Bernard Le Caro au Concile de l'ERHF de San Francisco

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Jean-Louis Palierne
Messages : 1044
Inscription : ven. 20 juin 2003 11:02

Bernard Le Caro au Concile de l'ERHF de San Francisco

Message par Jean-Louis Palierne »

On a mentionné sur ce Forum l'exposé qu'avait fait Bernard Le Caro au cours du IVème Concile générél de l'Église Russe à l'étranger à san Francisco. Le texte n'avait été publié qu'en russe et en anglais. Avec la gracieuse autorisation de son auditeur je peux vous communiquer ce tecte en français. Il peut être d'un grand intérêt pour notre Forum.

===============

Bernard Le Caro

Sur le témoignage orthodoxe en Occident `

« Ce n'est pas en vain que le Seigneur nous a chassés de notre pays. Ce n'est pas seulement en raison de nos péchés, mais pour que nous fussions les prédicateurs de l'Evangile dans le monde entier »

S. Jean de Changhaï

Indubitablement, la plus grande joie que l'homme puisse éprouver en ce monde est d'appartenir au Corps du Christ, l'Eglise Orthodoxe. Cette joie, nous l'exprimons à chaque Liturgie, lorsque nous chantons «Nous avons vu la vraie lumière, nous avons reçu l'esprit céleste, nous avons trouvé la vraie foi». Aussi, comme le disait le S. Patriarche Tykhon, « Nous devons partager notre richesse spirituelle, notre vérité, notre lumière avec les autres qui ne possèdent pas ces biens » .

Plus que jamais, nous avons le devoir de témoigner la vraie foi dans un monde qui, à l'instar de l'Empire romain vers le IVè siècle, est en train de s'effondrer dans le luxe, la débauche et la multiplicité des croyances syncrétistes. Des théologiens occidentaux, comme D. Bonhoeffer, qui sous prétexte de « purifier » le christianisme de ses compromis avec le monde, ont annoncé « la mort de Dieu » - c'est-à-dire du Dieu de la religion conventionnelle - promouvant une « sécularisation » du christianisme, ont en fait ouvert la porte aux extrémistes du christianisme social qui ont tout simplement vidé les églises hétérodoxes. Et l'on se trouve désormais en Occident devant un christianisme si « purifié » des « superstitions », qu'il est complètement vide et incapable de nourrir chez les hommes le sens de la vie spirituelle, voire même le désir de communion avec Dieu. Il est désormais évident - et le nouveau pape en est manifestement conscient, sans naturellement pouvoir trouver la solution qui seule se trouve dans l'Orthodoxie - que l'orientation « sociale » du christianisme occidental, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, a généré la crise la plus grave que le christianisme en occident ait jamais connue et qu'il est désormais question de sa survie ou de sa disparition à terme. Je ne m'étendrai pas ici sur toutes les déviations que connaît le christianisme occidental à notre époque et le désarroi qu'il produit chez ses fidèles.

En aucun cas, nous ne pouvons éprouver une joie maligne devant ce triste phénomène, sachant que « beaucoup sera demandé à qui l'on a beaucoup donné» (Lc. 12,48). Nous ne pouvons pas, lorsque l'homme occidental « est tombé aux mains des brigands qui l'ont dépouillé», « passer outre » tel le Lévite (Lc. 10,31). Notre devoir est donc de montrer de la compassion - à l'exemple du hiéromoine Nicandre de Valaam, l'aumônier du Couvent de Lesna en France, qui, dans sa vieillesse, se promenait souvent la prière sur les lèvres et, se tournant vers Paris, bénissait en disant : « Bénis, Seigneur, ceux qui ne Te connaissent pas ! » Il convient aussi d'aider ceux qui frappent à la porte de l'Eglise du Christ, sans pour autant tomber dans l'illusion que chaque homme est un orthodoxe potentiel, sachant qu'il est dit dans l'Evangile : « Alors, de deux hommes qui seront dans un champ, l'un sera pris et l'autre sera laissé, de deux femmes qui moudront à la meule, l'une sera prise et l'autre laissée » (__tth. 24,40). Aussi, S. Tykhon nous met en garde contre un prosélytisme « à l'occidentale » : « L'Eglise Orthodoxe est étrangère aussi à ces procédés qui sont parfois permis par les missionnaires hétérodoxes dans la prédication de la foi chrétienne : elle ne recourt pas à des moyens illégitimes pour convertir au christianisme, elle n'entre pas en matière avec les préjugés et les passions humaines, elle n'altère pas la pureté de la vérité évangélique pour acquérir plus de fidèles, car elle considère important non seulement le nombre des croyants, mais la qualité de leur foi »» . Le saint patriarche insiste ici sur un aspect extrêmement important : nous ne devons pas imaginer des missions « grandioses » avec pour corollaire des conversions superficielles, mais nous préoccuper de l'individu et de la qualité de sa foi. En effet, ce n'est pas par des « organigrammes » ou des réalisations exemplaires que nous aiderons l'homme occidental dans son cheminement spirituel. De telles expériences ont été faites dans le passé avec des conséquences catastrophiques. Aussi, dans la ligne du Patriarche Tykhon, voyons ce que nous pouvons faire à titre individuel, dans l'humilité, en insistant précisément sur la « qualité de la foi » des convertis, sachant que tout le Corps de l'Eglise est concerné, tant clercs que laïcs. En effet, comme le dit encore S. Tykhon « Qui doit s'occuper de la propagation de la foi orthodoxe, de la multiplication des enfants de l'Eglise orthodoxe ? Les pasteurs et les missionnaires, me direz-vous. Mais doivent-ils être les seuls ? Chaque membre de l'Eglise doit y participer, doit y prendre une part active et avec ardeur ! »» . Après avoir vu ce que nous pouvons faire, il est important de voir aussi ce que nous devons éviter, ce qui éloigne de l'Orthodoxie les hétérodoxes et qui déçoit ceux qui sont entrés dans l'Eglise. En conclusion, nous verrons que ce « sang nouveau » peut apporter aussi beaucoup à l'Eglise orthodoxe. Avant d'aborder ces sujets, je voudrais souligner que la plupart des textes que je citerai ci-après émanent de plusieurs convertis à l'Orthodoxie et que ce n'est donc pas un témoignage personnel. Toute la question des convertis est contenue dans l'expression retenue pour l'édition anglaise de l'oeuvre de S. Théophane le Reclus, sur l'éducation des enfants : « Raising them right » !

1. « La gangrène de l'incroyance », selon l'expression du père Séraphim Rose, s'est emparée du monde occidental et nombreux seront désormais ceux qui viendront à la foi orthodoxe sans avoir pratiqué aucune religion. Nous sommes là dans le cas d'une tabula rasa, et le problème du nouveau converti sera de passer de « la vie du péché à la terre promise », mais il n'aura pas à abandonner d'anciennes croyances et à renoncer à un héritage du passé. Il y a également ceux qui seront passés par « le supermarché » religieux de notre époque avec ses expériences pseudo-spirituelles, voire l'occultisme. Il leur faudra rompre radicalement avec leur passé. Il convient ici de mentionner que l'Eglise Orthodoxe Serbe a reçu récemment dans sa juridiction des individus qui étaient passés par ces « expériences », en leur faisant, entre autres réciter la catéchèse de S. Cyrille de Jérusalem, qui est frappante par son actualité : «Ne tiens compte ni de l'astrologie(...), ni de la divination, ni des méthodes d'occultisme helléniques et païennes, ni de la magie, ni de la nécromancie » A la liste de ces croyances à abjurer l'Eglise Serbe a ajouté la franc-maçonnerie.

Pour ceux qui viennent de l'hétérodoxie, le problème est différent et complexe, car, dans ce cas, il ne pourra être question d'une rupture totale avec le passé. Ici, la démarche vers l'Orthodoxie commencera par les innovations apportées à leur propre foi. Déjà en 1904, S. Tykhon de Moscou disait en Amérique : « Ne nous arrive-t-il pas souvent, à nous qui séjournons ici, de voir comme les hétérodoxes, saturés par des innovations continuelles dans leur foi, se tournent vers l'Eglise Universelle Orthodoxe et aspirent à trouver en elle des fondements fermes et inébranlables sur lesquels pourraient reposer leur esprit tourmenté ?» . Avec toutes les déviations que nous connaissons aujourd'hui dans les diverses confessions occidentales, nous nous trouvons souvent devant des individus qui sont « désespérés, déçus de l'Occident, désabusés, blessés et souffrants » , comme les décrit un converti à l'Orthodoxie. Est-ce néanmoins suffisant pour être reçu dans l'Orthodoxie ? Mgr Basile Essey, évêque orthodoxe du Patriarcat d'Antioche, dit très justement à ce sujet : « Les gens regardent hors de leurs maisons pour diverses raisons. La décision de passer à l'Orthodoxie ne peut être fondée uniquement sur des raisons négatives - « Je suis contre ceci ou cela dans mon Eglise ». Vous devez venir au Christ et à Son Eglise parce que vous y voyez quelque chose de positif : la Vérité. Si certains viennent à l'Orthodoxie simplement parce qu'ils sont opposés à ce qui se produit dans leur propre Eglise, s'ils viennent avec colère et ressentiment sur ce qui s'est passé dans leur communauté, c'est là un bagage qui, je pense, doit être laissé de côté. Il se peut qu'il soit inévitable de commencer son voyage avec ce bagage. Il est cependant intolérable qu'ils continuent à le porter lorsqu'ils arrivent à destination ” .

C'est justement là une question fondamentale. Si, comme le mentionne l'Evêque Basile, ces faits négatifs peuvent constituer le point de départ d'une recherche, le message que doit adresser l'Eglise Orthodoxe à ces futurs convertis est que l'entrée dans l'Eglise est bien plus qu'une acceptation formelle des dogmes, mais l'immersion complète dans la vie de l'Eglise. Comme le dit si bien J.F. Mayer, « L'adhésion à la foi orthodoxe mérite des efforts, et s'il y a quelque élément d'étrangeté, on peut y voir un appel à une émigration intérieure spirituellement profitable : 'Va-t'en de ton pays, de ta patrie, et de la maison de ton père, dans le pays que je te montrerai» (Genès_, 12 :1). Les expériences faites depuis plus d'un siècle montrent bien qu'il ne suffit pas que des anglicans de la High Church ou des vieux-catholiques suppriment le Filioque dans le Credo, reconnaissent uniquement les conciles oecuméniques du premier millénaire et placent des icônes dans leurs églises pour devenir ipso facto orthodoxes ; il leur faudrait acquérir un ethos orthodoxe, une sensibilité orthodoxe dans l'approche de la foi. C'est dans ce sens qu'il convient de se mettre humblement à l'écoute de la tradition orthodoxe vivante conservée dans les communautés venues d'Orient - non pas pour y rechercher l'exotisme ou des « émotions » liturgiques, mais pour s'y imprégner de l'esprit de la foi orthodoxe » . C'est dans cet esprit que l'archevêque Nathanaël (L'vov, + 1986) a dit : « Ce n'est pas l'appartenance officielle (à l'Eglise) qui fait un orthodoxe, mais l'ecclésialité de son esprit et de sa volonté» Comme le disait encore le staretz Païssios (Eznepidis, + 1994) du Mont Athos : « il faut que la couleur prenne ! » Or, pour que la couleur prenne, il faut, vivre selon les règles de l'Eglise et vivre avec des orthodoxes de naissance. C'est en substance ce que disait S. Jean de Changhaï aux convertis français : «pour être orthodoxe, il ne suffit pas de croire selon la foi orthodoxe, mais il faut encore observer les règles de l'Eglise ». Un ancien prêtre catholique-romain français devenu orthodoxe et higoumène d'un metochion athonite en France, le père Placide Deseille, dit à son tour : « Les paroisses et les communautés orthodoxes (...) sont maintenant, au moins en partie, composées de convertis (...). Il est très souhaitable qu'elles entretiennent des liens étroits avec les Eglises des pays traditionnellement orthodoxes. Elles ont beaucoup à apprendre.(...) Les convertis, au départ, ont tout à apprendre. Or, l'Orthodoxie ne s'apprend pas dans les livres ; on ne peut que s'y initier par un contact vivant avec les peuples où la tradition est demeurée ininterrompue » . Aussi, il convient d'encourager ces convertis qui disposent de leur propre paroisse à fréquenter également des paroisses russes traditionnelles et surtout à visiter les pays orthodoxes, peut-être en premier lieu, les lieux où la Tradition n'a pas été interrompue, comme le Mont Athos. Ils convient de mentionner que la plupart des monastères athonites abritent maintenant des moines d'origine occidentale qui peuvent aider les convertis et leur éviter bien des écueils dans leur vie spirituelle. Il est également souhaitable que les orthodoxes de naissance, dans nos paroisses, soient plus ouverts envers les convertis et leur transmettent la tradition vivante de l'Orthodoxie.

En tout état de cause, l'entrée dans l'Eglise orthodoxe doit passer par un catéchuménat préalable - certains de nos clercs exigent une période de deux ans - qui constitue une véritable mystagogie, sans quoi le converti risque de passer à côté de l'essentiel de ce que l'Eglise du Christ, l'Eglise Orthodoxe peut offrir à l'homme contemporain, comme à l'homme de toute époque, c'est-à-dire l'authentique vie dans le Christ. C'est pourquoi, me semble-t-il, il est indispensable que les convertis soient assistés dans leur cheminement, tant par leurs prêtres que par des laïcs expérimentés, et parmi ces derniers, leur parrain, dont le rôle ne saurait être « décoratif ». En premier lieu, il faudra aider le converti à s'immerger dans la vie liturgique, à suivre les offices. Comme le dit le père Basile, higoumène du monastère d'Iviron : «Ce n'est pas tant par des manuels théologiques que nous apprenons l'Orthodoxie, mais bien par la divine Liturgie et notre vie. Ou, plus précisément, nous connaissons l'Orthodoxie par la divine Liturgie lorsque celle-ci devient notre vie » Dans ce cadre de cet « apprentissage » de la vie spirituelle, il convient notamment d'insister sur la préparation à la Sainte Communion, celle-ci tendant à être négligée à notre époque.

Ici se pose néanmoins un problème qui concernent particulièrement les convertis : la langue dans lequel l'office est célébré. Force est de constater que l'on entend parfois prôner un concept de « langue sacrée » étranger à l'Orthodoxie. En effet, comme l'a affirmé l'évêque serbe Daniel (Krsti_, +2002) « lorsque le Seigneur a multiplié les langues, ce n'était pas un acte destructeur, mais créateur... C'était un acte créateur de Dieu, parce que ces nouvelles langues avaient chacune une beauté particulière, ses caractéristiques propres, et ne constituaient pas un obstacle à l'unité de l'Eglise. Nous avons dans la Pentecôte la confirmation de cette acte créateur. Chacune des langues multipliées est devenue digne d'être liturgique, au même niveau que les langues hébraïque et hellénique. C'est une promotion à la hauteur de l'Autel » L'évêque Daniel qualifiait en outre la théorie latine selon laquelle trois langues seulement étaient utilisables pour l'office, de « renfermement anti-pentiscostal ». Au demeurant, depuis la Pentecôte jusqu'à nos jours, l'Eglise du Christ a célébré dans diverses « langues les merveilles de Dieu » (Actes 2,11) : depuis les saints Apôtres, en passant par S. Jean Chrysostome, qui aimait présider les Liturgies dans l'église des Goths de Constantinople, par SS. Cyrille et Méthode « égaux-aux-apôtres » et S. Nicolas du Japon, sans oublier S. Jean de Changhaï qui célébra dans plusieurs langues « occidentales ». Aussi, là où se trouvent des convertis, il est souhaitable, me semble-t-il, d'utiliser en partie les langues locales sans naturellement préjudicier le slavon. Il s'agit seulement dans chaque cas d'agir avec discernement. Comme le disait à ce sujet l'évêque Daniel, « L'Orthodoxie enseigne : il faut observer ceci et ne pas omettre cela... et les sectes sont pour l'unilatéral ou bien...ou bien » . Dans notre diocèse d'Europe Occidentale, par exemple, les lectures du dimanche sont effectuées en deux langues. Parfois, également, une ecténie ou le « Notre Père » est chantée en français. Toutefois, on doit encourager les convertis à apprendre, lorsqu'ils en ont la possibilité, la langue liturgique car, cela facilite, naturellement, la prière. Connaître les langues anciennes de l'Orthodoxie - je pense aussi particulièrement au grec ancien -est un enrichissement. Cela permet de pénétrer en profondeur les textes - dans le domaine du vocabulaire liturgique et ascétique notamment - car il faut bien reconnaître que les traductions dans les langues vernaculaires quelles qu'elles soient n'arrivent que rarement à l'exactitude des langues anciennes. Suivre la Liturgie avec un livret ne semble pas être la solution car, comme le disait l'évêque Daniel, c'est là « l'attitude occidentale envers la Liturgie, qui provoque une sorte d'absence, de renfermement individualiste sur soi. Or, durant la Liturgie, il faut constituer un Corps... Avec des livres dans les mains, les fidèles ressemblent plus à une école qu'à une synaxe liturgique » . Néanmoins, on peut conseiller aux convertis de se préparer à la Liturgie en se pénétrant au préalable par la lecture des textes lus ou chantés. Si la Liturgie est le ««sacrifice de louanges », offert «d'une seule bouche et d'un seule cœur» par la communauté eucharistique, les autres offices sont de nature différente, en partie didactique. Dans ce cas, on peut conseiller aux convertis - et pas seulement à eux ! - de suivre l'office avec le livre concerné, tout particulièrement le canon des matines, dont la richesse théologique échappe souvent à ses auditeurs.

D'une façon plus générale, on peut inciter les convertis qui en ont les dispositions à apprendre également les langues parlées dans le monde orthodoxe. Cela permet une incorporation totale dans l'Eglise. Au XIXè siècle, le célèbre père Wladimir Guettée, « prêtre romain devenu prêtre orthodoxe », comme il se désignait lui-même, écrivait : « Je comprends fort mal le russe : mais je me fortifierai dans cette langue ; j'en sens le besoin. Outre le plaisir de m'entretenir avec des hommes distingués, il y a en Russie une littérature religieuse aussi riche que variée et que l'Occident ignore absolument » Cette « motivation » est toujours actuelle. De nombreux trésors restent encore inaccessibles - citons par exemple les « Commentaires sur le Typicon » (« __lkovy Tipikon ») ou « Les fêtes chrétiennes » (« Hristianskie prazdniki ») du grand liturgiste russe Skaballanovitch, ou encore l'oeuvre remarquable du hiérarque Athanase de Kovrov sur la commémoration des défunts selon le typicon de l'Eglise Orthodoxe. En outre, la connaissance de ces langues permettent un contact plus direct avec les « orthodoxes de naissance ». Dans notre diocèse d'Europe Occidentale, nous avons plusieurs paroisses où des convertis connaissent non seulement le slavon d'Eglise, mais parlent également russe, ce qui crée une véritable osmose entre les différentes composantes paroissiales, ou, exprimé liturgiquement une union plus profonde du peuple de Dieu. En tout état de cause, il ne s'agit pas d'imposer l'apprentissage de ces langues, mais d'encourager ceux qui en ont les capacités.

Outre l'office divin, autour duquel doit s'organiser toute la vie ecclésiale, la lecture doit accompagner la vie spirituelle du converti. Il n'est pas question, comme on l'a vu, que la vie spirituelle devienne livresque. Néanmoins, outre la Sainte Ecriture - selon les paroles de S. Séraphim de Sarov, «il faut que la pensée nage, pour ainsi dire, dans la loi Divine » - il convient de se pénétrer de l'enseignement des Pères de l'Eglise. Peut-on être orthodoxe en les ignorant ? Mais, plus particulièrement pour le converti, il devra être guidé dans ses lectures : il y a tout un édifice à bâtir, et on ne peut commencer par le toit ! Il peut être tenté « à droite », en lisant des Pères qui sont peu accessibles à des « débutants » dans la vie spirituelle, ou « à gauche » en lisant des auteurs récents dont l'Orthodoxie est discutable. Il faut donc les encourager en premier lieu, outre naturellement la Sainte Ecriture, à lire les vies de saints, les apophtègmes des Pères du désert, S. Dorothée de Gaza, pour passer progressivement à tous les Pères de l'Eglise, depuis S. Jean Chrysostome à S. Isaac le Syrien. Comme le dit un converti devenu moine athonite, « l'Orthodoxie est une orthopraxie fondée sur l'imitation de l'exemple vivant des saints du passé et de l'époque contemporaine qui, tous, ont suivi la voie qui nous a été ouverte par le Seigneur durant Son séjour parmi nous ». Or, comment vivre à l'exemple des saints, si nous ne connaissons pas leur vie, si nous n'avons pas vu des exemples vivants ?

Suivant le conseil de S. Séraphim de Sarov, il est nécessaire pour tous - et j'ajouterai particulièrement pour les convertis - de connaître l'histoire de l'Eglise. De nombreux fidèles ont une représentation fausse de celle-ci, imaginant une Eglise « cristalline ». Or, s'il y a eu des moments de « floraison », il faut savoir qu'ils étaient suivis de moments de décadence, ce qui n'empêchait pas l'Eglise, au demeurant, de produire des saints ou des décisions inspirées par l'Esprit-Saint et de vaincre toutes les crises. Pour ne citer que deux exemples célèbres, que l'on se souvienne des paroles amères de S. Grégoire le Théologien au sujet des évêques de son époque : « Pour moi, je n'irai pas siéger dans des conciles où des oies et des grues se battent sans discernement... Si ma voix est couverte par les croassements des geais.. » . Ou encore S. Basile : « Toute l'Eglise est détruite» Mais S. Jean de Changhaï ajoute : « Plus d'une fois, l'Orthodoxie semblait au bord de l'abîme, mais ensuite commença le temps de sa puissance non seulement intérieure, mais aussi extérieure » . Sans connaissance de l'histoire de l'Eglise, les convertis se découragent facilement - et pas seulement eux - devant les problèmes que peut connaître l'Eglise Orthodoxe à notre époque. Aussi me semble-t-il indispensable de les aborder maintenant.

3. Le premier contact avec l'Eglise Orthodoxe se fait habituellement par la Liturgie. Souvent, les hétérodoxes, assistant à l'un de nos offices, ont la même réaction que celle des envoyés de S. Wladimir à Sainte-Sophie de Constantinople. Allant plus loin, ils découvrent que l'enseignement de cette Eglise est en tous points celui de l'Eglise ancienne. Comme l'a dit le père Seraphim Rose d'éternelle mémoire : « Tout ce à quoi nous sommes accoutumés, tout ce que nous prenons pour un dû, s'avère être pour eux une découverte stupéfiante : la splendeur de nos offices, qui remonte aux temps anciens, adaptés aux besoins de l'âme humaine d'adorer le Seigneur dans l'esprit et la vérité ; la profondeur spirituelle des écrits des saints Pères ; notre lien ininterrompu avec le passé, étant donné que nous tenons nos origines non de quelque figure historique récente, mais du Christ et de Ses Apôtres ; nos clercs conservent la succession apostolique directe. Si nous, à qui sont confiés toutes ces racines, menons une vie chrétienne consciente, nous pouvons fournir une aide colossale à ceux qui (...) de tout leur cœur cherchent la sainte Orthodoxie » Mais il faut bien constater que cette juste et saine vision est rapidement assombrie par notre triste réalité, qui n'est pas seulement due à nos faiblesses humaines, mais souvent hélas à une fausse conception de l'Eglise, parfois quasi-protestante. Voici ce que l'on pouvait lire dans une revue catholique-romaine intégriste, sous le titre évocateur de « Mirage de l'Orthodoxie » qui contient certaines vérités amères : « Si de nombreuses (...) conversions du catholicisme à l'orthodoxie ont eu lieu ces dernières décennies, elles proviennent moins d'un dynamisme récent des Eglises « orthodoxes » que de l'incroyable dégradation de la liturgie de l'Eglise romaine, et du modernisme partout répandu en son sein ... Et on doit citer un fait navrant : dans la sphère « orthodoxe », un clerc en délicatesse avec sa hiérarchie se rebellera sans grand scrupule, car il trouvera toujours une hiérarchie concurrente qui l'acceptera. On trouve en effet une dizaine d'obédiences parallèles chez les « Orthodoxes » (...) Ces concurrences et ces divisions se retrouvent jusqu'en France, causant parfois d'amères déceptions chez ceux qu'au premier abord séduisait « l'Orthodoxie ». En outre, certains attachent une importance démesurée au calendrier julien ou aux détails liturgiques (en Russie et en Grèce, ces questions sont à l'origine de véritables schismes) » . Ce constat venu de « l'extérieur », corrobore les conclusions tirées par nos Evêques en 1952 déjà, et dont nous reparlerons. Il résulte de tout cela que nombre d'hétérodoxes, après s'être enthousiasmés par l'Eglise orthodoxe, se détournent d'elle et n'y entrent pas. Certains, devenus orthodoxes, l'abandonnent. Comme le disait l'un de nos évêques, suite à une amère expérience: « Je ne suis pas contre les convertis (jeu de mots : les Russes d'Amérique utilisent le mot 'convert', qui en russe signifie 'enveloppe'), mais ils se décollent trop facilement.. ». Le tout est, naturellement, de savoir pourquoi !

Je dois avouer maintenant que, lorsque la commission pré-conciliaire m'a proposé de présenter un exposé sur le témoignage orthodoxe en Occident, j'étais dans la perplexité : ce sujet se rapporte-t-il réellement au thème principal du Concile, à savoir l'unité de l'Eglise ? Il m'est cependant apparu rapidement que les deux questions sont étroitement liées : sans unité de l'Eglise - à tout le moins celle de l'Eglise Russe à l'Etranger - il peut difficilement être question de notre témoignage orthodoxe en Occident. Commentant les paroles évangéliques « Afin que tous soient un, comme Toi, Père, Tu es en Moi, et comme Je suis en Toi, afin qu'eux aussi soient un en Nous, pour que le monde croie qu Tu m'as envoyé» (Jn, 17,21)», S. Jean Chrysostome dit que « Le Seigneur répète souvent cela, afin de montrer que la paix (ecclésiale) peut attirer plus que les miracles. Et effectivement, comme la haine a le pourvoir de diviser, de même façon la concorde unit » . Ainsi, sans unité de l'Eglise orthodoxe, le monde qui nous entoure peut difficilement savoir que nous sommes les disciples du Christ. Il est question ici de ce que doit être notre vie dans l'Eglise, comment « il faut se conduire dans la maison de Dieu, qui est l'Eglise du Dieu vivant, la colonne et l'affermissement de la vérité » (Tim. 3,15), car, par notre conduite, nous détournons souvent les autres de l'Orthodoxie, et ainsi, « comme cela est écrit, le nom de Dieu est blasphémé parmi les païens » à cause de nous (Rom. 2,24). Au XXè s., la multiplication des « juridictions » russes a engendré dans la conscience des orthodoxes de la diaspora l'idée que, finalement, tout était possible. Aussi pouvait-on lire dans le message de nos Evêques d'Europe Occidentale en 1952 que nous avons mentionné : « Les Russes à l'étranger... sont maintenant divisés, relevant de différentes hiérarchies, qui ne sont pas en communion entre elles. Un mal en engendre un autre et les différends qui se sont manifestés ont mené aux discordes, à l'insoumission aux pouvoirs ecclésiaux et au mépris des lois, des canons et des règles de l'Eglise. Même en soutenant la vérité et en ayant raison quant au fond, nous accroissons le mal plus encore par nos tentatives de défendre le bien avec un zèle irraisonné. Tout cela a amené et amène au déclin de la foi et de la piété, à la perte de la perception de la vérité et à l'indifférence envers elle. Appelés à devenir les prédicateurs de la foi véritable parmi les autres peuples, nous les en détournons par nos actions » .

De leur côté, les vieux-calendaristes grecs se sont divisés en une multitude de groupes - une dizaine maintenant, semble-t-il, et on peut leur appliquer les paroles de S. Basile : « Pour certains, la soi-disant défense de l'Orthodoxie est conçue comme une arme pour guerroyer les uns avec les autres. Masquant leur haine personnelle, ils feignent de lutter pour la piété» . Malheureusement, ils ont exercé une influence sur notre Eglise Russe à l'Etranger, y répandant parfois une atmosphère proche de l'inquisition : « très souvent, » selon les paroles du père Séraphim Rose, « une telle attitude va jusqu'à rechercher des 'traîtres' et des 'hérétiques' dans le milieu orthodoxe» La structure même de l'Eglise Orthodoxe a été ignorée : on voit désormais des laïcs et des prêtres sans évêques, des évêques hors de toute structure ecclésiale. Précisément, c'est une grande tentation pour les convertis de créer, en quelque sorte leur « Eglise personnelle ».

Dans la confusion qui règne particulièrement dans la diaspora, il est nécessaire, me semble-t-il, d'enseigner aux convertis l'ecclésiologie orthodoxe, telle que l'aborde le Métropolite Jean de Pergame : «Le problème n'est pas la confession de foi - cela constitue un élément fondamental de l'Eglise. Le problème est que l'on oublie que les dogmes ne constituent pas une fin en soi, mais qu'ils mènent au salut dans le corps de l'Eglise. Tous les Conciles Oecuméniques qui définirent les dogmes scellèrent leurs décisions par des anathèmes, c'est-à-dire par le retranchement de la Sainte Communion. Il ne sert à rien pour notre salut de croire dans les dogmes justes, si nous sommes retranchés de l'Evêque et de l'Eucharistie qu'il préside. Le schisme est un empêchement à notre salut, même si notre foi est juste. Ma grand-mère ne connaissait pas les dogmes de l'Eglise, comme naguère beaucoup de simples fidèles. Elle vécut cependant et se sauva dans l'Eglise. Pour elle, l'Eglise n'était pas une idéologie, mais quelque chose de différent, un genre de vie et la participation dans le corps de l'Eglise » . Les raisons invoquées à notre époque pour se séparer de son évêque - et créer une « juridiction » - sont multiples : le plus souvent, il est accusé d'hérésie, ou encore d'immoralité, mais aussi de tout ce qui est possible et imaginable. Le malheur veut que le fondement même de l'ecclésiologie orthodoxe soit souvent oublié, lequel était résumé ainsi par le saint hiérarque Athanase de Kovrov : «Il n'y a qu'une circonstance - à savoir si le clerc commence a prêcher une hérésie déjà condamnée par les Pères lors des Conciles Oecuméniques, et ce ouvertement, publiquement, depuis l'ambon - qui non seulement donne le droit mais oblige également chaque clerc... à rompre la communion avec un tel prédicateur » , étant entendu que les canons ne permettent que l'interruption de la commémoration de l'évêque jusqu'à sa condamnation par un concile et en aucun cas de créer une nouvelle Eglise . Il convient aussi de rappeler à nos « zélateurs irraisonnés » que l'immoralité des clercs ne doit pas entraîner des ruptures de communion : rappelons que le S. patriarche Taraise et le VIIè Concile Oecuménique avait pratiqué une large économie envers les évêques iconoclastes, recevant même l'évêque Grégoire de Néocésarée, accusé d'avoir frappé et torturé des orthodoxes. C'est pour cette raison que le métropolite Antoine de Kiev écrivait : « S. Taraise de Constantinople, par son exemple, nous enseigne comment nous devons apprécier la paix ecclésiale»

L'expérience prouve que, si l'on choisit la voie du renfermement sur soi-même, on aboutit inévitablement à la secte, ce que soulignait le hiéromartyr Hilarion (Troïtzky) : «S'isoler, se renfermer su soi, c'est... pour une Eglise Locale, la même chose que pour le rayon se séparer du soleil, pour le ruisseau se séparer de la source, pour la branche se séparer du tronc. La vie spirituelle ne peut exister que dans le lien organique avec l'Eglise Universelle ; que ce lien soit coupé, et la vie chrétienne s'assèche immanquablement » . Or, il est paradoxal, après avoir découvert la véritable Eglise, de renoncer de cette façon à la vie chrétienne ! On arrive alors à cette situation décrite par S. Théophane le Reclus au sujet des vieux-croyants : «Il y a chez eux partout des différends. Dans un village, voire même dans une maison, il y a trois ou quatre courants, et ils ne communient pas les uns avec les autres. Où est là l'Eglise Une du Christ ? De quel Corps de l'Eglise s'agit-il lorsque tous les membres se sont séparés dans des directions différentes ? Et peut-on dire que le seul Pasteur Divin est leur Pasteur ?» .

Ce qui précède peut sembler une digression par rapport à notre sujet, mais il apparaît en fait que si nous n'inculquons pas ces principes ecclésiologiques sains aux gens qui se joignent à l'Eglise, nous secrèterons encore de nouveaux groupuscules, nuisibles à ceux qui en font partie, mais aussi à tous les autres par le trouble qu'ils apportent dans la vie ecclésiale. Les dernières décennies du XXè s. ont vu naître quantité de tels groupuscules en Grèce, en Russie, et dans les pays de la diaspora. Or, selon S. Jean Chrysostome « L'Eglise n'a pas été faite pour que ceux qui s'y rassemblent se séparent, mais pour que ceux qui sont séparés s'unissent» . Certainement, ces groupes invoquent la défense de l'Orthodoxie, motif noble en lui-même, mais ce morcellement est-il la réponse appropriée ? Notre confession de foi doit être positive : « Par sa haute prédication, écoutons l'Eglise de Dieu qui s'écrie : que celui qui a soif vienne et moi et boive le calice... non de la contradiction, mais de la confession » (ikos de l'office des Saints Pères). Et si nos « zélotes » se prévalent de l'autorité de ceux qui, au XXè s. ont confessé la foi orthodoxe, il faut mentionner que ces confesseurs ont lutté également pour l'unité ecclésiale. Par exemple, si le père Justin Popovitch a, effectivement et à juste raison décrié l'oecuménisme comme une doctrine fausse et misanthrope, il n'en a pas moins plaidé avec la même vigueur pour l'unité de l'Eglise Orthodoxe. Il ne rompit pas avec sa hiérarchie, tandis que son primat était président du COE. Dans une de ses lettres, alors que des schismes se manifestaient partout, il écrivait que l'on devait prier « jour et nuit » pour l'unité de l'Eglise . Il est également peu connu que, tout en dénonçant la doctrine du patriarche Athénagoras comme hérétique, il considérait que celui-ci n'avait pas été condamné par l'Eglise et en restait donc membre. Pour cette raison, il célébra pour lui une panykhide lorsqu'il apprit son décès.

Dans tous ces problèmes ecclésiastiques, il est nécessaire de souligner à l'égard des convertis que le destin de l'Eglise est entre les mains de Dieu, comme le disait S. Théodore le Studite à ses moines : « Depuis que l'empereur (iconoclaste) est revenu d'une expédition, peut-être des pensées s'élèvent dans vos cœurs qui scrutent comment tourneront les affaires de l'Eglise (...). Mais il est écrit : « Rejette sur le Seigneur ton souci, et Lui-même agira (ps. 54,23) » . En fait, on ne peut résoudre les problèmes de l'Eglise qu'en commençant à se préoccuper de soi-même, en abandonnant les passions, comme l'exprimait d'une façon si caractéristique le staretz Paissy : «Si tu veux aider l'Eglise, essaye alors plutôt de te corriger toi-même et non les autres. Si tu te corriges toi-même, une petite partie de l'Eglise sera corrigée immédiatement. Et cela est compréhensible que, si tous agissaient ainsi, l'Eglise serait remise dans l'ordre parfait. Mais les hommes aujourd'hui s'occupent de tout ce qui est possible à l'exception de leurs propres personnes, parce qu'il est aisé de s'occuper des autres, tandis que pour s'occuper de soi-même, il faut se donner de la peine ». C'est là la voie étroite, c'est la voie orthodoxe, qui exige un travail sur soi-même et constitue donc un chemin bien plus ardu que de dénoncer tout ce qui nous déplaît sur l'internet...

4. L'autre question, qui est intimement liée à la précédente est la propension à « étaler » de toutes manières les scandales ecclésiastiques. Or, si nous prions, le samedi saint devant l'épitaphion « Toi qui as enfanté la Vie, Vierge immaculée et très-pure, fais cesser les scandales de l'Eglise, et accorde la paix, Toi qui es bonne», comment pouvons-nous les répandre, négligeant les admonestations du prophète Habacuc : « Malheur à celui qui fait boire à son prochain un breuvage souillé » (Habacuc 2,15). Le staretz Païssios disait que si l'on trouve des excréments sur le chemin, il faut prendre une pelle, les ramasser et les jeter, sans quoi on les étale partout. C'est ainsi que lorsque nous faisons preuve d'absence de discernement et que nous divulguons les péchés d'autrui, nous provoquons encore plus de mal Et tout ceci d'autant plus que ces scandales sont souvent le fruit de l'imagination ou de mauvaises informations. Souvent, « déballant » tous les scandales possibles et imaginables, nous déprécions l'Eglise du Christ, non seulement aux yeux de ses membres, mais aussi à ceux du dehors et c'est encore plus grave. Je dois mentionner ici les couples « mixtes », nombreux dans notre diaspora. Parfois, le conjoint non orthodoxe pourrait entrer dans l'Eglise, mais devant les scandales, il s'en détourne. Non que les scandales n'existassent point dans les autres religions, mais il faut bien reconnaître que celles-ci ont tendance à les passer sous silence, tandis que nous aimons les mettre en exergue. L'apôtre nous enseigne au contraire que «l'amour ne se réjouit point de l'injustice, mais il se réjouit de la vérité» (I Cor. 13,7). Il faut le dire, et c'est précisément la réponse que l'on peut donner à ceux qui parmi nous se nourrissent de « caroubes » : comme le dit le psalmiste « Toute la beauté de la fille du Roi est à l'intérieur» (ps. 44,1). D'après les paroles de S. Nicolas Vélimirovitch, le « chrysostome » serbe «L'Eglise est la fille du Roi. Autant elle est pauvre et peu attirante pour l'œil corporel, persécutée, humiliée, autant, à l'intérieur elle est remplie de lumière et de beauté» . Alors que souvent, durant le siècle qui vient de se terminer, une certaine presse soi-disant ecclésiastique se délectait de tout ce qu'il y avait de négatif dans l'Eglise, à commencer par un certain nombre de mauvais pasteurs, nous avons oublié le principal : chaque siècle, comme le disait S. Nicolas, présente une « moisson au Seigneur ». Or, celui qui vient de s'écouler à apporter une « moisson » peut-être sans précédent. A commencer par les innombrables saints martyrs russes. Que dire encore des nombreux martyrs serbes et de tous les saints moines athonites et moldaves, de S. Nectaire d'Egine - le saint de notre siècle - comme l'appellent les Grecs, S. Jean de Changhaï, S. Arsène de Cappadoce, S. Alexis d'Ugine, les pères Justin de Tchélié, Cléopas de Moldavie, Païssios du Mont Athos... Comme le dit l'apôtre Paul, « Et que dirai-je encore ? Car le temps me manquerait » pour parler des autres... C'est justement ces exemples vivants qu'il faut mettre sous les yeux des convertis et non de ceux qui ont failli.

5. Il faut bien constater que les attitudes décrites plus haut sont dues en partie à l'ignorance et qu'un effort et des initiatives de notre hiérarchie pour promouvoir l'instruction de notre peuple ecclésial seraient les bienvenues. Le saint hiérarque Jean de Changhaï posait cette question : «Comment les parents pourront-ils éduquer leurs enfants dans l'esprit de l'Orthodoxie s'ils ne connaissent rien de celle-ci? » J'ajouterais : comment aiderons-nous les convertis si nous ne connaissons rien nous-mêmes ?

Depuis les Pères de l'Eglise, mentionnons seulement les Trois Hiérarques, jusqu'à S. Nectaire d'Egine et S. Jean de Changhaï, l'ignorance a été considérée comme la racine de nombreux maux. Voici ce que dit S. Jean dans son cours de pastorale : «Dans les temps exceptionnels, lorsque les hommes n'ont pas la possibilité d'acquérir le savoir par les moyens habituels, Dieu accorde des dons extraordinaires. Mais en temps de paix, en l'absence d'obstacles, Dieu demande des hommes qu'ils acquièrent toutes les connaissances qui leur sont nécessaires avec Son aide. Pour ceux qui se préparent à devenir prêtres et pasteurs de l'Eglise du Christ, il convient de bien connaître les sciences théologiques et autres matières qui sont nécessaires afin que leur oeuvre fût utile. Dans le cas contraire, ils peuvent s'attendre à ce que la prophétie d'Osée s'accomplisse à leur endroit : 'Puisque tu as rejeté la connaissance, je te rejetterai, et tu seras dépouillé de Mon sacerdoce (Osée 4,6) ». Si la littérature spirituelle a connu un essor sans précédent en Russie au cours de ces dernières années, il manque encore dans la diaspora un programme structuré d'études théologiques, avec différents niveaux, qui pourrait être installé sur nos sites Internet, je pense à celui du Synode, et ce en russe et en anglais. Par ailleurs, il semble que des initiatives aient été prises - des cours par correspondance - mais elles restent ignorées et il faudrait les faire connaître. Finalement, il serait souhaitable que nos prêtres, outre le catéchisme des enfants, rassemblent les paroissiens au moins une fois par mois pour leur enseigner les bases qui leur font cruellement défaut.


6. Nous avons vu ce qui, dans un passé récent, a constitué un obstacle à la propagation de l'Orthodoxie dans notre diaspora. Il convient maintenant d'envisager l'avenir. Je dois le dire : j'aurais préféré ne pas aborder le sujet suivant. Comme beaucoup parmi nous, je souhaite que nous parvenions un jour à reconstituer l'unité de l'Eglise Russe, ce qui aura une incidence capitale pour toute l'Orthodoxie dans la diaspora.

Néanmoins, je ne puis passer sous silence les inquiétudes de nombre de convertis au sujet de notre rapprochement avec le Patriarcat de Moscou. Cette inquiétude a pour cause des orientations qui se manifestent dans certains cercles du Patriarcat et qui, et cela est heureux, ne sont pas partagées par toute l'Eglise en Russie. Il s'agit d'une orientation phylétiste (existant aussi, au demeurant chez certains convertis), et, ce qui est plus grave, qui s'accompagne d'une tendance au compromis avec le Vatican.

Nous savons tous que, selon les paroles de S. Jean de Changhaï, « L'Eglise du Christ a été fondée non pour un seul peuple et un seul pays, mais pour le monde entier. Tous les hommes, tous les peuples, tous les pays sont appelés à la foi dans le vrai Dieu» . Cela, néanmoins, n'est pas en contradiction avec un sain patriotisme. S. Grégoire le Théologien rangeait l'honneur dû à la patrie (ici la Cappadoce) au rang des vertus, au même degré que celui que l'on rend à sa mère . Se référant à Alexandre Soljenitsyne, l'évêque Kallistos Ware écrit : « Le patriotisme, la fidélité à sa propre identité nationale, c'est une qualité précieuse, qui peut être offerte au Seigneur, baptisée et sanctifiée » . Le métropolite Antoine allait encore plus loin : « A la Laure des Grottes de Kiev, on lit chaque samedi, aux matines, l'acathiste à la Mère de Dieu et, ensuite, une longue prière, dans laquelle on adresse des louanges à la Très-Pure pour avoir délivré sa ville impériale de l'invasion des païens impies et les avoir précipités dans les flots de la Mer Noire... Contre qui est dirigée cette prière composée par les Grecs et lue par les Russes ? - Contre nos ancêtres, lorsqu'ils étaient païens et assiégèrent Constantinople au IXè siècle ! Ce n'est pas avec eux, par conséquent, que se trouve l'âme et la prière du clergé et du peuple russes, mais avec orthodoxes étrangers, nos pères selon la foi, de même que les premiers chrétiens, détestés par les Juifs, continuaient précisément à se considérer comme les véritables enfants d'Abraham et les héritiers de sa promesse ». Ces dernières paroles sont, me semble-t-il particulièrement importantes pour ceux qui viennent à l'Orthodoxie.

Malheureusement, il existe un autre nationalisme dont a souffert l'Eglise au cours des siècles récents et qui se transmet chez certains convertis. Paradoxalement, ce nationalisme trouve ses racines... dans la révolution française ! Celle-ci, comme l'explique le Père Placide Deseille, « se considérant comme exportable -« missionnaire » - (...) a posé en principe éthique le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes (...) Ce nouveau nationalisme est d'une nature très différente du patriotisme qui animait les membres des anciennes nations chrétiennes. Il n'est plus fait de l'attachement à un terroir, de la fidélité à un souverain et de l'amour d'un patrimoine commun, mais il procède plutôt de l'enthousiasme pour l'idée qu'une communauté ethnique ou linguistique se fait d'elle-même et pour ses mythes nationaux... » Cet individualisme collectif est facilement xénophobe, chaque nation tendant à opposer son particularisme à celui des autres. Aussi a-t-il été justement condamné lorsqu'il s'est manifesté dans l'Eglise, par le concile local de Constantinople, en 1872, considérant que le « phylétisme constitue une déviation de l'amour sain envers son peuple et son Etat, un obstacle réel à la collaboration entre les Eglises orthodoxes dans le monde et le plus grand ennemi de l'unité dans l'Eglise Orthodoxe. (..). La formation dans un même lieu, d'Eglises particulières fondées sur la race, ne recevant que les fidèles d'une même ethnie, excluant tous ceux des autres ethnies, et dirigées par les seuls pasteurs de même race, comme le prétendent les adeptes du phylétisme, est un événement sans précédent » .

Ce n'est donc pas très étonnant si certains convertis veulent aussi créer leur « Eglise nationale », avec le moins de relations possibles avec l'Eglise Russe. En 1867 déjà, Overbeck voulait créer une Eglise orthodoxe de rite occidental, sur la base d'une pétition qu'il avait rédigée et transmise au Saint-Synode de l'Eglise russe en 1869 : « Nous sommes des occidentaux et devons rester des occidentaux » Une autre tentative eut lieu dans les années 50 de la part de feu l'ex-évêque Jean Kovalevsky. Le tout avait commencé en 1925 par la confrérie Saint-Photius qu'avaient fondée huit jeunes Russes de l'émigration, qui proclamaient : « Chaque peuple, chaque nation a son droit personnel dans l'Eglise Orthodoxe, sa constitution canonique autocéphale, la sauvegarde de ses coutumes, ses rites, sa langue liturgique » . Après avoir commencé à utiliser un rite romain expurgé, cette confrérie, dirigée alors par le père Eugraphe Kovalevsky, créa un « rite des Gaules ». Il ne convient pas ici d'aborder cette question, mais de montrer à quel point un nationalisme de mauvais aloi est nuisible pour l'Eglise. En fin de compte étant « occidentaux » avant d'être orthodoxes, ils ont fini par vivre complètement en dehors de l'Eglise. Comme le dit J.F. Mayer, certains « tombent dans un nationalisme liturgique et prétendent que l'implantation du rite byzantin serait une impossibilité, voire une aberration » . Ayant absorbé cette vision erronée de la vie ecclésiale, les successeurs de Kovalevsky sont encore, quarante ans après le décès de leur fondateur, incapable de s'assimiler à l'Eglise Une, Sainte, Catholique et Apostolique. Or, c'est attitude est souvent présente chez les convertis et c'est une source de maux.

Or, force est de constater que certains hiérarques du Patriarcat de Moscou déclarent qu'ils souhaitent ne s'occuper que des ouailles russes. De pair avec cette attitude se manifeste une volonté de partage de « zones d'influence » avec le Vatican, en quelque sorte un « Yalta » spirituel, le Patriarcat renonçant à recevoir des convertis en Occident, tandis que les Uniates cesseraient leur prosélytisme en Ukraine. Dans cet esprit, un évêque d'un diocèse du Patriarcat de Moscou en Occident a affirmé récemment, sans ambages : «Dans les pays avec une majorité catholique (par exemple en Italie, en Espagne, au Portugal, en Autriche etc..), il est indispensable que les orthodoxes évitent le prosélytisme et qu'ils n'accomplissent de mission que parmi leurs fidèles» . Certes, nous l'avons dit au début de cet exposé, il ne peut être question pour nous de se livrer au prosélytisme, c'est-à-dire de convertir à « n'importe quel prix » à l'Orthodoxie, avec des moyens malhonnêtes. Mais fermer la porte à ceux qui, librement et de par leur pleine conviction, veulent entrer dans l'unique Eglise du Christ, c'est renoncer à la mission que le Seigneur a impartie à Ses disciples. Certes, nous n'ignorons pas la situation en Ukraine, mais peut-on sauver les âmes par des compromis diplomatiques qui, au demeurant - l'histoire est là pour nous le rappeler - ne seront observés que par l'une des parties ? De notre côté, bien entendu, nous ne saurions éprouver de haine à l'égard des catholiques romains. Selon les paroles de S. Nectaire d'Egine «les différences dogmatiques, qui concernent uniquement le domaine de la foi laissent libre et intact celui de l'amour. Le dogme ne combat pas la charité, qui s'offre comme un don au dogme, car elle est patiente en tout et supporte tout» . Nous n'éprouvons pas non plus de sentiment pharisaïque à leur égard ou ceux des autres hétérodoxes. Au contraire, nous savons que nous serons jugés plus sévèrement qu'eux. Cela dit, il convient de souligner que la doctrine papale, avec tous ses avatars (dont la suppression du jeûne et une liturgie particulièrement appauvrie) est plus que jamais en vigueur dans l'Eglise Romaine, des usages hérétiques et tombés en désuétude étant même remis en vigueur par le nouveau pape, tels que l'adoration du Saint-Sacrement et les indulgences. En conséquence, les conversions ont toujours leur raison d'être et on ne peut que souhaiter sincèrement que ceux qui, au Patriarcat de Moscou, sont partisans de tels compromis, prennent conscience du fait que l'Eglise Russe a une mission à remplir à l'égard de l'homme occidental. Dans ce contexte, l'Eglise en Russie, avec ses moyens énormes peut donner cette nouvelle parole au monde dont parle Dostoïevsky et qui seule peut tirer celui-ci de l'impasse tragique où il se trouve aujourd'hui. C'est ainsi que se réaliseront les paroles de Leontiev : « à présent, à l'homme croyant (quelle que fût sa nationalité), la Russie doit être très chère - comme le plus fort rempart de l'Orthodoxie sur terre » .

7. Il ne faut pas oublier non plus que, si les orthodoxes de naissance peuvent beaucoup apporter aux convertis, ceux-ci peuvent le leur rendre « au centuple ». A la fin du XIXè siècle, le père Clément (Zederholm) a traduit du grec en russe les oeuvres des Pères de l'Eglise , le père Wladimir Guettée a écrit une magnifique réfutation de Soloviev. De nos jours, le message du Père Seraphim Rose avec sa mise en garde contre le « new age » se répand en Russie. Par ailleurs, des clercs autochtones, célébrant en slavon et parlant russe, desservent des paroisses russophones de notre diocèse d'Europe Occidentale. Deux d'entre eux en témoignent ici.
En outre, mes contacts avec des « convertis » de Russie, j'ai été étonné par la similarité de leurs attitudes et aspiration avec les nôtres, convertis « occidentaux ». A juste titre, le Père Séraphim écrivait que « en Russie, les nouveaux convertis sont exposés aux mêmes bévues qu'en Amérique et en Occident » . Aussi, ayant cheminé sur la même voie, nous pouvons les aider. Le Père Placide écrit à ce sujet : « De leur côté, les communautés occidentales issues de la diaspora peuvent elles aussi apporter beaucoup aux Eglises des pays traditionnellement orthodoxes. Ces communautés ont été en effet, depuis leur origine, confrontées aux défis de la modernité et aux tentations de l'Occident. Elles ont pu y réagir d'une manière adaptée, et, jusqu'à un certain point, réaliser comment il est possible de mener une vie authentiquement chrétienne dans le monde moderne (ou postmoderne !) » . De même, nous qui avons connu tous les déboires des confessions occidentales - notamment le modernisme - sommes à même d'expliquer à nos frères dans la foi en Russie quels en sont les aboutissants.

En conclusion, tout en étant conscients que « ce trésor» de l'Orthodoxie, « nous le portons dans des vases d'argiles» (2 ___. 4,7), « nous devons être prêts à la rencontre avec ceux qui recherchent. Cela signifie vivre selon l'Evangile, vivre comme l'exige la foi orthodoxe. Notre décision de vivre selon d'autres règles que celles qui régissent le monde païen ou semi-païen, peut servir de stimulus à beaucoup de ceux qui cherchent à connaître l'Orthodoxie» , comme le disait encore père Séraphim Rose. « En prêchant aux autres, n'oublie point de t'édifier toi-même» , ajoutait encore S. Jean de Changhaï.

Comme l'a écrit un moine athonite contemporain, « Etre orthodoxe aujourd'hui en Occident revient donc plus que jamais pour chaque fidèle - pas seulement les convertis - clerc, moine ou laïc, à devenir un confesseur de la foi, tant par sa vie que par son intériorisation personnelle du mystère du Christ ».

Ce n'est que dans un témoignage positif et dans l'Orthodoxie que nous pourrons aider le monde qui nous entoure, qui est crucifié a son insu par l'ennemi de tous les hommes. Notre devoir est d'agir de façon responsable à l'intérieur de l'Eglise, nous souvenant du proverbe français que répétait souvent le métropolite Philarète (Voznesensky + 1985) d'éternelle mémoire : « Noblesse oblige ! » Ce n'est que de cette façon que nous pourrons convertir en actes cette sage parole d'un prêtre russe de France : «L'Eglise Orthodoxe ne dit pas aux hommes 'convertissez-vous', mais « Venez et voyez !»

———————————————————

` Conférence au IVè Concile Général de l'Eglise Russe à l'Etranger, San Francisco , www.sobor2006.com
1. Prêtre Serge Chirokov, Histoire de l'Orthodoxie en Amérique, le ministère missionnaire du saint hiérarque Tykhon (en russe), www.pravoslavie.ru
2. idem
3. idem
4. S. Cyrille de Jérusalem,Catéchèse 4,37
5. Prêtre Serge Chirokov, Histoire de l'Orthodoxie..., op.cit.
6. Jean-Louis Palierne, « Mais où se cache l'Eglise Orthodoxe ? », Lausanne 2002
7. Again, Volume 16, Number 2, June 1993
8. J.F. Mayer, L'Orthodoxie doit-elle être byzantine ? Regards sur l'Orthodoxie, Lausanne 1997
9. Archevêque Nathanaël (L'vov), Homélies (en russe), tome 1, _. 135, New York 1991
10. Vincent Bourne, La divine contradiction, p.332
11. Archimandrite Placide Deseille, L'Eglise Orthodoxe et l'Occident, Saint Laurent-en-Royans, 1995
12. Archimandrite Basile, conférence au congrès de la jeunesse orthodoxe à Blankenberghe, octobre 2000
13. Evêque Daniel, « Au commencement était le sens » (en serbe), Belgrade 1996
14. id.
15. id.
16. J.P. Besse « Un précurseur, Wladimir Guettée », Lavardac 1992, p. 139
17. Poèmes II, 1,17,13
18. Lettre 82
19. Actes du IIIè Concile Général de l'ERHF, p. 402
20. P. Séraphim Rose, A la recherche de l'Orthodoxie, Russky Pastyr N° 42/2003
21. Fideliter, Mars-avril 2003, N° 152
22. S. Jean Chrysostome, sur la 1ère ép. aux Corinthiens, hom. 17,2
23. Adresse des archipasteurs aux ouailles d'Europe Occidentale, Pravoslavnaya Rus' N°19/1952
24. S. Basile le Grand, Lettre 91
25. P. Séraphim Rose, « à la recherche de l'Orthodoxie » op.cit.
26. Métr. Jean de Pergame, « ecclésiologie et eschaton » (en grec)
27. S. Athanase de Kovrov, « Peut-on prier dans les églises du Patriarcat de Moscou ? » Messager de l'ACER (en russe) N° 106/1972
28. Archim . Epiphanios Theodoropoulos “Les deux extrémités” (en grec), Athènes 1986
29. Lettres du métropolite Antoine (Khrapovitzky), (en russe) _. 201
30. Archevêque Hilarion (Troïtzky) « Il n'y a pas de christianisme sans Eglise » (en russe), p. 31
31. Sur l'Orthodoxie, p. 105
32. S. Jean Chrysostome, sur la 1ère ép. aux Corinthiens, hom. 17,2
33. Lettre à l'auteur
34. S. Théodore Studite, Catéchèses, 27
35. Staretz Païssios, Paroles, tome II, p.75 (en russe)
35. propos tenus à l'auteur
36. Le prologue d'Ohrid, (en serbe), _. 847
37. Foi transmise N° 78/ 1994
38. Lettre 37
39. Evêque Kallistos Ware, « Comment construire l'Eglise locale » 1.10.2005
40. Métr. Antoine, op. cit. p. 157
41. La révolution française et le destin spirituel de l'Europe, conférence donnée à Athènes le 24.4.1990
42. Métr. Maxime de Sardes, « Le Patriarcat Oecuménique dans l'Eglise Orthodoxe » (en grec), _. 323
43. J.F. Mayer, L'Orthodoxie doit-elle être byzantine ? Regards sur l'Orthodoxie, Lausanne 1997
44. id.
45. id.
46. Evêque Hilarion (Alfeev), « Le principe de territoire canonique dans la Tradition orthodoxe » (en russe)
47. Pastorale (en grec), ___. 210
48 K. Leontieff , Père Clément Zederholm (en russe)
50. idem
51. P.Séraphim Rose, « à la recherche de l'Orthodoxie », op.cit.
52. P. Placide, L'Eglise Orthodoxe et l'Occident, p. 28.
53. P. Séraphim Rose, op.cit.
54. Homélie lors de la remise du bâton pastorale à l'évêque Jean Kovalevsky, Russki Pastyr _ 37-38/2000.
55. J.C. Larchet, Le staretz Serge, Paris 2004
Jean-Louis Palierne
paliernejl@wanadoo.fr
Anne Geneviève
Messages : 1041
Inscription : lun. 30 mai 2005 19:41
Localisation : IdF
Contact :

Message par Anne Geneviève »

Merci, Jean Louis, de cette excellente initiative.
"Viens, Lumière sans crépuscule, viens, Esprit Saint qui veut sauver tous..."
Claude le Liseur
Messages : 4243
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur »

Merci à M. Palierne, mais merci surtout à M. Le Caro qui a autorisé cette première publication dans sa langue d'origine d'un texte qui n'avait jusqu'à présent circulé que dans les versions russe et anglaise. Et ceci alors que ce texte concerne au premier chef les orthodoxes francophones, et qu'il a été écrit par une personne connue pour la haute qualité de son français, et dont j'aime à méditer la formule définitive "Il y eut un temps où l'Orient et l'Occident préféraient être séparés dans la Vérité qu'unis dans l'erreur". Je demande aussi souvent aux unionistes, oecuménistes, indifférentistes et syncrétistes de notre Eglise de méditer aussi sur cette phrase.

Pour mémoire et pour l'honnêteté, la phrase que je cite n'est qu'un raccourci d'un paragraphe tiré d'une lettre de M. Le Caro, écrite à Port-Marly le 2 août 1978 et publiée dans le numéro 80 du Messager orthodoxe, Paris 1978, pp. 60-62. C'est en exhumant ce vieux numéro du Messager orthodoxe, dans une des bibliothèques de l'université de Fribourg, en 1995 ou 1996, que je lus pour la première fois le nom du futur biographe de saint Jean de Changhaï. Voici la citation complète; on ne pourra qu'en apprécier la clarté du style et l'élévation de la pensée:

"Je termine cette lettre en soulignant que le passé, aux siècles de ferveur de la vie chrétienne - et ce sans appprouver naturellement les "excroissances" dues à un zèle irraisonné - a paradoxalement témoigné d'une unité: Orient et Occident, dans leur amour du Christ, préféraient être séparés dans la vérité, qu'unis dans l'erreur. Une telle unité paradoxale, faute d'une unité dans l'Orthodoxie, vaut mieux, si malheureuse soit-elle, qu'une union en dehors de Dieu ou contre Dieu."

(Bernard Le Caro, "Lettre d'un orthodoxe au Père Desseaux")

A méditer encore et toujours!


Je ne suis pas entièrement d'accord avec les opinions émises par M. Le Caro, en particulier sur la question de la langue liturgique - qui devrait, à mon avis, être le plus possible le français (ou l'allemand, ou l'italien, selon les régions), même si je ne cesse d'encourager les personnes qui veulent vraiment avoir une vie religieuse de qualité à l'étude du grec.

Toutefois, je considère que cette allocution prononcée par mon concitoyen lors du dernier Concile de l'Eglise russe hors frontières est le bilan le plus sérieux des dernières décennies de vie orthodoxe en Europe occidentale.

Je voudrais en particulier attirer l'attention du lecteur sur le fait qu'il s'agit à ma connaissance de la seule réaction publiée à un texte très inquiétant qui est celui où l'évêque de Vienne (Autriche) du patriarcat de Moscou, Mgr Hilarion (Alfeyev), se basant sur une interprétation très personnelle de la notion de territoire canonique et sur le mythe de la pentarchie patriarcale, condamnait toute évangélisation des autochtones d'Europe occidentale. J'avais été choqué à la lecture de ce texte, mais je n'avais pas publié de commentaire sur le présent forum en ayant découvert que M. Le Caro avait déjà dit ce qu'il fallait lors du concile de San Francisco.

Cum grano salis, j'ai aussi apprécié que M. Le Caro ait cité le désormais mythique numéro que la revue catholique intégriste Fideliter avait consacré à une attaque en règle contre l'Eglise. Je dois dire que je me délecte toujours quand je lis les publication émanant de ce milieu, où les mots "orthodoxe" et "Orthodoxie" sont toujours écrits entre guillemets, comme si les guillements pouvaient tenir lieu d'une argumentation inexistante. (Il est vrai que, dans d'autres milieux, ce sont les émoticons qui sont supposés pallier l'absence d'arguments.)

Pour le reste, je ne peux qu'inviter toute personne intéressée par l'Orthodoxie en Europe occidentale à lire et relire ce très beau texte de Bernard Le Caro, dont on ne peut que relever la sûreté du jugement, la hauteur de vue et la solidité de la documentation.

Il va de soi que je félicite M. Palierne d'avoir pris les devants et d'avoir fait ce qui était mon devoir, ne serait-ce qu'en raison du passé et de la géographie, tandis que je me contentais d'illustrer la réflexion de Victor Hugo: "A tout différer la vie se passe". Merci à lui.
Répondre