PENTECOSTAIRE

Pas de discussions dans ce forum destiné exclusivement à une mise à disposition de textes issus du cycle liturgique orthodoxe. Pour toute réflexion sur ces textes, merci de vous reporter au forum général.

Modérateur : Auteurs

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Message par Monique » ven. 14 mars 2008 17:29

SEMAINE DU RENOUVEAU

LE SAMEDI À NONE

Le Samedi à Sexte, on chante pour la dernière fois l’heure pascale. Après la Liturgie ou avant l’heure de None, on ferme les portes de l’iconostase et le rideau. À None, on reprend l’usage habituel en lisant les trois psaumes (voir “Grand Livre d’heures”, page 162).

Le tropaire et le kondakion sont les suivants:

Tropaire, ton 8
Du ciel tu descendis, ô Dieu de miséricorde, / trois jours dans le tombeau tu souffris de demeurer / pour nous délivrer de nos péchés; / notre Vie et notre Résurrection, Seigneur, gloire à toi.

Kondakion, ton 8
Lorsque tu gisais dans le tombeau, Seigneur immortel, / tu as brisé la puissance de l’Enfer / et tu es ressuscité victorieusement, ô Christ notre Dieu, / ordonnant aux Myrophores de se réjouir, / visitant tes Apôtres et leur donnant la paix, / toi qui nous sauves en nous accordant la résurrection.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Re: PENTECOSTAIRE

Message par Monique » jeu. 09 déc. 2010 15:23

DIMANCHE DE THOMAS

LE SAMEDI SOIR AUX PETITES VÊPRES

Lucernaire, ton 1 :
Par amour pour les hommes, le Christ / supporte aussi l’examen / comme il avait déjà souffert la Croix / et l’injuste immolation; / ressuscité le troisième jour / malgré les scellés du tombeau, / c’est à portes fermées // qu’il se présente à ses Disciples en Seigneur tout-puissant.
L’incrédulité de Thomas / confirme la Résurrection salutaire / par laquelle le Verbe, l’Homme-Dieu / sortit vainqueur des antres de l’Enfer; / avec une audace inouïe, / de sa main curieuse il reconnut / la marque des clous dans les mains et les pieds, // pour affermir la foi de l’univers.
Les Disciples étant rassemblés, / dans la crainte éprouvée en ta Passion, / et toutes portes fermées, / ô Verbe, tu entras à l’improviste au milieu d’eux, / leur accordant ta paix, / et tu offris à Thomas // de toucher la sainte plaie de ton côté.
Par amour pour les hommes, le Christ / supporte aussi l’examen / comme il avait déjà souffert la croix / et l’injuste immolation; / ressuscité le troisième jour / malgré les scellés du tombeau, / c’est à portes fermées // qu’il se présente à ses Disciples en Seigneur tout-puissant.
Gloire au Père... Maintenant, ton 2
Après ta Résurrection, Seigneur, / les Disciples étant réunis / et toutes portes fermées, / tu te tins au milieu d’eux, leur donnant la paix; / et Thomas, convaincu par la vision / de tes mains et de ton côté, / te confessa comme Seigneur et comme Dieu; / toi qui sauves ceux qui espèrent en toi, // Ami des hommes, gloire à toi.

Apostiches, ton 2
Purifiez vos lèvres, mortels, / pour chanter avec les Anges du ciel / celui qui s’est levé du tombeau le troisième jour, // ressuscitant le monde avec lui.
Glorifie le Seigneur, Jérusalem, / célèbre ton Dieu, ô Sion.
Sauveur, tu t’es montré / à tes saints Apôtres, / toutes portes fermées, / et par eux tu as renouvelé // en nos cœurs ton Esprit divin.
Car il a renforcé les barres de tes portes, / il a béni tes fils au milieu de toi.
T’ayant vu maintenant / ô Roi de l’univers, / non de nos yeux de chair, mais dans l’amour de notre cœur, / nous croyons que tu es Dieu // et par des hymnes nous te magnifions.
Gloire... Maintenant ...Théotokion
Sauveur, tu as donné / à ton peuple la paix, / la rémission des péchés / par les prières de la seule immaculée // la toute-pure Mère de Dieu.

Tropaire, ton 7: Malgré les scellés (voir à la fin des Grandes Vêpres).


GRANDES VÊPRES

Tropaire pascal, chanté en tout 3 fois. Psaume 103. Grande Litanie de paix de paix et Premier Cathisme. Au Lucernaire, on chante 10 stichères, en répétant les 4 premiers.

Lucernaire, ton 1
Toutes portes fermées / à les Disciples réunis, / soudain tu entras, Jésus notre Dieu tout-puissant, / et, debout au milieu d’eux, / tu leur donnas ta paix / et les emplis de l’Esprit saint, / leur enjoignant de rester / sans s’éloigner de Jérusalem / jusqu’à ce qu’ils fussent revêtus / de la force d’en-haut; / c’est pourquoi nous te crions: // Seigneur, notre résurrection notre lumière et notre paix, gloire à toi.
Huit jours après La Résurrection, / à tes Disciples, Seigneur tu te montras/ dans le lieu où ils étaient réunis, / et tu leur dis: La paix soit avec vous! / Au disciple incrédule / tu montras tes mains et ton côté, / et il te cria, dans un acte de foi: // Mon Seigneur et mon Dieu, gloire à toi.
Thomas, appelé Didyme, / n’était pas avec eux / lorsque, toutes portes closes, tu entras, ô Christ; / aussi ne crut-il pas aux paroles qu’on lui dit, / pour affermir ainsi vers la foi / le chemin des incroyants; / mais tu n’as point dédaigné, dans ta bonté, / de lui montrer ton côté immaculé / ainsi que les plaies de tes mains et de tes pieds: / il les toucha et, t’ayant vu, / en toi il reconnut plus que la simple humanité / ou que la seule divinité, // et te cria: Mon Seigneur et mon Dieu, gloire à Loi.
Les Disciples hésitaient, / mais le huitième jour parut le Sauveur / dans le lieu où ils étaient rassemblés / et, leur donnant la paix, il appela Thomas et lui dit: / Apôtre, viens toucher mes mains, / qui furent percées de clous. / Il est bon que Thomas ait douté, / pour conduire les cœurs des croyants / à la connaissance de Dieu; / et dans la crainte il s’écria: // Mon Seigneur et mon Dieu, gloire à toi.
ton 2
Après ta Résurrection Seigneur, / les Disciples étant réunis / et toutes portes fermées / tu te tins au milieu d’eux, leur donnant la paix; / et Thomas, convaincu par la vision / de tes mains et de ton côté, / te confessa comme Seigneur et comme Dieu; / toi qui sauves ceux qui espèrent en toi, / Ami des hommes, gloire à toi.
Toutes portes fermées, / au milieu des Disciples Jésus se présenta, / leur ôtant la crainte et leur donnant la paix; / puis, appelant Thomas, il lui dit: / Pourquoi ne crois-tu pas / que je suis ressuscité des morts? / Mets ta main dans mon côté, / vois mes mains et mes pieds, / et grâce à ton manque de foi / tous les hommes connaîtront ma Passion / et ma Résurrection d’entre les morts, / afin de crier avec toi: // Mon Seigneur et mon Dieu, gloire à toi.
Gloire au Père... Maintenant, ton 6
Toutes portes fermées, / devant tes Disciples tu t’es présenté, ô Christ, / alors que Thomas n’était pas avec eux, / mais ce fut providentiel car il dit: / Je ne croirai pas, si je ne vois moi-même le Seigneur, / si je ne vois le côté d’où sortirent le sang et l’eau, le baptême; / si je ne vois la plaie par laquelle fut guérie / l’immense blessure du genre humain; / si je ne vois qu’il n’est pas une sorte d’esprit, / mais un être fait d’os et de chair. // Toi qui as triomphé de la mort et pleinement convaincu Thomas, Seigneur, gloire à toi.

Entrée : Lumière joyeuse.

Prokiménon ton 6: Le Seigneur règne, / revêtu de majesté
Versets : 1. Le Seigneur s’est revêtu de puissance, il l’a nouée comme ceinture à ses reins. 2. Tu fixas l’univers, inébranlable, ton trône est stable pour toujours. 3. À ta demeure convient la sainteté, Seigneur, pour la suite des jours.

Litie, ton 4
Seigneur, manifestant l’éclat de ta divinité, / tu es apparu toutes portes fermées, / au milieu de tes Disciples tu découvris ton côté, / leur montrant les blessures de tes mains et de tes pieds, / les délivrant du chagrin qui les accablait / et leur disant clairement: / «J’ai assumé la chair, vous le voyez; / amis, je ne suis pas une sorte d’esprit.» / Mais au Disciple hésitant / tu as demandé de toucher tes plaies, lui disant: / «Explore mes blessures et ne doute plus désormais!» / Et le disciple, ayant vérifié de sa main / ton humanité et ta divinité, / plein de crainte s’écria, dans un acte de foi: // Mon Seigneur et mon Dieu, gloire à toi.
ton 8
Touche, Thomas, mon côté avec ta main, / examine la trace des clous, / et ne sois plus incrédule, mais croyant, dit le Christ. / Thomas, ayant touché du doigt le Seigneur, / d’une voix forte s’écria: // Tu es mon Seigneur et mon Dieu, gloire à toi.
Gloire au Père... Maintenant, ton 8
Toutes portes fermées et les Disciples réunis, / le Sauveur apparut / dans le lieu où ils étaient rassemblés / et, se tenant au milieu d’eux, / il appela Thomas et lui dit: / Viens toucher mes plaies et vois la marque des clous, / et ne deviens pas incrédule, mais désormais // proclame avec foi ma résurrection d’entre les morts.

Apostiches, ton 4
Ô merveille inouïe: / le manque de foi rend plus ferme la foi, / car Thomas avait dit: «Je ne croirai pas sans avoir vu»; / mais, ayant touché ton côté, / il reconnut pour Fils de Dieu le Seigneur incarné / qui a souffert dans sa chair; / il proclama sa Résurrection d’entre les morts / et cria devant tous d’une éclatante voix: // Mon Seigneur et mon Dieu, gloire à toi.
Glorifie le Seigneur, Jérusalem, / célèbre ton Dieu, ô Sion.
Ô merveille inouïe: / la paille n’est pas brûlée par le feu qu’elle a touché, / car Thomas ne fut pas consumé pour avoir mis sa main / dans le côté brûlant de Jésus Christ notre Dieu, / mais changea son incrédulité en chaleureuse foi / et, du fond de son âme, il cria: / Maître ressuscité des morts, // tu es aussi mon Dieu, gloire à toi.
Car il a renforcé les bancs de tes portes, / il a béni tes fils au milieu de toi.
Ô merveille inouïe: / c’est Jean qui reposa sur la poitrine du Verbe / et Thomas fut jugé digne de toucher son côté; / le premier y scruta le profond mystère de Dieu, / l’autre fut digne de nous initier à son plan de salut, / car il montra clairement les preuves de sa résurrection en disant: // Mon Seigneur et mon Dieu, gloire à toi.
Gloire au Père... Maintenant, ton 5
Ami des hommes, sans égale est ton immense miséricorde: / tu as supporté d’être frappé par les Juifs, / d’être palpé par un apôtre, d’être épié par les impies. / Comment as-tu pris chair, comment as-tu souffert la croix, / toi le seul sans péché? / Apprends-nous à te crier comme Thomas: // Gloire à toi, mon Seigneur et mon Dieu.
Après le Cantique de Siméon, Trisagion et Prière du Seigneur. Le tropaire est chanté 3 fois.

Tropaire, ton 7
Malgré les scellés posés sur le tombeau, / comme la Vie tu surgis de tombe, ô Christ notre Dieu; / et, malgré les portes fermées, / tu t’es manifesté, universelle Résurrection, à tes Disciples, / renouvelant en nos cœurs l’Esprit de vérité / par ton immense miséricorde.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Re: PENTECOSTAIRE

Message par Monique » jeu. 09 déc. 2010 15:25

DIMANCHE DE THOMAS

OFFICE DE MINUIT

Le canon triadique, œuvre de Métrophane de Smyrne, porte l’acrostiche Nature au triple éclat, comme Une je te chante.

Ode 1, ton 1
Hirmos : Ta droite victorieuse, magnifique en sa force, / s’est couverte de gloire, / car, ô Seigneur immortel, / grâce à ta puissance, / elle a broyé les ennemis / en ouvrant pour Israël / une voie nouvelle au profond de la mer.
Sans relâche les Séraphins / des trois personnes glorifient le seul pouvoir / sans limite et sans commencement, / insaisissable créateur de l’univers, / que toute langue célèbre fidèlement / en le chantant.
Ayant façonné le genre humain / que tu créas à ton image, / pour montrer aux hommes ta divinité / dans l’unique feu d’un triple éclat, / tu lui as donné, dans ta bonté, / l’intelligence, le verbe et l’esprit.
Gloire: Voulant signifier, du haut du ciel, / la divine majesté / des trois personnes ayant même pouvoir, / ô Père, tu as dit / à ton Fils et à l’Esprit: / Allons, descendons, / confondons les langues des nations.
Théotokion: Pour image du Père inengendré / les sages nous proposent la Raison; / pour le Fils consubstantiel, / le Verbe sans commencement; / opère la divine incarnation / en la Vierge l’Esprit saint.

Ode 3
Hirmos : Toi qui seul connais la faiblesse de la nature humaine, / lui étant devenu semblable, dans ta compassion, / revêts-moi de la force d’en-haut,/ pour que je chante devant toi: / Saint est le temple spirituel / de ta gloire immaculée, / Seigneur ami des hommes.
Jadis, lorsqu’Abraham / te vit paraître devant lui / te montrant en trois personnes, / dans l’unité de la divinité, / tu révélas en image / la plus pure théologie: / Dieu unique au triple éclat, / nous te chantons fidèlement.
Celui que, dans ta divinité, / sans semence, ô Père, tu as engendré / lumière de lumière s’est levé / comme Fils consubstantiel à toi; / et de toi procède également / la lumière qu’est l’Esprit divin: / unique Dieu en trois personnes resplendissant, / nous t’adorons et glorifions.
Gloire: En un chant surnaturel / qui dépasse l’entendement, / la Trinité est glorifiée / dans le ciel comme un seul Dieu / par les esprits incorporels / qui d’une voix incessante / proclament la louange du trisaghion: / avec eux chantons aussi le Seigneur trois fois saint.
Théotokion: Tu as mis au monde et dans le temps / sans semence l’intemporel, / et le Dieu immatériel / est devenu semblable à nous / sur la terre pour nous enseigner / l’unique nature et seigneurie / du Père, du Fils et de l’Esprit: / Mère de Dieu, nous te glorifions.

Cathisme, ton 1
Devant le Père et le Fils / et l’Esprit saint prosternons-nous, / Trinité à qui même gloire est décernée, / Puissance divine incréée; / les Anges la glorifient dans le ciel / et nous sur terre en ce jour / avec crainte la célébrons fidèlement.
Gloire... Maintenant... Théotokion
Nous qui sans cesse offensons la suprême bonté du Seigneur / et sommes fourvoyés sur les chemins du péché, / conduis-nous sur la voie du repentir, / Mère bénie et Vierge inépousée, / Marie, refuge des sans-espoir / et tabernacle de Dieu.

Ode 4
Hirmos : Montagne ombragée par la grâce de Dieu, / Habacuc t’a reconnue de son regard de voyant. / De toi, a-t-il prédit, / sortira le Saint d’Israël / pour notre salut / et notre restauration.
Triple soleil de la divinité, / répands sur moi l’éclat de tes rayons / pour que brille aux yeux de mon cœur / la beauté divine, la splendeur / qui surpasse tout esprit, / dans l’éclat de ta douce communion.
Au commencement, tu as établi les cieux / et toute leur puissance, Seigneur, / par ton Verbe créateur / et le souffle de ta bouche, l’Esprit consubstantiel: / avec eux tu règnes sur l’univers, / dans le triple éclat de ton unique majesté.
Gloire: À ton image m’ayant façonné, à ta ressemblance m’ayant formé, / Dieu créateur et souverain, / Trinité dont l’unité n’est pas confusion, / éclaire-moi pour accomplir / ta sainte et parfaite volonté.
Théotokion: Toute pure, tu as enfanté / l’Un de la sainte Trinité: / le Fils de Dieu s’est incarné pour nous, / il est sorti de toi pour éclairer le genre humain, / dans la lumière sans déclin/ et le triple éclat de la divinité.

Ode 5
Hirmos : Par l’éclat de ton avènement / tu as illuminé les confins de l’univers / en les éclairant, ô Christ, / par la splendeur de ta croix: / fais briller aussi la lumière de la divine connaissance / dans les cœurs qui te chantent selon la vraie foi.
Avant toute la création, / c’est sur les Anges que tu fis briller / directement les rayons / de ton inaccessible clarté: / sur qui te chante selon la vraie foi / répands aussi ta lumière, divine Trinité.
La nature qui de ta bonté / reçut le don d’exister/ te chante maintenant, / unique Dieu au triple éclat, / te demandant de lui épargner / épreuves, chutes, peines et dangers.
Gloire: Glorifions avec foi / le Père, le Fils et l’Esprit saint, / une seule nature et divinité, / partagée, mais non divisée, / unique Dieu de tout le créé, / le visible et l’immatériel.
Théotokion: D’avance, toutes les prophéties, / Vierge pure, ont décrit / ton ineffable enfantement, / que nul homme ne peut expliquer, / mais qui nous mène jusqu’au secret / de l’unique Dieu au triple éclat.

Ode 6
Hirmos : Le fond de l’abîme nous entourait, / et nous n’avions personne pour nous délivrer, / nous étions comptés comme brebis d’abattoir. / Sauve ton peuple, ô notre Dieu, / car tu es la force des faibles / et leur relèvement.
À pouvoir égal, ô Trinité, / tu possèdes une identique volonté; / Dieu suprême, à toute essence supérieur, / d’un seul tenant, non divisé, / en ta puissance, entoure-nous / de ta divine protection.
Gloire: À ton vouloir tu as soumis / tous les siècles, en ta bonté, / puis tu fis l’homme du néant, / insaisissable Trinité; / mais à présent délivre-moi / de toute peine et danger.
Théotokion: Du Soleil sans soir et créateur / qui mit en place puissamment / les immenses luminaires dans le ciel, / divine Épouse et Vierge immaculée, / tu fus le temple aussi délivre-moi / de la ténèbre des passions.

Cathisme, ton 1
Devant la sainte et indivise Trinité / répartie en trois personnes sans division / et demeurant indivisible selon l’essence de la divinité, nous les mortels, avec crainte prosternons-nous, / la glorifiant comme Créateur / et divin Seigneur de bonté.
Gloire... Maintenant... Théotokion
Gouverne ma pauvre âme, ô Vierge immaculée, / et la prends en pitié; / regarde en quel abîme elle est tombée, / sous le poids de mes péchés; / à l’heure terrible de la mort, / Vierge sainte, arrache-moi / aux démons accusateurs et à tout châtiment.

Ode 7
Hirmos : Nous les fidèles, nous reconnaissons en toi, / ô Mère de Dieu, / la fournaise spirituelle; / et de même qu’il a sauvé les trois Jeunes Gens, / le Très-Haut a renouvelé / en ton sein le monde entier, / le Seigneur Dieu de nos Pères, / digne de louange et de gloire.
Verbe divin, reflet consubstantiel / du Dieu tout-puissant, / qui as voulu prendre sur toi / d’habiter parmi nous, / traite-moi selon ton cœur, / avec le Père et l’Esprit, / fais que démons et tentations, / dans l’effroi, se tiennent loin de moi.
Gloire: Seigneur, afin de nous montrer / l’océan de ton amour, / tu as envoyé ton Fils / jusqu’en notre pauvreté, / pour restaurer le genre humain / dans la splendeur des premiers jours: / maintenant encore, Dieu sauveur, / éclaire-moi de ton Esprit.
Théotokion: Celui qui siège dans le ciel / sur le trône des Chérubins, / le Roi de tous, a demeuré / dans la grotte virginale de ton sein; / en son amour il a sauvé le genre humain / de la poussière du tombeau; / maintenant encore, ô Vierge immaculée, / par tes prières entoure-moi de ta protection.

Ode 8
Hirmos : La fournaise qui distille la rosée / préfigure la merveille où la nature est dépassée; / car les Jeunes Gens qu’elle a reçus, / elle se garda de les brûler, / comme le feu de la divinité / habita le sein de la Vierge sans le consumer. / Aussi chantons joyeusement: / L’entière création bénisse le Seigneur / et l’exalte dans tous les siècles.
D’un geste divin, Seigneur universel / en trois personnes et tout-puissant, / tu étendis les cieux comme un manteau / et fixas la terre de ta puissante main; / affermis aussi tes serviteurs, / Ami des hommes, en ton amour, / afin que, pleins d’ardeur et de foi, / dans les siècles nous puissions te glorifier.
Gloire: Illumine de ton éclat divin / ceux qui chantent le triple soleil / et l’unique essence des personnes en Dieu, / pour qu’ils puissent contempler/ sans cesse les rayons de ta splendeur; / pour eux je louerai à satiété / ta douce gloire pleine de clarté / et l’exalterai dans tous les siècles.
Théotokion: Ayant assumé sans changement / la nature des humains, / ton Fils, ô Vierge sainte, en sa bonté, / l’éleva jusques aux cieux, / après l’avoir sauvée de l’antique corruption; / et, dans l’action de grâce, nous chantons: / L’entière création bénisse le Seigneur / et l’exalte dans tous les siècles!

Ode 9
Hirmos : Pour image de ton enfantement / nous avons le buisson ardent / qui brûlait sans être consumé; / en nos âmes nous te prions d’éteindre / la fournaise ardente des tentations, / pour qu’alors, ô Mère de Dieu, / nous te magnifiions sans cesse.
Toi qui sauves l’entière création, / l’univers sensible et spirituel, / sauve aussi tes serviteurs / de la malignité de l’Ennemi, / Trinité sainte et consubstantielle, / sauvegarde ton troupeau, / le protégeant de toute adversité.
Gloire: Pour nous montrer l’insondable océan de ta bonté, / Dieu unique au triple éclat / et tout-puissant Seigneur, / tu nous donnas les promesses du salut, / que nous te prions d’accomplir / en faveur de tes serviteurs.
Théotokion: De nos prières entends la voix, / toi l’objet de notre foi, / Dieu unique et seul vrai Dieu / en trois personnes d’égale majesté; / à tes fidèles accorde la consolation / par les prières de la Mère de Dieu, / la Vierge pure, toute-digne de nos chants.

Mégalynaires. Hypakoï (ou Tropaire, selon l’usage slave): celui du Pentecostaire (voir à Matines).

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Re: PENTECOSTAIRE

Message par Monique » jeu. 09 déc. 2010 15:31

DIMANCHE DE THOMAS

MATINES

Tropaire pascal, chanté 3 fois en tout. Gloire à Dieu au plus haut des cieux etc., et l’hexapsalme. Grande litanie, puis Le Seigneur est Dieu.
Tropaire, ton 7
Malgré les scellés posés sur le tombeau, / comme la Vie tu surgis de tombe, ô Christ notre Dieu; / et, malgré les portes fermées, / tu t’es manifesté à tes Disciples, universelle Résurrection, / renouvelant en nos cœurs l’Esprit de vérité / par ton immense miséricorde.

Cathisme I, ton 1
Par crainte des Juifs, les Disciples se cachaient / et s’étaient réunis dans Sion; / tu vins au milieu d’eux, Seigneur de bonté, / et, les portes fermées, tu leur apparus, les comblant de joie; / tu leur montras tes mains et la plaie de ton côté, / disant au disciple incrédule: Mets ta main, / rends-toi compte, c’est moi qui ai souffert pour toi.

Cathisme II, ton 1
Ô Christ, malgré les portes fermées, / tu es apparu comme la Vie à tes Disciples; / tu leur montras tes mains et tes pieds et ton côté, / pour affermir leur foi en ta Résurrection du tombeau; / mais Thomas n’y était pas, et par suite il disait: / Si moi-même je ne le vois, / je ne croirai pas sur parole.

Polyéléos : Louez le nom du Seigneur, louez-le.., et les Eulogitaires de la Résurrection: Les chœurs angéliques...

Cathisme, ton 1
«Voyant, Thomas, mon côté et la marque des clous, / pourquoi douter de ma véritable Résurrection» / disait le Seigneur surgi du tombeau / et se montrant aux Apôtres de façon merveilleuse; / Thomas, appelé Didyme, répondit au Créateur: / Tu es en vérité mon Seigneur et mon Dieu.

Anavathmi, ton 4
Depuis ma jeunesse, nombreuses sont les passions qui m’assaillent, / mais toi, ô mon Sauveur, / protège-moi et sauve-moi.
Vous qui haïssez Sion, soyez confondus par le Seigneur, / car comme l’herbe par le feu, vous serez desséchés.
Gloire au Père... Maintenant...
Par le Saint Esprit / toute âme vit / par la pureté elle s’élève, / elle est illuminée par le mystère sacré de l’unité trinitaire.

Prokiménon, ton 4: Glorifie le Seigneur, Jérusalem, / célèbre ton Dieu, ô Sion.
Verset: Car il a renforcé les barres de tes portes, il a béni tes fils au milieu de toi.
Que tout ce qui vit et respire loue le Seigneur.
Évangile: Éothinon 1..
ton 6
Ayant contemplé la Résurrection du Christ, / prosternons-nous devant notre saint Seigneur Jésus: / il est le seul sans péché. / Ô Christ, nous nous prosternons devant ta Croix / et nous chantons et glorifions ta sainte Résurrection, / car tu es notre Dieu, / nous n’en connaissons nul autre que toi: / ton nom, nous le proclamons; / venez, tous les fidèles, / prosternons-nous devant la sainte Résurrection du Christ; / voici que par la croix la joie a pénétré le monde entier; / sans cesse louons le Seigneur / et chantons sa Résurrection, / car en souffrant pour nous sur la croix / il a détruit la mort par sa mort. (3 fois)

Psaume 50.
ton 6
Gloire au Père: Par les prières des Apôtres, / dans ta bonté, Seigneur, / efface la multitude de nos péchés.
Maintenant: Par les prières de la Mère de Dieu...
Aie pitié de moi, ô Dieu, / en ta grande bonté, / en ton immense miséricorde efface mon péché.
Ressuscité du tombeau / comme il l’avait prédit, / Jésus nous donne la vie éternelle / et la grâce du salut.

Prière: Sauve, Seigneur, ton peuple... avec les 12 Kyrie eleison.

Du canon de la Fête (ton 1), œuvre du moine Jean, on chante les hirmi en 2 et les tropaires en 12. Catavasies: les hirmi du canon pascal.

Ode 1, ton 1
Hirmos : À celui qui délivra le peuple d’Israël / de l’amère servitude de Pharaon / et le conduisit à pied sec sur l’abîme de la mer / chantons une ode de victoire, / car il s’est couvert de gloire.
En ce jour, c’est le printemps des âmes, / car le Christ s’est levé du tombeau, / le troisième jour, comme un soleil, / il a chassé le sombre hiver de nos péchés: / chantons-le, car il s’est couvert de gloire.
Gloire: De toutes heures voici la reine, / faisant cortège au splendide roi des jours: / elle réjouit de son éclat / le peuple de l’Église, ce nouvel élu, / qui sans cesse chante le Christ ressuscité.
Maintenant: Ô Christ, les portes de la mort, / pas plus que les scellés du tombeau, / ni les serrures de la chambre haute n’ont pu te résister; / mais, ressuscité, tu apparus à tes amis, / leur donnant une paix qui surpasse tout esprit.
Jour de la Résurrection! / Peuples, rayonnons de joie: / c’est la Pâque, la Pâque du Seigneur! / De la mort à la vie, / de la terre jusqu’au ciel / le Christ notre Dieu nous conduit: /chantons la victoire du Seigneur.

Ode 3
Hirmos : Ô Christ, rends-moi ferme sur l’inébranlable roc / de tes commandements; / à la clarté de ton visage éclaire-moi, / car il n’est d’autre Saint que toi, Seigneur.
Par ta croix, ô Christ, tu nous renouvelas, / d’anciens que nous étions; / de la mort tu nous menas à l’immortalité, / nous ordonnant de vivre une vie nouvelle en toi.
Gloire: Enfermé dans le tombeau par les limites de ta chair, / toi que rien ne peut cerner, / ô Christ, tu ressuscitas et, portes closes, te montras / parmi tes Disciples, Seigneur tout-puissant.
Maintenant: Ô Christ, les blessures que tu as subies / librement pour nous, / tu les montras à tes Disciples pour témoigner / de ta glorieuse Résurrection.
Venez, buvons tous au flot nouveau / de la source d’immortalité / merveilleusement jaillie / non plus du rocher dans le désert, / mais sur le tombeau du Christ, / notre force et notre joie.

Hypakoï, ton 6
Comme tu es apparu au milieu de tes Disciples en leur donnant ta paix, / viens aussi parmi nous, Dieu Sauveur, et sauve-nous.

Ode 4
Hirmos : Redoutable est le mystère, / de ton œuvre de salut ô Christ; / c’est lui que voyait de loin le prophète Habacuc / de son regard pénétrant les secrets divins: / Ami des hommes, dit-il, / tu es venu pour le salut de ton peuple.
Le Christ en goûtant le fiel / a réparé la gourmandise de jadis; / maintenant, c’est comme un rayon de miel / que le Christ fait goûter au premier père en lui accordant l’illumination / et sa douce communion.
Il te plaît d’être connu, ô Christ / ami des hommes, et c’est pourquoi / tu guidas Thomas vers cette connaissance, / offrant à son doute l’examen de ton côté / pour affermir le monde dans la foi / en ta Résurrection le troisième jour.
Gloire: Ayant puisé richement/à l’intarissable trésor / de ton côté transpercé / par la lance du soldat, / Thomas remplit l’univers / de la sagesse et connaissance de Dieu.
Maintenant: Ta bienheureuse langue, Thomas, / par des hymnes nous la chantons: / elle fut la première à proclamer / pieusement la Source de notre vie, / Jésus notre Seigneur et notre Dieu, / par le contact qui t’emplit de grâce et de vérité.
En cette sainte nuit où nous veillons, / que le Prophète inspiré par Dieu / se tienne parmi nous / et qu’il nous montre l’Ange resplendissant / annonçant joyeusement: / Aujourd’hui, c’est le salut du monde / car il est ressuscité, / le Christ, notre Dieu tout-puissant.

Ode 5
Hirmos : En cette veille de la nuit, / nous te chantons, ô Christ, / égal au Père en éternité / et de nos âmes le Sauveur: / donne au monde la paix, / Seigneur ami des hommes.
À tes amis découragés, / Sauveur, tu apparus, / et ta présence dissipa / la tristesse de leur cœur; / et tu les fis bondir de joie / par ta sainte Résurrection.
Gloire: Thomas, il est juste, en vérité, / de te féliciter / pour la témérité de ton action: / tu as eu l’audace de palper / le côté où resplendissait / le feu de la divinité!
Maintenant: Seigneur, tu as montré / comment le doute de Thomas / peut nous conduire vers la foi: / dans ta sagesse, en effet, / tu prévois tout pour notre bien, / ô Christ ami des hommes.
Devançons le point du jour / pour offrir au Seigneur, / au lieu de myrrhe, l’hommage de nos chants, / et nous verrons le Christ se lever, / Soleil de justice qui nous donne à tous / la lumière et la vie.

Ode 6
Hirmos : Du monstre marin tu as sauvé, / Ami des hommes, ton Prophète; / du gouffre de mes péchés / retire-moi, je t’en supplie.
Tu n’as pas laissé Thomas / sombrer dans le gouffre d’incrédulité, / mais tu lui tendis les mains, / Seigneur, pour qu’il puisse les examiner.
Gloire: Notre Sauveur a déclaré: / En me touchant, vous voyez / que je suis fait d’os et de chair; / c’est bien moi, je n’ai pas changé.
Maintenant: Il toucha ton côté / Thomas qui n’était pas présent, / et, dans la foi, te reconnut, / Sauveur, à ta première venue.
Au plus profond de la terre tu es descendu, / tu as brisé les verrous éternels / qui nous tenaient captifs, / et le troisième jour, comme Jonas du poisson, / ô Christ, tu es sorti du tombeau.

Kondakion, ton 8
D’une main curieuse, l’apôtre Thomas / explora ton côté vivifiant, ô Christ notre Dieu, / et, toutes portes étant fermées lorsque tu vins / au milieu des Disciples, il te cria: / Tu es en vérité mon Seigneur et mon Dieu.

Ikos
La main du Disciple, comment n’a-t-elle pas fondu, / lorsqu’elle approcha le côté brûlant du Seigneur? / Qui lui a donné l’audace d’y toucher? / Assurément, celui qui fut touché! / S’il n’avait donné la force à cette pauvre main, / comment aurait-elle pu toucher les plaies qui firent trembler le ciel et la terre? / Et Thomas reçut la grâce de toucher le Christ et de lui crier: / Tu es en vérité mon Seigneur et mon Dieu.

Synaxaire
Après le Synaxaire du Ménée:
Ce même jour, deuxième dimanche de Pâques, nous fêtons le Renouveau de la Résurrection du Christ et l’attouchement du saint apôtre Thomas.
Sein vierge et sépulture ne t’ont pas retenu:
comment une serrure
gênerait ta venue?
Il était d’usage, parmi les Anciens, d’observer le Renouveau pour quelque fait des plus marquants. Lorsque le cycle d’une année était accompli, le même jour où le fait s’était produit, on en faisait la mémoire annuelle, afin que ne tombent dans l’oubli les grands événements. C’est pourquoi les Hébreux célébrèrent la Pâque d’abord à Galgala, en commémorant le passage de la mer Rouge; puis ils célébrèrent somptueusement la Tente du Témoignage, puis la royauté de David et les autres événements, que je ne citerai pas en détail. Ainsi donc, de tous les faits marquants de la vie du Seigneur, nous célébrons le plus grand, celui qui surpasse tout esprit, à savoir sa Résurrection; et nous le commémorons non seulement chaque année, mais également chaque huitième jour. La première de ces commémorations, c’est donc ce Dimanche, que l’on peut à juste titre désigner comme le huitième et le premier: le huitième, eu égard à la Pâque, le premier, comme principe de tous les autres. Le huitième encore, parce qu’il devient l’image de ce jour sans fin qui dans le siècle à venir sera le premier et l’unique, absolument, puisqu’il ne sera pas interrompu par une nuit. Voilà donc pour le Renouveau.
Pour ce qui est de Thomas, voici comment cela s’est passé. Lorsque le Christ apparut à ses Disciples, le soir du jour où il est ressuscité, il manquait Thomas, qui n’était pas réuni aux autres, par peur des juifs. Revenu quelque temps après et apprenant la venue du Christ, il ne crut pas les Disciples ni sur le fait qu’ils l’avaient vu ressuscité ni même sur le fait de sa résurrection, et en cela il fut le seul parmi les Onze. Voyez l’habileté de Dieu: en prenant soin d’un seul, il élargit à tous son plan de salut et, pour affermir dans la foi ceux qui viendront après, il attend huit jours avant de revenir, de façon à exciter au plus haut point le désir de Thomas ou plutôt de manière qu’ayant refusé de croire il procure à tous une foi plus parfaite en la Résurrection. À portes closes, comme la première fois, mais Thomas étant présent lui aussi, il entre et leur souhaite la paix, comme d’habitude, en guise de salut, puis il s’adresse à Thomas et lui dit: « Mets ici ton doigt et vois mes mains; avance ta main et mets-la dans mon Côté, et ne sois plus incrédule, mais croyant. Car il te faut croire non seulement à cause de ce que tu as vu, à cause de mon apparition, mais, puisque tu vis dans l’épaisseur de la chair, tu dois te souvenir d’avoir touchés. » (Et par cela il montra que lorsque Thomas avait parlé aux autres disciples, lui le Christ, il était là et qu’il écoutait.) « Mets ta main dans mon côté », cela signifie que la plaie du côté était assez large pour qu’on y pût introduire la main. Ayant examiné avec soin et ayant eu foi grâce au toucher (il lui fut donc permis de voir et de faire cela, même en un corps parfaitement incorruptible et divinisé, pour acquérir la certitude), Thomas s’écria: « Mon Seigneur et mon Dieu », l’un à cause de la chair, l’autre à cause de la divinité. Et le Christ lui dit: « Parce que tu as vu, tu as cru; bienheureux ceux qui croiront sans avoir vu! »
Thomas est appelé Didyme (double) soit parce qu’il est né avec un autre, soit parce qu’il a douté de la Résurrection, soit qu’il fût né avec deux doigts attachés, à la main droite, le majeur et celui qui le précède, à savoir l’index. On a peut-être dit qu’il devait douter, puis toucher avec ces deux doigts. Selon d’autres, et c’est plus exact, Thomas signifie simplement « jumeau ».
Ce fut la deuxième apparition du Christ. La troisième se produisit au lac de Tibériade, lors de la pêche aux poissons, quand il prit de la nourriture, qu’il consuma au feu divin, de la manière qu’il sait, pour affirmer sa résurrection. Puis il apparut à Emmaüs. La cinquième apparition eut lieu en Galilée. Il se montra onze fois, à ce qu’on dit, jusqu’à son Ascension, faisant après sa Résurrection des miracles nombreux et extraordinaires en présence de ses Disciples (sans toutefois les montrer à des multitudes), mais les Évangélistes ne purent pas les décrire tous, parce qu’il ne leur fut pas possible d’interroger les nombreuses personnes qui s’en étaient retournées de par le monde et de les entendre sur ces événements tout à fait extraordinaires.
Par les prières de ton apôtre Thomas, Christ notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen.

Ode 7
Hirmos : Les peuples convoqués au son des instruments / devaient adorer l’image du tyran; / mais, comme leurs pères, les Jeunes Gens, / avec David chantant des cantiques de Sion, / résistèrent à l’ordre du tyran / et changèrent la flamme en une fraîche rosée, / entonnant l’hymne de louange: / Dieu de nos Pères et le nôtre, tu es béni.
Premier des jours et leur seigneur, / voici le jour porteur de clarté / qui donne cours à la joie / du nouveau peuple élu de Dieu: / gravement il porte aussi la marque de l’éternité / et la perfection, comme l’ogdoade du temps à venir. / Seigneur exalté par-dessus tout, / Dieu de nos Pères et le nôtre, tu es béni.
Thomas le Jumeau, par sa rare effronterie, / nous fait bénéficier des doutes de sa foi; / pour le monde il dissipe l’ignorance et l’obscurité, / par sa confiante incrédulité; / pour lui-même il se tresse une couronne d’immortalité / disant au Christ: Tu es le Seigneur exalté par-dessus tout, / Dieu de nos Pères et le nôtre, tu es béni.
Gloire : Ce n’est pas en vain que Thomas doutait, / qu’il n’admit pas tout de suite ta Résurrection; / il fit en sorte que sans conteste elle s’imposât / sur la terre à toutes les nations; / par son doute il affermit la foi de tous / et nous apprit à dire: Tu es le Seigneur exalté par-dessus tout, / Dieu de nos Pères et le nôtre, tu es béni.
Maintenant: Thomas craintivement / mit sa main dans ton côté vivifiant; / il y perçut la double énergie / de tes deux natures, Christ Sauveur, / unies en toi sans confusion; / et, dans la foi, il s’écria: / Tu es le Seigneur exalté par-dessus tout, / Dieu de nos Pères et le nôtre, tu es béni.
Celui qui libéra les Jeunes Gens de la fournaise / s’est fait homme et a souffert comme un mortel; / par sa Passion il revêt le genre humain / de la splendeur de l’immortalité, / car il est le Dieu de nos Pères, / à lui seul bénédiction et haute gloire.

Ode 8
Celui qui protégea les Jeunes Gens/ dans la flamme ardente du brasier / et qui sur eux descendit / sous la forme d’un Ange, / c’est le Seigneur, chantez-le, / exaltez-le dans tous les siècles.
Bien qu’il désirât ta joyeuse vision, / Thomas commença par n’y croire point, / mais lorsqu’il en fut favorisé, / il t’appela Seigneur et Dieu, / toi le Maître que nous exaltons / dans les siècles.
Bénissons le Seigneur, Père, Fils et saint Esprit.
Celui qui souffrit l’incrédulité de Thomas, / lui montrant son côté vivifiant, / et se prêta sous sa main / à la rigueur de l’examen, / c’est le Seigneur, chantez-le, / exaltez-le dans tous les siècles.
Maintenant : Pour nous, Thomas, fut révélé / le précieux trésor que tu celais: / d’une langue inspirée par Dieu/ et confessant la divinité, / tu as dit: Louez le Christ, / exaltez-le dans tous les siècles.
Voici le jour parfaitement saint, / unique dans les semaines, seigneur et roi des jours, / la fête des fêtes, / la solennité des solennités; / en lui nous bénissons le Christ / dans les siècles.

Ode 9
Hirmos : Toi qui es la lampe brillante de clarté / et la Mère de notre Dieu, / l’éclatante gloire du Seigneur / et la plus haute parmi toutes les œuvres / du divin Créateur, / par des hymnes nous te magnifions.
Voici, ô Christ, le jour resplendissant, / plus lumineux que tout éclat, / plein de grâce et de clarté, / où, rayonnant de beauté, / tu t’es montré à tes Disciples; / et par des hymnes nous le magnifions.
Gloire: Toi dont la pauvre main d’un mortel / a touché le côté vivifiant / et qui l’as empêchée / de brûler dans le feu / de ton immatérielle divinité, / par des hymnes nous te magnifions.
Maintenant : Sans avoir vu de nos propres yeux / comment tu es sorti du tombeau / pour ressusciter comme Dieu, / ô Christ, nous le croyons / de tout l’élan de notre cœur / et par des hymnes nous te magnifions.
Resplendis de lumière, / nouvelle Jérusalem, / car la gloire du Seigneur / a brillé sur toi. / Exulte et danse de joie, fille de Sion; / réjouis-toi aussi, sainte Mère de Dieu, / en ce jour où ressuscite ton Fils.

Saint est le Seigneur notre Dieu (3 fois)

Exapostilaire, ton 3
Explore avec ta main / les plaies de mes mains et de mes pieds; / Thomas, ne refuse pas / de croire en moi qui fus blessé pour toi; / au chœur des Apôtres qui m’ont vu / joins ta voix pour annoncer le Dieu vivant.
Gloire au Père... Maintenant…
Aujourd’hui le printemps exhale son parfum de fleurs écloses / et la création nouvelle exulte d’allégresse; / aujourd’hui le Seigneur enfonce les portes closes / et brise les verrous du doute par sa présence; / Thomas, l’apôtre du Christ, dans un acte de foi le confesse: / Tu es, en vérité, mon Seigneur et mon Dieu.

Laudes, ton 1
On chante 4 stichères, en répétant le premier.
Après ta merveilleuse Résurrection, / Seigneur source-de-vie, / comme tu n’avais pas brisé les scellés du tombeau, / tu entras de même, toutes portes fermées, / chez tes Apôtres glorieux, / que tu comblas de joie, / leur donnant l’Esprit de vérité / dans ton immense bonté.
Thomas, appelé Didyme, / n’était pas avec eux / lorsque tu apparus à tes Disciples, Seigneur; / aussi ne crut-il pas à ta Résurrection / et dit à ceux qui t’avaient vu: / Si je ne mets mon doigt dans son côté / et dans la marque des clous, / je ne croirai pas qu’il est ressuscité!
Thomas, disait le Christ, / touche-moi, puisque tu le veux, / approche ta main / et sache que j’ai des os, de la chair, un corps humain; / ne deviens pas incrédule, mais croyant! / Et celui-ci répondit: Tu es mon Seigneur et mon Dieu, / gloire à ta sainte Résurrection.
Gloire au Père... ton 6
Huit jours après ta Résurrection, / Fils unique et Verbe de Dieu, / tu apparus à tes Disciples, toutes portes fermées, / et tu leur donnas la paix; / au disciple incrédule tu montras la marque des clous: / Viens toucher, lui dis-tu, mes mains et mes pieds / et la plaie de mon côté. / Le disciple fut convaincu et s’écria: / Gloire à toi, mon Seigneur et mon Dieu.
Selon le typikon slave:
Maintenant... Théotokion
Tu es toute bénie, Vierge Mère de Dieu, / car celui qui a pris chair de toi a triomphé de l’Enfer; / par lui Adam et Ève furent délivrés de la malédiction, / la mort fut mise à mort et nous avons été vivifiés; / c’est pourquoi nous élevons la voix pour chanter: / béni sois-tu, ô Christ notre Dieu, qui l’as voulu ainsi! Gloire à toi.

Grande Doxologie. Tropaire de la Fête:
Malgré les scellés.
Litanies et Congé.

Après le Congé:
Éothinon, ton 1
Sur la montagne, le Seigneur / apparut aux Disciples accourus pour son élévation d’ici-bas, / et ils se prosternèrent devant lui. / Instruits de son pouvoir universel, / ils furent envoyés à tous les peuples sous le ciel / pour annoncer sa Résurrection d’entre les morts / et son retour de terre vers les cieux. / Il leur promit également / d’être toujours avec eux, / et sa parole est vérité, / car il est le Christ notre Dieu, le Sauveur de nos âmes.


LE DIMANCHE À LA LITURGIE

Selon l’usage de Constantinople, on chante, jusqu’à l’Ascension, les Antiennes de Pâques.
Selon le Typikon slave, on chante les Typiques et les Béatitudes, avec les odes 3 et 6 du canon de Thomas (8 tropaires en tout).
Il faut noter qu’en semaine, pendant tout le Pentecostaire, là où c’est l’usage d’intercaler des tropaires aux Béatitudes, on répète le canon de la fête hebdomadaire, celui du dimanche précédent, avec l’ode 1 le lundi, l’ode 4 le mardi, l’ode 5 le mercredi, l’ode 7 le jeudi, l’ode 8 le vendredi et l’ode 9 le samedi (6 tropaires en tout, chaque jour).

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Re: PENTECOSTAIRE

Message par Monique » jeu. 09 déc. 2010 15:35

DIMANCHE DE THOMAS

LE DIMANCHE SOIR À VÊPRES

Tropaire pascal (3 fois). Trisagion et Prière du Seigneur. Psaume 103 et Grande Litanie de paix.

Lucernaire, t. 1
Après ta merveilleuse Résurrection, / Seigneur source-de-vie, / comme tu n’avais pas brisé les scellés du tombeau, / tu entras de même, toutes portes fermées, / chez tes Apôtres glorieux, / que tu comblas de joie, / leur donnant l’Esprit de vérité, / dans ton immense bonté.
Thomas, appelé Didyme, / n’était pas avec eux / lorsque tu apparus à tes Disciples, Seigneur; / aussi ne crut-il pas à ta Résurrection / et dit à ceux qui t’avaient vu: / Si je ne mets mon doigt dans son côté / et dans la marque des clous, / je ne croirai pas qu’il est ressuscité!
Thomas, disait le Christ, / touche-moi, puisque tu le veux, / approche ta main / et sache que j’ai des os, de la chair, un corps humain; / ne deviens pas incrédule, mais croyant! / Et celui-ci répondit: Tu es mon Seigneur et mon Dieu, / gloire à ta sainte Résurrection.
Et l’on chante 3 stichères du Ménée.
Gloire au Père... Maintenant, ton 1
Toutes portes fermées / et les Disciples réunis, / soudain tu entras, Jésus notre Dieu tout-puissant, / et, debout au milieu d’eux, / tu leur donnas ta paix / et les emplis de l’Esprit saint,/ leur enjoignant de rester / sans s’éloigner de Jérusalem / jusqu’à ce qu’ils fussent revêtus / de la force d’en-haut; / c’est pourquoi nous te crions: / Seigneur, notre résurrection, notre lumière et notre paix, gloire à toi.

Entrée. Lumière joyeuse.
Prokiménon, ton 7: Quel Dieu est grand comme notre Dieu? / Tu es le Dieu qui fait des merveilles.
Versets: 1. Parmi les peuples tu as manifesté ta puissance. 2. Je me souviens des œuvres du Seigneur, je me souviens d’autrefois, de tes merveilles. 3. Je contemple toutes tes œuvres et sur tes hauts faits je médite.

Apostiches, ton 1
Notre prière du soir, / reçois-la, Seigneur très-saint, / et accorde-nous la rémission de nos péchés, / toi qui seul dans le monde nous as montré la Résurrection.
Vers toi j’élève mes yeux, vers toi qui habites les cieux; les voici comme des yeux d’esclaves vers la main de leur maître. Comme les yeux d’une servante vers la main de sa maîtresse, ainsi nos yeux se tournent vers le Seigneur notre Dieu, / dans l’espérance qu’il nous montre sa miséricorde.
Immense est l’océan / de mes fautes, Sauveur; / j’enfonce dans le gouffre du péché: / comme à Pierre donne-moi la main; / sauve-moi, ô mon Dieu et prends pitié de moi.
Aie pitié de nous, Seigneur, aie pitié de nous, car trop de mépris nous rassasie, au point que notre âme déborde. Que l’opprobre soit sur les suffisants / et que le mépris retombe sur les orgueilleux.
Par les prières de tous les Saints et de la Mère de Dieu, / Seigneur, donne-nous la paix et prends pitié de nous, / toi le seul compatissant.
Gloire au Père... Maintenant, ton 1
Huit jours après ta Résurrection, / tu te montras Seigneur, à tes Disciples, / dans le lieu où ils étaient réunis, / et tu leur dis: La paix soit avec vous! / Au disciple incrédule / tu montras tes mains et ton côté, / et il te cria, dans un acte de foi: / Mon Seigneur et mon Dieu, gloire à toi.
Après le Cantique de Siméon, trisagion et Prière du Seigneur.

Tropaire, ton 7
Malgré les scellés posés sur le tombeau, / comme la Vie tu surgis de tombe, ô Christ notre Dieu; / et, malgré les portes fermées, / tu t’es manifesté à tes Disciples, universelle Résurrection, / renouvelant en nos coeurs l’Esprit de vérité / par ton immense miséricorde.


LE DIMANCHE SOIR À COMPLIES
À partir de ce jour, on commence à chanter les triodes et tétraodes des vénérables Pères studites Joseph et Théodore. Prévus tout d’abord pour l’orthros, ils se sont déplacés vers l’appendice des premiers Pentecostaires grecs imprimés, puis ont disparu des éditions modernes À leur place ont prévalu les canons des fêtes (dimanche, Mi-Pentecôte, Ascension, Pentecôte) répétés durant la semaine ou l’octave, ainsi que les canons du Ménée.
Le Pentecostaire slave a conservé, en appendice, les triades et tétraodes de Joseph, et l’on y apprend qu’ils ont servi à l’hymnographie des Béatitudes, avant d’être transférés aux Complies Dans cet office, après le symbole de foi, on peut chanter, si l’on veut, le triade ou le tétraode de Joseph avec le Canon de la Mère de Dieu (celui du Théotokarion ou du Paraclitique), dont on ne garde que les odes complémentaires par rapport à celles du triade: par exemple, le mercredi, les odes 1, 4, 5, 6 et 7, puisque le triade possède les odes 3, 8 et 9; le samedi, les odes 1, 3, 4 et 5, puisque le tétraode possède les odes 6 à 9. Tel est l’usage slave, et, là où il est maintenu, le fait de trouver ces triades au jour le jour, plutôt qu’en appendice, représentera un avantage pour le chœur.
Mais c’est surtout aux usagers solitaires que nous avons pensé, à ceux que rebute la répétition quotidienne d’un même canon: ils trouveront dans l’hymnographie de Joseph et Théodore comme complément au vide apparent qui, à l’orthros de semaine du Pentecostaire, existe entre les cathismes et les laudes, une méditation continue et progressive sur le temps de Pâques à Pentecôte.
Le triode de Joseph Studite porte l’acrostiche: Ce chant est de Joseph.


Triode de Joseph
Ode 1, ton 1
Hirmos : Ta droite victorieuse magnifique en sa force, / s’est Couverte de gloire, /car, ô Seigneur immortel, / grâce à ta puissance, / elle a broyé les ennemis / en ouvrant pour Israël / une voie nouvelle au profond de la mer.
Chantons pour Dieu qui est vainqueur: / par sa mort, en effet, il a terrassé la mort; / avec lui il a ressuscité / tout le genre humain / pour une vie d’immortalité: / honneur à lui par-dessus tout!
Étant lié, tu as brisé / avec force, comme Tout-puissant, / les chaînes de la mort; / et, déliant les hommes de la corruption, / tu as ressuscité de l’enfer / ceux qui par des hymnes chantent ton pouvoir, / Seigneur compatissant.
Dans la tendresse de ton cœur, / ô Christ, en ma faveur / tu as daigné descendre jusque dans l’Hadès; / et moi qui gisais / dans la tombe de mes péchés, / dans la fosse de mes transgressions, / par ta venue tu m’as ressuscité.
Théotokion : Voyant le Christ en sa chair / ressuscité des morts, / divine Génitrice, tu t’es réjouie; / obtiens-moi donc à présent / que mes pleurs se changent en joie / et qu’alors j’obtienne, Immaculée, / la divine consolation.

Triode de Théodore Studite
Hirmos : Chantons une hymne de victoire à notre Dieu / qui vint au secours de Moïse contre les Égyptiens; / par lui fut engloutie l’armée de Pharaon, / car il s’est couvert de gloire.
Que tout fidèle se sente renouvelé / en ce nouveau jour où le Christ est venu, / toutes portes fermées, pour accorder / aux apôtres son Esprit saint.
Le baptistère invite ceux dont il a fait des fils / à s’avancer, vêtus de blanc, à la rencontre du Christ; / car, les ayant ressuscités, / il vient leur donner l’Esprit saint.
Ayant blanchi notre âme et assagi la chair, / nous les baptisés en Christ, / prosternons-nous devant celui / qui, sorti de tombe, nous accorde l’Esprit saint.
Théotokion: C’est pour ta gloire qu’en tout lieu / on parle, ô Mère de Dieu: / dans la chair tu as enfanté le Créateur de l’univers, / Vierge pure et toute-digne de nos chants.

Triode de Joseph
Ode 8

Hirmos : Dans la fournaise, comme en un creuset, / brillèrent les enfants d’Israël / par l’éclat de leur piété plus pure que l’or fin, / et ils se mirent à chanter: / Bénissez le Seigneur, toutes ses œuvres, / louez-le, exaltez-le dans tous les siècles.
Par ta croix tu as fait cesser la malédiction, / au tombeau tu as détruit / le ténébreux royaume de la mort / et tu es ressuscité, ô Christ, / avec toi ressuscitant toute la création; / aussi nous te chantons dans tous les siècles.
Lorsque tu es monté sur la croix, / alors s’éteignit la lumière du soleil; / mais, lorsque tu es descendu vers I’Hadès, / ta lumière a brillé pour les âmes qui se trouvaient / sous la garde de la cruelle mort; / aussi nous te chantons dans tous les siècles.
Ô Christ, délivre-moi / qui suis enchaîné par les liens de mes péchés, / Sauveur, éclaire-moi / sous le divin éclat du repentir; / tu as sauvé les hommes par ta résurrection des ténèbres éternelles.
Théotokion: Toi qui tiens dans tes bras / le Christ auquel tu donnas corps, / prie-le de me prendre aussi dans ses mains, / car je suis perdu dans les escarpements de cette vie / et par insouciance je commets / d’innombrables fautes chaque jour.

Triode de Théodore Studite
Hirmos : Comme en la fournaise les Jeunes Gens, / nous t’offrons la louange des Incorporels / et dans nos hymnes te chantons: / Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur.
Voici, le printemps sauveur du monde est arrivé: / exultons d’allégresse maintenant / et chantons sans cesse: Bénissez, / toutes ses œuvres, le Seigneur.
Venez, en ce jour de la résurrection du Christ, / renouvelons aussi notre esprit, / nous qui de la honte, par l’eau, / avons dépouillé notre peau.
Gloire à ta Résurrection, / Sauveur du monde: par elle tu rends immortels / ceux qui sans cesse chantent: Bénissez, / toutes ses œuvres, le Seigneur.
Théotokion: Les ordres angéliques et tout le genre humain / te glorifient, Toute-sainte immaculée; / ô Mère de Dieu, / pour qui te chante prie le Christ.

Triode de Joseph
Ode 9

Hirmos : Pour image de ton enfantement / nous avons le buisson ardent / qui brûlait sans être consumé; / en nos âmes nous te prions d’éteindre / la fournaise ardente des tentations, / pour qu’alors, ô Mère de Dieu, / sans cesse nous te magnifiions.
Le soleil, ô Verbe, te vit crucifié / au milieu des larrons, toi le Soleil sans déclin, / et les montagnes furent plongées dans l’obscurité; / les collines et la mer tremblèrent d’effroi, / et l’Enfer, bouleversé, / relâcha les prisonniers qu’il détenait, / ceux qui te célébrèrent par leurs chants.
Tu t’es montré comme sublime Soleil: / couché sous la terre, tu t’es relevé / d’entre les morts, Sauveur sans déclin, / et d’étonnante façon / tu as illuminé les confins de l’univers; / aussi, comme donneur de vie, / sans cesse nous te magnifions.
Sauveur Jésus qui, par ta mort, / as aboli la mort et qui ressuscitas / tous ceux qu’elle tenait en son pouvoir, / relève-moi pour me sauver / de l’abîme sans fond du péché / et des passions qui mènent à la mort, / je t’en prie, Ami des hommes.
Les myrophores vinrent en pleurant / au sépulcre, de bon matin; / et, ne te trouvant pas, elles virent, de blanc vêtu, / un ange assis qui dit à haute voix: / Le Seigneur est ressuscité, empressez-vous / d’annoncer à ses disciples / sa Résurrection.
Théotokion: L’ensemble de la création, / notre Dame, contemple avec admiration / le mystère de ton enfantement / qui dépasse l’entendement; / car tu enfantes Dieu, l’Emmanuel, / qui se fait homme pour nous afin d’abolir / l’empire de la mort par sa croix.

Triode de Théodore Studite
Hirmos : De la vision d’Ezéchiel / tu es la porte par où Dieu seul, / et nul autre, a pu passer: / ô Vierge Mère de Dieu, / par des hymnes nous te magnifions.
Toi le Verbe qu’ont pu voir / dans la chair les compagnons d’Emmaüs / et qui mangeas avec eux / d’étonnante façon, / comme Dieu Sauveur sans cesse nous te magnifions.
Toi qui te présentas soudain / aux compagnons de Pierre enfermés / et qui les ramenas de la crainte à la joie / par des hymnes, / nous te magnifions comme Dieu.
Toi qui montras la plaie / de ton côté vivifiant / à Thomas incrédule, pour que le monde crût / en ta divinité et ton humanité, / par des hymnes nous te magnifions.
Théotokion: Vierge Mère de Dieu, / en toi l’Emmanuel, portant / l’entière nature d’Adam, hormis le péché, / tout entière l’a sauvée, l’enrichissant / de l’éclat de sa divinité.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Re: PENTECOSTAIRE

Message par Monique » jeu. 09 déc. 2010 15:39

LE LUNDI À MATINES

Tropaire pascal (3 fois). Hexapsalme, Grande Litanie de paix et Le Seigneur est Dieu.
Tropaire, ton 7
Malgré les scellés posés sur le tombeau, / comme la Vie tu surgis de tombe, ô Christ notre Dieu; / et, malgré les portes fermées, / tu t’es manifesté à tes Disciples, universelle Résurrection, / renouvelant en nos cœurs l’Esprit de vérité / par ton immense miséricorde.

Cathisme I, ton 1
Les soldats gardant ton sépulcre, Sauveur, / furent terrassés par la splendeur / de l’Ange qui se manifesta / pour annoncer aux femmes ta sainte Résurrection; / et toi qui nous délivres de la mort, / nous te glorifions et nous prosternons devant toi, / Ressuscité du tombeau et notre unique Dieu.
Dans le péché ma mère m’a conçu / et, comme le Prodigue, je n’ose regarder en haut, vers le ciel, / mais ton amour me donne confiance et je te crie: / ô Dieu, fais-moi grâce et sauve-moi.
Seigneur, gloire des combats et couronne des vainqueurs, / tu es la parure des Martyrs glorieux: / par leur constance dans les épreuves ils ont mis en fuite les impies / et du ciel ils ont reçu la victoire par la puissance de Dieu; / Seigneur, accorde-nous / par leurs prières la grâce du salut.
Théotokion: Merveille des merveilles, ô Pleine-de-grâce, / la création, te voyant, exulte de joie; / tu as conçu sans semence et tu enfantes ineffablement / celui que les Anges mêmes ne peuvent contempler; / ô Vierge Mère de Dieu, / intercède auprès de lui pour le salut de nos âmes.

Cathisme II, ton 1
Touchant de sa main le côté découvert, / Thomas ne fut pas brûlé par ce contact, / mais poursuivit son minutieux examen sur les blessures / et dit à celui qui fut transpercé pour nous: / Malgré les souffrances de ta Passion / tu es en vérité mon Seigneur et mon Dieu.

Ayant contemplé la Résurrection du Christ (voir page 12).
Psaume 50.
Canons: de la Fête (c’est-à-dire du Dimanche de Thomas) et du Ménée.
Après l’ode 3, cathismes: du Ménée et de la Fête. Après l’ode 6, kondakion de la Fête. À l’ode 9, on chante le Cantique de la Mère de Dieu. Exapostilaires: de la Fête (et du Ménée — en ce cas, intercalé entre les exapostilaires de la fête).

Laudes, ton 1
Ô Christ, nous chantons / ta Passion qui nous sauve / et nous glorifions ta sainte Résurrection. (2 fois)
Un autre monde t’attend, / ô mon âme, et le Juge va publier / tes secrets et tes péchés; / ne persiste pas dans le mal, mais hâte-toi de crier: / Toi, mon Juge et mon Dieu, fais-moi grâce et sauve-moi.
Venez, tous les peuples, / chantons des hymnes et des cantiques spirituels/ pour honorer les victorieux Martyrs du Christ, / hérauts de la foi et flambeaux de l’univers, / source intarissable d’où jaillissent les guérisons; / par leurs prières, ô Christ notre Dieu, / donne au monde la paix / et à nos âmes la grâce du salut.
Gloire au Père... Maintenant, ton 1
Thomas, appelé Didyme, / n’était pas avec eux / lorsque, toutes portes closes, tu entras, ô Christ; / aussi ne crut-il pas aux paroles qu’on lui dit, / pour affermir ainsi / le chemin des incroyants vers la foi; / mais tu n’as point dédaigné, dans ta bonté, / de lui montrer ton côté immaculé / ainsi que les plaies de tes mains et de tes pieds: / il les toucha et, t’ayant vu, / il reconnut en toi plus que la simple humanité / ou que la seule divinité, / et te cria: Mon Seigneur et mon Dieu, gloire à toi.

Doxologie et Litanie de demandes.

Apostiches, ton 2
Purifiez vos lèvres, mortels / pour chanter avec les Anges du ciel / celui qui s’est levé du tombeau le troisième jour, / ressuscitant le monde avec lui.
Glorifie le Seigneur, Jérusalem, / célèbre ton Dieu, ô Sion.
Sauveur, tu t’es montré / à tes Apôtres saints, / toutes portes fermées, / et par eux tu as renouvelé / en nos cœurs ton Esprit divin.
Car il a renforcé les barres de tes portes, / il a béni tes fils au milieu de toi.
T’ayant vu maintenant, / ô Roi de l’univers, / non de nos yeux de chair, mais dans l’amour de notre cœur, / nous croyons que tu es Dieu / et par des hymnes nous te magnifions.
Gloire au Père... Maintenant, ton 1
Les Disciples hésitaient, / mais le huitième jour parut le Sauveur / dans le lieu où ils étaient rassemblés / et, leur donnant la paix, il appela Thomas et lui dit: / Apôtre, viens toucher mes mains, / qui furent percées de clous. / Il est bon que Thomas ait douté, / pour conduire les cœurs des croyants/ à la connaissance de Dieu; / et dans la crainte il s’écria: / Mon Seigneur et mon Dieu, gloire à toi.

Il est bon de rendre grâce... Trisagion et Prière du Seigneur.

Tropaire, ton 7
Malgré les scellés posés sur le tombeau, / comme la Vie tu surgis de tombe, ô Christ notre Dieu; / et, malgré les portes fermées, / tu t’es manifesté à tes Disciples, universelle Résurrection, / renouvelant en nos coeurs l’Esprit de vérité / par ton immense miséricorde.
Litanie ardente et fin de l’office de matines, comme en temps ordinaire.


LE LUNDI SOIR À VÊPRES

Début:comme aux vêpres précédentes:
Tropaire pascal (3 fois). Trisagion et Prière du Seigneur. Psaume 103 et Grande Litanie de paix.

Lucernaire, ton 4
Ressuscité du tombeau, Seigneur tout-puissant, / tu apparus à tes amis, toutes portes fermées; / à Thomas tu as montré la marque des clous / et ton côté par la lance transpercé, / l’affermissant dans la foi, ô Verbe de Dieu, / et l’amenant à croire que tu es en vérité / celui qui par amour a souffert / la passion qui nous sauve.
Voyant ma condescendance infinie / et l’abaissement sans égal où je suis tombé par amour, / Thomas, ne doute plus, dit le Seigneur, / mais crois que je suis en vérité / celui qui a souffert et le troisième jour est ressuscité, / vidant les geôles de l’Enfer / et donnant la vie / à ceux qui étaient morts depuis les siècles.
Impressionné par la vision, / Thomas cria lorsqu’il te vit, Seigneur tout-puissant: / Tu es en vérité mon Seigneur et mon Dieu, / celui qui par amour pour les hommes a souffert / et qui a guéri les passions de nos âmes; / devant ton pouvoir je me prosterne, Seigneur, / et je vais annoncer au monde entier / la force et la splendeur de ta sainte Résurrection.
Et l’on chante 3 stichères du Ménée.
Gloire au Père... Maintenant, ton 1
Les Disciples hésitaient, / mais le huitième jour parut le Sauveur / dans le lieu où ils étaient rassemblés / et, leur donnant la paix, il appela Thomas et lui dit: / Apôtre, viens toucher mes mains, / qui furent percées de clous. / Il est bon que Thomas ait douté, / pour conduire les cœurs des croyants / à la connaissance de Dieu; / et dans la crainte il s’écria: / Mon Seigneur et mon Dieu, gloire à toi.

Apostiches, ton 1
Peuples, faites cercle autour de Sion, / faites-en le tour en procession, / en son enceinte rendez gloire au Ressuscité d’entre les morts, / car il est notre Dieu, celui qui a racheté nos péchés.
Vers toi j’élève mes yeux, vers toi qui habites les cieux; les voici comme des yeux d’esclaves vers la main de leur maître. Comme les yeux d’une servante vers la main de sa maîtresse, ainsi nos yeux se tournent vers le Seigneur notre Dieu, / dans l’espérance qu’il nous montre sa miséricorde.
Sauveur, me voilà condamné / par mes pensées et mes œuvres impies: / accorde-moi des sentiments de repentir, / afin que je te crie, ô mon Dieu: / sauve-moi, dans ta bonté, et prends pitié de moi.
Aie pitié de nous, Seigneur, aie pitié de nous, car trop de mépris nous rassasie, au point que notre âme déborde. Que l’opprobre soit sur les suffisants / et que le mépris retombe sur les orgueilleux.
Sur le stade, saints Martyrs, / votre confession brisa la puissance des démons / en libérant les hommes de l’erreur; / et, lorsqu’on vous tranchait la tête, vous avez déclaré: / Seigneur, que le sacrifice de nos vies / soit agréable à tes yeux, / puisque par amour pour toi / nous avons méprisé les biens de cette vie.
Gloire au Père... Maintenant, ton 2
Après ta Résurrection, Seigneur, / les Disciples étant réunis / et toutes portes fermées, / tu te tins au milieu d’eux, leur donnant la paix; / et Thomas, convaincu par la vision / de tes mains et de ton côté, / te confessa comme Seigneur et comme Dieu; / toi qui sauves ceux qui espèrent en toi, / Ami des hommes, gloire à toi.

Tropaire, ton 7
Malgré les scellés posés sur le tombeau, / comme la Vie tu surgis de tombe, ô Christ notre Dieu; / et, malgré les portes fermées, / tu t’es manifesté à tes Disciples, universelle Résurrection, / renouvelant en nos coeurs l’Esprit de vérité / par ton immense miséricorde.


LE LUNDI SOIR À COMPLIES

Le triode de Joseph Studite porte l’acrostiche: Pour Dieu je chante. Joseph.
Triode de Joseph
Ode 2, ton 1
Hirmos : Voyez et contemplez: je suis le même Dieu / qui de la servitude tira le peuple d’Israël / en donnant l’ordre à Moïse / de le guider dans le désert, / et c’est par la force de mon bras / que ce peuple fut sauvé.
Chantons en ce jour, acclamons le Seigneur / qui fut crucifié pour nous / et terrassa l’hostile prince du mal, / puis se laissa déposer au sépulcre / afin de vivifier les morts / par sa résurrection.
Saint est le Seigneur qui, le troisième jour, / est ressuscité d’entre les morts / comme Tout-puissant: / aux disciples il est apparu divinement / et d’une joie ineffable il a rempli / leurs âmes pleines de tristesse tout d’abord.
Ô Verbe qui partages l’éternité / et le trône du Père sans commencement, / crucifié, compté parmi les morts / et ressuscité comme Dieu tout-puissant, / vivifie mon âme mise à mort / par les transgressions.
Théotokion: Admirable mystère que le tien, / étonnante nouvelle que nous apprenons: / car tu enfantes dans la chair / le Dieu qui a brisé les liens de la mort / et tiré de la fosse l’humanité / Vierge comblée de grâce par Dieu.
Triode de Théodore Studite
Ciel, écoute ma voix, / et je parlerai pour chanter le Christ, / sauveur du monde et seul ami des hommes.
Le monde terrestre est sauvé / par ta résurrection, ô Christ: / vivifiant Sauveur, nous te glorifions.
Aux êtres d’en-haut sont unis / ceux d’en-bas par ta venue: / aussi d’une même voix nous te chantons, Seigneur.
Thomas toucha ton côté et s’écria: / Mon Seigneur et mon Dieu, / gloire à ta résurrection.
Après avoir un peu douté / et t’avoir touché, Thomas s’écria: / Je crois que tu es mon Dieu.
Gloire à toi qui as glorifié / tes Apôtres; par leur intercession / sauve-nous, Seigneur.
Théotokion: Vierge pure et Mère de Dieu, / seule tout-immaculée, / prie ton Fils de sauver nos âmes.
Triode de Joseph

Ode 8
Hirmos : Le Seigneur et Créateur / que les Anges dans le ciel / servent avec crainte et tremblement, / vous les prêtres, chantez-le, / jeunes gens, glorifiez-le, / peuples, bénissez, exaltez-le dans tous les siècles.
Seigneur de bonté, l’entière création / a pleuré sur ta Passion: / le soleil s’est obscurci en te voyant / décliner par ta croix, / et ceux qui étaient jadis enfermés dans les ténèbres, / voyant une grande lumière, t’ont chanté, Dieu de compassion.
L’Hadès fut effrayé de te voir / descendre avec ton âme vers lui, / Christ, roi de l’univers; / il dut rendre ceux qui étaient morts depuis les siècles / et qui chantèrent ton amour / pour le genre humain.
Ô Christ, tu t’es montré ressuscité / aux saintes femmes porteuses de parfums / et leurs thrènes, tu les changeas / en allégresse, toi qui es / l’universelle consolation / pour les siècles.
Théotokion: Voyant le Dieu que tu avais porté / ressuscité des morts, tu fus comblée / d’allégresse, ô Vierge Marie; / Toute-pure, supplie-le / d’effacer complètement / tout chagrin de mon cœur.
Triode de Théodore Studite
Hirmos : Celui qui sauva les Jeunes Gens / qui chantaient dans la fournaise, / transformant en une fraîche rosée / l’ardente flamme qui les menaçait, / c’est le Christ notre Dieu: / chantez-le, exaltez-le dans tous les siècles.
Celui qui accepta l’invitation / aux noces de Cana / et qui daigna changer l’eau en un vin délicieux, / c’est le Christ, chantez-le, / exaltez-le dans tous les siècles.
Celui qui à Cana de Galilée / a béni le mariage par sa venue / et qui jadis ajusta / l’homme et la femme en vue de la procréation, / c’est le Christ, chantez-le, / exaltez-le dans tous les siècles.
Celui qui raffermit Cléopas / par la fraction du pain / et qui le remplit d’étonnement / par sa disparition d’au-milieu d’eux, / c’est le Christ, chantez-le, / exaltez-le dans tous les siècles.
Théotokion: Celui qui dans ton sein virginal, / sans le concours d’un homme, fut conçu / et que tu enfantas sans semence / ôte les bornes établies par la transgression; / c’est pourquoi, divine Mère, nous te chantons / inlassablement: Réjouis-toi.

Triode de Joseph
Ode 9
Hirmos : La nuée lumineuse en qui le Maître universel / descendit depuis le ciel / comme pluie sur la toison / et pour nous s’est incarné, / lui le Dieu infini, / en revêtant l’humanité / fidèles, nous la magnifions / comme sainte Mère de Dieu.
Lorsqu’il te vit sur le bois / crucifié de ton plein gré, / le bon Larron s’écria: / Souviens-toi de moi, Jésus, / quand tu entreras dans ton royaume; / et il devint l’habitant du Paradis, / justifié en vérité / par la seule foi.
Te voyant parmi les morts, / Sauveur, / l’Hadès fut mis à mort / et rendit les trépassés / qu’il avait jadis engloutis / et qui rendirent gloire, ô Christ, / à ton ineffable Puissance, à ta compassion, / à l’inépuisable tendresse de ton coeur: / par elle sauve-nous aussi, Roi de tous.
Elles vinrent près du tombeau, / les femmes porteuses de parfums, / et, te voyant, ô Christ, / ressuscité d’entre les morts, / elles furent comblées d’une grande joie, / puis à tes Apôtres elles allèrent annoncer / que du sépulcre tu t’étais levé, / ressuscitant le monde entier avec toi.
Théotokion : Voyant d’entre les morts briller / la lumière sans couchant, / tu fus comblée d’une grande joie, / Vierge pure, et partageas / l’allégresse des saints Apôtres; / avec eux demande pour nous / le pardon de nos immenses péchés, / divine Mère, protectrice des croyants.
Triode de Théodore Studite
Hirmos : Toi qui fus sans mère tout d’abord, / puis sans père en second lieu, / dans ta divinité et ton humanité / par des hymnes nous te magnifions.
Les portes closes, tu les ouvris / par ta parole, Ami des hommes, / et tu rendis crédule Thomas / par l’empreinte de tes plaies.
Ressuscité du sépulcre le troisième jour, / Seigneur compatissant tu déclaras / à Pierre et à ses compagnons: / Annoncez la nouvelle au-dehors.
Ami des hommes, que te rendrons-nous / en retour de ce que tu as souffert pour tous, / si ce n’est de te prodiguer / notre culte et notre adoration?
Théotokion : Toi qui as mis au monde sans union / notre Dieu et notre Rédempteur / et qui vierge es demeurée/ par des hymnes nous te magnifions.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Re: PENTECOSTAIRE

Message par Monique » jeu. 09 déc. 2010 15:48

LE MARDI À MATINES

Début de l’office comme aux matines précédentes
Tropaire, ton 7
Malgré les scellés posés sur le tombeau, / comme la Vie tu surgis de tombe, ô Christ notre Dieu; / et, malgré les portes fermées, / Tu t’es manifesté à tes Disciples, universelle Résurrection, / renouvelant en nos cœurs l’Esprit de vérité / par ton immense miséricorde.

Cathisme I, ton 1
Les femmes vinrent au sépulcre de bon matin, / un ange leur apparut et l’effroi les saisit; / la vie rayonnait du tombeau, / prodige qui les remplit de stupeur; / aussi allèrent-elles annoncer / aux Disciples la résurrection du Seigneur: / Le Christ, dans son pouvoir souverain, / a dépouillé l’Enfer et relevé tous les morts de la poussière du tombeau; / et la crainte de la condamnation, / il l’a bannie par la puissance de la Croix.
Si le juste est à peine sauvé, / où me montrerai-je, pécheur que je suis? / Je n’ai porté ni le poids ni la chaleur du jour, / mais avec ceux de la onzième heure compte-moi, / ô mon Dieu, et sauve-moi.
Comme de bons soldats, unanimes dans la foi, / sans peur et sans reproche devant les menaces des tyrans, / intrépides, vous vous êtes avancés vers le Christ, / prenant sur vous sa précieuse Croix. / Au terme de la course et des combats, / vous avez reçu la victoire d’en haut. / Gloire à celui dont la force fut votre appui, / gloire à celui qui vous couronna, / gloire à celui qui agit en vous pour nous guérir.
Théotokion: Venez, tous les croyants, / vénérons la sainte Mère de Dieu / et prosternons-nous devant elle: / elle est notre inébranlable rempart; / elle est capable de parler en notre faveur / devant le Fils qu’elle a conçu; / par ses prières elle peut nous sauver / de la mort et du châtiment qui menacent nos âmes.

Cathisme II, ton 1
Venez, tous les fidèles, bénissons / dans nos hymnes le souvenir / de l’Apôtre et Disciple du Christ / qui, touchant la marque des clous, / imprima divinement sur nos cœurs la sûre foi qu’il cherchait, / pour la rendre plus ferme dans l’univers; / et maintenant il implore le Sauveur / pour qu’il accorde à nos âmes la grâce du salut.

Ayant contemplé la Résurrection du Christ (voir page 12).
Psaume 50.

Canons: de la Fête (c’est-à-dire du Dimanche de Thomas) et du Ménée.
Après l’ode 3, cathismes: du Ménée et de la Fête. Après l’ode 6, kondakion de la Fête. A l’ode 9, on chante le Cantique de la Mère de Dieu. Exapostilaires: de la Fête (et du Ménée).


Laudes, ton 1
Toi qui souffris la croix pour terrasser la mort / et es ressuscité d’entre les morts, / établis notre vie dans la paix, / Seigneur tout-puissant. (2 fois)
Sauveur, ne me rejette pas, / bien que je sois gagné par la paresse et le péché; / éveille mon âme au repentir / et de ta vigne fais-moi devenir / un parfait ouvrier / à qui tu donneras / le salaire de la onzième heure et la grâce du salut.
Voici les soldats du grand Roi: / ils ont résisté aux ordres des tyrans / et méprisé les supplices, noblement, / foulant au pied et détruisant toute erreur; / ayant reçu la couronne méritée, / ils nous obtiennent la paix du Sauveur / et pour nos âmes la grâce du salut.
Gloire au Père... Maintenant, ton 2
Toutes portes fermées, / au milieu des Disciples Jésus se présenta, / leur ôtant la crainte et leur donnant la paix; / puis, appelant Thomas, il lui dit: / Pourquoi ne crois-tu pas / que je suis ressuscité des morts? / Mets ta main dans mon côté, / vois mes mains et mes pieds, / et grâce à ton manque de foi / tous les hommes connaîtront ma Passion / et ma Résurrection d’entre les morts, / afin de crier avec toi: / Mon Seigneur et mon Dieu, gloire à toi.

Apostiches, ton 2
Fidèles, chantons / avec les Anges constamment / le Christ ressuscité / du tombeau le troisième jour / et réveillant le monde avec lui.
Par toute la terre a retenti leur message, / leur parole jusqu’aux limites du monde.
Thomas, ayant touché, / Dieu de tendresse, ton côté, / remonta vers la foi; / et nous-mêmes, grâce à lui / nous t’avons désormais reconnu comme Dieu.
Les cieux racontent la gloire de Dieu, / l’œuvre de ses mains, le firmament l’annonce.
Sauveur, tu as donné / à ton peuple la paix / en ressuscitant du tombeau; / et de l’Enfer, Dieu tout-puissant, / tu as réveillé le monde avec toi.
Gloire au Père... Maintenant, ton 6
Toutes portes fermées, / tu t’es présenté devant tes Disciples, ô Christ, / alors que Thomas n’était pas avec eux, / mais ce fut providentiel, car il dit: / Je ne croirai pas, si je ne vois moi-même le Seigneur, / si je ne vois le côté d’où sortirent le sang et l’eau, le baptême; / si je ne vois la plaie par laquelle fut guérie / l’immense blessure du genre humain; / si je ne vois qu’il n’est pas une sorte d’esprit, / mais un être fait d’os et de chair. / Toi qui as triomphé de la mort et pleinement convaincu Thomas, Seigneur, gloire à toi.
Tropaire: Malgré les scellés posés sur le tombeau.


LE MARDI SOIR À VÊPRES

Début:comme aux vêpres précédentes

Lucernaire, ton 1
Thomas, touche-moi, / dit l’Ami des hommes, ressuscité / d’entre les morts le troisième jour; / regarde mes mains et les trous de mes pieds / ainsi que l’ouverture de mon côté, / et sache que ma divinité ne subit pas de changement, / mais qu’en mon être j’ai assumé la condition terrestre / et, avec elle, la souffrance de la chair.
Thomas fut troublé / en voyant la marque des clous / sur les pieds et sur les mains, / et l’étrange vision le frappa de stupeur: / touchant et voyant / de sa main le côté du Seigneur, / il rendit évidente pour les nations / sa Résurrection du tombeau le troisième jour.
Je ressens une grande joie, / Sauveur, lorsque je vois / ta résurrection confirmée par l’audace de Thomas: / grâce à lui nous pouvons affirmer / l’union de ta divinité et de ton humanité, / dans la dualité des natures et des énergies / qui s’unissent en toi.
Et l’on chante 3 stichères du Ménée.
Gloire au Père... Maintenant, ton 4
Seigneur, manifestant l’éclat de ta divinité, / tu es apparu toutes portes fermées, / au milieu de tes Disciples tu découvris ton côté, / leur montrant les blessures de tes mains et de tes pieds, / les délivrant du chagrin qui les accablait / et leur disant clairement: / «J’ai assumé la chair, vous le voyez; / amis, je ne suis pas une sorte d’esprit.» / Mais au Disciple hésitant / tu as demandé de toucher tes plaies, lui disant: / «Explore mes blessures et ne doute plus désormais!» / Et le disciple, ayant vérifié de sa main / ton humanité et ta divinité, / plein de crainte s’écria, dans un acte de foi: / Mon Seigneur et mon Dieu, gloire à toi.

Apostiches, ton 1
Sur le calvaire fut plantée la Croix, / faisant jaillir sur nous l’immortalité / de cette source qui jamais ne tarit: / le côté du Sauveur.
Vers toi j’élève mes yeux, vers toi qui habites les cieux; les voici comme des yeux d’esclaves vers la main de leur maître. Comme les yeux d’une servante vers la main de sa maîtresse, ainsi nos yeux se tournent vers le Seigneur notre Dieu, / dans l’espérance qu’il nous montre sa miséricorde.
Venez, tous les peuples, / chantons le Christ et prosternons-nous devant lui, / rendons gloire à sa Résurrection d’entre les morts, / car il est notre Dieu, / celui qui rachète le monde égaré par l’Ennemi.
Aie pitié de nous, Seigneur, aie pitié de nous, car trop de mépris nous rassasie, au point que notre âme déborde. Que l’opprobre soit sur les suffisants / et que le mépris retombe sur les orgueilleux.
Saints Martyrs, quelle grâce en vos exploits: / vous avez donné votre sang / et recevez l’héritage du ciel; / pour l’épreuve d’un temps votre allégresse demeure sans fin: / admirable échange en vérité: / car vous avez laissé le corruptible pour recevoir les biens immortels; / avec les Anges vous jubilez maintenant / et sans cesse chantez la Trinité consubstantielle.
Gloire au Père... Maintenant, ton 8
Touche, Thomas, mon côté avec ta main, / examine la trace des clous, / et ne sois plus incrédule, mais croyant, dit le Christ. / Thomas, ayant touché du doigt le Seigneur, / d’une voix forte s’écria: / Tu es mon Seigneur et mon Dieu, gloire à toi.

Tropaire, ton 7
Malgré les scellés posés sur le tombeau, / comme la Vie tu surgis de tombe, ô Christ notre Dieu; / et, malgré les portes fermées, / tu t’es manifesté à tes Disciples, universelle Résurrection, / renouvelant en nos cœurs l’Esprit de vérité / par ton immense miséricorde.


LE MARDI SOIR À COMPLIES

Le triode de Joseph Studite porte l’acrostiche: Je loue Dieu. Joseph.

Triode de Joseph
Ode 3, ton 1
Hirmos : Avant les siècles, / par le Père ineffablement / le Fils est engendré; / et dans ces derniers temps, / sans semence, d’une Vierge il a pris chair;/ chantons au Seigneur: / Toi qui relèves notre front, / tu es saint, ô Christ notre Dieu.
Saint des saints qui désirais / sanctifier le monde de plein gré, / tu es monté sur le bois de la croix, / immolé comme un agneau; / par l’énergie divine de ton sang / tu nous as façonnés / à nouveau, pour nous sauver, / Seigneur ami des hommes.
Toute force est enlevée à l’ennemi / et la mort est dépouillée; / la nature corrompue des humains / revêt l’immortalité; / ô Christ, par ta mort / le monde est renouvelé / et se met à chanter: / Saint es-tu, Seigneur.
Désormais ne craignez plus, / dit aux femmes l’ange annonciateur, / allez plutôt, empressez-vous / de porter la nouvelle de la joie / aux apôtres attristés; / dites-leur que le Christ /s’est levé comme vie / et résurrection de tous.
Théotokion: Tu t’es montrée supérieure aux Anges / en donnant corps à notre Dieu, / à celui qui par sa croix / et par sa mise au tombeau, / a fait jaillir, Vierge pure, / pour les morts la condition incorruptible: / supplie-le de nous sauver, / nous qui te disons bienheureuse.
Triode de Théodore Studite
Hirmos : Sois mon soutien, mon firmament, / toi qui fondas la terre sur les eaux, / car il n’est d’autre Saint que toi, Seigneur.
Sur le lac de Tibériade, ô Christ, / à tes Apôtres pour la deuxième fois / tu t’es montré, ressuscité du tombeau.
À Thomas qui doutait de ta résurrection, / Verbe, tu montras les stigmates de ta chair: / avec lui, nous aussi, nous te glorifions.
Quel bonheur, Thomas, d’avoir été admis / à toucher le Christ et d’avoir affermi / la croyance universelle en sa divine résurrection!
Théotokion: Sois pour moi le firmament, / qui, sans changement, as pris chair de la Vierge / et sauvas l’homme, toi le seul compatissant.

Triode de Joseph
Ode 8
Hirmos : La fournaise qui distille la rosée / préfigure la merveille où la nature est dépassée; / car les Jeunes Gens qu’elle a reçus, / elle se garda de les brûler, / comme le feu de la divinité / habita le sein de la Vierge sans le consumer. / Aussi chantons joyeusement: / L’entière création bénisse le Seigneur / et l’exalte dans tous les siècles.
De plein gré tu acceptas la mort / lorsque, dans ta chair, tu es monté sur la croix; / à cette vue, le soleil s’éteignit / et la splendeur du Temple se déchira; / c’est pourquoi nous te louons, / Dieu tout-puissant, et te chantons: / L’entière création bénisse le Seigneur/ et l’exalte dans tous les siècles.
Ceux qui jadis étaient assis / dans l’ombre de la mort / ont vu l’inaccessible clarté / lorsqu’avec ton âme tu es descendu, / Seigneur, au milieu d’eux; / des chaînes éternelles ils furent délivrés / et ils se mirent à chanter: / L’entière création bénisse le Seigneur / et l’exalte dans tous les siècles.
Parties de bon matin / vers ton sépulcre, les femmes ont vu / un ange resplendissant / qui leur dit: Le Rédempteur est ressuscité; / pourquoi chercher encor / le vivant parmi les morts? / Chantez plutôt, comblées de joie: / L’entière création bénisse le Seigneur/ et l’exalte dans tous les siècles.
Théotokion: Ayant mis à mort l’Hadès, / ton Fils, ô Vierge immaculée, / s’est levé d’entre les morts; / supplie-le donc de sauver / du péché funeste et du châtiment / tous les fidèles chantant: / L’entière création bénisse le Seigneur/ et l’exalte dans tous les siècles.
Triode de Théodore Studite
Hirmos : Le roi de gloire et vainqueur de la mort, / Jésus de Nazareth, / exaltons-le dans tous les siècles.
Enfermé avec les apôtres, Thomas / déclara: Je ne croirai pas si de ma propre main / je ne touche le Ressuscité du tombeau.
À Thomas l’apôtre, ses compagnons/ dirent: Si tu ne nous crois pas, allons, tiens-toi / près de la porte et tu rencontreras le Créateur.
Comme Didyme hésitait, le Seigneur lui dit: / Thomas, touche mes plaies et reconnais en moi / ton Dieu qui a souffert en son corps.
Théotokion: La divine Génitrice, Marie, la Mère du Seigneur, / nous la magnifions sans cesse comme celle qui enfanta / sans semence notre allégresse et notre salut.

Triode de Joseph
Ode 9
Hirmos : Je vois un mystère étonnant / qui dépasse l’entendement: / une grotte est devenue le Ciel / et la Vierge remplace le trône des Chérubins; / la crèche est la demeure où repose / celui que l’univers entier ne pouvait contenir, / le Christ notre Dieu infini / que nous chantons et magnifions.
Pour guérir la douleur du premier homme créé, / tu as souffert librement / d’être suspendu, Sauveur, / mis en croix et au tombeau, / ressuscitant avec toi / ceux qui se mirent à chanter / l’œuvre étonnante du salut.
Lorsque le chœur des Apôtres jadis / te vit, Seigneur, ressuscité, / il se prosterna devant toi / dans la crainte et l’allégresse, et tu leur dis: / Voici mes paroles réalisées, / ne soyez donc plus dans le chagrin, / mais exultez de joie.
T’ayant enveloppé dans un linceul, / le juste Joseph te déposa, / Sauveur, avec amour / dans un tombeau tout neuf; / mais, ayant brisé / les portes et les verrous de l’Hadès, tu réveillas / les morts qu’il avait eu le pouvoir d’engloutir.
Les Myrophores se réjouirent en apprenant / la résurrection du Christ; aux Apôtres elles dirent: Courez avec empressement, / ne soyez plus tristes, mais réjouissez-vous, / car il est ressuscité des morts, / le Seigneur de l’univers.
Théotokion: Tu fus remplie de joie, / ô Vierge, quand tu vis / dans toute sa beauté, son incomparable splendeur, / tel un époux sortant / de la chambre nuptiale du tombeau, / le Christ ressuscité; / de la mort et du châtiment / prie-le de sauver ceux qui chantent pour toi.
Triode de Théodore Studite
Hirmos : Tu es le buisson que Moïse vit inconsumé, / la vivante échelle que Jacob a contemplée, / la porte céleste qu’a franchie le Christ notre Dieu: / Vierge Mère, par des hymnes nous te magnifions.
Qui t’empêcha, Thomas, de croire à la résurrection du Christ / et comment as-tu oublié qu’avant la crucifixion / il avait dit qu’il se montrerait en Galilée? / Explique-nous ce mystère avec clarté.
Didyme, qui toucha le côté du Christ notre Dieu, / nous déclare: Si je n’avais pas douté, / aucun de ceux qui n’avaient pas vu sa Passion / n’aurait osé proclamer ce que j’ai vu clairement et prêché.
Pierre, par son reniement, et Thomas, par son manque de foi, / invitent les Hébreux et l’ensemble des païens / à se convertir, à croire au Christ notre Dieu: / par la foi en lui nous serons sauvés.
Théotokion: Le chantre David t’a prophétisée comme la montagne de Sion / sur laquelle vint habiter celui que ne peuvent contenir les cieux: / né de tes entrailles, il a bâti le temple de l’univers; / par des hymnes, Vierge pure, nous te magnifions.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Re: PENTECOSTAIRE

Message par Monique » jeu. 09 déc. 2010 15:52

LE MERCREDI À MATINES

Cathisme I, ton 1
Ô Christ, en montant sur la croix, / tu as écrasé la tyrannie et la puissance de l’ennemi; / ce n’est ni un Ange ni un homme, mais Dieu lui-même qui nous sauve: / Seigneur, gloire à toi.
Sur la montagne Isaac fut offert, / dans l’abîme Jonas descendit; / tous deux préfiguraient ta Passion, Dieu sauveur: / le premier, les liens, l’immolation, / le second, la sépulture et la vie, / ta prodigieuse Résurrection; / Seigneur, gloire à toi.
Par les souffrances que les Saints endurèrent pour toi / laisse-toi fléchir, ô notre Dieu; / guéris toutes nos douleurs, / Seigneur ami des hommes, nous t’en prions.
Théotokion: Ô Vierge, nous sommes assurés de ta protection / et par tes prières délivrés de tout danger; / gardés en tout temps par la Croix de ton Fils, / nous tes fidèles, nous te magnifions.

Cathisme II, ton 1
Touchant de sa main le côté découvert, / Thomas ne fut pas brûlé par ce contact, / mais poursuivit sur les blessures son minutieux examen / et dit à celui qui fut transpercé pour nous: / Malgré les souffrances de ta Passion / tu es en vérité mon Seigneur et mon Dieu.

Ayant contemplé la Résurrection du Christ (voir page 12).
Psaume 50.

Canons: de la Fête (c’est-à-dire du Dimanche de Thomas) et du Ménée.
Après l’ode 3, cathismes: du Ménée et de la Fête. Après l’ode 6, kondakion de la Fête. À l’ode 9, on chante le Cantique de la Mère de Dieu. Exapostilaires: de la Fête (et du Ménée).


Laudes, ton 1
Toi qui fus suspendu sur le bois / et nous accordas la vie, / sans cesse nous te chantons / comme notre Maître et Sauveur. (2 fois)
Ô Christ, vainqueur de l’Enfer, / tu nous as tous ressuscités par ta sainte Résurrection: / donne-nous un cœur pur / pour te chanter et te glorifier dignement.
Saints Martyrs dignes de toute louange, / ce n’est ni l’épreuve ni la détresse ni la faim, / ni la persécution ni le danger, / ni la rage des fauves ni le glaive ni le feu / qui ont pu vous éloigner de Dieu par leurs menaces; / mais c’est plutôt par amour pour lui / que vous avez oublié la nature en devenant des étrangers pour votre corps / et vous avez combattu au mépris de la mort; / aussi avez-vous reçu la digne récompense de vos labeurs / en devenant héritiers du royaume des cieux: / intercédez pour le salut de nos âmes.
Gloire au Père... Maintenant, ton 8
Toutes portes fermées et les Disciples réunis, / le Sauveur apparut / dans le lieu où ils étaient rassemblés / et, se tenant au milieu d’eux, / il appela Thomas et lui dit: / Viens toucher mes plaies et vois la marque des clous, / et ne deviens pas incrédule, mais désormais / proclame avec foi ma résurrection d’entre les morts.

Apostiches, ton 2
Merveille inouïe, / prodige sans égal: / comment la main de l’Apôtre / comme paille n’a point brûlé / au feu de la divinité?
Par toute la terre a retenti leur message / leur parole jusqu’aux limites du monde.
Fidèles, efforçons-nous / de sanctifier nos mains / par l’abstinence des passions, / afin de toucher nous aussi / le côté du Sauveur.
Les cieux racontent la gloire de Dieu, / œuvre de ses mains, le firmament l’annonce.
Renouvelle entièrement, / ô mon âme, tes sentiments / pour la divine apparition: / c’est ainsi que le Christ / veut accomplir le Renouveau.
Gloire au Père... Maintenant, ton 2
Regarde en esprit / les vicissitudes d’ici-bas / et pare l’intérieur / de l’ornement des vertus / pour rayonner de beauté.
Tropaire, ton 7
Malgré les scellés posés sur le tombeau, / comme la Vie tu surgis de tombe, ô Christ notre Dieu; / et, malgré les portes fermées, / tu t’es manifesté à tes Disciples, universelle Résurrection, / renouvelant en nos coeurs l’Esprit de vérité / par ton immense miséricorde.


LE MERCREDI SOIR À VÊPRES

Lucernaire, ton 2
Sans quitter le sein paternel, / ô Christ, en ta miséricorde infinie, / sur terre tu t’es montré porteur de notre chair; / ayant souffert la mort sur la croix, / tu es ressuscité le troisième jour / et, toutes portes fermées, / tu es entré, comme Dieu tout-puissant; / et Thomas, touchant avec joie / ton côté vivifiant, / te glorifia comme Seigneur et comme Dieu.
Fixé par les clous sur la croix, / tu fus transpercé par la lance du soldat; / ô Christ, tu goûtas le fiel et souffris la mort; / tu fus mis au tombeau / et brisas les liens de l’Enfer, / réveillant avec toi ceux qui depuis les siècles étaient morts; / et, sans briser les scellés, / tu apparus à tes Disciples / pour affermir leur foi en ta résurrection.
Pâque: la fête de ce temps, / Pâque mystique, Pâque de Dieu, / la Pâque du salut; / Pâque où le Christ nous conduit / de la mort à la vie éternelle, / Pâque chassant toute peine de nos cœurs; / Pâque donnant aux Disciples la joie, / Pâque faisant dire à Thomas: / Toi qui as dépouillé le royaume de l’Enfer, / tu es en vérité mon Seigneur et mon Dieu.
Et l’on chante 3 stichères du Ménée.
Gloire au Père... Maintenant, ton 4
Ô merveille inouïe: / le manque de foi rend plus ferme la foi, / car Thomas avait dit: «Je ne croirai pas sans avoir vu»; / mais, ayant touché ton côté, / il reconnut pour Fils de Dieu le Seigneur incarné / qui a souffert dans sa chair; / il proclama sa Résurrection d’entre les morts / et cria devant tous d’une éclatante voix: / Mon Seigneur et mon Dieu, gloire à toi.

Apostiches, ton 1
Par ta Passion, ô Christ, / tu nous as libérés de nos passions, / par ta Résurrection tu nous rachètes de la mort: / Seigneur, gloire à toi.
Par toute la terre a retenti leur message, / leur parole, jusqu’aux limites du monde.
Les Apôtres, cette lyre pleine d’harmonie / qu’a fait vibrer le saint Esprit, / ont chassé les mystères inspirés par le démon / et proclamé le seul Seigneur, / délivrant les peuples du mensonge des faux-dieux / et leur apprenant à se prosterner / devant la consubstantielle Trinité.
Le Seigneur est admirable parmi les saints, / le Dieu d’Israël.
Martyrs dignes de toute louange, / ce n’est point la terre qui vous a cachés, c’est le ciel qui vous a reçus; / les portes du Paradis se sont ouvertes pour vous / et là, vous jouissez de l’arbre de vie; / intercédez auprès du Christ / pour qu’à nos âmes il accorde sa paix / et la grâce du salut.
Gloire au Père... Maintenant, ton 4
Ô merveille inouïe: / la paille n’est pas brûlée par le feu qu’elle a touché, / car Thomas ne fut pas consumé pour avoir mis sa main / dans le côté brûlant de Jésus Christ notre Dieu, / mais changea son incrédulité en chaleureuse foi / et, du fond de son âme, il cria: / Maître ressuscité des morts, / tu es aussi mon Dieu, gloire à toi.

Tropaire, ton 7
Malgré les scellés posés sur le tombeau, / comme la Vie tu surgis de tombe, ô Christ notre Dieu; / et, malgré les portes fermées, / tu t’es manifesté à tes Disciples, universelle Résurrection, / renouvelant en nos coeurs l’Esprit de vérité / par ton immense miséricorde.


LE MERCREDI SOIR À COMPLIES

Le triode de Joseph Studite porte l’acrostiche: Hymnodie de Joseph.
Triode de Joseph
Ode 4, ton 1
Hirmos : Aujourd’hui, c’est le salut du monde, / car il est ressuscité, / le Christ, notre Dieu tout-puissant.
Pour les misérables que nous étions, / ô Christ, tu t’es laissé mener / à la mort, toi la Vie universelle; / ayant dépouillé l’Hadès / de ses trésors, tu lui ravis / les âmes, pour en faire tes brebis, / et tu leur donnas part à ta résurrection, / comme roi et Seigneur tout-puissant.
Pourquoi cherchez-vous / le Vivant parmi les morts, / dit aux femmes l’ange apparu, / resplendissant dans le tombeau; / car il est ressuscité, / venez, et vous ne verrez que des linceuls; / puis, hâtez-vous de porter / la nouvelle à ses apôtres.
L’Hadès, mis à mort / par ta descente, ô Christ, / a dû rendre tous les trépassés, / complètement dépouillé, / totalement vidé; / dans ta puissance ayant déchiré / son ventre de glouton, / tu les as tous ressuscités.
Théotokion: Comme en un temple de toute beauté / ayant demeuré en toi, Jésus / par sa descente, comme roi de tous, / a vidé les sombres demeures de l’Hadès, / ô Vierge immaculée, / et il est ressuscité, / faisant ressusciter avec lui / les mortels, comme Dieu tout-puissant.
Triode de Théodore Studite
Hirmos : Sauveur tout-puissant, j’ai reconnu / ton œuvre de salut / et, dans la crainte, je t’ai glorifié.
Thomas, t’ayant touché avec respect, / confirma, ô Christ, la foi de tous / en ta divine incarnation.
Le printemps au divin parfum / a fleuri pour l’Église du Christ / comme fleurs embaumant dans un pré.
Tous les Apôtres, en ce jour, / se prosternent devant le Christ / ressuscité du tombeau.
Théotokion: Sans cesse, nous tous, les croyants, / chantons la pure Mère de Dieu, / la Vierge tout-immaculée.

Triode de Joseph
Ode 8
Hirmos : Voici le jour parfaitement saint, / unique dans les semaines, seigneur et roi des jours, / la fête des fêtes, / la solennité des solennités; / en lui nous bénissons le Christ / dans les siècles.
Gloire au Christ qui a terrassé notre ennemi / et, par sa descente vers lui, / a dépouillé l’Hadès / des mortels qu’avec force il avait engloutis / et qui se mirent à le chanter / dans les siècles.
L’ange resplendissant qui se montra / dit aux femmes myrophores: Voici / le lieu où reposa celui / qui par sa puissance a détruit la mort et l’Hadès; / ne cherchez donc plus / la Vie parmi les morts.
L’Hadès, ô Verbe, te rencontrant / au plus profond, s’est irrité, / ne pouvant souffrir ta proximité; / et sur ton ordre il se hâta / de rendre les morts qu’il avait engloutis / et qui, d’une même voix, célébrèrent ton pouvoir.
Théotokion: Le Verbe qu’ineffablement / en sa chair tu avais porté, / ô Vierge, tu l’as vu / ressuscité d’entre les morts; / et, l’âme comblée de joie, / tu chantas sa condescendance dans les siècles.
Triode de Théodore Studite
Hirmos : Le Dieu qui a gardé inconsumé / le buisson ardent au Sinaï / et qui a sauvé les Jeunes Gens / au milieu de la fournaise de feu, / peuples, louez-le, bénissez-le, / exaltez-le dans tous les siècles.
En ce jour, c’est le printemps: / il embaume pour tous / du parfum des agréables fleurs: / cueillons, fidèles, avec les instruments de la vertu / la rédemption de nos âmes en chantant, bénissant le Christ, / que nous exaltons dans tous les siècles.
Le soir du Renouveau / rend sereines les âmes de tous / en les renouvelant sous le souffle de l’Esprit: / de tout cœur, en foule rassemblons-nous / lavés de nos passions et dans la foi bénissant le Christ, / que nous exaltons dans tous les siècles.
Les dix Apôtres annoncèrent la résurrection du Christ / au seul ne croyant pas; /et, lorsqu’il fut confirmé par lui en la foi, / il se mit à proclamer bien haut: / Peuples chantez bénissez-le, / exaltez-le dans tous les siècles.
Théotokion: La montagne de Dieu, le Sinaï, / dans la fumée, la brume, l’ouragan, / préfigura, notre Dame, ton sein immaculé / d’où le Puissant, le Roi, le Dieu qui est, / est issu, portant sur lui / la chair en guise de nuée.

Triode de Joseph
Ode 9
Hirmos : Resplendis de lumière, / nouvelle Jérusalem, / car la gloire du Seigneur / a brillé sur toi. / Exulte et danse de joie, fille de Sion; / réjouis-toi aussi, sainte Mère de Dieu, / en ce jour où ressuscite ton Fils.
Créateur des temps et des moments, / à la sixième heure, le sixième jour, / Rédempteur, tu as souffert librement / l’ignominie de la croix, / afin de tous nous sauver / et nous réconcilier, / ô Christ, avec ton Père.
L’Hadès en gémissant / t’a rencontré, ô Rédempteur, / et s’est hâté de renvoyer / les prisonniers qu’il détenait / et qui chantèrent saintement, / ô Verbe, ton ineffable pouvoir / et ta condescendance inouïe.
Elles vinrent, porteuses de parfums, / en hâte, de bon matin, / afin d’embaumer ton corps immaculé, / les saintes femmes; et l’Ange leur dit: / Le Prince de la Vie / est ressuscité, / d’allégresse divine soyez comblées.
Théotokion: Ô Vierge, quand tu vis / ressuscité d’entre les morts / et comme soleil réapparu / celui dont la lumière avait brillé / sur ceux qui étaient assis dans l’ombre de la mort, / tu lui rendis gloire en exultant / avec toutes les myrophores.
Triode de Théodore Studite
Hirmos : Le caractère exceptionnel de ton enfantement / en un seul chœur a réuni / les puissances d’en-haut / et les choristes d’en-bas / pour te magnifier sans cesse.
Ayant exploré de ses doigts / la marque du coup de lance reçu / par son Maître, Thomas s’écria: / Gloire à toi, Seigneur mon Dieu / qui es venu me sauver.
Disciple, viens te rendre compte par le toucher, / selon ton vœu, dit à Didyme le Christ, / et crois en moi pour confirmer / les incrédules dans la foi / en ma résurrection d’entre les morts.
Moi le chaume, je tremble d’approcher ton feu, / mais délivré de toute crainte, dans la foi, / je vénère d’un saint baiser / les stigmates de ton corps, / ô Jésus, suprême bonté.
Théotokion: Gédéon t’a préfiguré par la toison / et Moïse par la vision / extraordinaire qu’il eut dans le buisson, / David par l’arche de la sainteté, / divine Mère surpassant toute gloire.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Re: PENTECOSTAIRE

Message par Monique » jeu. 09 déc. 2010 15:56

LE JEUDI À MATINES

Tropaire, ton 7
Malgré les scellés posés sur le tombeau, / comme la Vie tu surgis de tombe, ô Christ notre Dieu; / et, malgré les portes fermées, / tu t’es manifesté à tes Disciples, universelle Résurrection, / renouvelant en nos coeurs l’Esprit de vérité / par ton immense miséricorde.

Cathisme I, ton I
Cloué sur la croix, Vie universelle, / et compté parmi les morts, Seigneur immortel, / le troisième jour tu es ressuscité, Sauveur, / pour relever Adam de la poussière du tombeau; / aussi les Puissances des cieux / te criaient, Source de vie: / Gloire à ta divine Passion, ô Christ, / gloire à ta Résurrection, / gloire à ta condescendance, seul Ami des hommes.
Sages Apôtres qui avez pris au filet le monde entier / et reçu de Dieu son amour, / intercédez pour nous qui chantons maintenant: / Seigneur, sauve ton peuple chrétien / en préservant nos âmes de tout danger / par les prières de tes Apôtres.
Implorons, tous, les Martyrs du Christ / qui intercèdent pour notre salut; / et, tous, allons à leur rencontre dans la foi / pour trouver grâce et guérison / auprès de ces gardiens de la foi qui repoussent les démons.
Théotokion: Ô Vierge, les prophètes t’annoncèrent clairement / comme la Mère de Dieu / et les Apôtres divins / l’ont proclamé par le monde comme un objet de notre foi; / aussi, te vénérant pieusement, / nous te chantons d’un seul cœur / et te réservons pour toujours le nom de Mère de Dieu.

Cathisme II, ton 1
Voyant l’ouverture de mon côté, / ne sois plus incrédule désormais, / disait le Verbe à Thomas / à cause de son manque de foi; / approche ton doigt, mets ta main dans mes plaies / et reconnais la marque des clous; / au monde tu proclameras / ma vivifiante résurrection du tombeau.

Ayant contemplé la Résurrection du Christ (voir page n).
Psaume 50.

Canons: de la Fête (c’est-à-dire du Dimanche de Thomas) et du Ménée.
Après l’ode 3, cathismes: du Ménée et de la Fête. Après l’ode 6, kondakion de la Fête. A l’ode 9, on chante le Cantique de la Mère de Dieu. Exapostilaires: de la Fête (et du Ménée).


Laudes, ton 1
Glorifiant ta divine condescendance, / ô Christ, nous te chantons: / sans être séparé du Père, tu es né d’une vierge, / tu as souffert librement en ton humanité sur la croix; / du tombeau tu es sorti comme d’une chambre nuptiale / pour sauver l’univers: / Seigneur, gloire à toi. (2 fois)
Célébrons d’un même chœur / les apôtres Pierre et Paul, / Luc, Matthieu, Marc et Jean, / André, Thomas, Barthélemy, / Jacques, Philippe et Simon: / à toute l’assemblée des Disciples nous adressons / la louange de nos chants.
Saints Martyrs, réjouissez-vous dans le Seigneur, / car vous avez combattu le bon combat; / vous avez résisté aux empereurs et vaincu les tyrans: / ni le glaive ni le feu ne vous effrayés, / ni les fauves dévorant votre chair, / mais avec les Anges vous avez chanté pour le Christ / et vous avez reçu la couronne des cieux; / intercédez pour que nous soit accordée / la grâce du salut.
Gloire au Père... Maintenant, ton 4
Ô merveille inouïe: / c’est Jean qui reposa sur la poitrine du Verbe / et Thomas fut jugé digne de toucher son côté; / le premier y scruta le profond mystère de Dieu, / l’autre fut digne de nous initier à son plan de salut, / car il montra clairement les preuves de sa résurrection en disant: / Mon Seigneur et mon Dieu, gloire à toi.

Apostiches, ton 2
Chassons loin de nous / la honte des passions / et la houle des pensées / afin de voir fleurir / le printemps de la foi.
Par toute la terre a retenti leur message, / leur parole, jusqu’aux limites du monde.
Sauveur, tu t’es montré / à tes Apôtres saints, / toutes portes fermées, / et par eux tu as renouvelé / en nos cœurs ton Esprit divin.
Les cieux racontent la gloire de Dieu, / l’œuvre de ses mains, le firmament l’annonce.
T’ayant vu maintenant, / ô Roi de l’univers, / non de nos yeux de chair, mais dans l’amour de notre cœur, / nous croyons que tu es Dieu / et par des hymnes nous te magnifions.
Gloire au Père... Maintenant, ton 6
Huit jours après ta Résurrection, / Fils unique et Verbe de Dieu, / tu apparus à tes Disciples, toutes portes fermées, / et tu leur donnas la paix; / au disciple incrédule tu montras la marque des clous: / Viens toucher, lui dis-tu, mes mains et mes pieds / et la plaie de mon côté. / Le disciple fut convaincu et s’écria: / Gloire à toi, mon Seigneur et mon Dieu.

Tropaire, ton 7: Malgré les scellés.


LE JEUDI SOIR À VÊPRES

Lucernaire, ton 1
Vêtus de candide probité, / resplendissants plus que neige, / jubilons en cette célébration pascale, / en mémoire du jour où le Christ, / soleil de justice se levant / et ressuscitant d’entre les morts, / nous a réjouis de son immortelle clarté.
La reine des fêtes, / la souveraine des solennités, / c’est la présente journée, / ce jour que fit le Seigneur en vérité; / en lui se réjouissent toutes les nations, / comme le chante David, / car à ses Disciples, toutes portes fermées, / le Seigneur est apparu pour leur donner la paix.
L’incrédulité de Thomas / confirme la Résurrection salutaire / par laquelle le Verbe, l’Homme-Dieu, / sortit vainqueur des antres de l’Enfer; / avec une audace inouïe, / de sa main curieuse il reconnut / la marque des clous dans les mains et les pieds, / pour affermir la foi de l’univers.
Et l’on chante 3 stichères du Ménée.
Gloire au Père... Maintenant, ton 2
Toutes portes fermées, / au milieu des Disciples Jésus se présenta, / leur ôtant la crainte et leur donnant la paix; / puis, appelant Thomas, il lui dit: / Pourquoi ne crois-tu pas / que je suis ressuscité des morts? / Mets ta main dans mon côté, / vois mes mains et mes pieds, / et grâce à ton manque de foi / tous les hommes connaîtront ma Passion / et ma Résurrection d’entre les morts, / afin de crier avec toi: / Mon Seigneur et mon Dieu, gloire à toi.

Apostiches, ton 1
La Croix précieuse du Sauveur / est pour nous le plus sûr des remparts: / ayant mis en elle notre espoir, / nous sommes tous sauvés.
Vers toi j’élève mes yeux, vers toi qui habites les cieux; les voici comme des yeux d’esclaves vers la main de leur maître. Comme les yeux d’une servante vers la main de sa maîtresse, ainsi nos yeux se tournent vers le Seigneur notre Dieu, / dans l’espérance qu’il nous montre sa miséricorde.
Notre prière du soir, / reçois-la, Seigneur très-saint, / et accorde-nous la rémission de nos péchés,/ toi qui seul dans le monde nous as montré la Résurrection.
Aie pitié de nous, Seigneur, aie pitié de nous, car trop de mépris nous rassasie, au point que notre âme déborde. Que l’opprobre soit sur les suffisants / et que le mépris retombe sur les orgueilleux.
Par les prières de tous les Saints et de la Mère de Dieu, / Seigneur, donne-nous la paix et prends pitié de nous, / toi le seul compatissant.
Gloire au Père... Maintenant, ton 8
Touche, Thomas, mon côté avec ta main, / examine la trace des clous, / et ne sois plus incrédule, mais croyant, dit le Christ. / Thomas, ayant touché du doigt le Seigneur, / d’une voix forte s’écria: / Tu es mon Seigneur et mon Dieu, gloire à toi.
Tropaire, ton 7: Malgré les scellés.


LE JEUDI SOIR À COMPLIES

Le triode de Joseph Studite porte l’acrostiche : Gloire à Dieu. Amen.
Triode de Joseph
Ode 5, ton 1
Hirmos : Fais lever le jour de ta clarté sans fin / sur nous qui veillons, méditant sans cesse / tes préceptes et justes jugements, / Maître plein d’amour, ô Christ notre Dieu.
Verbe longanime, la foule des Hébreux a réclamé / la crucifixion, mais par elle tu as sauvé / une foule immense, toutes les nations, / Ami des hommes, ô Christ notre Dieu.
Les scellés de la pierre, tu ne les as pas fait sauter / par ta résurrection, de même qu’en ta nativité / tu n’avais pas ouvert les verrous de la virginité / en celle qui t’enfanta, ô Christ notre Dieu.
À la vue de l’Ange qui resplendissait divinement / dans son merveilleux vêtement, / les saintes femmes, dans l’étonnement, / entendirent: Ne pleurez pas, il est ressuscité, le Seigneur.
Théotokion: Tu as enfanté le Seigneur des puissances, le Saint / qui a vidé l’Hadès de ses trésors / et ressuscité avec lui le genre humain, / divine Génitrice immaculée.
Triode de Théodore Studite
Hirmos : Fils de Dieu, donne-nous ta paix, / nous ne connaissons nul autre Dieu que toi, / et c’est ton nom que nous portons; / tu es le Dieu des vivants et des morts.
À nous aussi, accorde-nous ton Esprit saint / qu’avant la Croix, Seigneur, tu as promis d’envoyer / à tes Apôtres lorsque tu aurais rejoint / le sein du Père, d’étonnante façon.
À vous aussi je donnerai la paix qui est en moi, / disais-tu à tes Apôtres, ô notre Dieu, / leur faisant comprendre, avant ta Passion, que tu es vraiment / pour le monde la vie et le salut.
Je suis la vigne, vous êtes les sarments! / En disant cela tu as montré à tes Disciples, avant ta Passion, / que le monde entier allait porter du fruit / pour la joie de nos âmes, en vérité.
Théotokion: Comme Vierge et Mère te chante la création: / étrange fait pour la terre et nouvelle inouïe: / seule toujours-vierge en tant que Mère de Dieu, / tu enfantes et restes vierge en même temps.

Triode de Joseph
Ode 8
Hirmos : Celui qui sauva les Jeunes Gens / qui chantaient dans la fournaise, / transformant en une fraîche rosée / l’adente flamme qui les menaçait, / c’est le Christ notre Dieu: / chantez-le, exaltez-le dans tous les siècles.
Celui qui accepta / d’être mis en croix et au tombeau / et qui a détruit la force de la mort, / c’est le Christ notre Dieu, chantons-le, / exaltons-le dans tous les siècles.
Aux femmes tu t’es montré, Sauveur, / ressuscité du tombeau; / à tes apôtres en messagères tu les envoyas; / c’est pourquoi nous te chantons / dans tous les siècles.
Ayant mis à mort la mort par ta mort, / ô Christ, tu es ressuscité, / accordant aux morts ta vie immortelle; / c’est pourquoi nous te chantons / dans tous les siècles.
Ressuscité, tu as dit à tes Disciples: / Hâtez-vous d’annoncer au monde entier / ma souveraineté, en dissipant / les ténèbres des multiples divinités / par la lumière de la vérité.
Théotokion: Comme surpassant les cieux, / plus haute que les Chérubins / et plus vénérable que l’entière création, / Vierge toute-sainte, prie pour ceux qui fidèlement / te rendent gloire en tout temps.
Triode de Théodore Studite
Hirmos : Le Seigneur et Créateur / que les Anges dans le ciel / servent avec crainte et tremblement, / vous les prêtres, chantez-le, / jeunes gens, glorifiez-le, / peuples, bénissez, exaltez-le dans tous les siècles.
Celui devant qui la Mort avait tremblé, / Thomas l’a saisi / pour l’annoncer à tous / comme le Dieu immortel, en disant: / Peuples, chantez, bénissez-le, / exaltez-le dans tous les siècles.
Pierre t’avait renié, Thomas avait douté; / en deux natures étant l’Un, / tu les as réunis, tous les deux, / en un seul chœur pour te chanter: / Peuples, bénissez-le, / exaltez-le dans tous les siècles.
Fidèles, resplendissez de joie / en la printanière résurrection du Christ; / et, comme Thomas vous aussi, / confessant votre Seigneur et votre Dieu, / peuples, chantez, bénissez-le, / exaltez-le dans tous les siècles.
Théotokion: Ô Vierge, tu es devenue / un ciel très lumineux, / toi qui as porté comme soleil le Christ / amenant la lumière d’en haut à ceux d’en-bas / et resplendissant du brillant éclat / de sa venue comme Dieu.

Triode de Joseph
Ode 9
Hirmos : La source vivifiante qui ne tarit, / le chandelier de la Lumière tout doré, / le temple vivant du Seigneur, / son tabernacle immaculé, / plus vaste que la terre et le ciel, / c’est la Mère de Dieu que nous fidèles, nous magnifions.
Que la terre entière exulte en ce jour / et que les nues distillent la joie, / car le Seigneur de gloire crucifié / est ressuscité, nous délivrant / de la mortelle corruption pour faire briller en nous, / par miséricorde, l’immortalité.
Aux saintes femmes qui jadis / portaient la myrrhe avec leurs pleurs / l’Ange qui resplendissait dans le tombeau / demanda: Que cherchez-vous le Vivant parmi les morts? / Voici qu’il est ressuscité, / illuminant le monde entier.
Le lumineux réveil de notre Dieu, / surpassant en éclat les rayons du soleil, / fait resplendir pour tous les siècles / les fidèles dans l’Esprit / et conduit les vers le salut: / fêtons-le d’un cœur pur.
Théotokion: Divine Mère, vivifie-nous / que nos péchés ont mis à mort; / toi qui as enfanté la vie éternelle, / pousse-nous à faire ce qui conduit / réellement à la vie, pour que fidèlement / nous puissions sans cesse te magnifier.
Triode de Théodore Studite
Hirmos : Le Seigneur fait merveille par la force de son bras, / de leurs trônes il renverse les puissants, / il élève les humbles, le Dieu d’Israël, / soleil levant, lumière d’en-haut, / il nous protège et dirige nos pas / sur le chemin de Ta paix.
Voici, la semaine festive du Renouveau / nous a rendu la nouveauté des jours anciens / au point de nous faire habiter, en l’Esprit, / sans obstacle, le Paradis / où notre condamnation fut méritée au commencement, / lorsque le premier homme goûta au fruit défendu.
Toi qui montras à Thomas / la marque de ton côté / et lui dis: Bienheureux, en vérité, / ceux qui croiront en moi sans avoir vu, / toi-même rends-nous dignes de ta gloire immaculée, / nous qui suivons tes préceptes, Seigneur.
Je chante tes Souffrances et ta mise au tombeau, / je glorifie pieusement ta Résurrection / qui t’a fait sortir du sépulcre, bon Jésus; / avec ton Père je te vénère comme Fils / en compagnie de l’Esprit divin; / Verbe, je me prosterne devant l’image de ta chair.
Théotokion: Toi qui fis tout avec sagesse, Jésus, / qui de la Vierge as pris mon être entièrement / et dans le sein du Père demeures tout entier, / en envoyant, Sauveur, sur ton troupeau / comme Dieu ton saint Esprit, / fais descendre sur nous ta clarté.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Re: PENTECOSTAIRE

Message par Monique » jeu. 09 déc. 2010 16:01

LE VENDREDI À MATINES

Cathisme I, ton 1
Ami des hommes, nous nous prosternons devant l’arbre de ta Croix: / sur lui tu fus cloué, toi la Vie de l’univers; / au bon Larron qui, dans la foi, se tourna vers toi, / Sauveur, tu as ouvert le Paradis; / et il obtint la béatitude éternelle en te criant: / Souviens-toi de moi, Seigneur; / tout comme lui, reçois-nous qui te crions: / nous avons tous péché, / ne nous méprise pas, dans ta bonté.
Les soldats gardant ton sépulcre, Sauveur, / furent terrassés par la splendeur / de l’Ange qui se manifesta / pour annoncer aux femmes ta sainte Résurrection; / et toi qui nous délivres de la mort, / nous te glorifions et nous prosternons devant toi, / Ressuscité du tombeau et notre unique Dieu.
Seigneur, gloire des combats et couronne des vainqueurs, / tu es la parure des Martyrs glorieux: / par leur constance dans les épreuves ils ont mis en fuite les impies / et du ciel ils ont reçu la victoire par la puissance de Dieu; / Seigneur, accorde-nous / par leurs prières la grâce du salut.
Théotokion: L’Agnelle immaculée, voyant l’Agneau et le Pasteur / suspendu sans vie sur le bois, / pleurait et gémissait maternellement en disant: / Comment souffrirai-je, ô mon Fils, / ton ineffable condescendance et ta Passion volontaire, / Seigneur de toute bonté?

Cathisme II, ton 1
Heureux, toi qui touchas les plaies du Sauveur / et l’ouverture du côté merveilleux / qui a guéri l’immense blessure d’Adam / et qui procure à tous les croyants, / par les paroles des Apôtres divins, / l’impérissable béatitude de sa sain te Résurrection.

Ayant contemplé la Résurrection du Christ (voir page n).
Psaume 50.

Canons: de la Fête (c’est-à-dire du Dimanche de Thomas) et du Ménée.
Après l’ode 3, cathismes: du Ménée et de la Fête. Après l’ode 6, kondakion de la Fête. À l’ode 9, on chante le Cantique de la Mère de Dieu. Exapostilaires: de la Fête (et du Ménée).


Laudes, ton 1
Par ta Croix, ô Christ, / les Anges et les hommes ont formé / une seule Église, un seul troupeau; / le ciel et la terre exultent de joie: / Seigneur, gloire à toi. (2 fois)
Ô Christ, nous chantons / ta Passion qui nous sauve / et nous glorifions ta sainte Résurrection.
Venez, tous les peuples, / chantons des hymnes et des cantiques spirituels / pour honorer les victorieux Martyrs du Christ, / hérauts de la foi et flambeaux de l’univers, / source intarissable d’où jaillissent les guérisons; / par leurs prières, ô Christ notre Dieu, / donne la paix au monde / et à nos âmes la grâce du salut.
Gloire au Père... Maintenant, ton 8
Toutes portes fermées et les Disciples réunis, / le Sauveur apparut / dans le lieu où ils étaient rassemblés / et, se tenant au milieu d’eux, / il appela Thomas et lui dit: / Viens toucher mes plaies et vois la marque des clous, / et ne deviens pas incrédule, mais désormais / proclame avec foi ma résurrection d’entre les morts.

Apostiches, ton 4
Par ta Croix tu as rouvert aux hommes le Paradis, / tu as réveillé les morts, ô notre Vie; / tu es ressuscité, brisant la puissance de la mort; / en vérité tu as uni la terre aux cieux, / tu as comblé d’une immense joie / le chœur des Apôtres, ô Verbe de Dieu, / leur accordant la paix / et la grâce de l’Esprit.
Par toute la terre a retenti leur message, / leur parole, jusqu’aux limites du monde.
La mort est mise au ban, / laissant fleurir l’immortalité, / les chaînes de l’Enfer, après tant de siècles, sont brisées; / avec les cieux se réjouissent la terre et les vivants, / car le Christ est ressuscité, / la mort est dépouillée de sa proie; / le temps de l’allégresse est arrivé / et, toutes portes closes, il est apparu, / le Seigneur qui nous donne la vie.
Les cieux racontent la gloire de Dieu, / l’œuvre de ses mains, le firmament l’annonce.
En ce jour que fit le Seigneur / exultons d’allégresse et de joie: / le Christ a surgi comme une source de vie, / l’Enfer est dépouillé, / le chœur des Apôtres annonce la joie, / Thomas, pour son manque de foi, / touche les plaies du Seigneur / et, ce faisant, proclame les deux natures du Christ.
Gloire au Père... Maintenant, ton 8
Touche, Thomas, mon côté avec ta main, / examine la trace des clous, / et ne sois plus incrédule, mais croyant, dit le Christ. / Thomas, ayant touché du doigt le Seigneur, / d’une voix forte s’écria: / Tu es mon Seigneur et mon Dieu, gloire à toi.


LE VENDREDI SOIR À VÊPRES

Lucernaire, ton 1
Toutes portes fermées / et les Disciples réunis, / soudain tu entras, Jésus notre Dieu tout-puissant, / et, debout au milieu d’eux, / tu leur donnas ta paix / et les emplis de l’Esprit saint, / leur enjoignant de rester / sans s’éloigner de Jérusalem / jusqu’à ce qu’ils fussent revêtus / de la force d’en-haut; / c’est pourquoi nous te crions: / Seigneur, notre résurrection, notre lumière et notre paix, gloire à toi.
Huit jours après ta Résurrection, / Seigneur, tu te montras à tes Disciples / dans le lieu où ils étaient réunis, / et tu leur dis: La paix soit avec vous! / Au disciple incrédule / tu montras tes mains et ton côté, / et il te cria, dans un acte de foi: / Mon Seigneur et mon Dieu, gloire à toi.
Thomas, appelé Didyme, / n’était pas avec eux / lorsque, toutes portes closes, tu entras, ô Christ; / aussi ne crut-il pas aux paroles qu’on lui dit, / pour affermir ainsi vers la foi / le chemin des incroyants; / mais tu n’as point dédaigné, dans ta bonté, / de lui montrer ton côté immaculé / ainsi que les plaies de tes mains et de tes pieds: / il les toucha et, t’ayant vu, / il reconnut en toi plus que la simple humanité / ou que la seule divinité, / et te cria: Mon Seigneur et mon Dieu, gloire à toi.
Et l’on chante 3 stichères du Ménée.
Gloire au Père, ton 6
Toutes portes fermées, / tu t’es présenté devant tes Disciples, ô Christ, / alors que Thomas n’était pas avec eux, / mais ce fut providentiel, car il dit: / Je ne croirai pas, si je ne vois moi-même le Seigneur, / si je ne vois le côté d’où sortirent le sang et l’eau, le baptême; / si je ne vois la plaie par laquelle fut guérie / l’immense blessure du genre humain; / si je ne vois qu’il n’est pas une sorte d’esprit, / mais un être fait d’os et de chair. / Toi qui as triomphé de la mort et pleinement convaincu Thomas, Seigneur, gloire à toi.
Maintenant, Dogmatique ton 1
Chantons celle qui est la gloire de l’univers / éclose en notre humanité, / la Mère du Seigneur, la porte du ciel,/ la Vierge Marie, / celle que chantent les célestes esprits, / la parure et l’ornement des fidèles, / car elle est devenue le ciel, / le temple de la divinité; / elle a renversé la barrière d’inimitié / et nous a ramené la paix en nous ouvrant les portes du royaume; / tenant en elle l’ancre de la foi, / nous avons pour défenseur le Seigneur qu’elle enfanta; / prends courage désormais, / prends courage, peuple de Dieu, / car le Seigneur combat tes ennemis, / le Seigneur tout-puissant.

Apostiches, ton 1
Notre prière du soir, / reçois-la, Seigneur très-saint, / et accorde-nous la rémission de nos péchés, / toi qui seul dans le monde nous as montré la Résurrection.
Le Seigneur règne, vêtu de majesté, / le Seigneur règne, ceint de puissance.
Peuples, faites cercle autour de Sion, / faites-en le tour en procession, / en son enceinte rendez gloire au Ressuscité d’entre les morts, / car il est notre Dieu, celui qui a racheté nos péchés.
Tu fixas l’univers inébranlable, / ton trône est stable pour toujours.
Venez, tous les peuples, / chantons le Christ et prosternons-nous devant lui, / rendons gloire à sa Résurrection d’entre les morts, / car il est notre Dieu, / celui qui rachète le monde égaré par l’Ennemi.
À ta demeure convient la sainteté, / Seigneur, pour la suite des jours.
Par ta Passion, ô Christ, / tu nous as libérés de nos passions, / par ta Résurrection tu nous rachètes de la mort: / Seigneur, gloire à toi.
Gloire au Père... Maintenant, ton 5
Ami des hommes, sans égale est ton immense miséricorde: / tu as supporté d’être frappé par les Juifs, / d’être palpé par apôtre, d’être épié par les impies. / Comment as-tu pris chair, comment as-tu souffert la croix, / toi le seul sans péché? / Apprends-nous à te crier comme Thomas: / Gloire à toi, mon Seigneur et mon Dieu.
Tropaire, ton 7: Malgré les scellés.


LE VENDREDI SOIR À COMPLIES

Le second tétraode de Joseph porte l’acrostiche: Je chante le premier ton.
Tétraode de Joseph
Ode 6, ton 1
Hirmos : Imitant Jonas, ô Maître, je te crie: / À la fosse arrache ma vie; / Sauveur du monde, sauve-moi / qui te chante: Gloire à toi.
Bien que tu aies souffert en ton corps / et sois descendu parmi les morts, / tu as accordé l’impassibilité aux mortels, la résurrection: / aussi nous célébrons ton pouvoir souverain. C’est la Pâque éternelle et immaculée / que tu nous as donnée, ô Christ, en ressuscitant des morts, / car la nature des mortels / est passée de terre jusqu’aux cieux.
De tes œuvres, Sauveur, tu t’es vraiment reposé: / sur terre tu as observé le sabbat / par ta sépulture de trois jours; / par elle tu nous as donné à tous la vie éternelle.
Théotokion: Souveraine de l’univers, tu as enfanté / le divin Roi, ô Vierge immaculée; / toi qui es toute-pure en vérité, / pour tes serviteurs supplie-le.
Second tétraode de Joseph
Hirmos : Le fond de l’abîme nous entourait, / et nous n’avions personne pour nous délivrer, / nous étions comptés comme brebis d’abattoir. / Sauve ton peuple, ô notre Dieu, / car tu es la force des faibles / et leur relèvement.
Les impies te clouèrent à la croix, / longanime Seigneur; / et, voyant leur audace, le soleil / et la lune éteignirent leur clarté; / et les morts, ressuscités, / te chantèrent, ô Christ. Que les montagnes distillent la douceur / et les collines se réjouissent en ce jour; / car, le surlendemain, le Christ est ressuscité, / mettant fin aux plaintes de la mort; / aussi, fidèles, rendons-lui tous / la louange d’un même chœur.
Lorsqu’elles vinrent, de bon matin, / vers ton sépulcre, les saintes femmes, ô Christ, / virent un ange qui leur annonça / ta lumineuse résurrection / et leur demanda: Pourquoi / portez-vous la myrrhe à celui qui vit?
Théotokion: Celui qui n’a pas violé ton sein virginal / fut mis au monde comme bon lui a paru; / et sans briser les scellés de son tombeau / il est ressuscité comme il lui a plu; / car il peut tout, lui qui est / donneur de vie et Seigneur tout-puissant.
Tétraode de Théodore, même hirmos
Le Seigneur nous a fait surgir de l’Hadès: / nous ne sommes plus retenus / dans les entrailles de la Mort, / qu’une fois pour toutes il a terrassée / par la force de sa volonté / et le pouvoir de sa seigneurie.
Fidèles, réjouissez-vous: / le Christ est ressuscité / et dans la nature humaine il s’est montré en Galilée / aux Apôtres, comme il l’avait promis avant la croix: / Thomas a pu le toucher / et Cléopas s’est entretenu avec lui.
Ayant affermi la foi de Thomas, / tu as dit à Pierre de paître tes brebis, / comme à celui qui t’aimait / de toute son âme, avec ardeur; / à nous aussi, dans ta suprême bonté, Sauveur, / montre-toi pour nous porter le salut.
Théotokion: En toi se réjouissent, ô Vierge immaculée, / les ancêtres du genre humain, / qui ont retrouvé, grâce à toi, / le Paradis que par leur faute ils avaient perdu; / car tu es vierge avant que d’enfanter / et vierge encore après l’enfantement.

Tétraode de Joseph
Ode 7
Hirmos : La fournaise, Dieu sauveur, distille la rosée / et le chœur des Jeunes Gens a psalmodié: / Dieu de nos Pères, tu es béni.
La terre a bougé lors de ta Passion, / l’Hadès a tremblé lorsqu’on te mit en croix, / et les morts se sont levés de leurs tombes en te chantant.
Tu as fait jaillir la vie dans les tombeaux / et tu as brisé les liens de la mort, Christ notre Dieu, / car tu es la vie et la résurrection.
Les femmes qui t’apportaient leurs parfums / changèrent en joie leurs larmes, te voyant, / toi la Vie, leur dire: Réjouissez-vous.
Théotokion: Comment, Vierge, as-tu mis au monde ton Créateur? / Merveille ineffable, suscitant l’admiration: / lorsque Dieu le veut, l’ordre naturel est changé.
Second tétraode de Joseph
Hirmos : Nous les fidèles, nous reconnaissons en toi, / ô Mère de Dieu, / la fournaise spirituelle; / et de même qu’il a sauvé les trois Jeunes Gens,/ le Très-Haut a renouvelé / en ton sein le monde entier, / le Seigneur Dieu de nos Pères, / digne de louange et de gloire.
Ô Maître crucifié / au milieu de deux larrons, / qui as souffert les soufflets / et fus abreuvé de vinaigre / pour nous, Longanime, de plein gré, / tu as tout supporté, mais le troisième jour / tu es ressuscité, Dieu de nos Pères à qui revient / louange et haute gloire.
Joseph a détaché / ton cadavre de la croix, / il a déposé au tombeau / avec amour ton corps immaculé, / le couvrant de baisers en gémissant; / puis, dans l’allégresse, il te cria: / Dieu de nos Pères, à toi revient / louange et haute gloire.
Parmi les morts pourquoi chercher / le Vivant comme trépassé, / dit l’ange aux femmes en pleurs, / et pourquoi la myrrhe que vous portez? / Dites à ses apôtres de partir, / car le Christ est ressuscité, / ce n’est plus un secret.
Théotokion: Entre les femmes, c’est toi / la seule qui fus comblée de grâces, / car à la voix de l’Archange tu as conçu / joyeusement le principe de la joie; / c’est pourquoi nous te célébrons / et ton Fils, nous le chantons / comme le Dieu de nos Pères à qui revient / louange et haute gloire.
Tétraode de Théodore, même hirmos
Joseph, qui l’avait enseveli, / s’est réjoui de s’entretenir avec le Christ / ressuscité d’entre les morts, / et Nicodème pareillement, / les porteuses de parfums, / l’ensemble des Apôtres et Cléopas; / avec eux maintenant / célébrons cette fête, nous aussi.
Quarante jours durant, / ô Christ, tu t’es montré / à tes Apôtres, dans ta chair; / te laissant voir en Sion, / tu leur dis: Ne vous éloignez pas, / mais soyez tous prêts à recevoir / l’Esprit qui m’est égal en énergie; / je m’en vais pour vous l’envoyer.
Céphas dit maintenant / à ses compagnons: Je vais pêcher, / mais, un peu fatigué, / il n’y parvenait plus, / jusqu’au moment où le Christ / lui dit d’étendre le filet / et, confirmé dans sa foi, / il prend comme poissons tous les mortels.
Théotokion: Réjouis-toi, fontaine du flot toujours vivant, / réjouis-toi, délicieux paradis, / réjouis-toi, rempart des croyants, / réjouis-toi qui es demeurée vierge, / réjouis-toi, joie universelle / par laquelle s’est levé pour nous / le Dieu de nos Pères à qui revient / louange et haute gloire.

Tétraode de Joseph
Ode 8
Hirmos : C’est toi que chantent les armées angéliques, / que glorifie le genre humain, / avec les prêtres, les serviteurs de Dieu / et les âmes des justes comme Créateur / et Seigneur de l’univers / dans les siècles.
Le serpent m’a dépouillé / de ma tunique et revêtu / de corruption par tromperie, / mais toi, Sauveur, nu sur la croix, / ô Verbe, tu m’as procuré / la vie immortelle.
Ne pouvant souffrir / ton insupportable présence, Sauveur, / l’Hadès fut déchiré et dut rendre avec effroi / tous les morts qu’il détenait / et qui se mirent à chanter, / Roi immortel, ta résurrection.
Ô Verbe, nous célébrons / la présente journée / comme l’après-fête de ton ensevelissement: / par lui, tous ceux que l’Hadès avait jadis engloutis, / tu les as ressuscités / pour qu’ils te chantent, Sauveur.
Théotokion: Vierge toute-digne d’être chantée, / nous te célébrons, nous tous, les humains, / comme le salut de l’univers; / par toi nous avons tous trouvé la rédemption: / après notre condamnation à mort, / nous avons été rappelés vers la vie.
Second tétraode de Joseph
Hirmos : Dans la fournaise, comme en un creuset, / brillèrent les enfants d’Israël / par l’éclat de leur piété plus pure que l’or fin, / et ils se mirent à chanter: / Bénissez le Seigneur, toutes ses œuvres, / louez-le, exaltez-le dans tous les siècles.
Le peuple détourné de la foi par les impies, / Sauveur, te fait arrêter et par jalousie / te hisse furieusement sur la croix, / ne voulant pas chanter pour toi: / Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.
À Pilate, Joseph avec amour / demande ton corps et te dépose au tombeau / comme un cadavre; mais toi-même tu as brisé / totalement les portes de la mort, les barres, les verrous, / et le troisième jour, Sauveur, / tu ressuscitas des morts.
Puisque tu es le Parfum spirituel, / le chœur des femmes, de bon matin, / vint embaumer ton corps; / elles trouvèrent l’ange qui leur demanda: / Pourquoi cherchez-vous tel un mort celui qui est vivant? / Chantez-le plutôt dans les siècles.
Théotokion: Sans changement tu enfantas / celui qui est le Fils par nature divine, / Vierge bénie, et qui pourtant/ est apparu dans notre nature charnelle comme il lui a plu; / chantons-lui: Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.
Tétraode de Théodore, même hirmos
Peuples, réjouissez-vous avec Thomas, / comme voyant le Verbe en votre foi / et touchant avec lui sa chair immaculée: / le Christ est le même qui a ressuscité de la tombe / Adam déchu et qui maintenant / nous convie à la gloire paternelle.
Avec Cléopas, allons, nous aussi, / faisons route vers Emmaüs, / dans les mêmes dispositions, / afin de voir le Christ avec notre cœur, / d’être comblés par sa douce voix / et de le chanter dans les siècles.
Avec les saintes femmes, venez tous, / portons au Christ comme parfums / nos œuvres et notre vie, / et nous serons comblés de joie en chantant: / Venez, tous les peuples, battons des mains, / puisque nous avons été purifiés des idoles par la croix.
Théotokion: Réjouis-toi, glorieux trône de Dieu, / réjouis-toi, rempart des croyants; / par toi le Christ s’est levé comme lumière en la ténèbre / pour ceux qui, te disant bienheureuse, s’écrient: / Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur, / exaltez-le dans tous les siècles.

Tétraode de Joseph
Ode 9
Hirmos : La nuée lumineuse en qui le Maître universel / descendit depuis le ciel / comme pluie sur la toison / et pour nous s’est incarné, / lui le Dieu infini, / en revêtant l’humanité, / fidèles, nous la magnifions / comme sainte Mère de Dieu.
Moi qui demeurais dans l’ombre de la mort / et dans les ténèbres de l’Hadès, / par ta mort, Sauveur, tu m’as délivré / et tu m’as ressuscité / en m’appelant à la vie éternelle; / c’est pourquoi fidèlement / je me prosterne devant toi, Source de vie, / et je chante ta sépulture de trois jours.
Ayant célébré le Passage de Dieu, / la Pâque offrant au monde le salut, / la grande Pâque immaculée, / fidèles, chantons en ce jour / ce divin samedi / comme après-fête nous renvoyant / mystiquement les rayons / du saint et grand Samedi.
Gloire à ta divine Croix, / gloire, ô Verbe, à ta Passion, / à ta mise au tombeau, / gloire à ta Résurrection: / par elle tu as opéré notre rédemption, / Sauveur, et tu nous as délivrés / des chaînes de la mort en nous faisant siéger / sur le trône de ton Père éternel.
Théotokion : Les lois de la nature, tu les ignoras / de même que le travail de l’accouchement / lorsque sans douleurs, ô Vierge, tu as enfanté / comme Fils, hors de ton sein maternel, / celui qui de sa main t’avait créée; / c’est pourquoi, nous toutes les générations, / nous te chantons comme il se doit / et sans cesse nous te magnifions.
Second tétraode de Joseph
Hirmos : Pour image de ton enfantement / nous avons le buisson ardent / qui brûlait sans être consumé; / en nos âmes nous te prions d’éteindre la fournaise ardente des tentations, / pour qu’alors, ô Mère de Dieu, / sans cesse nous te magnifiions.
Sur l’arbre de la croix, Seigneur, tu es monté / et vers la connaissance tu as entraîné / l’ensemble des nations: / tu leur as ouvert le Paradis / que nos ancêtres avaient fermé jadis / en goûtant au fruit défendu; / c’est pourquoi nous te magnifions.
Dans la tombe comme mort / jadis Nicodème et le noble Joseph t’ont déposé, / toi le Prince de la vie / et son trésor, ô Christ; / et l’ensemble des saintes femmes les accompagna, / pleurant et gémissant / et te magnifiant comme Dieu.
Tout entier, Sauve dans les cieux, / et c’est avec elle qu’il reviendra.
Tétraode de Théodore, même hirmos
Réjouis-toi, dyade sacrée, / Nicodème avec Joseph, / car vous avez eu l’honneur/ d’ensevelir le Christ en sa chair; / et maintenant vous le contemplez / et vous intercédez pour les fidèles se prosternant / devant sa vivifiante Résurrection.
Jubile, dyade compagne de Dieu, / admirables Cléopas et Luc, / car vous avez eu l’honneur / de faire route avec le Christ; / et maintenant vous le contemplez / et vous intercédez pour les fidèles se prosternant / devant sa vivifiante Résurrection.
Félicitations à la dyade mentionnée par Dieu, / aux deux Marie porteuses de parfum, / car vous avez eu l’honneur / de rencontrer en sa chair le Seigneur ressuscité; / et maintenant vous le contemplez / et vous intercédez pour les fidèles se prosternant / devant sa vivifiante Résurrection.
Théotokion: Sauve ton peuple, Seigneur, / celui que tu as racheté / avec ton propre sang; / accorde-lui de résister / avec force à l’ennemi / et donne à tes Églises la paix, / par l’intercession de la Mère de Dieu.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Re: PENTECOSTAIRE

Message par Monique » jeu. 09 déc. 2010 16:10

LE SAMEDI À MATINES

Cathisme I, ton 1
Les soldats gardant ton sépulcre, Sauveur, / furent terrassés par la splendeur / de l’Ange qui se manifesta / pour annoncer aux femmes ta sainte Résurrection; / et toi qui nous délivres de la mort, / nous te glorifions et nous prosternons devant toi, / Ressuscité du tombeau et notre unique Dieu.
Les femmes vinrent au sépulcre de bon matin, / un ange leur apparut et l’effroi les saisit; / la vie rayonnait du tombeau, / prodige qui les remplit de stupeur; / aussi allèrent-elles annoncer / aux Disciples la résurrection du Seigneur: / Le Christ, dans son pouvoir souverain, / a dépouillé l’Enfer et relevé tous les morts de la poussière du tombeau; / et la crainte de la condamnation, / il l’a bannie par la puissance de la Croix.
Théotokion: Ô Vierge, lorsque Gabriel te disait: Réjouis-toi, / à sa voix s’incarnait le Maître de l’univers / en toi, l’arche sainte, / selon la parole du juste David, / et tu as paru plus vaste que les cieux, / puisqu’en ton sein tu portas le Créateur. / Gloire à celui qui fit sa demeure en toi, / gloire à celui qui est sorti de toi, / gloire à celui qui est né de toi pour nous sauver.

Cathisme II, ton 1
Par crainte des Juifs, les Disciples se cachaient / et s’étaient réunis dans Sion; / tu vins au milieu d’eux, Seigneur de bonté, / et, les portes fermées, tu leur apparus, les comblant de joie; / tu leur montras tes mains et la plaie de ton côté, / disant au disciple incrédule: Mets ta main, / rends-toi compte, c’est moi qui ai souffert pour toi.

Ayant contemplé la Résurrection du Christ (voir page n).
Psaume 50.

Canons: de la Fête (c’est-à-dire du Dimanche de Thomas) et du Ménée.
Après l’ode 3, cathismes: du Ménée et de la Fête. Après l’ode 6, kondakion de la Fête. À l’ode 9, on chante le Cantique de la Mère de Dieu. Exapostilaires: de la Fête (et du Ménée).


Laudes, ton 1
Ô Christ, nous chantons / ta Passion qui nous sauve / et nous glorifions ta sainte Résurrection.
Toi qui souffris la croix pour terrasser la mort / et es ressuscité d’entre les morts, / établis notre vie dans la paix, / Seigneur tout-puissant.
Ô Christ, vainqueur de l’Enfer, / tu nous as tous ressuscités par ta sainte Résurrection: / donne-nous un cœur pur / pour te chanter et te glorifier dignement.
Glorifiant ta divine condescendance, / ô Christ, nous te chantons: / sans être séparé du Père, tu es né d’une vierge, / en ton humanité tu as souffert librement sur la croix; / du tombeau tu es sorti comme d’une chambre nuptiale / pour sauver l’univers: / Seigneur, gloire à toi.
Gloire au Père... Maintenant, ton 6
Huit jours après ta Résurrection, / Fils unique et Verbe de Dieu, / tu apparus à tes Disciples, toutes portes fermées, / et tu leur donnas la paix; / au disciple incrédule tu montras la marque des clous: / Viens toucher, lui dis-tu, mes mains et mes pieds / et la plaie de mon côté. / Le disciple fut convaincu et s’écria: / Gloire à toi, mon Seigneur et mon Dieu.

Apostiches, ton 1
Après ta merveilleuse Résurrection, / Seigneur source-de-vie, / comme tu n’avais pas brisé les scellés du tombeau, / tu entras de même, toutes portes fermées, / chez tes Apôtres glorieux, / que tu comblas de joie, / leur donnant l’Esprit de vérité / dans ton immense bonté.
Glorifie le Seigneur, Jérusalem, / célèbre ton Dieu, ô Sion.
Thomas, appelé Didyme, / n’était pas avec eux / lorsque tu apparus à tes Disciples, Seigneur; / aussi ne crut-il pas à ta Résurrection / et dit à ceux qui t’avaient vu: / Si je ne mets mon doigt dans son côté / et dans la marque des clous, / je ne croirai pas qu’il est ressuscité!
Car il a renforcé les barres de tes portes, / il a béni tes fils au milieu de toi.
Thomas, disait le Christ, / touche-moi, puisque tu le veux, / approche ta main / et sache que j’ai des os, de la chair, un corps humain; / ne deviens pas incrédule, mais croyant! / Et celui-ci répondit: Tu es mon Seigneur et mon Dieu, / gloire à ta sainte Résurrection.
Gloire au Père... Maintenant, ton 1
Les Disciples hésitaient, / mais le huitième jour parut le Sauveur / dans le lieu où ils étaient rassemblés / et, leur donnant la paix, il appela Thomas et lui dit: / Apôtre, viens toucher mes mains, / qui furent percées de clous. / Il est bon que Thomas ait douté, / pour conduire les cœurs des croyants / à la connaissance de Dieu; / et, dans la crainte, il s’écria: / Mon Seigneur et mon Dieu, gloire à toi.

Répondre