois celle de la Cananéenne.
Soigne, Sauveur qui seul guéris, la souillure de ma pauvre âme. Verse sur moi le baume, l'huile et le vin, les œuvres du repentir, le recueillement dans les larmes.
Imitant la Cananéenne, moi aussi je T'appelle : aie pitié de moi, Fils de David. Je touche le bord de Ton vêtement, comme celle qui perdait son sang. Et je pleure comme Marthe et Marie sur Lazare.
Versant sur Ta tête, Sauveur, comme la myrrhe, le vase des larmes je T'appelle comme la prostituée implorant ton amour, j'apporte ma prière et demande de recevoir le pardon.
Nul comme moi n'a péché contre Toi. Mais Sauveur miséricordieux, reçois-moi aussi qui me repens dans la crainte et appelle dans le désir, j'ai péché contre Toi seul, j'ai transgressé la Loi. Aie pitié de moi.
Epargne Sauveur, ta créature. Recherche, comme le Pasteur, la brebis perdue. Enlève au loup celui qui s'était égaré. Nourris-moi dans le pâturage de tes brebis.
Quand Tu siégeras, Juge, dans ta miséricorde et révélera ta gloire terrible – ô Christ, alors, quelle peur. La fournaise allumée, tous craindront le lieu de ton Jugement devant lequel nul ne tient.

Sainte Mère Marie, prie Dieu pour nous.
La Mère de la Lumière infinie t'éclaira et dissipa les ténèbres des passions. Tu as reçu en toi, Marie, la grâce de l'Esprit. Illumine ceux qui te célèbrent dans la foi.

Sainte Mère Marie, prie Dieu pour nous.
Le divin Zossime, voyant en toi, Mère, le miracle nouveau, s'émerveilla. Car il contemplait un ange dans un corps. Il était plein d'admiration, célébrant le Christ dans les siècles.

Saint Père André, prie Dieu pour nous.
André, gloire vénérable de la Crète dans ta liberté auprès du Seigneur, je te supplie. Intercède pour que je trouve maintenant la délivrance des liens de l'injustice par tes prières, Maître, gloire des saints.

Bénissons… : Père éternel, Fils qui avec Lui n'as pas de commencement, Esprit Consolateur, droit et bon Père du Dieu Verbe, Verbe du Père qui n'a pas de commencement Esprit vivant et Créateur Trinité, Unité, aie pitié de moi.

Maintenant…: Comme teinte de rouge, la pourpre spirituelle, la chair de l'Emmanuel, Vierge pure, fut tissée dans ton sein. Nous vénérons en toi en vérité la Mère de Dieu.
Louons, bénissons et adorons le Seigneur…
Katavasia - Que tout souffle et toute la création chantent, bénissent et exaltent dans tous les siècles Celui que les Puissances célestes glorifient et que les Chérubins et les Séraphins servent en tremblant.


9ème Ode
Triode
Hirmos
Ton 8 - Nous te confessons vraie Mère de Dieu, sauvés par toi, Vierge pure avec les chœurs des Anges, nous t'exaltons.

Saints Apôtres du Christ, priez Dieu pour nous.
Apôtres vous étiez les sources des eaux salutaires. Arrosez mon âme épuisée par la soif du péché.

Saints Apôtres du Christ, priez Dieu pour nous.
Je nage sur la mer de la perdition ; déjà je m'enfonce sous les eaux comme Pierre, de ta droite Seigneur, sauve-moi.

Saints Apôtres du Christ, priez Dieu pour nous.
Vous êtes comme le sel des bons enseignements. Asséchez la souillure de mon esprit. Et chassez les ténèbres de l'ignorance.

Très Sainte Mère de Dieu, sauve nous.
Tu as enfanté la joie, donne-moi le deuil par lequel dans le jour qui vient, Souveraine je pourrai trouver la divine consolation.

Autre Triode
Hirmos
Ton 8 - Toutes les générations nous t'exaltons médiatrice du ciel et de la terre. Car toute la Divinité en toi Vierge, demeura dans un corps.

Saints Apôtres du Christ, priez Dieu pour nous.
Ordre glorieux des apôtres, dans les odes nous t'exaltons. Car vous vous êtes révélés les flambeaux radieux de l'univers qui chassèrent l'erreur.

Saints Apôtres du Christ, priez Dieu pour nous.
Péchant dans votre filet évangélique les poissons spirituels bienheureux apôtres, vous les apportez toujours au Christ.

Saints Apôtres du Christ, priez Dieu pour nous.
Souvenez-vous de nous, apôtres dans vos prières à Dieu. Délivrez de toutes les tentations, nous vous prions ceux qui dans leur désir vous célèbrent.

Très Sainte Trinité, notre Dieu, gloire à Toi.
Je Te célèbre, Unité des trois Personnes, Père, Fils et Esprit unique Dieu, même Etre Trinité, même Puissance, qui n'as pas de commencement.

Très Sainte Mère de Dieu, sauve nous.
Libérés par toi de la malédiction, Vierge et Mère toutes les générations nous te disons bienheureuse. Car tu nous as enfanté la joie, le Seigneur.

Grand canon
9ème ode
Hirmos

Ton 6 - Virginalement conçu le divin fruit d'une mère sans époux demeure inexplicable. Car Il fut engendré sans corruption et ce Dieu naissant renouvelle la nature. C'est pourquoi toutes les générations t'exaltent dans l'orthodoxie comme Mère, Fiancée de Dieu.

L'intelligence est meurtrie, le corps fléchit l'esprit est malade, la parole est faible la vie meurt, la fin est aux portes. Que feras-tu, pauvre âme, quand le Juge viendra sonder ce qui est en toi ?
Rappelle-toi, mon âme, la création du monde que vit Moïse et toute Ecriture qui vint de lui et te montre les justes et les injustes. Tu as imité les seconds, mon âme, non les premiers, en péchant contre Dieu.
En toi la Loi est affaiblie, l'Évangile stérile, toute l'Ecriture négligée les Prophètes et toute parole du Juste sont épuisés. Tes blessures, mon âme, se sont multipliées loin du médecin qui peut te guérir.
Je fais venir à toi, mon âme les exemples de la nouvelle Ecriture qui te mènent au recueillement. Recherche les justes, fuis les pécheurs, demande au Christ le pardon dans les prières et les jeûnes, les veilles et l'humilité.
Le Christ se fit Homme. Il vint à moi dans la chair. Il voulut accomplir tout ce qui est dans la nature, sauf le péché. Il te révèle, mon âme, l'exemple et l'image de Sa descente parmi nous.
Le Christ se fit Homme. Il appela au repentir les larrons et les prostituées. Repens-toi, mon âme. La porte du Royaume est ouverte déjà et s'en emparent les pharisiens, les publicains et les adultères qui se transforment.
Le Christ sauva les mages, appela les bergers, fit des enfants ses martyrs, glorifia le vieillard et la veuve. Tu ne les as pas suivis, mon âme, ni par tes actes ni dans ta vie. Mais malheur à toi, quand tu seras jugée.
Le Seigneur jeûna quarante jours dans le désert, puis Il eut faim, révélant l'homme en Lui. Ne te décourage pas, mon âme si l'ennemi attaque, par les prières et par les jeûnes, qu'il s'abatte à tes pieds.
Le Christ fut tenté, le diable tenta. Il Lui montra les pierres, pour qu'elles deviennent des pains et Le mena sur une montagne pour qu'Il voie tous les royaumes du monde en un instant. Crains son action, mon âme, à toute heure, jeûne et prie Dieu.
La colombe qui aimait le désert, le chandelier du Christ prêcha le repentir. La voix de celui qui crie s'est élevée. Hérode a transgressé la loi avec Hérodiade. Veille, mon âme, à ne pas tomber dans les pièges des iniques. Mais embrasse le repentir.
Le précurseur habita le désert de la grâce la Judée et toute la Samarie, l'apprenant, venaient confesser leurs fautes et recevoir de tout leur cœur le baptême. Tu ne les as pas imitées, mon âme.
Le mariage est sacré, la couche est pure. Car le Christ les bénit aux noces de Cana mangeant dans son corps de chair, transformant l'eau en vin et révélant le premier miracle, pour que tu te convertisses, mon âme.
Le Christ redressa le paralytique, qui emporta son lit. Il ressuscita l'enfant mort de la veuve et celui du centurion. Il apparut à la Samaritaine et te révéla, mon âme, l'adoration en esprit.
Quand elle toucha le bord de Son vêtement, le Seigneur guérit celle qui perdait son sang. Il purifia les lépreux, Il éclaira les aveugles, Il redressa les boiteux. Il guérit par sa parole les sourds et les muets et celle qui tombait à terre pour que tu sois sauvée, ma pauvre âme.
Soignant les maladies, Christ le Verbe annonçait l'Évangile aux pauvres. Il guérissait les infirmes, mangeait avec les publicains, parlait avec les pécheurs. La touchant de Sa main, Il fit revenir l'âme en allée de la fille de Jaïre.
Le publicain fut sauvé, la prostituée assagie et le pharisien orgueilleux fut condamné. L'un disait : pardonne-moi. L'autre : aie pitié de moi. Mais celui-ci se glorifiait, proclamant : Dieu je Te rends grâces, puis les paroles insensées.
Zachée était Publicain. Cependant, il fut sauvé, Et Simon le Pharisien tomba dans l'erreur. Mais la prostituée reçut l'absolution de Celui qui a le pouvoir de pardonner les fautes. Mon âme, va l'imiter.
Tu n'as pas suivi, ma pauvre âme, la prostituée qui prit le vase de myrrhe, couvrit de ses larmes les pieds du Seigneur et les essuya de ses cheveux déchirant ce qu'avaient écrit ses fautes anciennes.
Tu sais, mon âme, comment furent maudites les villes à qui le Christ avait donné l'Évangile. Crains l'exemple. Ne sois pas comme elles. Les comparant à Sodome, le Maître les condamna jusqu'à l'enfer.
Ne deviens pas pire, mon âme, dans ton désespoir. Tu as appris la foi de la Cananéenne dont la fille fut guérie par la parole de Dieu. Comme elle du fond du cœur invoque le Christ, Fils de David, sauve-moi.
Compatis, sauve-moi, aie pitié de moi Fils de David qui par la parole as guéri les démoniaques. Fais-moi entendre, comme au larron, Ta voix compatissante. Amen, Je te dis que tu seras avec moi dans le Paradis quand Je viendrai dans Ma gloire.
Un larron T'accusait. L'autre en Toi célébrait Dieu. Car les deux étaient suspendus avec Toi sur la Croix. Miséricordieux, comme au larron fidèle qui Te reconnut Dieu à moi aussi ouvre la porte de Ton Royaume de gloire.
La création était accablée de Te voir crucifié. Les montagnes et les pierres éclatèrent de peur, la terre trembla, l'enfer fut dépouillé et la lumière durant le jour s'obscurcit Te voyant, Jésus, cloué dans la chair.
N'exige pas de moi des fruits dignes de la repentance. Car ma force est partie. Donne-moi un cœur toujours brisé, donne-moi la pauvreté en esprit afin que je Te les offre en sacrifice que Tu reçoives, unique Sauveur.
Mon juge qui me connais et reviendras avec les anges juger le monde entier me regardant alors avec bienveillance, épargne-moi Jésus, aie compassion de moi qui ai péché au-delà de la nature des hommes.

Sainte Mère Marie, prie Dieu pour nous.
Tu as émerveillé de ta vie étrangère tous les ordres des anges et les assemblées des hommes en menant une existence qui niait la matière et surmontait la nature. Tu marchais avec des pieds immatériels, Marie, et traversais le Jourdain.

Sainte Mère Marie, prie Dieu pour nous.
Sainte Mère, prie le Créateur de pardonner, de délivrer ceux qui te célèbrent des malfaisances et des tourmentes qui les entourent et les assaillent afin que libérés des tentations nous ne cessions d'exalter le Seigneur qui t'a glorifiée.

Saint Père André, prie Dieu pour nous.
Vénérable André, Père trois fois bienheureux, Pasteur de la Crète prie toujours pour ceux qui te célèbrent afin que nous soyons délivrés de toute colère, de la tourmente, de la destruction et des fautes nous qui vénérons fidèlement ta mémoire.

Gloire... : Nous Te célébrons, Trinité du même être, Unité des trois Personnes glorifiant le Père, exaltant le Fils, adorant l'Esprit. Dieu unique de nature en vérité la Vie et les Vies, le Royaume qui n'a pas de fin.

Et maintenant... : Mère de Dieu toute pure, garde ta Cité ; en toi elle règne dans la foi, en toi elle a sa force, par toi elle porte la victoire, elle renverse toutes les tentations, elle dépouille les ennemis, elle dirige ce qui lui est soumis.

Katavasia - Virginalement conçu le divin fruit d'une mère sans époux demeure inexplicable. Car Il fut engendré sans corruption et ce Dieu naissant renouvelle la nature. C'est pourquoi toutes les générations t'exaltent dans l'orthodoxie comme Mère, Fiancée de Dieu.


Apostiches
Ton 8 - Tombée sous les attaques des voleurs, mon âme livrée aux ennemis insensés, tu es meurtrie par tes propres fautes. Mais le temps est venu, appelle dans le recueillement. Espoir et vie des désespérés, Sauveur, relève-moi et sauve-moi. (bis)

Revêtus de la cuirasse de la Foi, armés du signe de la croix, martyrs vous avez mené le bon combat, vous avez courageusement résisté aux tyrans, vous avez renversé l'erreur du diable. Vainqueurs vous avez reçu les couronnes. Priez toujours pour nous, pour le salut de nos âmes.

Gloire… Et maintenant…

Vierge Mère de Dieu toute pure reçois les voix de tes serviteurs. Ne cesse de prier pour que nous soient données l'absolution des fautes et la paix.
Monique
 
Messages: 788
Inscription: Mer 31 Mars 2004 10:19

Messagepar Monique » Jeu 06 Mars 2008 17:41

CINQUIEME SEMAINE DE CAREME

Jeudi Sexte


Tropaire de la Prophétie
Ton 6 - Miséricordieux, Seigneur patient qui domines l'univers - envoie ton amour à ton peuple.
Gloire... Et maintenant...

Miséricordieux, Seigneur patient…


Prokimenon: Psaume 96
Ton 6: Le Seigneur est entré dans son règne - Qu'exulte la terre.
V. : Adorez Le tous ses anges.


Lecture de la prophétie d'Isaïe (42, 6-16)
Ainsi parle le Seigneur Dieu qui a créé les cieux et les a déployés, qui a étendu la terre et ses fruits, qui a donné la respiration au peuple qui la couvre, le souffle à ceux qui vont à elle.
Je suis le Seigneur. Je t'ai appelé dans la justice. Je te prendrai par la main. Je te formerai. Je te donnerai d'être l'alliance du peuple et la lumière des nations,
pour ouvrir les yeux des aveugles, pour délivrer de la prison les captifs, de la maison fermée ceux qui habitaient les ténèbres.
Je suis le Seigneur. C'est mon nom. Je ne donnerai pas ma gloire à un autre, ni mon honneur aux idoles.
Voici, les premières choses sont venues. Je vous en annonce de nouvelles. Avant qu'elles n'arrivent, je vous les apprendrai.
Chantez au Seigneur un chant nouveau. Chantez sa louange aux confins de la terre, vous qui descendez la mer, vous qui l'emplissez, îles et ceux qui les habitent.
Le désert et ses villes, les demeures de Qédar, élèveront la voix. Ceux qui habitent le roc chanteront. Du sommet des montagnes ils crieront de joie.
Ils rendront gloire au Seigneur. Ils célébreront sa louange dans les îles.
Le Seigneur avance comme le puissant. Comme celui qui combat Il éveille son ardeur. Il fera sonner la trompette. Il appellera. Il affrontera ses ennemis.
Depuis des siècles j'ai gardé le silence. Me tairai-je ? Me contiendrai-je ? Je crierai comme celle qui enfante. J'aspirerai. Je soufflerai.
Je ravagerai les montagnes et les collines. Je flétrirai toute leur herbe. Je changerai les fleuves en îles. J'assécherai les étangs.
Je mènerai les aveugles sur un chemin qu'ils ne connaissaient pas. Je les conduirai sur des voies qu'ils ne savaient pas. Je changerai devant eux les ténèbres en lumière, les chemins tortueux en voie droite. Ces choses, je les ferai, je ne les abandonnerai pas.


Prokimenon: Psaume 97
Ton 6 : Chantez au Seigneur - un chant nouveau.
V. : Acclamez Dieu, toute la terre.
Monique
 
Messages: 788
Inscription: Mer 31 Mars 2004 10:19

Messagepar Monique » Jeu 06 Mars 2008 17:44

CINQUIEME SEMAINE DE CAREME

Jeudi Vêpres


Stichères du Lucernaire
Ton 8 - Je me suis dépouillé de la beauté des vertus par ma première transgression - Mais je l'ai revêtue à nouveau par ta descente vers moi, Verbe de Dieu - Ne m'abandonne pas qui fus frappé par les passions mauvaises - et foulé par les voleurs sur le chemin - mais soigne moi dans ta toute-puissance - et protège moi dans ton grand amour. (bis)

Martyrs du Seigneur vous sanctifiez tout lieu - et vous guérissez toute maladie - Intercédez maintenant, nous vous prions - pour que nos âmes soient délivrées des pièges de l'ennemi.

Poème de Joseph
Ton 1 - Seigneur cloué sur la croix - Tu as déchiré par ta lance divine - ce qu'Adam avait écrit de sa main - Verbe, brise mes liens - et je T'offrirai le sacrifice de louange dans la foi et la joie - en ce temps béni du jeûne où nous sommes maintenant - que Tu as révélé pour le salut de tous.

Moïse illuminé par la splendeur du jeûne vit la gloire de Dieu - Imite, ma pauvre âme, Celui qui sur la croix - étendit les mains dans sa bonté pour toi - Soigne toi par les œuvres de la tempérance et de la prière - Et tu trouveras la divine réjouissance.

Poème de Théodore
Ton 6 - Vénérant ta croix vivifiante - la croix de ton ineffable bonté sans mesure pour nous - nos âmes dans sa lumière nous ne cessons de Te célébrer - demandant d'aller dans la joie au bout du stade du jeûne - et de parvenir à ta Passion par laquelle, Seigneur, Tu nous as sauvés.

4 stichères des Ménées

Gloire... Et maintenant... Stavrotheotokion


Prokimenon: Psaume 98
Ton 7: Exaltez le Seigneur notre Dieu - Prosternez vous devant le lieu où se posèrent ses pieds.
V. : Le Seigneur est entré dans son règne. Les peuples tremblent.


Lecture de la Genèse (l8, 20-33)
Le Seigneur dit : La clameur monte contre Sodome et Gomorrhe. Leur péché est très lourd.
Je descendrai. Je verrai s'ils ont tout fait selon la clameur qui est venue jusqu'à moi. Si cela n'est pas, je le saurai.
Les hommes partirent de là et allèrent à Sodome. Mais Abraham resta encore devant le Seigneur.
Abraham s'approcha et dit : Feras-Tu périr le juste avec le coupable ?
Peut-être y a-t-il cinquante justes dans la ville. Les feras-Tu périr et ne pardonneras-Tu pas à ce lieu, pour les cinquante justes qui sont en lui ?
Loin de Toi de faire cette chose, de faire mourir le juste avec le coupable. Loin de Toi, qu'il en soit du juste comme du coupable. Celui qui juge toute la terre ne rendra-t-il pas la justice ?
Le Seigneur dit : Si je trouve à Sodome cinquante justes dans la ville, je pardonnerai à tout ce lieu à cause d'eux.
Abraham répondit: Voici, j'ose parler au Seigneur, moi qui suis poussière et cendre.
Peut-être des cinquante justes en manquera-t-il cinq ? Pour cinq, détruiras-Tu toute la ville ? Il dit : Je ne la détruirai pas, si J'y trouve quarante cinq justes.
Il Lui parla encore. Il dit : Peut-être s'en trouvera-t-il quarante ? Il dit : Je ne le ferai pas, à cause des quarante.
Il dit : Que le Seigneur ne s'irrite pas et je parlerai. Peut-être s'en trouvera-t-il trente ? Il dit : Je ne le ferai pas, si J'en trouve trente.
Il dit : Voici, j'ose parler au Seigneur. Peut-être s'en trouvera-t-il vingt. Il dit : Je ne détruirai pas, à cause des vingt.
Il dit : Que le Seigneur ne s'irrite pas, et je ne parlerai plus que cette fois. Peut-être s'en trouvera-t-il dix ? Il dit : Je ne détruirai pas, à cause des dix.
Lorsqu'Il eut achevé de parler à Abraham, le Seigneur s'en alla. Et Abraham retourna dans sa demeure.


Prokimenon: Psaume 99
Ton 6 : Acclamez le Seigneur - toute la terre.
V. : Servez le Seigneur dans la joie.


Lecture des Proverbes (16, 17 - 17,17)
Le chemin des hommes droits c'est d'éviter le mal. Celui qui garde son âme veille sur sa voie.
L'arrogance précède la ruine. L'orgueil précède la chute.
Mieux vaut être humble avec les humbles, que partager le butin avec les orgueilleux.
Celui qui est attentif à l'ordre des choses découvre la bonté. Celui qui se confie dans le Seigneur est bienheureux.
Le cœur sage est appelé intelligent. La douceur des lèvres ajoute à la science.
L'attention est une source de vie en celui qui la porte. Mais la folie est le châtiment des sots.
Le cœur du sage donne à sa bouche l'intelligence. Sur ses lèvres il accroît la science.
La grâce des paroles est un rayon de miel, la douceur de l'âme et le remède du corps.
Il est un chemin qui paraît droit à l'homme, mais à la fin c'est le chemin de la mort.
Le désir de celui qui peine travaille pour lui, car sa bouche le force.
L'homme méchant trame le mal. Il y a sur ses lèvres comme un feu brûlant.
L'homme fourbe sème la querelle. Le calomniateur divise les amis.
L'homme violent séduit son prochain. Il le mène sur une voie qui n'est pas bonne.
Celui qui ferme les yeux pense à mentir. Celui qui serre les lèvres a fait le mal.
La vieillesse est une couronne de gloire. On la trouve sur le chemin de la justice.
Mieux vaut un homme patient qu'un homme fort. Mieux vaut être maître de soi que prendre une ville.
On jette le sort sur le sein. Mais le jugement vient du Seigneur.
Mieux vaut un morceau de pain sec et la paix, qu'une maison pleine de festins et la discorde.
Le serviteur avisé domine sur le fils de la honte. Au milieu des frères il partagera l'héritage.
L'argent fond dans le creuset et l'or dans le four. Mais le Seigneur éprouve les cœurs.
Le méchant écoute les lèvres iniques, et le menteur la langue injuste.
Celui qui se moque du pauvre outrage son Créateur. Celui qui se réjouit du malheur sera châtié.
Les enfants des enfants sont la couronne des vieillards. Et les pères sont la gloire de leurs enfants.
Il ne convient pas aux lâches de dire de grandes choses, et encore moins aux hommes nobles de dire des mensonges.
Le don est une pierre de grâce pour ceux qui le reçoivent. Où qu'ils aillent, ils agissent bien.
Celui qui couvre une faute cherche l'amour. Mais celui qui la rapporte divise les amis.
Un reproche fait plus sur l'homme intelligent que cent coups sur le sot.
Le méchant ne cherche qu'à se révolter, mais un ange lui sera envoyé, qui le détruira.
Mieux vaut rencontrer une ourse séparée de ses petits, qu'un fou dans sa démence.
De celui qui rend le mal pour le bien, le mal ne quittera pas la maison.
C'est lâcher les eaux que commencer une dispute. Avant que la querelle ne s'enflamme, retire toi.
Celui qui acquitte le coupable, et celui qui condamne le juste, l'un et l'autre le Seigneur les méprise.
A quoi sert l'argent dans la main du fou ? Acheter la sagesse ? Mais il n'a pas de cœur.
L'ami aime en tout temps. Et dans le malheur il devient un frère.

Suite de la liturgie des Présanctifiés.
Monique
 
Messages: 788
Inscription: Mer 31 Mars 2004 10:19

Messagepar Monique » Jeu 06 Mars 2008 18:11

CINQUIEME SEMAINE DE CAREME

Vendredi Matines

Première lecture de Psaumes (Psaumes 92 - 101)

Cathismes de l'Octoèque

Après la seconde lecture de Psaumes (Psaumes 102-105)

Cathisme
Ton 1 - Ô Christ, Tu as étendu les mains sur la croix - Tu as guéri les plaies d'Adam par tes plaies - je Te prie, guéris les blessures que le trompeur a faites à mon âme - et rends moi digne, Sauveur, de Te servir dans la prière et le jeûne.

Gloire…

Christ, Tu as étendu…

Et maintenant…

La Mère toute innocente Te voyant étendu mort sur la croix, implorait - Mon Fils qui avec le Père et l'Esprit n'as pas de commencement - quelle est cette ineffable providence par laquelle Tu as sauvé la créature de tes saintes mains, Compatissant ?


Après la troisième lecture de Psaumes (Psaumes 106-109)

Cathisme
Ton 6 - Croix qui gardes le monde et chasses les démons - rends dignes ceux qui sont sous ta protection invincible - de traverser d'une conscience pure le reste du jeûne - Arbre béni, mène nos âmes devant le Christ.

Gloire…Croix qui gardes…

Et maintenant…

Vierge Sainte, vénérable gloire des anges - quand tu étais devant la croix de ton Fils et ton Dieu - ne supportant pas de voir les outrages des ennemis - tu implorais maternellement - Comment peux tu supporter les menaces de tous ? - Dieu qui aimes l'homme, gloire à ta patience.


Canon
Triode - Poème de Joseph
5ème ode
Hirmos
Ton 3 - Christ, Tu as illuminé de la splendeur de ton avènement - Tu as épanoui par ta croix les limites du monde - Eclaire dans la lumière de la connaissance de Dieu - les cœurs qui Te célèbrent dans l'orthodoxie.

Jésus, Tu avais étendu le ciel comme un voile - Tu as étendu les mains sur la croix en ta bonté - Aie pitié de moi que déchirent les outrages de l'ennemi, je Te prie.

Jésus, T'endormant sur la croix en ta bonté - Tu as donné l'éveil du salut - à nous qui sommes dans les profondeurs de la perdition - Seigneur nous Te glorifions dans la foi.

Rends tes serviteurs, le cœur illuminé de joie - dignes de voir le jour de ta Passion et ta Résurrection qui porte la vie, Sauveur - et de célébrer la puissance de ton Royaume.

Te voyant suspendu sur la croix, la Toute pure - meurtrie dans son cœur gémissait et disait - Dans le cœur de ta Compassion Tu as supporté la souffrance - Seigneur qui donnes à tous l'impassibilité.

Autre - Poème de Théodore
Hirmos
Ton 6: Je me lève de la nuit…

Les Juifs ont étendu et cloué tes mains sur la croix - Ils ont percé ton côté par la lance, Dieu qui aimes l'homme - Tu as tout supporté, Christ, pour nous sauver.

Adam mourut pour avoir mangé du fruit de l'Arbre - Mais il retrouva dans l'Arbre de la croix la Vie - par laquelle, Compatissant, il jouit à nouveau des délices dans le Paradis.

Gloire…

Trinité, je célèbre en Toi l'Unité de nature - l'Unité incréée qui n'a pas de commencement - originelle, royale, plus que parfaite - Dieu, la Lumière, la Vie, le Créateur du monde.

Et maintenant…

Ton enfantement surnaturel, Vierge pure - clairement abolit les lois de la nature - Car tu as conçu sans semence Dieu né du Père avant les siècles.

Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi.

Maître, je vénère ta croix, la lance et les clous - Par eux Christ dans ta Passion - Tu nous as délivrés de la destruction et donné l'immortalité.

Katavasia - Je me lève de la nuit, Dieu qui aimes l'homme, je Te prie - Eclaire moi, conduis moi dans tes commandements - Enseigne moi, Sauveur, à faire ta volonté.


8ème Ode
Hirmos
Ton 3 - La fournaise de feu et de rosée fut le lieu d'un prodige plus haut que la nature - Car le feu ne brûla pas les nouveaux enfants du Christ - la divine génération de la Vierge - Célébrons et chantons - Que toute la création bénisse le Seigneur et L'exalte dans tous les siècles.

Sauveur, cloué sur l'Arbre de la croix, Tu as émoussé les aiguillons du malin - Couvert de la dérision d'un diadème d'épines, Tu as déraciné les épines de la transgression - Nous Te célébrons et Te chantons - Que toute la création bénisse le Seigneur et L'exalte dans tous les siècles.

Christ étendant tes mains sur la croix - Tu as rassemblé l'humanité dans ta connaissance - Et ton côté percé par la lance - Tu as voulu donner les sources de la lumière à nous qui chantons - Que toute la création bénisse le Seigneur et L'exalte dans tous les siècles.

Dans les eaux de ta miséricorde, Compatissant - purifie mon cœur souillé par la morsure du péché - Christ Jésus, donne moi d'être la source - des fleuves du recueillement, pour que je Te dise - Que toute la création bénisse le Seigneur et L'exalte dans tous les siècles.

Vierge, nous reconnaissons en toi le Vase de la manne divine - l'Arche de la Divinité, la Table et le Chandelier - le Trône de Dieu, le Palais et le Pont - qui mène à la vie divine ceux qui chantent - Que toute la création bénisse le Seigneur et L'exalte dans tous les siècles.

Autre - Hirmos
Ton 6: Imitant leur ode je chante…

Le Christ est crucifié, je suis rendu à la vie et je chante avec les Enfants - Œuvres du Seigneur, bénissez le Seigneur.

Le monde est délivré de la ruine par ta Crucifixion - et il chante avec les Enfants - Œuvres du Seigneur, bénissez le Seigneur.

Bénissons le Père, le Fils et le Saint Esprit

Trinité de même gloire, Unité du même Etre, Père, Fils et Esprit - sauve celui qui Te célèbre dans la foi.

Et maintenant…

Je vénère l'enfantement de la Mère de Dieu toute pure - et je chante avec les Enfants - Œuvres du Seigneur, bénissez le Seigneur.

Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi.

Je célèbre ta croix, par laquelle je suis sauvé et je chante avec les Enfants - Œuvres du Seigneur, bénissez le Seigneur.

Louons, bénissons et adorons le Seigneur…

Katavasia - Imitant leur ode je chante avec les Enfants - Œuvres du Seigneur bénissez le Seigneur.


9ème Ode
Hirmos
Ton 3 - Le buisson enflammé qui ne se consumait pas - fut l'image de ton enfantement, Mère de Dieu - Eteins maintenant la fournaise des tentations déchaînée contre nous - pour que nous puissions toujours t'exalter.

Elie affina la chair par les prières et par les jeûnes - Il vit le Seigneur dans la brise la plus douce - Suis le, mon âme, rejette l'épaisseur des plaisirs - et tu verras Celui que tu désires.

Moïse en élevant le serpent sur l'Arbre - figurait, Sauveur très bon, ton élévation sur la croix - par laquelle Tu as délivré du venin de la malice du serpent - toutes les nations qui T'adorent.

Dans le tombeau de la négligence - sous la lourde pierre de l'endurcissement - je n'entendais pas ta parole toujours vivante - et je ne sentais pas ta crainte - Compatis, sauve moi, dans ton grand amour.

Souveraine plus haute que l'univers - Elève au dessus de la malice des passions - celui qui glorifie en toi la vraie Mère de Dieu - et célèbre ton incompréhensible enfantement vénéré - Vierge blanche qui reçus la grâce de Dieu.

Autre - Hirmos
Ton 6: Inexplicable est l'enfantement…

Tu es crucifié et Tu me sauves - Tu meurs et Tu me donnes la Vie - Ô ta miséricorde. Ô ton amour de l'homme - Qui a vu, qui a entendu qu'un maître - subisse pour ses serviteurs une mort visible ? - Mais, gloire, Seigneur, à ton ineffable bonté.

Le soleil se couvrit de ténèbres quand il Te vit crucifié - Comment ne se cacherait-il pas devant l'outrage que subit son Créateur ? - Et toute la Création renversée par les crucificateurs - proclamait dans son silence - Tu es le Dieu de l'univers.

Gloire…

Unique Père qui engendras le Fils unique - unique Lumière qui rayonne de l'unique Lumière - Unique de l'Unique, Saint Esprit de Dieu - Seigneur du Seigneur, en vérité ô Trinité Sainte Unité, sauve moi qui célèbre ta connaissance.

Et maintenant…

Le miracle de ton enfantement m'émerveille, toute Innocente - Comment sans semence conçois tu l'Inconcevable ? - Comment peux tu enfanter comme une mère et rester vierge ? - Celui qui Le reçoit dans la foi plus haut que la nature adore ton enfant - Car Il peut ce qu'Il veut.

Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi.

Pour nous chacun de tes membres a connu la souffrance - la tête les coups, la face les gifles - les mains les clous, le côté la lance - tout ce qui T'a marqué sur la croix - mais, gloire, Sauveur, à ton ineffable miséricorde.

Katavasia - Inexplicable est l'enfantement suivant la conception sans semence - Incompréhensible la gestation de la Vierge Mère - car la naissance de Dieu a renouvelé les natures - dans l'orthodoxie toutes les générations, nous exaltons en toi la Mère, l'Epouse de Dieu .


Apostiches
Christ Dieu cloué sur la croix avec les larrons - Tu as guéri par ta blessure la nature humaine - Ne m'écarte pas, tombé sous les coups des brigands et des voleurs incorporels - dépouillé par eux de la vertu et durement blessé - sans qu'aucun des sages puisse me guérir - Je suis à moitié mort, je n'ai plus qu'un cadavre de vie - Et mon seul espoir est en Toi, qui donnes la vie aux morts - Mais bande mes blessures, verse sur moi la bonté, dans ton amour de l'homme. (bis)

Saints, comment vous appellerons nous ? Chérubins ? Car en vous s'est reposé le Christ - Séraphins ? Car vous ne cessez de Le glorifier - Anges ? Car vous êtes partis de votre corps - Puissances ? Car vous faites des miracles - Nombreux sont vos noms et plus grandes vos grâces - Priez pour le salut de nos âmes.

Gloire... Et maintenant…

Ô miracle paradoxal. Ô mystère nouveau. Ô geste terrible, disait la Vierge - Te voyant suspendu sur la croix au milieu des deux larrons - Toi qu'elle avait enfanté sans douleur ni corruption - Comment le peuple inique et ingrat T'a-t-il cloué sur la croix, Jésus, mon cœur très doux.
Monique
 
Messages: 788
Inscription: Mer 31 Mars 2004 10:19

Messagepar Monique » Jeu 06 Mars 2008 18:13

CINQUIEME SEMAINE DE CAREME

Vendredi Sexte


Tropaire de la Prophétie
Ton 5 - Tu es célébré au dessus de tout, Christ notre Dieu - Tu renverses la terre - pour que reviennent et soient sauvés ceux qui l'habitent - et de nouveau Tu la fondes dans ta propre bonté - dans ton ineffable miséricorde - Par les prières de la Mère de Dieu, aie pitié de nous.

Gloire… Et maintenant… Tu es célébré au dessus de tout…


Prokimenon: Psaume 100
Ton 8 : Je chanterai l'amour - et le jugement, Seigneur.
V. : Je chanterai. J'écouterai sur le chemin de l'innocence.


Lecture de la Prophétie d'Isaïe (45, 11-17)
Ainsi parle le Seigneur, le Saint d'Israël et son créateur : Veut-on m'interroger sur les signes, me donner des ordres sur mes enfants, sur l'œuvre de mes mains ?
C'est Moi qui ai fait la terre, qui sur elle ai créé l'homme. C'est Moi qui de mes mains ai déployé les cieux, qui dirige toute leur puissance.
C'est Moi qui l'ai fait roi de justice, qui ai fait droites toutes mes voies. Il rebâtira ma ville. Il ramènera mes captifs, sans rien en échange, sans rien à donner, dit le Seigneur des Puissances.
Ainsi parle le Seigneur : l'œuvre de l'Égypte, le fruit de l'Éthiopie, les grands Sabéens, viendront vers toi, ils seront toi, ils te suivront, ils viendront dans les chaînes, ils se prosterneront devant toi, ils prieront : Dieu n'est qu'en toi. Il n'est pas d'autre Dieu. Tu es vraiment le Dieu caché, le Dieu d'Israël, le Sauveur.
Ceux qui font les idoles seront tous dans la confusion et la honte. Ils s'en iront dans la confusion.
Mais Israël sera sauvé dans le Seigneur, il sera sauvé dans l'éternité. Vous ne serez ni dans la confusion, ni dans la honte, jusqu'en l'éternité.


Prokimenon: Psaume 101
Ton 4 : Seigneur entends ma prière - Que mon appel parvienne jusqu'à Toi.
V. : Ne me cache pas ta face.
Monique
 
Messages: 788
Inscription: Mer 31 Mars 2004 10:19

Précédent

Revenir vers Textes liturgiques

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité