TRIODE 2

Pas de discussions dans ce forum destiné exclusivement à une mise à disposition de textes issus du cycle liturgique orthodoxe. Pour toute réflexion sur ces textes, merci de vous reporter au forum général.

Modérateur: Auteurs

TRIODE 2

Messagepar Monique » Ven 07 Mars 2008 14:03

CINQUIEME SEMAINE DE CAREME

SAMEDI DE L'ACATHISTE


Vendredi Vêpres

10 Stichères

Ton 6 - Sorti de ton ordre divin comme de Jérusalem - et parvenu aux passions de Jéricho - attiré dans le déshonneur des soucis de cette vie - je suis tombé au milieu des voleurs, mes pensées - qui m'ont dépouillé du vêtement de la filiation dans la grâce - et je suis couché sur mes plaies comme un mort - Un prêtre qui passait, voyant mon cadavre, ne s'approcha pas - Un lévite horrifié se détourna de moi - Mais Toi Seigneur ineffablement incarné dans la Vierge - Christ qui de ton côté a voulu répandre le sang et l'eau du salut - verse l'huile sur les cicatrices de mes blessures - pèse moi et compte moi dans le lieu du ciel, en ta miséricorde. (bis)

Tes martyrs, Seigneur, ne T'ont pas renié - Ils ne se sont pas éloignés de tes commandements - Par leurs prières, aie pitié de nous.

Stichères de la Mère de Dieu
Ton 6 - Te révélant, Vierge, la volonté d'avant les siècles - Gabriel vint, te salua et te dit - Réjouis toi, terre vierge de semence - Réjouis toi, buisson qui ne se consume pas - Réjouis toi, pont qui mène aux cieux, échelle élevée que Jacob contempla - Réjouis toi, vase divin de la manne - Réjouis toi, fin de la malédiction - Réjouis toi, rappel d'Adam, le Seigneur est avec toi. (3 fois)

Tu viens à moi comme un homme - dit à l'Archange la Vierge pure - mais comment peux tu me dire - des paroles plus hautes que l'homme ? - Tu dis qu'avec moi Dieu sera - que dans mon sein Il habitera - Comment serai-je, dis moi, l'espace immense - le lieu saint de Celui que portent les Chérubins ? - Ne me trompe pas ? Car j'ignore le plaisir et le mariage - Comment pourrai-je enfanter ? (bis)

Où Dieu veut, dit l'Incorporel - Il est plus fort que l'ordre de la nature - Les choses qu'Il fait sont plus hautes que l'homme - Toute Sainte, très Pure, crois que sont vraies mes paroles - Elle répondit : Qu'il me soit fait maintenant comme tu dis - Que prenne ma chair Celui qui n'a pas de chair et je L'enfanterai - Que dans sa puissance, par cette union, Il ramène l'homme à son ancienne dignité. (bis)

Gloire... Et maintenant...

Le mystère qui est à l'origine des siècles se révèle aujourd'hui - Le Fils de Dieu devient Fils de l'homme - pour s'unir au pire et transmettre le meilleur - Adam fut trompé, qui désirait être Dieu, et il ne le devint pas - Mais Dieu devient homme pour faire d'Adam un dieu - Que la création se réjouisse, que la nature exulte - Car l'Archange vient dire à la Vierge : Réjouis toi - Il lui porte le contraire de la tristesse - Notre Dieu qui T'es fait homme dans le cœur de ton amour, gloire à Toi.


Prokimenon: Psaume 102
Ton 4 : Le Seigneur est miséricordieux - et compatissant.
V. : Mon âme, bénis le Seigneur.


Lecture de la Genèse (22, 1-18)
Puis il arriva que Dieu éprouva Abraham.
Il lui dit : Abraham. Il dit : Me voici.
Il dit : Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac. Va au pays de Moria.
Et offre le en holocauste, sur une des montagnes que Je te dirai.
Abraham se leva à l'aube, il sella son âne, et il prit avec lui deux serviteurs et Isaac son fils. Il fendit le bois de l'holocauste et partit pour le lieu que Dieu lui avait dit.
Le troisième jour, Abraham leva les yeux, et il vit le lieu de loin.
Abraham dit à ses serviteurs: Demeurez ici avec l'âne. Moi et l'enfant nous irons jusque là, nous adorerons et nous reviendrons vers vous.
Abraham prit le bois de l'holocauste et le chargea sur Isaac son fils. Il prit dans sa main le feu et le couteau. Et tous deux ensemble ils s'en allèrent.
Ils arrivèrent au lieu que Dieu lui avait dit. Abraham y bâtit un autel et prépara le bois. Il lia Isaac son fils et il le mit sur l'autel, par dessus le bois.
Abraham étendit la main et prit le couteau pour immoler son fils. Mais l'Ange du Seigneur l'appela des cieux. Il dit : Abraham, Abraham. Il dit : Me voici.
Il dit : Ne porte pas ta main sur l'enfant. Ne lui fais rien. Car je sais maintenant que tu crains Dieu. Tu ne m'as pas refusé ton fils, ton unique.
Abraham leva les yeux, et il vit derrière lui un bélier et l'offrit en holocauste à la place de son fils.
Abraham appela ce lieu : Le Seigneur pourvoira. Et l'on dit aujourd'hui : Sur la montagne le Seigneur pourvoira.
L'Ange du Seigneur appela des cieux Abraham une seconde fois.
Il dit : Je le jure par moi même, parole du Seigneur, parce que tu as fait cette chose, et que tu n'as pas refusé ton fils, ton unique.
Je te bénirai, Je multiplierai ta semence comme les étoiles des cieux et comme le sable sur le rivage de la mer. Ta semence possédera la porte de ses ennemis.
Toutes les nations de la terre seront bénies en ta semence, parce que tu as obéi à Ma voix.


Prokimenon: Psaume 103
Ton 4 Que tes œuvres sont grandes, Seigneur - Tu as tout fait avec sagesse.
V. Mon âme, bénis le Seigneur.


Lecture des Proverbes (17,17 - 18, 5)
L'ami aime en tout temps, et dans le malheur devient un frère.
L'insensé frappe dans la main et s'engage devant son prochain.
Celui qui aime la querelle aime le péché. Celui qui élève sa porte cherche la ruine.
Le cœur faux ne trouvera pas la bonté. La langue changeante tombera dans le mal.
Celui qui engendre un sot connaîtra la peine. Le père du fou ne se réjouira pas.
Le cœur joyeux est un bon remède. Mais l'esprit abattu dessèche les os.
Le méchant accepte en secret ce qu'on lui donne pour fausser les voies de la justice.
La sagesse est en face de l'homme intelligent, mais les yeux du fou regardent le bout de la terre.
Le fils insensé fait la tristesse de son père, et l'amertume de celle qui l'a enfanté.
Il n'est pas bon de châtier le juste, ni de frapper pour leur droiture les hommes nobles.
Celui qui retient ses paroles connaît la science. L'esprit calme est un homme intelligent.
Même le fou passe pour sacré quand il se tait. Celui qui ferme ses lèvres est un homme intelligent.
Celui qui s'isole cherche ce qu'il aime. Il refuse tout secours.
Le fou n'aime pas l'intelligence. Mais il se plaît à exposer son cœur.
Quand vient le méchant, vient aussi le mépris. Et avec la honte vient l'outrage.
Les paroles de la bouche d'un homme sont des eaux profondes, un fleuve qui s'épanche, une source de sagesse.
Il n'est pas bon de considérer la face du méchant, pour s'éloigner du juste quand on le juge.


Suite de la liturgie des Présanctifiés.
Monique
 
Messages: 788
Inscription: Mer 31 Mars 2004 10:19

Messagepar Monique » Ven 07 Mars 2008 14:13

CINQUIEME SEMAINE DE CAREME

Samedi Matines

Hymne Acathiste à la très sainte Mère de Dieu


Après l'Hexapsalme et la Grande litanie

Le Seigneur est Dieu ...(3), ton 8

Tropaire :
Ayant pris connaissance de l’ordre mystérieux, l’incorporel se présenta en hâte dans la maison de Joseph pour dire à l’Inépousée : Celui qui par sa descente inclina les cieux est tout entier contenu en toi sans changement ; Le voyant prendre en ton sein la forme du serviteur, je suis empli d’effroi et je te chante : Réjouis-toi, Epouse et Vierge. (3)

Lecture des Psaumes 109 à 117
Petite Litanie

Pendant que les célébrants se rendent au milieu de l'Eglise devant l'Icône de la Mère de Dieu et encensent toute l'Eglise, le chœur chante solennellement trois fois le Kondakion suivant:

Kondakion - Ton 8:
Que retentissent nos accents de victoire en ton honneur Invincible Reine, toi qui nous sauves des périls du combat, Mère de Dieu, Vierge souveraine! Vers toi montent nos louanges, nos chants d'action de grâce. De ton bras puissant dresse autour de nous le plus solide des remparts, sauve-nous de tout danger, hâte-toi de secourir les fidèles qui te chantent :
Réjouis-toi, Epouse et Vierge


Ikos 1 Le Premier des anges fut envoyé du ciel saluer la Mère de Dieu. Te voyant, Seigneur, prendre corps à sa voix incorporelle, il s'émerveilla et lui dit :

Réjouis-toi, par qui la joie s'est levée,
Réjouis-toi, par qui la malédiction disparaît,
Réjouis-toi, rappel d'Adam déchu,
Réjouis-toi, rédemption des larmes d'Eve.
Réjouis-toi, hauteur inaccessible aux pensées humaines,
Réjouis-toi, profondeur invisible aux yeux des anges.
Réjouis-toi, car tu es le trône du Roi,
Réjouis-toi, qui portes Celui qui porte l'univers.
Réjouis-toi, étoile qui nous montres le Soleil,
Réjouis-toi, sein de l'incarnation de Dieu.
Réjouis-toi, par qui la création est renouvelée,
Réjouis-toi, par qui le Créateur se fait petit enfant.
Réjouis-toi, Epouse et Vierge

Kondakion 2
La Sainte, qui se savait vierge, dit à Gabriel : Il est difficile à mon âme de recevoir ce que tu dis. Comment m'annonces-tu qu'un enfant naîtrait d'une conception sans semence, disant :
Alleluia

Ikos 2 La Vierge, cherchant à comprendre la science inconnue, dit au serviteur : comment est-il possible qu'un fils naisse d'un corps vierge, dis-moi ? Et lui, dans la crainte, lui répondit :

Réjouis-toi, initiée à la volonté mystérieuse,
Réjouis-toi, foi de ceux qui recherchent le silence,
Réjouis-toi, prélude des miracles du Christ,
Réjouis-toi, sommet de sa doctrine.
Réjouis-toi, échelle céleste par laquelle Dieu descendit,
Réjouis-toi, pont qui mènes de la terre au ciel.
Réjouis-toi, merveille que chantent les anges,
Réjouis-toi, blessure que pleurent les démons.
Réjouis-toi, qui as ineffablement enfanté la Lumière,
Réjouis-toi, qui à personne n'as enseigné comment.
Réjouis-toi, qui dépasses la connaissance des sages,
Réjouis-toi, qui éclaires l'esprit des fidèles.
Réjouis-toi, Epouse et Vierge

Kondakion 3
La puissance du Très-Haut couvrit de son ombre la Vierge, et elle conçut. Et son sein se révéla être un champ fertile donné à ceux qui veulent récolter le salut, et qui chantent :
Alleluia

Ikos 3 La Vierge qui portait Dieu s'en alla vers Elisabeth. Et l'enfant de celle-ci, reconnaissant aussitôt la salutation de Marie se réjouit, et par ses sauts comme des chants, dit à la Mère de Dieu :

Réjouis-toi, sarment qui donnes le germe immortel,
Réjouis-toi, qui gardes le fruit inaltérable,
Réjouis-toi, qui cultives Celui qui cultive l'amour de l'homme,
Réjouis-toi, qui plantes Celui qui plante notre vie.
Réjouis-toi, terre qui fais croître la richesse des compassions,
Réjouis-toi, table qui portes l'abondance du rachat.
Réjouis-toi, car tu couvres de fleurs la prairie des délices,
Réjouis-toi, car tu prépares le refuge des âmes.
Réjouis-toi, parfum de l'intercession,
Réjouis-toi, pardon du monde entier.
Réjouis-toi, bienveillance de Dieu pour les mortels,
Réjouis-toi, audace des mortels en Dieu.
Réjouis-toi, Epouse et Vierge

Kondakion 4
Assailli par la tempête des doutes, le sage Joseph était troublé. Il te regardait, toi qui n'étais pas mariée, et soupçonnait une union secrète, ô Immaculée. Mais apprenant que tu avais conçu de l'Esprit Saint, il dit :
Alleluia

On répète le Kondakion :
Que retentissent nos accents de victoire en ton honneur Invincible Reine, toi qui nous sauves des périls du combat, Mère de Dieu, Vierge souveraine! Vers toi montent nos louanges, nos chants d'action de grâce. De ton bras puissant dresse autour de nous le plus solide des remparts, sauve-nous de tout danger, hâte-toi de secourir les fidèles qui te chantent :
Réjouis-toi, Epouse et Vierge

Lecture du psaume 119.
Petite litanie.
Kondakion : Que retentissent nos accents…

Pendant ce kondakion se fait l'encensement de l'icône de la Mère de Dieu, de l'iconostase et du peuple (petit encensement).

Ikos 4 Les bergers entendirent les anges qui chantaient l'avènement du Christ dans la chair. Ils allèrent vers le Pasteur et Le virent comme un agneau paissant sur le sein de Marie, qu'ils célébrèrent :

Réjouis-toi, Mère de l'Agneau et du Pasteur,
Réjouis-toi, bercail des brebis spirituelles.
Réjouis-toi, qui nous défends contre les ennemis invisibles,
Réjouis-toi, qui nous ouvres les portes du paradis.
Réjouis-toi, car les cieux se réjouissent avec la terre,
Réjouis-toi, car la terre exulte avec les cieux.
Réjouis-toi, bouche des apôtres qui ne se tait jamais,
Réjouis-toi, courage invincible de ceux qui remportent le prix du combat.
Réjouis-toi, ferme colonne de la foi,
Réjouis-toi, connaissance lumineuse de la grâce.
Réjouis-toi, par qui l'enfer fut dépouillé,
Réjouis-toi, par qui nous avons revêtu la grâce.
Réjouis-toi, Epouse et Vierge

Kondakion 5
Les mages voyant l'étoile qui les menait à Dieu suivirent sa lumière. La portant comme un flambeau, ils allèrent s'enquérir du Roi tout-puissant. Enfin, atteignant l'Inaccessible, ils se réjouirent et Lui dirent :
Alleluia

Ikos 5 Les enfants des Chaldéens virent dans les mains de la Vierge Celui qui de ses mains avait créé les hommes. Comprenant qu'Il était le Maître, bien qu'Il eût pris la forme de l'esclave, ils L'honorèrent de leurs dons et dirent à la Toute-bénie :

Réjouis-toi, Mère de l'Astre sans déclin,
Réjouis-toi, aube du jour mystique.
Réjouis-toi, qui éteins la fournaise du mensonge,
Réjouis-toi, qui éclaires les initiés au mystère de la Trinité.
Réjouis-toi, qui enlèves son empire au tyran inhumain,
Réjouis-toi, qui révèles le Christ, le Seigneur qui aime l'homme.
Réjouis-toi, qui nous libères des cultes barbares,
Réjouis-toi, qui nous délivres de la boue de nos œuvres.
Réjouis-toi, qui as aboli l'adoration du feu,
Réjouis-toi qui éteins la flamme des passions.
Réjouis-toi, guide de la sagesse des fidèles,
Réjouis-toi, allégresse de toutes les générations.
Réjouis-toi, Epouse et Vierge

Kondakion 6
Les mages devenus prédicateurs portant Dieu retournèrent à Babylone. Ils accomplirent ton oracle, et Te prêchèrent à tous, ô Christ. Ils quittèrent Hérode le menteur qui ne savait pas chanter :
Alleluia

Ikos 6 Lumière de la vérité qui brilla sur l'Egypte, Tu chassas les ténèbres du mensonge. Car ses idoles ne purent supporter ta force, ô Sauveur, et tombèrent. Et ceux qui furent délivrés d'elle dirent à la Mère de Dieu :

Réjouis-toi, qui redresses les hommes,
Réjouis-toi, qui renverses les démons.
Réjouis-toi, qui as foulé l'erreur du mensonge,
Réjouis-toi, qui as dénoncé la ruse des idoles.
Réjouis-toi, mer qui as englouti le pharaon spirituel,
Réjouis-toi, pierre qui abreuves ceux qui ont soif de la Vie.
Réjouis-toi, colonne de feu qui conduis ceux qui sont dans les ténèbres,
Réjouis-toi, refuge du monde plus vaste que les nuées.
Réjouis-toi, nourriture qui succèdes à la manne,
Réjouis-toi, servante des saintes délices.
Réjouis-toi, terre promise,
Réjouis-toi, de qui coulent le miel et le lait.
Réjouis-toi, Epouse et Vierge

Kondakion 7
A Siméon qui allait quitter ce siècle menteur, Tu T'es donné comme un enfant. Mais Tu Te fis aussi connaître à lui comme Dieu parfait et il s'émerveilla devant ton ineffable sagesse, disant :
Alleluia

On répète le Kondakion :
Que retentissent nos accents de victoire en ton honneur Invincible Reine, toi qui nous sauves des périls du combat, Mère de Dieu, Vierge souveraine! Vers toi montent nos louanges, nos chants d'action de grâce. De ton bras puissant dresse autour de nous le plus solide des remparts, sauve-nous de tout danger, hâte-toi de secourir les fidèles qui te chantent :
Réjouis-toi, Epouse et Vierge

Lecture du psaume 50.

Canon du saint patron de l'église et Canon à la Mère de Dieu
Poème de Joseph
Ton 4
1ère Ode.
Hirmos : Ma bouche s’ouvrira et sera remplie de l’Esprit et je parlerai en l’honneur de la Reine et Mère, on me verra la célébrer avec éclat et je chanterai dans la joie ses merveilles.

Très Sainte Mère de Dieu, sauve-nous !
Le grand archange te voyant, Livre vivant du Christ scellé par l’Esprit, te dit ô Pure : Réjouis-toi, Demeure de la Joie, toi par qui est levée la malédiction ancestrale.

Réjouis-toi Vierge, Epouse de Dieu, relèvement d’Adam et perdition de l’enfer ; réjouis-toi Palais du Roi, toi qui es toute entière immaculée ; réjouis-toi Trône de feu du Tout-Puissant.
Réjouis-toi Fleur incorruptible qui seule as produit le Fruit odorant ; réjouis-toi, qui as donné naissance au doux parfum du Roi ; réjouis-toi, Salut du monde, ô Inépousée.
Réjouis-toi, Trésor de pureté par qui nous avons été relevés de notre déchéance ; réjouis-toi, Souveraine, Lys dont la suavité embaume les fidèles, Encens odorant et Myrrhe très précieuse.

Katavasia: Ma bouche s’ouvrira…


3ème Ode.
Hirmos: Mère de Dieu, Source abondante de la vie, affermis ceux qui te célèbrent et se sont réunis en assemblée spirituelle ; dans ta gloire divine rends-les dignes de la couronne de gloire.

Terre non labourée d’où en vérité a levé l’Epi divin, réjouis-toi ; réjouis-toi, Table vivante qui as porté le Pain de Vie ; réjouis-toi, Souveraine, Source inépuisable de l’eau vive.

Réjouis-toi, qui pour les fidèles as mis au monde l’Offrande immaculée ; réjouis-toi, Agnelle qui as donné naissance à l’Agneau de Dieu qui enlève les péchés du monde ; réjouis-toi pure Eau lustrale.

Réjouis-toi, Etoile lumineuse du matin, qui seule as porté le Soleil, le Christ ; réjouis-toi, Réceptacle de la lumière, toi qui as dissipé l’obscurité et exterminé les démons des ténèbres.

Réjouis-toi, unique Seuil franchi par le seul Verbe, ô Souveraine, toi qui as brisé par ton enfantement les verrous et les portes de l’enfer ; réjouis-toi, Parvis divin de ceux qui font leur salut, ô toute célébrée.

Katavasia: Mère de Dieu, Source abondante de la vie…


Petite litanie.

Kondakion :
Que retentissent nos accents de victoire…
et petit encensement


Ikos 7: A nous qui avons été créés par Lui, le Créateur en se révélant révéla la nouvelle création. Il a fécondé le sein qui ne fut pas ensemencé et le garda vierge, afin que voyant le miracle, nous puissions le célébrer, en disant :

Réjouis-toi, fleur de l'incorruptibilité,
Réjouis-toi, couronne de la tempérance.
Réjouis-toi, qui as éclairé la figure de la résurrection,
Réjouis-toi, qui as révélé la vie angélique.
Réjouis-toi, arbre dont les bons fruits nourrissent les fidèles,
Réjouis-toi, bois qui à l'ombre de ses feuilles protège tant d'êtres.
Réjouis-toi, qui as conçu le Guide des égarés,
Réjouis-toi, qui as enfanté le Rédempteur des captifs.
Réjouis-toi, qui pries le juste Juge,
Réjouis-toi, pardon de tant de fautes.
Réjouis-toi, qui revêts de confiance ceux qui sont nus,
Réjouis-toi, tendresse plus forte que tous les désirs.
Réjouis-toi, Epouse et Vierge

Kondakion 8
Nous qui avons vu l'étrange enfantement, élevons notre esprit vers le ciel, devenons étrangers au monde. Car c'est pour cela que le Dieu Très-Haut s'est révélé sur terre comme un homme humble, voulant attirer vers la hauteur ceux qui Lui disent :
Alleluia

Ikos 8 : Le Verbe indescriptible était tout entier parmi ceux d'en-bas, mais Il n'avait pas quitté ceux d'en-haut. Car la descente divine ne fut pas un changement de lieu. L'enfantement se fit dans la Vierge qui reçut Dieu et entendit :

Réjouis-toi, qui contiens le Dieu que rien ne peut contenir,
Réjouis-toi, porte du mystère sacré.
Réjouis-toi, message incompris des incroyants,
Réjouis-toi, gloire incontestable des fidèles.
Réjouis-toi, char de Celui que portent les chérubins,
Réjouis-toi, demeure glorieuse de Celui que portent les séraphins.
Réjouis-toi, qui as rendu les contraires identiques,
Réjouis-toi, qui as uni la virginité et l'enfantement.
Réjouis-toi, par qui fut abolie la transgression,
Réjouis-toi, par qui fut ouvert le paradis.
Réjouis-toi, clef du royaume du Christ,
Réjouis-toi, espérance des biens éternels.
Réjouis-toi, Epouse et Vierge

Kondakion 9
Le chœur des anges s'émerveillait devant le grand œuvre de ton incarnation humaine, car il voyait le Dieu inaccessible devenir un homme accessible à tous, vivant avec nous et entendant de tous :
Alleluia

Ikos 9 Les plus éloquents orateurs sont des poissons muets devant toi, Mère de Dieu, car ils ne peuvent dire comment tu es demeurée vierge et as enfanté, mais nous, admirant le mystère, nous disons dans la foi :

Réjouis-toi, calice de la Sagesse de Dieu,
Réjouis-toi, trésor de sa providence,
Réjouis-toi, qui révèles la folie des philosophes,
Réjouis-toi, qui dénonces la confusion des raisonneurs.
Réjouis-toi, par qui les habiles disputeurs perdirent le sens,
Réjouis-toi, par qui les créateurs des mythes se flétrirent.
Réjouis-toi, qui as tranché les subtilités des Athéniens
Réjouis-toi, qui as empli les filets des pêcheurs.
Réjouis-toi, qui nous as tirés du gouffre de l'ignorance,
Réjouis-toi, qui nous as donné la lumière de la connaissance.
Réjouis-toi, navire de ceux qui veulent être sauvés,
Réjouis-toi, havre de ceux qui traversent cette existence.
Réjouis-toi, Epouse et Vierge

Kondakion 10 :
Voulant sauver le monde, le Dieu qui pare l'univers de beauté vint à lui volontairement. Dieu, Il était le Pasteur, mais pour nous, Il se fit homme comme nous. Il appela le semblable par le semblable et Il entendit en Dieu :
Alleluia

On répète le Kondakion :
Que retentissent nos accents de victoire…

Petite litanie

Cathisme Ton 1
Le grand prince des anges immatériels - vint dans la cité de Nazareth t'annoncer, très Pure - le Roi et le Seigneur des siècles, et te dire - Réjouis toi, Marie bénie - profondeur incompréhensible et inexplicable, rappel des mortels.
Gloire... Et maintenant... Le grand prince…

4ème Ode.
Hirmos : Jésus qui siège dans la gloire sur le trône de la divinité, vint dans la nuée légère et sauva de sa main ceux qui Lui clament : Gloire ô Christ à ta puissance !

Parmi les acclamations, avec foi nous te chantons, ô toute célébrée : Réjouis-toi, Montagne fertile ensemencée par l’Esprit ; réjouis-toi, Chandelier et Coupe qui contiens la manne dont se délectent les fidèles.

Réjouis-toi Souveraine Très-Pure, Onde qui purifies l'univers ; réjouis-toi, Echelle qui par la grâce nous élèves de cette terre ; réjouis-toi, Pont qui en vérité fais passer de la mort à la vie ceux qui te louent.

Réjouis-toi Très-Pure, toi qui es plus haute que les cieux, toi qui sans peine as porté en ton sein les assises de la terre ; réjouis-toi, Pourpre qui as teint par ton sang le vêtement divin du Roi des Puissances.

Tu as en vérité enfanté l’Auteur de la Loi, Celui qui gratuitement purifie nos iniquités ; Réjouis-toi Souveraine, Profondeur inconcevable, Hauteur inexprimable, Vierge par qui nous avons tous été déifiés.

Tu as tressé pour le monde la couronne non tressée de main d’homme ; nous te louons et te disons : Réjouis-toi, Vierge qui veilles sur nous, Rempart et Rocher et Refuge sanctifié.

Katavasia : Jésus qui siège dans la gloire…


5ème Ode.
Hirmos : L’univers frémit devant ta gloire divine, ô Vierge; tu as porté le Dieu qui est au-dessus de tout, tu as enfanté le Fils intemporel qui donne la paix à tous ceux qui te chantent.

Réjouis-toi, Toute Immaculée qui as enfanté la Voie de la Vie et as sauvé le monde de la submersion du péché ; réjouis-toi, divine fiancée, auzire si grai înfricosator ; réjouis-toi, en qui Se réjouit le Maître de la création.

Réjouis-toi, ô Très-Pure, toi qui es la force et le réconfort des hommes, sainte Demeure de la gloire, défaite de l’enfer, lumineuse Chambre haute ; réjouis-toi, liesse des anges ; réjouis-toi, secours de ceux qui te prient avec foi.

Réjouis-toi, Souveraine, Char de feu du Verbe ; Paradis spirituel qui abrite en son sein l’Arbre de Vie, le Seigneur dont la douceur rend la vie quand ils y goûtent avec foi à ceux qui étaient soumis à la corruption.

Fortifiés par ta puissance, nous te disons avec foi : Réjouis-toi, Cité du Roi, toi dont on a dit avec éclat des choses glorieuses et dignes d’être entendues, ô Montagne inviolée ; réjouis-toi Abîme insondable.

Vaste Abri du Verbe, réjouis-toi ; réjouis-toi, ô Très Pure, Nacre qui as produit la Perle divine ; réjouis-toi, Merveille qui réconcilies avec Dieu ceux qui sans cesse te proclament bienheureuse, ô Mère de Dieu.

Katavasia : L’univers frémit…


6ème Ode.
Hirmos : Célébrant sous une inspiration divine cette très honorable et divine fête de la Mère de Dieu, venez battons des mains et glorifions Dieu qui est né d’elle.

Tu es la pure Chambre haute du Verbe et le prélude à notre déification ; réjouis-toi Très-Pure, Sceau des Prophètes ; réjouis-toi, Joyau des Apôtres.

De toi est venue la rosée qui éteignit la fournaise des idoles ; c’est pourquoi nous te disons : Réjouis-toi, ô Vierge, Toison imprégnée de rosée que Gédéon contempla autrefois.

Voici que nous te disons, ô Vierge : Réjouis-toi ; sois pour nous Havre et Quiétude, car nous sommes plongés dans le bourbier et les folies de l’Adversaire.

Toi qui es la Racine de la joie, emplis de grâce notre esprit et nous te dirons : Réjouis-toi, Buisson inconsumé et Nuée lumineuse qui en tout temps couvre de son ombre les fidèles.


Tétraode - Poème de Joseph

Hirmos
Ton 6: Voyant la mer de l'existence – soulevée par la tempête des tentations - je vais à ton port serein et t'appelle - enlève ma vie de la corruption, dans Ton grand Amour.

Saints de Dieu, intercédez pour nous.

Les martyrs qui combattirent - roulés sur la terre comme des pierres élues - renversèrent tout l'édifice de l'ennemi - et furent des temples de Dieu.

Nous vous prions, martyrs qui êtes allés au bout du bon chemin - donnez nous la force de bien parcourir la voie du jeûne - dans la lumière de la perfection des vertus.

Tes serviteurs qui partent de la terre vers Toi, Maître très bon - mène les dans Ton Royaume - par la médiation sacrée de tes martyrs, en Ton grand Amour.

Seule toute célébrée, Vierge Mère, prie le Verbe tout Saint - d'accorder le pardon des péchés, le partage des grâces divines à ceux qui te célèbrent dans la foi.

Autre - Poème de Théodore

Hirmos
Ton 5: Seigneur qui as délivré le prophète…

Célébrant la mémoire des martyrs- réjouis en Dieu aujourd'hui - nous chantons au Seigneur.

Résolus dans la foi, martyrs - vous n'avez craint ni le glaive, ni le feu - vous avez renversé les tyrans.

Gloire…

Je Te célèbre, Trinité dans les Personnes - Je T'adore, Unité dans l'Être - Père, Fils et Esprit Saint.

Et maintenant…

Tu es la louange des anges et des hommes - Vierge, tu as enfanté le Christ, le Sauveur de nos âmes.

V. Dieu est merveilleux dans ses saints.

Vous avez trouvé la vie dans la mort - et vous exultez dans les demeures des cieux - glorieux martyrs du Christ, notre Dieu.

V. Leurs âmes demeureront dans la bonté…

Christ, Tu domines la mort et la vie - à ceux qui partent de cette existence dans la foi - donne le repos avec les saints.

Katavasia : Seigneur qui as délivré le prophète du monstre - enlève moi du gouffre des fautes et sauve moi.


Petite litanie
Kondakion : Que retentissent nos accents

et petit encensement

Ikos 10 : Vierge Mère de Dieu, Tu es le Rempart des vierges et de tous ceux qui accourent vers toi. Le Créateur du ciel et de la terre te forma, ô très Pure, Il demeura en ton sein et nous apprit à t'invoquer :

Réjouis-toi, colonne de la virginité,
Réjouis-toi, porte du Salut.
Réjouis-toi, qui nous mènes à la nouvelle création spirituelle,
Réjouis-toi, qui nous donnes la divine bonté.
Réjouis-toi, qui fais renaître ceux qui furent conçus dans la confusion,
Réjouis-toi, qui reprends ceux qui ont perdu l'intelligence.
Réjouis-toi, qui détruis celui qui corrompt les cœurs,
Réjouis-toi, qui enfantes Celui qui sème la pureté.
Réjouis-toi, temple du mariage sans semence,
Réjouis-toi, qui unis les fidèles au Seigneur.
Réjouis-toi, qui seule entre les vierges as nourri un enfant,
Réjouis-toi, vêtement nuptial des âmes des saints.
Réjouis-toi, Epouse et Vierge

Kondakion 11
Tous les hymnes que nous faisons monter vers l'abondance de tes compassions ne peuvent se mesurer avec elles. Quand nous apporterions des odes aussi nombreuses que le sable de la mer, Roi Saint, nous ne ferions rien qui soit digne de ce que Tu donnes à ceux qui Te disent :
Alleluia

Ikos 11: Nous voyons dans la Vierge sainte la lampe lumineuse révélée à ceux qui sont dans les ténèbres. Elle, qui alluma en elle la lumière immatérielle, nous conduit à la connaissance divine, éclairant l'esprit de son rayonnement, et est célébrée en ces paroles :

Réjouis-toi, rayon du Soleil spirituel,
Réjouis-toi, qui nous apportes la lumière sans déclin.
Réjouis-toi, éclair illuminant les âmes,
Réjouis-toi, tonnerre terrifiant les ennemis.
Réjouis-toi, car de toi S'est levée la splendeur de la Lumière,
Réjouis-toi, car de toi a coulé le Fleuve aux grandes eaux.
Réjouis-toi, qui figures le baptistère,
Réjouis-toi, qui enlèves la souillure du péché.
Réjouis-toi, bain qui laves la conscience,
Réjouis-toi, calice qui mélanges la joie.
Réjouis-toi, parfum de la bonne odeur du Christ,
Réjouis-toi, vie du festin mystique.
Réjouis-toi, Epouse et Vierge

Kondakion 12 :
Voulant remettre les dettes anciennes, le Créancier de tous les hommes vint de Lui-même vers ceux qui avaient quitté sa grâce. Il déchira la cédule de nos péchés, et Il entendit de tous :
Alleluia

Ikos 12 Chantant ton Enfant, nous célébrons en toi le Temple de la Vie, Mère de Dieu. En ton sein demeura le Seigneur qui tient l'univers dans sa main, qui nous sanctifia, nous glorifia et nous apprit à dire :
Réjouis-toi, demeure de Dieu le Verbe,
Réjouis-toi, Sainte plus grande que les saints.
Réjouis-toi, arche que l'Esprit a couverte d'or,
Réjouis-toi, trésor inépuisable de la vie.
Réjouis-toi, précieux diadème des rois fidèles,
Réjouis-toi, sainte gloire des prêtres qui aiment Dieu.
Réjouis-toi, tour inébranlable de l'Eglise,
Réjouis-toi, rempart indestructible du royaume.
Réjouis-toi, par qui sont élevés les trophées,
Réjouis-toi, par qui tombent les ennemis.
Réjouis-toi, guérison de mon corps,
Réjouis-toi, salut de mon âme.
Réjouis-toi, Epouse et Vierge

Kondakion 13 :
Mère toute célébrée qui as enfanté le Verbe qui est plus saint que tous les saints, reçois cette prière, délivre-nous de tous les malheurs et libère de la damnation à venir ceux qui disent :

Alleluia, Alleluia, Alleluia.

Et de nouveau l’ikos 1 et le kondakion 1
et petit encensement

Synaxaire des Ménées

Ce jour, samedi de la cinquième semaine du jeûne, nous célébrons l'hymne acathiste de notre très sainte Souveraine la Mère de Dieu et toujours Vierge Marie.
De ses hymnes qui ne se taisent jamais, la cité rend grâce et célèbre celle qui la protège et veille sur elle dans les combats.
Par les prières de Ta Mère invincible qui nous défend, Christ Dieu, délivre nous des malheurs qui nous entourent, aie pitié de nous, Toi qui seul aimes l'homme.


7ème Ode.
Hirmos : Les sages de Dieu adoraient le Créateur plutôt que la création. Ils repoussèrent courageusement la menace du feu et chantèrent dans la joie : Seigneur et Dieu de nos Pères, Tu es béni.

Nous te louons et te disons : Réjouis-toi, Char du Soleil spirituel et Vigne qui en vérité as vu mûrir la Grappe exquise d’où coule le vin qui réjouit les âmes de ceux qui avec foi te glorifient.

Toi qui as donné naissance à Celui qui apporte aux hommes la guérison, réjouis-toi divine fiancée, Rameau mystique d’où a éclos la Fleur impérissable ; réjouis-toi, Souveraine par qui nous sommes emplis d’allégresse et nous héritons la vie.

Ô Souveraine, aucune langue, si habile soit-elle, n’est capable de te rendre hommage, car tu t’es élevée bien au-dessus des séraphins en enfantant le Christ-Roi. Prie-Le qu’Il nous sauve de tout péril, nous qui te vénérons avec foi.

Les confins de la terre te louent, te disent bienheureuse et te chantent avec amour : Réjouis-toi, Très-Pure, Livre dans lequel le Verbe S’est inscrit par la puissance du Père ; ô Mère de Dieu, supplie-Le d’inscrire tes serviteurs dans le livre de Vie.

Nous nous inclinons en nos cœurs, nous tes serviteurs et nous te prions : incline vers nous ton oreille, ô Pure, prends-nous en pitié, nous qui sans répit sommes plongés dans la fange et garde-nous de l’asservissement à l’Ennemi, ô Mère de Dieu.


Tétraode
Hirmos
Ton 6: Un ordre de Dieu couvrit de rosée les saints enfants dans la fournaise - mais l'ordre de Dieu brûla les Chaldéens - et força le tyran à dire : Tu es béni, Dieu de nos pères.

L'assemblée lumineuse de tes divins martyrs en Ton grand Amour - tourne maintenant dans Ta lumière inaccessible - Par leurs prières accorde à tous la lumière et le pardon des péchés.

Beau est le temps du jeûne que Tu nous as donné, Seigneur - En lui couvre nos âmes de Ta compassion et de Ta bonté - par les prières des saints martyrs qui ont aimé Ta belle et vénérable Passion.

Tes serviteurs ont traversé la douloureuse tempête de l'existence - Maître mène les au port de la vie - dire avec tous les élus - Tu es béni, Dieu de nos pères

Toujours Vierge tu as conçu Celui qui donne la loi - Délivre des injustices en ce temps présent - ceux qui sont résolus à s'attacher au jeûne divin.

Autre - Hirmos
Ton 5: Tu es béni, Dieu qui vois les abîmes…

Tu es béni, Dieu qui as révélé - la noblesse des martyrs qui combattaient pour toi - célébré et glorifié au-dessus de tout.

Tu es béni, Dieu qui nous as donné les martyrs - pour intercéder auprès de Toi - célébré et glorifié au dessus de tout

Gloire…

Tu es béni, Dieu que nous savons Un de nature - et Triple dans les Personnes - célébré et glorifié au dessus de tout.

Et maintenant…

Tu es béni, Dieu né sans semence - qui as gardé Vierge celle qui T'enfanta - célébré et glorifié au dessus de tout.

V. Le Seigneur a émerveillé les saints qui sont sur sa terre.

Tu es béni, Dieu qui as fermé la bouche des lions - et éteint le feu pour glorifier tes saints - célébré et glorifié au dessus de tout.

V. Bienheureux ceux que Tu as élus et reçus, Seigneur.

Tu es béni, Dieu qui portes de la mort vers la vie infinie - ceux qui en leur existence Te serviront dans la foi.

Katavasia Tu es béni, Dieu qui vois les abîmes - et qui sièges sur les Chérubins - célébré et glorifié au dessus de tout.


8ème Ode
Hirmos : Le Fils de la Mère de Dieu, figuré par un ange, sauva les Jeunes Gens dans la fournaise. A présent manifesté, Il tient rassemblés tous les peuples de l’univers qui s’écrient : Chantez le Seigneur toutes ses œuvres et exaltez-Le dans tous les siècles.

Tu as reçu le Verbe en ton sein et tu as porté Celui qui porte l’univers, tu as nourri de ton lait, toi qui es pure, Celui qui nourrit le monde entier avec bienveillance et à qui nous chantons : Louez le Seigneur toutes ses œuvres et exaltez-Le dans les siècles.

Moïse vit dans le buisson le grand mystère de ton enfantement, Très Sainte Vierge pure ; et les Jeunes Gens des temps anciens le manifestèrent de façon plus éclatante encore en se tenant au milieu de la fournaise sans être atteints par le feu : c’est pourquoi nous te louons dans les siècles.

Nous qui jadis avions été dépouillés par le mensonge, nous sommes maintenant revêtus d’incorruptibilité par ton enfantement ; et nous qui nous tenions dans les ténèbres du péché, nous avons vu la lumière, ô Vierge, Réceptacle de la Lumière ; c’est pourquoi nous te louons dans les siècles.

Bénissons le Père, le Fils et le Saint-Esprit, le Seigneur.

Les morts recouvrent par toi la vie, car tu as enfanté la Vie en une Hypostase. Ceux qui auparavant étaient muets parlent maintenant ; ceux qui étaient souillés sont purifiés ; les maladies sont chassées et la multitude des démons aériens est vaincue, ô Vierge, salut des hommes.
Toi qui as enfanté le Salut de l’univers, Celui qui nous a élevés de cette terre vers les hauteurs, réjouis-toi toute bénie, Force et Abri, Rempart et Rocher de ceux qui chantent, Vierge Pure : Toutes ses œuvres louez le Seigneur, chantez-Le et glorifiez-Le dans les siècles !

Tétraode
Hirmos
Ton 6: De la flamme Tu as tiré la rosée qui couvrit les saints - et dans l'eau Tu as enflammé le sacrifice du juste - Christ, Tu fais tout par ta seule volonté - Nous T'exaltons dans tous les siècles

Les Intelligences célestes admirèrent - les combats des saints martyrs - Par leurs prières, Maître Compatissant ~ émerveille nous de l'abondance de Ton Amour

Admirables martyrs du Seigneur - vous avez foulé le feu sous la rosée divine - Délivrez nous du feu de la damnation - par la chaleur de vos prières auprès du Maître.

Verbe très bon, rends les orthodoxes qui partent d'entre nous - dignes de la vie dans le ciel et de la sainte splendeur - par les prières de tes martyrs, dans la beauté de leur victoire.

Par les prières de celle qui T'a conçu - de tes saints martyrs et de tes apôtres - éclaire nos âmes, Compatissant, pour qu'elles Te glorifient en joie dans les siècles.

Autre - Hirmos
Ton 5: Le Créateur de l'univers que révèrent les anges - peuples célébrez Le, exaltez Le dans tous les siècles.

Saints chœurs des martyrs souvenez vous - de ceux qui vous célèbrent dans leur désir - et exaltent le Christ dans les siècles.

Frappés par le glaive, les martyrs se réjouissaient - célébrant le Christ et L'exaltant dans tous les siècles.

Gloire…

Etrangement la Trinité est divisée - et demeure indivisible en Dieu - Nous L'exaltons dans tous les siècles.

Et maintenant…

La Vierge a enfanté. Dieu en elle S'est fait homme - Que toute chair Le célèbre dans les siècles.

V. Dieu est merveilleux dans ses saints…

Les martyrs furent des colonnes de courage - Ils ont triomphé de la chute du diable - célébrant le Christ dans les siècles.

V. Leurs âmes demeureront dans la bonté…

Seigneur, rends dignes d'aller dans le sein d'Abraham - tes serviteurs qui partent vers Toi dans la foi et l'espoir.

Louons, bénissons et adorons le Seigneur…

Katavasia : Le Créateur de l'univers que révèrent les anges peuples célébrez Le, exaltez Le dans tous les siècles..


Le Magnificat…

9ème Ode.
Hirmos: Que tout être terrestre exulte illuminé par l’Esprit, que les Puissances immatérielles célèbrent dans la joie la fête sainte de la Mère de Dieu et qu’ils s’écrient : Réjouis-toi, toute bienheureuse, Mère de Dieu très pure et toujours Vierge.

Ô Vierge, délivre-nous des tentations du péché et du châtiment qui menace les hommes à cause du grand nombre de leurs fautes, afin que nous te chantions, nous les fidèles : Réjouis-toi par qui nous avons part à la joie éternelle.

Tu es notre Lampe et notre Rempart, c’est pourquoi nous te chantons : Réjouis-toi Etoile sans déclin qui as donné au monde le Soleil spirituel ; réjouis-toi ô Pure, par qui a été ouvert à nouveau le Paradis ; réjouis-toi Colonne de feu qui guides les humains vers la vie d’En-Haut.

Tenons-nous avec une crainte révérencieuse dans la maison de notre Dieu et chantons : Réjouis-toi Souveraine du monde ; réjouis-toi, Marie, notre Dame ; réjouis-toi, qui seule entre les femmes es sans tache et bonne ; réjouis-toi, Vase qui as reçu l’effusion de la Myrrhe inépuisable.

Colombe qui as mis au monde le Dieu Compatissant, réjouis-toi, toujours Vierge. Réjouis-toi Gloire des moines ; réjouis-toi Couronne des martyrs ; réjouis-toi divine beauté des justes et rédemption des fidèles.

Seigneur, prends en pitié ton héritage et ne tiens pas compte de nos péchés, car notre médiatrice auprès de Toi est celle qui T’a mis au monde au-delà de la nature, Toi le Christ qui as daigné revêtir notre humanité en ta grande miséricorde.

Tétraode
Hirmos
Ton 6: Il est impossible aux hommes de voir Dieu - que n'osent pas fixer les ordres des anges - Mais par toi, toute Pure, le Verbe incarné S'est révélé aux mortels - L'exaltant avec les Puissances célestes, nous te disons bienheureuse.

Levés comme la lumière, comme le soleil - les martyrs ont illuminé toute la terre - des rayons de la piété et de la clarté des miracles - et ils ont dissipé les ténèbres du polythéisme - Par leurs prières, Dieu, aie pitié de nous.

Puissance invincible des martyrs - donne nous la force de mener le bon combat - et d'achever le stade du jeûne - Puissions nous au bout des œuvres de l'existence divine en joie nous unir à la Vie.

Seigneur, que ta bonté parvienne à ceux d'entre nous - qui partent à ton ordre terrible - Que Ton Amour les entoure et les conduise dans les demeures éclairées par la lumière de Ta face.

A la voix de l'Ange, Mère de Dieu - tu as ineffablement conçu l'Ange de la volonté du Père - Reçois les paroles que tes serviteurs - te disent durant le temps du jeûne - et porte les à Dieu comme un parfum.

Autre - Hirmos
Ton 5: Isaïe, danse. La Vierge a conçu…

Peuples, célébrons aujourd'hui la fête des martyrs - exultons dans les odes et chantons au Christ - qui dirigeait leur combat et leur donna la victoire sur les ennemis - Lui que dans les hymnes nous exaltons.

Déchirés par les griffes, les membres découpés par le glaive - vous avez rejoint le Christ dans l'amour, glorieux martyrs - Maintenant dans les cieux en joie priez pour nous.

Gloire…

Je Te célèbre dans les Personnes du même Etre - Trinité qui n'as pas de commencement - sainte Origine de la Vie, indivisible Unité - Père inengendré, Verbe et Fils engendré, Esprit Saint - sauve nous qui Te célébrons.

Et maintenant…

Ton enfantement, Mère de Dieu, dépasse l'intelligence - La conception en toi s'est faite sans l'homme - La gestation fut virginale - Et Dieu est l'Enfant, que nous exaltons - Vierge, nous te disons bienheureuse.

V. Le Seigneur a émerveillé les saints qui sont sur sa terre.

Peuples, couronnez dans les odes les martyrs - la noble puissance de Dieu Souverain de l'univers - Car ils ont vaincu les phalanges des démons - Nous les chantons et exaltons le Maître.

V. Bienheureux ceux que Tu as élus et reçus, Seigneur.

Christ, quand Tu reviendras juger toutes les créatures - aie pitié de tes serviteurs fidèles que Tu reçois maintenant - Pardonne les fautes de leur vie - Et donne leur le repos avec tes saints dans les siècles.

Katavasia Isaïe, danse, la Vierge a conçu - Elle a enfanté Un Fils, l'Emmanuel, Dieu et Homme - l'Orient est son nom que nous exaltons - Vierge, nous te disons bienheureuse.

Petite litanie

Exapostilaire
Le mystère d’avant les siècles se révèle en ce jour ; dans sa miséricorde, Dieu le Verbe devient Fils de la Vierge Marie et Gabriel annonce la joie de la Bonne Nouvelle bonne nouvelle de la joie. Chantons avec lui : Réjouis-toi Mère du Seigneur.

Stichères des Laudes, ton 4
Le mystère caché et ignoré des anges mêmes est confié à l’archange Gabriel. Il vient maintenant vers toi qui seule es bonne, pure Colombe, élection de notre peuple et il te crie, ô Très-Sainte : Réjouis-toi et prépare-toi par ces mots à recevoir en ton sein par ces mots Dieu le Verbe. (2)

Un Palais plein de lumière a été préparé pour Toi, Maître, et ce sont les chastes entrailles de l’enfant divine ; descends maintenant et fais ta demeure en elle. Prends pitié de ta créature contre qui le démon jaloux mène le combat, celle qui a été tenue en servitude par le Malin, qui a perdu sa beauté première et qui attend ta descente salvatrice.

L’archange Gabriel se présente devant toi et te dit, ô toute immaculée : Réjouis-toi, délivrance de la malédiction et relèvement de ceux qui étaient tombés ; réjouis-toi, qui seule as été élue par Dieu. Vivantes Nues du Soleil spirituel, réjouis-toi et accueille en ton sein Celui que l’univers ne peut contenir et qui va maintenant s’abriter en toi.

Gloire... Et maintenant... même ton :
La Mère de Dieu entendit des paroles qu’elle ne pouvait comprendre quand l’archange prononça les mots de la Bonne Nouvelle. Recevant cependant l’Annonce avec foi, elle Te conçut, Toi le Dieu d’avant les siècles. C’est pourquoi nous Te disons dans l’allégresse : ô Dieu, Toi qui T’es incarné d’elle sans changement, donne au monde la paix et à nos âmes ta grande miséricorde.
Monique
 
Messages: 788
Inscription: Mer 31 Mars 2004 10:19

Messagepar Monique » Ven 07 Mars 2008 14:21

CINQUIEME SEMAINE DE CAREME

Samedi Liturgie


Prokimenon
Ton 3: Mon âme exalte le Seigneur - et mon esprit se réjouit en Dieu mon Sauveur.
V.: Parce qu'Il a regardé l'humilité de sa servante.


Lecture de l'Epître aux Hébreux (9, 24-28)

de la Mère de Dieu :
Lecture de l'Epître aux Hébreux (9, 1-7)


Alléluia
Ton 8: Lève toi, Seigneur - dans ton repos…

V.: Souviens toi, Seigneur, de David, de toute sa douceur

Evangile du jour (Marc 8, 27-31 )

Et de la Mère de Dieu (Marc 10, 38-42 et 11, 27-28)


Communion :Je prendrai le calice du salut et j'invoquerai le nom du Seigneur.
Alleluia .
Monique
 
Messages: 788
Inscription: Mer 31 Mars 2004 10:19

Messagepar Monique » Ven 07 Mars 2008 14:23

LE SAINT ET GRAND CAREME

SIXIEME SEMAINE

Cinquième dimanche du Grand Carême

Mémoire de sainte Marie l'Égyptienne


Samedi Vêpres

10 stichères du Lucernaire
6 stichères de l'Octoèque du ton
4 stichères de la sainte

Ton 6 - L'impureté où t'entraînaient jadis les souillures - t'empêchait de voir ce qui est saint - Mais le sens et la conscience de ce que tu avais fait - sage de Dieu, te ramenèrent vers le meilleur - Car tu as vu l'image de la servante bénie de Dieu - Elle t'a purifiée de toutes tes fautes d'autrefois - quand toute pieuse, en confiance tu as vénéré le bois précieux de la Croix. (bis)

Tu as visité en joie les lieux saints - tu as reçu le viatique salutaire de la vertu - et tu as pris soudain le chemin de la beauté - tu as passé les eaux du Jourdain - tu es allée vivre dans la demeure du Baptiste - Par ta vie tu as détruit la sauvagerie des passions - tu as librement affiné les enflures de la chair, Mère d'éternelle mémoire.

Tu es allée demeurer dans le désert - tu as effacé de l'âme les images de tes passions - tu as inscrit en toi la forme la plus divine des vertus, tu as tant brillé de lumière, Bienheureuse - que tu marchais légère sur les eaux - et que tu t'élevais de terre quand tu priais vers Dieu - Maintenant dans la liberté, toute glorieuse Marie, auprès du Christ, prie pour nos âmes.

Ton 4 Gloire…

La puissance de Ta Croix, Christ, a fait des merveilles - car l'ancienne prostituée a mené le combat de l'ascèse - Elle a rejeté la faiblesse - Elle a noblement résisté au diable - Elle a reçu le prix de la victoire, et elle intercède pour nos âmes.

Et maintenant…

Theotokion de l'Octoèque


Apostiches de l'Octoèque

Ton 2 Gloire…

Les convoitises de l'âme, les passions de la chair - tu les as coupées sous le glaive de la tempérance - Sous le silence de l'ascèse tu as étouffé le reproche des pensées - Sous les eaux de tes larmes tu as arrosé tout le désert - Et tu nous as donné le fruit du repentir - Sainte nous fêtons ta mémoire.

Et maintenant...

Ô miracle nouveau entre tous les miracles anciens - qui a su qu'une mère ait jamais sans l'homme enfanté - et porté dans ses bras Celui qui contient toute la création ? - La gestation est la volonté de Dieu - Celui que tu portes dans tes bras, toute Pure - en ta liberté maternelle auprès de Lui - ne cesse pas de Le prier pour ceux qui te vénèrent - d'avoir pitié de nous et de sauver nos âmes.


Apolytikion du dimanche de l'Octoèque

Gloire… Ton 8

En toi mère fut sauvée précisément - la ressemblance à l'image - Car tu as pris la croix, tu as suivi le Christ - et tu a enseigné par tes actes - à surmonter la chair car elle passe - et à veiller à la cause immortelle de l'âme - Avec les anges sainte Marie se réjouit ton esprit.

Et maintenant… Théotokion du ton 8 de l'Octoèque

Toi qui pour nous es ne de la Vierge - qui as souffert la croix en Ta bonté - qui par la mort as dépouillé la mort - et révélé en Dieu la Résurrection - ne méprise par ceux que Tu as formés de Ta main - Montre Ton amour de l'homme, Compatissant - Reçois la Mère de Dieu qui T'a enfante et intercède pour nous - Et sauve, notre Sauveur, le peuple désespéré.
Monique
 
Messages: 788
Inscription: Mer 31 Mars 2004 10:19

Messagepar Monique » Ven 07 Mars 2008 14:27

Cinquième dimanche du Grand Carême

Mémoire de sainte Marie l'Égyptienne


Dimanche Matines


Après l'Evangile de l'aube et le psaume 50

Ton 8 Gloire…

Ouvre moi les portes du repentir, Toi qui donnes la vie - Car vers Ton temple saint se lève mon esprit - portant tout souillé le temple du corps - Mais purifie-moi, Compatissant, dans la miséricorde de Ton amour.

Et maintenant…

Conduis-moi sur le chemin du salut, Mère de Dieu - Car dans les fautes infâmes j'ai souillé mon âme - dans la négligence j'ai dépensé ma vie - Par tes prières délivre-moi de toute impureté .

V. Aie pitié de moi, Dieu, dans Ton grand amour - Dans l'abondance de tes compassions efface mon péché.

Ton 6 Malheureux, considérant le nombre de mes fautes - je crains le jour terrible du Jugement - mais confiant dans l'amour de Ta miséricorde je t'appelle comme David - Aie pitié de moi, Dieu, dans Ton grand Amour.


Canon de la Résurrection dans l'Octoèque du ton

Canon du Riche et du pauvre Lazare
1ère ode
Hirmos
Ton 8 - Traversant la mer comme une terre - et fuyant les peines de l'Egypte - le peuple d'Israël proclamait - Chantons au Rédempteur notre Dieu.

Tu m'as envoyé avec le riche - qui par l'abondance des plaisirs - chaque jour se réjouissait dans les délices - Je Te prie, Sauveur, délivre moi du feu, comme Lazare.

Sauveur, je suis revêtu de plaisirs - comme celui qui était couvert de lin et d'or - mais ne m'envoie pas comme lui dans le feu.

Le riche se réjouissait dans l'abondance - les délices et la corruption de la vie - Et il fut condamné aux tourments - Mais le pauvre Lazare fut couvert de rosée.

Les ordres des anges et des hommes - ne cessent de te célébrer, Mère de Dieu - qui as porté dans tes bras leur Créateur comme un enfant.

Canon de sainte Marie l'Egyptienne
Hirmos
Ton 6 - Celui qui engloutit jadis sous la vague de la mer le persécuteur - les fils des sauvés l'enfouirent sous la terre - Mais nous comme les enfants, nous chantons au Seigneur, car Il s'est glorifie.

Je célèbre de mon désir ta mémoire lumineuse et divine - envoie moi la lumière - sage qui approches le Christ - la Lumière inaccessible - et sauve moi de toutes les tentations de l'existence .

Tu demeurais dans la chair avec les Egyptiens - Le Seigneur qui est avant les siècles et n'a pas de fin -qui connaît tout avant la naissance - fit de toi un astre lumineux qui se leva de l'Egypte.

Gloire…

Sainte, ignorant les commandements divins - tu avais souillé l'image de Dieu - Mais par sa providence, toute Sage - tu l'as purifiée de nouveau, déifiée par tes actions.

Et maintenant…

Ô Ta grande miséricorde et Ton ineffable descente, mon Dieu - Par les prières de Ta Mère Tu as rendue pareille aux anges - innocente et pure, l'ancienne prostituée.


3ème ode
Hirmos
Ton 8 - Tu es le firmament de ceux qui vont à Toi, Seigneur - Tu es la lumière de ceux qui sont dans les ténèbres - Et Te célèbre mon esprit.

Christ, comme Tu as sauvé Lazare de la flamme - Délivre moi ton indigne serviteur du feu de l'enfer

Seigneur, je suis riche de passions et de plaisirs - Et le suis pauvre comme Lazare par le manque de vertus - Mais sauve moi.

Le Riche était vêtu de pourpre et de lin - dans les plaisirs et dans les péchés. Mais il brûle.

Toute Pure, donne nous ton secours par tes prières - Repousse les assauts des terribles malheurs.

Autre - Hirmos
Ton 6 - La création Te voyant suspendu sur le Golgotha - Toi qui as suspendu la terre sur les eaux - dans son grand étonnement proclamait - Nul n'est saint hors de Toi, Seigneur qui aimes l'homme.

Par tes fautes tu avais approché les portes de la perdition - Mais Celui qui brisa le portes de l'enfer par la force de la Divinité - t'ouvre les portes du repentir - Il est la porte de la vie.

Tu étais autrefois une force du péché - Mais par la vénération de la Croix divine, en ta patience - miséricordieuse tu as détruit toutes les armes, toutes les ruses des démons.

Gloire…

Celui qui a versé son sang pour la rédemption de tous - Celui qui à tous donne l'être - te purifie dans le bain des larmes - malade de la terrible lèpre des œuvres du mal.

Et maintenant…

Ton enfantement, Vierge, est au-dessus de toute parole - Car le Verbe du Père a demeuré en toi divinement - et accorde par sa seule parole le pardon des fautes - à tous ceux qui ont péché.


Cathisme
Ton 8 - Arrêtant tous les soulèvements de la chair par les peines de l'ascèse - tu as révélé le courage de ton âme - Tu désirais voir la Croix du Seigneur - et tu t'es saintement crucifiée au monde, glorieuse - tu t'es levée de tout ton cœur à la recherche de la vie angélique, toute bienheureuse - Nous vénérons fidèlement ta mémoire, Marie - demandant que nous soient accordés l'abondance - le pardon des fautes, par tes prières.

Gloire... Et maintenant...

Je m'enfonce dans la boue du péché. Plus rien ne me fonde - La tempête des fautes m'a englouti - Mais toi qui as enfanté le Verbe qui seul aime l'homme - regarde moi, Vierge, délivre moi de tout péché - des passions qui corrompent l'âme et de la malice de celui qui me combat - afin que je chante dans la joie - Intercède auprès de ton Fils et ton Dieu - pour que soit accordé le pardon des fautes - à ceux qui dans la foi se réfugient en toi, toute Blanche.


4ème Ode
Hirmos
Ton 8 - Seigneur, j'ai appris le mystère de ta providence - j'ai compris tes œuvres et j'ai glorifié ta Divinité.

Le Riche se réjouissait dans les délices de la nourriture et des vêtements - Mais Lazare cherchait à se rassasier des miettes de sa table.

Les chiens léchaient de leur langue les plaies du pauvre Lazare - plus compatissants que le cœur du Riche à l'indigent.

Sauveur, condamné aux coups de l'indigence - Lazare était rejeté à la porte du Riche - Maintenant il est glorifié.

Intercède auprès de Celui que tu as conçu, toute Blanche - Pour qu'Il sauve de l'esclavage du malin ceux qui te célèbrent - Seule tu es notre refuge.

Autre - Hirmos
Ton 6 - Prévoyant ton dépouillement divin sur la Croix - Abbakoum émerveillé proclamait - Dieu bon Tu as brisé le pouvoir des puissants - Tu es allé vers ceux qui sont en enfer, dans ta toute puissance.

Créateur de la nature humaine, source de l'amour - richesse de la miséricorde, Dieu qui aimes l'homme - Tu as couvert de ta compassion celle qui fuyait vers Toi - et Tu l'as délivrée de la bête qui dévore.

Pressée d'aller voir la Croix, Marie - éclairée dans sa lumière par le signe divin de Celui qui la porta - tu t'es crucifiée au monde, sainte admirable.

Gloire…

Celle qui avait été pour beaucoup - par le mauvais plaisir une cause de mal - sainte brillant comme le soleil - fut un guide pour tous les pécheurs.

Et maintenant…

Tu es montée plus haut que l'intelligence céleste - Ciel spirituel du Roi de l'univers - Car sans le secours des lois de la nature, Vierge pure - tu as conçu le Législateur et le Créateur de tous.


5ème Ode
Hirmos
Ton 8 - Pourquoi m'as Tu éloigné de la lumière inaccessible de Ta face? - Et m'as Tu couvert, malheureux, de ténèbres étrangères ? - Mais fais moi revenir, je Te prie, en Ta compassion - et dirige mes voies vers la lumière de tes commandements.

Le Riche, voyant Lazare dans le sein d'Abraham - réjoui dans la lumière et la gloire - implorait : Père Abraham - je suis condamné au feu - Ma langue brûle. Aie pitié de moi.

Abraham dit au Riche - Tu t'es rempli d'abondance dans les délices de la vie - Ici tu es châtié dans le feu éternel - le pauvre Lazare se réjouit dans la joie qui n'a pas de fin.

Par le mensonge de l'existence j'étais devenu comme le Riche - qui dépensa tout sa vie dans les plaisirs - Mais Dieu qui aimes l'homme je Te prie, en ta compassion - délivre moi du feu, comme Lazare fut sauvé.

Toute Pure, dans ta liberté maternelle auprès de ton Fils - n'écarte pas la providence de notre parenté, nous te prions - Seule pour nous les chrétiens auprès du Maître - tu appelles la bienveillance du pardon.

Autre - Hirmos
Ton 6 - Je me lève vers Toi qui par miséricorde - T'es dépouillé Toi même sans changer - penché jusqu'à la Passion impassiblement - vers celui qui était tombé, Verbe de Dieu - Toi qui aimes l'homme, donne moi la paix.

Révélant le mystère étranger - Moïse fut glorifié jadis sur le Sinaï - quand il vit Dieu par derrière mystérieusement - Par les prières de celle qui devint ton sanctuaire vierge - Christ, fais de moi le temple de l'Esprit créateur de l'univers.

Gloire…

Toi qui à l'hameçon de la chair - par les yeux avais pris tant d'êtres - par le plaisir avais fait d'eux la proie du diable - prise à la grâce divine de la précieuse Croix en toute vérité - tu fus pour le Christ la plus douce des nourritures.

Et maintenant…

Le chœur des prophètes inspirés de Dieu - initié au mystère qui est en toi, toute Blanche - de beaucoup de manières te prédisait - Mais maintenant Marie menant à Dieu les pécheurs - vénère en toi la sainte icône du vase qui porte la manne.


6ème Ode
Hirmos
Ton 8 - Seigneur, pardonne moi. Nombreuses sont mes injustices - Tire moi du gouffre des malheurs, je Te prie - J'ai appelé vers Toi. Entends moi, Dieu de mon salut.

Le Riche se condamna lui même à la flamme du feu - par sa vie dans les plaisirs - Mais l'humble Lazare qui avait choisi la pauvreté dans cette vie - fut digne de la joie qui n'a pas de fin.

Lazare fut digne de recevoir la vie éternelle dans le sein d'Abraham - Mais le Riche châtié en son âme et son corps fut condamné au feu.

Le Riche fut condamné au feu, pour Lazare - Seigneur qui aimes l'homme, ne me condamne pas, je Te prie, moi malheureux, - Mais comme Lazare, rends moi digne de la lumière.

Puissions nous par tes prières, Mère de Dieu toute Pure - Etre délivres des fautes graves - et trouver la divine lumière du Fils de Dieu - ineffablement incarnée en toi.

Autre - Hirmos
Ton 6 - Du fond de l'enfer j'ai appelé de tout mon cœur - vers Dieu compatissant, et Il m'a entendu - De la corruption Il a relevé ma vie.

Les ordres des anges se réjouissent de voir en toi sainte Marie, une vie qui leur ressemble - et ils glorifient le Seigneur.

Les ordres ténébreux des démons - tremblent devant la force de ta patience - Femme, dans ta nudité, dans ta solitude - paradoxalement tu les as confondus.

Gloire…

Glorieuse Marie, tu brillais comme le soleil - et tu as illuminé tout le désert de signes de feu - Eclaire moi aussi de ta lumière.

Et maintenant…

Les anges illuminés par la gloire de ton enfantement - Vierge, nous ont annoncé la paix sur la terre - la bienveillance parmi les hommes.


Kondakion
Ton 3 - Autrefois tu étais pleine de toutes les prostitutions - Mais aujourd'hui par le repentir tu es devenue l'épouse du Christ - désirant la vie des anges - et foulant les démons par la force de la Croix - glorieuse Marie, épouse du Royaume.

Ikos -
Nous te célébrons dans les chants, glorieuse Marie, brebis et fille du Christ. Elevée parmi les Egyptiens, tu as fui leur mensonge et apporté à l'Eglise une plante précieuse, menant dans la tempérance et la prière une vie d'ascèse qui dépassait la mesure de la nature humaine. Tu t'es élevée jusqu'au Christ dans ta vie et tes actions - toute vénérable Marie, épouse du Royaume du ciel.

Synaxaire des Ménées
Ce même jour, cinquième dimanche du Carême, il nous a été ordonné de célébrer la mémoire de notre sainte mère Marie l'Egyptienne.
L'Esprit a enlevé. La chair s'en est allée. Terre, cache les os morts de Marie.
Par ses prières, Dieu, aie pitié de nous et sauve nous. Amen.


7ème Ode
Hirmos
Ton 8 - Les enfants déportés de Judée en Babylone - par la foi en la Trinité foulant la flamme de la fournaise, chantaient: - Dieu de nos Pères, Tu es béni.

Comme Job sur le fumier dans la pourriture des vers - Lazare était assis à la porte du Riche et disait - Dieu de nos Pères, Tu es béni.

Jeté à la porte du Riche impitoyable - Lazare désirait les miettes de sa table - Mais personne ne les lui donnait - A leur place il trouva le sein d'Abraham.

Christ, délivre moi de la part du riche impitoyable - mène moi, je Te prie, avec le pauvre Lazare - et rends moi digne de Te dire - Dieu de nos Pères, Tu es béni.

Incarné dans un sein vierge - Tu T'es révélé pour notre salut - Reconnaissant en Ta Mère la Mère de Dieu - Nous Te chantons notre action de grâce - Dieu de nos Pères, Tu es béni.

Autre - Hirmos
Ton 6 - Un ange sur les saints enfants - couvrit de rosée la fournaise - Mais l'ordre de Dieu brûla les Chaldéens et fit dire au tyran - Tu es béni, Dieu de nos Pères.

Père, qu'es tu venu voir une femme étrangère à toute vertu active ? - disait la sainte au vieillard, mais elle chantait - Tu es béni, Dieu de nos Pères.

Gloire…

Bienheureuse tu as mortifié les soulèvements des passions - tu es maintenant dans le port de l'impassibilité et tu dis - Tu es béni, Dieu de nos Pères.

Et maintenant ...

Tu as conçu ineffablement, tu es demeurée vierge, toute Blanche - et tu as enfanté au monde le salut, Christ notre Dieu - De nos chants, tous les fidèles, nous t'exaltons.


8ème Ode
Hirmos
Ton 8 - Le tyran des Chaldéens chauffa sept fois la fournaise - sur ceux qui vénéraient Dieu - Mais les voyant sauvés par une puissance plus forte - il invoqua le Créateur et le Rédempteur - Enfants bénissez, prêtres célébrez, peuples exaltez dans tous les siècles.

Le Riche était couvert d'un vêtement brillant rouge de lin et de pourpre - Et le pauvre Lazare gisait à sa porte - voulant se rassasier des miettes qui tombaient de sa table - Mais personne ne lui donnait - Maintenant il règne dans la gloire avec le Christ.

A la porte du Riche gisait Lazare - le corps dévoré par les plaies - Il voulait se rassasier de nourriture et personne ne lui donnait - Mais compatissants les chiens, de leur langue, léchaient ses ulcères et ses blessures - Il fut digne des délices dans le Paradis.

Comme le Riche chaque jour vêtu de pourpre - je me suis enrichi dans les plaisirs, dans les délices de cette vie - Et je me condamne moi-même dans la mollesse, dans les mensonges - Je Te prie, Christ, en Ton grand amour - délivre moi du feu éternel, dans tous les siècles.

La Divinité de la triple lumière - La splendeur unique rayonnant de la nature des trois Personnes - Le Père qui est au delà du commencement - Le Fils de même nature que le Père - et l'Esprit de même être qui règne avec eux - enfants bénissez Les, prêtres célébrez Les, peuples exaltez Les dans tous les siècles

Autre - Hirmos
Ton 6 - Tremble, ciel, et sors de toi - Et que se renversent les fondements de la terre - Car Celui qui est au plus haut des cieux est compté parmi les morts - Il demeure dans un étroit tombeau - Enfants bénissez Le, prêtres célébrez Le, peuples exaltez Le dans tous les siècles.

Toi qui sondes les profondeurs du cœur - et connais avant la naissance nos secrets - Tu as enlevé aux violences de la vie, Sauveur - celle qui fuyait vers Toi, vers ton amour de l'homme et ne cessait de dire - Prêtres bénissez, peuples exaltez dans tous les siècles.

Ô la sainte conversion qui te transporta vers le meilleur - O le désir divin de celle qui méprisa le plaisir de la chair - O ton ardente foi divine, glorieuse Marie - que nous célébrons fidèlement et exaltons dans tous les siècles.

Bénissons le Père, le Fils et le Saint Esprit…

Tu as trouvé la récompense de tes souffrances et de tes peines - par lesquelles tu as renversé l'ennemi meurtrier - Maintenant tu chantes avec les anges - ne cessant de célébrer et d'exalter le Christ dans les siècles.

Et maintenant…

En ton sein, Vierge pure - le Maître de tous les siècles m'a recréé en sa bonté - Il n'a rien perdu des qualités de chaque nature - Par nos chants nous célébrons en toi la cause de notre salut dans tous les siècles.


9ème Ode
Hirmos
Ton 8 - Le ciel et les limites de la terre - admiraient que Dieu se révélât aux hommes dans un corps - Mère de Dieu, ton sein était plus vaste que les cieux - les ordres des hommes et des anges t'exaltent.

Christ, fais de moi un pauvre Lazare, je Te prie - en chassant mon goût des plaisirs, Dieu de nature - Mais enrichis moi de vertus - afin que par la foi dans les hymnes, je T'exalte.

Repu et impitoyable - dans mon incroyance j'ai négligé mon esprit - et l'ai cruellement rejeté, face à tes commandements, devant les portes du Royaume - Mais dans ta miséricorde relève moi - comme Tu as aimé de ta compassion Lazare enseveli quatre jours.

Nous avons tous appris la parabole du Maître - Fidèles, méprisons la dureté impitoyable du Riche - afin d'éviter la damnation et d'exulter toujours dans le sein d'Abraham.

Tu as porté dans tes bras Dieu invisible - que célèbre dans les cieux toute la création - et qui par toi nous donne toujours le salut - Dans la foi nous t'exaltons.

Autre - Hirmos
Ton 6 - Mère qui regardes dans le tombeau - le Fils que tu as conçu sans semence - ne souffre pas sur Moi - Car Je ressusciterai, Je serai glorifie - et Je relèverai dans la gloire en Dieu - ceux qui t'exaltent dans la foi et le désir.

Mère, tu as aisément supporté les peines du désert - ta vie ordonnée par la puissance du Christ - tu as éteint sous les larmes divines les pensées qui viennent souiller - cime des ascètes, gloire des saints.

La Vierge pure qui enfanta le Christ, la lumière - seule t'éclaire de ses rayons lumineux, Vénérable - et te donne de combattre les ennemis - Elle te révèle à tous, Marie - beauté des ascètes, colonne des sages.

Gloire…

Toi qui avais sagement abandonné toutes les choses terrestres - tu étais la sainte demeure de l'Esprit - Prie le Christ, l'unique Rédempteur - de libérer des malheurs de ce monde - ceux qui célèbrent dans la foi ta divine mémoire.

Et maintenant…

Vierge pure, échappant surnaturellement aux lois de la nature - tu as conçu sur la terre un enfant nouveau - qui est l'Ancien des jours, qui avait donné la loi - Ciel spirituel du Créateur de l'univers - dans la foi et le désir nous te disons bienheureuse .


Exapostilaire de la Résurrection
Gloire…
Exapostilaire de la sainte
Sainte Marie tu es notre modèle du repentir - Prie le Christ de nous le donner pendant le temps du jeûne - afin que dans la foi et le désir nous puissions te célébrer par nos chants.

Et maintenant...

Douceur des anges, joie des affligés - protection des chrétiens, Vierge Mère du Seigneur - secours moi et délivre moi des tourments éternels.

Laudes
Stichères de l'Octoèque du Ton

Gloire…

Le Royaume de Dieu n'est pas le manger et le boire - mais la justice, l'ascèse, la sanctification - Ce ne sont pas les riches qui entrent en lui - mais ceux qui remettent leurs trésors dans les mains des pauvres - Le Prophète David l'enseigne, quand il dit - l'homme juste est celui qui aime tout le jour - qui se réjouit dans le Seigneur et marche dans la lumière - Celui là ne tombera jamais - Tout ceci est écrit pour notre instruction - afin que nous jeûnions et soyons bons - et que le Seigneur nous donne ce qui vient des cieux - au lieu de ce qui est sur la terre.

Et maintenant...

Ton 2 - Tu es bénie au dessus de tout, Vierge Mère de Dieu - Car par Celui qui en toi s'est incarné l'enfer a été pris - Adam rappelé, la malédiction détruite - Eve délivrée, la mort anéantie - et nous, nous avons reçu la vie et nous chantons - Béni est le Christ notre Dieu qui a voulu qu'il en soit ainsi. Gloire à Toi.

Grande doxologie. Litanies et congé.
Monique
 
Messages: 788
Inscription: Mer 31 Mars 2004 10:19

Messagepar Monique » Ven 07 Mars 2008 14:28

Cinquième dimanche du Grand Carême

Mémoire de sainte Marie l'Égyptienne


Liturgie


Prokimenon
Ton 8: Priez et rendez gloire - au Seigneur notre Dieu.
V. : Dieu est connu dans la Judée


Epîtres : Du jour : Epître aux Hébreux 9, 11- 14
De la sainte: Epître aux Galates 3, 23-29


Alleluia
Ton 8 : Venez, réjouissons nous dans le Seigneur.


Evangiles: Du jour : Evangile selon Saint Marc 10, 32-45
De la sainte: Evangile selon saint Luc 7, 36-50


Communion
Louez le Seigneur du haut des cieux. Alleluia.
Monique
 
Messages: 788
Inscription: Mer 31 Mars 2004 10:19

Messagepar Monique » Ven 07 Mars 2008 14:59

Dimanche Vêpres

Stichères du Lucernaire
4 stichères de l'Octoèque (voir Appendice IV)
3 stichères du Triode.

Poème de Joseph
Ton 1 - Riche, Christ, Tu T'es appauvri - D'immortalité et de lumière Tu as enrichi les mortels - Je m'étais appauvri dans les plaisirs de l'existence - Enrichis moi de vertus - Mène moi avec le pauvre Lazare - et enlève moi au châtiment du riche, l'enfer qui m'attend.

Je suis riche de malice, j'aimais les délices, Seigneur - et je jouissais des plaisirs de l'existence - Mais je suis passible du feu de l'enfer - J'ai affamé mon esprit comme Lazare - Je l'ai abandonné, rejeté devant les portes des actions divines. Maître, aie pitié de moi.

Autre
Poème de Théodore
Ton 1 - Commençant la sixième semaine du saint jeûne - fidèles, chantons avant la fête l'hymne des rameaux au Seigneur - qui vient dans la gloire et la puissance de la Divinité - faire mourir la mort dans Jérusalem - Préparons pieusement les signes de la victoire, les rameaux des vertus - pour dire: Hosanna au Créateur de l'univers.

3 stichères des Ménées
Gloire… Et maintenant…
Théotokion


Prokimenon
Ton 8: Tu as donné l'héritage - à ceux qui révèrent ton nom, Seigneur.
V. : Des confins de la terre je T'ai appelé.
V. : Je me réfugierai dans l'ombre de tes ailes…


Apostiches
Ton 1 - Merveilleux est l'amour du Sauveur pour nous - Car Il connaît l'avenir comme le présent - Il nous a révélé la vie de Lazare et du Riche - Voyant la fin de chacun d'eux - fuyons de l'un la cruauté et le mépris de l'homme - de l'autre recherchons l'endurance et la patience - Avec lui dans la chaleur du sein d'Abraham nous dirons - Juste Juge, Seigneur, gloire à Toi. (bis).

Par l'intercession de tous les saints et de la Mère de Dieu - Seigneur donne nous ta paix - Aie pitié de nous, seul Compatissant.

Gloire .. Et maintenant ...

Joie des ordres célestes - ferme protection des hommes sur la terre - Vierge toute blanche, sauve ceux qui se réfugient vers toi - En toi Mère de Dieu, nous mettons après Dieu notre espérance.
Monique
 
Messages: 788
Inscription: Mer 31 Mars 2004 10:19

Messagepar Monique » Ven 07 Mars 2008 15:01

SIXIEME SEMAINE DE CAREME

Lundi Matines


Début des matines de Carême
Première lecture des Psaumes
Après la seconde lecture des Psaumes

Cathisme
Ton 1 - Seigneur, roulant de mon cœur la pierre de l'endurcissement - relève en ta bonté mon âme morte dans les passions - rends la digne de Te porter dans le recueillement - les rameaux des vertus comme au vainqueur de l'enfer - Et je trouverai la vie éternelle - je célébrerai ta puissance et ta miséricorde, ô Dieu qui seul aimes l'homme.

Gloire…

Seigneur, roulant de mon cœur…

Et maintenant…

Voyant en toi qui as reçu la grâce le miracle des miracles - la création se réjouit - Car tu as conçu sans semence - et tu as enfanté ineffablement - Celui que les ordres des anges ne peuvent pas voir - Mère de Dieu, prie Le pour nos âmes


Après la troisième lecture des Psaumes

Cathisme
Ton 1 - Entrant dans la sixième semaine du jeûne chantons avant la fête l'hymne des rameaux au Christ qui vient pour nous assis sur un petit âne - pour incliner en Roi devant le Père la déraison des nations - tous préparons Lui les rameaux des vertus - et nous verrons dans la joie sa Résurrection.

Gloire…

Entrant dans la sixième semaine…

Et maintenant…

Tendant tes mains divines par lesquelles, Vierge toute sainte - tu as porté le Créateur incarné dans sa bonté - prie Le de délivrer des tentations, des passions et des périls - ceux qui te célèbrent et te disent dans leur désir - Gloire à Celui qui a demeuré en toi - Gloire à Celui qui est venu de toi - Gloire à Celui qui nous a délivrés par ton enfantement.


Canon
Triode. Poème de Joseph
1ère Ode
Hirmos
Ton 1 - Chantons l'ode de la victoire à Dieu - qui le bras levé fit des prodiges merveilleux - et sauva Israël. Car Il s'est glorifié.

Mortifions les passions dans la tempérance - Rendons la vie à l'esprit par les actions divines - Et nous verrons d'un cœur pur la vénérable Passion du Christ.

J'imitais ce que faisait le Riche impitoyable - Christ compatissant, je Te prie - mène moi avec le pauvre Lazare - Délivre moi de la flamme et du feu qui ne s'éteint pas.

Me privant de toutes les œuvres droites - Seigneur je me suis rassasié de mes fautes - Mais maintenant j'ai faim, donne moi la sainte nourriture salutaire.

Je suis coupable et rejeté dans la damnation de mes œuvres - Sauve moi, compatis, Souveraine toute blanche - qui as conçu Dieu compatissant.

Autre
Poème de Théodore
Hirmos
Ton 1: A Dieu qui secourut Moïse en Egypte…

Fidèles, allons à la rencontre de la fête des rameaux - Célébrons la dès aujourd'hui dans la joie afin d'être dignes de voir la Passion qui porte la vie.

Le Christ vient à Jérusalem comme un Roi - porté sur un petit âne - pour incliner la déraison des nations sous le joug du Père.

Gloire…

Unité des trois Personnes dans l'unique Divinité - Dieu Père inengendré, Fils unique, seul Esprit Saint - Puissance du même Royaume, sauve nous tous.

Et maintenant…

Partout on a dit de toi des choses glorieuses Marie, Vierge Mère de Dieu qui as enfanté dans la chair le Créateur de l'univers.

Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi.

Voici, le Christ arrive dans la cité de Bethphagé - Réjouis toi, patrie de Lazare, Béthanie - Car en toi Il fera une grande merveille - en ressuscitant Lazare des morts.

Katavasia - A Dieu qui secourut Moïse en Egypte - et qui par lui engloutit Pharaon et toutes ses forces - chantons l'ode de la victoire. Car Il s'est glorifié.


8ème Ode
Hirmos
Ton 1 - Le créateur et le Seigneur que révèrent - les anges et toutes les Puissances - prêtres célébrez Le, enfants glorifiez Le - peuples bénissez Le, exaltez Le dans tous les siècles.

Malheureux je me suis enrichi de pensées stériles - j'ai souillé mon âme dans les fautes - et les ténèbres du désespoir m'entourent - Mon Dieu, fais lever sur moi la lumière du repentir.

Comme Tu as illuminé l'aveugle de naissance - Eclaire mon âme qui ne voit pas ta lumière, Compatissant - mais est enfouie par les soucis de l'existence dans les ténèbres de l'oubli.

En jeûnant, Elie ouvrit les cieux - et arrosa de pluies la terre qui avait soif - jeûnons, puisons aux sources des larmes de l'âme - pour recevoir l'amour de Dieu.

Comme une vigne vivante, Vierge pure - tu as porté pour nous la Grappe mûre - qui nous donna le vin du pardon - et assèche l'ivresse du péché.

Autre - Hirmos
Ton 1: Nous Te chantons l'hymne des Anges…

La porte est ouverte, du retour de Lazare à la vie - Car le Christ vient relever du sommeil celui qui était mort - Il vaincra la mort par la vie.

Grande est ta gloire, Béthanie - Car tu as conduit le Créateur et tu fus digne de dire - Toutes les œuvres du Seigneur, bénissez le Seigneur.

Bénissons le Père, le Fils et le Saint Esprit

Triple Unité plus haute que l'Être - unie par la forme et divisée dans les personnes - Père, Fils et Esprit divin, nous Te glorifions.

Et maintenant…

Nous te disons avec l'Ange : Réjouis toi - Car tu as allumé la joie dans le monde, le Sauveur - que tu pries pour nous, Vierge toute célébrée.

Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi.

Nous Te célébrons, Christ porté sur un petit âne - Toi qui montes au plus haut des cieux sur les Chérubins - afin de nous soumettre tous à ta puissance.

Louons, bénissons et adorons le Seigneur…

Katavasia - Nous Te chantons l'hymne des Anges - comme les enfants dans la fournaise et Te disons - Toutes les œuvres du Seigneur, bénissez le Seigneur


9ème Ode
Hirmos
Ton 1 - Nuée lumineuse en qui le Maître de l'univers - descendit comme la pluie du ciel sur la toison - et s'incarna pour nous et se fit homme - Lui qui n'a pas de commencement - nous t'exaltons tous, Mère de notre Dieu, Vierge pure.

Mis à mort par tant de fautes - je suis enfermé dans le tombeau de la négligence - J'ai sur moi la pierre du désespoir - Enlève la, Christ en ton amour, comme Tu as ressuscité Lazare.

Fuyons l'imitation du Riche condamné à la flamme qui ne s'éteint pas - et chérissons la patience de Lazare dans les peines - pour que Jésus nous appelle et nous mène dans le Royaume.

Désirons le jeûne qui tue les passions - persévérons dans les prières - implorons ardemment dans le deuil et les larmes - afin quand nous partirons d'ici - qu'Abraham nous reçoive dans son sein.

Le divin trésor de la virginité - l'unique redressement des ancêtres - la source qui répand l'abîme de la miséricorde - la beauté de Jacob, la Mère de Dieu - nous qui sommes sauvés par elle, célébrons la.

Autre - Hirmos
Ton 1 - Porte que vit le prophète Ezéchiel - par qui nul ne passa sinon Dieu - Vierge Mère de Dieu dans les hymnes nous t'exaltons.

Aujourd'hui la maladie de Lazare est annoncée - au Christ qui marche de l'autre côté du Jourdain - Et dans sa prescience Il dit : cette maladie n'est pas mortelle.

Prépare toi, Béthanie, divinement - orne tes portes, élargis tes places - Car le Maître vient avec les apôtres, rendre la vie à ton enfant.

Gloire…

Unité des trois Personnes, Être indivisible - l'ordre des Anges aux six ailes Te glorifie - Et la race des hommes, dans les hymnes, nous t'exaltons.

Et maintenant…

Né du Père hors du temps, et de la Mère dans le temps - inexplicablement pour le salut de tous - Créateur et Maître, dans les hymnes nous T'exaltons.

Gloire à Toi, notre Dieu gloire à Toi.

Portant les palmes de la bienfaisance - et les rameaux de la pureté - préparons nous à partir à la rencontre - du Christ notre Dieu, qui vient à Jérusalem.

Katavasia - Porte que vit le prophète Ezéchiel - par qui nul ne passa sinon Dieu - Vierge Mère de Dieu, dans les hymnes nous te magnifions.


Apostiches
Ton 5 - Ô Christ, ne me condamne pas à la flamme de l'enfer - comme le Riche à cause de Lazare - Mais donne moi, ô Dieu, je le demande dans les larmes - une goutte de ton amour de l'homme - Aie pitié de moi. (bis)

Bénie est la puissance du Roi des cieux - Bien qu'ils fussent nés de la terre - les martyrs parvinrent à la dignité angélique - Méprisant les corps sous leur souffrance - ils reçurent l'honneur des Incorporels - Par leurs prières, Seigneur, envoie nous le grand amour.

Gloire... Et maintenant...

Par la médiation de tes prières, Vierge qui as reçu la grâce - demande pour nos âmes l'abondance des compassions - et le pardon de tant de fautes.
Monique
 
Messages: 788
Inscription: Mer 31 Mars 2004 10:19

Messagepar Monique » Ven 07 Mars 2008 15:04

SIXIEME SEMAINE DE CAREME

Lundi Sexte


Tropaire de la Prophétie
Ton 6 - Dieu, voici le jour terrible - dont nous n'espérions pas atteindre le soir - Tu nous as donné de le voir en ton amour de l'homme - Trois fois Saint, gloire à Toi.

Gloire... Et maintenant...

Dieu, voici le jour terrible…


Prokimenon: Psaume 104
Ton 6: Que se réjouisse le cœur - de ceux qui cherchent le Seigneur.
V.: Confessez le Seigneur. Invoquez son nom.


Lecture de la Prophétie d'Isaïe (48, 17 - 49, 4)
Ainsi parle le Seigneur, ton Rédempteur, le Saint d'Israël : Je suis le Seigneur ton Dieu, qui t'instruis pour ton bien, qui te mène sur le chemin que tu dois suivre.
Si tu observais mon ordre, ta paix serait comme un fleuve, ta justice comme les vagues de la mer,
ta semence serait comme le sable, et les fruits de ton sein comme ses graines. Ton nom ne serait ni retranché, ni anéanti devant moi.
Sortez de Babylone. Fuyez les Chaldéens. Dans la joie révélez, annoncez, répandez ceci jusqu'aux confins de la terre. Dites : le Seigneur a racheté son serviteur Jacob.
Ils n'auront pas soif dans les déserts où Il les conduira. Pour eux Il fera jaillir les eaux du rocher. Il fendra le roc, et couleront les eaux.
Mais pour les profanateurs, il n'y aura pas de paix, dit le Seigneur.
Iles, écoutez moi. Entendez, peuples lointains. Dès la naissance le Seigneur m'a appelé. Dès le sein de ma mère, Il m'a nommé.
Il a fait de ma bouche une épée tranchante. Il m'a couvert de l'ombre de sa main. Il a fait de moi une flèche aiguë. Il m'a caché dans son carquois.
Il m'a dit : Tu es mon serviteur, Israël. En toi Je Me glorifierai.
Moi j'ai dit : En vain j'ai travaillé. Dans le vide, pour rien, j'ai consumé ma force. Mais mon jugement est dans le Seigneur. Mon œuvre est en mon Dieu.


Prokimenone: Psaume 105
Ton 6: Béni est le Seigneur - Dieu d'Israël.
V. : Célébrez le Seigneur Car Il est bon.
Monique
 
Messages: 788
Inscription: Mer 31 Mars 2004 10:19

Messagepar Monique » Ven 07 Mars 2008 15:07

SIXIEME SEMAINE DE CAREME

Lundi Vêpres


Lecture des Psaumes

Stichères du Lucernaire - Poème de Joseph

Ton 6 - Malheureux, ma force est affaiblie par tant de fautes - et par les plaisirs de l'existence - Je gis toujours sur la couche de la négligence - Maître je T'appelle. Compatissant, viens me visiter - Rends moi la santé, donne moi l'amour, ne m'abandonne pas - Que jamais je ne m'endorme dans la mort - et que l'ennemi ne se réjouisse pas de ma perdition - lui qui cherche à m'attirer dans les terribles gouffres de l'enfer.

Imitant la folie du Riche impitoyable - j'aime à me plonger dans les plaisirs et les passions - Et voyant toujours couché devant les portes du repentir mon esprit, comme Lazare - dans mon inconscience je le laisse affamé, malade, ulcéré par les souffrances - Je suis passible de la flamme de l'enfer - Mais délivre moi, ô Maître, en ton grand amour.

Autre - Poème de Théodore

Ton 5 - Seigneur qui dans la chair marchais au delà du Jourdain - Tu annonces que la maladie de Lazare n'est pas mortelle - mais qu'elle doit Te glorifier ; notre Dieu - gloire à ta grande œuvre, à ta toute puissance - Car Tu as détruit la mort par ton immense compassion, Dieu qui aimes l'homme.

3 stichères des Ménées

Gloire ... Et maintenant ...
Théotokion


Prokimenon: Psaume 106
Ton 4 : Célébrez le Seigneur, car Il est bon. Car éternel est son amour.
V.: Que les rachetés du Seigneur le disent, ceux qu’il a rachetés de la main de l’ennemi, et rassemblés de tous les pays.


Lecture de la Genèse (27, 1-41)
Isaac était devenu vieux, et ses yeux avaient faibli jusqu'à ne plus voir. Il appela Esaü son fils aîné. Il lui dit : Mon fils. Et il lui répondit : Me voici.
Il dit : Voici, je suis vieux. Je ne connais pas le jour de ma mort.
Maintenant prends tes armes, ton carquois et ton arc, va dans les champs et chasse moi du gibier.
Fais moi un mets comme je l'aime, apporte le moi et je le mangerai, afin que te bénisse mon âme avant que je meure.
Rébecca entendit, quand Isaac parla à son fils. Et Esaü s'en alla dans les champs, pour chasser du gibier et le rapporter.
Rébecca dit à Jacob son fils : Voici, j'ai entendu ton père dire à Esaü ton frère:
Apporte moi du gibier et fais moi un mets. Je le mangerai et je te bénirai devant le Seigneur avant de mourir.
Maintenant, mon fils, écoute ma voix, et fais ce que je t'ordonne.
Va me prendre au troupeau deux beaux chevreaux. J'en ferai pour ton père un mets comme il aime.
Tu l'apporteras à ton père et il mangera, afin qu'il te bénisse avant de mourir.
Jacob dit à Rébecca sa mère : Voici, Esaü mon frère est velu, et je n'ai pas de poils.
Peut-être mon père me touchera-t-il ? Je serai à ses yeux comme un menteur. Et je ferai venir sur moi la malédiction, non la bénédiction.
Sa mère lui dit : Que ta malédiction soit sur moi, mon fils. Ecoute seulement ma voix. Va me les prendre.
Jacob alla les prendre et les apporta à sa mère. Et sa mère fit un mets comme aimait son père.
Rébecca prit les habits d'Esaü son fils aîné, les plus beaux qu'elle avait à la maison, et elle en revêtit Jacob son plus jeune fils.
De la peau des chevreaux, elle couvrit ses mains et son cou qui n'avaient pas de poils.
Et elle mit le pain et le mets qu'elle avait fait dans la main de Jacob, son fils.
Il alla vers son père et dit : Mon père. Isaac dit : Me voici. Qui es tu, mon fils?
Jacob dit à son père : Je suis Esaü, ton premier né. J'ai fait ce que tu m'as dit. Lève toi, je te prie, assieds toi et mange de ma chasse, afin que me bénisse ton âme.
Isaac dit à Jacob : comme tu as trouvé vite, mon fils. Et Jacob répondit : C'est que le Seigneur ton Dieu a fait venir le gibier devant moi.
Isaac dit à Jacob : Approche donc et je te toucherai, mon fils, pour savoir si tu es ou non mon fils Esaü.
Jacob approcha d'Isaac son père. Isaac le toucha et dit : La voix est la voix de Jacob, mais les mains sont les mains d'Esaü.
Il ne le reconnut pas, car ses mains étaient velues comme celles d'Esaü son frère, et il le bénit.
Il dit : Est-ce toi mon fils Esaü ? Et Jacob répondit : c'est moi.
Isaac dit : Sers moi, et je mangerai de la chasse de mon fils, afin que te bénisse mon âme. Jacob le servit, et il mangea. Il lui apporta du vin, et il but.
Isaac son père lui dit : approche toi et embrasse moi, mon fils.
Jacob s'approcha et l'embrassa. Isaac sentit l'odeur de ses vêtements, il le bénit et dit : Voici, l'odeur de mon fils est comme l'odeur d'un champ qu'a béni le Seigneur.
Que Dieu te donne la rosée des cieux et les fruits de la terre, beaucoup de blé et de vin.
Que la nations te servent. Que les peuples se prosternent devant toi. Sois le maître de tes frères. Que se prosternent devant toi les fils de ta mère. Maudit soit qui te maudira. Béni soit qui te bénira.
Isaac avait fini de bénir Jacob. Et Jacob venait de quitter Isaac son père. Esaü son frère revint de la chasse.
Il fit aussi un mets. Il l'apporta à son père. Et il dit à son père : Que mon père se lève et qu'il mange de la chasse de son fils, afin que me bénisse ton âme.
Isaac son père lui dit : Qui es-tu ? Et il répondit : Je suis ton fils, ton premier né, Esaü.
Isaac fut pris d'un violent tremblement, il dit : Qui est celui qui a chassé du gibier avant que tu viennes et me l'a apporté ? J'ai mangé de tout avant que tu viennes. Je l'ai béni, et il restera béni.
Lorsque Esaü entendit les paroles de son père, il cria d'angoisse et d'amertume et dit à son père : Bénis moi aussi, mon père.
Isaac dit : Ton frère est venu avec ruse, et il a pris ta bénédiction.
Esaü dit : Est-ce parce qu'il s'appelle du nom de Jacob qu'il m'a supplanté deux fois ? Il a pris mon droit d'aînesse, et voici, maintenant, il a pris ma bénédiction. Et il dit : Ne m'as tu pas gardé une bénédiction ?
Isaac répondit : Il dit à Esaü : Voici, je l'ai établi ton maître, je lui ai donné tous ses frères pour serviteurs, je l'ai pourvu de blé et de vin. Que pourrais-je faire pour toi, mon fils ?
Esaü dit à son père: Est-ce là ta seule bénédiction, mon père ? Bénis moi aussi, mon père. Esaü éleva la voix, et il pleura.
Isaac son père répondit. Il lui dit : Voici, loin des fruits de la terre sera ta demeure, et loin de la rosée des cieux d'en haut.
Tu vivras de ton épée. Tu serviras ton frère. Mais quand tu auras erré ça et là, tu briseras son joug de sur ton cou.
Esaü prit Jacob en haine, à cause de la bénédiction dont son père l'avait béni.


Prokimenon: Psaume 107
Ton 7: Dieu, élève toi sur les cieux - Que ta gloire soit sur toute la terre.
V. : Dieu, mon cœur est prêt.


Lecture des Proverbes (19, 16-25)
Celui qui garde le commandement garde son âme. Mais celui qui méprise ses voies mourra.
Celui qui a pitié du pauvre prête au Seigneur. Le Seigneur lui rendra selon son œuvre.
Châtie ton fils, tant qu'il y a de l'espoir. Mais que ton âme ne désire pas sa mort.
Le violent reçoit sa peine. Mais si tu l'épargnes, tu le rendras pire.
Ecoute le conseil, accepte l'instruction, afin d'être sage dans la suite de ta vie.
Il y a beaucoup de projets dans le cœur de l'homme. Mais seul demeure le dessein du Seigneur.
Le charme d'un homme est la bonté. Mieux vaut un pauvre qu'un menteur.
La crainte du Seigneur mène à la vie. On passe la nuit rassasié sans que vienne le mal.
Le paresseux met sa main dans le plat, mais il ne la ramène pas à sa bouche.
Frappe le moqueur, et le sot deviendra sage. Reprends l'homme intelligent, et il comprendra la science.


Apostiches
Ton 4 - Sauveur, délivre nous de la cupidité qui nuit à l'âme - et compte nous avec le pauvre Lazare dans le sein d'Abraham - Cas Tu es riche d'amour et as voulu t'appauvrir pour nous - Tu nous as menés de l'incorruption à l'incorruptibilité - Dieu compatissant qui aimes l'homme. (bis)

Tu as reçu la patience des saints martyrs - Reçois de nous la célébration, Dieu qui aimes l'homme - Donne nous, par leurs prières, le grand amour.

Gloire… Et maintenant…

Délivre nous de nos tourments, Mère du Christ Dieu qui as enfanté le Créateur de l'univers - Que nous puissions toujours te dire : Réjouis toi, protection de nos âmes.
Monique
 
Messages: 788
Inscription: Mer 31 Mars 2004 10:19

Messagepar Monique » Ven 07 Mars 2008 15:28

SIXIEME SEMAINE DE CAREME

Mardi Matines


Première lecture des Psaumes

Après la deuxième lecture des Psaumes

Cathisme
Ton 6 - Epuisé par la maladie des péchés - je gis sur la couche du désespoir - Toi qui guéris les malades, visite moi dans ton amour de l'homme - Ne me laisse pas m'endormir dans la mort - afin que je T'appelle de tout mon cœur, Compatissant - Toi qui donnes l'amour, Seigneur, gloire à Toi.

Gloire…

Epuisé par la maladie des péchés…

Et maintenant…

L'annonce de Gabriel à la Vierge fut le commencement du salut - Car elle entendit : Réjouis-toi - Elle ne refusa pas la salutation - Elle n'hésita pas comme Sarah dans la tente - Mais elle dit : Je suis la servante du Seigneur - Qu'il me soit fait selon ta parole.


Après la troisième lecture des Psaumes

Cathisme
Ton 5 - Hier et aujourd'hui Lazare était malade - Et ses parents l'annoncent au Christ - Béthanie prépare toi dans la joie - à conduire le Maître et le Roi - et dis avec nous : Seigneur, gloire à Toi.

Gloire… Hier et aujourd'hui…

Et maintenant…

Toute sainte Mère de Dieu, Rempart des chrétiens - délivre ton peuple qui t'appelle de tout son cœur - Enlève de nous les pensées infâmes, les pensées d'orgueil - afin que nous puissions te dire - Réjouis toi, toujours Vierge.


Canon - Poème de Joseph
2ème Ode
Hirmos
Ton 6 - Voyez. Voyez que Je suis Dieu - Qui pour mon peuple dans le désert - ai fait pleuvoir la manne et sortir l'eau de la pierre - par ma seule droite et par ma force.

Tu as voulu t'appauvrir, ô Christ qui es riche de nature - Et Tu as voulu avoir faim, Toi qui rassasies tous les vivants - J'ai faim de Ta grâce, Verbe, nourris moi - Donne moi d'avoir part à Ta table, là-bas.

Ô Christ, fais de moi un Lazare pauvre de péchés - Disperse la richesse que j'ai amassée dans le mal - Comble moi de ton amour parfait, Compatissant - Et délivre moi de la terrible damnation.

Le jeûne, affermissant les enfants en Babylone - les fit plus forts que le feu - Imite les, mon âme, ne te décourage pas - et tu éteindras le feu des plaisirs sous la rosée de l'Esprit

Nous te disons : Réjouis toi, Vierge Mère de Dieu qui as reçu la grâce, qui as conçu la joie - Prie Dieu que tu as enfanté de délivrer des périls et de la corruption - ceux qui te célèbrent toujours.

Autre - Poème de Théodore
Hirmos
Ton 5 : Voyez. Voyez que Je suis Dieu…

Voyez, Voyez que Je suis Dieu - qui marchant de l'autre côté du Jourdain - apprit que Lazare était malade - Et Je dis qu'il ne mourrait pas mais que sa maladie Me glorifierait.

Les sœurs de Lazare imploraient - Te révélant leur souffrance à Toi qui connais tout - Mais Tu attendis un peu de temps pour faire venir le miracle - et montrer à Tes disciples les signes terribles.

Gloire…

Même Royaume, Unité des trois Personnes - Pouvoir et Royaume des siècles - Père, Fils et Saint Esprit - la multitude des anges et toute la nature des mortels Te glorifient.

Et maintenant…

Qui n'admirerait, Vierge, de voir en toi - le Créateur qui reforme Adam déchu - et sans changer naquit de toi - dans une indicible union pour notre salut.

Gloire à Toi notre Dieu, gloire à Toi.

Ô Béthanie, maintenant prépare toi - à recevoir dans la joie le Roi de l'univers - Car Il va venir à toi pour ramener Lazare - de la corruption vers la vie.

Katavasia - Voyez. Voyez que Je suis Dieu - qui ai voulu revêtir la chair - pour sauver de l'erreur Adam déchu - pour avoir désobéi, trompé par le serpent.


8ème Ode
Hirmos
Ton 6 - De la flamme Tu as fait une source de rosée pour les saints - et dans l'eau Tu as enflammé le sacrifice du juste – ô Christ, Tu fais tout par ta seule volonté - Nous t'exaltons dans tous les siècles.

Considérant le nombre de mes fautes - et touché par l'aiguillon de la conscience - malheureux je souffre comme dans la flamme - Verbe de Dieu, aie pitié de moi dans ton amour.

Délaissant la patience de Lazare - j'imitais le Riche impitoyable - Dieu miséricordieux fais moi revenir et compatis - afin que je puisse Te glorifier dans tous les siècles.

Pris par la maladie de l'âme je vais mourir de désespoir - Jésus, j'implore ta visite - qui rend la vie à ceux qui T'appellent.

Autre - Hirmos
Ton 5 : Tes saints enfants dans la fournaise…

Exulte, Béthanie, patrie de Lazare - Car le Christ vient faire en toi le prodige - rendre la vie à Lazare.

Lazare est malade pour qu'en lui - Fils de Dieu, Tu sois glorifié - Tes œuvres ne cessent de célébrer en Toi le Seigneur.

Bénissons le Père, le Fils et le Saint Esprit

Célébrant la toute Sainte Trinité - dans le Père, le Fils et l'Esprit nous chantons - Toutes ses œuvres bénissez le Seigneur.

Et maintenant…

Vierge pure, nous célébrons tous ton ineffable enfantement - En lui c'est Dieu que nous vénérons - Et nous ne cessons de bénir, de célébrer le Seigneur.

Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi.

Préparons les rameaux des vertus - pour aller maintenant à la rencontre du Christ et dire - Œuvres du Seigneur, bénissez le Seigneur.

Louons, bénissons et adorons le Seigneur…

Katavasia - Tes saints enfants dans la fournaise – ô Christ, Te célébraient et chantaient : œuvres du Seigneur, bénissez le Seigneur.


9ème Ode
Hirmos
Ton 6 - Il est impossible aux hommes de voir Dieu - que n'osent pas fixer les ordres des anges - Mais par toi, toute Pure, s'est révélé aux mortels - le Verbe incarné que nous exaltons - avec les puissances célestes, nous te disons bienheureuse.

L'amertume du fruit qu'il mangea exila du Paradis le premier homme - et le soumit aux pièges de la mort - Jeûne, mon âme, fuis l'imitation, fuis le douloureux plaisir de la nourriture.

Quand je considère le tribunal et la flamme qui ne s'éteint pas - juste Juge, je me condamne moi-même avant le Jugement - Je crains et je tremble. Sans mesure j'ai péché comme nul autre sur la terre. Aie pitié de moi.

Lavons la noirceur des passions dans les prières lumineuses - Et portant les rameaux des vertus partons à la rencontre du Christ - qui attend de monter maintenant sur le petit âne - prêt à souffrir pour nous sauver.

De toi Vierge pleine de la grâce de Dieu, - sur ceux qui sont pris dans la nuit des passions s'est levé le Christ qui dispense la paix et la lumière - arrête la transgression de la négligence et nous donne la rédemption.

Autre - Hirmos
Ton 5: Danse, Isaïe, la Vierge a conçu…

Sage Lazare, prépare maintenant ton ensevelissement - Car demain tu mourras, tu quitteras la vie - Vois le tombeau où tu vas séjourner - Mais le Christ te rendra la vie - Il te ressuscitera le quatrième jour.

Danse, Béthanie, car le Christ va venir - faire en toi le grand et terrible miracle - Lier la mort et ressusciter en Dieu Lazare mort pour exalter le Créateur.

Gloire…

Je Te célèbre dans le même Etre - Trinité qui n'as pas de commencement - sainte Origine de la vie, Unité indivisible - Père inengendré, Fils et Verbe engendré, Esprit Saint - sauve nous qui Te célébrons.

Et maintenant…

Ton enfantement dépasse l'intelligence, Mère de Dieu - Car la conception s'est faite en toi sans l'homme - Et la gestation te laisse Vierge - Car Dieu est l'Enfant que nous exaltons - Vierge, nous te disons bienheureuse.

Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi.

Venez. Préparons au Seigneur les rameaux des vertus - que nous Lui porterons, quand nous irons à sa rencontre - Nous Le recevrons en notre âme, L'adorant et Le célébrant - comme dans la cité de Jérusalem.

Katavasia - Danse, Isaïe, la Vierge a conçu - et enfanté un Fils, l'Emmanuel, Dieu et Homme - L'Orient est son nom, que nous exaltons - Vierge nous te disons bienheureuse.


Apostiches
Ton 5 - Tombée dans les fautes, attachée au péché - mon âme, qu'attends tu, que tardes tu ? - Fuis l'incendie des passions, comme Lot a fui Sodome et Gomorrhe - Ne te retourne pas en arrière, pour devenir une colonne de sel - Sauve toi vers la montagne des vertus - Fuis la flamme de la cruauté impitoyable du Riche - Va dans le sein d'Abraham, comme Lazare, dire humblement - Mon espérance et mon refuge, Seigneur, gloire à Toi. (bis)

Tes martyrs, Seigneur, imitant les ordres des anges - résistèrent aux tourments comme des Incorporels - Ils n'avaient que l'espoir de la puissance des biens promis - Par leurs prières ô Christ notre Dieu - donne à ton monde la paix et à nos âmes le grand amour.

Gloire… Et maintenant…

Nous te prions, Mère bénie de Dieu - intercède pour le salut de nos âmes.
Monique
 
Messages: 788
Inscription: Mer 31 Mars 2004 10:19

Messagepar Monique » Ven 07 Mars 2008 15:30

SIXIEME SEMAINE DE CAREME

MARDI SEXTE


Tropaire de la Prophétie
Ton 5 - Tu as donné à notre cité un rempart invincible - la Vierge qui T'a enfanté - Par elle, Sauveur, nous Te prions - Du mal qui nous entoure délivre nos âmes.

Gloire… Et maintenant…

Tu as donné à notre cité…


Prokimenon: Psaume 108
Ton 4: Viens à mon aide - Seigneur mon Dieu.
V.: Dieu, ma louange, ne Te tais pas.


Lecture de la Prophétie d'Isaïe (49, 6 -10)
Ainsi parle le Seigneur : Je ferai de toi la lumière des nations, pour qu'aille mon salut aux confins de la terre.
Ainsi parle le Seigneur, le Rédempteur, le Saint d'Israël, à celui qui fut méprisé dans sa vie, détesté par les nations, esclave des puissants. Les rois le verront, des princes se lèveront et se prosterneront, à cause du Seigneur le Saint d'Israël, qui est fidèle et t'a élu.
Ainsi parle le Seigneur : Au temps de la grâce, Je t'exaucerai. Au jour du salut, Je viendrai à ton aide. Je te formerai. Je ferai de toi l'alliance du peuple, pour relever la terre, pour partager les héritages dévastés,
pour dire aux captifs : "Sortez", à ceux qui sont dans les ténèbres : "Revenez à la lumière". Ils paîtront sur les chemins. Sur toutes les montagnes seront leurs pâturages.
Ils n'auront pas faim. Ils n'auront pas soif. Le mirage et le soleil ne les frapperont pas. Car Celui qui les aime les guidera. Il les mènera vers les sources des eaux.


Prokimenon: Psaume 109
Ton 4: Tu es prêtre dans l'éternité - selon l'ordre de Melchisédech.
V. : Le Seigneur dit à mon Seigneur : Siège à ma droite.
Monique
 
Messages: 788
Inscription: Mer 31 Mars 2004 10:19

Messagepar Monique » Ven 07 Mars 2008 15:33

SIXIEME SEMAINE DE CAREME

Mardi Vêpres


Lecture des Psaumes

Stichères - Poème de Joseph

Ton 2 - Mon cœur épuisé qui a tant souffert - de toutes les attaques du malin - est enfermé dans le tombeau de la négligence - et couvert de l'insensibilité comme d'une pierre - Sauveur, par l'arbre de ta Croix qui porte la vie - Tu as rendu la vie à tous ceux qui sont en enfer - Relève moi, rends moi la vie - Que je puisse dans la crainte glorifier ta Divinité.

Inconscient, faisant l'œuvre du malin, me réjouissant dans la vanité - J'ai toujours aimé la richesse des plaisirs corrupteurs - Et j'ai délaissé comme un autre Lazare mon esprit - Implorant, affamé de nourriture divine - Verbe, dans ta miséricorde, délivre moi de la flamme à venir - Que je puisse Te glorifier, Dieu qui aimes l'homme.

Autre - Poème de Théodore.
Ton 3 - Aujourd'hui Lazare a rendu l'âme - et Béthanie pleure celui que Tu ressusciteras des morts - Sauveur, confie à ton ami les fruits de ta terrible Résurrection - la mort de l'enfer et la vie d'Adam. Nous Te célébrons.

3 stichères des Ménées
Gloire... Et maintenant...
Stavrothéotokion


Prokimenon: Psaume 110
Ton 4 : Le commencement de la sagesse - est la crainte du Seigneur.
V. : Je célébrerai le Seigneur de tout mon cœur.


Lecture de la Genèse (31, 3 - 16)
Le Seigneur dit à Jacob : Retourne dans le pays de tes pères, dans le lieu de ta naissance. Et Je serai avec toi.
Jacob fit appeler Léa et Rachel, qui étaient dans les champs avec son troupeau.
Il leur dit : Je vois au visage de votre père qu'il n'est plus envers moi comme avant, mais le Dieu de mon père a été avec moi.
Vous savez vous mêmes que j'ai servi votre père de toutes mes forces.
Votre père s'est joué de moi. Il a changé dix fois mon salaire. Mais Dieu ne lui a pas permis de me faire du mal.
Quand il disait : les tachetés seront ton salaire, toutes les brebis faisaient des petits tachetés. Et quand il disait : les rayés seront ton salaire, toutes les brebis faisaient des petits rayés.
Dieu a pris son troupeau à votre père et me l'a donné.
Au temps où les brebis entraient en chaleur, je levai les yeux et je vis en songe que les boucs qui couvraient les brebis étaient rayés, tachetés et marquetés.
Et l'Ange de Dieu me dit en songe : Jacob. Je répondis : Me voici.
Il dit : Lève les yeux et regarde. Tous les boucs qui couvrent les brebis sont rayés, tachetés et marquetés. Car j'ai vu tout ce que te fait Laban.
Je suis le Dieu de Béthel, où tu as oint une stèle, où tu m'as fait un vœu. Maintenant lève toi, sors de ce pays, et retourne au pays de ta naissance.
Rachel et Léa répondirent. Elles lui dirent : Avons-nous encore un héritage et une part dans la maison de notre père ?
Ne nous a-t-il pas considérées comme des étrangères, puisqu'il nous a vendues et qu'il a mangé notre argent ?
Toute la richesse que Dieu a enlevée à notre père est à nous et à nos enfants. Maintenant fais tout ce que Dieu t'a dit.


Prokimenon: Psaume 110
Ton 4: Le Seigneur est compatissant - Il est miséricordieux, Il est juste.
V. : Bienheureux l'homme qui craint le Seigneur.


Lecture des Proverbes (21, 3-21)
Faire œuvre de justice et de droit vaut mieux aux yeux du Seigneur que les sacrifices.
Regard hautain et cœur qui s'enfle, la lampe des méchants n'est que péché.
Les pensées de l'homme diligent mènent à l'abondance. Mais l'homme qui se presse court à l'indigence.
Les trésors acquis par une langue mensongère sont la vanité fugitive de ceux qui cherchent la mort.
La violence des méchants les emporte. Car ils refusent de faire ce qui est juste.
La voie du coupable est tortueuse. Mais l'œuvre de l'innocent est droite.
Mieux vaut habiter à l'angle d'un toit que de partager la demeure d'une femme querelleuse.
L'âme du méchant désire le mal. Son prochain ne trouve pas grâce à ses yeux.
Quand on châtie le moqueur, le sot devient sage. Quand on instruit le sage, il acquiert la science.
Le juste regarde la maison du méchant. Le Seigneur mène les méchants dans le malheur.
Celui qui ferme l'oreille à l'appel du pauvre, appellera lui aussi et n'aura pas de réponse.
Un don secret apaise la colère. Un présent caché calme la violence.
C'est une joie pour le juste de faire ce qui est droit. Mais ceux qui font le mal ont peur.
L'homme qui s'écarte du chemin de l'intelligence reposera dans l'assemblée des ombres.
L'homme pauvre aime la joie. Celui qui aime le vin et l'huile ne s'enrichira pas.
Le méchant est la rançon du juste. Et le traître prend la place des hommes droits.
Mieux vaut habiter dans une terre déserte qu'avec une femme aigre et querelleuse.
Il y a dans la demeure du sage un trésor et de l'huile. Mais le sot les engloutit.
Celui qui cherche la justice et la bonté trouvera la vie et la gloire.


Apostiches
Ton 1 - Tu étais vêtue, mon âme, de la pourpre divine de la souveraineté - et du lin de l'incorruptibilité - mais tu as profané ta propre dignité - Tu as fait du péché ta richesse et des délices - tu as méprisé tes frères de race - Comme le Riche délaissait le pauvre Lazare - Mais pour ne pas être damné avec lui - appauvris toi en esprit - dis au Seigneur qui s'est appauvri pour toi – ô Christ qui as porté avant la croix la pourpre du blâme - et qui pour moi fus cloué sur la croix, délivre moi par le vêtement de ton Royaume, de la confusion éternelle. (bis)

Ô la beauté de votre œuvre, saints - Vous avez donné votre sang et vous avez hérité les cieux - Tourmentés pour un temps vous vous réjouissez dans l'éternité - Quel bon échange vous avez fait - Vous avez abandonné les choses corruptibles - Vous vous réjouissez avec les chœurs des anges - et vous chantez sans fin la Trinité dans le même Etre.

Gloire… Et maintenant…

Voyant le Christ suspendu à l'arbre de la croix la Vierge implorait : Mon Fils, un glaive a percé, a déchiré mon cœur - Maître, comme me l'avait prédit Siméon - Mais ressuscite, Immortel, je Te prie - glorifie avec moi ta Mère et ta servante.
Monique
 
Messages: 788
Inscription: Mer 31 Mars 2004 10:19

Messagepar Monique » Ven 07 Mars 2008 15:55

SIXIEME SEMAINE DE CAREME

Mercredi Matines


Première lecture des Psaumes

Après la seconde lecture de Psaumes

Cathisme
Ton 2 - Accablé comme sous la pierre de tant de fautes - je gis enfermé dans le tombeau de la négligence - Seigneur miséricordieux, relève moi.

Gloire…

Accablé comme sous la pierre…

Et maintenant…

Gardés par la croix précieuse de ton Fils - Souveraine Mère de Dieu toute pure - nous repoussons sans peine toutes les attaques du malin qui nous combat - nous glorifions en toi, nous le devons - la Mère de la lumière, l'unique espérance de nos âmes.


Après la troisième lecture des Psaumes (Psaumes 9-17)

Cathisme
Ton 3 - Aujourd'hui Lazare mort est enseveli - et ses parents chantent leur plainte - Mais en Dieu qui sait d'avance toute chose - Tu avais annoncé aux disciples : Lazare dort - Mais maintenant Je viens ressusciter celui que J'ai créé - Nous T'appelons, Gloire au pouvoir de ta force.

Gloire…

Aujourd'hui Lazare mort…

Et maintenant…

La Vierge pure ta Mère, Te voyant - Christ, mort suspendu à la croix, implorait - Que T'a rendu le peuple injuste et ingrat des Hébreux - qui reçut de Toi, mon Fils, tant de grands dons ? Je célèbre ta divine descente.


Canon
Poème de Joseph
3ème Ode
Hirmos
Ton 2 - Dieu qui plantes la beauté, qui cultives la bonté - donne à mon esprit stérile - de porter des fruits, en ta miséricorde.

Par la puissance de la croix - rends la force à mon esprit épuisé sous les attaques du malin - et dirige le, Seigneur, dans ta volonté.

Dans l'assoupissement de la négligence - je dors sur la couche des plaisirs - Christ, relève moi, donne moi de vénérer ta Passion.

L'âme illuminée, purifiés par le jeûne - allons à la rencontre du Christ - qui vient dans la chair à Jérusalem.

Vierge pure que n'a pas brûlée le feu de la Divinité - enflamme les impulsions naturelles de mes passions - Que dans la foi je puisse toujours te glorifier.

Autre - Poème de Théodore
Hirmos
Ton 3 : Ame stérile, âme inféconde…

La mort de Lazare aujourd'hui n'a pas échappé - au regard de Jésus qui voit tout - Et Il le dit aux disciples - Lazare que J'aime s'est endormi. Je vais le ressusciter.

Quand Tu annonças que Tu retournais en Judée Seigneur, Tu effrayas les disciples - Mais Thomas dit : Allons, Il est la vie - Si nous mourons, nous ressusciterons.

Gloire...

Trinité du même Etre, Père qui domines l'univers, Fils qui avec Lui n'a pas de commencement - Esprit divin avec eux sur le trône - unique Adoration, Divinité incréée - tous les mortels, nous Te célébrons.

Et maintenant...

Vierge Mère toute blanche, racine de Jessé - de toi s'est levé le Christ - la fleur qui porte la vie des terrestres - Tu nous as délivrés de la corruption et de la mort - Tous nous te célébrons, Vierge pure.

Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi.

Réjouis toi, Sion. Ton Roi vient maintenant - doux, comme l'a dit le prophète - un petit âne porte son corps - Lui qui dans sa main tient l'univers - chantons sa puissance.

Katavasia - Ame stérile, âme inféconde - porte le fruit de la gloire, réjouis toi et dis - Dieu, j'ai reçu ta force - Nul n'est saint, nul n'est juste, hors de Toi, Seigneur.


8ème Ode
Hirmos
Ton 2 - Celui qui dans le buisson sur la montagne du Sinaï - annonça à Moïse le miracle de la Vierge - célébrez Le, bénissez Le, exaltez Le dans tous les siècles.

Christ, roule de ma pauvre âme la lourde pierre - de la grave négligence - Et pour Ta louange, Verbe, relève moi - du tombeau de l'insensibilité.

Dieu qui à l'avance connais toutes choses - Tu as annoncé aux disciples aimés la mort de ton ami - que Tu devais pour ta glorification - ressusciter du tombeau le quatrième jour.

Christ, Tu es revenu vers la Judée - qui par l'Arbre de la croix voulut Te détruire - Toi l'Arbre de la vie désirant donner l'immortalité - à ceux qui étaient morts en mangeant du fruit de l'Arbre.

En toi Vierge pure nous avons vu - tous les chemins de Dieu qui garda scellée ta pureté - après l'enfantement, dans tous les siècles

Autre - Hirmos
Ton 3 : Le Dieu qui est avant les siècles…

Aujourd'hui Lazare aimé du Christ est mort et emporté - et ceux qui entourent Marthe se lamentent sur le malheur fraternel - Mais le Christ dans la joie monte vers lui - pour montrer aux peuples qu'Il est la vie de l'univers.

Peuples, coupant les rameaux des vertus - des hauteurs de l'amour comme du mont des Oliviers - venez, préparons nous en esprit - à l'avènement du Christ en nous - Le célébrant, Le bénissant, L'exaltant dans tous les siècles.

Bénissons le Père, le Fils et le Saint Esprit

Unité des trois Personnes, Père, Fils et Esprit vivant - unique Divinité, unique Royaume - les ordres des anges célèbrent en Toi la lumière inaccessible - et nous sur la terre nous Te célébrons - nous Te bénissons, nous T'exaltons dans tous les siècles.

Et maintenant…

Voici, toutes les générations nous te disons bienheureuse - toute Blanche, voyant ta grandeur - Car tu as enfanté surnaturellement le Créateur de l'univers, Dieu et Homme - Nous te bénissons, nous t'exaltons, Vierge pure, dans les siècles.

Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi.

Avec les enfants allons nous aussi à la rencontre du Christ, notre Dieu - portons Lui dans la prière du cœur - au lieu de rameaux l'amour en disant - Hosanna, bénissez Le, exaltez Le dans les siècles.

Louons, bénissons et adorons le Seigneur…

Katavasia - Le Dieu qui est avant les siècles - et naquit du Père qui n'a pas de commencement - et de la Mère dans les derniers temps reçut la chair - en homme parfait et vrai Dieu, célébrons Le - bénissons Le, exaltons Le dans tous les siècles.


9ème Ode
Hirmos
Ton 2 - Qui parmi ceux qui sont nés de la terre - a jamais entendu, a jamais su - qu'une vierge ait conçu et enfanté sans douleur - Tel est ton miracle, Vierge pure - Mère de Dieu, nous t'exaltons.

Daniel scellé par le jeûne, ferma la bouche des fauves - Imite le, mon âme, et chasse par le secours de la croix - le serpent qui rugit comme le lion - et cherche à faire sa proie de toute âme.

Verbe de Dieu, par ta parole qui donne la vie - ressuscitant mon âme morte dans les fautes - et enfermée dans le tombeau de la transgression - rends la digne de T'apporter les rameaux des vertus - à Toi qui as vaincu la mort.

Le Verbe de Dieu le Père dont le ciel est le Trône - et la terre le lieu où reposent ses pieds - porté sur un petit âne, entre dans la ville sainte - recevoir la louange de la bouche des enfants - Lui, le Roi de l'univers.

Seule tu es belle entre les femmes - merveilleuse Vierge pure - qui as conçu le Verbe très beau - plus beau que tous les hommes - prie Le de rendre la beauté à mon cœur.

Autre - Hirmos
Ton 3 - Sur la montagne du Sinaï - dans le buisson Moïse te vit - qui conçus le feu de la Divinité et ne fus pas consumée - Daniel vit en toi une montagne intacte - Isaïe t'appela le rameau qui fleurit de la racine de David.

Les sœurs de Lazare versent des larmes de deuil - voyant aujourd'hui leur frère sous la pierre amère - Mais de loin Christ, Tu disais à tes apôtres : Je Me réjouis pour vous - Car Tu n'étais pas là-bas dans la chair.

De nouveau le Christ vient vers toi, Judée meurtrière - désirant accomplir en Dieu la Passion salutaire - Lui que tu cherchais à lapider - Vois, Il vient de Lui même vers toi - pour nous sauver de la souillure de ton meurtre.

Gloire…

La Divinité est Unité et Trinité - ô le tour paradoxal - Unie de nature elle est partagée dans les Personnes - Indivisible elle est divisée. Une, elle est trois - Elle est le Père, le Fils et l'Esprit vivant - Et elle garde l'univers.

Et maintenant...

Qui a jamais entendu qu'une vierge ait enfanté - et sans l'homme soit devenue mère - Marie, tu as fait ce prodige. Mais dis moi comment ? - Ne sonde pas les profondeurs de mon enfantement de Dieu - Il est vrai. Mais sa compréhension dépasse l'intelligence humaine.

Gloire à Toi, notre Dieu, gloire à Toi.

Tressant les rameaux des palmes - en esprit et dans la réalité - allons à la rencontre du Maître qui vient à nous - Béni est Celui qui vient en vrai Fils - au nom du Seigneur et du Père.

Katavasia - Sur la montagne du Sinaï - dans le buisson Moïse te vit - qui conçus le feu de la Divinité et ne fus pas consumée - Daniel vit en toi une montagne intacte - Isaïe t'appela le rameau qui fleurit de la racine de David.


Apostiches
Ton 1 - Israël s'est couvert de pourpre et de lin - et brille de tous ses vêtements sacrés et royaux - Riche de la Loi et des Prophètes il se réjouit de son culte légitime - Mais Toi le Bienfaiteur qui T'es appauvri - il T'a crucifié hors des portes - il T'a repoussé vivant, avec la croix - Or Tu es toujours dans le sein du Père - et lui a soif d'une goutte de la grâce - Comme le Riche impitoyable pour le pauvre Lazare - il est plongé avec sa pourpre et son lin dans le feu qui ne s'éteint pas - Et il souffre voyant le peuple des nations autrefois privé des miettes de la vérité - maintenant dans le sein de la foi d'Abraham - portant la pourpre chaude de ton sang et le lin du baptême - dans la floraison et les délices des grâces et disant au Christ notre Dieu : Gloire à Toi. (bis)

Glorieux martyrs, ni l'affliction, ni l'angoisse, ni la faim, ni la persécution - ni les coups, ni la fureur des bêtes, ni l'épée, ni le feu qui vous menaçaient - ne purent vous séparer de Dieu - Mais dans votre désir de Lui comme si vous combattiez en d'autres corps - vous avez oublié la nature et méprisé la mort - Vous avez reçu une récompense digne de vos peines - Vous êtes devenus les héritiers du Royaume des cieux Intercédez toujours pour nos âmes.

Gloire… Et maintenant…

Te voyant suspendu, ô Christ qui aimes l'homme - qui as suspendu la terre sur les eaux - celle qui en sa pureté T'a conçu, implorait : - Hélas, quelle est cette étrange vision ? Où s'en est allée ta beauté infinie, mon Fils très doux ? - Tu veux souffrir pour tous. J'exalte ton amour.
Monique
 
Messages: 788
Inscription: Mer 31 Mars 2004 10:19

Messagepar Monique » Ven 07 Mars 2008 15:58

SIXIEME SEMAINE DE CAREME

Mercredi Sexte


Tropaire de la Prophétie
Ton 5 - Seigneur, donne nous ton amour - Ne nous livre pas à cause de nos iniquités - Saint Maître qui domines l'univers, nous Te prions.

Gloire… Et maintenant…

Seigneur, donne nous ton amour…


Prokimenon: Psaume 112
Ton 4: Louez serviteurs du Seigneur - louez le nom du Seigneur.
V.: Que le nom du Seigneur soit béni dès maintenant et à jamais.


Lecture de la Prophétie d'Isaïe (5S1 1-11)
Ainsi parle le Seigneur : Crie à pleine gorge. Elève ta voix comme une trompette. Révèle à mon peuple ses fautes, à la maison de Jacob ses péchés.
Ils me cherchent jour après jour. Ils veulent connaître ma voie comme une nation qui accomplit la justice et n'abandonne pas le jugement de son Dieu. Ils Me demandent le juste jugement. Ils désirent que Dieu s'approche.
Pourquoi jeûnons nous, si Tu ne le vois pas? Pourquoi humilions nous notre âme, si Tu ne le sais pas ? Voici, le jour de votre jeûne, vous exaucez vos désirs, vous accablez ceux qui travaillent pour vous.
Voici, vous jeûnez pour disputer, pour combattre, pour frapper avec méchanceté. Vous ne jeûnez pas en ce jour pour que votre voix soit entendue dans la hauteur.
Est-ce là le jeûne que Je veux, un jour où l'homme humilie son âme? Courber la tête comme un jonc, se coucher sur le sac et la cendre, est-ce là ce que tu appelles le jeûne, un jeûne qui plaît au Seigneur ?
Le jeûne que Je veux, n'est-ce pas de détacher les chaînes de l'injustice, de dénouer les liens de la servitude, de renvoyer libres les opprimés et de briser tous les jougs ?
N'est-ce pas de partager ton pain avec celui qui a faim, de mener dans ta maison les pauvres qui n'ont pas de refuge, de couvrir celui que tu vois nu, de ne rien dérober à celui qui est ta chair ?
Alors ta lumière se lèvera comme l'aurore. Ta guérison germera vite. Ta justice ira devant toi. Et la gloire du Seigneur te recueillera.
Alors tu appelleras et le Seigneur répondra. Tu crieras et Il dira : Me voici. Si tu enlèves du milieu de toi le joug, le geste menaçant, la parole injuste,
si tu donnes ta vie pour celui qui a faim, si tu rassasies l'âme qui souffre, ta lumière se lèvera dans les ténèbres et tes ombres seront comme le midi.
Le Seigneur te guidera toujours.


Prokimenon: Psaume 114
Ton 6: Soyez bénis du Seigneur - qui a fait le ciel et la terre.
V. : Quand Israël sortit d'Egypte, Juda devint son sanctuaire.
Monique
 
Messages: 788
Inscription: Mer 31 Mars 2004 10:19

Suivant

Revenir vers Textes liturgiques

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités

cron