Métropolite Philaret (Voznesensky). Réponse à M. A.I. Soljenitsyne

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

katya1965
Messages : 9
Inscription : dim. 10 janv. 2021 20:42

Métropolite Philaret (Voznesensky). Réponse à M. A.I. Soljenitsyne

Message par katya1965 »

Pour comprendre l'EORHF, il faut d'abord apprendre des choses sur ses pères, les premiers hiérarques, venus de la Russie pré-révolutionnaire – l'empire chrétien orthodoxe, une civilisation révolue. Leur credo, leurs pensées, comment ils réagissaient aux événements de leur époque, au sujet de quoi ils se disputaient avec leurs contemporains. Ils ont traversé de terribles épreuves, ont été à plusieurs reprises au seuil de la mort. Partout sur leur chemin, ils prêchaient et convertissaient plusieurs à l'orthodoxie principalement par leur exemple et l'attrait de leur tradition. Ce sont des gens d'un courage incroyable, pour qui l'exploit de foi était un mode de vie de tous les jours.

À ce sujet - la réponse du métropolite Filaret (Voznesensky) à Soljenitsyne, où son évaluation des vieux-croyants était particulièrement intéressante pour moi (le texte français traduit par google de l'original russe, avec de petites améliorations faites par moi).

---------

Réponse à M. A.I. Soljenitsyne
Métropolite Philaret (Voznesensky) d'Amérique orientale et de New York 10/23 septembre 1974


Cher Alexandre Isaïevitch !

Au nom du Conseil de toute la diaspora de l'Église orthodoxe russe hors de Russie, je vous remercie d'avoir partagé vos observations et vos réflexions avec nous. Nous étions inquiets pour votre vie quand vous avez été arrêté, mais le Seigneur a entendu notre prière, et vous êtes sorti, pour ainsi dire, d'une grotte de feu et vous pouvez parler avec nous. Les membres du Conseil ont écouté avec une grande attention votre lettre, y trouvant de nombreuses réflexions profondes et précieuses.
Il nous a été précieux d'entendre de votre part, ainsi que d'autres écrivains récemment arrivés, la confirmation de la justesse fondamentale de notre attitude vis-à-vis des événements de l'église dans notre patrie. Ils se sont reflétés dans notre vie d'église dans une bien plus grande mesure que cela ne peut être remarqué pour vous maintenant, sans une étude plus approfondie de l'histoire de l'orthodoxie russe dans la diaspora pendant cinquante-quatre ans.
Moins que tout, nous aimerions juger quelqu'un, mais, étant chair de chair et sang du sang de notre peuple, notre hiérarchie a dû prendre des décisions sur le chemin des métropolites Pierre et Joseph ou le chemin du métropolite Serge. Suivre ce dernier nous paraissait non seulement particulièrement absurde à l'étranger, non seulement généralement erroné dans la pratique, mais aussi incompatible avec notre foi. Par conséquent, mes prédécesseurs décédés à la tête de notre Église, les éminents hiérarques métropolites Antoine et Anastassy, ​​étudiant profondément cette question et suivant leur conscience, se sont rebellés contre la politique du métropolite Serge, laquelle dans son développement ultérieur a atteint le degré actuel de la chute du Patriarcat de Moscou. Après tout, depuis 1927, le Patriarcat de Moscou nous a demandé à plusieurs reprises une signature de loyauté (ici, à l'étranger) au régime soviétique. Vous écrivez à juste titre sur la difficulté de comprendre le cheminement du leadership des diocèses occidentaux de la juridiction de Moscou. Mais c'était précisément le sujet de notre dispute avec le métropolite Eulogius et ses disciples en 1927.
Le P. Protopresbytre Georgy Grabe a justement dit, entre autres, à propos de votre lettre au Concile : « Ce que AI Soljenitsyne ne sait pas, c'est à quel point nos efforts ont été déployés, des années 1920 à nos jours, pour prouver aux frères qui se sont séparés de nous que la hiérarchie sergianiste n'est pas libre et que son chemin est peccable et inopportun. A.I.Solzhenitsyn écrit avec son éclat caractéristique. Mais les écrits des partisans du métropolite Eulogius sur les « saints mensonges » ne lui sont pas encore parvenus, alors qu'ils soutenaient le métropolite Serge. Puis ils lui ont donné raison, et nous avons été déclarés politicards ». Le métropolite Eulogius et d'autres (en Amérique) sont allés très loin pour qu'il n'y ait pas une Église russe unie à l'étranger. Pour cela, le métropolite Evlogy a signé un acte de loyauté envers le régime soviétique, qui a ensuite été inévitablement et inévitablement violé par lui.
Nous comprenons qu'un idéaliste russe comme vous ne peut qu'être abasourdi par la division du peuple russe que l'on retrouve en Occident. Nous ressentons tous cela comme un grand chagrin. Malheureusement, seulement nous avons dû involontairement vivre avec cela. Il était particulièrement difficile pour le métropolite Antoine de le supporter: après tout, les métropolites Serge et Eulogius étaient à un moment donné ses disciples préférés. Son successeur, le métropolite Anastassy, ​​pacifiste par nature, a fait un gros travail pour tenter de fédérer toute la diaspora russe. Toute la différence entre nous et ceux qui s'étaient éloignés de nous résidait précisément dans le fait que nous voulions une Église unie à l'étranger pour le bien du peuple russe, tandis que d'autres s'isolaient et expliquaient notre désir par la soif de pouvoir.
En citant vos mots, nous pouvons dire que mes prédécesseurs, comme moi, croyaient qu'"ils ne pouvaient pas mieux servir la Russie, que préserver le trésor de l'unité dans l'orthodoxie, fusionner toute l'orthodoxie russe à l'étranger en une seule jeune Église harmonieuse".
Par conséquent, nous n'avons fait aucune suggestion pour alléger notre situation en nous joignant à une autre Église. En liberté, nous ne voulions en aucun cas être séparés de la croix de nos frères qui souffraient dans la Patrie, et nous ne voulions pour rien au monde renoncer à notre appartenance à l'Église russe. Au contraire, l'exarchat d'Europe occidentale et la métropole américaine s'en sont détachés, l'un passant aux Grecs, et l'autre déclarant l'autocéphalie, c'est-à-dire la rupture définitive avec l'Église russe. Ils portent déjà leur nom officiel et, en substance, ne peuvent plus être appelés Russes. Seules quelques paroisses conservent encore un caractère un peu russe, en Amérique il y en a très peu. Mais nous pouvons dire avec certitude que si notre Église n'avait pas existé, alors presque rien de russe ne serait resté en Occident.
Il n'y a pas si longtemps, lorsque l'Église américaine a accepté l'autocéphalie, nous avons de nouveau appelé à l'unité, mais notre appel a été ignoré. Néanmoins, continuant à éprouver douloureusement la division, notre Conseil a de nouveau décidé de s'adresser à ses frères avec un appel au retour à l'unité. Nous le souhaitons sincèrement et ardemment et sommes convaincus qu'avec une bonne volonté de leur part, les formes de réunification pourront être trouvées, comme elles l'ont été en Amérique en 1936.
L'indifférence envers la Russie, et souvent une méconnaissance totale de la souffrance de son Église, éloigne bien sûr beaucoup de nous, mais en ce qui concerne l'amertume dont vous écrivez, Dieu merci, nous ne l'observons pas dans notre troupeau. Nous n'avons pas connaissance d'un cas tel que le refus du sacrement à une personne mourante. Personne n'a jamais empêché la communication quotidienne des prêtres, du moins de notre côté, mais quand les gens eux-mêmes s'aliènent de l'Église russe, se sentant déjà américains, français ou grecs, alors une grande partie de ce qui peut nous lier est perdue.
Seul un malentendu ou une désinformation qui vous est imposée par quelqu'un peut expliquer votre peur que nous nous attendions à retourner en Russie en soi-disants juges ou commandants. Nous ne connaissons personne de notre environnement avec de telles pensées. Mais si la libération de la Russie avait lieu et que nous pouvions renouer avec le pouvoir orthodoxe et canonique restauré, alors nous nous considérerions comme faisant partie de la hiérarchie russe. Quelle serait notre part dans ce cas - nous n'avons tout simplement pas pensé. Le troupeau d'outre-mer est une goutte d'eau en termes de nombre par rapport à l'océan de l'ensemble du peuple russe.
Vous avez abordé la question de l'Église des Catacombes. Nos rapporteurs nous ont présenté des preuves convaincantes que, même maintenant, il existe des clercs qui ne sont pas subordonnés au patriarcat. Une personne proche de nous a entendu parler de l'existence de tels évêques par une personnalité très bien informée en Russie qui ne sympathise pas avec nous. Peut-être ne le savez-vous pas, parce qu'ils n'ont pas osé communiquer avec vous, parce que vous étiez trop visible et sous surveillance constante. De toute façon, ils ne peuvent être que très peu nombreux. Mais, sachant comment il est difficile de résister à la violence communiste organisée, nous embrassons chaque manifestation d'indépendance religieuse de l'oppression satanique pour l'amour du Christ, et nous acceptons tous les croyants qui viennent de Russie avec amour.
Votre appel au repentir national nous tient à cœur. Mais il nous semble que vous mettez trop l'accent sur la persécution des vieux-croyants. L'ancien rite était déjà autorisé par les décrets de 1798 et de 1881 (Foi unique). Les vieux croyants eux-mêmes se sont divisés en de nombreuses sectes (les soi-disant consentements), qui ont souvent presque perdu tout signe d'orthodoxie. Les atrocités de la révolution décrites dans vos livres sont incomparables avec même les persécutions les plus violentes des XVIIe et XVIIIe siècles. D'autre part, le Saint Evangile cite les paroles du Seigneur Jésus-Christ : « à leurs fruits vous les connaîtrez » et « tout arbre à partir de ses fruits sera connu ». C'est la loi éternelle de la vie spirituelle. L'Église orthodoxe russe ("Nouveau-croyant") à toutes les périodes de son existence - et après la séparation des Vieux-croyants d'elle - a donné au monde une multitude de grands saints et ascètes.
Savez-vous que le Conseil panrusse et le premier Conseil panrusse se sont adressés aux vieux-croyants avec amour ? Mais en substance, nous partageons votre sentiment d'oppression par les péchés historiques du peuple, qui au total ont conduit le peuple au désastre. Le père Georgy Grabbe nous a rappelé cet appel repentant de son arrière-grand-père A.S. Khomyakov :

Ne dites pas : « C'est le passé,
Un temps ancien, un tort des pères,
Sont morts tous ceux qui ont péché,
N'y sont pour rien nos jeunes frères ».

Lorsque nous avons parlé de l'aider nos autochtones, nous ne l'avons pas considéré comme un guidage, mais dans un plan beaucoup plus modeste que ce à quoi vous pensez probablement. Le Concile considère cela comme notre témoignage en Occident sur la persécution de la foi en Russie et le travail d'envoi de la Parole de Dieu et des publications religieuses là-bas. Nous avons été encouragés par les commentaires que nous avons reçus sur ce qui a été envoyé jusqu'à présent.
En conclusion, je vous remercie encore une fois pour votre lettre, dont nous apprécions tous la franchise et l'esprit chrétien. Nous savons combien le temps est précieux pour que vous continuiez l'œuvre sainte que vous avez commencée pour exposer les crimes du gouvernement de l'Antéchrist. Par conséquent, nous vous serions reconnaissants si vous incluiez dans vos plans pour vos travaux la connaissance du peuple russe et du monde occidental avec les exploits de l'armée de nos martyrs pour la foi et les confesseurs. Les actes et le sang des martyrs sont une force indestructible et régénératrice.
Au nom du Conseil, je prie pour vous et pour votre famille, que Dieu vous bénisse, et je vous assure de ma bienveillance dévouée.

Russie orthodoxe. 1974 non. 19
Dernière modification par katya1965 le mar. 14 sept. 2021 9:23, modifié 1 fois.
Claude le Liseur
Messages : 4243
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Métropolite Philaret (Voznesensky). Réponse à M. A.I. Soljenitsyne

Message par Claude le Liseur »

Merci pour ce texte très intéressant.

"Co-religion", c'est pour traduire Единове́рие ? Dans ce cas, en français, on dit plutôt "Foi unique".
katya1965
Messages : 9
Inscription : dim. 10 janv. 2021 20:42

Re: Métropolite Philaret (Voznesensky). Réponse à M. A.I. Soljenitsyne

Message par katya1965 »

Claude le Liseur a écrit : lun. 13 sept. 2021 11:13 Merci pour ce texte très intéressant.

"Co-religion", c'est pour traduire Единове́рие ? Dans ce cas, en français, on dit plutôt "Foi unique".
Merci pour votre appréciation et pour l'amélioration proposée. J'ai remplacé "co-religion" par "foi unique".

J'avais trouvé le mot "coreligionnaires" dans wikipedia, dans l'article sur les vieux-ceoyants:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Orthodoxe ... ionnaires)

Mais dans le même sens, on ne le trouve plus sur le web.

Dans l'original, le mot utilisé était единоверчество, synonyme de единове́рие.

Il y a beaucoup de textes intéressants sur l'orthodoxie en russe ! Le problème est que je ne suis pas très rapide ni habile en traduction russe-français.
Claude le Liseur
Messages : 4243
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Métropolite Philaret (Voznesensky). Réponse à M. A.I. Soljenitsyne

Message par Claude le Liseur »

D'avance merci pour toute traduction. Votre travail est le bienvenu et ne sera pas inutile. Peu importe le temps qui vous paraîtra nécessaire.

Il y a en effet une masse énorme de textes sur l'Orthodoxie en russe qui ont peu de chances d'être traduits en français.
Répondre