PENTECOSTAIRE

Pas de discussions dans ce forum destiné exclusivement à une mise à disposition de textes issus du cycle liturgique orthodoxe. Pour toute réflexion sur ces textes, merci de vous reporter au forum général.

Modérateur : Auteurs

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

PENTECOSTAIRE

Message par Monique » mer. 12 mars 2008 11:56

SAINT ET GRAND DIMANCHE DE PÂQUES

À MATINES

Là où c’est l’usage, quand les fidèles viennent allumer leur cierge au trikirion du prêtre, on chante autant de fois qu’il est nécessaire (ton 6):

Venez prendre la lumière à la Lumière sans déclin / et glorifiez le Christ ressuscité d’entre les morts.


Au cours de la procession, le chœur chante le tropaire suivant (ton 6):

Ta Résurrection, ô Christ Sauveur, / les Anges la chantent dans les cieux, / et nous qui sommes sur la terre, / donne-nous un cœur pur / pour être dignes de te glorifier.

Lorsque la procession, ayant fait le tour de l’église, est revenue devant les portes fermées, le Prêtre, si c’est l’usage, lit le récit de la Résurrection selon saint Marc (Eothinon 2, v. page n). Sinon, il dit tout de suite, devant l’évangéliaire ou une autre icône de la Résurrection, en faisant un signe de croix avec l’encensoir:

Gloire à la sainte, consubstantielle, vivifiante et indivisible Trinité, en tout temps, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

Le Chœur répond: Amen, puis le Prêtre chante 3 fois le tropaire de Pâques (ton 5):
Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort, / il nous délivre du tombeau / pour nous donner la vie.

Ce tropaire est chanté trois fois par le Chœur, qui le répète une fois après chacun des versets suivants:
1. Que Dieu se lève et que ses ennemis se dispersent, / que ses adversaires fuient devant sa face!
2. Comme se dissipe la fumée ils se dispersent, / comme fond la cire en face du feu!
3. Périssent les impies en face de Dieu, / mais les justes jubilent devant lui!
4. Voici le jour que fit le Seigneur, / exultons d’allégresse et de joie.
Gloire au Père et au Fils / et au saint Esprit.
Maintenant et toujours, / et dans les siècles des siècles. Amen.

Le Prêtre chante à nouveau:
Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort,
Le Chœur achève:
Il nous délivre du tombeau / pour nous donner la vie.


Après le tropaire, ou après la grande litanie, on ouvre les portes: la procession pénètre dans l’église étincelante de lumière. La grande litanie de paix est conclue par l’ecphonèse:
Car à toi revient toute gloire, tout honneur et toute adoration, Père, Fils et saint Esprit, maintenant...
Ch. Amen.

Puis on chante le canon pascal.
Ode 1, ton 1
Hirmos : Jour de la Résurrection! / Peuples, rayonnons de joie: / c’est la Pâque, la Pâque du Seigneur! / De la mort à la vie, / de la terre jusqu’au ciel / le Christ notre Dieu nous conduit: / chantons la victoire du Seigneur.
Refrain: Le Christ est ressuscité des morts.

Purifions nos sentiments / et nous verrons le Christ / resplendissant de l’inaccessible clarté / de sa Résurrection; / et nous l’entendrons crier: / Réjouissez-vous / en chantant la victoire du Seigneur.
Le Christ est ressuscité des morts.

Le ciel se réjouisse comme il convient / et la terre soit avec lui dans la joie, / qu’à cette fête prenne part / l’univers tout entier, / le monde visible et l’immatériel, / car il est ressuscité, / le Christ, notre allégresse sans fin.
Le Christ est ressuscité des morts.

Jour de la Résurrection! / Peuples, rayonnons de joie: / c’est la Pâque, la Pâque du Seigneur! / De la mort à la vie, / de la terre jusqu’au ciel / le Christ notre Dieu nous conduit: / chantons la victoire du Seigneur.

Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort, / il nous délivre du tombeau / pour nous donner la vie. (3 fois)

Petite litanie, conclue par l’ecphonèse: Car à ta majesté appartiennent le règne, la puissance et la gloire, Père, Fils et saint Esprit, maintenant...


Ode 3
Hirmos : Venez, buvons tous au flot nouveau / de la source d’immortalité / merveilleusement jaillie / non plus du rocher dans le désert, / mais sur le tombeau du Christ, / notre force et notre joie.
Le Christ est ressuscité des morts.

De lumière, maintenant, / est rempli tout l’univers / au ciel, sur terre et aux enfers; / que désormais toute la création / célèbre la Résurrection du Christ, / notre force et notre joie!

Le Christ est ressuscité des morts.

Hier, avec toi, ô Christ, j’étais enseveli, / avec toi je me réveille aujour d’hui, / prenant part à ta Résurrection; / après les souffrances de ta cru cifixion, / accorde-moi de partager, Sauveur, / la gloire du royaume des cieux.

Le Christ est ressuscité des morts.

Venez, buvons tous au flot nouveau / de la source d’immortalité / merveilleusement jaillie / non plus du rocher dans le désert, / mais sur le tombeau du Christ, / notre force et notre joie.

Tropaire Le Christ est ressuscité des morts... (3 fois).

Petite litanie, conclue par l’ecphonèse: Car tu es notre Dieu, et nous te rendons gloire, Père, Fils et saint Esprit, maintenant...


Hypakoï, ton 4
Devançant l’aurore et trouvant la pierre roulée près du tombeau, / Marie et ses compagnes entendirent l’Ange qui leur demandait: / Pourquoi cherchez-vous parmi les morts / celui qui vit dans l’éternelle clarté? / voici les bandelettes: allez vite annoncer à tous / que le Seigneur s’est levé, triomphant de la mort, / car il est le Fils de Dieu qui sauve le genre humain.


Ode 4
Hirmos : En cette sainte nuit où nous veillons, / que le Prophète inspiré par Dieu / se tienne parmi nous / et qu’il nous montre l’Ange resplendissant / annonçant joyeusement: / Aujourd’hui, c’est le salut du monde, / car il est ressuscité, / le Christ, notre Dieu tout-puissant.

Le Christ est ressuscité des morts.

Enfant mâle premier-né / franchissant le sein virginal, / ainsi parut le Christ; / il est l’Agneau que nous mangeons, / notre Pâque immaculée , / n’ayant pas connu la souillure du péché; / il est aussi le sacrifice parfait, / puisqu’il est Dieu en vérité.

Le Christ est ressuscité des morts.

Le Christ, notre Pâque d’expiation, / notre couronne de bénédiction, / selon son bon vouloir, / comme un agneau de sacrifice s’est offert / pour le salut de tous; / et de la tombe il s’est levé, / Soleil de justice faisant briller sur nous / la splendeur de sa clarté.

Le Christ est ressuscité des morts.

David, l’ancêtre de Dieu, dansa joyeusement / devant l’arche où le mystère était préfiguré; / et nous qui sommes à présent / le nouveau peuple saint de Dieu, / voyant le symbole réalisé, / réjouissons-nous divinement, / car il est ressuscité, / le Christ, notre Dieu tout-puissant.

Le Christ est ressuscité des morts.

En cette sainte nuit où nous veillons, / que le Prophète inspiré par Dieu / se tienne parmi nous / et qu’il nous montre l’Ange resplendissant / annonçant joyeusement: / Aujourd’hui, c’est le salut du monde, / car il est ressuscité, / le Christ, notre Dieu tout-puissant.

Tropaire Le Christ est ressuscité des morts... (3 fois).


Petite litanie, conclue par l’ecphonèse: Car tu es un Dieu de bonté, plein d’amour pour les hommes, et nous te rendons gloire, Père, Fils et saint Esprit, maintenant...


Ode 5
Hirmos : Devançons le point du jour / pour offrir au Seigneur, / au lieu de myrrhe, l’hommage de nos chants, / et nous verrons le Christ se lever, / Soleil de justice qui nous donne à tous / la lumière et la vie.

Le Christ est ressuscité des morts.

De ton amour infini / furent témoins ceux que l’Enfer / en ses chaînes retenait captifs; / vers ta lumière, ô Christ, / ils allaient d’un pas joyeux, / célébrant la Pâque dans l’éternité.

Le Christ est ressuscité des morts.

Tenant nos lampes allumées, / comme au-devant de l’Époux, / allons à la rencontre du Christ ressuscité, / et tous ensemble célébrons / en festive procession / la divine Pâque où nous trouvons le salut.

Le Christ est ressuscité des morts.

Devançons le point du jour / pour offrir au Seigneur, / au lieu de myrrhe, l’hommage de nos chants, / et nous verrons le Christ se lever, / Soleil de justice qui nous donne à tous / la lumière et la vie.

Tropaire Le Christ est ressuscité des morts... (3 fois).


Petite litanie, conclue par l’ecphonèse: Car la gloire et la sainteté sont l’apanage de ton nom sublime et plein de majesté, Père, Fils et saint Esprit, maintenant...


Ode 6
Hirmos : Au plus profond de la terre tu es descendu, / tu as brisé les éternels verrous / qui nous tenaient captifs, / et le troisième jour, comme Jonas du poisson, / ô Christ, tu es sorti du tombeau.

Le Christ est ressuscité des morts.

Sans briser les scellés, / ô Christ, tu t’es levé du tombeau, / toi qui de la Vierge étais sorti / sans briser le sceau de sa virginité, / et tu nous as rouvert / les portes du Paradis.

Le Christ est ressuscité des morts.

Hostie vivante, Dieu sauveur, / qui toi-même t’es offert / à ton Père de plein gré, / ressuscitant du tombeau, / tu ressuscites avec toi tout le genre humain.

Le Christ est ressuscité des morts.

Au plus profond de la terre tu es descendu, / tu as brisé les éternels verrous / qui nous tenaient captifs, / et le troisième jour, comme Jonas du poisson, / ô Christ, tu es sorti du tombeau.

Tropaire Le Christ est ressuscité des morts... (3 fois).

Petite litanie, conclue par l’ecphonèse: Car tu es le Roi de la paix et le Sauveur de nos âmes, et nous te rendons gloire, Père, Fils et saint Esprit, maintenant...


Kondakion, ton 8
Lorsque tu gisais dans le tombeau, Seigneur immortel, / tu as brisé la puissance de l’Enfer, / et tu es ressuscité victorieusement, ô Christ notre Dieu, / ordonnant aux Myrophores de se réjouir, / visitant tes Apôtres et leur donnant la paix, / toi qui nous sauves en nous accordant la résurrection.

Ikos
C’est le Soleil antérieur au soleil, / jadis descendu au tombeau, / que les Myrophores cherchaient comme le jour, / avant l’aurore se hâtant et l’une à l’autre se disant: / Ô mes chères amies, / allons embaumer le corps vivifiant / de celui qui, au sépulcre enseveli, / après sa chute relève Adam; / allons, hâtons-nous et comme les Mages nous prosternant, / offrons la myrrhe en hommage à celui / qui n’est plus de langes, mais d’un suaire enveloppé; / et dans les larmes crions-lui: / Lève-toi, Seigneur, / toi qui nous sauves en nous accordant la résurrection.

Synaxaire
Le saint et grand Dimanche de Pâques, nous célébrons la vivifiante Résurrection de notre Seigneur, Dieu et Sauveur Jésus Christ.
Le Christ descendu seul pour combattre l’Enfer
en remonte vainqueur et de butin couvert.
Cette fête, nous l’appelons “Pâque”, ce qui en hébreux signifie “Passage”, car c’est le jour où Dieu a fait sortir le monde du non-être au commencement; le jour aussi où il arracha le peuple d’Israël aux mains de Pharaon, après lui avoir fait passer la mer Rouge; le jour encore où, descendant du ciel, il vint habiter le sein de la Vierge; le jour donc où, l’ayant arraché aux geôles de l’Hadès, il fit monter vers le ciel le genre humain tout entier pour le rétablir dans sa première dignité, celle de l’incorruptible condition. Toutefois, en descendant aux Enfers, il n’a pas ressuscité tout le monde, mais ceux qui choisirent de croire en lui. Et les âmes de ceux qui depuis les siècles s’étaient sanctifiés, il s’en empara de force et les libéra de l’Hadès, et à toutes il donna de monter aux cieux. C’est pourquoi nous fêtons avec splendeur la Résurrection, avec une allégresse surnaturelle, en devenant nous-mêmes l’image de cette joie dont notre nature s’est enrichie par divine miséricorde. Et, afin de montrer aussi la cessation de l’hostilité, l’union avec Dieu et avec ses Anges, nous échangeons le baiser traditionnel.
Voici comment eut lieu la résurrection du Seigneur: alors que les soldats gardaient le sépulcre, au milieu de la nuit se produisit un tremblement de terre. Car un Ange était descendu pour ôter la pierre du tombeau. Saisis d’effroi, les gardes s’enfuirent, ce qui permit aux Femmes d’y accéder, le soir du sabbat ou au milieu de la nuit. La Résurrection fut d’abord connue de la Mère de Dieu, qui avec Madeleine se tenait devant le sépulcre, comme le dit Matthieu. Mais, pour que la résurrection du Christ ne fût pas mise en doute, à cause de l’affinité avec sa Mère, les évangéliste disent: D’abord il apparut à Marie Madeleine. C’est elle qui a vu l’Ange sur la pierre et qui, s’étant avancée, aperçut les autres Anges qui se trouvaient à l’intérieur; et ils lui annoncèrent la résurrection du Seigneur: i1 n’est plus ici, car il est ressuscité, dirent-ils, voici le lieu où on l’avait déposé.. Entendant cela, elle courut donc et s’en alla vers les plus fervents des Disciples, Pierre et Jean, leur annoncer la Résurrection. Alors qu’elle s’en retournait vers l’autre Marie, le Christ vint à leur rencontre et leur dit: “Réjouissez-vous!” I1 convenait en effet que le genre féminin, qui le premier avait entendu: “Tu enfanteras dans les douleurs., fût aussi le premier à entendre l’annonce de la joie. Assujetties par l’affection, elles s’approchent donc du Christ et se prosternent jusqu’à toucher ses pieds immaculés, désireuses d’une plus exacte perception. Puis les Apôtres furent au sépulcre: Jean se pencha seulement vers le sépulcre, puis il se retira; Pierre entra et, regardant de plus près, il toucha le suaire et le linceul.
Au matin, Marie Madeleine retourna vers le sépulcre avec les autres femmes pour vérifier avec plus d’exactitude ce qu’elles avaient vu. Se tenant à l’extérieur, elle se lamentait; puis, se penchant à l’intérieur, elle vit deux Anges, d’une éblouissante splendeur, qui la reprirent, lui disant: “Femme, pourquoi pleures-tu et qui cherches-tu? Vous cherchez Jésus de Nazareth, le crucifié: il n’est plus ici, il est ressuscité!” Remplies de crainte, elles se levèrent aussitôt et aperçurent le Seigneur. C’est en se retournant que Madeleine vit le Christ debout: pensant que c’était le jardinier (car le tombeau se trouvait dans un jardin), elle dit: “Seigneur, si c’est toi qui l’as emporté, dis-moi où tu l’as mis, et j’irai le prendre.” Tandis qu’à nouveau Madeleine s’inclinait vers les Anges, le Sauveur lui dit: “Marie!” Percevant alors la douce voix du Christ, qui lui était familière, elle voulut le toucher, mais il dit: “Laisse-moi, car je ne suis pas encore monté vers mon Père, comme tu peux toi-même t’en rendre compte, puisque tu penses que je suis encore un homme; va donc vers mes frères et dis-leur ce que tu as vu et entendu.” Ce que fit Madeleine. De nouveau, à la pointe du jour, elle se rend au sépulcre avec les autres. Les compagnons de Jeanne et de Salomé arrivèrent au lever du soleil. À vrai dire, il y eut plusieurs venues de femmes au sépulcre, et parmi elles se trouva aussi la Mère de Dieu; car c’est elle que l’Évangile désigne comme Marie (mère) “de José”, parce que ce José était fils de Joseph. On ignore à quelle heure le Seigneur est ressuscité: les uns disent que ce fut au premier chant du coq; les autres, lors du tremblement de terre; et il y a encore d’autres avis.
Or, après ces événements, voici que des gardes allèrent annoncer aux grands prêtres ce qui était arrivé. Ceux-ci, leur ayant procuré de l’argent, les persuadèrent de publier que ses disciples, étant venus de nuit, l’avaient dérobé. Le soir de ce même jour, les disciples étaient réunis et les portes solidement fermées par crainte des Juifs. Le Christ se présenta au milieu d’eux; car il était dans un corps incorruptible. Comme d’habitude, il leur souhaita la “paix”. À sa vue, ils éprouvèrent une immense joie et, par son souffle, ils accueillirent plus fermement en eux la force de l’Esprit très-saint.
Pour ce qui est de la résurrection du Seigneur “le troisième jour”, voici comment il faut l’interpréter: le soir du Jeudi et le jour du Vendredi (car c’est ainsi que les Hébreux mesurent le “nykhthiméron”), cela fait un jour. La nuit du Vendredi et tout le Samedi cela fait un autre nykhthiméron: voici le deuxième jour. Quant à la nuit du Samedi et au jour du Dimanche (car ici la partie initiale est comptée comme tout), c’est un autre nykhthiméron, et voici le troisième jour. Ou bien on peut l’interpréter de cette autre façon: le Christ est mis en croix à la troisième heure du Vendredi; puis, de la sixième heure à la neuvième heure, ce furent les ténèbres, et l’on peut considérer cela comme une nuit: de la troisième heure à la neuvième, on a un jour et une nuit. Et de nouveau, après les ténèbres, un jour, puis la nuit du Vendredi: deuxième “nykhthiméron”. Enfin le jour du Samedi et la nuit qui suivit: troisième “nykhthiméron”. Si donc le Sauveur avait promis de nous accorder, le “troisième” jour, le bienfait du salut, il a réalisé sa promesse de la façon la plus brève.
À lui la gloire et la puissance dans les siècles des siècles. Amen.


ton 6
Ayant contemplé la Résurrection du Christ, / prosternons-nous devant notre saint Seigneur Jésus: / il est le seul sans péché. / Ô Christ, nous nous prosternons devant ta Croix / et nous chantons et glorifions ta sainte Résurrection, / car tu es notre Dieu, / nous n’en connaissons nul autre que toi: / ton nom, nous le proclamons; venez, tous les fidèles, / prosternons-nous devant la sainte Résurrection du Christ; / voici que par la croix la joie a pénétré le monde entier; / sans cesse louons le Seigneur / et chantons sa Résurrection, / car en souffrant pour nous sur la croix / il a détruit la mort par sa mort. (3 fois)

Ressuscité du tombeau / comme il l’avait prédit, / Jésus nous donne l’éternelle vie / et la grâce du salut. (3 fois)


Ode 7
Hirmos : Celui qui de la fournaise libéra les Jeunes Gens / s’est fait homme et a souffert comme un mortel; / par sa Passion il revêt le genre humain / de la splendeur de l’immortalité, / car il est le Dieu de nos Pères, / à lui seul bénédiction et haute gloire.

Le Christ est ressuscité des morts.

Les femmes porteuses de parfum, / dans leur sagesse, ô Christ, accoururent jusqu’à toi: / celui que, dans leurs larmes, elles cherchaient parmi les morts, / c’est le Dieu vivant, qu’elles adorèrent dans la joie, / et de cette Pâque mystique / elles portèrent la nouvelle à tes Apôtres, Seigneur.

Le Christ est ressuscité des morts.

De la Mort célébrons la mise à mort, / de l’Enfer, la destruction, / le début de l’éternelle vie, / et chantons dans l’allégresse son auteur, / car il est le Dieu de nos Pères: / à lui seul bénédiction et haute gloire.

Le Christ est ressuscité des morts.

Qu’elle est sainte et belle, en vérité, / cette nuit de notre rédemption, / radieuse messagère du jour / rayonnant de la Résurrection, / où, sortant de tombe corporellement, / brilla sur le monde l’éternelle Clarté.

Le Christ est ressuscité des morts.

Celui qui de la fournaise libéra les Jeunes Gens / s’est fait homme et a souffert comme un mortel; / par sa Passion il revêt le genre humain / de la splendeur de l’immortalité, / car il est le Dieu de nos Pères, / à lui seul bénédiction et haute gloire.

Tropaire Le Christ est ressuscité des morts... (3 fois).


Petite litanie, conclue par l’ecphonèse: Que la majesté de ton règne soit bénie et glorifiée, Père, Fils et saint Esprit, maintenant...


Ode 8
Hirmos : Voici le jour parfaitement saint, / unique dans les semaines, seigneur et roi des jours, / la fête des fêtes, / la solennité des solennités; / en lui nous bénissons le Christ / dans les siècles.

Le Christ est ressuscité des morts.

De la vigne goûtons au fruit nouveau, / communions à la divine joie / en ce jour insigne de la Résurrection, / prenons part au Royaume du Christ, / le chantant comme Dieu / dans les siècles.

Le Christ est ressuscité des morts.

Sion, regarde tout à l’entour: / voici tes enfants qui viennent jusqu’à toi / de l’occident, de l’aquilon, / de la mer et de l’orient / comme des astres radieux / pour bénir en toi le Christ / dans les siècles.

Très-sainte Trinité, gloire à toi, ô notre Dieu.

Ô Père tout-puissant, / avec le Verbe et l’Esprit / formant de trois personnes l’unité, / Dieu suprême, en toi nous sommes baptisés / et nous te bénissons / dans tous les siècles.

Le Christ est ressuscité des morts.

Voici le jour parfaitement saint, / unique dans les semaines, seigneur et roi des jours, / la fête des fêtes, / la solennité des solennités; / en lui nous bénissons le Christ / dans les siècles.

Tropaire Le Christ est ressuscité des morts... (3 fois).


Petite litanie, conclue par l’ecphonèse: Car à ton nom convient la bénédiction comme à ton règne la gloire, Père, Fils et saint Esprit, maintenant...


Ode 9
Magnifie, ô mon âme, / celui qui est ressuscité / du tombeau le troisième jour, / le Christ qui donne la vie.

Resplendis de lumière, / nouvelle Jérusalem, / car la gloire du Seigneur / a brillé sur toi. / Exulte et danse de joie, fille de Sion; / réjouis-toi aussi, sainte Mère de Dieu, / en ce jour où ressuscite ton Fils.

Ô Christ, nouvelle Pâque, / victime vivante, / Agneau de Dieu / qui ôtes le péché du monde.

Ô charme divin, / ô douceur ineffable de ta voix, / car sans mensonge tu nous as promis, / ô Christ, d’être avec nous jusqu’à la fin des temps; / et nous, fidèles dont l’espoir / repose sur cette promesse, / nous exultons de joie.

Au sépulcre elle vint en courant, / Marie Madeleine, / et voyant le Christ, / l’interrogea comme le jardinier.

Ô Christ, notre grande Pâque de sainteté, / ô Sagesse des cieux, / Verbe et Puissance de Dieu, / donne-nous de communier avec toi / d’une façon plus réelle encor / au jour sans déclin / de ton Royaume.

L’Ange du Seigneur dit à la Vierge pleine de grâce: / Vierge sainte, réjouis-toi; / ne pleure plus, réjouis-toi, / car ton Fils est ressuscité / du tombeau, le troisième jour. / Peuples, réjouissez-vous!

Resplendis de lumière, / nouvelle Jérusalem, / car la gloire du Seigneur / a brillé sur toi. / Exulte et danse de joie, fille de Sion; / réjouis-toi aussi, sainte Mère de Dieu, / en ce jour où ressuscite ton Fils.

Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort, / il nous délivre du tombeau / pour nous donner la vie. (3 fois)


Petite litanie, conclue par l’ecphonèse: Car les puissances des cieux chantent ta louange, et nous te rendons gloire, Père, Fils et saint Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.


Exapostilaire, ton 2
Du sommeil où reposait ton corps, / ô mon Roi et mon Seigneur, / le troisième jour lu es ressuscité, / de la fosse faisant surgir Adam, / car tu as vaincu la mort, / Pâque où nous puisons l’immortelle vie, / Pâque où le monde trouve le salut. (3 fois)


Laudes, ton 1
Que tout ce qui vit et respire loue le Seigneur, / louez le Seigneur du haut des cieux, / louez-le au plus haut des cieux. / À toi, notre Dieu, convient l’hommage de nos chants.
Louez le Seigneur, tous les Anges de Dieu, / louez-le, toutes les Puissances des cieux. / À toi, notre Dieu, convient l’hommage de nos chants.
Louez-le pour ses hauts faits, / louez-le pour sa suprême majesté.
Ô Christ, nous chantons, / ta Passion qui nous sauve / et nous glorifions ta sainte Résurrection.
Louez-le par l’éclat du cor, / louez-le sur la harpe et la cithare.
Toi qui souffris la croix pour terrasser la mort / et d’entre les morts es ressuscité, / établis notre vie dans la paix, / Seigneur tout-puissant.
Louez-le sur la lyre et le chalumeau, / louez-le par la danse et le tambour.
Ô Christ, vainqueur de l’Enfer, / tu nous as tous ressuscités par ta sainte Résurrection: / donne-nous un cœur pur / pour te chanter et te glorifier dignement.
Louez-le par le son des cymbales, / louez-le par les cymbales triomphantes. / Que tout ce qui vit et respire loue le Seigneur!
Glorifiant ta divine condescendance, / ô Christ, nous te chantons: / sans être séparé du Père, tu es né d’une vierge, / en ton humanité tu as souffert librement sur la croix; / du tombeau tu es sorti comme d’une chambre nuptiale / pour sauver l’univers: / Seigneur, gloire à toi.


Stichères de Pâques, ton 5
1. Que Dieu se lève / et que ses ennemis se dispersent!

Pâque, ta sainteté se révèle en ce jour à nos yeux: / Pâque nouvelle et sacrée, / Pâque mystique du Seigneur, / Pâque vénérable, / Pâque du Christ libérateur, / Pâque tout-immaculée, / Pâque à nulle autre pareille, / Pâque des fidèles, / Pâque nous ouvrant les portes du Paradis, / Pâque dont tout fidèle reçoit la sainteté.

2. Comme se dissipe la fumée ils se dispersent, / comme fond la cire en face du feu!

Venez, femmes annonciatrices de ce que vous avez perçu, / et dites à Sion: / Reçois de nous la joyeuse nouvelle / de la Résurrection du Christ; / exulte de joie, / Jérusalem, danse d’allégresse, / voyant le Christ ton Roi / sortir du tombeau, comme de la chambre un époux.

3. Périssent les impies en face de Dieu, / mais les justes jubilent devant lui!

Les porteuses de parfum, / venues de bon matin / au sépulcre de la Source de vie, / trouvèrent un Ange assis / sur la pierre du tombeau, / et cet Ange leur parla ainsi: / Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui vit, / pourquoi pleurez-vous sur la tombe du Seigneur immortel? / Allez informer ses Disciples de la Résurrection.

4. Voici le jour que fit le Seigneur, / exultons d’allégresse et de joie.

Pâque de toute beauté, / Pâque, divine Pâque, / Pâque vénérable se levant sur nous, / Pâque, joyeusement l’un l’autre embrassons-nous. / Ô Pâque, rédemption de nos peines, / car, en ce jour, du tombeau / comme au sortir de la chambre nuptiale / resplendissant s’est levé / le Christ, comblant de joie les myrophores en leur disant: / Informez les Apôtres de ma Résurrection!

Gloire au Père... Maintenant...

C’est le jour de la Résurrection, / en cette fête rayonnons, / l’un l’autre embrassons-nous; / du nom de frères appelons même nos ennemis, / pardonnons à cause de la Résurrection / afin de pouvoir chanter: / Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort, / il nous délivre du tombeau pour nous donner la vie.

Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort, / il nous délivre du tombeau / pour nous donner la vie. (3 fois)


Homélie de notre Père parmi les saints, Jean Chrysostome, archevêque de Constantinople, pour le jour saint et lumineux de la glorieuse et salvifique Résurrection du Christ notre Dieu.

Que tout homme pieux et ami de Dieu jouisse de cette belle et lumineuse solennité! Que tout serviteur fidèle entre joyeux dans la joie de son Seigneur! Que celui qui s’est donné la peine de jeûner reçoive maintenant le denier qui lui revient! Que celui qui a travaillé dès la première heure reçoive à présent son juste salaire! Si quelqu’un est venu après la troisième heure, qu’il célèbre cette fête dans l’action de grâces! Si quelqu’un a tardé jusqu’à la sixième heure, qu’il n’ait aucune hésitation, car il ne perdra rien! S’il en est un qui a différé jusqu’à la neuvième heure, qu’il approche sans hésiter! S’il en est un qui a traîné jusqu’à la onzième heure, qu’il n’ait pas honte de sa tiédeur, car le Maître est généreux, il reçoit le dernier aussi bien que le premier. I1 admet au repos celui de la onzième heure comme l’ouvrier de la première heure. Du dernier il a pitié et il prend soin du premier. À celui-ci il donne; à l’autre il fait grâce. Il agrée les œuvres et reçoit avec tendresse la bonne volonté. Il honore l’action et loue le bon propos. Ainsi donc, entrez tous dans la joie de votre Seigneur et, les premiers comme les seconds, vous recevrez la récompense. Riches et pauvres, mêlez-vous, abstinents et paresseux, pour célébrer ce jour. Que vous ayez jeûné ou non, réjouissez-vous aujourd’hui. La table est préparée, goûtez-en tous; le veau gras est servi, que nul ne s’en retourne à jeun. Goûtez tous au banquet de la foi, au trésor de la bonté. Que nul ne déplore sa pauvreté, car le Royaume est apparu pour tous. Que nul ne se lamente sur ses fautes, car le pardon a jailli du tombeau. Que nul ne craigne la mort, car celle du Sauveur nous en a délivrés: il l’a fait disparaître après l’avoir subie. Il a dépouillé l’Enfer, celui qui aux Enfers est descendu. Il l’a rempli d’amertume pour avoir goûté de sa chair. Et cela, Isaïe l’avait prédit: l’Enfer, dit-il, fut irrité lorsque sous terre il t’a rencontré; irrité, parce que détruit; irrité, parce que tourné en ridicule; irrité, parce qu’enchaîné; irrité, parce que réduit à la mort; irrité, parce qu’anéanti. Il avait pris un corps et s’est trouvé devant un Dieu; ayant pris de la terre, il rencontra le ciel; ayant pris ce qu’il voyait, il est tombé à cause de ce qu’il ne voyait pas. Ô Mort, où est ton aiguillon? Enfer, où est ta victoire? Le Christ est ressuscité, et toi-même es terrassé. Le Christ est ressuscité, et les démons sont tombés. Le Christ est ressuscité, et les Anges sont dans la joie. Le Christ est ressuscité, et voici que règne la vie. Le Christ est ressuscité, et il n’est plus de mort au tombeau. Car le Christ est ressuscité des morts, prémices de ceux qui se sont endormis. À lui gloire et puissance dans les siècles des siècles. Amen.


Tropaire du Saint, ton 8
Resplendissante de clarté, / la grâce de ta bouche a brillé sur l’univers, / révélant au monde des trésors où l’avarice n’a point de part, / et nous montrant la grandeur de l’humilité. / Père saint dont la parole nous instruit, / Jean Chrysostome, intercède auprès du Verbe, le Christ notre Dieu, / pour le salut de nos âmes.


Litanie triple, conclue par l’ecphonèse: Car tu es un Dieu de miséricorde, plein d’amour pour les hommes, et nous te rendons gloire, Père, Fils et saint Esprit, maintenant...


Litanie de demandes, conclue par l’ecphonèse: Car tu es un Dieu de miséricorde, plein de tendresse et d’amour pour les hommes, et nous te rendons gloire, Père, Fils et saint Esprit, maintenant. ..

Prière sur les fidèles inclinés, conclue par l’ecphonèse: Car il t’appartient de nous faire miséricorde et de nous sauver, ô notre Dieu, et nous te rendons gloire, Père, Fils et saint Esprit, maintenant.. .

Ch. Amen.
D. Sagesse!
Ch: Bénis. Le Prêtre: Que vous bénisse celui qui est béni, le Christ notre Dieu, en tout temps, maintenant...
Ch. Amen. Affermis, Seigneur, la sainte foi des chrétiens fidèles et orthodoxes pour les siècles des siècles.

Le Prêtre chante:
Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort,
Le Chœur achève:
Il nous délivre du tombeau / pour nous donner la vie.

Le Prêtre dit le Congé: Que celui qui est ressuscité des morts et par sa mort a triomphé de la mort, nous délivrant du tombeau pour nous donner la vie, le Christ notre vrai Dieu, par l’intercession de sa Mère toute-pure et de tous les Saints, ait pitié de nous et nous sauve, lui qui est bon et qui aime les hommes.

Et il dit par 3 fois: Le Christ est ressuscité! On répond, chaque fois: Il est vraiment ressuscité!

Le Chœur chante 3 fois le tropaire pascal: Le Christ est ressuscité des morts et, là où c’est l’usage, il ajoute:
Il nous a donné l’éternelle vie, / adorons sa Résurrection le troisième jour.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Message par Monique » mer. 12 mars 2008 12:36

SAINT ET GRAND DIMANCHE DE PÂQUES

HEURE PASCALE


Le Prêtre dit: Béni soit notre Dieu. Le Chœur: Amen, et l’on chante 3 fois le tropaire pascal:
Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort, / il nous délivre du tombeau / pour nous donner la vie.

ton 6
Ayant contemplé la Résurrection du Christ, / prosternons-nous devant notre saint Seigneur Jésus: / il est le seul sans péché. / Ô Christ, nous nous prosternons devant ta Croix / et nous chantons et glorifions ta sainte Résurrection, / car tu es notre Dieu, / nous n’en connaissons nul autre que toi: / ton nom, nous le proclamons; venez, tous les fidèles, / prosternons-nous devant la sainte Résurrection du Christ; / voici que par la croix la joie a pénétré le monde entier; / sans cesse louons le Seigneur / et chantons sa Résurrection, / car en souffrant pour nous sur la croix / il a détruit la mort par sa mort. (3 fois)


Hypakoï, ton 4
Devançant l’aurore et trouvant la pierre roulée près du tombeau, / Marie et ses compagnes entendirent l’Ange qui leur demandait: / Pourquoi cherchez-vous parmi les morts / celui qui vit dans l’éternelle clarté? / voici les bandelettes: allez vite annoncer à tous / que le Seigneur s’est levé, triomphant de la mort, / car il est le Fils de Dieu qui sauve le genre humain.


Kondakion, ton 8
Lorsque tu gisais dans le tombeau, Seigneur immortel, / tu as brisé la puissance de l’Enfer, / et tu es ressuscité victorieusement, ô Christ notre Dieu, / ordonnant aux Myrophores de se réjouir, / visitant tes Apôtres et leur donnant la paix, / toi qui nous sauves en nous accordant la résurrection.


Tropaires, ton 4
Au tombeau avec ton corps, / aux Enfers avec ton âme, comme Dieu, / au Paradis avec le bon Larron, / tu siégeais sur le trône avec le Père et l’Esprit, / Christ partout présent et remplissant l’univers.
Gloire au Père...
Plus précieux que le Paradis, en vérité, / plus brillant que toute demeure de roi, / ô Christ, nous est apparu / ton sépulcre vivifiant: / il est la source de notre résurrection.
Maintenant. ..
Réjouis-toi, demeure sanctifiée, / divin tabernacle du Très-Haut; / Mère de Dieu, c’est par toi / que nous est donnée la joie, et nous crions: / tu es bénie entre les femmes, Souveraine immaculée.

On chante également ce qui suit:
Kyrie eleison (40 fois). Gloire au Père... Maintenant...
Plus vénérable que les Chérubins et plus glorieuse que les Séraphins, ô Vierge qui as enfanté le Verbe de Dieu, tu es vraiment la Mère de Dieu, nous te magnifions.
Au nom du Seigneur, Père, bénis
P. Par les prières de nos saints Pères, Seigneur Jésus Christ notre Dieu, aie pitié de nous. Ch. Amen et le tropaire pascal, 3 fois, puis Gloire... Maintenant... Kyrie eleison (3 fois). Père, bénissez.

Congé: Que celui qui est ressuscité des morts, le Christ notre

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Message par Monique » mer. 12 mars 2008 13:51

SAINT ET GRAND DIMANCHE DE PÂQUES

À LA LITURGIE


Le Diacre: Bénis, Seigneur.
Le Prêtre:
Béni soit le règne du Père, du Fils et du saint Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.
Le Chœur: Amen.

Le Prêtre chante 3 fois:
Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort, / il nous délivre du tombeau / pour nous donner la vie.

Ce tropaire est chanté trois fois par le Chœur, qui le répète une fois après chacun des versets suivants:

1. Que Dieu se lève et que ses ennemis se dispersent, / que ses adversaires fuient devant sa face!
2. Comme se dissipe la fumée ils se dispersent, / comme fond la cire en face du feu!
3. Périssent les impies en face de Dieu, / mais les justes jubilent devant lui!
4. Voici le jour que fit le Seigneur, / exultons d’allégresse et de joie.
Gloire au Père et au Fils / et au saint Esprit.
Maintenant et toujours, / et dans les siècles des siècles. Amen.

Le Prêtre chante à nouveau:
Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort,
Le Chœur achève:
Il nous délivre du tombeau / pour nous donner la vie.

Le Diacre dit la litanie: En paix prions le Seigneur. Après l’ecphonèse du Prêtre, le Chœur chante cette première antienne.

Acclamez Dieu, tous les habitants de la terre, / chantez à la gloire de son nom, / rendez-lui honneur et louange.

Refrain: Par les prières de la Mère de Dieu, sauve-nous, Dieu Sauveur.

Dites à Dieu: Que tes œuvres sont admirables, / si grande est ta puissance que tes ennemis te glorifient.

Toute la terre se prosterne devant toi et chante pour toi, / qu’elle chante pour ton nom, Dieu très-haut!

Gloire au Père..; Maintenant...

Petite litanie.
Après l’ecphonèse, le Chœur chante la deuxième antienne.

Que Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse, / faisant luire sur nous sa face et qu’il ait pitié de nous.

Refrain: Sauve-nous, ô Fils de Dieu, ressuscité d’entre les morts, nous te chantons: Alleluia.

Sur la terre on connaîtra tes voies, / parmi toutes les nations ton salut.
Que les peuples te rendent grâce, Seigneur, / que tous les peuples te rendent grâce.

Que vous bénisse notre Dieu, / que le craignent tous les confins de l’univers.

Gloire au Père... Maintenant...

Fils unique et Verbe de Dieu qui es immortel et qui, pour notre salut, as voulu t’incarner de la sainte Mère de Dieu et toujours-vierge Marie, qui sans changer t’es fait homme, as été crucifié, Christ Dieu, et par ta mort as triomphé de la mort, l’Un de la sainte Trinité, glorifié avec le Père et le saint Esprit, sauve-nous.

Petite litanie.

Après l’ecphonèse, le Chœur chante la troisième antienne.

Que Dieu se lève et que ses ennemis se dispersent, / que ses adversaires fuient devant sa face!

Refrain: Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort, / il nous délivre du tombeau / pour nous donner la vie.

Périssent les impies en face de Dieu, / mais les justes jubilent devant lui!
Voici le jour que fit le Seigneur, / exultons d’allégresse et de joie.

Gloire au Père... Maintenant...

Entrée avec l’évangéliaire. l
e Diacre: Sagesse, tenons-nous debout!
S’il n’est dit par le Diacre, les officiants ou les choristes chantent l’isodikon:
Dans vos assemblées bénissez le Seigneur Dieu de la source d’Israël. Là où c’est l’usage, on ajoute: Sauve-nous, ô Fils de Dieu, ressuscité d’entre les morts, nous te chantons: Alleluia.

On chante le tropaire, l’hypakoï et le kondakion:
Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort, / il nous délivre du tombeau / pour nous donner la vie.

ton 4
Devançant l’aurore et trouvant la pierre roulée près du tombeau, / Marie et ses compagnes entendirent l’Ange qui leur demandait: / Pourquoi cherchez-vous parmi les morts / celui qui vit dans l’éternelle clarté? / voici les bandelettes: allez vite annoncer à tous / que le Seigneur s’est levé, triomphant de la mort, / car il est le Fils de Dieu qui sauve le genre humain.

Gloire au Père... Maintenant, ton 8
Lorsque tu gisais dans le tombeau, Seigneur immortel, / tu as brisé la puissance de l’Enfer, / et tu es ressuscité victorieusement, ô Christ notre Dieu, / ordonnant aux Myrophores de se réjouir, / visitant tes Apôtres et leur donnant la paix, / toi qui nous sauves en nous accordant la résurrection.

À la place du Trisagion, on chante:
Vous tous qui dans le Christ avez été baptisés, / vous avez revêtu le Christ. Alleluia.

Prokiménon, ton 8: Voici le jour que fit le Seigneur, / exultons d’allégresse et de joie. Verset: Rendez grâce au Seigneur, car il est bon, car éternel est son amour.


Lecture des Actes des Apôtres
(1, 1-8)
Mon premier livre, Théophile, je l’ai consacré à tout ce que Jésus s’est mis à faire et enseigner jusqu’au jour où, dans l’Esprit saint, ayant donné ses instructions aux apôtres qu’il avait choisis, il fut enlevé au ciel. C’est à eux qu’après sa passion il s’est montré vivant: il leur en donna maintes preuves pendant quarante jours, leur apparaissant et leur parlant du royaume de Dieu. Au cours d’un repas qu’il prenait avec eux, il leur enjoignit de ne pas quitter Jérusalem, mais d’y attendre ce que le Père avait promis, “ce que, dit-il, vous m’avez entendu vous dire: que Jean a baptisé avec de l’eau, mais vous, c’est dans l’Esprit saint que vous serez baptisés, sous peu de jours.” Étant donc réunis, ils lui demandaient: Seigneur, est-ce maintenant que tu vas rétablir le royaume d’Israël? Il leur répondit: Ce n’est pas à vous de connaître les temps et les moments que le Père a fixés, en son pouvoir souverain. Mais vous allez recevoir une force, par la descente sur vous de l’Esprit saint, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, jusqu’aux bouts de la terre.


Alleluia, ton 4.
Versets: 1. Tu te lèveras, lu auras pitié de Sion. 2. Du ciel le Seigneur regarde la terre.


Lecture de l’Évangile selon saint Jean
(1, 1-17)
Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement auprès de Dieu. Par lui furent créées toutes choses, et rien de ce qui existe n’a été fait sans lui. En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes. Et la lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas saisie.
Il y eut un homme envoyé de Dieu, son nom était Jean; il vint comme témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui. Il n’était pas la lumière, mais le témoin de la lumière. La vraie lumière était celle qui, venant dans le monde, éclaire tout homme. Il était dans le monde, et le monde fut fait par lui, et le monde ne l’a pas connu. Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas reçu. Mais à tous ceux qui l’ont reçu il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, à ceux qui croient en son nom, et que ni le sang, ni le vouloir de la chair, ni le vouloir de l’homme, mais que Dieu a engendrés.
Et le Verbe s’est fait chair, il a demeuré parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient du Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. Jean lui rend témoignage et proclame: Voici celui dont j’ai dit: celui qui vient après moi est passé devant moi, parce qu’avant moi il était! De sa plénitude nous avons tous reçu, et grâce pour grâce. Car la Loi fut donnée par Moïse, la grâce et la vérité nous sont venues par Jésus Christ.


Là où c’est l’usage, cet évangile est lu en plusieurs langues.

Suit la divine Liturgie de saint Jean Chrysostome.
À la place de Il est digne, on chante ce mégalynaire (fin de l’ode 9 du canon de matines):

L’Ange du Seigneur dit à la Vierge pleine de grâce: / Vierge sainte, réjouis-toi; / ne pleure plus, réjouis-toi, / car ton Fils est ressuscité / du tombeau, le troisième jour. / Peuples, réjouissez-vous! / Resplendis de lumière, / nouvelle Jérusalem, / car la gloire du Seigneur / a brillé sur toi. / Exulte et danse de joie, fille de Sion; / réjouis-toi aussi, sainte Mère de Dieu, / en ce jour où ressuscite ton Fils.


Chant de communion: Recevez le corps du Christ, goûtez à la source éternelle. Alleluia.

Après l’invitation à la communion (Approchez avec foi, amour et crainte de Dieu), là où l’on chante d’ordinaire: Béni soit celui qui vient, on chante le tropaire pascal, 1 fois: Le Christ est ressuscité des morts...

De même, après la communion, on ne chante pas: Nous avons vu la lumière véritable, mais à nouveau le tropaire pascal, 1 fois: Le Christ est ressuscité des morts...

Après la prière de derrière l’ambon, on ne chante pas: Que le nom du Seigneur soit béni, etc., mais trois fois le tropaire pascal,: Le Christ est ressuscité des morts

Le Prêtre dit ensuite: Que la bénédiction du Seigneur descende sur vous, en sa grâce divine et son amour pour les hommes, en tout temps, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

Le Chœur: Amen.

Le Prêtre chante: Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort

Le Chœur achève: Il nous délivre du tombeau / pour nous donner la vie.

Le Prêtre dit aussitôt le Congé:
Que celui qui est ressuscité des morts et par sa mort a triomphé de la mort, nous délivrant du tombeau pour nous donner la vie, le Christ notre vrai Dieu, par l’intercession de sa Mère toute pure et immaculée, de notre Père parmi les saints, Jean Chrysostome, archevêque de Constantinople, et de tous les Saints, ait pitié de nous et nous sauve, lui qui est bon et qui aime les hommes.

Ch. Amen.

Le Prêtre dit par trois fois: Le Christ est ressuscité! et les fidèles répondent, chaque fois: Il est vraiment ressuscité!
Le Chœur chante le tropaire pascal aussi longtemps que durent la vénération de la croix et la distribution de l’antidoron.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Message par Monique » mer. 12 mars 2008 14:11

SAINT ET GRAND DIMANCHE DE PÂQUES

À VÊPRES

Le Prêtre dit: Béni soit notre Dieu, en tout temps, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

Le Chœur répond: Amen,

puis le Prêtre chante 3 fois le tropaire de Pâques (ton 5):
Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort, / il nous délivre du tombeau / pour nous donner la vie.

Ce tropaire est chanté trois fois par le Chœur, qui le répète une fois après chacun des versets suivants:
1. Que Dieu se lève et que ses ennemis se dispersent, / que ses adversaires fuient devant sa face!
2. Comme se dissipe la fumée ils se dispersent, / comme fond la cire en face du feu!
3. Périssent les impies en face de Dieu, / mais les justes jubilent devant lui!
4. Voici le jour que fit le Seigneur, / exultons d’allégresse et de joie.
Gloire au Père et au Fils / et au saint Esprit.
Maintenant et toujours, / et dans les siècles des siècles. Amen.


Le Prêtre chante à nouveau:
Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort,
Le Chœur achève:
Il nous délivre du tombeau / pour nous donner la vie.

Pendant qu’il encense les fidèles, le Prêtre dit, par trois fois: Le Christ est ressuscité! et les fidèles répondent, par trois fois: Il est vraiment ressuscité!

Le Prêtre chante à nouveau: Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort,
Le Chœur achève: I1 nous délivre du tombeau / pour nous donner la vie.

Le Diacre dit la litanie: En paix prions le Seigneur.

Après l’ecphonèse du Prêtre, le Chœur répond Amen et chante le Lucernaire.

Lucernaire, ton 2
Seigneur, je crie vers toi, exauce-moi. Exauce-moi, Seigneur. Seigneur, je crie vers toi, exauce-moi. Entends le cri de ma prière, lorsque je crie vers toi. Exauce-moi, Seigneur.
Que ma prière s’élève comme l’encens devant toi; l’élévation de mes mains soit un sacrifice du soir. Exauce-moi, Seigneur.
Pose, Seigneur, une garde sur ma bouche, / sur mes lèvres, une porte de sûreté.
N’incline pas mon cœur aux paroles perverses / ni aux œuvres impies en compagnie des malfaisants.
Ne permets pas que je prenne part / aux voluptés des pécheurs.
Puisse le juste en sa bonté me reprendre, / mais que l’huile des pécheurs jamais ne parfume ma tête!
Car ma prière s’oppose sans cesse à leurs désirs, / tandis que leurs princes sont culbutés dans l’abîme.
Qu’ils savourent la douceur de mes paroles: / leurs os seront dispersés aux enfers comme l’argile se brise contre le sol.
Seigneur mon Dieu, vers toi se tournent mes yeux, / en toi j’ai mis mon espoir, ne m’abandonne pas.
Garde-moi des pièges qu’on me tend, / préserve-moi des embûches des méchants.
Que les pécheurs tombent dans leurs filets, / mais que je puisse y échapper toute ma vie!
Ma voix s’élève, je crie vers le Seigneur, / ma voix s’élève, j’implore le Seigneur.
Devant lui je répands ma supplication, / je lui expose ma détresse.
Alors même que chancelle mon esprit, / tu connais mes sentiers.
Sur la route où je marche, / ils m’ont tendu un piège.
Vers la droite j’ai porté mes regards: / il n’y avait personne qui me connût.
Tout refuge me fit défaut: / personne pour s’enquérir de mon âme.
Vers toi, Seigneur, j’ai crié, / j’ai dit: tu es mon espérance, ma part d’héritage sur la terre des vivants.
Sois attentif à ma prière, / car je suis au comble de la détresse.
Délivre-moi de ceux qui me poursuivent, / car ils sont plus forts que moi.
Tire mon âme de prison, / que je rende grâce à ton nom!
Les justes feront cercle autour de moi, / lorsque tu me rendras ta faveur.
Du fond de l’abîme je crie vers toi, Seigneur, / Seigneur, écoute mon appel.
Que ton oreille se fasse attentive / au cri de ma prière!
Si tu tiens compte de nos fautes, Seigneur, Seigneur, qui donc subsistera? / Mais près de toi se trouve le pardon.

Celui qui est né du Père avant les siècles, / le Verbe de Dieu, / qui a pris chair de la Vierge Marie, / venez, adorons-le, / car il a souffert la croix et le tombeau, / selon son bon vouloir, / et il est ressuscité des morts, / pour sauver ceux qui étaient perdus.

À cause de ton nom, Seigneur, j’ai mis en toi mon espoir; / mon âme espère en ta parole, mon âme compte sur le Seigneur.

Le Christ notre Sauveur / a cloué sur la croix la cédule écrite contre nous, / pour effacer notre condamnation / et briser la force de la mort: / adorons sa Résurrection le troisième jour.

Depuis la garde du matin jusqu’à la nuit, / depuis la garde du matin, qu’Israël espère le Seigneur!

Avec les Archanges chantons / la Résurrection du Christ, / sauveur et libérateur de nos âmes, / qui reviendra dans la gloire / avec force et puissance, / pour juger le monde qu’il a créé.

Car le Seigneur est une source de grâce, un trésor de rédemption: / c’est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

Après la croix et le tombeau, / un Ange proclame ta seigneurie, / disant aux saintes femmes: / Venez et voyez l’endroit où gisait le Seigneur; / selon sa parole, il est ressuscité, / le Seigneur tout-puissant. / Ô Christ, source de vie, / qui seul possèdes l’immortalité, / prends pitié de nous qui nous prosternons devant toi.

Louez le Seigneur, tous les peuples, / fêtez-le, toutes les nations.

Par ta croix tu as aboli / la malédiction méritée sous l’arbre défendu, / par ta sépulture tu as détruit la force de la mort / et par ta Résurrection / tu as illuminé le genre humain; / aussi nous te chantons: / Christ, notre bienfaiteur et notre Dieu, gloire à toi.

Car sa miséricorde sur nous s’est affermie, / la fidélité du Seigneur demeure pour toujours.

Devant toi, Seigneur, / les portes de la mort s’ouvrirent en tremblant, / à ta vue, les gardiens de l’Enfer furent saisis de frayeur; / car tu as abattu les portes d’airain / et brisé tous les verrous / afin de nous tirer des ténèbres et de l’ombre de la mort / et de rompre les liens qui nous tenaient enchaînés.

Gloire au Père...

Chantant l’hymne du salut, / venez, tous les fidèles, prosternons-nous / dans la maison du Seigneur en disant: / Ô Crucifié sur le bois / et ressuscité d’entre les morts, / toi qui es assis à la droite du Père, efface nos péchés.

Maintenant...

L’ombre de la Loi s’évanouit devant la grâce / et, comme brûlait le buisson ardent sans être consumé, / ô Vierge, tu as enfanté / et vierge tu es demeurée; / le Soleil de justice s’est levé / au lieu de la colonne de feu, / à la place de Moise / voici le Christ, le Sauveur de nos âmes.


Entrée avec l’évangéliaire. Lumière joyeuse, et grand prokiménon.

Prokiménon, ton 7: Quel Dieu est grand comme notre Dieu? / Tu es le Dieu qui fait des merveilles.
Versets: 1. Parmi les peuples tu as manifesté ta puissance.
2. Je me souviens des œuvres du Seigneur, je me souviens d’autrefois, de tes merveilles.
3. Je contemple toutes tes œuvres et sur tes hauts faits je médite.


D. Et pour qu’il nous soit donné d’écouter dignement le saint Évangile, prions le Seigneur notre Dieu.
Ch. Kyrie eleison (3 fois). D. Sagesse, debout, écoutons le saint Évangile. P. Paix à tous. Ch. Et à ton esprit.
Le Prêtre lit l’évangile.
Le Chœur:
Gloire à toi, Seigneur, gloire à toi.

Lecture de l’Évangile selon saint Jean
(20, 19-25)
Le soir de ce même jour, le premier de la semaine, toutes portes étant closes par crainte des Juifs, Jésus vint là où se trouvaient les disciples, il se tint au milieu d’eux et leur dit: La paix soit avec vous! Ce disant, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie à la vue du Seigneur.
Il leur dit encore une fois: La paix soit avec vous! Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie. Puis il souffla sur eux et leur dit: Recevez le saint Esprit. Ceux à qui vous remettez les péchés, ils leur seront remis; ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus.
Thomas, l’un des Douze, appelé Didyme, n’était pas avec eux lorsque vint Jésus. Les disciples lui dirent: Nous avons vu le Seigneur! Il leur répondit: Si je ne vois à ses mains la marque des clous, si je ne mets le doigt dans la marque des clous, et si je ne mets la main dans son côté, je ne croirai pas!


Là où c’est l’usage, cet évangile est lu en plusieurs langues.

À la fin, le Chœur chante: Gloire à toi, Seigneur, gloire à toi.
Le Diacre dit la litanie ardente Disons tous.
Après l’ecphonèse du Prêtre, on lit ou chante (ton 8 de tropaire ou bien ton de stichère, celui du jour — ici le

ton 2
Daigne, Seigneur, en ce jour, nous garder sans péché. / Tu es béni, Seigneur, Dieu de nos Pères, / ton nom est loué et glorifié dans tous les siècles. Amen. / Vienne sur nous ta miséricorde, Seigneur, comme sur toi repose notre espoir. / Tu es béni, Seigneur, apprends-moi tes jugements. / Tu es béni, Maître, instruis-moi de tes préceptes. / Tu es béni, Dieu saint, éclaire-moi de tes sentences. / Seigneur, éternelle est ta miséricorde, ne méprise pas l’œuvre de tes mains. / À toi la louange, à toi nos cantiques, / à toi la gloire, Père, Fils et saint Esprit, / maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

Le Diacre dit la litanie de demandes Achevons notre prière vespérale. Après l’ecphonèse, Inclinons la tête devant le Seigneur. Ch. Devant toi, Seigneur. Après l’ecphonèse du Prêtre, le Chœur répond: Amen et chante l’apostiche du jour.


Apostiches, ton 2
Ta Résurrection, ô Christ Sauveur, / illumine tout l’univers, / en ta grâce tu rappelles ta propre création: / Seigneur tout-puissant, gloire à toi.
Stichères de Pâques, ton 5

1. Que Dieu se lève / et que ses ennemis se dispersent!

Pâque, ta sainteté se révèle en ce jour à nos yeux: / Pâque nouvelle et sacrée, / Pâque mystique du Seigneur, / Pâque vénérable, / Pâque du Christ libérateur, / Pâque tout-immaculée, / Pâque à nulle autre pareille, / Pâque des fidèles, / Pâque nous ouvrant les portes du Paradis, / Pâque dont tout fidèle reçoit la sainteté.

2. Comme se dissipe la fumée ils se dispersent, / comme fond la cire en face du feu!

Venez, femmes annonciatrices de ce que vous avez perçu, / et dites à Sion: / Reçois de nous la joyeuse nouvelle / de la Résurrection du Christ; / exulte de joie, / Jérusalem, danse d’allégresse, / voyant le Christ ton Roi / sortir du tombeau, comme de la chambre un époux.

3. Périssent les impies en face de Dieu, / mais les justes jubilent devant lui!

Les porteuses de parfum, / venues de bon matin / au sépulcre de la Source de vie, / trouvèrent un Ange assis / sur la pierre du tombeau, / et cet Ange leur parla ainsi: / Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui vit, / pourquoi pleurez-vous sur la tombe du Seigneur immortel? / Allez informer ses Disciples de la Résurrection.

4. Voici le jour que fit le Seigneur, / exultons d’allégresse et de joie.

Pâque de toute beauté, / Pâque, divine Pâque, / Pâque vénérable se levant sur nous, / Pâque, joyeusement l’un l’autre embrassons-nous. / Ô Pâque, rédemption de nos peines, / car, en ce jour, du tombeau / comme au sortir de la chambre nuptiale / resplendissant s’est levé / le Christ, comblant de joie les myrophores en leur disant: / Informez les Apôtres de ma Résurrection!

Gloire au Père... Maintenant...

C’est le jour de la Résurrection, / en cette fête rayonnons, / l’un l’autre embrassons-nous; / du nom de frères appelons même nos ennemis, / pardonnons à cause de la Résurrection / afin de pouvoir chanter: / Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort, / il nous délivre du tombeau pour nous donner la vie.

Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort, / il nous délivre du tombeau / pour nous donner la vie. (3 fois)


Le Diacre dit: Sagesse!
Le Chœur: Bénis!
Le Prêtre: Que vous bénisse celui qui est béni, le Christ notre Dieu, en tout temps..
Le Chœur: Amen. Affermis, Seigneur, la sainte foi des chrétiens fidèles et orthodoxes pour les siècles des siècles
Le Prêtre chante: Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort,
Le Chœur achève: Il nous délivre du tombeau / pour nous donner la vie.
Le Prêtre dit le Congé:
Que celui qui est ressuscité des morts et par sa mort a triomphé de la mort, nous délivrant du tombeau pour nous donner la vie, le Christ notre vrai Dieu, par l’intercession de sa Mère toute-pure et de tous les Saints, ait pitié de nous et nous sauve, lui qui est bon et qui aime les hommes.

Ch. Amen.

Le Prêtre dit par trois fois: Le Christ est ressuscité! et les fidèles répondent, chaque fois: Il est vraiment ressuscité!

Puis les fidèles s’approchent du Prêtre pour baiser la croix. Le Chœur chante le tropaire pascal aussi longtemps que dure la vénération de la croix.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Message par Monique » mer. 12 mars 2008 14:56

SEMAINE DU RENOUVEAU

LE LUNDI DE PÂQUES

À MATINES

Le Prêtre dit:
Gloire à la sainte, consubstantielle, vivifiante et indivisible Trinité, en tout temps, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.
Le Chœur répond: Amen.

Puis le Prêtre chante 3 fois le tropaire de Pâques (ton 5):
Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort, / il nous délivre du tombeau / pour nous donner la vie.

Ce tropaire est chanté trois fois par le Chœur, qui le répète une fois après chacun des versets suivants:
1. Que Dieu se lève et que ses ennemis se dispersent, / que ses adversaires fuient devant sa face!
2. Comme se dissipe la fumée ils se dispersent, / comme fond la cire en face du feu!
3. Périssent les impies en face de Dieu, / mais les justes jubilent devant lui!
4. Voici le jour que fit le Seigneur, / exultons d’allégresse et de joie.
Gloire au Père et au Fils / et au saint Esprit.
Maintenant et toujours, / et dans les siècles des siècles. Amen.


Le Prêtre chante à nouveau:
Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort,
Le Chœur achève:
il nous délivre du tombeau / pour nous donner la vie.

Après le tropaire, ou après la grande litanie, on ouvre les portes: la procession pénètre dans l’église étincelante de lumière. La grande litanie de paix est conclue par l’ecphonèse:
Car à toi revient toute gloire, tout honneur et toute adoration, Père, Fils et saint Esprit, maintenant...
Ch. Amen.


Puis on chante le canon pascal.
Ode 1, ton 1
Hirmos : Jour de la Résurrection! / Peuples, rayonnons de joie: / c’est la Pâque, la Pâque du Seigneur! / De la mort à la vie, / de la terre jusqu’au ciel / le Christ notre Dieu nous conduit: / chantons la victoire du Seigneur.

Refrain: Le Christ est ressuscité des morts.

Purifions nos sentiments / et nous verrons le Christ / resplendissant de l’inaccessible clarté / de sa Résurrection; / et nous l’entendrons crier: / Réjouissez-vous / en chantant la victoire du Seigneur.

Le Christ est ressuscité des morts.

Le ciel se réjouisse comme il convient / et la terre soit avec lui dans la joie, / qu’à cette fête prenne part / l’univers tout entier, / le monde visible et l’immatériel, / car il est ressuscité, / le Christ, notre allégresse sans fin.

Le Christ est ressuscité des morts.

Jour de la Résurrection! / Peuples, rayonnons de joie: / c’est la Pâque, la Pâque du Seigneur! / De la mort à la vie, / de la terre jusqu’au ciel / le Christ notre Dieu nous conduit: / chantons la victoire du Seigneur.
Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort, / il nous délivre du tombeau / pour nous donner la vie. (3 fois)


Ode 3
Hirmos : Venez, buvons tous au flot nouveau / de la source d’immortalité / merveilleusement jaillie / non plus du rocher dans le désert, / mais sur le tombeau du Christ, / notre force et notre joie.

Le Christ est ressuscité des morts.

De lumière, maintenant, / est rempli tout l’univers / au ciel, sur terre et aux enfers; / que désormais toute la création / célèbre la Résurrection du Christ, / notre force et notre joie!

Le Christ est ressuscité des morts.

Hier, avec toi, ô Christ, j’étais enseveli, / avec toi je me réveille aujour d’hui, / prenant part à ta Résurrection; / après les souffrances de ta cru cifixion, / accorde-moi de partager, Sauveur, / la gloire du royaume des cieux.

Le Christ est ressuscité des morts.

Venez, buvons tous au flot nouveau / de la source d’immortalité / merveilleusement jaillie / non plus du rocher dans le désert, / mais sur le tombeau du Christ, / notre force et notre joie.

Tropaire: Le Christ est ressuscité des morts... (3 fois).


Petite litanie, conclue par l’ecphonèse: Car tu es notre Dieu, et nous te rendons gloire, Père, Fils et saint Esprit, maintenant...


Hypakoï, ton 4
Devançant l’aurore et trouvant la pierre roulée près du tombeau, / Marie et ses compagnes entendirent l’Ange qui leur demandait: / Pourquoi cherchez-vous parmi les morts / celui qui vit dans l’éternelle clarté? / voici les bandelettes: allez vite annoncer à tous / que le Seigneur s’est levé, triomphant de la mort, / car il est le Fils de Dieu qui sauve le genre humain.


Ode 4
Hirmos : En cette sainte nuit où nous veillons, / que le Prophète inspiré par Dieu / se tienne parmi nous / et qu’il nous montre l’Ange resplendissant / annonçant joyeusement: / Aujourd’hui, c’est le salut du monde, / car il est ressuscité, / le Christ, notre Dieu tout-puissant.

Le Christ est ressuscité des morts.

Enfant mâle premier-né / franchissant le sein virginal, / ainsi parut le Christ; / il est l’Agneau que nous mangeons, / notre Pâque immaculée , / n’ayant pas connu la souillure du péché; / il est aussi le sacrifice parfait, / puisqu’il est Dieu en vérité.

Le Christ est ressuscité des morts.

Le Christ, notre Pâque d’expiation, / notre couronne de bénédiction, / selon son bon vouloir, / comme un agneau de sacrifice s’est offert / pour le salut de tous; / et de la tombe il s’est levé, / Soleil de justice faisant briller sur nous / la splendeur de sa clarté.

Le Christ est ressuscité des morts.

David, l’ancêtre de Dieu, dansa joyeusement / devant l’arche où le mystère était préfiguré; / et nous qui sommes à présent / le nouveau peuple saint de Dieu, / voyant le symbole réalisé, / réjouissons-nous divinement, / car il est ressuscité, / le Christ, notre Dieu tout-puissant.

Le Christ est ressuscité des morts.

En cette sainte nuit où nous veillons, / que le Prophète inspiré par Dieu / se tienne parmi nous / et qu’il nous montre l’Ange resplendissant / annonçant joyeusement: / Aujourd’hui, c’est le salut du monde, / car il est ressuscité, / le Christ, notre Dieu tout-puissant.

Tropaire Le Christ est ressuscité des morts... (3 fois).


Petite litanie, conclue par l’ecphonèse: Car tu es un Dieu de bonté, plein d’amour pour les hommes, et nous te rendons gloire, Père, Fils et saint Esprit, maintenant...


Ode 5
Hirmos : Devançons le point du jour / pour offrir au Seigneur, / au lieu de myrrhe, l’hommage de nos chants, / et nous verrons le Christ se lever, / Soleil de justice qui nous donne à tous / la lumière et la vie.

Le Christ est ressuscité des morts.

De ton amour infini / furent témoins ceux que l’Enfer / en ses chaînes retenait captifs; / vers ta lumière, ô Christ, / ils allaient d’un pas joyeux, / célébrant la Pâque dans l’éternité.

Le Christ est ressuscité des morts.

Tenant nos lampes allumées, / comme au-devant de l’Époux, / allons à la rencontre du Christ ressuscité, / et tous ensemble célébrons / en festive procession / la divine Pâque où nous trouvons le salut.

Le Christ est ressuscité des morts.

Devançons le point du jour / pour offrir au Seigneur, / au lieu de myrrhe, l’hommage de nos chants, / et nous verrons le Christ se lever, / Soleil de justice qui nous donne à tous / la lumière et la vie.

Tropaire: Le Christ est ressuscité des morts... (3 fois).


Petite litanie, conclue par l’ecphonèse: Car la gloire et la sainteté sont l’apanage de ton nom sublime et plein de majesté, Père, Fils et saint Esprit, maintenant...


Ode 6
Hirmos : Au plus profond de la terre tu es descendu, / tu as brisé les éternels verrous / qui nous tenaient captifs, / et le troisième jour, comme Jonas du poisson, / ô Christ, tu es sorti du tombeau.

Le Christ est ressuscité des morts.

Sans briser les scellés, / ô Christ, tu t’es levé du tombeau, / toi qui de la Vierge étais sorti / sans briser le sceau de sa virginité, / et tu nous as rouvert / les portes du Paradis.

Le Christ est ressuscité des morts.

Hostie vivante, Dieu sauveur, / qui toi-même t’es offert / à ton Père de plein gré, / ressuscitant du tombeau, / tu ressuscites avec toi tout le genre humain.

Le Christ est ressuscité des morts.

Au plus profond de la terre tu es descendu, / tu as brisé les éternels verrous / qui nous tenaient captifs, / et le troisième jour, comme Jonas du poisson, / ô Christ, tu es sorti du tombeau.

Tropaire Le Christ est ressuscité des morts... (3 fois).


Petite litanie, conclue par l’ecphonèse: Car tu es le Roi de la paix et le Sauveur de nos âmes, et nous te rendons gloire, Père, Fils et saint Esprit, maintenant...


Kondakion, ton 8
Lorsque tu gisais dans le tombeau, Seigneur immortel, / tu as brisé la puissance de l’Enfer, / et tu es ressuscité victorieusement, ô Christ notre Dieu, / ordonnant aux Myrophores de se réjouir, / visitant tes Apôtres et leur donnant la paix, / toi qui nous sauves en nous accordant la résurrection.

Ikos
C’est le Soleil antérieur au soleil, / jadis descendu au tombeau, / que les Myrophores cherchaient comme le jour, / avant l’aurore se hâtant et l’une à l’autre se disant: / Ô mes chères amies, / allons embaumer le corps vivifiant / de celui qui, au sépulcre enseveli, / après sa chute relève Adam; / allons, hâtons-nous et comme les Mages nous prosternant, / offrons la myrrhe en hommage à celui / qui n’est plus de langes, mais d’un suaire enveloppé; / et dans les larmes crions-lui: / Lève-toi, Seigneur, / toi qui nous sauves en nous accordant la résurrection.


Après le Synaxaire du Ménée:
ton 6
Ayant contemplé la Résurrection du Christ, / prosternons-nous devant notre saint Seigneur Jésus: / il est le seul sans péché. / Ô Christ, nous nous prosternons devant ta Croix / et nous chantons et glorifions ta sainte Résurrection, / car tu es notre Dieu, / nous n’en connaissons nul autre que toi: / ton nom, nous le proclamons; venez, tous les fidèles, / prosternons-nous devant la sainte Résurrection du Christ; / voici que par la croix la joie a pénétré le monde entier; / sans cesse louons le Seigneur / et chantons sa Résurrection, / car en souffrant pour nous sur la croix / il a détruit la mort par sa mort. (3 fois)

Ressuscité du tombeau / comme il l’avait prédit, / Jésus nous donne l’éternelle vie / et la grâce du salut. (3 fois)


Ode 7
Hirmos : Celui qui de la fournaise libéra les Jeunes Gens / s’est fait homme et a souffert comme un mortel; / par sa Passion il revêt le genre humain / de la splendeur de l’immortalité, / car il est le Dieu de nos Pères, / à lui seul bénédiction et haute gloire.

Le Christ est ressuscité des morts.

Les femmes porteuses de parfum, / dans leur sagesse, ô Christ, accoururent jusqu’à toi: / celui que, dans leurs larmes, elles cherchaient parmi les morts, / c’est le Dieu vivant, qu’elles adorèrent dans la joie, / et de cette Pâque mystique / elles portèrent la nouvelle à tes Apôtres, Seigneur.

Le Christ est ressuscité des morts.

De la Mort célébrons la mise à mort, / de l’Enfer, la destruction, / le début de l’éternelle vie, / et chantons dans l’allégresse son auteur, / car il est le Dieu de nos Pères: / à lui seul bénédiction et haute gloire.

Le Christ est ressuscité des morts.

Qu’elle est sainte et belle, en vérité, / cette nuit de notre rédemption, / radieuse messagère du jour / rayonnant de la Résurrection, / où, sortant de tombe corporellement, / brilla sur le monde l’éternelle Clarté.

Le Christ est ressuscité des morts.

Celui qui de la fournaise libéra les Jeunes Gens / s’est fait homme et a souffert comme un mortel; / par sa Passion il revêt le genre humain / de la splendeur de l’immortalité, / car il est le Dieu de nos Pères, / à lui seul bénédiction et haute gloire.

Tropaire Le Christ est ressuscité des morts... (3 fois).


Petite litanie, conclue par l’ecphonèse: Que la majesté de ton règne soit bénie et glorifiée, Père, Fils et saint Esprit, maintenant...


Ode 8
Hirmos : Voici le jour parfaitement saint, / unique dans les semaines, seigneur et roi des jours, / la fête des fêtes, / la solennité des solennités; / en lui nous bénissons le Christ / dans les siècles.

Le Christ est ressuscité des morts.

De la vigne goûtons au fruit nouveau, / communions à la divine joie / en ce jour insigne de la Résurrection, / prenons part au Royaume du Christ, / le chantant comme Dieu / dans les siècles.

Le Christ est ressuscité des morts.

Sion, regarde tout à l’entour: / voici tes enfants qui viennent jusqu’à toi / de l’occident, de l’aquilon, / de la mer et de l’orient / comme des astres radieux / pour bénir en toi le Christ / dans les siècles.

Très-sainte Trinité, gloire à toi, ô notre Dieu.

Ô Père tout-puissant, / avec le Verbe et l’Esprit / formant de trois personnes l’unité, / Dieu suprême, en toi nous sommes baptisés / et nous te bénissons / dans tous les siècles.

Le Christ est ressuscité des morts.

Voici le jour parfaitement saint, / unique dans les semaines, seigneur et roi des jours, / la fête des fêtes, / la solennité des solennités; / en lui nous bénissons le Christ / dans les siècles.
Tropaire Le Christ est ressuscité des morts... (3 fois).


Petite litanie, conclue par l’ecphonèse: Car à ton nom convient la bénédiction comme à ton règne la gloire, Père, Fils et saint Esprit, maintenant...


Ode 9
Magnifie, ô mon âme, / celui qui est ressuscité / du tombeau le troisième jour, / le Christ qui donne la vie.

Resplendis de lumière, / nouvelle Jérusalem, / car la gloire du Seigneur / a brillé sur toi. / Exulte et danse de joie, fille de Sion; / réjouis-toi aussi, sainte Mère de Dieu, / en ce jour où ressuscite ton Fils.

Ô Christ, nouvelle Pâque, / victime vivante, / Agneau de Dieu / qui ôtes le péché du monde.

Ô charme divin, / ô douceur ineffable de ta voix, / car sans mensonge tu nous as promis, / ô Christ, d’être avec nous jusqu’à la fin des temps; / et nous, fidèles dont l’espoir / repose sur cette promesse, / nous exultons de joie.

Au sépulcre elle vint en courant, / Marie Madeleine, / et voyant le Christ, / l’interrogea comme le jardinier.

Ô Christ, notre grande Pâque de sainteté, / ô Sagesse des cieux, / Verbe et Puissance de Dieu, / donne-nous de communier avec toi / d’une façon plus réelle encor / au jour sans déclin / de ton Royaume.

L’Ange du Seigneur dit à la Vierge pleine de grâce: / Vierge sainte, réjouis-toi; / ne pleure plus, réjouis-toi, / car ton Fils est ressuscité / du tombeau, le troisième jour. / Peuples, réjouissez-vous!

Resplendis de lumière, / nouvelle Jérusalem, / car la gloire du Seigneur / a brillé sur toi. / Exulte et danse de joie, fille de Sion; / réjouis-toi aussi, sainte Mère de Dieu, / en ce jour où ressuscite ton Fils.

Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort, / il nous délivre du tombeau / pour nous donner la vie. (3 fois)


Petite litanie, conclue par l’ecphonèse: Car les puissances des cieux chantent ta louange, et nous te rendons gloire, Père, Fils et saint Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.


Exapostilaire, ton 2
Du sommeil où reposait ton corps, / ô mon Roi et mon Seigneur, / le troisième jour lu es ressuscité, / de la fosse faisant surgir Adam, / car tu as vaincu la mort, / Pâque où nous puisons l’immortelle vie, / Pâque où le monde trouve le salut. (3 fois)


Laudes, ton 2
Louez-le pour ses hauts faits, / louez-le pour sa suprême majesté.

Tout ce qui vit et respire et toute la création / te glorifie, Seigneur, / pour avoir détruit la mort par ta croix, / montrant au monde ta Résurrection d’entre les morts, / dans ton amour pour les hommes.

Louez-le par l’éclat du cor, / louez-le sur la harpe et la cithare.

Que disent les Pharisiens / comment les soldats ont perdu le roi qu’ils gardaient / et pourquoi la pierre n’a pas retenu le roc de la vie; / qu’ils produisent le corps / ou adorent le Seigneur ressuscité / et disent avec nous: / Sauveur qui nous combles de ta miséricorde, gloire à toi.

Louez-le sur la lyre et le chalumeau, / louez-le par la danse et le tambour.

Peuples, réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse! / Un Ange s’est assis sur la pierre du tombeau, / nous annonçant la bonne nouvelle en disant: / Le Christ, sauveur du monde, est ressuscité des morts, / de sa bonne odeur il a rempli l’univers; / peuples, réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse.

Louez-le par le son des cymbales, / louez-le par les cymbales triomphantes. / Que tout ce qui vit et respire loue le Seigneur!

Au jour de ta conception, / un Ange, Seigneur, / dit à la Pleine-de-grâce: Réjouis-toi! / Au jour de ta Résurrection, / un Ange vint rouler / la pierre de ton sépulcre glorieux: / au lieu de la tristesse et de la mort / l’un portait des signes de joie, / l’autre annonçait le Seigneur source-de-vie; / aussi nous te chantons: / Bienfaiteur de l’univers, gloire à toi.


Puis on chante les Stichères de Pâques (voir page 16).

Litanies Aie pitié de nous, ô Dieu, et Achevons notre prière de matines.
Après l’ecphonèse de la prière sur les fidèles inclinés, le Diacre dit: Sagesse!
Le Chœur: Bénis! Le Prêtre: Que vous bénisse...
Le Chœur: Amen. Affermis, Seigneur, la sainte foi des chrétiens fidèles et orthodoxes pour les siècles des siècles.
Le Prêtre chante: Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort
Le Chœur achève: Il nous délivre du tombeau / pour nous donner la vie.
Le Prêtre dit le Congé (voir page291). Le Chœur: Amen. Le Prêtre dit par trois fois: Le Christ est ressuscité! et les fidèles répondent, chaque fois: Il est vraiment ressuscité!
Puis les fidèles s’approchent du Prêtre pour baiser la croix. Le Chœur chante le tropaire pascal aussi longtemps que dure la vénération de la croix.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Message par Monique » mer. 12 mars 2008 15:00

SEMAINE DU RENOUVEAU

LE LUNDI DE PÂQUES


LE LUNDI À VÊPRES


Le Prêtre dit: Béni soit notre Dieu, en tout temps, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.
Le Chœur répond: Amen, puis le Prêtre chante 3 fois le tropaire de Pâques (ton 5):
Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort, / il nous délivre du tombeau / pour nous donner la vie.

Ce tropaire est chanté trois fois par le Chœur, qui le répète une fois après chacun des versets suivants:
1. Que Dieu se lève et que ses ennemis se dispersent, / que ses adversaires fuient devant sa face!
2. Comme se dissipe la fumée ils se dispersent, / comme fond la cire en face du feu!
3. Périssent les impies en face de Dieu, / mais les justes jubilent devant lui!
4. Voici le jour que fit le Seigneur, / exultons d’allégresse et de joie.
Gloire au Père et au Fils / et au saint Esprit.
Maintenant et toujours, / et dans les siècles des siècles. Amen.

Le Prêtre chante à nouveau:
Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort,
Le Chœur achève:
Il nous délivre du tombeau / pour nous donner la vie.
Pendant qu’il encense les fidèles, le Prêtre dit, par trois fois: Le Christ est ressuscité! et les fidèles répondent, par trois fois: Il est vraiment ressuscité!

Le Prêtre chante à nouveau: Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort,
Le Chœur achève: Il nous délivre du tombeau / pour nous donner la vie.

Le Diacre dit la litanie: En paix prions le Seigneur. Après l’ecphonèse du Prêtre, le Chœur répond Amen et chante le Lucernaire.

Lucernaire, ton 3
Si tu tiens compte de nos fautes, Seigneur, Seigneur, qui donc subsistera? / Mais près de toi se trouve le pardon.

Par ta croix, ô Christ notre Sauveur, / fut renversé l’empire de la mort, / et le mensonge du diable fut aboli; / le genre humain, sauvé par la foi, / chaque jour te présente sa louange.

À cause de ton nom, Seigneur, j’ai mis en toi mon espoir; / mon âme espère en ta parole, mon âme compte sur le Seigneur.

L’univers a resplendi, / Seigneur, à la lumière de ta sainte Résurrection / et le Paradis s’entrouvre de nouveau: / la création entière, poussant des cris de joie, / chaque jour te présente sa louange.

Depuis la garde du matin jusqu’à la nuit, / depuis la garde du matin, qu’lsraël espère le Seigneur!

Je chante et glorifie / la puissance du Père, du Fils et de l’Esprit, / divinité indivise et incréée, / consubstantielle Trinité / qui règne dans les siècles des siècles.

Car le Seigneur est une source de grâce, un trésor de rédemption: / c’est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

Devant ta Croix, ô Christ, / nous nous prosternons, / nous glorifions et nous chantons / ta sainte Résurrection: / par tes plaies et tes blessures nous avons tous été guéris.

Louez le Seigneur, tous les peuples, / fêtez-le, toutes les nations.

Nous chantons le Sauveur / qui de la Vierge a pris chair / fut mis en croix pour nos péchés / et le troisième jour est ressuscité / pour accorder au monde la grâce du salut.

Car sa miséricorde sur nous s’est affermie, / la fidélité du Seigneur demeure pour toujours.

Aux Enfers, lorsqu’il y descendit, / le Christ vint annoncer la bonne nouvelle en disant: / Prenez courage, j’ai triomphé, / je suis la Résurrection, / je vous délivrerai en brisant les portes de la mort.

Gloire au Père...

Tout indignes que nous sommes / de nous tenir dans ta demeure immaculée, / nous t’offrons notre hymne du soir / et de l’abîme nous crions: / ô Christ notre Dieu, qui as éclairé l’univers / par ta Résurrection le troisième jour, / délivre ton peuple de la main de l’Ennemi, / Seigneur, par amour pour les hommes.

Maintenant... Théotokion

Comment n’admirerions-nous pas, ô Toute-digne d’honneur, / ton enfantement qui unit la divinité à notre humanité? / Car sans connaître d’homme, ô Vierge immaculée, / tu as enfanté un Fils qui n’a point de père selon la chair, / né du Père avant les siècles / sans le concours d’une mère. / En naissant de toi, il n’a subi aucun changement ni mélange ni division, / mais il conserve intactes les propriétés de ses deux natures. / Et toi, souveraine Vierge et Mère, implore-le, / pour qu’il sauve les âmes / de ceux qui professent la vraie foi / en te reconnaissant pour la Mère de Dieu.


Entrée avec l’encens. Lumière joyeuse, et grand prokiménon.

Prokiménon ton 7: Notre Dieu est au ciel et sur la terre; / selon son bon plaisir il a créé toutes choses.
Versets: 1. Quand Israël sortit d’Égypte et la maison de Jacob du milieu d’un peuple barbare, Juda devint le sanctuaire du Seigneur.
2. La mer, à cette vue, s’enfuit, le Jourdain retourne en arrière.
3. Qu’as-tu, mer, à t’enfuir, et toi, Jourdain, à retourner en arrière?


Litanie ardente Disons tous. Après l’ecphonèse du Prêtre, Amen et Daigne, Seigneur (chanté éventuellement sur ton 3 de stichère, voir p. 39).

Litanie de demandes Achevons notre prière vespérale.


Apostiches, ton 3
Par ta passion, ô Christ, / le soleil s’est obscurci; / par la lumière de ta sainte Résurrection / tu as illuminé l’univers: / Ami des hommes, reçois notre hymne du soir.

Puis on chante les Stichères de Pâques (voir page 16).

Après le tropaire pascal, chanté trois fois,
le Diacre dit: Sagesse! Le Chœur: Bénis!
Le Prêtre: Que vous bénisse celui qui est béni, le Christ notre Dieu, en tout temps, maintenant et toujours...
Le Chœur: Amen, et Affermis, Seigneur, la sainte foi des chrétiens fidèles et orthodoxes pour les siècles des siècles.
Le Prêtre chante: Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort, Le Chœur achève: il nous délivre du tombeau / pour nous donner la vie.

Le Prêtre dit le Congé (voir page 42).
Ch. Amen.

Le Prêtre dit par trois fois: Le Christ est ressuscité! et les fidèles répondent, chaque fois: Il est vraiment ressuscité!
Puis les fidèles s’approchent du Prêtre pour baiser la croix. Le Chœur chante le tropaire pascal aussi longtemps que dure la vénération de la croix.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Message par Monique » mer. 12 mars 2008 15:33

SEMAINE DU RENOUVEAU

LE MARDI DE PÂQUES


À MATINES

Tout l’office, à l’exception des Laudes, est célébré comme le Lundi (voir page 42).

Laudes, ton 3
Louez-le pour ses hauts faits, / louez-le pour sa suprême majesté.

Venez, tous les peuples, / connaître la puissance du mystère étonnant, / car le Christ notre Sauveur, / le Verbe qui était au commencement, / fut crucifié pour nos péchés / et se laissa mettre au tombeau, / puis il ressuscita des morts pour sauver l’univers: / prosternons-nous devant lui.

Louez-le par l’éclat du cor, / louez-le sur la harpe et la cithare.

Tes gardiens racontèrent toutes tes merveilles, Seigneur, / mais l’assemblée des orgueilleux leur fit remettre des présents, / pensant cacher ainsi ta Résurrection, / que le monde entier glorifie: / Seigneur, aie pitié de nous.

Louez-le sur la lyre et le chalumeau, / louez-le par la danse et le tambour.

L’univers fut rempli de joie / à la nouvelle de ta sainte Résurrection, / et Marie Madeleine, venue près du tombeau, / trouva un Ange assis sur la pierre; / ses vêtements resplendissaient, / et il disait: Pourquoi cherchez-vous parmi les morts Celui qui vit? / Il n’est plus ici, car il est ressuscité: / comme il vous l’a dit, il vous précède en Galilée.

Louez-le par le son des cymbales, / louez-le par les cymbales triomphantes. / Que tout ce qui vit et respire loue le Seigneur!

Seigneur ami des hommes, / dans ta lumière nous verrons la lumière, / car tu es ressuscité des morts, / accordant le salut au genre humain / pour que la création entière te glorifie; / toi, le seul sans péché, prends pitié de nous.

Puis on chante les Stichères de Pâques (voir page 16).

Fin de l’office: comme le Lundi (page 55).

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Message par Monique » mer. 12 mars 2008 15:36

SEMAINE DU RENOUVEAU

LE MARDI À VÊPRES


Début de l’office: comme le Lundi (v. page 56).


Lucernaire, ton 4
Si tu tiens compte de nos fautes, Seigneur, Seigneur, qui donc subsistera? / Mais près de toi se trouve le pardon.

Devant ta vivifiante Croix / sans cesse nous nous prosternons, ô Christ notre Dieu, / et nous glorifions ta Résurrection le troisième jour: / par elle, Dieu tout-puissant, tu rénovas la nature humaine corrompue / et tu nous as montré le chemin du ciel, / ô Dieu de bonté, seul Ami des hommes.

À cause de ton nom, Seigneur, j’ai mis en toi mon espoir; / mon âme espère en ta parole, mon âme compte sur le Seigneur.

Pour effacer la peine due au péché / sous l’arbre défendu, / Sauveur, tu t’es laissé clouer sur l’arbre de la croix; / et par ta descente aux Enfers / tu as brisé les liens de la mort, / ô Dieu tout-puissant; / aussi, devant ta Résurrection d’entre les morts / nous nous prosternons et, dans l’allégresse, nous te chantons: / Seigneur tout-puissant gloire à toi.

Depuis la garde du matin jusqu’à la nuit, / depuis la garde du matin, qu’Israël espère le Seigneur!

Tu as brisé, Seigneur, les portes de l’Enfer / et par ta mort tu as anéanti le royaume de la mort; / de la fosse tu as libéré le genre humain / en accordant au monde l’immortelle vie / et la grâce du salut.

Car le Seigneur est une source de grâce, un trésor de rédemption: / c’est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

Peuples, venez et célébrons / la Résurrection du Sauveur le troisième jour: / c’est elle qui nous a libérés des chaînes de l’Enfer / et nous a valu l’immortelle vie; / aussi chantons tous: Seigneur crucifié, / enseveli et ressuscité, / sauve-nous par ta Résurrection, seul Ami des hommes.

Louez le Seigneur, tous les peuples, / fêtez-le, toutes les nations.

Les Anges et les hommes, Dieu sauveur, / chantent ta Résurrection le troisième jour: / par elle tu as illuminé les confins de l’univers / et tu nous as tous délivrés / de la servitude de l’Ennemi; / Source de vie, Seigneur tout-puissant, / sauve-nous par ta sainte Résurrection, / seul Ami des hommes.

Car sa miséricorde sur nous s’est affermie, / la fidélité du Seigneur demeure pour toujours.

Tu as brisé les portes d’airain / et fait sauter tous les verrous, / ô Christ notre Dieu et tu as ressuscité, / après sa chute, la race des humains / qui tous ensemble te chantent: / Ressuscité d’entre les morts, / Seigneur, gloire à toi.

Gloire au Père...

Seigneur qui es né du Père avant les siècles, dans l’éternité, / et qui as pris chair de la Vierge d’ineffable et mystérieuse façon, / aux Enfers tu es descendu pour l’effroi du diable et de ses anges, / car ayant détruit la mort, / tu es ressuscité le troisième jour / pour accorder aux hommes l’immortelle vie et la grâce du salut.

Maintenant... Théotokion

L’ancêtre de Dieu, le prophète David, / parlant de toi et s’adressant à celui / qui fit pour toi des merveilles, / a chanté mélodieusement: / À ta droite se tient la Reine. / Car il fit de toi la mère qui nous donne la Vie, / le Christ notre Dieu, / qui a voulu virginalement s’incarner en toi / afin de restaurer sa propre image / corrompue par le péché / et de prendre sur ses épaules / la brebis perdue retrouvée sur la montagne / pour la ramener vers le Père / et selon sa volonté la réunir aux puissances des cieux / pour sauver le monde, ô Mère de Dieu, / en lui accordant en abondance la grâce du salut.


Entrée avec l’encens.

Lumière joyeuse, et grand prokiménon.

Prokiménon, ton 8:
Ma voix s’élève, je crie vers le Seigneur, / ma voix s’élève vers Dieu, qu’il exauce ma prière!
Versets: 1. Au jour de ma détresse, j’ai cherché le Seigneur.
2. Mon âme refusait toute consolation: je me suis souvenu de Dieu pour ma joie.
3. Ô Dieu, saintes sont tes voies: quel dieu est grand comme notre Dieu?


Litanie ardente Disons tous. Après l’ecphonèse du Prêtre, Amen et Daigne, Seigneur (chanté éventuellement sur ton 4 de stichère, voir p.38 ).

Litanie de demandes Achevons notre prière vespérale.


Apostiches, ton 4
Seigneur, en montant sur la croix / tu as effacé l’ancestrale malédiction, / descendu aux Enfers, tu libéras les captifs / depuis les siècles détenus, / accordant au genre humain l’immortelle vie, / et par des hymnes nous glorifions / ta vivifiante et salutaire Résurrection.

Puis on chante les Stichères de Pâques (voir page 16).

Fin de l’office: comme le Lundi (voir page 60)

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Message par Monique » ven. 14 mars 2008 14:31

SEMAINE DU RENOUVEAU

LE MERCREDI À MATINES


Tout l’office, à l’exception des Laudes, est célébré comme le Lundi (voir page 42).

Laudes, ton 4
Louez-le pour ses hauts faits, / louez-le pour sa suprême majesté.
Tu as souffert la mort sur la croix / et tu es ressuscité des morts: / Seigneur tout-puissant, nous glorifions ta sainte Résurrection.

Louez-le par l’éclat du cor, / louez-le sur la harpe et la cithare.

Par ta croix, ô Christ, tu nous as délivrés de l’antique malédiction, / par ta mort tu as anéanti le diable qui tyrannisait le genre humain, / par ta Résurrection tu as rempli de joie tout l’univers; / aussi nous te chantons: / Ressuscité d’entre les morts, Seigneur, gloire à toi.

Louez-le sur la lyre et le chalumeau, / louez-le par la danse et le tambour.

Par ta croix, ô Christ notre Sauveur, / conduis-nous vers ta vérité, / arrache-nous aux filets de l’Ennemi. / Ressuscité d’entre les morts, / relève-nous de notre chute dans le péché, / et que ta main, Seigneur, se tende vers nous, / à la prière de tes Saints.

Louez-le par le son des cymbales, / louez-le par les cymbales triomphantes. / Que tout ce qui vit et respire loue le Seigneur!

Fils unique et Verbe de Dieu, / tu n’as pas quitté le sein paternel / quand par amour pour les hommes sur terre tu es venu / et t’es fait homme, sans changement; / et dans ta chair tu as souffert de mourir en croix, / Dieu sauveur, impassible en ta divinité; / mais, ressuscité des morts, tu accordas / l’immortalité au genre humain, Seigneur tout-puissant.

Puis on chante les Stichères de Pâques (voir page 16).

Fin de l’office: comme le Lundi (page 55)

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Message par Monique » ven. 14 mars 2008 14:34

SEMAINE DU RENOUVEAU

LE MERCREDI A VÊPRES


Début de l’office: comme le Lundi (v. page 56).

Lucernaire, ton 5
Si tu tiens compte de nos fautes, Seigneur, Seigneur, qui donc subsistera? / Mais près de toi se trouve le pardon.

Par ta précieuse Croix, ô Christ, / tu as dompté le démon / et par ta Résurrection tu as émoussé l’aiguillon du péché, / des portes de la mort tu nous as tous sauvés: / Fils unique de Dieu, nous te glorifions.

À cause de ton nom, Seigneur, j’ai mis en toi mon espoir; / mon âme espère en ta parole, mon âme compte sur le Seigneur.

Celui qui accorda la résurrection au genre humain / fut conduit comme une brebis pour être immolé; / devant lui tremblèrent les princes de l’Enfer / et s’ouvrirent les portes de l’affliction, / car le Roi de gloire y est entré: c’est le Christ; / il a fait sortir les captifs / et ceux qui gisaient dans les ténèbres, il les a conduits vers la clarté.

Depuis la garde du matin jusqu’à la nuit, / depuis la garde du matin, qu’lsraël espère le Seigneur!

Merveille, vraiment: / le Créateur des célestes esprits, / par amour pour les hommes, a souffert dans sa chair, / le Dieu immortel est ressuscité; / venez, toutes les familles des nations, / prosternons-nous devant lui, / car sa miséricorde nous a tirés de l’erreur / et nous avons appris à chanter un seul Dieu en trois personnes.

Car le Seigneur est une source de grâce, un trésor de rédemption: / c’est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

Ô Lumière sans déclin, / nous t’offrons notre vespérale adoration: / par ton incarnation vers la fin des temps / tu as brillé, comme en un miroir, pour illuminer l’univers; / jusqu’aux Enfers tu descendis / pour y dissiper la ténébreuse obscurité; / aux nations tu as montré ta lumineuse résurrection: / Source de vie, Seigneur, gloire à toi.

Louez le Seigneur, tous les peuples, / fêtez-le, toutes les nations.

Rendons gloire au Christ / comme au principe de notre salut, / car le monde fut sauvé de l’erreur par sa résurrection d’entre les morts. / Joie dans les cieux parmi les Anges, / voici que disparaît l’égarement des démons: / après sa chute Adam est relevé et le diable est abaissé.

Car sa miséricorde sur nous s’est affermie, / la fidélité du Seigneur demeure pour toujours.

Les impies séduisirent les gardiens: / “Cachez la résurrection du Christ, et recevez cet argent; / dites que pendant votre sommeil on a enlevé le corps du tombeau”. / A-t-on jamais vu ou entendu qu’un mort fût dérobé, / qu’on l’ait pris nu et embaumé, / abandonnant son linceul dans le tombeau? / Ne vous laissez pas séduire par les impies, / étudiez les paroles des prophètes et sachez / qu’il est vraiment le Sauveur du monde et le Seigneur tout-puissant.

Gloire au Père...

Seigneur qui as dépouillé l’Enfer, / Sauveur qui as triomphé de la mort, / par ta précieuse Croix tu as illuminé l’univers: / ô Christ, aie pitié de nous.

Maintenant... Théotokion

Dans la mer Rouge s’inscrivit autrefois / l’image de l’Épouse inépousée: / jadis Moïse fut celui qui divisa les eaux; / dans ce nouveau mystère c’est Gabriel / qui du miracle devient le serviteur; / autrefois pour traverser l’abîme Israël passa à pied sec / et maintenant, pour enfanter le Christ, la Vierge sans semence a conçu; / la mer est demeurée infranchissable après le passage d’Israël, / comme la Vierge est demeurée intacte après l’enfantement de l’Emmanuel. / Ô Dieu vivant qui es et qui étais / et qui as revêtu notre humanité, / Seigneur, aie pitié de nous.


Entrée avec l’encens.
Lumière joyeuse, et grand prokiménon.

Prokiménon, ton 7:
Ô Dieu, prête l’oreille et écoute ma prière, / et ne sois pas sourd à ma supplication.
Versets: 1. Sois attentif à mon appel et exauce-moi.
2. Qui me donnera des ailes de colombe, que je m’envole et trouve mon repos?
3. Et moi, je crie vers Dieu, et le Seigneur m’exauce.

Litanie ardente Disons tous. Après l’ecphonèse du Prêtre, Amen et Daigne, Seigneur (chanté éventuellement sur ton 5 de stichère, voir p. 16).

Litanie de demandes Achevons notre prière vespérale.


Apostiches, ton 5
Nous te magnifions par nos hymnes et nos chants, / Christ sauveur qui en t’incarnant n’as pas quitté les cieux, / car tu as bien voulu souffrir, / Seigneur ami des hommes, la mort sur la croix / en faveur du genre humain / et, brisant les portes de l’Enfer, / tu es ressuscité le troisième jour pour le salut de nos âmes.


Puis on chante les Stichères de Pâques (voir page 16).

Fin de l’office: comme le Lundi (voir page 60).

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Message par Monique » ven. 14 mars 2008 14:57

SEMAINE DU RENOUVEAU

LE JEUDI À MATINES


Tout l’office, à l’exception des Laudes, est célébré comme le Lundi (voir page 42).

Laudes, ton 5
Louez-le pour ses hauts faits, / louez-le pour sa suprême majesté.

Seigneur, malgré les scellés posés par les impies, / tu es sorti du tombeau / comme tu es né de la Mère de Dieu; / et, comme les Anges ne purent s’expliquer / ta mystérieuse incarnation, / les soldats ne purent observer le moment de ta sainte résurrection, / car cette double merveille est scellée pour les savants, / mais se révèle à ceux qui adorent avec foi / le mystère qu’ils célèbrent de leurs chants. / Donne-nous la joie et la grâce du salut.

Louez-le par l’éclat du cor, / louez-le sur la harpe et la cithare.

Seigneur, tu as brisé les verrous de l’éternelle damnation, / tu as rompu les chaînes du tombeau; / en ressuscitant tu as abandonné ton linceul / pour témoigner de ton véritable ensevelissement pendant trois jours; / et, laissant la garde veiller sur le tombeau, / tu précédas les Apôtres en Galilée. / Grande est ta miséricorde, / Seigneur que l’univers entier ne peut contenir: / Sauveur, aie pitié de nous.

Louez-le sur la lyre et le chalumeau, / louez-le par la danse et le tambour.

Seigneur, les saintes femmes coururent au sépulcre pour te voir, / ô Christ qui as souffert pour nous; / et, lorsqu’elles furent arrivées, elles trouvèrent un Ange assis sur la pierre du tombeau; / et cet Ange leur dit: / Le Seigneur est ressuscité; / allez dire aux Apôtres qu’il est ressuscité des morts, / le Sauveur de vos âmes!

Louez-le par le son des cymbales, / louez-le par les cymbales triomphantes. / Que tout ce qui vit et respire loue le Seigneur!.

Seigneur, malgré les scellés tu es sorti du tombeau / et tu entras chez tes disciples, toutes portes fermées: / tu leur montras sur ton corps les souffrances qu’en ton amour tu enduras pour nous sauver. / Comme fils de David, tu supportas d’être meurtri, / mais en tant que Fils de Dieu / tu sauvas le monde entier. / Grande est ta miséricorde, / Seigneur que l’univers entier ne peut contenir: / Sauveur, aie pitié de nous.


Puis on chante les Stichères de Pâques (voir page 16).

Fin de l’office: comme le Lundi (page 55)

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Message par Monique » ven. 14 mars 2008 15:02

SEMAINE DU RENOUVEAU

LE JEUDI À VÊPRES

la Source vivifiante


Début de l’office: comme le Lundi (v. page 56).

Lucernaire, ton 6

Tire mon âme de prison, / que je rende grâce à ton nom!

Ô Christ, vainqueur de l’Enfer, / tu es monté sur la croix / pour ressusciter avec toi / ceux qui étaient assis dans les ténèbres de la mort, / toi qui étant libre parmi les morts, / de ta propre lumière fais jaillir la vie; / Sauveur tout-puissant, aie pitié de nous.

Les justes feront cercle autour de moi, / lorsque tu me rendras ta faveur.

Le Christ, vainqueur de la mort, / en ce jour est ressuscité, / ainsi qu’il l’avait prédit; / au monde il a donné la joie, / pour que tous nous proclamions sa louange et chantions: / Lumière inaccessible et Source de vie, / Sauveur tout-puissant, aie pitié de nous.

Du fond de l’abîme je crie vers toi, Seigneur, / Seigneur, écoute mon appel.

Seigneur qui es présent dans toute la création, / où fuirions-nous, loin de toi? / Dans le ciel toi-même tu demeures, / aux Enfers tu as terrassé la mort, / au fond de l’océan ta main, Seigneur, se trouve encor; / notre refuge est près de toi; / nous t’adorons et te supplions: / Ressuscité d’entre les morts, aie pitié de nous.

Que ton oreille se fasse attentive / au cri de ma prière!

Notre fierté, ô Christ, est dans ta Croix, / nous chantons et glorifions ta sainte Résurrection, / car tu es notre Dieu: / nous n’en connaissons nul autre que toi.

Si tu tiens compte de nos fautes, Seigneur, Seigneur, qui donc subsistera? / Mais près de toi se trouve le pardon.

En toutes choses bénissant le Seigneur, / nous chantons sa Résurrection, / car en souffrant la croix pour nous sauver / il a détruit la mort par sa propre mort.

À cause de ton nom, Seigneur, j’ai mis en toi mon espoir; / mon âme espère en ta parole, mon âme compte sur le Seigneur.

Gloire à ta puissance, Seigneur, / car tu as anéanti / celui qui détenait l’empire de la mort, / et tu nous as rénovés par ta Croix, / nous accordant la vie et l’immortalité.

Depuis la garde du matin jusqu’à la nuit, / depuis la garde du matin, qu’Israël espère le Seigneur!

Merveille inouïe, / ce que le Maître des cieux / en toi, ô Vierge immaculée, a commencé d’accomplir; / car du ciel il est tombé / comme pluie en ton sein, / divine Épouse, faisant de toi / la Source d’où jaillissent tous les biens, / d’où s’épanche en abondance le flux / des bienfaits, des guérisons, / pour ceux dont l’âme a besoin d’être affermie / ou sollicitent la guérison de leur corps / dans les flots de la grâce.

Car le Seigneur est une source de grâce, un trésor de rédemption: / c’est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

Je t’appelle à juste raison, / notre Dame, la Manne des cieux, / la divine Source du Paradis: / car le flot de grâce qui s’épanche de toi / a parcouru la terre en ses quatre directions, / la couvrant de miracles chaque jour, / et l’eau que l’on boit devient ce que l’on demandait; / c’est pourquoi dans l’allégresse nous tous / qui portons le nom du Christ, / nous accourons fidèlement / pour puiser en tout temps le doux flot de sainteté.

Louez le Seigneur, tous les peuples, / fêtez-le, toutes les nations.

Ô Vierge, tu fais sourdre le flot des guérisons / sur les fidèles qui accourent en tout temps / à ta source, Épouse de Dieu; / comme un don généreux et abondant, / sur les malades tu répands / les remèdes guérisseurs; / tu rendis la vue aux aveugles s’approchant de toi, / tu redressas de nombreux estropiés / et pansas les blessures de tant de cœurs brisés; / des hydropiques, des asthmatiques tu as guéri les maux; / celui qui était mort, tu l’as vivifié par une triple effusion.

Car sa miséricorde sur nous s’est affermie, / la fidélité du Seigneur demeure pour toujours.

Merveille inouïe, / ce que le Maître des cieux / en toi, ô Vierge immaculée, a commencé d’accomplir; / car du ciel il est tombé / comme pluie en ton sein, / divine Épouse, faisant de toi / la Source d’où jaillissent tous les biens, / d’où s’épanche en abondance le flux / des bienfaits, des guérisons, / pour ceux dont l’âme a besoin d’être affermie / ou sollicitent la guérison de leur corps / dans les flots de la grâce.

Gloire au Père...

Ta sépulture, Seigneur, / a brisé les chaînes de l’Enfer, / ta Résurrection d’entre les morts / illumine le monde; Seigneur, gloire à toi.
[ou bien, pour la Source vivifiante

Gloire au Père, ton 8

Ô Source, qui pourrait dire ton pouvoir souverain, / tes miracles, cet inépuisable trésor, / tes interventions surnaturelles pour nous guérir? / Sublimes bienfaits que tu répands sur nous tous, / car tu n’écartes pas seulement les graves maladies / de ceux qui accourent avec ardeur auprès de toi, / mais de leurs âmes tu laves aussi les passions, / leur conférant ta pureté, / toi qui procures au monde la grâce du salut.

Maintenant... Théotokion

Qui donc refusera de te dire bienheureuse, ô Vierge toute-sainte, / qui donc ne voudra chanter la louange / de ton enfantement virginal? / Car le Fils unique, le reflet du Père intemporel, / celui qui est sorti de toi, ô Vierge immaculée, / ineffablement s’est incarné: / il est Dieu par nature et, par nature, s’est fait homme pour nous sauver; / sans être divisé en deux personnes, il s’est fait connaître en deux natures sans confusion; / ô Vierge sainte et toute-bienheureuse, / intercède auprès de lui pour qu’il ait pitié de nous.


Entrée avec l’encens. Lumière joyeuse, et grand prokiménon.

Prokiménon, ton 7:
Je t’aime, Seigneur, ma forteresse! / Le Seigneur est mon rocher, mon refuge et mon libérateur.
Versets: 1. Le Seigneur est mon secours, et j’espère en lui.
2. Louant le Seigneur, je l’ai invoqué: il m’a sauvé de mes ennemis.
3. De son temple sacré il entendit ma voix.


Litanie ardente Disons tous. Après l’ecphonèse du Prêtre, Amen et Daigne, Seigneur (chanté éventuellement sur ton 6 de stichère, voir p. 38).

Litanie de demandes Achevons notre prière vespérale.


Apostiches, ton 6
Ta Résurrection, ô Christ Sauveur, / les Anges la chantent dans les cieux, / et nous qui sommes sur la terre, / donne-nous un cœur pur / pour être dignes de te glorifier.


Puis on chante les Stichères de Pâques (voir page 16).

Si l’on veut, on chante (d’abord ou à leur place) les stichères suivants,
ton 5
Réjouis-toi, Source vivifiante / submergeant, comme flot de la mer, / de tes miracles l’entier univers; / spirituel Océan / surpassant l’abondance du Nil / en l’effusion de la grâce de Dieu; / nouvelle fontaine de Siloé / faisant sourdre comme du rocher / l’eau des miracles étonnants; / toi qui possèdes la vertu du Jourdain, / tu es en outre la manne du salut, / riche et abondante pour qui se trouve dans le besoin, / Vierge et Mère du Christ, / qui répands sur le monde la grâce du salut.

Le Très-Haut sanctifie sa demeure.

Fidèles, en des chants sublimes / célébrons la céleste Nuée, / la Vierge qui sur terre a fait pleuvoir, / comme l’eau du ciel, le Christ source-de-vie, / eau vive, flot divin, jaillissant / et faisant sourdre l’immortalité, / ambroisie et céleste nectar / qui ne s’épuise pas lorsqu’on en boit, / mais désaltère les âmes consumées par la soif; / ceux qui en boivent sobrement / de leur propre sein font jaillir / les flots divins qui répandent sur tous / l’inépuisable ondée de la grâce de Dieu.

Ses flots réjouissent la cité de Dieu.

Réjouis-toi, Source vivifiante / faisant jaillir la grâce sans tarir, / fontaine de guérison réduisant à rien la force du mal; / par toi les aveugles recouvrent la vue / et les lépreux sont purifiés, / de toi jaillit tout remède à nos maux / pour nous fidèles qui accourons vers ton temple sacré / comme vers le dispensaire toujours prompt et gratuit, / Mère du Christ notre Dieu / qui répand sur le monde la grâce du salut.

Gloire au Père...

Amis de la fête, faisons retentir / les sonneries de trompe au milieu de nos chants, / dans l’exultation et les danses de joie; / près des flots intarissables de la vivifiante Source / que se rassemblent les princes et les rois / pour puiser à la source la grâce abondamment! / Elle a sauvé maint empereur, / son contact a fait lever / les malades de leur lit; / venez tous, fidèles et pasteurs, / buvons à la Nuée porteuse de pluie, / puisons à la source le flot du salut: / il procure la délivrance des maladies, / la force au milieu des dangers, / le rafraîchissement à ceux qui ont soif; / les aveugles y recouvrent la vue, / les sourds y trouvent l’ouïe, / les patients, la guérison; / ceux qui souffrent mille morts y découvrent la vie / et nous tous, la source qui verse à tout croyant / en tout lieu les ondes du salut; / aussi, battant des mains, nous chantons: / Vierge pure dont la Source répand / l’eau vive en un flot qui ne tarit, / pour tes serviteurs intercède sans répit.

Maintenant... Théotokion

C’est le jour de la Résurrection, / en cette fête rayonnons, / l’un l’autre embrassons-nous; / du nom de frères appelons même nos ennemis, / pardonnons à cause de la Résurrection / afin de pouvoir chanter: / Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort, / il nous délivre du tombeau pour nous donner la vie.

Le Christ est ressuscité des morts, / par sa mort il a triomphé de la mort, / il nous délivre du tombeau / pour nous donner la vie. (1 fois)

Tropaire de la Source vivifiante, ton 1
Ton temple, ô Mère de Dieu, / est devenu le Paradis, / faisant sourdre l’intarissable flot des guérisons, / et nous fidèles, comme à la Source vivifiante nous puisons / la santé et l’éternelle vie, / car tu intercèdes auprès de celui / qui est né de toi, le Christ notre Sauveur, / pour le salut de nos âmes.

Le Christ est ressuscité des morts ,/ par sa mort il a triomphé de la mort, / il nous délivre du tombeau / pour nous donner la vie. (1 fois)


Fin de l’office: comme le Lundi (voir page 55).

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Message par Monique » ven. 14 mars 2008 15:20

SEMAINE DU RENOUVEAU

la Source vivifiante

LE VENDREDI À MATINES


Début de l’office: comme le Lundi (v. page 42).

Au canon pascal on ajoute celui de la Source vivifiante, qui porte en acrostiche: De Nicéphore Calliste Xanthopoulos. Refrains: Gloire, Seigneur, à ta sainte Résurrection, pour les strophes pascales; et Très-sainte Mère de Dieu, sauve-nous, pour celles de la Source vivifiante. Catavasies: les hirmi du canon pascal, et le tropaire de Pâques, chanté 3 fois. Petite litanie après les odes 3, 6 et 9.


Ode 1, ton 1
Hirmos : Jour de la Résurrection! / Peuples, rayonnons de joie: / c’est la Pâque, la Pâque du Seigneur! / De la mort à la vie, / de la terre jusqu’au ciel / le Christ notre Dieu nous conduit: / chantons la victoire du Seigneur.
Purifions nos sentiments / et nous verrons le Christ / resplendissant de l’inaccessible clarté / de sa Résurrection; / et nous l’entendrons crier: / Réjouissez-vous / en chantant la victoire du Seigneur.

Le ciel se réjouisse comme il convient / et la terre soit avec lui dans la joie, / qu’à cette fête prenne part / l’univers tout entier, / le monde visible et l’immatériel, / car il est ressuscité, / le Christ, notre allégresse sans fin.
*
Vierge Mère de Dieu, / veuille répandre sur moi / les grâces du discours, / pour que je te chante comme la Source / faisant jaillir sur les croyants / la grâce et la vie, / toi la Source du Verbe hypostasié.
Ô Vierge, ton temple saint / se révèle pour tous / le lieu surnaturel des guérisons; / il relève de la mort / les fidèles accourus / et pour tous fait jaillir / l’intarissable douceur.

Gloire: Toi seule, en vérité, / du ciel tu fais couler / sur nous la grâce intarissablement; / à l’aveugle en effet / tu fais revoir la clarté / et du haut du ciel miraculeusement / tu t’adresses à Léon l’empereur.
Maintenant: Réjouis-toi, ô Marie, / commun sujet d’honneur / de tout le genre humain, / car le Créateur de l’univers / sur toi est descendu comme la pluie, / divine Épouse, pour faire de toi / la source d’immortalité.


Ode 3
Hirmos : Venez, buvons tous au flot nouveau / de la source d’immortalité / merveilleusement jaillie / non plus du rocher dans le désert, / mais sur le tombeau du Christ, / notre force et notre joie.
De lumière, maintenant, / est rempli tout l’univers / au ciel, sur terre et aux enfers; / que désormais toute la création / célèbre la Résurrection du Christ, / notre force et notre joie!

Hier, avec toi, ô Christ, j’étais enseveli, / avec toi je me réveille aujour d’hui, / prenant part à ta Résurrection; / après les souffrances de ta cru cifixion, / accorde-moi de partager, Sauveur, / la gloire du royaume des cieux.
*
Ô Vierge, je le sais: / du Seigneur de l’univers / tu es le temple saint et lumineux, / la source d’immortalité, / faisant jaillir le Christ / en qui nous nous désaltérons.

Toute grâce, tu l’octroies / et tu donnes à l’empereur, / Source souveraine, / l’allégement de sa dysurie, / dissolvant grâce à l’eau / le mal de pierre qui l’accablait.

Gloire: Vierge Mère de Dieu, / de toi s’écoule abondamment / la grâce en intarissables flots: / les estropiés dansent de joie, / une foule de lépreux est purifiée / et les démons sont étouffés.

Maintenant: À tout fidèle tu accordes la guérison: / aux pauvres comme aux rois, / aux chefs, aux simples citoyens, / aux riches, aux indigents / tu verses comme remède, indistinctement, / l’eau de ta source.


Kondakion, ton 8
Lorsque tu gisais dans le tombeau, Seigneur immortel, / tu as brisé la puissance de l’Enfer, / et tu es ressuscité victorieusement, ô Christ notre Dieu, / ordonnant aux Myrophores de se réjouir, / visitant tes Apôtres et leur donnant la paix, / toi qui nous sauves en nous accordant la résurrection.


Ikos
C’est le Soleil antérieur au soleil, / jadis descendu au tombeau, / que les Myrophores cherchaient comme le jour, / avant l’aurore se hâtant et l’une à l’autre se disant: / Ô mes chères amies, / allons embaumer le corps vivifiant / de celui qui, au sépulcre enseveli, / après sa chute relève Adam; / allons, hâtons-nous et comme les Mages nous prosternant, / offrons la myrrhe en hommage à celui / qui n’est plus de langes, mais d’un suaire enveloppé; / et dans les larmes crions-lui: / Lève-toi, Seigneur, / toi qui nous sauves en nous accordant la résurrection.


Cathisme, ton 8
La Fontaine intarissable et vivifiante, / la Source d’où jaillissent les flots divins, / célébrons-la d’un même chœur, / nous dont la grâce est l’objet de nos vœux; / chaque jour elle coule, et ce sont des guérisons, / le cours des fleuves semble faible en comparaison. / C’est pourquoi nous approchant avec amour, / fidèles, puisons, à la Source qui ne tarit, / la vigueur immortelle rafraîchissant le cœur des croyants / et de nos lèvres crions-lui: / Tu es pour les fidèles la véritable consolation.


Ode 4
Hirmos : En cette sainte nuit où nous veillons, / que le Prophète inspiré par Dieu / se tienne parmi nous / et qu’il nous montre l’Ange resplendissant / annonçant joyeusement: / Aujourd’hui, c’est le salut du monde, / car il est ressuscité, / le Christ, notre Dieu tout-puissant.

Enfant mâle premier-né / franchissant le sein virginal, / ainsi parut le Christ; / il est l’Agneau que nous mangeons, / notre Pâque immaculée, / n’ayant pas connu la souillure du péché; / il est aussi le sacrifice parfait, / puisqu’il est Dieu en vérité.

Le Christ, notre Pâque d’expiation, / notre couronne de bénédiction, / selon son bon vouloir, / comme un agneau de sacrifice s’est offert / pour le salut de tous; / et de la tombe il s’est levé, / Soleil de justice faisant briller sur nous / la splendeur de sa clarté.

David, l’ancêtre de Dieu, dansa joyeusement / devant l’arche où le mystère était préfiguré; / et nous qui sommes à présent / le nouveau peuple saint de Dieu, / voyant le symbole réalisé, / réjouissons-nous divinement, / car il est ressuscité, / le Christ, notre Dieu tout-puissant.
*
Plus que le sable, en vérité, / et les gouttes de la pluie, / ô Vierge, sont nombreux / les effets de ta source: / sans cesse ils coulent richement / sur la terre, en tout point, / guérissant promptement / toute grave maladie.

Sur le sein d’une femme atteinte d’un chancre / fut versé de l’eau / de ta source, Vierge reine: / la mortelle douleur / cessa soudainement, / et la femme s’aperçut / que le chancre avait disparu.

Gloire: Ce qui en toi s’est accompli / est vraiment, ô Mère de Dieu, / inexplicable et surnaturel; / et l’eau de ta Source / devient en vérité / un remède guérissant / les mortelles maladies, / chose que la nature ne connaît pas.

Maintenant: Sans cesse l’Ennemi / me réduit à la mort / par ses fâcheuses agressions: / Mère de Dieu et Source de la Vie, / hâte-toi, ne m’oublie pas, / toi qui es le prompt secours; / délivre-moi de ses filets / pour que je te chante, Toute-digne de nos chants.


Ode 5
Hirmos : Devançons le point du jour / pour offrir au Seigneur, / au lieu de myrrhe, l’hommage de nos chants, / et nous verrons le Christ se lever, / Soleil de justice qui nous donne à tous / la lumière et la vie.

De ton amour infini / furent témoins ceux que l’Enfer / en ses chaînes retenait captifs; / vers ta lumière, ô Christ, / ils allaient d’un pas joyeux, / célébrant la Pâque dans l’éternité.

Tenant nos lampes allumées, / comme au-devant de l’Époux, / allons à la rencontre du Christ ressuscité, / et tous ensemble célébrons / en festive procession / la divine Pâque où nous trouvons le salut.
*
Ô Vierge, ce que l’on dit / des miracles opérés / par ta source remplit de stupeur / la conscience des mortels, / car ils dépassent la nature / et sanctifient tous les croyants.

Ta grâce était préfigurée / par la toison, la manne et Siloé, / l’eau jaillissant du rocher, / le portique de Salomon, / les ondes du Jourdain / et le puits de la Samaritaine.

Gloire: À celui qui était mort / les ondes de ta source, / Vierge sainte, ont rendu la vie: / fait qui dépasse l’entendement: / tous tes mystères, en effet, / surpassent l’humaine raison.

Maintenant: Ô Vierge, puisses-tu guérir / toute corporelle douleur, / toi qui taris la source de l’hémorragie / et fais cesser la fièvre, l’inflammation, / l’étisie, la dysurie / et la dysenterie!


Ode 6
Hirmos : Au plus profond de la terre tu es descendu, / tu as brisé les éternels verrous / qui nous tenaient captifs, / et le troisième jour, comme Jonas du poisson, / ô Christ, tu es sorti du tombeau.

Sans briser les scellés, / ô Christ, tu t’es levé du tombeau, / toi qui de la Vierge étais sorti / sans briser le sceau de sa virginité, / et tu nous as rouvert / les portes du Paradis.

Hostie vivante, Dieu sauveur, / qui toi-même t’es offert / à ton Père de plein gré, / ressuscitant du tombeau, / tu ressuscites avec toi tout le genre humain.
*
Nos paroles, ô Vierge immaculée, / te chantent comme la Source du Verbe, en vérité, / car tu enfantes, dépassant l’entendement, / l’Abîme de sagesse qui posa la terre sur les eaux / et suspendit les ondes au firmament.

Tu retins les échelles qui tombaient / et menaçaient de broyer / les peintres qui s’y trouvaient, / ô Source toute-sainte, et tu sauvas la foule en péril / lorsque l’édifice s’écroula.

Gloire: Par les flots de ta source / tu délivres, c’est certain, / de leur stérilité les infertiles seins / et tu leur accordes l’enfantement, / toi qui, étant vierge, mis au monde le Seigneur de l’univers.

Maintenant: Pensée, parole ou langue / sont impuissantes à célébrer, / Vierge pure, ton enfantement: / en ta présence sont confondus / l’orgueil des philosophes et l’éloquence des rhéteurs.


Kondakion, ton 8
De ta source inépuisable accorde-moi ,/ Vierge comblée par la grâce de Dieu, / les flots sans cesse jaillissants / de ta grâce qui dépasse l’entendement: / comme à celle qui enfanta le Verbe ineffablement / je te demande de me rafraîchir afin que je crie: / Réjouis-toi, fontaine du salut.

Ikos
Vierge Mère de Dieu qui mis au monde ineffablement / le Verbe du Père précédant l’éternité, / étends à ta louange le champ de ma voix, / pour que de ta source je chante l’éloge en disant:
Réjouis-toi, source d’allégresse illimitée, / réjouis-toi, cours de l’ineffable beauté, / réjouis-toi, qui mets fin à nos douleurs, / réjouis-toi, cessation de tout malheur.
Réjouis-toi, flot limpide, guérisseur des croyants, / réjouis-toi, onde aimable, salutaire aux patients, / réjouis-toi, puits de sagesse libérant de l’erreur, / réjouis-toi, coupe versant l’ambroisie en nos cœurs.
Réjouis-toi, calice de la manne et de la vie, / réjouis-toi, divin nectar et bain réparateur, / réjouis-toi, qui mets un terme à nos langueurs, / réjouis-toi, qui éteins la fièvre des maladies.
Réjouis-toi, fontaine du salut.

Synaxaire
Après le Synaxaire du Ménée:
Le Vendredi du Renouveau, nous fêtons la dédicace du temple de notre très-sainte Dame, la Mère de Dieu, Source vivifiante; et nous faisons mémoire également des surnaturelles merveilles qu’y opéra la divine Mère.
En ta Source, ô Vierge, nous voyons
le Portique de Salomon;
elle est Fontaine de Siloé
et de la Manne silo est.
Ce temple fut d’abord fondé par l’empereur Léon le Grand. C’était un homme affable et bienveillant, rempli de compassion: avant qu’il ne montât sur le trône impérial, alors qu’il était encore un simple particulier et qu’il se trouvait à cet endroit précisément, il rencontra un aveugle égaré et il le prit par la main pour le guider. Lorsqu’ils furent à proximité de ce lieu, l’aveugle fut pris d’une soif intense et demanda à Léon de le désaltérer. Celui-ci, entrant dans le bois, se mit à chercher. L’endroit était planté de toutes sortes d’arbres au feuillage abondant. Comme il n’y trouvait pas d’eau, il revint chagriné. Mais d’en haut il entendit une voix qui lui disait. “Léon, il ne faut pas t’inquiéter, car l’eau est proche; reviens en arrière et tu la trouveras.” Léon revint en arrière et chercha beaucoup, mais ne trouva pas. Il entendit à nouveau la même voix lui dire: “Empereur Léon, entre au plus profond de ce bois, prends avec tes mains de l’eau bourbeuse et guéris la soif de l’aveugle; enduis les yeux de cet aveugle, et tu sauras immédiatement qui je suis, moi qui depuis longtemps suis l’habitante de ce lieu.” Léon fit donc ce que la voix lui avait révélé, et l’aveugle recouvra la vue. Et, selon la prédiction de la divine Mère, Léon devint empereur peu après, et ses pieuses mains édifièrent au-dessus de la source un temple que l’on peut voir de nos jours.
Là, de nombreux miracles se succédèrent et, longtemps après, Justinien, ce très grand empereur byzantin, alors qu’il souffrait de dysurie, y trouva sa guérison. Par reconnaissance envers la Mère du Verbe, il reconstruisit l’église, qu’il fit plus grande et plus belle. Puis, comme elle avait été endommagée par divers tremblements de terre, finalement Basile le Macédonien la fit restaurer, de même qu’après lui son fils, Léon le Sage. De leur temps, la source opéra beaucoup de miracles: elle guérit d’abcès, de dysurie, d’étisie et de nombreux autres maux tels que tumeurs ou flux de sang, diverses impératrices, ainsi que d’autres femmes. Elle fit cesser bon nombre de fièvres, dont la tierce, et d’autres états grippaux. Elle porta remède également à la stérilité: c’est ainsi qu’à l’impératrice Zoé la source accorda comme don la naissance de l’empereur Constantin Porphyrogénète. Elle a même ressuscité un mort: c’était un pèlerin de Thessalie qui, faisant route vers la source, mourut en chemin. Sur le point de mourir, alors qu’il rendait le dernier souffle, il recommanda aux marins de le porter à l’église de la Source et là, apr

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Message par Monique » ven. 14 mars 2008 16:39

SEMAINE DU RENOUVEAU

LE VENDREDI A VÊPRES


Début de l’office: comme le Lundi (v. page 56).

Lucernaire, ton 8
Si tu tiens compte de nos fautes, Seigneur, Seigneur, qui donc subsistera? / Mais près de toi se trouve le pardon.

Notre hymne du soir, / notre culte spirituel, / ô Christ, nous te l’offrons, / car tu as bien voulu nous faire miséricorde / par ta sainte Résurrection.
À cause de ton nom, Seigneur, j’ai mis en toi mon espoir; / mon âme espère en ta parole, mon âme compte sur le Seigneur.

Seigneur notre Dieu, / loin de ta face ne nous repousse pas, / mais daigne nous faire miséricorde par ta sainte Résurrection.

Depuis la garde du matin jusqu’à la nuit, / depuis la garde du matin, qu’lsraël espère le Seigneur!

Réjouis-toi, ô sainte Sion, / Mère des Églises, habitacle de Dieu, / toi qui la première as reçu la rémission des péchés / par la sainte Résurrection.

Car le Seigneur est une source de grâce, un trésor de rédemption: / c’est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

Le Verbe, né du Père avant les siècles, / a pris chair de la Vierge en ces derniers temps, / il a voulu souffrir et mourir sur la croix / afin que l’homme, autrefois soumis à la mort, / soit sauvé par sa sainte Résurrection.

Louez le Seigneur, tous les peuples, / fêtez-le, toutes les nations.

Ô Christ, nous glorifions ta sainte Résurrection / par laquelle tu as libéré / le genre humain de la tyrannie de l’Enfer / pour donner au monde par ta divinité / la vie éternelle et la grâce du salut.

Car sa miséricorde sur nous s’est affermie, / la fidélité du Seigneur demeure pour toujours.

Gloire à toi, ô Christ notre Sauveur, / Fils unique de Dieu qui fus cloué sur la croix, / mais es ressuscité du tombeau le troisième jour.

Gloire au Père...

Seigneur, nous te glorifions, / toi qui librement souffris pour nous sur la croix, / devant toi, Sauveur tout-puissant, nous nous prosternons; / loin de ta face ne nous rejette pas, / mais dans ton amour pour les hommes / exauce-nous et sauve-nous par ta sainte Résurrection.

Maintenant... Théotokion

Le Roi des cieux, dans son amour pour les hommes, / sur la terre s’est manifesté, / il a conversé avec les hommes; / ayant pris chair d’une Vierge pure / et sorti d’elle par l’enfantement, / il est le Fils unique, une seule personne en deux natures. / Et nous qui proclamons en toute vérité / la perfection de sa divinité et de son humanité, / nous confessons le Christ notre Dieu. / Mère inépousée, intercède auprès de lui, / pour qu’il accorde à nos âmes sa miséricorde.


Entrée avec l’encens. Lumière joyeuse, et grand prokiménon.

Prokiménon ton 8:
Tu me donnes, Seigneur, l’héritage / de ceux qui craignent ton nom.
Versets: 1. Du bout de la terre je crie vers toi, dans l’angoisse de mon cœur.
2. Je veux trouver refuge à l’ombre de tes ailes.
3. Alors je chanterai pour ton nom dans les siècles des siècles.


Litanie ardente Disons tous. Après l’ecphonèse du Prêtre, Amen et Daigne, Seigneur (chanté éventuellement sur ton 8 de stichère, voir p. 38).
Litanie de demandes Achevons notre prière vespérale.


Apostiches, ton 8
Tu es monté sur la croix, ô Jésus, / toi qui du ciel étais descendu, / tu es allé vers la mort, toi l’immortelle Vie, / vers les ténèbres, Lumière véritable, / vers les mortels, ô notre Résurrection: / Sauveur qui nous illumines, gloire à toi.


Puis on chante les Stichères de Pâques (voir page 16).

Fin de l’office: comme le Lundi (voir page 60).

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Message par Monique » ven. 14 mars 2008 16:40

SEMAINE DU RENOUVEAU

LE SAMEDI À MATINES


Tout l’office, à l’exception des Laudes, est célébré comme le Lundi (voir page 42).

Laudes, ton 8
Louez-le pour ses hauts faits, / louez-le pour sa suprême majesté.
Seigneur, bien que tu aies comparu devant Pilate / pour être jugé à son tribunal, / tu n’as pas quitté le trône où tu sièges avec le Père / et, ressuscité d’entre les morts, / tu as libéré le monde de la servitude de l’Ennemi, / dans ton amour pour les hommes.

Louez-le par l’éclat du cor, / louez-le sur la harpe et la cithare.

Seigneur, si l’on te déposa comme un mort dans le tombeau, / les soldats montèrent la garde cependant, / comme pour veiller sur le sommeil du Roi; / et, pour garder le trésor de la Vie, / ils y posèrent les scellés, / mais tu as procuré par ta Résurrection l’immortalité à nos âmes.

Louez-le sur la lyre et le chalumeau, / louez-le par la danse et le tambour.

Seigneur, tu nous as donné pour triompher du démon / l’arme de ta sainte Croix; / devant elle il tremble et frémit, ne pouvant souffrir de contempler sa puissance, / puisqu’elle fait surgir les morts et triomphe de la mort; / c’est pourquoi nous nous prosternons / devant ta sépulture et ta sainte Résurrection.

Louez-le par le son des cymbales, / louez-le par les cymbales
triomphantes. / Que tout ce qui vit et respire loue le Seigneur!

Ton Ange, Seigneur, en proclamant la Résurrection, / remplit d’effroi ceux qui te gardaient; / mais, s’adressant aux saintes femmes, il leur demanda: / Pourquoi cherchez-vous parmi les morts Celui qui vit? / Il est ressuscité, notre Dieu, / accordant la vie au monde entier.

Puis on chante les Stichères de Pâques (voir page 16).

Fin de l’office: comme le Lundi (page 55)

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités