"Il n'y a de bon que Dieu seul"

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

christian
Messages : 129
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:31
Localisation : Suisse, vaud

"Il n'y a de bon que Dieu seul"

Message par christian » jeu. 03 févr. 2005 13:38

Bonjour,
ce matin en lisant l'évangile du jour, j'ai été frappé par le texte suivant ( traduction Segond) : "Comme Jésus se mettait en chemin, un homme accourut, et, se jetant à genoux devant lui: Bon maître, lui demanda-t-il, que dois-je faire pour hériter de la vie éternelle? Jésus lui dit : Pourquoi m'appelles-tu bon? Il n'y a de bon que Dieu seul."

Comment comprenez-vous que le Christ à la fois "vrai Dieu et vrai Homme", réponde de cette manière? Pourquoi ne relève-t-il pas qu'il a "parlé juste" en s'adressant à lui Dieu et à l' homme? Est-ce que les Pères ont traité de ce passage?
L'homme a pourtant raison en l'appelant "bon", lui, à la fois Dieu et Homme! Alors pourquoi cette réponse où le Christ semble ingnorer sa double nature?

Claude le Liseur
Messages : 4138
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » jeu. 03 févr. 2005 15:12

Christian,

Je n'ai pas de référence à l'appui de ce que j'avance, mais l'explication me semble être la suivante.

Jésus fait cette réponse au jeune homme riche parce que ce dernier ne savait pas que son interlocuteur était à la fois homme et Dieu. Le jeune homme riche s'était adressé à lui comme à un simple docteur de la Loi, et Jésus essaie sans doute de l'amener à la confession de Sa divinité (comme lorsqu'il demande à ses disciples: "Qui croyez-vous que je suis?").

christian
Messages : 129
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:31
Localisation : Suisse, vaud

Message par christian » jeu. 03 févr. 2005 17:10

J'ai omis de mentionner que le texte se trouvait dans Marc 10 vers. 17-18

mihaelaiacovache
Messages : 77
Inscription : lun. 15 sept. 2003 7:12
Localisation : Roumanie
Contact :

Message par mihaelaiacovache » ven. 04 févr. 2005 0:51

Jesus Christ ne nie pas .Il dit :Pourquoi m’appelles- tu bon ? Personne n’est bon,si ce n’est Dieu seul( Ps.25 :8 ,Ps. 33 ;5 Ps.34 :8 , Na 1 :7). Jesus lui donne la possibilite de choisir : soi le jeune homme reconnait que Jesus est bon,donc I a l’attribut de la divinite ,soi il croit que Jesus est seulement un maitre. Et le jeune homme choisit : il l’appele maitre (il lui repond :Maitre ,j’ai garde tout cela...) .
Je n’ai trouve aucun commentaire sur ce sujet .Je crois que Saint Theophilact ,Archeveque de Bulgarie ,a ecrit aussi au sujet d ‘Evangile selon Marc.J’ai seulement le commentaire sur Evangile selon Jean.

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » ven. 04 févr. 2005 9:57

C'est dans son Homélie 63 sur Matthieu que Jean Chrysostome commente le récit de Marc.

Vous retrouverez ce texte dans les oeuvres de St Jean Chrysostome que vous pouvez télécharger gratuitement sur le site indiqué à la rubrique:
"Télécharger gratuitement des livres"



1. Quelques-uns blâment ce jeune homme et disent qu’il vient trouver Jésus-Christ avec un esprit double et seulement pour te tenter. Pour moi, je croirais assez qu’il était avare et qu’il était possédé par la passion de l’argent, puisqu’en effet Jésus-Christ nous l’a fait voir; mais je n’ose dire qu’il agisse ici avec duplicité, parce qu’il est toujours dangereux, principalement en matière de crimes, d’assurer ce qu’on ne sait pas ni ce qui est douteux. Au reste saint Marc a détruit à l’avance cette opinion en disant " qu’il accourut à Jésus-Christ, qu’il fléchit le genou devant lui, et que Jésus-Christ le regardant, l’aima ". (Marc X, 17.) Mais la (493) tyrannie que les richesses exercent sur les hommes est étrange, mes frères, et cet exemple en est une grande preuve: quelque vertu que nous possédions d’ailleurs, cette seule passion les ruine toutes, et c’est avec grande raison que saint Paul l’appelle " la racine de tous les vices". (I Tim. VI, 10.)

Mais pourquoi Jésus-Christ répond-il ceci à ce jeune homme?
" Jésus lui répondit: Pourquoi m’appelez-vous bon? Il n’y a que Dieu seul qui soit bon (17) ".


Comme ce jeune homme ne regardait Jésus-Christ que comme un pur homme et comme un des docteurs ordinaires d’entre les Juifs, Jésus voulait aussi lui répondre comme s’il n’eût été en effet qu’un simple homme. C’est ainsi que nous voyons souvent qu’il proportionne ses réponses à la disposition de ceux qui l’interrogent, comme lorsqu’il dit : " Nous adorons ce que nous connaissons ". Et ailleurs : " Si je me rends témoignage à moi-même, mon témoignage n’est pas vrai". (Jean, III.) Lors donc qu’il dit: "Il n’y a que Dieu seul qui soit bon ", il n’entend pas dire qu’il ne soit bon lui-même. Dieu nous garde de cette pensée. Il ne dit point: "Pourquoi m’appelez-vous bon "? je ne le suis pas, mais " il n’y a que Dieu seul qui soit bon " (Matth. VII, 11), c’est-à-dire, il n’y a personne entre les hommes qui soit bon. Ce qu’il ne dit pas néanmoins pour assurer qu’il n’y a personne de bon entre les hommes, mais seulement pour faire voir que la bonté qu’ils ont est bien différente de celle de Dieu. Il dit: " il n’y a que Dieu seul qui soit bon ", et non pas : Il n’y a que mon Père seul qui soit bon, pour marquer qu’il ne découvrait pas à ce jeune homme qui il était.
C’est ainsi que le Sauveur dit ailleurs: " Quoi que vous soyez mauvais, vous savez bien néanmoins donner de bonnes choses à vos enfants ". Il les appelle " mauvais " aussi bien qu’ici, sans avoir dessein de condamner généralement toute la nature des hommes en elle-même, puisqu’il dit : " Quoique vous soyez mauvais "; et non pas: quoique tous les hommes soient mauvais ; ne les appelant mauvais qu’en les comparant avec la bonté de Dieu; comme on le voit par ce qu’il ajoute " A combien plus forte raison votre Père qui est dans le ciel donnera-t-il de vrais biens à ceux qui lui en demandent" ? Vous me demanderez peut-être pourquoi Jésus-Christ parle avec tant de force à ce jeune homme, et quel avantage il voulait qu’il retirât de sa réponse? Il voulait premièrement l’élever peu à peu jusqu’à la connaissance de Dieu. Il voulait lui apprendre à ne point mêler de flatteries dans ses paroles, et le détacher insensiblement de la terre pour l’attacher à Dieu seul. Il lui persuade de ne désirer que les biens à venir, et de connaître celui qui étant véritables ment bon, est l’unique source de tous les biens, afin qu’il lui rende la gloire qui lui est due. C’est ainsi que, lorsqu’il commandait à ses apôtres de n’appeler personne " maître sur la terre (Matth. XXIII, 9) ", il voulait leur apprendre à faire quelque discernement de lui d’avec tous les hommes, et à connaître qu’il était l’origine et le principe de toutes choses.

christian
Messages : 129
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:31
Localisation : Suisse, vaud

Message par christian » ven. 04 févr. 2005 18:26

Merci pour vos réponses.

Répondre